Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Halloween Novembrrrfest 2014 - 38 - Kristy (aka Random - 2014), Lord of Tears (2013), In Fear (2013) & Alien Trespass (2009)

Publié le 5 Novembre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Halloween, Horreur, Fantastique, Drame, Thriller, UK, Comédie, Science-Fiction, Review

Halloween s'en est allé, et l'heure est venue, pour le blog des Téléphages Anonymes, de conclure l'Oktorrorfest 2014, un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Kristy/Random :

Durant les vacances de Thanksgiving, aux USA, une étudiante nommée Justine (Haley Bennett) se trouve seule sur son campus universitaire, où elle devient alors la proie d'un groupe de désaxés brutaux et violents...

Un slasher/survival/quasi-home invasion assez basique, qui aurait pu être efficace et solide, mais qui malheureusement commet une erreur flagrante dès son générique d'ouverture, en faisant de ses bad-guys des anarcho-satanistes ultra-clichés, qui font des sacrifices humains.

Et pourtant, juste ensuite, ça semble repartir tranquillement, avec une mise en place sympathique, et une Haley Bennett assez attachante (et qui porte très bien la petite culotte).

Mais non, dès qu'Ashley Greene se pointe, avec son look de pseudo-sataniste-daaark piercée et tatouée, ça commence à se casser la gueule, pour tomber dans le slasher basique, au déroulement convenu, et au final assez quelconque.

Dommage, parce que ce n'est pas trop mal filmé, dans l'absolu.

2/6

Lord of Tears :

Hanté par des cauchemars étranges dans lesquels apparaît le Seigneur des Larmes, une entité étrange mi-homme mi-hibou, James Findlay (Euan Douglas), un professeur de littérature, retourne explorer sa demeure natale, un manoir écossais, dont il vient d'hériter...

Supposément (à en croire les critiques) un excellent film d'épouvante gothique, voire un futur classique du genre... dans les faits, cependant, un film beaucoup trop moderne dans sa forme (d'aucuns diront "une forme très impressionniste, avec de nombreux plans de coupe, des passages expérimentaux, des montages musicaux au ralentis sur de la dance music, et un montage à la serpe visant à déstabiliser et à transmettre des sensations plus que de la logique" ; d'autres préfèreront dire "bordélique et amateur") et dans son son (du bruitisme) pour parvenir à évoquer vraiment le genre "épouvante gothique".

Pire : la forme s'avère tellement chaotique et clichée qu'elle souligne d'autant les faiblesses de l'écriture (par exemple, la narration en mode dictaphone pas très subtile ou adroite ; la voix off de Moloch qui récite de la poésie) et du reste de la production (interprétation et direction d'acteurs très faibles, rythme assez bancal).

Pour un premier long-métrage, ça aurait néanmoins pu être honorable, si ça ne louchait pas autant sur le vidéo-clip creux, et/ou le travail d'étudiant en cinéma persuadé d'être un artiste profond et ténébreux. Bref, c'est beaucoup trop arty, décousu et infatué pour convaincre, malgré sa créature esthétiquement réussie, et ses paysages superbes.

1/6

In Fear :

Tom (Iain De Caestecker) et Lucy (Alice Englert), jeune couple en route pour un festival de musique au fin fond de l'Irlande, décident de s'arrêter en chemin dans un hôtel reculé pour y passer la nuit. Mais bien vite, ils s'aperçoivent qu'ils sont perdus dans les bois, sur des chemins qui forment un véritable labyrinthe, et que là-dehors, quelqu'un se joue d'eux...

Un micro budget semi-improvisé, et ça se sent, puisqu'à partir d'un pitch intéressant, et au potentiel certain, le film se perd en longueur.

Pour faire simple, il aurait probablement fallu raccourcir le métrage de vingt bonnes minutes pour dynamiser le tout, et éviter au spectateur d'avoir de grosses longueurs d'avance sur les personnages.

En l'état, ce n'est pas désagréable, c'est assez bien joué, et l'atmosphère est convaincante, mais ça perd notablement en intérêt lorsque Max apparaît, et que le tout se transforme en sous-Hitcher assez basique.

3/6

Alien Trespass :

Dans les années 50, une soucoupe volante s'écrase près d'une petite ville américaine. Rapidement, le pilote (Eric Mccormack) doit alors prendre forme humaine, et tenter de capturer un monstre menaçant, échappé des soutes de son vaisseau spatial...

Un gros pastiche décomplexé de toute la science-fiction ciné des années 50, avec ce que ça comporte de rythme pépère, de monstre risible, de personnages formatés, de lieux communs, de clichés, d'effets spéciaux primitifs, etc.

En soi, ce n'est pas vraiment un bon film (ça ne cherche pas vraiment à l'être, de toute façon), mais c'est une bonne imitation, un bon hommage à tout un pan de la culture américaine, et à ses codes.

3/6

commentaires

Halloween Novembrrrfest 2014 - 37 - Apocalyptic (2014), Willow Creek (2013), Honeymoon (2014) & Le Chemin Sans Retour (2010)

Publié le 4 Novembre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Halloween, Horreur, Fantastique, Found Footage, Australie, Comédie, UK, Review

Halloween s'en est allé, et l'heure est venue, pour le blog des Téléphages Anonymes, de conclure l'Oktorrorfest 2014, un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Apocalyptic :

Intrigués par les rumeurs de l'existence d'un culte apocalyptique dans la forêt australienne, deux reporters partent à la rencontre des cultistes, avec pour objectif la réalisation d'un documentaire...

Un found footage australien qui ne peut que faire penser à The Sacrament, mais sans le besoin permanent de se référer au massacre de Jonestown. Ce qui crée un joli paradoxe, puisque si Apocalyptic ne possède pas la montée en tension de Sacrament, ni le gore décomplexé du final de ce film, il est nettement plus intéressant à regarder : mieux joué (bémol pour le gourou, qui récite un peu son texte, mais n'a heureusement pas beaucoup de lignes de dialogues), plus imprévisible dans son déroulement (puisque moins assujetti à des témoignages réels), et tout simplement mieux conçu, puisque là, on s'attache rapidement aux victimes du culte.

Dommage que la toute fin, qui a la bonne idée de donner dans le surnaturel (à la Red State, mais assumé), soit si télégraphiée par la narration et sa mise en images.

4/6

Willow Creek :

Jim (Bryce Johnson) et sa petite-amie Kelly (Alexie Gilmore) décident de visiter la célèbre Willow Creek, pour y tourner un documentaire sur la légende de Bigfoot. Incrédule, Kelly accompagne son compagnon dans les bois sans grande conviction, mais bientôt, une présence étrange se manifeste...

Un found footage pour lequel j'avais de gros espoirs, vue sa réputation assez flatteuse, et le fait que ce soit Bobcat Goldthwait qui le réalise, ce qui laissait présager de quelque chose d'original et de mordant.

Et en fait, on doit subir près de soixante minutes de mise en place assez moqueuse et soporifique sur le phénomène Bigfoot, avant de parvenir au moindre moment un tant soit peu intriguant.

Le film ne faisant que 80 minutes, générique compris, cela pose donc un problème de taille. Quant aux vingt dernières minutes, lorsque "Bigfoot" se manifeste enfin, elles sont tellement bancales que le tout tombe gentiment à plat, d'autant que les protagonistes sont gentiment stupides, dans le genre "partons en forêt dans un coin paumé et dangereux sans carte, boussole, GPS ou flingue".

Une vraie déception.

1.25/6

Honeymoon :

Jeunes mariés, Paul (Harry Treadaway) et Bea (Rose Leslie) vont passer leur lune de miel au bord d'un lac reculé. Mais peu de temps après leur arrivée, Paul retrouve son épouse perdue au beau milieu de la nuit, dans les bois, désorientée et incohérente. Rapidement, il apparaît que Bea n'est plus tout à fait la même, et que des évènements étranges se sont produits dans la forêt...

Un film à la distribution limitée (deux personnages principaux, et deux autres très secondaires et peu présents) qui fonctionne assez bien, principalement grâce à une montée en puissance très réussie, une tension omniprésente, et une interprétation soignée.

On pourra juste regretter le manque de surprises du métrage : si le spectateur peut éventuellement commencer à songer à des pistes moins probables au cours du film, le final vient renforcer l'idée que l'hypothèse la plus évidente, celle à laquelle tout spectateur aura pensé dès que les évènements initiaux se sont produits, est finalement la bonne.

Dommage, car un peu plus de surprises, un peu plus d'ambiguïté sur la santé mentale de Paul, et l'on tenait un petit bijou de ce genre.

4/6

Le Chemin Sans Retour (YellowBrickRoad) :

En 1940, la population de la petite ville de Friar, New Hampshire décide soudain de partir dans les bois, laissant tout derrière elle, et disparaissant à jamais. En 2008, une équipe documentaire tente de retracer les pas des autochtones, mais ils découvrent bien vite que seule la folie les attend au bout de cette piste sans fin... 

Un paradoxe de taille que ce petit budget : avec un pitch pareil, on aurait pu s'attendre à un found footage de plus, un Blair Witch-bis qui aurait pu camoufler derrière son style les mystères de son scénario, les zones d'ombre de son récit, les faiblesses de sa réalisation, l'approximation de ses scènes gore et le jeu très inégal de ses acteurs.

Mais non, on a droit à un film traditionnel, qui expose bien tous ces défauts dans un métrage absolument pas maîtrisé, qui cumule rythme bancal, personnages assez agaçants, surjeu total, et moments improbables ne débouchant sur rien du tout, puisque le film se termine en queue de poisson nonsensique.

Bref, là où beaucoup voient un film génial "à la Lynch", car sans explications ni sens logique, moi je vois surtout des idées intéressantes et un pitch de base au potentiel certain, mais qui se voient massacrés par une exécution amateure et totalement à l'ouest.

Dommage.

1.25/6

commentaires

Halloween Novembrrrfest 2014 - 36 - Action ou Vérité (Truth or Dare - 2012), Devil's Mile (2014), The Battery (2012) & At The Devil's Door (2014)

Publié le 3 Novembre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Thriller, UK

Halloween s'en est allé, et l'heure est venue, pour le blog des Téléphages Anonymes, de conclure l'Oktorrorfest 2014, un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Action ou Vérité/Truth or Dare/Truth or Die :

Invité chez l'une de leurs connaissances fortunées pour un anniversaire, un groupe de jeunes britanniques désinvoltes visite une cabine isolée, où ils sont bientôt soumis à un jeu d'Action ou Vérité des plus sanglants par le frère de leur hôte, désireux de venger le suicide de celui-ci...

Un thriller psychologique anglais pas désagréable du tout, principalement grâce à une interprétation convaincante de tout ce petit monde, dans des rôles pourtant peu sympathiques : en effet, tous les personnages, friqués et arrogants, sont antipathiques au possible (Jennie Jacques a bien des.... atouts charmants, et ce rôle déjanté la change radicalement de WPC56, mais... son personnage est - volontairement - à baffer.) et paradoxalement, on se surprend par moments à se ranger du côté du bad guy (très bien interprété par David Oakes).

Une approche intéressante, donc, qui fait de tout le cast des têtes-à-claques en puissance, et parvient néanmoins à conserver l'intérêt du spectateur pour ces personnages et leur survie.

Petit bémol, le twist final, assez pataud, aurait pu être nettement mieux amené par le scénario, car en l'état, il tire un peu le film vers le bas.

3.5/6

Devil's Mile :

Après avoir kidnappé deux adolescentes asiatiques, désormais enfermées dans le coffre d'une voiture, trois criminels amènent leurs prisonnières jusqu'à leur employeur, mais se retrouvent bien vite pris au piège sur une route perdue, qui ne semble avoir ni début, ni fin, et sur laquelle les cauchemars prennent vie...

Mouais. C'est vendu un peu partout comme un thriller lovecraftien, ou que sais-je encore, mais en réalité, c'est plutôt un film d'horreur fauché, pas très bien réalisé (énormément d'effets visuels pratiques - flous, zooms, décadrages, etc - pour cacher la misère) et fréquemment surjoué, qui se traîne mollement jusqu'à son dénouement.

Alors certes, le métrage a un concept assez ambitieux en théorie, mais en pratique, c'est tout simplement trop médiocre pour intéresser plus d'une demi-heure.

1.5/6

The Battery :

Radicalement différents l'un de l'autre, Ben (Jeremy Gardner) et Mickey (Adam Cronheim), deux anciens joueurs de baseball, errent dans une Nouvelle Angleterre tombée aux mains des zombies. Lorsqu'ils interceptent une transmission radio faisant état d'une communauté humaine protégée des zombies, les deux hommes s'opposent alors quant à la suite des évènements...

Un zombie movie au budget ultra-limité (6000$) ce qui implique, bien évidemment, de nombreuses astuces pour faire illusion : deux acteurs principaux (dont le réalisateur & scénariste), quelques figurants zombies, une vieille voiture, et beaucoup de plans contemplatifs sur la nature, la campagne, le soleil, les éléments, etc.

Comme en prime la bande-originale est très axée indie/hipster, on se retrouve donc avec un film à la limite du mumblecore/mumblegore, souffrant de tares inhérentes tant à ce style qu'à son budget, avec des clichés et un rythme trop inégal pour son propre bien... mais qui parvient néanmoins à rendre ses personnages intéressants et en partie attachants.

On ne s'ennuie donc pas trop, et en regard du budget, on peut dire que c'est un essai globalement transformé.

3.5/6 

At The Devil's Door :

Satan veut s'incarner dans un enfant innocent, et recherche une mère porteuse pour sa progéniture : trois femmes que (presque) tout sépare vont ainsi se trouver prises dans la toile du démon, pour un jeu à l'issue funeste...

Un film d'horreur à l'ambiance pesante et étouffante, aux effets et à la mise en place efficaces, mais dont la structure décousue et brouillonne handicape un peu l'efficacité. En fait, on a souvent l'impression de trois films en un, avec changements d'héroïne en cours de route... ce qui pourrait être une idée intéressante, si elle était plus développée, et moins parasitée par des flashbacks pas forcément indispensables. Dommage.

3/6

commentaires

Halloween Novembrrrfest 2014 - 35 1/2 - Sunday Bonus : Mercy (2014), Kingdom Come (2014), The Door (2014) & Treehouse (2014)

Publié le 2 Novembre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique

Halloween s'en est allé, et l'heure est venue, pour le blog des Téléphages Anonymes, de conclure l'Oktorrorfest 2014, un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Mercy :

Une mère célibataire (Frances O'Connor) et ses deux garçons s'installent chez leur grand-mère (Shirley Knight) qui s'avère possèder des pouvoirs mystiques étranges, obtenus lors d'un pacte avec une entité maléfique.

Une adaptation libre de la nouvelle lovecraftienne "Mémé" de Stephen King, sortie directement en vidéo à l'occasion d'Halloween.

Ce n'est pas très long (74 minutes), et ça se regarde assez tranquillement (c'est relativement bien joué, assez rythmé, visuellement assez réussi) mais malheureusement, ça fait le choix de certains changements dommageables au récit, comme ce happy ending particulièrement agaçant.

3/6

Kingdom Come :

Une dizaine d'individus issus de nombreux horizons différents se réveillent dans un hôpital psychiatrique sans savoir comment ils sont arrivés là. Progressivement, ils réalisent qu'ils sont tous liés les uns aux autres, et qu'une force surnaturelle et menaçante les retient prisonniers en ces lieux, prête à les dévorer...

Un film d'horreur tellement téléphoné et prévisible qu'il en devient agaçant : (attention spoilers) oui, les personnages sont tous les victimes du carambolage que l'on entend dans le générique de début, oui, ils sont tous coupables de quelque chose, oui, le seul mec qui ne se réveille pas avec les autres et qui est un peu louche est le Diable, oui, la gamine vêtue de blanc est l'émissaire de dieu, et accessoirement la fille avortée de la survivante, et oui, l'hôpital est un purgatoire où les personnages sont jugés...

Le moindre spectateur attentif et familier des conventions du genre aura tout deviné dès les premières minutes, et passera ainsi tout le reste du film à endurer un propos assez douteux et puant le prosélytisme religieux, à base de "le pardon est la plus grande des forces, et la clef de la survie de ton âme" ; parce que oui, si tu es victime d'un pédophile, tu dois le pardonner, sinon tu vas en enfer ; et si tu as avorté d'un enfant, tu dois être pardonné, sinon, direction l'enfer.

Tout ça va (très logiquement) de pair avec des personnages bien clichés et réacs, comme l'afroaméricain forcément racaille et violeur en série de femmes blanches, l'homme de ménage forcément pédophile, le musulman forcément raciste et violent (mais qui trouve le pardon en s'excusant in extremis d'avoir tué sa fille O_o)... bref, c'est particulièrement énervant, c'est inégal dans l'interprétation et le rythme, et ça n'a pas grand intérêt, malgré quelques moments qui fonctionnent, et des succubes/démones assez réussies visuellement.

1.5/6

The Door :

Après avoir sauvé la vie d'un businessman asiatique étrange dans la rue, Mike (Brian McDonald) décroche un job de nuit tout aussi bizarre : il doit surveiller, pendant douze heures d'affilée, une porte close. Une situation mystérieuse qui paie très bien mais qui, rapidement, va s'avérer bien plus compliquée que prévu...

Un film assez frustrant, au pitch initial intrigant et plein de potentiel, mais qui perd rapidement en intérêt dès lors que les personnages-boulets de la bande de potes du héros s'invitent, et commencent à semer la zizanie sous le regard impuissant de celui-ci.

Instantanément, le métrage devient horripilant et agaçant, vire au film de hantise basique à l'interprétation inégale, et l'on n'a qu'une envie : que tous les personnages y passent le plus vite possible, dans d'atroces souffrances, et qu'ils n'aient ainsi que ce qu'ils méritent.

Ça aurait clairement été plus pertinent en moyen-métrage, voire en court.

1.25/6

Treehouse :

En rentrant chez elle, la jeune Elizabeth (Dana Melanie) est le témoin de l'enlèvement de son jeune frère, et disparaît en tentant de poursuivre les kidnappeurs dans la forêt. Bientôt, les habitants de la ville commencent à sombrer dans la paranoïa, alors que rumeurs, cadavres animaliers et silhouettes étranges se multiplient dans les bois...

Un survival forestier centré sur Elizabeth, et sur l'un des deux frères qui la découvrent, capturée dans une cabane dans les arbres.

Et là repose tout le problème du métrage, qui pourtant parvient à poser son ambiance et sa tension dès les premières images : toute la première partie dans la cabane, après sa mise en place un peu pépère, laisse augurer du meilleur, avec des adversaires invisibles et menaçants dans les bois, tels des esprits ou des créatures mythiques, et un duo de personnages principaux un peu rednecks et décalés, qui utilisent des surnoms improbables (le duo "fille volontaire et autoritaire" + "jeune homme à la limite de l'autisme" est étrange, mais, bizarrement, fonctionne).

Et puis une fois que le couple s'échappe de la cabane, le film perd grandement de son intérêt, puisque les "adversaires" s'avèrent être trois rednecks génériques au possible, que des flashbacks viennent plomber un peu le tout, et que la toute fin du métrage mérite un bon facepalm.

D'autant plus dommage que l'ambiance était là, et qu'il y avait quelque chose de fascinant à faire avec l'imagerie de cette cabane, et de ces pendus. Dommage.

2/6  

commentaires

Catch Review : Chikara - 14x11 - King of Trios 2014 - Night 3 (21/09/2014)

Publié le 2 Novembre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, Chikara

Après une première soirée de King Of Trios 2014 assez plate et peu mémorable, et un second show un peu plus convaincant (principalement grâce au Rey De Voladores) place à l'ultime soirée de cet évènement indépendant...

Chikara - 14x11 - King of Trios Night 3 (21/09/2014) :

- KOT - The Golden Trio vs The Flood. Pas franchement fan de Jimmy Jacobs, de (face) Icarus, et du mec en tenue de gimp, donc un bon gros bof pour la moitié des forces en présence, et puis les quelques moments brouillons et semi-botches n'aidaient pas ce match de dix minutes. Pas mauvais, mais quelconque.

- KOT - 3peckO vs Devastation Corp. Un long match dynamique et assez sympa.

- Mark Andrews vs Oliver Grimsly. Un match de cruiserweights assez tranquille.

- Tag Team Gauntlet. De la grosse comédie hilarante entre Old Fashioned et Los Ice Creams ; un peu de flottement ensuite, de l'action solide, de l'action un peu plus anecdotique, et toutes les équipes de la compagnie qui y passent.

- Submission Squad vs The Gentlemen's Club. Du grand nawak hilarant de bout en bout, avec des freeze frames, des poses, des trahisons, retrahisons et réconciliations, un arbitre qui se mèle à l'action, et plein de gimmicks improbables.

- Rey de Voladores Finals, Shynron vs The Great Sanada. À la fois méthodique (Heel Sanada oblige) et acrobatique (Shynron inside), un match très réussi.

- KOT finals - Golden trio vs Devastation Corp. Excellent trios match, long et épique. À nouveau, une réussite.

- Brawl entre le Flood et quelques-unes des faces de la compagnie, promo de Jacobs qui oblige Icarus à donner le titre à Kingston, et face turn de Kingston qui se retourne contre le Flood.

 


 

Un ultime nuit sans vraie déception, puisque même les matches les plus faiblards étaient sympathiques. Reste que le KOT 2014 était une expérience assez mitigée (à l'intérêt et la qualité allant clairement croissants, avec une Night 3 >> Night 2 >> Night 1), qui sentait clairement la compagnie en pleine reconstruction et réorganisation financière. En espérant que la version 2015 soit un peu plus fournie en guests... un Trio Team Impact Wrestling, par exemple, serait le bienvenu...

commentaires

Halloween Novembrrrfest 2014 - 35 - The Quiet Ones (2014), Dead Within (2014), The Midnight Game (2013) & Dagon (2001)

Publié le 1 Novembre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Hammer, Found Footage, Thriller, Lovecraft, Espagne, UK

Halloween s'en est allé, et l'heure est venue, pour le blog des Téléphages Anonymes, de conclure l'Oktorrorfest 2014, un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

The Quiet Ones :

Dans les années 70, bien décidé à prouver que le surnaturel n'existe pas, le professeur Coupland (Jared Harris) recrute un jeune étudiant (Sam Claflin) pour l'aider, lui et ses deux assistants (Erin Richards & Rory Fleck-Byrne) à mener des expériences sur Jane (Olivia Cooke), une jeune femme autour de laquelle se produisent des évènements surnaturels...

Une production Hammer à mi-chemin entre le film found-footage et le film d'horreur plus traditionnel/old-school, ce qui n'est pas inintéressant.

Malheureusement, le métrage fonctionne de manière systématique sur des jump scares tonitruantes, et la b-o ultra-discrète est ponctuée ici ou là de "thèmes" bruitistes et grinçants, qui se répètent à chaque manifestation : autant dire que l'expérience est assez désagréable sur le long-terme, et qu'elle anesthésie progressivement l'effet de surprise désiré.

Bref, c'est théoriquement sympathique dans ses intentions et sa forme rétro, c'est assez bien fait techniquement, mais au final, c'est trop classique, et je suis ressorti plutôt mitigé de ce métrage. Dommage.

Un petit 3/6

Dead Within :

Six mois après le début d'une épidémie de zombies, un couple calfeutré dans un abri doit faire face à l'amenuisement de ses réserves, et à la lente perte de santé mentale de l'une d'entre eux.

Un film de zombies conceptuellement intéressant, puisqu'en huis-clos, et intégralement centré sur le personnage de la protagoniste qui devient lentement folle.

Malheureusement, si les intentions étaient louables, l'exécution n'est pas à la hauteur du concept, puisque rapidement, on devine le pourquoi du comment (le titre du métrage n'aide pas vraiment à préserver le mystère, d'ailleurs), d'autant que le rythme est assez contemplatif et que petit à petit, les cris de l'actrice deviennent fatigants.

Dommage, car l'idée aurait mérité un traitement plus approfondi et maîtrisé.

2.5/6

The Midnight Game :

Sans vraiment y croire, un groupe de lycéens décide de tester un soir un creepypasta trouvé sur le web. Rapidement, cependant, il s'avère que la légende urbaine est réelle, et qu'ils ont invoqué une entité bien décidée à leur faire vivre leurs plus grandes peurs...

Un petit film au pitch et au traitement guère originaux, mais qui pourtant, étrangement, fonctionne assez bien. Ici, on ne s'embarrasse pas de fioritures, on va droit au but, en moins de 75 minutes tout compris, avec une interprétation honorable, et une ambiance convaincante, grâce notamment à une réalisation assez posée, et à une musique lancinante et efficace.

Bref, assez bonne surprise, tous comptes faits.

3/6

Dagon :

Après un accident de bateau au large d'un petit village de pêcheurs espagnols, Paul Marsh (Ezra Godden) et sa petite-amie (Raquel Merono) s'aperçoivent que les occupants de la bourgade ne sont pas totalement humains, et qu'ils vénèrent une entité sous-marine difforme, Dagon...

Adaptation libre de Lovecraft par Stuart Gordon, qui parvient ici, malgré quelques limites évidentes (budget, rythme, etc) à imposer une atmosphère poisseuse, moite et pesante, ainsi que des visions d'horreur trop rarement vues au cinéma. Ce n'est clairement pas un film parfait, mais cela reste l'une de mes adaptations lovecraftiennes préférées.

4/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 34 - Trilogie Frère de Sang (1982/1990/1991) & La Maison de l'Étrange (Inhabited - 2003)

Publié le 31 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Jeunesse

Halloween est là, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Basket Case 1 :

Lorsque Duane (Kevin Van Hentenryck) s'installe dans un hôtel new-yorkais avec pour seul bagage un panier en osier fermé, rien ne laisse présager la série de meurtres qui va suivre. Car dans le panier se trouve Belial, le frère siamois de Duane, séparé par des médecins brutaux que Belial et Duane sont bien décidés à faire payer...

Un film très daté, très fauché, très mal joué, mais qui pourtant parvient à tout même emporter l'adhésion, malgré tous ces défauts techniques évidents.

Principalement parce que Henelotter, le réalisateur, parvient à instaurer une ambiance particulièrement pesante, poisseuse et glauque, dans ce NYC fauché du début des années 80.

Bref, c'est mal foutu, certes, mais c'est original, inventif, amusant et assez bien mené, ce qui rééquilibre le tout.

3.25/6

Basket Case 2 :

Après avoir survécu à leur chute depuis leur chambre d'hôtel, Duane et Belial parviennent à s'échapper de l'hôpital, et trouvent refuge dans une demeure cossue, tenue par leur tante Ruth (Annie Ross). Là, ils forment une nouvelle famille avec les nombreux autres freaks hébergés par Ruth, jusqu'à ce que des journalistes un peu trop curieux viennent bousculer ce fragile équilibre...

Un métrage radicalement différent du précédent : exit le glauque, le fauché, le cheap, le poisseux, et New York. Ici, le budget est plus important, les acteurs jouent mieux, c'est moins daté dans sa forme et dans son fond, bref, le tout est nettement plus maîtrisé, abouti, et remplace l'atmosphère si particulière du premier épisode par un côté défilé de freaks grandiloquent et burlesque, à mi-chemin entre du Tod Browning et Nightbreed/Cabal.

Avec une thématique très axée "séparation" et "acceptation de l'autre et de soi", le métrage continue ainsi à être intrigant et original, tout en se permettant plus de légèreté et d'humour, ainsi que des effets spéciaux nettement plus convaincants.

C'est moins gore (quoique...), mais ça fourmille tout autant d'idées (le photographe dans le grenier, qui éclaire la scène à coups de flashes, avec les créatures qui se rapprochent un peu plus à chaque fois), et le finish WTF achève de faire de ce métrage une suite peut-être meilleure que l'original, dans un style différent (un peu à la manière d'Evil Dead/Evil Dead 2).

4/6

Basket Case 3 - The Progeny :

En compagnie de Ruth et des autres freaks, Belial et Duane partent en road trip dans le Sud profond, pour célébrer la future naissance des enfants de Belial. Mais bien vite, la situation se complique, et les freaks doivent prendre les armes contre la police locale...

Ouhlà, la belle casserole que voilà. Après un premier volet poisseux, et un second plus décomplexé, celui-ci donne dans... euh... le grand bordel non-sensique.

Et c'est précisément pour ça que le film ne fonctionne pas : non seulement le surjeu général est de retour ; non seulement le tout donne encore plus dans la caricature et le grotesque ; mais en plus, ça met un temps fou à se mettre en marche, avec plus de 35 minutes avant que l'accouchement ne se produise.

Bref, c'est mou, c'est décousu, il y a de la nudité gratuite, des idées assez débiles jetées n'importe comment à l'écran (Robo-bélial, l'inventeur, etc), et le personnage principal n'est plus vraiment Duane ou Belial, loin de là, puisque Ruth prend le devant, pousse la chansonnette, etc.

En fait, hormis la scène d'évasion du commissariat, joliment gore, je crois que j'ai vraiment détesté le reste du film.

1.75/6

La Maison de l'Étrange (Inhabited) :

Lorsque Brad (Eric Lutes) & Meg (Megan Gallagher) emménagent avec leur fils adolescent Tyler (Greg Cipes) et la petite Gina (Sofai Vassilieva) dans une nouvelle demeure un peu délabrée, ils ignorent qu'ils s'installent sur le territoire de gnomes maléfiques vivant sous terre... et bien vite, alors que Gina devient leur compagne de jeu, les morts mystérieuses se succèdent.

Un film de 2003 qui ressemble plutôt, à vrai dire, à un téléfilm fantastique pour enfants des années 80, dans la droite lignée de Troll, de Les Créatures de l'Ombre, ou de The Gate ; l'interprétation est inégale, les jump scares agaçantes, et le tout est au final assez quelconque, sans réels enjeux mémorables ou convaincants. Malcolm McDowell ne sert d'ailleurs pas à grand chose.

2/6

commentaires

Catch Review : TNA Impact (29/10/2014)

Publié le 30 Octobre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

L'Impact de la semaine dernière était assez mollasson, et je l'avais qui plus est regardé d'un oeil assez distrait ; cette semaine, je suis concentré, alors espérons que le show sera meilleur...

- Tag Tournament - JoKi vs MVP/King. Quelques transitions un peu brouillonnes, mais un match par équipes plutôt efficace néanmoins.

- Promo inégale de Devon.

- De la hype pour Lashley.

- Bram au micro, pour annoncer qu'il est décidé à détruire la Confrérie du Hardcore ; Magnus qui prend la relève au micro, et rappelle un peu son palmarès. Devon n'est pas d'accord, et passe à l'assaut avec l'aide de Tommy Dreamer, pour un mini-brawl. Pourquoi pas, mais Magnus continue de sembler un peu déplacé dans ces histoires de hardcore et compagnie.

- Les MILF tentent de se mettre sur la même longueur d'onde.

- Sharkboy se goinfre backstage devant des gamins, et se fait rappeler à l'ordre par Simon Diamond.

- MILFs vs TBP. Assez prévisible, mais pas forcément mauvais pour autant, le format tag permettant de cacher les faiblesses de tout le monde, et de raconter une histoire.

- Angle confiant.

- Tag Tournament - TyC3 vs Hardys. Un tag match bien mené, avec un Tyrus qui se fait avoir comme un bleu par les Hardyz, ce qui agace fortement EC3.

- La Revolution de Storm continue, avec Storm qui explique son gospel, et offre une chance de les rejoindre à Davey Richards. Davey hésite, Eddie s'en mèle, et gifle Storm.

- Storm vs Eddie Edwards. Affrontement forcément intéressant, avec une dissension intrigante entre les Wolves, même si dans l'absolu, il n'y a aucune chance que Davey rejoigne la Révolution, amha.

- Lashley vs Roode II, HW Title, w/special ref. Angle. On dira ce qu'on voudra de Lashley, mais il a été particulièrement constant et efficace durant son règne... et amha, meilleur que Brock "un match tous les quatre mois" Lesnar. Ce main event overbooké était assez amusant, je dois dire, avec Lashley qui démolit involontairement tout le monde avec ses spears, qui pête un cable, utilise coups bas et ceinture sur Roode, etc ; bel effort global des deux compétiteurs.


Un show satisfaisant, tant sur le plan de l'action que de l'avancée des intrigues en cours. La semaine prochaine devrait réserver un match épique (Hardyz vs JoKi), ainsi que la suite de Wolves/Revolution.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 33 - The Echo (2008), Catacombes (Catacombs - 2007) & Le Territoire des Ombres : Le Secret des Valdemar & Le Monde Interdit (2010)

Publié le 29 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Lovecraft, Thriller

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

The Echo :

Ancien détenu autrefois accusé de meurtre, Bobby (Jesse Bradford) sort de prison, et s'installe dans l'appartement new-yorkais de sa mère mystérieusement décédée, à l'étage d'un vieil immeuble fatigué, où tout le monde vit dans la crainte. Bien vite, il y est confronté à des bruits étranges, et à un cas de violence conjugale chez son voisin (Kevin Durand), mais lorsqu'il enquête, le voilà soudain impliqué dans un drame surnaturel qui le dépasse...

Un remake US d'un film d'horreur asiatique (Sigaw) qui est un peu problématique : d'un côté, le film est très atmosphérique, et ne repose pas sur des jump scares, ce qui est appréciable ; mais de l'autre, ce n'est qu'une histoire de fantômes assez classique, prévisible, et très faiblarde au niveau frayeur et angoisse.

Bref, très mitigé, d'autant que le générique d'ouverture, sur fond de murmures désespérés, est très réussi, et nettement plus prenant que tout ce qui suit ensuite. M'enfin ça se regarde.

2/6

Catacombes :

Maigrichonne, névrosée et légèrement psychotique, Victoria (Shannyn Sossamon) arrive à Paris pour y rendre visite à sa soeur Carolyn (la chanteuse Pink) ; là, elle découvre le manque d'hospitalité des Français, et les amis fêtards et blagueurs de Carolyn. Mais après une rave illégale dans les catacombes parisiennes, Victoria s'y retrouve seule, perdue, et à la merci d'un tueur sanguinaire...

Purement et simplement un navet, qui échoue sur tous les niveaux. On pourrait facilement passer outre le scénario téléphoné et plat au possible, avec son héroïne qui galère seule dans des couloirs clairement tournés en studio, pendant des plombes, à crier sans raison... si seulement le reste était mieux foutu.

Là, on a une France et des Français on-ne-peut-plus-caricaturaux (cigarettes, agressivité, impolitesse, sexe, philosophie, etc), un rendu visuel fauché, des personnages écrits avec les pieds (l'héroïne est antipathique, sa fragine une tête à claques), une distribution médiocre (Sossamon crie constamment, Pink est transparente, et tous les autres sont des acteurs roumains qui font semblant de parler français), et une illustration musicale insupportable. Bref, il n'y a rien à sauver, même pas un moment de tension réussi.

0.25/6

La Herencia Valdemar :

En 1874, Lazaro Valdemar (Daniele Liotti), un photographe ayant fait fortune grâce à de fausses photos psychiques, finit en prison, accusé de fraude. Il en est sorti par Aleister Crowley (Paco MAestre), un sorcier et nécromancien qui est persuadé des dons réels de Lazaro. Mais la première cérémonie d'incantation de Crowley, Lazaro et de leurs semblables tourne au cauchemar, et le manoir Valdemar devient le lieu d'une malédiction innommable, qui hante le bâtiment pendant des siècles, jusqu'à ce que Luisa (Silvia Abascal), une spécialiste en assurances, se perde dans la bâtisse alors qu'elle en fait l'estimation...

Un film d'épouvante gothique espagnol assez frustrant, car inégal.

Après une première partie contemporaine assez quelconque et peu subtile, le film prend son envol dans sa seconde partie historique : les décors, l'interprétation, les effets spéciaux, le visuel, la musique, les costumes, tout est plutôt réussi... mais cela ne reste qu'un (très long) flashback, parfois un peu mollasson (il aurait été clairement possible de dynamiser le tout par quelques coupes dans le scénario), et qui, au retour à l'époque présente pour un "à suivre" agaçant, frustre vraiment plus qu'il ne satisfait.

3.25/6 car le film est techniquement très convaincant.

La Herencia Valdemar II - La Sombra Prohibida :

À la recherche de Luisa, disparue dans le premier film, un petit groupe doit faire face aux troupes de cultistes d'une organisation funeste en possession du Necronomicon, grimoire maudit capables d'invoquer les entités les plus maléfiques...

Ouhlà quelle déception après ce premier opus sympathique mais imparfait ; ici, ce sont tous les défauts du premier film qui sont décuplés, sans rien pour les contrebalancer : résumé maladroit du premier film, enquête sans intérêt, flashback inutile avec Lovecraft en guest, rythme encore plus mollasson, interactions ternes et répétitives entre les personnages... bref, si le budget reste présent (et le Cthulhu est assez réussi pour une prod européenne), la maîtrise et le scénario ne sont pas là.

En coupant une heure de métrage, et en fusionnant les deux films, ça aurait probablement été nettement meilleur.

1.5/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 32 - Blood Night : The Legend of Mary Hatchet (2009), La Fosse du Diable (2009), Enfer Mécanique (1977) & The Resurrected (1991)

Publié le 28 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Action, Thriller, Lovecraft

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Blood Night - The Legend of Mary Hatchet :

Vingt ans après la mort de Mary Hatchet, une tueuse en série psychopathe, la nuit de son ultime massacre est devenu une nuit de fête et de chaos, durant laquelle les jeunes de la ville sèment le désordre et l'anarchie dans les rues... mais lorsqu'un petit groupe organise une séance de spiritisme sur la tombe de Mary, l'esprit de cette dernière revient se venger...

Un slasher ultra-basique et bavard, qui prend beaucoup trop son temps avant de s'énerver enfin et de virer à l'horreur (plus de 3/4 d'heure !), et qui racole gentiment dans l'intervalle, histoire de meubler. Avec Danielle Harris (décidément !) dans un rôle secondaire, dont l'importance réelle est assez téléphonée (d'ailleurs, c'est tout le métrage qui est ultra-prévisible).

0.75/6 (parce que l'intention de faire un slasher à l'ancienne, avec légende urbaine, boobs et gore, n'était pas mauvaise dans l'absolu)

The Devil's Tomb :

Sous la direction du vétéran Mack (Cuba Gooding Jr), un commando d'élite accompagne une spécialiste de la CIA (Valerie Cruz) jusqu'à un chantier de fouilles archéologiques, pour en évacuer le père de cette dernière (Ron Perlman). Mais sur place, ils découvrent que les archéologues ont déterré une forme de vie étrange et très ancienne, aux desseins maléfiques...

Un film d'horreur signé Jason Connery, et qui bénéficie d'un casting assez sympathique de seconds couteaux venus joyeusement cachetonner.

Quel dommage alors que le métrage ne soit qu'une pauvre resucée de La Chose/Prince des Ténèbres/Doom et compagnie, le budget en moins, et le non-jeu de Gooding en plus.

Bref, ça se regarde très vaguement, d'un oeil peu attentif tant tout est balisé, en attendant que, dans le dernier quart du film, ça s'énerve un peu.

Ce n'est même pas particulièrement mauvais, en fait, mais simplement très oubliable.

1.75/6

The Car :

Dans une petite ville perdue dans le désert californien, des accidents suspects mettent la puce à l'oreille des autorités : une voiture noire, bruyante et sans conducteur apparent, semble avoir décidé de semer la mort et le chaos dans les environs, sans que rien ne semble pouvoir l'arrêter...

Un petit film d'horreur qui lorgne très clairement sur Duel et Les Dents de la Mer, mais dans un environnement terrestre poussiéreux et hostile, aux paysages frappants.

Et étrangement, ça fonctionne plutôt bien (quelques moments en accéléré exceptés) : la voiture diabolique est réellement impressionnante, visuellement parlant ; son klaxon de 38 tonnes lui donne une "voix" mémorable ; et avec cette musique qui, comme dans The Shining, reprend Berlioz, le tout parvient à imposer une atmosphère pesante et inquiétante, tout en se permettant de brosser le portrait de cette communauté, et des problèmes de chacun, de manière plus légère et sympathique.

J'ai bien conscience que les histoires de James Brolin, de ses filles et de sa maîtresse n'intéresseront pas forcément tous les spectateurs venus voir une voiture possédée faire un massacre, mais moi, j'ai trouvé ça rafraîchissant, puisque ça donne de l'épaisseur au protagoniste principal, et ça rend son parcours (et les pertes qui le touchent) plus efficaces.

(par ailleurs, j'ai apprécié de voir une présence prononcée de natifs-américains dans la population locale, et dans des rôles plus importants, c'est suffisamment rare pour être souligné.)

4/6

The Resurrected (aka Shatterbrain) :

Lorsque le chimiste Charles Dexter Ward (Chris Sarandon) passe de plus en plus de temps enfermé dans un chalet reculé appartenant à sa famille pour y conduire des expériences étranges, son épouse Claire (Jane Sibbett) engage un détective privé pour mener l'enquête, et en savoir plus...

Une adaptation moderne de "L'Affaire Charles Dexter Ward" de Lovecraft par Dan O'Bannon, adaptation qui souffre de quelques problèmes évidents : interprétation et post-synchro pas toujours très justes, budget clairement limité avec des décors et un éclairage parfois fauchés, et un rythme trop inégal pour vraiment convaincre.

Cela dit, si le tout manque un peu de punch, reste que le récit s'avère assez fidèle à l'atmosphère et au déroulement de la nouvelle originale, ce qui en fait une adaptation assez réussie, au dénouement final plutôt prenant, grâce à ses créatures et autres effets spéciaux.

4.25/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 31 - Ghost of Goodnight Lane (2014), April Apocalypse (2013), Find Me (2014) & Death Factory (2014)

Publié le 27 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Romance, Action

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Ghost of Goodnight Lane :

Dans un petit studio de cinéma fraîchement rénové, un monteur est retrouvé mort ; bientôt, les évènements surnaturels se multiplient, autour du tournage d'un clip musical dirigé par Alan (Billy Zane)...

Bon, je ne sais pas trop quoi dire au sujet de ce film, si ce n'est que... euh... je ne l'ai terminé qu'en utilisant ponctuellement de la touche "avance rapide". Ouép. C'est ultra-low-budget, c'est particulièrement étriqué et sans ampleur (forcément, tout se déroule entre les quatre murs du studio), ce n'est ni une comédie réussie, ni un film d'horreur convaincant, bref, c'est mauvais.

Reste Billy Zane, qui comme toujours cabotine et n'en fait qu'à sa tête, ainsi que Danielle Harris et Lacey Chabert dans des rôles secondaires, mais c'est peu.

0.5/6

April Apocalypse :

Éperdument amoureux d'April (Rebekah Brandes) depuis des années, Artie (Reece Thompson) a le coeur brisé le jour où son amie déménage. Trois ans plus tard, il entreprend un road trip pour la retrouver et lui déclarer sa flamme, mais un accident en chemin le plonge en pleine apocalypse zombie...

Une zom-rom-com qui marche clairement dans les traces de Zombieland (voix off, effets visuels de ralenti, d'arrêt sur image, etc), mais avec un enrobage nettement plus indie/hipster (musique alternative toutes les deux minutes jusqu'à l'écoeurement, détachement ironique et dialogues pontifiants/creux, métaphores éculées, cartons titres "dessinés à la main", chemises à carreau en plaid, chapeaux) qui tue totalement le potentiel du film, et agace plus qu'autre chose.

Pire : non seulement le film n'est ni romantique, ni effrayant, ni vraiment gore, ni drôle, mais en plus on se retrouve avec un film affreusement plat et quelconque, qui devient rapidement fatiguant à cause de la bande son.

Bref, malgré les seconds rôles sympatoches (George Lopez, Sarah Hyland, Matt Shively...), ce n'est qu'une addition de plus, pas du tout mémorable, à un genre qui commence sérieusement à sentir le rance et la putréfaction (ce qui est assez ironique)...

1.75/6

Find Me :

Emily (Kathryn Lyn) & Tim (Cameron Bender) emménagent dans une nouvelle maison, dans la ville natale d'Emily. Rapidement, le couple est hanté par des manifestations surnaturelles, et par un esprit vengeur qui semble jouer à cache-cache avec eux...

Un film de hantise relativement bien interprété, mais qui, malheureusement pour les acteurs, est assez médiocre sur tous les autres plans : l'histoire est ainsi cousue de fil blanc, les rebondissements téléphonés (et assez mal amenés), il n'y a que peu de tension (la faute, en partie, à un rendu très "vidéo" de l'image), et hormis quelques échanges métadiscursifs amusants sur les films de fantômes, le tout reste affreusement balisé, convenu, et pas très bien construit.

1.75/6

Death Factory :

Les passagers d'un autobus se trouvent pris au piège d'un musée des horreurs lorsqu'une incantation maléfique est lue, et que les statues des tueurs en série exposées dans le musée s'animent pour s'en prendre aux visiteurs.

Prenez Waxwork (1988), enlevez l'humour et la dérision, changez un peu les détails ça et là, écrivez des personnages tous caricaturaux, stupides et à baffer, rajoutez une bonne dose de nudité, de sang, et meublez généreusement avec cinq minutes de génériques (sur une durée totale de 70 minutes à peine), et vous obtenez ce nanar qui, plutôt que de jouer avec les clichés, et de faire de son script quelque chose d'amusant, se contente d'exploiter pataudement (et au premier degré) de grosses ficelles sans intérêt.

Et comme en plus l'interprétation de ces caricatures honteuses est très inégale, que le rythme est atroce, et que le film culmine sur un combat d'arts martiaux dans une rue... disons qu'il vaut mieux oublier le tout assez rapidement.

0.75/6

commentaires

Catch Review : WWE Hell in a Cell 2014 (26/10/2014)

Publié le 27 Octobre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, WWE

Un PPV à la carte peu inspirante, mais aux deux MOTN potentiels : Ziggler vs Cesaro, Two Out of Three Falls, et Ambrose vs Rollins en cage.

- Ziggler vs Cesaro, 2 out of 3 falls, IC Title. Un début technique prometteur, un premier tombé précipité et décevant, un milieu de match beaucoup plus lent, une jolie superplex, quelques échanges inégaux, et une victoire clean 2 à 0 de Zigg. Très décevant.

- Orton tape la discute avec l'Authority, whatever, IDGAF.

- Nikki vs Brie, personal assistant match. Meh. Pas de vrai botch (ce n'est pas passé loin sur le saut à l'extérieur), mais franchement rien de passionnant, au point que le public scande le nom de JBL. M'enfin à leur décharge, le match était meilleur qu'un match standard de Velvet Sky.

- Usos vs Dust Brothers. Tag Titles. Pas regardé (parce que j'ai déjà vu ce match 25963588 fois) mais je suppose que c'était de l'action solide, remportée par les Dust Brothers.

- Orton vs Cena, HIAC. Je n'ai pas vraiment suivi le tout, là non plus, puisque je regardais British Boot Camp 2 en parallèle, et que c'était bien plus intéressant ; mais de ce que j'ai vu d'un oeil, Cena se fait démolir pendant la majorité du match, il y a échange de finishers toutes les trente secondes, et Cenawinslol, avant de no-seller le tout en post-match.

- Miz vs Sheamus, US Title. Pas regardé non plus, je finissais BBC2. Je suppose que Sheamus a gagné et humilié Miz/Sandow.

- Nikki Bella est une biatch.

- Une récap du feud le plus con du monde.

- Show vs Rusev. Pas très intéressant, malgré les efforts des deux hommes.

- AJ vs Paige, Divas Title. Un match en pilotage automatique et au public décédé.

- Rollins vs Ambrose, HIAC. Énormément de meublage, avec Jamie Noble et Joey Mercury envoyés par Rollins pour faire descendre Ambrose du haut de la cage, ce qui prend facilement cinq bonnes minutes. Un double table spot prévisible ensuite, avec fausse blessure, civière, tout ça, ce qui rallonge encore plus le tout.

Le match commence enfin après trois plombes, est un hardcore match décérébré durant lequel Ambrose démolit Rollins, jusqu'à ce que l'arène vire au noir, et qu'ils nous fassent un show holographique ridicule, avec intervention de Bray Wyatt, qui coûte la victoire à Ambrose. Finish risible.

 

Un PPV soporifique au possible, avec une carte apparemment organisée pour m'endormir au plus vite une fois le match d'ouverture (au booking foireux) passé. Quand au match final, il était bien parti (après le meublage), mais la WWE, forcément, a plombé le tout avec ce finish tout piteux... Le genre de PPV qui récoltera un 17 ou 18/20 dans Planète Catch, donc...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 30 1/2 - Sunday Bonus : Full Eclipse (1993), Extraterrestrial (2014), Don't Blink (2014) & Wolves (2014)

Publié le 26 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Action, Thriller, Jeunesse, Science-Fiction

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Full Eclipse :

Flic sans peur et sans reproches, Max Dire (Mario Van Peebles) voit sa vie s'effondrer au terme d'une mission catastrophique, qui coûte la vie à son partenaire, et voit son épouse le quitter ; lorsque son partenaire revient mystérieusement à la vie, avant de suicider pour de bon, Max est recruté par Adam Garou (Bruce Payne), pour rejoindre un groupe de vigilantes opérant en dehors des paramètres légaux, et s'injectant avec un sérum faisant d'eux des mi-hommes mi-bêtes...

Un thriller typiquement direct-to-video des 80s/90s, réalisé par Anthony Hicock, et qui cumule pas mal de tares assez rédhibitoires : c'est assez fauché, régulièrement mal joué, mal post-synchronisé, le rythme est plat et monotone, et la créature est d'un ridicule achevé, filmée en ultra-gros plans, histoire de cacher la misère du boss final.

Je ne retiens que Bruce Payne (qui cabotine), dont le personnage de maychant a pourtant des motivations intéressantes (c'est uniquement un flic fatigué de l'inefficacité de la police, et désireux de faire respecter la loi et l'ordre).

1/6

Extraterrestrial :

Une bande de jeunes en week-end dans un chalet forestier est confrontée à des aliens agressifs...

Un bon gros navet qui recycle tous (mais alors TOUS) les clichés hollywoodiens existant sur les extraterrestres (qu'ils proviennent de la tv ou du cinéma), et les applique à un groupe de jeunes particulièrement stupides, tout droit sortis d'un slasher lambda. Alors certes, visuellement, ça a une certaine prestance (surtout comparé aux Grave Encounters 1 & 2 des mêmes Vicious Brothers), mais malheureusement c'est tellement creux et balisé (sans même parler de l'écriture pataude à base d'intervenants extérieurs qui viennent expliquer le pourquoi du comment toutes les vingt minutes) qu'on finit par regarder le tout d'un oeil particulièrement distrait.

Et puis paradoxalement, en lieu et place d'une progression et d'une montée en puissance dans l'horreur et le suspense, la montée en puissance se fait dans le grotesque (mention spéciale à la scène supposément ultra-dramatique de la survivante en train de rappeler les aliens avec un feu d'artifice...), et culmine avec une sonde anale sanglante, une déclaration d'amour larmoyante au milieu de nulle part, et cette fausse happy end télégraphiée au possible, qui font rire plus qu'autre chose (déjà que l'illustration musicale pataude, et la Zimmer Horn of Doom à chaque manifestation alienne, ça donne envie de se facepalmer...)

1.25/6 pour la photographie et le rendu visuel.

Don't Blink :

Un groupe de dix amis arrive dans une station de ski déserte et, en panne d'essence, ils décident d'y passer la nuit... jusqu'à ce qu'ils commencent à disparaître un par un.

Un film fantastique au postulat initial qui rappelle Phantoms de Dean Koontz, et qui aligne une distribution de seconds couteaux sympathiques (Mena Suvari, Brian Austin Green, Joanne Kelly, Zack Ward, Robert Picardo, Fiona Gubelmann)... mais qui s'écroule rapidement sous le poids de son scénario insuffisant et de son interprétation inégale.

Le suspens est en effet quasiment absent, le mystère reste inexpliqué, les personnages basculent trop rapidement dans la surexcitation et la violence, bref, ça devient vite fatiguant.

Et l'on se surprend à se dire qu'un pitch pareil aurait très bien fonctionné à la télévision, en 30-45 minutes, alors que là... ça perd rapidement son intérêt.

2/6

Wolves :

Cayden Richards (Lucas till), un lycéen orphelin, a de plus en plus de mal à contrôler ses pulsions bestiales : loup-garou, il finit par agresser sa petite-amie, et tuer ses parents adoptifs. En fuite, et sur les conseils de Wild Joe (John Pyper-Ferguson), il se met en route pour la ville de Lupine Ridge, dirigée d'une main de fer par le menaçant Connor (Jason Momoa)... son père.

Un supernatural teen movie particulièrement basique, qui ressemble à un pilote de série tv plus qu'à autre chose, et qui est le fruit du travail du co-scénariste de X-men, X2, Watchmen et du Roi Scorpion.

Visuellement parlant, c'est assez quelconque, et avec beaucoup de gros plans tv ; les garous, eux, sont très proches de Beast, des X-men, ce qui fonctionne parfois (lors des affrontements mano à mano par exemple, même s'ils virent souvent au match de catch) mais à d'autres moments, est assez ridicule, et donne plus l'impression de  voir des hommes-chats ou des hommes-ours que des hommes-loups.

Le scénario, lui, est cousu de fil blanc, plombé par une narration un peu inutile, et donne vraiment l'impression de regarder des épisodes de True Blood ou de Teen Wolf consacrés à la meute, etc...

Bref, c'est assez bavard, pas toujours très bien joué, Momoa est une erreur de casting improbable (trop jeune, trop typé) malgré sa présence indéniable à l'écran, et pour un premier essai derrière la caméra, celui-ci est loin d'être transformé.

2/6

commentaires

Catch Review : Chikara - 14x10 - King of Trios 2014 - Night 2 (20/09/2014)

Publié le 26 Octobre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, Chikara

La première soirée de King Of Trios 2014 m'ayant laissé plus ou moins de marbre, avec son tournoi assez plat, et ses guests peu mémorables, espérons que la suite se montre plus à la hauteur...

Chikara - 14x10 - King of Trios Night 2 (20/09/2014) :

- Rey de Voladores - Elimination Round 1 - Shynron vs Chuck Taylor vs Rich Swann vs Tigre Uno. Ultra-spectaculaire et un peu brouillon, une ouverture de carte réussie (et une mention d'Impact Wrestling aux comms, il y a du progrès, d'autant que le public était réceptif à Tigre Uno, avec un "please come back" final)

- KOT - 3Peck0 vs Gekido. Trios match tranquillou, avec une dose honorable de comédie de la part de 3Peck0. La rebellion/le face-turn de Jigsaw continue.

- Juan Francisco de Coronado vs Rockstar Spud, Battle of the Bow Ties. Je ne suis pas fan de JFC, mais je dois bien avouer que cet affrontement totalement comique était une réussite.

- Les trois n00bs de la Chikara continuent d'insulter Deucalion, qui ne vient pas.

- KOT - Team UK vs Devastation Corp. Une opposition de style convaincante, avec un triomphe logique des colosses.

- Rey De Voladores - Elimination Round 2 - Amasis vs Sanada vs AR Fox vs Orlando Christopher. Un match plus maîtrisé que le Round 1, et qui bénéficiait clairement d'un Sanada en mode heel.

- KOT - Golden Trio vs Spirit Squad. Le Spirit Squad qui décide de faire un heel turn en pré-match... pourquoi pas... en tout cas, le match (s'il n'était guère surprenant quant à son résultat) était nettement plus solide que le précédent du Spirit Squad : ils s'étaient clairement économisés pour ce match-ci, dans lequel ils ont tout donné, malgré le fait qu'ils n'étaient pas tous en super forme.

- Ashley Remington vs [s]Yoshi Tatsu[/s] Yamamoto. Pas désagréable, à moitié technique, à moitié comique. Yoshi en a fait plus en un match qu'en des années de jobs à la WWE...

- The Flood vs The Colony. Un peu bordélique, et avec une fin en queue de poisson.

- Les n00bs se pointent, attaquent le Flood et Deucalion, lui enlèvent son masque, et deux des trois n00bs se font démolir. Bof. Ça surjouait de partout, tant dans le ring que dans le public, qui en faisait trois tonnes, le finisher de Deucalion est toujours aussi forcé et maladroit, bref, bof.


Une soirée nettement plus convaincante que la précédente, principalement grâce au Rey De Voladores sous influence TNA-esque, et aux matches solos. Le KOT, lui, continue de servir de prétexte aux storylines de Quackenbush, et est par conséquent assez peu mémorable, à moins d'être un Chikara-addict, à 200% dans ces intrigues un peu téléphonées.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 30 - Trilogie Cold Prey (Fritt Vilt 1/2/3 - 2006/2008/2010) & Inner Demons (2014)

Publié le 25 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Thriller, Norvège, Found Footage

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Fritt Vilt :

Après un accident, un groupe de jeunes snowboarders est contraint de se réfugier dans un hôtel abandonné, au milieu des étendues enneigées norvégiennes. Là, ils s'aperçoivent rapidement qu'ils ne sont pas seuls, et qu'un tueur les poursuit...

Un slasher norvégien plébiscité par la critique mais qui, au final, ne dépasse jamais son postulat de départ : c'est du slasher basique, avec ses jeunes un peu cons et niais (surtout dans les premières scènes), son tueur menaçant, ses morts sanglantes (mais pas trop), et son scénario ultra-convenu.

C'est donc très très très classique, même si ça bénéficie d'une ambiance convaincante, et de décors naturels somptueux. Mais bon, ça s'arrête là.

3.25/6

Fritt Vilt 2  :

Amenée à l'hôpital, Jannicke (Ingrid Bolsø Berdal) découvre avec horreur que les cadavres de ses amis et du tueur ont été amenés avec elle dans l'établissement, et que ce dernier est peut-être toujours en vie...

Ce qu'on perd en esthétique (la neige, l'hôtel délabré, les paysages) dans cette suite directe du premier volet, on le gagne en efficacité et en maîtrise : la réalisation est plus aboutie, l'interprétation plus consistante, et si le récit reste toujours aussi balisé et classique, l'environnement de l'hôpital permet des éclairages plus contrastés et marqués, qui renforcent les jeux d'ombres et la claustrophobie. Qui plus est, les dix dernières minutes renversent un peu les rôles de proie et de chasseur, ce qui fait toujours plaisir.

Après, ça reste toujours un slasher assez basique, dans la moyenne d'un genre qui n'a jamais été mon type de films d'horreur préféré, loin de là.

3.25/6

Fritt Vilt 3 :

À la fin des années 80, un groupe de jeunes randonneurs norvégiens arrive à un hôtel abandonné, mais ils préfèrent passer la nuit dans les bois, à camper. Là, cependant, ils croisent le chemin de Jon, un chasseur inquiétant qui vit en ermite dans la forêt...

Après un premier épisode qui jouait la carte de l'atmosphère et des décors enneigés, puis un second épisode plus dynamique et pêchu, voilà une préquelle totalement inutile qui, à l'exception de quelques morceaux 80s en illustration musicale, m'a laissé totalement de marbre.

Pire, je me suis même poliment ennuyé, et j'ai eu plus d'une fois envie de presser la touche avance rapide.

Oublions donc très rapidement ce métrage qui n'apporte rien de bien intéressant aux deux films précédents.

1.5/6

Inner Demons :

L'équipe d'une émission de télé-réalité suit le parcours d'une adolescente studieuse et croyante souffrant désormais d'addiction et de "gothisme" aigu ; bien vite, il s'avère qu'elle est en réalité possédée par le démon, et que le tournage en cours va prendre un tour totalement inattendu...

Un bon gros navet qui choisit d'adopter la forme found footage pour pasticher ces intervention shows qui pullulent aux USA. Problème : dès le début, on enchaîne facepalm après facepalm, entre la supposée héroïnomane qui semble en pleine santé ; son comportément supposément effrayant, qui se limite à un maquillage gothique cliché au possible, et à une moue perpétuelle ; les producteurs de tv réalité qui sont des clichés honteux de cynisme et de pourriture ; le héros qui est forcément gentil, doux et prévenant au milieu de cet abyme de corruption qu'est la télévision ; et puis tout le reste, avec son récit insipide, plat et terne, sa cure de désintox sans le moindre intérêt, ses scènes WTF (tout le monde, parents y compris, qui filme l'ado en train de se shooter, parce que "c'est la TV"), et son finish à la fois ridicule et fauché.

Autant le dire franchement, j'ai détesté, et l'on est loin, très loin, de films comme L'Exorcisme d'Emily Rose, par exemple, et sa Jennifer Carpenter ultra-crédible (et je dis ça sans être particulièrement fan du métrage).

0.75/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 29 - Rosemary's Baby (2014), Open Grave (2013), Rabid Love (2013) & See No Evil 2 (2014)

Publié le 24 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Action, Télévision, NBC, Thriller

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Rosemary's Baby (2014) :

Après une fausse couche, un couple américain s'installe à Paris, dans le luxueux appartement d'un couple de nouveaux amis fortunés ; mais bien vite, en découvrant qu'elle est à nouveau enceinte, Rosemary (Zoe Saldana) s'aperçoit que quelque chose ne tourne pas rond...

Une mini-série NBC qui remake le film de Roman Polanski, en deux fois 90 minutes. Problème : si transposer le tout à Paris permet aux Américains de se sentir dépaysés, Zoe Saldana n'a tout simplement pas le charisme nécessaire pour porter trois heures de métrage sur ses épaules.

Et pour ne rien arranger, dans leur désir d'en montrer plus, les scénaristes rendent Rosemary paradoxalement beaucoup trop perspicace, volontaire et indépendante, ce qui enlève beaucoup de l'efficacité du métrage : car si elle ne comprend pas dès le début qu'elle est confrontée à quelque chose de satanique, elle paraît stupide, et dans le cas inverse, si elle comprend trop tôt, cela enlève tout suspense.

Donc c'est mou, c'est plat, c'est parfois assez risible dans sa mise en image (la scène de sexe floutée avec le diable et les spectateurs en t-shirt noir, laule), ce n'est pas subtil pour un sou (la fin est piteuse), c'est parfois gratuitement gore, bref : c'est un remake inutile et assez raté, malgré les efforts de tout le monde. Ah, et du Carla Bruni en illustration musicale ? Non merci.

1.5/6

Open Grave :

À son réveil dans un charnier empli de cadavres, un homme (Sharlto Copley) découvre qu'il est amnésique ; bientôt, il rejoint un groupe de survivants dans le même état que lui, réunis dans une demeure toute proche, et ensemble, ils tentent de résoudre cette situation inexplicable...

Un film d'horreur mis en images par le réalisateur du déjà très médiocre Apollo 18 (1.5/6), et qui ne fera rien pour remonter la côte du bonhomme. En effet, sous le couvert d'un film plein de mystère et d'amnésies, on se retrouve très vite avec un film d'infectés assez banal et quelconque, qui demande absolument à ce que l'on ferme les yeux sur la logique et le bon sens supposés de son postulat de départ.

Malheureusement, la musique et les bruitages exagérés n'aident pas vraiment à s'immerger dans le tout et à faire abstraction de l'écriture médiocre : en somme, les problèmes de logique finissent par devenir handicapants, et le rythme mollasson achève de désintéresser le spectateur. Bref, un postulat initial très intéressant, particulièrement desservi et plombé par son portage à l'écran.

1/6

Rabid Love :

Dans les années 80, Heather Ross (Hayley Derryberry) et ses amis s'installent dans un chalet dans les bois, pour passer d'ultimes vacances ensemble. Mais bientôt, des disparitions se produisent, et tout le monde cherche le coupable : l'ours qui rôde dans les parages ? L'un des chasseurs d'ours qui le traquent ? Ou bien le chercheur dérangé qui fait des expériences dans le voisinage ?

Un film pour lequel le mot d'ordre était clairement "nostalgie". La nostalgie des années 80, en particulier, puisque toute la forme va dans ce sens : image, musique, son, grain, maquillages et costumes ; la production comptait clairement sur l'effet 80s pour apporter une toile de fond particulièrement mémorable à son film.

Problème : ce qu'il y a sur cette toile n'est franchement pas fameux ; c'est très très lent, voire même soporifique, c'est assez moyen dans son interprétation, et parfois le métrage franchit allègrement la limite de la nostalgie pour sombrer dans le fauché et le cache-misère, ce qui n'aide guère.

Dommage, car les intentions étaient louables.

1.5/6

See No Evil 2 :

Dans la morgue où Jacob Goodnight (Kane) est amené après les évènements du premier métrage, une bande d'amis décide d'organiser une fête surprise pour l'une d'entre eux, assistante légiste. Mais Goodnight revient bientôt à la vie, et décide de tous les tuer...

Uber Kane vs Danielle Harris, Chelan Simmons et Katharine Elizabeth, ça fait toujours plaisir, même si je n'ai absolument aucun souvenir du film précédent. Ce coup-ci, c'est réalisé par les soeurs Soska (American Mary) et c'est hautement dérivatif, tout en ne se prenant pas trop au sérieux (le personnage totalement caricatural de Katharine Isabelle est assez fun).

D'ailleurs, en vérité, tant que ça reste dans cette veine plus légère, le film est plutôt sympathique, avec sa distribution pas désagréable, son Kane monolithique, et ses dialogues amusants.

Dans le dernier tiers, par contre, quand ça retombe dans le schéma balisé du slasher basique, c'est tout de suite nettement plus oubliable et anecdotique.

2.25/6

commentaires

Catch Review : TNA Impact (22/10/2014)

Publié le 23 Octobre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

L'Impact de post-PPV, la semaine dernière, bénéficiait d'un main event en béton armé, établissant pour de bon le nouveau challenger de Lashley. Voyons voir ce que cette nouvelle semaine nous réserve...

- #1 Contenders Tag Tournament - Hardys vs Bromans. Un tag match d'ouverture solide et logique.

- Bram qui vient expliquer ses actions au micro, avant de se faire assaillir par Devon. Bref brawl gentiment bourrin entre les deux hommes, finalement séparés par la sécurité, et par l'arrivée d'Angle.

- Brittany semble décidée à corrompre Shaw. À la place de Gunner, je surveillerais mes arrières.

- #1 Contenders Tag Tournament - JoKi vs ShawGunn. Tag match tranquillou, avec intervention de Brittany qui amène à un heel turn de Shaw, et à une démonstration publique d'affection du couple.

- Ec3 & Tyrus sont confiants.

- MLK le sont tout autant.

- Rebel se fait démolir par Havok, qui s'en prend ensuite violemment à Gail. À nouveau, un petit brawl.

- Bram vs Devon, Hardcore Match. Un affrontement assez classique, avec intervention de Magnus à la clef.

- Anderson recrute Melendez pour le tag tournament.

- #1 Contenders Tag Tournament - Melendez & Anderson vs MVP & King. RAS.

- EY tente de motiver Spud, qui baisse totalement les bras.

- James Storm qui tente d'instiller le doute dans l'esprit de Davey Richards, afin de le recruter pour sa Révolution.

- #1 Contenders Tag Tournament - ECTyrus vs EY & Spud. Spud se fait désirer, mais les insultes à répétition d'EC3 finissent par le convaincre. Amusant, assez réussi, et avec un Spud qui vooooole !!!

- Angle dans le ring, avec Roode et Lashley, pour un échange de promos entre les deux camps, et un Kurt qui s'invite en tant que special guest referee. Lashley accepte sans hésiter, et le contrat est signé. Simple, mais efficace.


 

Un Impact assez pépère. Bon, j'avoue que pour des raisons indépendantes du show, je n'étais pas très concentré ni attentif, donc j'ai eu du mal à vraiment me passionner pour cet Impact, mais il n'y avait rien de honteux, à priori. J'essaierai peut-être d'y rejeter un coup d'oeil, plus tard dans la semaine. En lieu et place du PPV de la WWE, tiens, tant que j'y suis. :p

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 28 - Les Sorcières de Zugarramurdi (2013), Adorable Voisine (1958), Devil's Tower (2014) & Call Girl of Cthulhu (2014)

Publié le 22 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Lovecraft, Espagne, Romance, UK

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Las Brujas de Zugarramurdi :

Tentant de s'échapper suite à un braquage désastreux, Jose (Hugo Silva) et Tony (Mario Casas) grimpent dans un taxi, en compagnie de Sergio (Gabriel Delgado), le jeune fils de Jose ; en cavale, les malfrats espagnols n'ont qu'un objectif : rejoindre la France au plus vite, pour y dépenser les kilos d'or qu'ils viennent de voler. Mais leur voyage les entraîne du côté de Zugarramurdi, un petit village dominé par des sorcières avides de chair fraîche...

Alex de la Iglesia, fraîchement divorcé, règle ses comptes avec la gente féminine dans cette comédie horrifique qui, cependant, a le bon goût d'équilibrer son propos en faisant de ses personnages masculins des abrutis finis.

On a donc droit à une guerre des sexes où tout le monde en prend pour son grade, dans un grand n'importe quoi généralisé et parfois inégal, puisqu'entre son premier tiers efficace, et son dernier tiers totalement barré à base de sabbat gigantesque, de combats cablés, et de créature géante en CGI, il y a un tiers de film au ventre mou indéniable, et aux dialogues un peu redondants.

Avec 15 minutes de moins, on aurait tenu là un excellent film ; dans l'état, c'est seulement du

4.25/6

Adorable Voisine (Bell, Book and Candle) :

Gillian Holroyd (Kim Novak) est une sorcière tout ce qu'il y a de plus moderne et contemporaine, qui vit à New York avec son chat siamois Pyewacket, sa tante (Elsa Lanchester) et son frère (Jack Lemon). Un beau jour, elle croise le chemin d'un éditeur, Shep Henderson (James Stewart), dont elle s'éprend... mais l'amour est une émotion assez dangereuse lorsque l'on est une sorcière, et Gillian va mettre ses pouvoirs en péril pour les beaux yeux de son charmant voisin.

Une chouette comédie romantique de 1958, qui a en partie inspiré Ma Sorcière Bien-Aimée, et qui vaut principalement pour sa distribution impeccable, entre Kim Novak, Jack Lemon, James Stewart, et Ernie Kovacs. Sans oublier l'excellente Elsa Lanchester dans le rôle ultra-attachant d'une proto Tante Clara gentiment excentrique.

Ça aurait pu bénéficier de dix minutes en moins, ou bien d'un finish un peu plus pêchu, mais en l'état, c'est charmant, sympathique, et enchanteur.

4.25/6

Devil's Tower :

Jetée hors de chez elle par sa mère, Sarah (Roxanne Pallett) trouve refuge dans un HLM délabré de banlieue où elle emménage, et sympathise rapidement avec Sid (Jason Mewes), un squatteur. Mais bien vite, il s'avère qu'une entité maléfique hante l'immeuble, contrôlant les caméras de surveillance & les téléviseurs, passant de corps en corps parmi les autres locataires qu'elle zombifie, et se faisant au passage sa propre émission télévisée...

Un gros bordel pas très bien rythmé, pas très bien réalisé, avec pas mal d'actrices de soap (ce qui, paradoxalement, assure un certain minimum qualitatif à l'interprétation), des boobs dans tous les sens, des moments totalement barrés, et une ambiance particulièrement décalée, en particulier vers la fin, quand les zombies attaquent.

Ce n'est objectivement pas très bon, mais à contrario de bon nombre d'autres films regardés dans le cadre de cet Oktorrorfest 2014, je ne me suis jamais ennuyé.

2.25/6

Call Girl Of Cthulhu :

Lorsque Carter (David Phillip Carollo), un jeune artiste vierge, s'éprend d'une call girl, il découvre que celle-ci a été choisie par une secte apocalyptique pour servir de mère porteuse à Cthulhu, déïté sinistre et destructrice dont l'invocation signera l'arrêt de mort de tout l'humanité...

Du grand nawak punk-rock financé via Kickstarter, avec du cul, du gore, de l'humour débile et graveleux, un jeu en roue libre, des références constantes à Lovecraft et au Mythe, des gloumoutes en latex, le tout dans un style approximatif jamais vraiment maîtrisé et au rythme bancal... mais étrangement, le tout reste fun, car ne se prenant jamais au sérieux, et étant toujours à 200% dans la déconne trashy... ce qui, honnêtement, sauve le truc de la série Z intégrale.

Cela dit, même en prenant en compte tout ça, ça ne peux décemment pas prétendre à une note supérieure à

2/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 27 - Stage Fright (2014), I Am A Ghost (2012), Chroniques de Tchernobyl (Chernobyl Diaries - 2012) & Délivre-nous du Mal (2014)

Publié le 21 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Musique, Religion, Thriller

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Stage Fright :

Présente au meurtre de sa mère (Minnie Driver) dans les coulisses d'une comédie musicale dont elle était la star, la jeune Camilla (Allie MacDonald) vit une existence éteinte, à travailler avec son frère jumeau dans les cuisines du camp musical de leur tuteur (Meat Loaf) ; jusqu'au jour où ce dernier, désireux de sauver financièrement l'établissement, tente un coup d'éclat, en montant un revival de la pièce funeste. Camilla ne peut résister à la tentation, et prend alors la succession de sa mère dans le rôle principal... mais la mort rôde autour de la scène...

Un bon gros pastiche référentiel de slasher, mâtiné de comédie musicale décalée, et de WTF expérimental, avec une opposition heavy metal/comédie musicale entre le tueur et ses victimes, un Meat Loaf qui cabotine, et un métrage qui, dans l'ensemble, ne se prend absolument jamais au sérieux, même dans ses moments les plus gores.

Alors ce n'est pas parfait, notamment au niveau du rythme, et si l'on n'accroche pas du tout au mélange des genres, on risque de rester à la porte du métrage... mais sinon, c'est un grand délire très fun. Mention spéciale à la chanson du générique de fin, avec ses références au piratage du film.

4.25/6

I Am A Ghost :

Emily (Anna Ishida) vit une vie morne et routinière, sans s'apercevoir qu'elle ne fait que répéter un cycle immuable, à peine ponctué par les bruits bizarres qui hantent sa demeure. Un jour, la voix de Sylvia (Jeannie Barroga), une médium, lui explique qu'elle est morte, et que c'est elle qui hante la maison, pour des raisons inexpliquées. Emily tente alors de comprendre comment elle en est arrivé là...

Un film indépendant particulièrement surprenant et expérimental, au budget minimaliste (10000$ via Kickstarter), au visuel très stylisé (cadre old-school façon vieux photogrammes, pellicule usée) et à la distribution ultra-limitée.

Et contre toute attente, le tout fonctionne très bien : le rythme contemplatif et posé du film (et de ses "cycles de vie") donne une atmosphère pesante au métrage, qui en devient captivant et presque hypnotique... et lorsque le cours des événements commence à changer, et que l'on comprend le pourquoi du comment, ça n'en a que plus de force.

Une expérience très intéressante, qui prouve que l'on peut encore faire des films de fantômes sans avoir recours aux clichés éculés du genre, et autres jump scares sans ambition.

4.25/6

Chernobyl Diaries :

En vacances en Europe, un groupe de touristes (principalement américains) décide d'engager les services d'un ex-militaire russe pour les emmener visiter la ville abandonnée de Pripyat, près de la centrale de Tchernobyl. Mais bien vite, il apparaît que la ville n'est pas si déserte que ça, et qu'ils sont désormais traqués par quelque chose de dangereux...

Un survival typique du genre "touriste américain perdu dans un pays hostile", avec le problème majeur d'être particulièrement soporifique.

En fait, tant que le guide russe est présent, avec sa présence imposante et son accent, ça reste relativement intéressant ; problème : il se fait tuer (forcément) dès que les choses se corsent.

Et ensuite, c'est la routine habituelle de personnages insipides et clichés poursuivis par une présence invisible, avec un rythme faiblard, très peu de suspense, des dialogues en carton.

Au final, le métrage se résume à des imbéciles qui courent dans le noir dans une ville déserte, et crient un peu de temps en temps. Avec en prime un caméraman qui tente de donner au film des allures de found footage (caméra qui regarde à droite et à gauche ou bien monte/descend de voiture comme si elle était un personnage) sans en avoir l'air.

Mwé.

1.5/6 (pour le décor)

Deliver Us From Evil :

Ralph Sarchie (Eric Bana), un officier de police new-yorkais à la vie de famille compliquée, réalise bientôt qu'une série de crimes inexplicables a des origines surnaturelles ; contraint et forcé, Sarchie finit alors par faire appel à un prêtre aux méthodes peu conventionnelles (Edgar Ramirez), afin de lutter contre le démon...

Un pseudo-film d'horreur, supposément inspiré "de faits réels", mais qui en fait tient plutôt du thriller policier à l'ambiance et la photographie photocopiées sur Seven.

Tout est pluvieux, sombre, glauque et poisseux, jusqu'à la caricature, y compris des personnages : les flics badasses, le prêtre rock'n'roll, la compagne compréhensive mais pas trop, les démons très très maychants, etc...

Scott Derrickson (le réalisateur de L'Exorcisme d'Emily Rose) sait poser une ambiance et des images convaincantes, mais alors dès qu'il s'agit de l'écriture ou de faire monter la tension, il est aux abonnés absents.

Le film est ainsi particulièrement plat, dérivatif, il se traîne en longueur en enchaînant les clichés, avant de finir par un exorcisme bien convenu, qui n'apporte jamais rien au genre. Sans oublier le propos (involontairement) réac au possible, puisque le Mal vient du Moyen-Orient, et est repoussé grâce à la foi chrétienne et aux valeurs américaines.

C'est d'autant plus frustrant, tout ça, que la distribution est sympathique (même si l'accent de Bana est assez aléatoire par moments), et que le visuel est réussi... mais non, c'est un film malade et particulièrement bancal, qui va prendre nettement moins de temps à s'oublier qu'à se regarder.

2/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 26 - Vamperifica (2012), Deep In the Darkness (2014), Lost Time (2014) & Come Back To Me (2014)

Publié le 20 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Science-Fiction, Comédie, Musique, Thriller, Chiller

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Vamperifica :

Carmen (Martin Yurkovic), un jeune gay flamboyant et superficiel, découvre un beau jour qu'il est la réincarnation de Raven, roi des vampires, et guerrier sanguinaire à la réputation terrifiante ; mais lorsque ses anciens disciples le retransforment en suceur de sang, Carmen doit choisir entre sa vie de lycéen/showman frustré, et son destin de seigneur de la nuit...

Une vamp-comedy franchement fun, et qui m'a bien pris de court, tant je n'en attendais absolument rien. Forcément, quand on inverse le postulat de Buffy contre les Vampires, et qu'on fait du héros un gay efféminé ultra-bitchy qui passe son temps à se plaindre de toutes les règles du vampirisme, ça ne pouvait que donner quelque chose de très sympathique, d'autant que le gore est au rendez-vous, et qu'on a droit à un morceau musical très Once More With Feeling ou Rocky Horror Picture Show.

Alors certes, ce n'est pas forcément un chef d'oeuvre totalement réussi, il reste quelques maladresses, quelques pistes qui sont abandonnées en cours de route (vers la fin), et le métrage aurait clairement bénéficié de dix minutes de moins (ou bien d'un rythme plus maîtrisé sur sa globalité), mais le tout aborde le vampirisme sous un angle assez attachant, renforcé par la présence de Dreama Walker, toujours adorable, dans le rôle de la meilleure copine toute aussi bitchy. Et puis mine de rien, le film sait se montrer subtil sur certains sujets, ce qui est toujours appréciable.

4/6

Deep In The Darkness :

À l'initiative de son épouse (Kristen Bush), le Dr Michael Cayle (Sean Patrick Thomas) quitte New-York pour emménager avec toute sa famille dans la petite ville d'Ashborough. Mais rapidement, il s'avère que toute la communauté est sous l'emprise d'une race de créatures étranges et sanguinaires qui vivent dans les bois et les grottes environnant la municipalité...

Les premières impressions laissaient augurer du meilleur : une musique orchestrale intéressante, une affiche stylisée et esthétiquement réussie, une famille de personnages principaux sympathiques, l'adaptation d'un roman d'horreur à succès pour une chaîne cablée... on se dit même, en voyant un personnage avertir le héros afro-américain de ne pas prendre mal les réactions des autochtones en le voyant "parce qu'ils ne sont pas vraiment habitués aux gens comme vous... les gens de la ville", qu'on va peut-être avoir un double niveau de lecture (la peur de l'autre, le racisme, la différence, tout ça, exploité en tant que fausse piste, par exemple : le héros qui croit que tout le monde se méfie de lui parce qu'il est noir et que ce sont tous des rednecks, alors qu'en fait ce sont tous de dangereux cultistes, etc), voire même un métrage qui jouerait avec les clichés et les idées reçues...

Mais en fait, que nenni. Non seulement le métrage se traîne lamentablement (plus de 100 minutes) sans que rien de vraiment captivant ne se produise, et avec une mise en images molle et sans énergie, mais en plus les lueurs d'espoir initiales s'éclipsent rapidement : le potentiel racial de l'histoire n'est jamais effleuré (alors que le récit est en plein dedans, avec ces notions d'hybridation, etc), la musique fait parfois dans le hors-sujet (dommage, parce que sinon, elle est réussie), et le script s'effondre sous le poids de ses propres raccourcis, facilités, clichés et autres zones d'ombre inexpliquées.

Sans oublier les créatures, nettement plus menaçantes en théorie, mais qui dès qu'elles sont révélées, perdent tout de leur mystique, puisqu'elles ne sont que des hommes préhistoriques crades, à dreadlocks et à lentilles réflectives. Très décevant, tout ça.

1.5/6

Lost Time :

De retour d'une visite chez le médecin, Valerie Dreyfuss (Rochelle Valese), malade atteinte d'un cancer du sein, et sa soeur Melissa arrètent un instant leur automobile sur le bord de la route, pour tenter de réparer une panne de moteur. Mais soudain, leur automobile est avalée par une immense lumière éblouissante, et lorsque Valerie devient à elle, douze heures plus tard, elle est totalement guérie, et sa soeur a disparu... Valerie décide alors de mener l'enquête, avec l'aide de Carter (Luke Goss), un officier de police qu'elle fréquente, et du Dr Xavier Reed (Robert Davi), un ufologue étrange et manipulateur.

Un métrage qui, pendant un bon moment, ressemble assez à un polar plat et quelconque, avec quelques visages familiers, et une illustration musicale pop ambiante/soft rock/new age assez insipide et fatigante.

Après l'introduction du personnage de Robert Davi, ça prend des allures de thriller sf, et ça se concrétise un peu... mais pas pour très longtemps, malheureusement : la faute en incombe à un scénario ) à la fois prévisible et bordélique, qui mélange réalités parallèles et aliens en tous genres, dans un gloubiboulga sans grande structure ni intérêt.

Sans même mentionner la lead, qui a tendance à un peu partir en roue libre ça et là...

1/6

Come Back To Me :

Lorsqu'il emménage près de chez eux, Sarah (Katie Walder) & Josh (Matt Passmore) vont se présenter à leur nouveau voisin, Dale (Nathan Keyes), un jeune homme étrange qui s'intéresse aussitôt à Sarah. Bientôt, Sarah découvre qu'elle est enceinte malgré la stérilité de Josh, et chaque matin, lorsqu'elle se réveille en sursaut, elle réalise qu'elle n'a aucun souvenir de la nuit précédente, hormis des cauchemars intenses et sanglants.

Une adaptation littéraire particulièrement frustrante : d'un côté, le postulat de départ (Dale est un tueur en série psychopathe au complexe Oedipien, qui possède le pouvoir de ramener à la vie ses victimes tout en les rendant amnésiques, et il passe donc tout le film à violer & tuer ses victimes, en boucle, et à les mettre enceintes au passage) est original, mémorable, glauque et franchement efficace... et de l'autre, le film en lui-même est répétitif et monotone au possible.

C'est un peu le problème principal de ce métrage, qui abat rapidement toutes ses cartes, et ne propose ensuite qu'une héroïne trop longtemps passive, aux réactions improbables, et sur laquelle le spectateur a constamment dix longueurs d'avance. Et comme en prime le personnage de Dale est assez caricatural et cliché dans son interprétation, on peut résumer tout ça à : idée excellente, exécution médiocre et maladroite.

Cela dit, la toute fin est efficace.

2.5/6

commentaires

Pilotes - Saison 2014-2015 - Dramas & Sitcoms

Publié le 19 Octobre 2014 par Lurdo dans Télévision, Critiques éclair, Review, Comédie, Sitcom, Drame, Fox, CW, USA Network, NBC, Fantastique, Science-Fiction

Passage en revue de quelques-uns des pilotes des nouveaux dramas de cette rentrée télévisée américaine 2014-2015 :

Red Band Society (Preair) 1x01:

Un Breakfast Club à la sauce "service pédiatrique d'un hopital", produit par Spielberg à partir d'une série dramatique catalane, narrée en voix off par un gamin comateux qui parle aux autres patients lorsqu'ils sont inconscients. C'est assez sirupeux et mélodramatique, le cast est très inégal, les personnages gentiment clichés (la cheerleader bitchy, la nerd lesbienne à lunettes, le jeune rebelle cancéreux, le médecin séduisant, l'infirmière black à attitude, l'interne souriante et pleine d'enthousiasme, l'infirmier latino efféminé, la relation amour/haine entre l'anorexique et l'amputé au stade terminal de sa maladie, le sidekick black dragueur à casquette) et l'écriture est suffisamment laborieuse pour que je n'aie pas vraiment envie de remettre le couvert avec un second épisode.

Gotham 1x01 :

Splendide erreur de continuité dès la première scène, avec Catgirl qui vole une bouteille de lait neuve et pleine et qui, dès le plan suivant, lorsqu'elle redescend du toit et verse le lait aux chats, n'a plus qu'un demi-centimètre dans sa bouteille. On va être charitable, et dire que c'est une grosse ellipse un peu foirée... M'enfin entre ça, la caractérisation à la truelle, et les effets de lumière dans toutes les scènes... j'ai grincé des dents dès le début.

Après, on nous rajoute un triangle amoureux potentiel entre Montoya/Gordon/sa femme (facepalm), une illustration musicale hors-sujet et pataude au possible (on se croirait devant un cop-show des années 80, avec cette guitare électrique), des gros coups de coude réguliers et tout aussi patauds aux lecteurs de comics, du toutéliage abusif, des acteurs très très inégaux (Jim "je suis un badass" Gordon en tête) et une Jada Smith qui nous joue son personnage comme une méchante de Batman 60s (paradoxalement, ça ne m'a pas déplu, en contraste avec la platitude du reste)... pfff.

J'ai beau être un DC-guy, je n'ai pas continué après ce pilote... parce que là, j'ai trouvé ça particulièrement médiocre.

The Flash 2014 1x01 :

Ouaip. Donc ça se confirme bien : le feeling Smallville 2.0 de la bande-annonce étendue - clins d'oeil appuyés, script télégraphié et laborieux, cast particulièrement terne et transparent (à une exception près), sfx inégaux, bullet-time & gros plans moches et flous pour simuler la vitesse de la course, repompage de trucs mieux faits ailleurs (le visuel à la Sherlock sur la scène de crime), toutéliage - est omniprésent, et le tout est particulièrement médiocre et précipité (vlà les ellipses à partir du moment de l'accident). Voire mauvais et baclé.

(Honnêtement, il y a plus d'ambiance et de style dans les soixante premières secondes du pilote de 1990 que dans tout cet épisode.)

(rooh et puis les dialogues... notamment dans la scène crossover avec Arrow, où Amell est monolithique au possible)

Bref, ce n'est pas bon, mais je suis certain que ça va plaire au même public qui considère qu'Arrow est la meilleure série tv de tous les temps. *soupir*

Benched 1x01 :

Série comique made in USA Network, sur (quelle surprise ! ) un duo d'avocats excentriques  une avocate stressée et névrosée (Eliza Coupe, qui refait toujours le même personnage depuis Scrubs), super avocate qui pête un cable à la suite d'une non-promotion, et se retrouve à devoir travailler en tant qu'avocate commise d'office aux côté de Jay Harrington (Better Off Ted) et Oscar Nunez (The Office). Mwé. Ça se regarde, mais c'est du déjà vu, tout ça.

Marry Me 1x01 :

Le showrunner de Happy Endings, pour une sitcom sur Casey Wilson (épouse du showrunner) & Ken Marino en couple établi, qui va bientôt se marier.

Parce que malheureusement, le showrunner a gardé le pire de Happy Endings, pour cette sitcom : l'hystérie épuisante. On a donc Casey Wilson en drama queen qui en fait trois tonnes, qui se plaint tout le temps, qui crie, qui court dans tous les sens, et qui n'a qu'une idée en tête : se marier, pendant que Ken Marino subit... un peu comme si on devait se farcir des épisodes entiers de la vie de Penny, dans Happy Endings, sans les autres personnages pour contrebalancer ses intrigues.

Parce que les autres personnages sont ici assez ternes et clichés (les parents gays qui portent des petits gilets fuschia et lavande ; le best friend gros, barbu et comique ; la belle-mère autoritaire ; la copine blonde célibataire et indépendante, la voisine black à attitude)... et j'ai beau être content de revoir Sarah Wright-Olsen, le tout ne possède pas le capital sympathie de Happy Endings, loin de là : c'est nettement plus fatigant. Et puis j'en ai ras-le-bol des sitcoms romantiques (généralement new-yorkaises) de ce style.

commentaires

Catch Review : Chikara - 14x09 - King of Trios 2014 - Night 1 (19/09/2014)

Publié le 19 Octobre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, Chikara

En partie parce que j'ai un retard considérable sur les shows de la compagnie, mais aussi parce que cette saison ne m'intéresse finalement pas tant que ça, j'ai décidé de zapper totalement les deux shows canadiens du mois d'Août (Permis de Tuer & Vivre et Laisser Mourir) pour directement passer au poids lourd de cette année : le King of Trios 2014. Un KOT paradoxal car ne proposant pas tant de guests intéressants que ça pour le KOT en lui-même : étrangement, les invités les plus intéressants sont réservés au Rey de Voladores, qui prend place durant les nuits 2 & 3... de là à en déduire quelque chose du budget opérationnel de la compagnie, cette année, il n'y a qu'un pas que je ne franchirai pas.

Chikara - 14x09 - King of Trios Night 1 (19/09/2014) :

- Team UK vs Block Party. X-Pac un peu endormi aux commentaires, mais amusé par Prakash qui imite tous ses mouvements. Un match d'ouverture tranquille, et au résultat prévisible. RAS.

- Gekido vs Knight Eye 4 the Pirate Guy & Princess Kimberlee. Un pirate, un chevalier et une princesse contre Jigsaw & compagnie. À nouveau un match tranquille et assez sympathique, mais avec un peu trop de transitions et de mises en place téléphonées, notamment lorsque Kimberlee rentre initialement dans le ring. Après, il faut bien avouer que la demoiselle se donne à fond, et en prend autant pour son grade que les mecs. Sinon, RAS à nouveau, hormis un début de face-turn de Jigsaw lorsqu'il refuse d'achever Jolly Roger (son frangin IRL).

- The Odditorium vs The Spirit Squad. Un comedy match plus qu'autre chose, avec un Spirit Squad un-peu-rouillé-mais-pas-trop, un Odditorium toujours assez approximatif, et un match très dispensable et brouillon.

- The Flood vs Spectral Envoy. Un match gentiment bordélique qui se termine en queue de poisson.

- Devastation Corporation vs Old Fashioned & Thunderkitty. À moitié de la comédie, à moitié un squash un peu brouillon. RAS.

- Dr Cube & BDK vs 3Peck0. Un gros bordel confus, parfois assez amusant, mais finalement assez quelconque. Le post-match, cependant, était assez mémorable, avec Ares qui se fait démonter par Dokken, et Dr Cube qui enlève sa tête pour révéler sa véritable identité : Jakob Hammermeier, qui a mis la main sur l'Oeil de Tyr et prend ainsi le contrôle du BDK.

- LAX vs The Golden Trio. Un long trios match, avec un LAX qui adopte le rôle des heels arrogants et tricheurs. Une réussite, et je suis admiratif de la capacité qu'ont eue les commentateurs à ne jamais citer ni TNA ni WWE durant les commentaires du match.

- Trois noobs de la Chikara se pointent pour insulter le big bad de la compagnie, qui n'apparaît pas. Ça sent un massacre en règle de ces trois noobs durant la nuit 2 ou 3, ça...

- The Colony vs Colony Xtreme Force. La routine entre ces deux teams qui se connaissent désormais par coeur : c'est réussi, mais ça devient un peu convenu, même s'ils tentent ici d'épicer un peu la recette en bookant le bon vieux "un membre de l'équipe est blessé, évacué, mais revient in extremis pour aider ses potes".


 

Une première nuit assez moyenne, au final, et peu mémorable. Les matches étaient pour la plupart honorables, mais on sent que tous les participants en gardaient sous le coude, et qu'il n'y avait pas autant de guests que d'habitude.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 25 - Detention of the Dead (2012), The Wicked (2013), American Nightmare 2 : Anarchy (2014) & Prince des Ténèbres (1987)

Publié le 18 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Jeunesse, Thriller, Action

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Detention of the Dead :

Alors qu'un groupe de lycéens commence ses heures de colle au sein de l'établissement scolaire, une épidémie de zombification frappe les alentours...

Un Breakfast Club à la sauce invasion de zombies, adapté d'une pièce de théâtre. Pas grand chose à dire de plus, en fait, puisque c'est assez gentillet, pas toujours très bien joué (notamment parmi les zombies), parfois un peu inégal et fauché, mais qu'occasionnellement, c'est tout de même amusant. Ça se regarde, en somme.

3/6

The Wicked  :

Peu avant Halloween, deux couples de jeunes fêtards partent à l'aventure dans les bois, à la recherche d'une maison abandonnée supposément hantée par une sorcière de légende. Suivis, à leur insu, par un duo un peu plus jeune, ils sont alors confrontés à cet esprit malfaisant...

Un film étrange, au carrefour de la série B fauchée façon slasher basique (avec clichés ambulants, jeunes fêtards qui couchent ensemble et se font tuer, meurtres gentiment sanglants, etc), et du film fantastique familial digne d'une diffusion sur Disney Channel ou Nickelodeon.

En particulier, la relation entre le jeune héros magicien et la fille garçon manquée, le développement de leurs sentiments, la manière dont ils sont écrits, etc, ça semble tout droit sorti d'un teen movie d'Halloween standard et inoffensif dans lesquels ils seraient confrontés à une maison hantée ; et en parallèle, tout le groupe des ados plus agés semblent sortis d'un mauvais film d'horreur un peu stupide.

Je ne serais donc pas surpris que ce film soit né de la fusion de deux scripts, ou au moins du bricolage d'un script pour teens afin de le rendre plus "gore & sexe".

Mais quoiqu'il en soit, le résultat final n'est pas effrayant pour un sou (le moment où la sorcière - ratée - apparaît vraiment à l'écran est aussi le moment où tout potentiel d'épouvante se fait la malle pour de bon), ça se traîne gentiment, le ton hésite entre comédie et épouvante légère, et le récit est par conséquent très déséquilibré entre les deux intrigues principales, même quand elles finissent par se rejoindre. Bizarre.

2.25/6

The Purge 2 - Anarchy  :

Alors que la Purge débute, plusieurs civils se retrouvent bloqués dans les rues de la ville, où ils se réunissent sous la protection d'un officier de police en quête de vengeance.

Le premier Purge était une jolie baudruche pseudo-profonde et philosophique, au succès incompréhensible, qui n'exploitait jamais son pitch prometteur, et se contentait d'en faire un home invasion movie creux et banal (2/6).

Ici, cette suite prend le contre-pied de la famille WASP du film original, pour un métrage qui pourrait s'appeler "The Purge : Ethnic Edition", tant tous les personnages sont issus d'une minorité ou d'une autre, tant parmi les gentils que parmi les méchants (mais attention, les méchants ethniques sont au service de blancs aisés et cruels, ouhlàlà ça dénonce).

Ce qui aurait pu apporter un éclairage sympathique au phénomène de la Purge, mais en fait, le tout reste tout aussi maladroit, simpliste et prétentieux que l'opus précédent, et ne dépasse jamais un postulat de thriller/actioner basique où tout le monde s'engueule, se fait la morale, et tente d'échapper à des maychants très maychants.

Mwé. Ça se regarde, cela dit, et c'est peut-être un peu moins médiocre que l'original.

3/6

John Carpenter's Prince of Darkness  :

Dans une église de Los Angeles, un sarcophage transparent contient un mystérieux liquide  vert : une entité pluri-millénaire et maléfique venue des étoiles, autrefois surnommée Satan. À sa découverte par le Père Loomis (Donald Pleasance), une équipe de scientifiques et d'étudiants en physique investit les lieux pour mieux observer le phénomène... mais l'entité commence à user de ses pouvoirs sur ses visiteurs, et un à un, ils tombent sous sa coupe, avec à la clef l'ouverture d'un portail interdimensionnel visant à libérer une entité encore plus puissante de sa prison éternelle...

Et je conclus mon micro-cycle Carpenter avec un brillant mélange de science, de religion, et d'horreur indicible à la Lovecraft, comme l'aime tant Carpenter : c'est pesant, étrange, fascinant, et surtout glauque au possible ; alors certes, le métrage connaît un petit ventre mou une fois que les scientifiques sont possédés, et que le film vire au film de siège à proprement parler, mais tout le reste est excellent, notamment la musique oppressante, et les constants changements d'axes verticaux, horizontaux, diagonaux, qui permettent un usage judicieux et inventif des plans et montages inversés (liquide qui goutte vers le plafond, mouvements et actions rembobinées, etc).

4.5/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 24 - Insidious 2 (Insidious : Chapter 2 - 2013), Would You Rather (2012) & The Fog (1980/2005)

Publié le 17 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Thriller

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Insidious 2 :

La suite directe du précédent chapitre, qui suit à nouveau les mésaventures des membres de la famille Lambert qui, après s'être installée dans une nouvelle demeure, doit faire face aux esprits de l'au-delà, toujours liés à eux...

Dans l'absolu, j'aime assez James Wan : le bonhomme possède un savoir-faire formel certain, et un amour d'un certain classicisme du genre qui lui permet d'oeuvrer plus dans l'épouvante que dans l'horreur gore basique. Malheureusement, cela ne se traduit pas vraiment, à mon sens, dans ses films, auxquels il manque souvent quelque chose pour me convaincre. Peut-être une âme plus développée, ou de l'épaisseur suffisante pour faire passer les métrages de Wan du stade d'hommage à celui de film à part entière. Pour résumer : à mes yeux, Wan est trop souvent limité par les codes d'un genre qu'il aime et respecte trop pour vraiment s'affirmer en son sein. Ses films sont beaux, le suspense est présent, mais généralement, je reste à leur porte.

Et pourtant, on ne pouvait pas blâmer Insidious premier du nom (alias Poltergeist en plus bigarré et grotesque) de ne pas prendre des risques, avec son visuel ultra-stylisé, et sa dernière partie barrée et théâtrale. Là, malheureusement, ce n'est pas tout à fait la même chose. Dans cette suite précipitée aux allures de roller-coaster, on retrouve les ficelles du premier film (ses jump-scares bruyants, son score dissonnant, sa construction mécanique à base de scénettes assez semblables dans leur forme : lents mouvements de caméra qui suivent un personnage dans son quotidien, apparition furtive, personnage qui revient sur ses pas pour mieux regarder autour de lui, et paf, manifestation surnaturelle avec grand bruit strident), mais avec nettement plus de recul sur son propos, ce qui s'avère parfois problématique.

Outre l'humour plus outrancier, notamment (le slapstick des deux chasseurs de fantomes *soupir*), il y a une tentative de toutéliage temporel et de rétrocontinuité avec le premier film qui fait plus de mal que de bien à ce dernier, en désamorçant certains de ses effets, désormais rendus inoffensifs par le scénario de cette suite : lorsque la présence surnaturelle dans une scène du premier film était inconnue, elle était effrayante, mais une fois expliquée comme étant le père de famille revenu dans le temps, difficile de revoir la scène originale avec la même tension ou angoisse. Le tout paraît donc nettement plus brouillon et moins maîtrisé que le précédent volet, pour un résultat qui, au final, reste moins convaincant, car semblant s'éparpiller. D'autant que Wan troque le côté grand-guignolesque coloré du premier opus pour se concentrer sur de la possession, des médiums qui discutent, et un père qui perd l'esprit et menace de tuer sa famille, à la Amityville ou The Shining. Rien de bien neuf sous le soleil, donc. Mwé.

2.5/6

Would You Rather :

Décidée à aider son frère malade et dépressif, une jeune femme (Brittany Snow) décide de prendre part, aux côtés de nombreux invités, à un jeu sadique organisé par un riche aristocrate (Jeffrey Combs). L'enjeu : la fortune, ou la mort...

Un thriller horrifique qui lorgne très clairement sur Saw, et dont l'atout principal reste, très clairement, sa distribution. Globalement convaincante (Sasha Grey exceptée), elle est dominée par un Jeffrey Combs impérial, qui est presque, à lui seul, une raison de voir le métrage.

Parce qu'à côté, il faut bien dire que le scénario est assez... indigent. Le postulat de départ n'est pas inintéressant, pourtant, mais son traitement est tellement convenu, mécanique et prévisible qu'il n'exploite jamais tout son potentiel.

D'autant plus que le budget apparemment ultra-limité se traduit, à l'écran, par des effets gores très moyens, quand ils ne sont pas tout simplement absents, les morts se produisant hors champ pour ne pas exploser le budget.

Bref, pas de quoi se relever la nuit, d'autant que le twist de fin est téléphoné bien en avance, et ce de manière assez évidente et honteuse.

2/6 pour Combs et les autres.

John Carpenter's The Fog :

Alors que la ville d'Antonio Bay se prépare à fêter un anniversaire important, un brouillard sinistre commence à l'envelopper, un brouillard très similaire à celui qui, cent ans plus tôt, a coûté la vie à un navire et aux marins qui étaient à son bord. Car ces derniers sont de retour, et leurs fantômes sont bien décidés à se venger des habitants de la bourgade...

Un film d'épouvante et d'ambiance, où tout passe par l'image et la réalisation de John Carpenter, qui parvient sans efforts à faire ainsi oublier les défauts de ce film pourtant inabouti, bricolé à l'arrache pour un budget microscopique, et retourné en partie avant sa sortie.

Mais malgré tout cela, le film fonctionne tout de même du feu de dieu, puisque Fog reste, à ce jour, l'un de mes, voire même mon Carpenter préféré, renvoyant directement à Hodgson, Bierce et compagnie avec ses marins fantômes sortis de nulle part.

On peut regretter des personnages un peu creux et superficiels (notamment celui de Jamie Lee Curtis, uniquement là pour faire un parallèle avec l'arrivée de Tippi Hedren dans Les Oiseaux), mais tout le reste compense largement, et offre des visions fantômatiques nettement plus efficaces que tous les CGI du remake.

4.5/6

The Fog (2005) :

Un remake totalement inutile et foireux, qui échoue systématiquement là où l'original fonctionnait : ici, pas la moindre ambiance, pas le moindre mystère, pas le moindre charme... à la place, un brouillard en CGI qui se déplace comme la caméra dans Torque, du pop rock foireux, des acteurs particulièrement insipides et souvent mauvais (Welling et Grace sont robotiques, Blair est une erreur de casting à la voix pas du tout radiophonique, le sidekick black est agaçant), des flashbacks surexplicatifs absolument inutiles, du sexe tous publics, une réincarnation/romance maudite particulièrement idiote, et une réalisation maniérée qui perd toute la subtilité de l'originale, à grands coups de ralentis et d'ajout numériques sans intérêt.

Bref, vingt minutes de plus pour un navet qui en aurait mérité vingt de moins.

0.5/6

commentaires

Catch Review : TNA Impact (15/10/2014)

Publié le 16 Octobre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après Bound for Glory, retour aux USA pour Impact, toujours enregistré en Pennsylvanie...

- Angle qui demande la présence de Lashley dans le ring, pour régler cette histoire de #1 contender, et booker le main event. Avec un petit tease d'un Angle vs Lashley potentiel au passage.

- Récap de l'entrée de 3D dans le HOF.

- Magnus vient troller Hardy backstage, et se retrouve dans un match contre lui. Simple mais efficace.

- Madison vs Havok, KO title. Un match solide, un peu plombé par le public assez absent.

- Angle et Devon backstage, avec un Devon qui semble décidé à continuer d'aider la compagnie.

- EY avec des statistiques... discutables.

- Magnus vs Matt Hardy. RAS. Ce n'était pas mauvais, mais les deux hommes ne fonctionnent que moyennement ensemble, amha.

- Bromans & ALove (w/Velvet) vs Menagerie. Tag match sympatoche.

- Roode et Aries backstage.

- EC3 dans le ring, accompagné par Brodus Clay Tyrus, son nouveau bodyguard. Qui ne danse pas, et donc est tout de suite nettement plus supportable. EC3 se vante, Devon se pointe, confronte les deux hommes, mais se fait démolir par Bram, bien décidé à confirmer son statut de King of Hardcore.

- Tyrus vs Whaleboy. Sharkboy qui s'empiffre backstage en prematch, :mrgreen:. À part ça, un squash.

- Jeff Hardy motivé.

- Récap du Full Metal Mayhem.

- Les Wolves lancent un open challenge aux tag teams du monde entier, et un tournoi par équipe débute la semaine prochaine.

- EY vs Aries vs Hardy vs Roode, #1 Contender Elimination match. Un long match parfois un peu chaotique, mais néanmoins très réussi, notamment dans sa seconde moitié.


 

Un show efficace, qui permet à toutes les divisions (ou presque) de briller, et bénéficie largement d'un main event en béton armé (et dans une moindre mesure, d'un match de championnat convaincant des KOs).

commentaires
<< < 100 110 120 130 140 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 170 > >>