Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2015 - 37 - Cub (2014)

Publié le 5 Octobre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Thriller, Belgique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Cub (Welp) :

Sam (Maurice Luitjen), douze ans, est issu d'une famille troublée, et n'a pas plus de chance avec ses collègues scouts : il est en effet le souffre-douleur de toute la troupe, et nottamment de Peter (Stef Aerts), le leader, qui prend un malin plaisir à l'humilier. Mais lorsque la troupe de louveteaux part en excursion dans des bois supposément hantés par Kai (Gill Eeckelaert), un être de légende, Sam est le seul à être attentif à son environnement... et c'est lui qui, le premier repère Kai lorsque ce dernier passe à l'assaut...

Un peu frustrant que ce survival belge assez basique, mal rythmé, et pas forcément très subtil ou imprévisible, mais qui a pour grande qualité de ne pas y aller de main morte sur la violence pratiquée par et sur des enfants.

Pour être franc, j'ai forcément été déçu par le film, puisqu'au vu de l'affiche et du pitch, je m'attendais à quelque chose de potentiellement plus mystérieux, surnaturel et inquiétant.

En fait, on a le droit à un bon vieux boogeyman invulnérable (un ouvrier constructeur de bus qui construit des pièges dans les bois), et à son jeune sidekick revenu à l'état sauvage : à partir de là (un postulat déjà éventé dès la première scène d'ouverture en forme de flashforward), toute la première heure s'avère assez quelconque, s'éparpille, avec quelques éclairs de violence concernant le jeune héros, qui ne laissent aucun doute sur l'avenir de celui-ci (la scène du chien télégraphiant facilement celle de la cuisinière, et Kai servant, de manière évidente, de reflet maléfique au garçon).

Reste que la dernière demi-heure, lorsque le tueur commence à dégommer tout le monde, est plutôt sympathique, et que la fin en queue de poisson n'est pas dommageable au récit.

Pas un chef d'oeuvre, loin de là, un peu trop de clichés et de rebondissements prévisibles, mais la volonté de brutaliser un peu ces têtes blondes traditionnellement intouchables au cinéma n'est pas désagréable (j'ai pensé un temps à 36.15 Père Noël, dans le genre)...

3/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2015 - 36 - Monsters : Dark Continent (2014)

Publié le 4 Octobre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Action, Halloween, Horreur, Fantastique, Guerre

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Monsters - Dark Continent :

Dix ans après leur arrivée sur Terre, les Monstres se sont répandus un peu partout à la surface de la planète, et en particulier au Moyen-Orient. En Jordanie, les troupes américaines doivent affronter ainsi les créatures extra-terrestres, tout en contenant la rebellion d'une population locale qui n'apprécie guère les troupes de l'Oncle Sam, et se livre à des actes de terrorisme sur les soldats...

Un film particulièrement frustrant, puisqu'en lieu et place d'une suite pertinente construisant sur les bases du premier (qui ne m'avait pas forcément convaincu - 3/6 - mais qui avait le mérite d'avoir un point de vue original), le réalisateur décide de partir dans une direction totalement différente, à savoir une chronique de guerre anti-interventionniste, façon "les difficultés de la guerre américaine au Moyen Orient", très très vaguement agrémentée de monstres, ça et là, en toile de fond.

Et c'est là que le bât blesse, puisque le film est long, très long (2h), et que les 3/4 du temps, ce n'est qu'un film de guerre basique, comme Hollywood en a produit tant ces dernières décennies (Jarhead, The Hurt Locker, etc): tous les clichés sont là, la leçon de morale aussi, les métaphores sont pataudes, etc.

Autant dire qu'on s'ennuie ferme, malgré la réalisation assez inspirée, et la photographie crédible et compétente. C'est d'autant plus frustrant, en fait, que techniquement, le film est donc très réussi (malgré un abus de scènes "naturalistes", avec pléthore de ralentis sur l'environnement des personnages), mais que seuls les rares moments mettant en scène des monstres parviennent à surprendre et à convaincre (aidés par des effets spéciaux remarquables).

Un long-métrage compétent, donc, mais en partie hors-sujet, qui donne l'impression d'un script sur la guerre en Irak ou Afghanistan, auquel on aurait greffé à l'arrache des monstres pour le rattacher à la franchise.

C'est longuet, c'est cliché, c'est très dérivatif, et ça n'atteint que trop rarement son objectif ; dommage, car il y a là de bonnes choses, trop diluées dans un océan de choix créatifs génériques au possible.

2/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2015 - 35 - Survivor (2014)

Publié le 4 Octobre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Action, Science-Fiction

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Survivor :

Après des décennies passées dans l'espace, à la recherche d'une planète habitable, Kate (Danielle Chuchran) s'écrase en compagnie des autres passagers de son navire sur un planétoïde apparemment accueillant. Mais là, séparée des autres survivants, elle doit survivre à cette nature hostile, en évitant des hordes de créatures sanguinaires, ainsi qu'une population autochtone étrange et incompréhensible.

Pas vraiment de l'horreur, mais un survival de SF par la même équipe qu'Orc Wars/Dragonfyre, The Crown and the Dragon, Dawn of the Dragonslayer, la série des Mythica et SAGA, dont on retrouve les maquillages de gobelins du Seigneur des Anneaux (ici modifiés pour faire des mutants difformes) et la même interprète principale, la jolie et convaincante Danielle Chuchran.

Convaincante, car athlétique, dynamique, et réalisant ses cascades elle-même, qu'il s'agisse de chevaucher, de se battre à mains nues, de tirer à l'arc, etc.

Et puis pour être franc, elle est nettement plus agréable à regarder que Jaden Smith dans ce qui s'avère être une version indépendante et à petit budget de After Earth : même concept de base, mêmes discussions à distance avec le mentor blessé, même affrontement avec un gloumoute en CGI (assez réussi, malgré le budget microscopique et Kickstarterisé), même balise de secours à déclencher, et même personnage principal qui court (beaucoup) pour rejoindre un point éloigné.

Sauf que là, le personnage qui court, ce n'est pas Jaden Smith, mais une jolie blonde athlétique en pantalon moulant, ce qui est tout de suite nettement plus sympathique.

D'ailleurs, pour une production indépendante, il n'y a vraiment que quelques fonds verts, le dialecte et les costumes risibles des autochtones post-apo, et le rythme bancal du tout (93 minutes, mais beaucoup de meublage à base de course à pied et à cheval) qui fassent vraiment tache.

Le reste est à peu près honorable (sans forcément s'élever au-dessus de la moyenne), les paysages sont jolis, la scène du cheval est amusante, Sorbo cachetonne (mais fait toujours plaisir à voir), la musique est "adéquate" (bien que gentiment répétitive), et le retournement final est über-prévisible (ils sont sur Terre ! Surprise !), mais finalement tellement assumé et passé sous silence que ça fonctionne plus ou moins, d'autant que le film enchaîne aussitôt sur autre chose, pour devenir brièvement un monster movie dans des grottes sombres.

Ce n'est pas vraiment bon, mais ce n'est pas pire que le Shyamalan, donc :

2.5/6 (même si je suis tenté de mettre un 3/6 pour les beaux yeux de l'actrice principale)

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2015 - 34 - Backcountry (2014)

Publié le 3 Octobre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Thriller

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Backcountry :

Alex (Jeff Roop) et sa compagne Jenn (Missy Peregrym) arrivent dans les grandes étendues forestières du Canadien pour y camper quelques jours. Alex est confiant, et prétend avoir campé là à de multiples reprises ; Jenn, elle est une citadine détestant la nature, et dubitative des affirmations d'Alex. Rapidement, cependant, le couple va avoir d'autres chats à fouetter, puisqu'ils se retrouvent sur le terrain de chasse d'un ours noir affamé, et particulièrement mécontent.

Particulièrement décevant, compte tenu de la note élevée obtenue par le film sur Rotten Tomatoes, de ses récompenses obtenues, et de certaines critiques parlant d'un film réussissant à faire pour les forêts et les ours ce que Les Dents de la Mer avaient accompli pour les océans et les requins.

Alors qu'en fait, pas du tout.

Ça n'en a ni le talent, ni l'ambition, et c'est immédiatement évident, dès que l'on commence ce film : sur les 90 minutes du métrage, 60 sont consacrés à de la mise en place. Pas à la montée en puissance de la tension, non, à de la mise en place.

Présentation du couple-vedette (elle, citadine et raleuse ; lui, idiot et agaçant, du genre à jeter sa seule carte dans la rivière sur un coup de colère... si l'on était dans Blair Witch) ; vieux garde forestier qui les met en garde (mais est bien entendu joyeusement ignoré) ; visite de la forêt ("tiens, regarde chérie, ça, ce sont des baies machintruc, elles sont comestibles et particulièrement nourrissantes, tu pourras les manger dans une heure de métrage, lorsque je serai mort, et que tu devras survivre seule dans la forêt sans provisions") et actions stupides(les chaussettes pleines de sang ^^) ; campeur irlandais menaçant (le film tente de nous la jouer slasher, à ce moment là, mais personne n'y croit ; d'autant que cinq secondes avant, le scénariste téléphonait toujours des éléments de scénario de manière maladroite : "- Si tu es du coin, tu dois probablement connaître la cascade de machintruc. De quel côté doit-on la descendre ? - Par la droite. - Effectivement, il n'y a que les touristes pour la descendre par la gauche, c'est trop dangereux. - Tu t'en souviendras, chérie, dans une demi-heure de film, lorsque je serai mort, et que tu devras descendre la cascade pour échapper à l'ours ?") ; et finalement, arrivée de Nounours.

Enfin, je devrais dire "quelques images de l'ours arrivent" puisque aussitôt, le film se transforme en survival féminin basique, débordant de shaky cam médiocre et d'effets de style clairement là pour camoufler le fait qu'un ours, c'est compliqué à utiliser au cinéma lorsque l'on n'a pas de budget CGI.

Bref, après une heure d'un script ultra-cliché et téléphoné, voilà qu'on se retrouve devant Missy Peregrym (qui n'a pas à rougir de sa prestation, cela dit) qui court/boîte/se traîne dans la forêt, avec gros plans sur les branches et les arbres (parce que c'est stylé), pour échapper à un ours qui, finalement, ne réapparaîtra pas pour un ultime face à face, laissant se film se dégonfler de la pire des manières : sans intérêt.

Bref, c'est monotone, prévisible, décevant, et c'est particulièrement balisé, sans jamais parvenir à instaurer la moindre tension ou peur. Pfff.

1.5/6

(si par contre les promenades dans les bois vous font peur, alors les 45 premières minutes, c'est du 6/6 cash)

commentaires

Catch Review : TNA Impact (30/09/2015)

Publié le 3 Octobre 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Ce Dimanche, Bound For Glory... un BFG à la carte médiocre et vraiment peu inspirante.

Impact du 30/09/2015 :

- Après quelques heures de hype online promettant une annonce fracassante en ouverture de show, changeant radicalement le cours des choses pour la TNA, et faisant de BFG un PPV à ne pas rater, EC3 ouvre le show, se plaint, demande à Dixie de venir, et on a droit à un segment générique de mise en place pour le PPV entre Ec3, Dixie et Galloway. Lol.

- Meublage des commentateurs.

- Storm est mécontent. Et singe Wyatt en parlant de "buzzards".

- Storm vs Shera, Street Fight. L'ultime match de Storm à la TNA. Il fait tout le boulot, et l'affrontement était hautement oubliable, avec un ref bump, un Shera qui se dégage au compte de un et demi après être passé au travers d'une table, et un finish décevant, qui en plus voit toute la Revolution démolir Storm pour de bon..

- Dixie n'est pas contente de son neveu. Whatever. Elle annonce alors que le main event de ce soir décidera du main event de BFG, qui deviendra Matt Hardy vs Galloway vs EC3 si Galloway et Hardy gagnent ce soir. :facepalm: (et oui, c'était ça son annonce fracassante Lol².)

- Roode pour tenter de donner un peu de valeur à sa ceinture en carton, Lashley répond au challenge pour BFG. Promo classique de Roode, promo faiblarde de Lashley (sans surprise).

- La DH tape la discute.

- DJ Z, vs Tomasso Ciampa vs Trevor Lee. Ciampa est supposément déjà à la NXT, et Lee ne devrait pas être là pour l'instant (vu que les bookers ont dû trouver une excuse pour qu'il ait droit à un match par équipe au PPV, à savoir "il a droit à un rematch", mais ici, visiblement, personne ne se fatigue à donner d'explication), mais bon... un match de X-div très classique, et pas méga impressionné par Ciampa, malgré sa réputation.

- TBP se moquent gentiment des DH backstage. Très oubliable.

- Brooke qui vient raconter sa vie, et explique qu'elle va revenir, encore plus forte et volontaire.

- EC3 mécontent de la décision de sa tante. Bonne promo.

- DH vs TBP, Handicap match. No comment. Médiocre au possible, malgré les efforts de Maddie et de Jade.

- EY gueule tout seul backstage.

- Tournée de la TNA en Inde annoncée Lundi prochain.

- EY gueule dans le ring, avant de se faire attaquer par Robbie E, Melendez et Anderson. Sans intérêt.

- Matt & Galloway tentent de se mettre d'accord backstage. Ils tombent d'accord, forcément. Cette storyline aurait été tellement plus intéressante si Galloway décidait, ce soir, de perdre le match, et de n'avoir qu'EC3 à affronter Dimanche...

- EY est mécontent, et engueule Dixie, qui l'oppose à Angle @ BFG. EY commence à en faire un peu trop, je trouve, c'est dommage

- EC3 & Tyrus vs MHardy & Galloway. Aucune surprise, un tag match solide, mais hautement téléphoné.

- En post-match, Dixie annonce que JHardy sera l'arbitre du main event de BFG.

 

Donc voilà. Contrairement à l'Impact de la semaine dernière, un show très médiocre dans le ring, et dans sa mise en place forcée et bricolée en post-prod du PPV.

Et quel PPV ! Une carte particulièrement générique, qui n'aurait pas dépareillée à l'époque des PPVs de seconde zone de la compagnie.

 

- Kurt Angle vs Eric Young
- Bound for Gold Gauntlet Match
- Ultimate X: Tigre Uno vs Andrew Everett vs Manik vs DJ Z
- The Wolves vs Brian Myers and Trevor Lee
- Gail Kim vs Awesome Kong.
- Roode vs Lashley for the King of the Mountain Title.
- EC3 vs Galloway vs Hardy (w/Jeff Hardy as referee)

 

Wolves/GFW, Angle/Young et Kim/Kong, ce sont des matches qu'on a déjà vus des dizaines de fois, et dont les résultats sont téléphonés au possible ; Roode/Lashley devrait être bon, mais les enjeux sont minimes ; l'Ultimate X est tellemet surexposé qu'il n'a plus grande valeur, et ne vaudra que pour voir ce que vaut le petit nouveau (qui vient de la GFW, apparemment) ; le Gauntlet est clairement un moyen pour Mahabali Shera de décrocher un title shot qu'il encaissera durant la tournée en Inde ; et le main event... et bien, le main event est ce qu'on redoutait tous depuis des mois, depuis que l'on sait que BFG se déroule en Caroline du Nord : on a EC3, deux Hardys et un Galloway, soit deux lutteurs sans intérêt et le champion. Whouhou. Je les vois bien faire perdre EC3 sans qu'il soit épinglé, histoire de lui retirer le titre, mais qu'il garde son streak... malheureusement, ça ne changera pas le fait que c'est une très mauvaise idée.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2015 - 33 - OuiJa (2014)

Publié le 3 Octobre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

OuiJa :

Lorsque sa meilleure amie Debbie (Shelley Hennig) meurt dans des circonstances mystérieuses peu de temps après avoir joué avec une planche de OuiJa, Laine (Olivia Cooke) décide de mener l'enquête, et de contacter son amie dans l'au-delà en utilisant l'objet. Mais elle entre alors en contact avec un esprit beaucoup plus agressif, qui va s'en prendre à Laine et à ses proches.

Un film d'horreur tous publics, quasi-aseptisé, et ultra-générique, produit par Hasbro, avec l'asthmatique de Bates Motel dans le rôle principal d'un récit sans le moindre intérêt intrinsèque, qui se contente d'aligner les clichés des films de ce genre, avec des effets visuels honorables mais guère inspirés.

Alors c'est à peu près bien filmé, niveau photographie, mais c'est bien le seul point sur lequel dire du bien du film, tant tout le reste répond à un cahier des charges mécanique et sans intérêt : c'est creux, des personnages au casting en passant par les rebondissements et les jump scares.

D'ailleurs pour être franc, à partir de la moitié du film, j'ai fini par ne plus suivre le métrage que d'un oeil (histoire d'avoir le fin mot - prévisible - de l'histoire) tant le récit était peu intéressant. Et malgré tout cela, ça a fait un carton au box-office américain, à sa sortie.

Comme quoi, à Halloween, on peut mettre n'importe quel pseudo-film d'horreur dans les salles américaines, et c'est le succès assuré.... *soupir*

1.5/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2015 - 32 - The Sacred (2012)

Publié le 2 Octobre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

The Sacred :

Auteur de romans d'horreur à succès, Jessie (Heather Roop) est en panne d'inspiration, et décide d'aller se ressourcer dans le chalet forestier de sa tante, où elle a passé son enfance. Mais sur place, elle rencontre Leah (Brighid Fleming), une petite fille étrange, ainsi qu'un gardien mystérieux (Jeff Fahey), et des villageois méfiants. Et rapidement, entre les manifestations bizarres et les rêves torrides, Jessie comprend qu'elle n'est pas seule...

Un navet horrifique qui dévoile son jeu dès la barre des 20 minutes franchie, avec une scène de nudité de l'héroïne sous la douche totalement gratuite et inutile, d'autant plus qu'elle est montée à base de jump-cuts.

Et tout le reste est du même acabit : un enchaînement de poncifs éventés, une scène de sexe onirique entre filles (joli full frontal d'une des frangines McCord, cela dit), encore des clichés, un montage musical risible, un jeu assez médiocre de tout le monde, un film qui se transforme en film de "jeunes fêtards dans un chalet" dans le dernier quart d'heure (avec alcool, beuh et sexe), une poupée maléfique, et le cachetonnage de Fahey et de Sid Haig dans deux scènes et demi, histoire de dire.

Ah, et n'oublions pas un "hommage" au genre, avec un "- I will swallow your soul ! - Swallow this !" tout droit repompé sur Evil Dead.

1.25/6 (dont la moitié pour LA scène)

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2015 - 31 - Frankenstein contre la Momie (2015)

Publié le 2 Octobre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Action, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Frankenstein vs. the Mummy :

Le Dr. Victor Frankenstein (Max Rhyser) est un jeune enseignant en médecine qui, la nuit, tente de réanimer des cadavres afin de vaincre l'ultime frontière : la mort. La journée, cependant, il fréquente la séduisante égyptologue Naihla Khalil (Ashton Leigh), qui travaille au sein de la même université, et qui, de son côté, étudie une momie récemment ramenée d'Égypte. Mais cette momie (Brandon deSpain) est maudite et revient bientôt à la vie, alors même que Victor parvient à réanimer un cadavre, et à donner ainsi naissance à une créature brutale mais intelligente (Constantin Tripes). La collision entre ces deux forces surnaturelles est désormais inévitable, et le couple d'humains est pris entre deux feux...

Une autre bonne surprise dont je n'attendais pourtant rien.

Pensez donc, avec un titre pareil, une sortie DTV, et des critiques globalement négatives, car reprochant au film sur son absence de confrontation entre les deux créatures avant les dernières minutes du film. Et il est certain que, si l'on s'attend à un match de catch non-stop entre les deux monstres, on sera bien déçu, et on criera probablement à l'arnaque.

Mais en fait, le film s'avère tout à fait intéressant de par son approche et son rendu de qualité : en lieu et place d'un réel affrontement, on a plutôt un hommage contemporain à The Mummy & Frankenstein, qui retrace la genèse de ces deux monstres avec des origin stories parallèles et modernisées.

Et c'est justement là que ça fonctionne, puisque les acteurs jouent bien (pour la plupart), les monstres sont réussis visuellement, le film est suffisamment sanglant pour plaire, et l'ambiance est réussie.

Quant au script, il est plutôt intelligement mené... mais (car il y a toujours un mais), il est un peu tiré vers le bas par la durée abusive du métrage, qui approche les deux heures.

Le même film avec dix minutes de moins, et l'on tenait un vrai succès. En l'état, c'est seulement un

3.5/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2015 - 30 - Juan Of The Dead (2010)

Publié le 1 Octobre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Cuba, Espagne

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Juan of the Dead (Juan de Los Muertos) :

Quadragénaire cubain glandeur, Juan (Alexis Diaz de Villegas) passe ses journées à ne rien faire en compagnie de son meilleur ami Lazaro (Jorge Molina). Il tente en vain de se faire accepter de sa fille Camila (Andrea Duro), tandis que de son côté, Lazaro essaie de s'habituer à son fils américanisé, Vladi (Andros Perugorria) ; jusqu'au jour où Cuba est envahi par les zombies : Juan, Lazaro et leurs proches doivent alors s'organiser pour survivre et, si possible, profiter financièrement de cette crise improbable.

Une formidablement bonne surprise que cette co-production cubaine et espagnole, qui s'impose sans effort comme un pendant ensoleillé, décomplexé et inventif à Shaun of The Dead.

C'est à la fois satirique, mélancolique, politique et comique, c'est bien interprété, c'est plein d'idées idiotes mais amusantes (le harpon au travers du zombie et de sa femme, le running gag du harpon, la drag queen et son copain gigantesque, la salsa avec la drag queen, les magouilles en tous genres, etc), et surtout, ça reste toujours crédible visuellement, malgré une budget microscopique de moins de 3 millions de dollars.

Comme quoi, et même si le film a déjà 5 ans, cela prouve bien (avec des films comme Wyrmwood) que le genre du film de zombie est, comme son sujet, toujours vivant.

4.5/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2015 - 29 - S.O.S. : Save Our Skins (2014)

Publié le 1 Octobre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Télévision, Halloween, Horreur, Science-Fiction, UK

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

S.O.S. - Save Our Skins :

En voyage à New York pour se rendre à une convention de pop culture, deux geeks anglais, Ben (Nat Saunders) et Stephen (Chris Hayward), s'aperçoivent un matin qu'ils sont seuls sur Terre, et que tout le monde a disparu. Problème : le duo est particulièrement stupide, et en réalité, il n'est pas seul, puisqu'une force étrange est responsable de cette situation...

Une comédie d'horreur/sf anglaise lorgnant sur Paul (et un peu sur Shaun of The Dead), et initialement produite sous la forme d'une websérie de 13 épisodes, puis rapiécée pour en faire un long-métrage cinéma, écrit et interprété par Saunders & Hayward, deux scénaristes de sitcoms britanniques.

Sans surprise, le résultat est très très épisodique, haché et inégal, avec un enchaînement de mini-segments de 5 à 7 minutes, qui fonctionnent tous sur le même mode : glande à base de références geeks, un peu de tourisme, rencontre de quelqu'un ou de quelque chose d'étrange (un monstre, un cannibale, une folle, etc), disparition de la chose/personne en question, et passage à autre chose.

Autant dire que selon les rencontres, ce road-movie est plus ou moins intéressant, et surtout plus ou moins drôle (plutôt moins que plus, en fait, vu que les dialogues/vannes à base de name-dropping geek lassent très rapidement et que la scène de vomi est naze, mais certains moments absurdes ne fonctionnent tout de même pas trop mal), ce qui donne au final une comédie assez oubliable, d'autant qu'elle souffre d'un budget ultra-limité, et d'un rendu visuel plutôt laid.

Cela dit, j'ai bien aimé l'alien doublé par Peter Serafinowicz.

Un tout petit 2.5 ou 3/6

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 28 - Suburban Gothic (2014)

Publié le 30 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Horreur, Halloween, Comédie

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Suburban Gothic :

Diplômé sans travail, Raymond (Matthew Gray Gubler) est contraint de s'installer chez ses parents, au grand bonheur de sa mère surprotectrice (Barbara Niven), mais à l'agacement de son père autoritaire (Ray Wise). Maniéré, décalé et fermement convaincu de l'existence du paranormal, Raymond sympathise avec Becca (Kat Dennings), une barmaid gothique et sarcastique. Ensemble, ils vont alors devoir faire face à un esprit vengeur déterré dans le jardin de Raymond...

Ce n'est qu'après avoir terminé de regarder cette comédie horrifique affreusement plate et bancale que j'ai réalisé que je connaissais le nom de son réalisateur-scénariste. Et pour cause, puisque j'avais visionné son premier long-métrage, Excision, dans le cadre de l'Oktorrorfest 2012. Et à l'époque, j'avais trouvé cela gentiment creux, trashouille et pseudo-arty, avec la lourdeur d'un film plus racoleur qu'autre chose. 

C'est donc sans surprise que ce Suburban Gothic s'avère dans la directe continuité du précédent film, avec cependant, en lieu et place de la sexualité et du gore racoleur d'Excision, une tendance à l'humour graveleux et bas-de-plafond, qui ne fonctionne quasiment jamais.

Et c'est bien là le problème, puisque le film semble vouloir adopter un ton "John Waters du pauvre", sans le mordant ou la maîtrise, et le tout enrobé d'une sorte de détachement ironique très hipster dans l'âme, avec des personnages qui assistent aux événements sans jamais paraître particulièrement affectés par ceux-ci, et en conservant toujours une petite réplique cynique en réserve.

Autant dire qu'hormis quelques moments amusants et relativement originaux, visuellement parlant (les premières manifestations surnaturelles dans la chambre, notamment), le tout paraît forcé, décousu et bordélique, avec des acteurs qui surjouent volontairement, et quelques moments qui rappellent fortement d'autres films (le tentacule ectoplasmique qui guide brièvement le héros dans son investigation semble tout droit sorti de Donnie Darko).

Ce n'est pas drôle, ça ne fait pas peur, et ça rate trop souvent sa cible pour être intéressant.

1.75/6 (parce que la distribution est plus sympathique que celle d'Excision)

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 27 - GirlHouse (2014)

Publié le 30 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Horreur, Halloween, Drame, Thriller

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

GirlHouse :

À la recherche d'une source supplémentaire de revenus afin de pouvoir poursuivre ses études, Kylie (Ali Cobrin) emménage dans la GirlHouse, une immense demeure surprotégée où cohabitent de nombreuses cam-girls qui se produisent sur le web. Mais bientôt, un psychopathe surnommé Loverboy (Slaine) localise la demeure, et, obsédé par Kylie et à ses collègues, décide de rendre une petite visite à celles-ci, pour les punir de leurs actions sous le regard voyeur des clients du site...

Un slasher qui se veut particulièrement old-school (à quelques détails près, comme la technologie ultra-moderne, ou le "Hugh Hefner du 21è siècle" qui s'avère être gay), au croisement d'un film de dortoir et d'un techno-slasher sur les dangers de l'interwebz.

Les intentions de l'équipe derrière "Jack Brooks : Monster Slayer" sont bonnes, les clichés sont nombreux (mais volontaires et jamais trop pris au sérieux), le flashback de début de métrage est efficace, Ali Cobrin est toujours adorable, et le film ne lésine pas sur la nudité gratuite et les scènes de mise à mort joyeusement gores, mais...

... car il y a toujours un mais.

Mais le problème du film, c'est tout ce qui parasite l'intrigue principale.

Il faut attendre la moitié du film pour que le tueur passe enfin à l'action, qu'il y ait un minimum de suspense, et en attendant, on doit se farcir une intrigue parallèle en forme de romance entre l'héroïne et un ami d'enfance, qui n'a d'autre utilité que de mettre en route l'arrivée des secours dans le dernier tiers du film.

Dommage, car avec dix minutes en moins (et peut-être une meilleure gestion de la non-nudité maladroite de Cobrin), le métrage aurait probablement été plus mémorable.

3/6

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 26 - Twixt (2011)

Publié le 29 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Drame, Fantastique, Halloween, Horreur

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Twixt :

Auteur en perte de vitesse, Hall Baltimore (Val Kilmer) visite une petite ville perdue dans le cadre d'une tournée de dédicaces ; là, il est abordé par un shérif excentrique (Bruce Dern), qui l'incite à venir jeter un coup d'oeil au cadavre d'une jeune fille, à la morgue avec un pieu dans le coeur. Bientôt, Hall reçoit dans son sommeil la visite d'un esprit, celui de V (Elle Fanning), qui lui rappelle sa propre fille décédée, et qui est bizarrement liée aux jeunes gothiques (surnommés "Vampires") vivant de l'autre côté du lac bordant la ville. Aussitôt, Hall décide d'écrire un nouvel ouvrage, inspiré par le destin tragique de V... mais dans cette bourgade étrange, les apparences sont trompeuses, et le monde des rêves va permettre à l'auteur de mieux comprendre le manque d'inspiration dont il est victime...

Un film expérimental de Francis Ford Coppola, qui se fait plaisir, s'inspire de l'un de ses songes et exorcise certains de ses démons au travers de cette oeuvre bordélique, onirique et très moyennement convaincante ; il y traite de la culpabilité et du deuil d'un père pour son enfant, de la recherche d'inspiration, des origines de la créativité, de diverses influences du genre fantastique gothique, etc, mais malheureusement, le tout est structurellement beaucoup trop confus et décousu pour donner lieu à un métrage cohérent.

De plus, pour ne rien arranger, les changements de tonalité sont fréquents, et visuellement parlant, c'est affreusement inégal, avec des plans très réussis, qui cotoient des split-screens immondes, des intérieurs fauchés, et une représentation du monde du rêve assez laide, à base de fonds verts, d'étalonnages numériques, d'angles et de contrastes très souvent peu inspirés.

Reste une distribution plutôt agréable, et qui semble croire à ce qu'elle fait, dans un film bancal qui ne restera pas dans les mémoires.

2.25/6

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 25 - Behind The Wall (2008)

Publié le 29 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Drame, Halloween, Horreur, Fantastique, Canada

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Behind The Wall :

Traumatisée par le massacre de sa mère dans le sous-sol du phare gardé par sa famille, et par l'arrestation de son père, accusé du meurtre, Katelyn Parks (Lindy Booth) a quitté la ville côtière de Harrison Bay, pour ne jamais y remettre les pieds. Vingt ans plus tard, néanmoins, la bourgade connaît des difficultés financières, et décide de rénover le phare à des fins de tourisme... en dépit des avertissements du Père Hendry (Lawrence Dane), autrefois en charge de cette paroisse ; à cette occasion, Katelyn reçoit une invitation à revenir au pays, et malgré ses réticences, la jeune femme confronte les démons de son passé... et l'entité maléfique bien réelle vivant sous le phare.

Première réaction, avant même de démarrer le film : "par le scénariste de Poltergeist", en gros sur l'affiche du film = bonne grosse rigolade... puisque le "scénariste" en question n'est ici que l'un des cinq ou six producteurs, rien de plus. Ah, ces bonnes vieilles jaquettes racoleuses de films d'horreur indépendants fauchés...

Enfin bref : une co-production canadienne aux allures de téléfilm, à l'écriture et à la réalisation peu inspirées (pas aidées par une caméra portée récurrente, au tangage assez agaçant), mais qui bénéficie de paysages naturels brumeux assez jolis et mystérieux (mais très mal filmés, donc).

Le tout est affreusement plat et fade, avec une grosse majorité d'acteurs insipides (Lindy Booth est ici en mode trauma, donc rarement intéressante ou captivante), la musique est digne d'une série télévisée des années 80, les effets sont inexistants, et le récit n'a, tout simplement, aucun véritable sens de la structure ou du suspense.

On se retrouve donc devant un produit médiocre au possible, au budget d'à peine 1.2 millions de dollars (soit un quart d'un pilote de série tv actuel), qui aimerait bien conjurer la même ambiance que The Fog de John Carpenter, mais n'en a ni les moyens, ni le talent.

1/6

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 24 - The Intruders (2015)

Publié le 28 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Horreur, Halloween, Thriller

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

The Intruders :

Traumatisée par la mort de sa mère schizophrène, Rose (Miranda Cosgrove), une jeune femme dépressive et râleuse, s'installe avec son père (Donald Logue) dans une nouvelle maison pleine de recoins sombres et étranges. Et rapidement, alors que Rose fait la connaissance d'un ouvrier en bâtiment séduisant (Austin Butler) et découvre le voisinage inquiétant, elle doit faire face aux phénomènes étranges (bruits, portent qui s'ouvrent, présences impalpables, apparitions inexplicables) qui hantent sa demeure...

Un long-métrage d'horreur qui lorgne en fait beaucoup plus vers le thriller inoffensif façon Lifetime, avec une jeune femme traumatisée et meurtrie par la vie, aux prises avec (spoilers) un tueur habitant dans les murs de sa maison (ou ici, en l'occurrence, dans le plancher).

Et c'est à peu près tout ce qu'il y a à dire au sujet de ce film bien peu passionnant qui, hormis son environnement enneigé pas désagréable, est tellement générique et banal qu'il s'oublie instantanément.

Le récit est ultra-prévisible et balisé, les fausses pistes ne sont jamais convaincantes, Cosgrove n'est pas l'actrice la plus expressive du monde (du moins pas ici, dans ce rôle peu attachant de la fille agaçante et parano, constamment en pleine dépression inexpressive), et les clichés s'empilent tellement qu'au bout d'un moment, on finit par se lasser, et par regarder le tout d'un oeil indifférent et assoupi.

1.5/6

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 23 - Pandorum (2009)

Publié le 28 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Horreur, Halloween, Science-Fiction, Action

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Pandorum :

Payton (Dennis Quaid) et Bower (Ben Foster) se réveillent, amnésiques, dans une salle d'hibernation à bord d'un vaisseau spatial apparemment abandonné. Mais alors qu'ils explorent les couloirs du navire et tentent de se souvenir de leur mission initiale, ils réalisent vite qu'ils ne sont pas seuls...

Déception.

Non seulement c'est très fortement sous influences (un peu à la Doomsday, en fait : c'est un patchwork évident de pleins de trucs pompés ici ou là, sans que la mayonnaise ne prenne vraiment), mais c'est surtout hyper convenu dans son récit et ses rebondissements, et pas exempt de moments en trop (tout ce qui est combats rapprochés, certains moments d'exposition assez lourds, etc).

C'est dommage, parce que Ben Foster est forcément excellent (ce qui n'est pas le cas de tous les acteurs du film, hein), les monstres sont plutôt réussis visuellement, les décors sont crédibles, et que quelques scènes sont très réussies, tant formellement qu'esthétiquement.

Mais bon, la patte Anderson se fait trop sentir, la réalisation est horripilante (le dernier quart d'heure immonde, ou encore les scènes d'action), et la musique est trop appuyée pour être convaincante.

2.5/6

commentaires

Catch Review : TNA Impact (23/09/2015)

Publié le 27 Septembre 2015 par Lurdo dans Catch, Review, Critiques éclair, Télévision, TNA

Après cet Impact, plus qu'une semaine avant Bound For Glory...

Impact du 23/09/2015 :

- La Team TNA dans le ring, avec Dixie, et tout le roster autour du ring, pour triompher très "humblement" suite à la semaine dernière ; incroyable comme tout ça est forcé; notamment avec Galloway, qui continue de faire la même promo toutes les semaines. Dixie annonce un 5-way pour le spot de challenger @ BFG, et se plaint de la trahison de EY, qui comme Big Show, a un "contrat en béton armé", et ne peut donc pas être viré. D'autant qu'à chacune de ses interventions, EY se transforme un peu plus en Ric Flair dans sa diction et ses promos. Dixie finit par booker un lumberjack match entre EY & Melendez.

- Melendez vs EY, Lumberjack match. Énième match entre les deux hommes, donc pas vraiment intéressant, d'autant que le finish est faiblard au possible, et que les lumberjacks n'ont servi à rien, mais bel effort de Melendez, qui fait tout le match sur une jambe, et s'améliore progressivement.

- La DH récapitule le feud en surjouant à fond, comme d'habitude, et Taryn envoie Jade pour se battre contre Gail.

- EC3 rappelle Jeff Hardy à l'ordre.

- Lashley est content, les commentateurs meublent.

- Jade vs Gail, KO title match. Jade n'a pas gagné le moindre match depuis son arrivée, et la voilà challenger. Moui. Heureusement que les deux femmes sont douées, ça aide à faire passer la pilule. Un bon match, à la fin prévisible, et au post-match bordélique et assez plat. Le face à face Kong/Gail n'est là que pour mettre en place le match de PPV.

- Très bonne promo de Spud backstage. Le fait qu'il soit à ce point sous-utilisé m'agace énormément.

- Tigre Uno vs Kenny King, XD title match. King n'a pas gagné le moindre match depuis des mois (et il a désormais quitté la compagnie), et le voilà challenger. Moui. Le match était assez réussi, cela dit, ce qui rend l'inutilisation de King encore plus frustrante.

- EC3 vs Spud. WH title match. Un match sans surprises, mais techniquement réussi, et un post-match avec un Hardy qui se retourne pour de bon contre EC3 - précipité et baclé, mais bon, plus trop le temps de trainer, avec BFG dans une dizaine de jours.

- EC3 est furieux.

- Revolution dans le ring, avec Storm mécontent de ses troupes, Abyss qui se rebelle, part, et Manik qui fait de même, avant de jeter son masque. Bon segment, bonnes promos, malgré Shera qui se pointe, baragouine en anglais et défie Storm. Qui se barre. Dommage que la Revolution ait été un tel fail.

- Galloway salue les Wolves backstage.

- Les Hardys discutent backstage.

- Bram vs Galloway vs Wolves vs Lashley, #1 contender elimination match. Bon match, là encore. Lashley est comme toujours un colosse dans le ring, mais bon, le finish était prévisible au possible.

- EC3 passe un savon à Hardy dans le ring, et celui-ci démissionne. Un segment redondant, et qui finit le show de manière assez plate.

 

En soi, le show était assez bon, principalement parce que les matches étaient tous bons. Après, il faut bien admettre que, 1) je me contrefous un peu des lutteurs qu'ils ont choisi de mettre en avant - Melendez, Galloway, Shera, les Hardys, et même Gail - , 2) la carte de BFG, pour l'instant (à peine deux ou trois matches annoncés, et rien d'intéressant) est assez médiocre, et 3) le booking est un merdier improbable, plein d'occasions manquées et de talent gâché.

Donc difficile de s'enthousiasmer pour l'avenir, d'autant que l'avenir en question est toujours très très vague, post-BFG.

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 22 - Innocence (2014)

Publié le 27 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Fantastique, Jeunesse, Romance

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Innocence :

Beckett (Sophie Curtis), une jeune adolescente, est hantée par des cauchemars récurrents, conséquence de la mort récente de sa mère dans un accident de surf. Avec son père Miles (Linus Roache), un auteur à succès, Beckett emménage à Manhattan, et intègre une école privée assez atypique, où le taux de suicides est élevé, et où le personnel enseignant est exclusivement composé de femmes jeunes et séduisantes. Progressivement, alors que l'infirmière de l'école, Pamela (Kelly Reilly), se rapproche de Miles et emménage avec lui et sa fille, Beckett comprend que l'école sert de terrain de chasse à ses employées, lamies qui doivent boire le sang de jeunes vierges pour conserver leur immortalité et leur beauté éternelle...

Un teen-movie horrifique insipide et anémique, adapté d'un roman populaire du début des années 2000, et qui en plus d'être ultra-dérivatif, se paie le luxe d'être filmé de manière basique et télévisuelle, avec une photographie terne et sans intérêt, une musique envahissante, une interprétation médiocre, une romance fastidieuse, et surtout une actrice principale (Curtis) absolument inexpressive et léthargique, à l'image du reste de ce film sous Xanax. Reste Kelly Reilly, qui semble s'amuser dans ce rôle de maychante, mais c'est peu.

1/6

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 21 - Gnome Alone (2015)

Publié le 26 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Comédie

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Gnome Alone :

Maltraitée et délaissée, Zoe (Kerry Knuppe) est une victime de la vie et des circonstances. Un jour, cependant, une vieille sdf à l'agonie lui transmet une malédiction ancestrale : désormais, Zoe sera accompagnée par un gnome maléfique (Verne Troyer), qui a pour mission de la protéger à tout prix contre toute offense, généralement dans un bain de sang. À Zoe de trouver un moyen de contrer l'action du gnome avant qu'il ne s'en prenne à ses proches...

Calamiteux. Fauché. Amateur. Graveleux. Vulgaire. Racoleur. Débile. Bancal. Dérivatif. 

0.25/6

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 20 - Digging Up the Marrow (2014)

Publié le 25 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Found Footage, Documentaire, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Digging Up The Marrow :

Lorsque le réalisateur-scénariste Adam Green rencontre un homme étrange, William Decker (Ray Wise), il décide d'en faire le sujet de son nouveau long-métrage, un documentaire enquêtant sur les dires de Decker : selon lui, il existerait, dans les sous-sols de l'Amérique, des communautés de créatures difformes et rejetées par le reste de la société, qui vivraient cachées dans des cités souterraines, à l'abri de tous... mais certaines de ces créatures seraient agressives.

Soyons clairs : Digging Up The Marrow n'est rien de plus qu'une version found-footage/documenteur de Cabal/Nightbreed de Clive Barker. Une version centrée sur un Adam Green tête à claques, au sourire narquois constant, et qui, bien entendu, ne crédite absolument pas Barker, malgré des emprunts tellement évident et transparents qu'ils ne peuvent qu'être conscients.

Après, le tout se regarde assez facilement, je dois dire, et je me suis surpris à être vraiment captivé par le récit, qui est relativement bien mené. Du moins, dans une certaine mesure, puisque tant que l'on tente de percevoir les monstres, ou que le doute est entretenu au sujet de la réalité du Marrow, le film sait rester intrigant.

Malheureusement, il n'est pas très bien rythmé, et développe sur 90 minutes le synopsis d'un moyen-métrage un peu creux et mégalo, qui a recours à des jump-scares faciles, et qui finit par lentement se dégonfler, notamment sur la fin, alors que la tension aurait dû monter jusqu'au bout.

Reste au final des monstres réussis (pour ce qu'on en voit, et un Ray Wise globalement impeccable, malgré quelques moments de surjeu léger (dans sa cage, notamment).

3.5/6

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 19 - Dead Rising : Watchtower (2015)

Publié le 25 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Action, Jeu vidéo

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Dead Rising - Watchtower :

Lorsque la ville d'East Mission, dans l'Orégon, devient le foyer d'une épidémie zombiesque, le gouvernement met au point le Zombrex, un andidote temporaire à la maladie, aux stocks très limités. Et lorsque l'antidote cesse soudain inexplicablement d'agir, la ville est placée en quarantaine, avec, au sein de la zone contaminée, de nombreux civils paniqués. Parmi ceux-ci, le reporter Chase Carter (Jesse Metcalfe), la mère de famille Maggie (Virginia Madsen), et Crystal (Meghan Ory), une jeune femme dangereuse contaminée par le virus... le trio doit alors survivre coûte que coûte en se fabriquant ses propres armes, et en échappant à un gang de motards sanguinaires, avec l'aide extérieure de Jordan (Keegan Connor Tracy), la caméra-woman de Chase, qui communique avec eux par téléphone...

Encore un film de zomblards, avec ici une adaptation de la franchise de jeux vidéo de Capcom, et un récit qui prend apparemment place entre Dead Rising 1 et 2.

Je dis "apparemment", car je n'ai jamais joué qu'à la démo du premier jeu, et par conséquent, à part le concept global de la franchise et le personnage principal de ce jeu (ici interprété par un Rob Riggle en mode déconne), je n'ai qu'une très vague idée des tenants et aboutisssants de l'univers.

Cela dit, je doute que cela change quoi que ce soit à mon appréciation de cette adaptation : oui, on retrouve le personnage principal du jeu, ici érigé en héros interviewé à la tv, on retrouve le concept des armes bricolées, et les hordes de zombies dans les rues, mais à part ça... le tout est franchement trop générique, et ce sur tous les plans.

C'est un peu le problème avec les films de zombies arrivant aujourd'hui. À moins d'une idée, ou d'un point de vue fort, tout a déjà été dit/fait/vu, généralement en mieux, et en plus inspiré.

C'est ainsi le cas ici, pour ce métrage qui n'est pas forcément honteux en soi, mais qui n'apporte absolument rien au genre.

Le métrage est longuet (près de deux heures), le rythme très inégal, les personnages manquent de charisme, le ton léger est désormais la norme du genre, le propos sur l'armée/le gouvernement/Watchtower est assez convenu (et probablement pas aussi engagé que le scénariste l'imaginait), le budget n'est pas forcément suffisant, le fanservice pour les fans du jeu est parfois un peu maladroit, et l'on a plus souvent l'impression de se retrouver devant un gros pilote de série tv plutôt qu'un film, un sentiment encore renforcé par ces coupures régulières qui font place à des flashes d'information satiriques cassant totalement le rythme (ainsi que le moindre semblant de tension).

On ne rit pas vraiment, on n'a pas vraiment peur, on n'est jamais vraiment passionné ni intéressé, bref, cela reste un produit particulièrement quelconque et générique, qui surnage par moments grâce à quelques idées ou quelques plans de caméra inventifs, et un scénario qui assure un peu plus que le service minimum.

Un très petit 2.5/6 (voire moins, en fait, mais on sent tout de même que le scénariste est fan des jeux et a tenté de faire quelque chose d'honnête, donc il a ma sympathie ; et puis au moins, ce n'est pas du Uwe Boll.)

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 18 - [REC] 4 : Apocalypse (2014)

Publié le 24 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Thriller, Religion

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

[REC] 4 - Apocalypse ([REC] 4 - Apocalypsis) :

Prise au piège de l'immeuble empli d'infectés, Angela Vidal (Manuela Velasco) a fini par en sortir, juste avant sa destruction par les forces d'intervention de la police. Lorsqu'elle revient à elle, elle se trouve sur un navire pétrolier, au milieu de l'océan, en compagnie de scientifiques et d'autres survivants, placés là en quarantaine. Car Angela est peut-être atteinte par l'infection démoniaque, et les chercheurs sont bien décidés à trouver un antidote à l'épidémie...

Après la parenthèse ratée du n° 3 (qui a droit ici à un clin d'oeil ou deux, en la personne d'une grand-mère désorientée seule survivante du mariage), Jaume Balaguero revient aux commandes de sa franchise... mais donne vraiment l'impression de s'en être totalement lassé, et d'avoir désormais envie de passer à autre chose.

Ce qui se traduit, à nouveau, par un abandon total du style found-footage, pour une réalisation assez laide à base de caméra portée toujours en mouvement, de micro-jump cuts dans les actions, et de plans sombres et serrés ; l'histoire, malheureusement très générique et balisée, n'aide pas non plus à s'intéresser au film, puisque la première demi-heure de mise en place semble en durer le double, et que la suite n'est qu'un gros film de couloirs manquant cruellement de pêche et d'énergie.

Çà et là, on a bien quelques points d'exclamation sanglants, mais ils sont assez mal filmés, quand ils ne sont pas tout simplement le produit de moments à effets spéciaux fauchés et ratés (le singe infecté).

Alors quel intérêt ? Le retour de Manuela Velasco (qui a malheureusement un peu vieilli et maigri, ce qui ne facilite pas la bonne continuité du métrage avec les images du premier film, pourtant ici réutilisées par les chercheurs), et une conclusion tellement débile qu'elle vaut presque le détour : tout explose (de manière mal cadrée), et le parasite démoniaque finit par infecter un poisson.

[REC] 5 : l'attaque des poissons zombies-démons ? ^^

1.5/6

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 17 - [REC] 3 : Genesis (2012)

Publié le 24 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Comédie, Found Footage

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Précédemment, chez Lurdo :

J'avais trouvé le premier [REC] sympathique, mais assez inégal : si Manuela Velasco faisait une protagoniste assez charmante et attachante, on ne pouvait pas forcément en dire de tous les autres personnages, à l'interprétation et à l'écriture parfois inégales ; à l'identique, si l'absence totale de musique d'ambiance ajoutait à l'ambiance oppressante, et si l'introduction progressive de la religion permettait de donner un autre degré de lecture (plus ambivalent) à ce film d'infectés, le script restait assez prévisible, et certains des rebondissements paraissaient artificiels et forcés.

Rien de bien méchant, cependant, et le métrage restait intéressant, même s'il aurait fait un bien meilleur moyen-métrage. Du 3.5/6, en somme.

[REC]², cependant, avait été une véritable déception, un bigger louder jamais maîtrisé, qui recyclait clairement le premier film, en en explicitant toutes les zones d'ombres jusqu'à surexposer son sujet, et en remplaçant les personnages du premier opus par une équipe d'intervention de la police et un prêtre (tous surjoués).

Un film qui détruisait donc toute l'ambiguité du [REC] original, avec des personnages agaçants, et une réalisation surchargée en gimmicks visuels et sonores forcés et jamais crédibles, pour, au final, quelques idées intéressantes jamais vraiment exploitées, et noyées dans une masse insipide et frustrante. 1.75/6

Ce second opus, à vrai dire, m'avait tellement frustré que je n'avais pas voulu continuer la saga... je rattrape donc mon retard, avec les deux suites de [REC] les plus récentes, à commencer par

[REC] 3 : Genesis ([REC] 3 : Génesis) :

Le jour du mariage de Koldo (Diego Martin) et de Clara (Leticia Dolera) est enfin arrivé, et leurs deux familles se réunissent pour faire une fête bien méritée. Mais lorsque certains des invités montrent les signes d'une étrange contagion, c'est le début d'un carnage général, au sein duquel les deux jeunes mariés sont séparés...

Paco Plaza, co-réalisateur sur les deux premiers métrages, s'occupe ici en solo de ce troisième opus, un métrage qui, malheureusement, s'avère en fait un film de zombies ultra-générique, qui exploite le nom de la franchise sans en avoir la moindre caractéristique, ou presque.

Au rayon des points communs, le film se déroule apparemment en parallèle du premier film, et met en scène la même contagion de zombies-démons (ce qui donne lieu à des effets assez ridicules de démons apparaissant dans les reflets des zombies).

Malheureusement, les ressemblances s'arrêtent là : ici, le script donne dans la comédie zombiesque grotesque, jamais vraiment drôle, qui suit des survivants incapables évoluant tout autour de la cérémonie de mariage envahie par les zombies.

Pire : au bout de 20 minutes au format "film de mariage", le film abandonne totalement le found footage de rigueur dans la saga, pour devenir un film d'horreur banal et classique, en vue à la troisième personne, avec accompagnement musical (particulièrement mauvais), protagonistes multiples, etc...

On se retrouve donc avec un métrage d'horreur passe-partout, pas très bien filmé, qui ne fait jamais rire ni peur, et souffre, malgré ses 77 minutes (génériques inclus), d'un rythme mollasson qui fait qu'on s'ennuie gentiment, d'autant que les personnages sont tout sauf intéressants ou attachants. Il reste tout de même une idée amusante ou deux, ainsi que quelques effets sanglants réussis... mais c'est peu.

1.25/6

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 16 - The Devil's Hand (Where The Devil Hides - 2014)

Publié le 23 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Jeunesse, Thriller

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

The Devil's Hand (Where The Devil Hides) :

Dans le petit village pseudo-amish de New Bethlehem, une étrange prophétie règne : six jeunes filles nées le sixième jour du sixième mois amèneront l'avènement de Satan le jour de leur 18ème anniversaire, lorsqu'une seule d'entre elles restera en vie, et deviendra le réceptacle du Malin. Vivant dans la terreur, la communauté tente ainsi d'empêcher cette catastrophe de se produire, sous les ordres du sinistre et pervers Elder Beacon (Colm Meaney). Mais la date funeste approche, et pour la jeune Mary (Alycia Debnam-Carey), victime de crises d'épilepsie et de visions, la protection de son père (Rufus Sewell) ne suffit plus à la protéger du courroux de ses semblables...

Un film peu inspiré et bourré de problèmes, à tous les niveaux.

Autant commencer par les bons points : la distribution est globalement bonne, même si Jennifer Carpenter est cruellement sous-exploitée, et que Colm Meaney a une trop bonne trogne pour être crédible en Elder pervers et fanatique ; le film est assez court (1h25) ; et c'est à peu près tout.

Parce qu'en fait, ce métrage à la genèse compliquée n'a de film d'horreur que son nom, et ses cinq dernières minutes. Le reste du temps, il oscille entre teen movie chez les amishs (avec ses adolescentes qui découvrent l'amour et la tentation), thriller psychologique sur le fanatisme religieux et les dérives sectaires, slasher basique et grotesque (la scène du puits est un grand moment de comédie involontaire), et drame mollasson... ce qui, il faut bien le dire, donne un tout assez décousu.

D'autant que le film rappelle d'autres oeuvres du même genre : La Ferme de la Terreur, forcément, La Malédiction, bien sûr, mais aussi et surtout Emprise, de Bill Paxton. Et là, en disant cela, je spoile probablement beaucoup trop.

Autant continuer, alors : en effet, comme dans Emprise, le spectateur est, pendant tout le film, placé dans la position de victime ; c'est à Mary que l'on s'identifie, c'est par ces yeux que l'on découvre la folie religieuse qui l'entoure, la prophétie, tout ça. Et comme dans Emprise, il s'avère qu'à la toute fin, les croyants avaient raison. Sauf qu'ici, ce n'est pas un Dieu vengeur et impitoyable qui guide la main du tueur, mais bien Satan, qui n'attendait apparemment qu'une chose : que la mère de Mary tue toutes les autres filles de la prophétie, pour pouvoir transmettre ses pouvoirs à la dernière survivante.

On finit donc avec une Mary aux superpouvoirs démoniaques qui (dans une séquence bien risible, car montée en jump-cuts ultra-obscurs et illisibles sur du rock qui fait tache) va se venger de la communauté, et du maychant Beacon.

Quelques minutes à peine de surnaturel après 80 minutes de ronronnement, c'est peu, d'autant plus que ces deux retournements successifs (l'identité du tueur, et la réalité de la prophétie) sont assez prévisibles, surtout si l'on a une certaine habitude du genre.

M'enfin ça aurait pu être pire, et ça a l'avantage de se dérouler dans un environnement assez sous-exploité au cinéma. C'est toujours ça de pris.

2.25/6 

commentaires

Halloween Septembrrrfest 2015 - 15 - Cryptic (2014)

Publié le 23 Septembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Comédie, Thriller, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Cryptic :

Alors que le monde de la pègre anglaise est victime d'une vague de meurtres sanglants et inexpliqués, un groupe de sept criminels tous différents les uns des autres se retrouve enfermé dans une crypte, avec pour mission de garder un mystérieux cercueil métallique au contenu énigmatique. Mais bien vite, il s'avère qu'ils sont eux aussi la cible de l'assassin mystérieux... un vampire ?

Une crime/horror comedy indépendante et assez réussie en provenance d'Angleterre, avec un échantillon de personnages tous plus débiles les uns que les autres : un black abruti, un duo de frères psychopathes (les "Jonas Brothers" ^^), une hermaphrodite moldave, une racaille indienne, un dandy rationnel et intelligent, un avocat, et un junkie bourgeois et sdf, soit de quoi assurer le quota d'engueulades, de bons mots, et de répliques amusantes.

Ce huis-clos au micro-budget est par ailleurs visuellement convaincant, ce qui est toujours un plus, et même si, au niveau du rythme, c'est assez inégal (au format 60 minutes, en condensant un peu le tout, ça aurait fait un épisode parfait de Masters of Horror, ou d'une série de ce genre), le film reste intéressant de bout en bout, assumant pleinement sa filiation avec des films de gangsters à la Tarantino, et multipliant les coups tordus et les magouilles en tous genres jusqu'aux derniers instants du récit.

Certes, un spectateur avisé devinera plus ou moins à quoi s'en tenir réellement, au bout d'un moment, mais ça ne gâche pas le métrage, qui reste bien interprété, et souvent drôle.

Rien de révolutionnaire, mais un gros 4/6

commentaires
<< < 100 110 120 130 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 160 170 > >>