Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #action catégorie

Les bilans de Lurdo : Star Wars - Tales of the Jedi, saison 1 (2022)

Publié le 26 Novembre 2022 par Lurdo dans Critiques éclair, Télévision, Star Wars, Review, Les bilans de Lurdo, Science Fiction, Science-Fiction, Action, Aventure, USA, Comédie, Fantastique, Disney

Nouvelle série anthologique Disney+ en six épisodes d'une quinzaine de minutes, supervisés et écrits (pour la plupart) par Dave Filoni, Tales of the Jedi s'inscrit dans la continuité des Clone Wars de ce même Filoni, notamment dans le style graphique du programme, et dans sa distribution vocale...

Star Wars - Tales of the Jedi, saison 1 (2022) :

Six chapitres de la vie d'Ahsoka Tano et du Comte Dooku, à diverses périodes de l'histoire de la République et de l'Empire...

1x01 - Life and Death : la naissance et l'enfance d'Ahsoka, ainsi que la première manifestation de ses pouvoirs d'utilisatrice de la Force, alors que, bébé, elle devient la proie d'un grand félin dans les forêts de sa planète natale.

Une tranche de vie paisible et agréable, joliment mise en images. Rien de plus.

1x02 - Justice : envoyés sur une planète reculée, le Jedi Dooku et son apprenti Qui-Gon Jinn tentent de secourir le fils kidnappé d'un sénateur cruel...

Un épisode intéressant, qui associe des personnages rarement vus ensemble, et qui développe de manière efficace l'ambiguïté de Dooku, prompt à la colère mais alors toujours animé d'intentions bénéfiques. Avec en prime une atmosphère plutôt réussie.

1x03 - Choices : Mace Windu et Dooku enquêtent sur la mort d'une de leurs consœurs Jedi, mais ce qu'ils découvrent ébranle un peu plus la foi de Dooku dans les motifs et l'indépendance de l'ordre...

Un épisode plus axé enquête policière, et qui approfondit intelligemment l'ambivalence croissante de Dooku vis à vis de l'Ordre Jedi et du Sénat. 

1x04 - The Sith Lord : peu de temps après la mort de Qui-Gon aux mains des Sith, Yaddle découvre que Dooku collabore en secret avec Darth Sidious...

La chute de Dooku est ici confirmée, avec un Dooku torturé et moins manichéen que dans les films, un côté synthétique (on est à Coruscant, après tout, Blade Runner n'est pas loin) et épique de la musique, et une Yaddle (Bryce Dallas Howard) qui fait plaisir à enfin voir à l'écran, et qui a droit à un moment de bravoure final très réussi.

1x05 - Practice Makes Perfect : pour aider Ahsoka à s'améliorer, Anakin Skywalker conçoit pour elle un programme d'entraînement contre le Capitaine Rex et un groupe de clones, programme qu'elle passera des années à perfectionner... jusqu'à ce que cela lui sauve la vie à l'occasion de l'Ordre 66.

Un épisode beaucoup plus court et qui développe un peu plus les liens entre Anakin et Ahsoka, ce qui est une bonne chose. À part ça, ce n'est pas non plus un épisode indispensable.

1x06 - Resolve : après la chute de la République et la mort d'Amidala, Ahsoka, désabusée, part en exil mais est bien vite trahie, et traquée par les Inquisiteurs...

Une mini-adaptation d'un roman détaillant la vie d'Ahsoka post-prélogie, cet ultime épisode bouche quelques trous de la vie de la Jedi, expliquant comment elle a repris du service bien après la chute de la République, pour rejoindre la Rébellion. Assez classique, en soi, même si le duel en lui-même est très joliment mis en images et en musique. 

- Bilan saisonnier - 

Un saison courte mais efficace, avec un gros travail visuel, sonore et musical. Sans être indispensable, c'est réussi et ça reste intéressant, même si comme moi, on n'a jamais vraiment suivi Clone Wars ou les séries animées postérieures.

Lucasfilm Animation a donc réussi son pari ici, quand bien même l'on peut se demander si tout cela n'aurait pas pu être condensé en deux moyens métrages de 45 minutes, l'un consacré à Dooku, l'autre à Ahsoka.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1747 : Samaritan (2022)

Publié le 23 Novembre 2022 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Action, Fantastique, Science-Fiction, Science Fiction, USA, Thriller, Amazon, Review

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Samaritan (2022) :

À Granite City, l'affrontement de Samaritan et de Nemesis, deux frères ennemis, est entré dans la légende. Mais désormais, les deux surhommes ne sont plus, morts au terme de leur combat fratricide. Le jeune Sam Cleary (Javon Walton), cependant, est persuadé que Samaritan est toujours vivant, vivant sous les traits de Joe Smith (Sylvester Stallone), l'un de ses voisins... et lorsque Cyrus (Pilou Asbæk), un criminel, décide d'endosser l'identité de Nemesis pour semer le chaos dans la ville, Smith est contraint de reprendre le combat...

Un film de superhéros semi-indépendant diffusé sur Amazon, au script initial adapté en comic-book, et qui finit ici par trouver une incarnation cinématographique avec Sylvester Stallone dans le rôle principal. Un Stallone vieillissant et un peu trop boursoufflé/botoxé pour son bien, mais qui reste crédible en superhéros à la retraite, épuisé et en quête de rédemption.

En soi, le film (signé Julius Avery, réalisateur d'Overlord) n'apporte pas grand chose de neuf au genre : il évoque Incassable, le méchant et ses visées politico-socio-anarchiques est un croisement entre le Bane de Nolan et le Joker de Todd Phillips, le tout rappelle bon nombre de films où un vieux héros ronchon finit par reprendre du service au contact d'un jeune enfant enthousiaste, et Stallone reste en pilotage automatique pendant les deux premiers tiers du métrage.

Mais contrairement à la majorité des films à faible budget de ce type, qui font visuellement très pays de l'est, ici, Samaritan assure le spectacle dans sa dernière ligne droite : une grosse scène d'action spectaculaire, au cours de laquelle Stallone se réveille et retrouve sa vigueur d'antan, avec un rebondissement scénaristique télégraphié mais qui fonctionne tout de même, et un final satisfaisant sur de nombreux plans.

Dans l'ensemble, donc, un métrage plutôt agréable à suivre, malgré ses limites apparentes, très DTV. Mais ça reste une surprise relativement sympathique, surtout si l'on n'en attend rien à la base.

3.75 - 0.25 pour les effets numériques laids utilisés pour rajeunir Stallone dans les flashbacks = 3.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Les bilans de Lurdo : The Witcher, saison 2 (2021)

Publié le 20 Novembre 2022 par Lurdo dans Action, Aventure, Review, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Fantastique, Télévision, Drame, Netflix, USA

La saison 1 de The Witcher avait eu pour tâche ingrate de présenter tout un univers bien établi et apprécié de ses fans, que ce soit sous forme littéraire et vidéoludique - ce qui revenait plus ou moins à tendre un bâton pour se faire battre.

Une situation pas aidée par certains choix de casting discutables (mais inévitables sur Netflix et les autres plateformes de streaming) et surtout par une structure volontairement déstructurée d'un point de vue chronologique, qui embrouillait un peu plus un univers déjà assez compliqué à présenter...

The Witcher, saison 2 (2021) :

Geralt amène Ciri à Kaer Morhen, la forteresse des Witchers, pour la protéger, et pour l'entraîner au combat. Mais rapidement, il s'aperçoit que la jeune femme possède des capacités hors norme, qui vont bientôt faire d'elle l'objet des convoitises de nombreuses factions rivales : sorcières, mages, elfes... et même les autres Witchers.

Honnêtement, j'y ai cru, le temps d'un épisode. Un premier épisode quasi unitaire, pas parfait, mais faisant une sorte de remake de la Belle et la Bête à la sauce Witcher, a la fois réussi, concis et intéressant, malgré quelques passages et intrigues politiques inintéressantes chez les sorciers, à la sauce sous-Game of Thrones.

Brièvement, je me suis dit que les scénaristes avaient compris que la force du Witcher, c'était ses aventures variées, contre des monstres divers, avec une intrigue de fond liant ces aventures, et une chronologie claire et plus simple. Que peut-être, on allait retrouver une structure plus limpide, avec un Witcher emmenant Ciri à la chasse à un monstre différent, chaque semaine...

Et puis je me suis souvenu d'une interview de la showrunneuse, qui justement affirmait vouloir faire un film de huit heures, et pas une série d'aventures plus ou moins connectées... et lorsque j'ai vu arriver la suite de la saison, j'ai déchanté. Force a été de constater, très rapidement, que ce premier épisode était une exception à la règle de la saison, une saison certes plus linéaire (adieu la chronologie déstructurée), mais aussi un peu plus aseptisée et qui fait beaucoup de surplace, divisé en deux axes principaux.

D'un côté, l'entraînement de Ciri à Kaer Morhen, une intrigue très statique qui vaut principalement pour les interactions de Gerald avec Ciri et les autres personnages ; et de l'autre, Yennefer, privée de pouvoirs, embarquée dans une sous-intrigue sur la discrimination et la ségrégation des elfes aux mains des humains, avec chemin de fer clandestin, résistance contre l'oppresseur, génocide, etc.

Sans oublier, en filigrane, une (très) vague menace, celle de Baba Yaga Voleth Meir, une sorcière toute puissante qui tente de manipuler tout ce petit monde pour parvenir à ses fins.

Autant dire que pour moi qui trouve toutes les sous-intrigues des rois, des mages et des magiciennes (soit tout l'aspect politique de la série) particulièrement soporifiques et qui n’ai absolument rien à faire du destin de ces elfes insipides, transparents et génériques au possible, les 3/4 de la saison m'ont paru longs, très longs, et elle a été à deux doigts de me faire décrocher (comme Le trône de fer en son temps).

Et ce n'est pas le retour du barde (qui se fait d'ailleurs la voix des scénaristes lors d'une scène méta un peu embarrassante, lorsqu'un garde raciste et violent fait aux chansons de Jaskier toutes les critiques que les spectateurs ont adressées à la saison 1, et que ce dernier le traite de tous les noms en plus d'utiliser l'argument du "t'as qu'à essayer de faire mieux si tu n'es pas content !") qui change grand chose, puis qu'il se trouve immédiatement lié de manière inextricable aux tourments géopolitiques et raciaux de la saison.

Alors il y a bien Ciri et son sang si spécial, espèce de gros MacGuffin de la saison, qui finit par être convoitée par tout le monde pour des raisons diverses et variées. Ce n'est pas inintéressant, tout comme les liens qui se tissent entre elle et les autres personnages, et ça mène à une conclusion durant laquelle presque tout le monde se retrouve... mais ça reste assez plat, dans l'ensemble.

Le souci, c'est que même avec une chronologie linéaire, The Witcher reste toujours très abscons. Le worldbuilding consiste bien souvent en du name-dropping à gogo et des références furtives à des personnages inconnus au bataillon (ou alors pas revus depuis 5 épisodes), la géographie est totalement floue, il n'y a pas réellement d'identité musicale ou visuelle, et la structure globale est toujours problématique : comme en saison 1, on sent clairement que le mot d'ordre de la production, c'était "ne faisons pas une série sur Geralt, faisons une série sur son univers, ses manigances, et tous les personnages féminins qui gravitent autour de lui".

Sauf qu'à trop développer les autres personnages, Geralt en vient à faire de la quasi-figuration dans certains des épisodes, et les scénaristes sont alors contraints de faire du remplissage, avec des jeux de pouvoirs insipides et des personnages qui complotent entre eux à l'autre bout du royaume, et qu'on ne revoit pas pendant une demi-saison.

Remplissage à droite, raccourcis narratifs approximatifs à gauche, exposition balourde et sans intérêt au milieu, incapacité chronique à donner corps et structure au monde du Witcher, honnêtement, l'écriture n'est tout simplement pas à la hauteur - ce qui n'est pas forcément surprenant, quand on sait comment fonctionne Netflix, qui recrute les scénaristes de ses nouveaux projets en interne, dans un réservoir de scénaristes déjà sous contrat... et quand on sait que, de l'aveu même de l'un des scénaristes de la série (qui a écrit Le Cauchemar du loup et le premier épisode de cette saison), une partie non-négligeable de l'équipe d'écriture de The Witcher ne connaît pas les romans, les jeux vidéo, l'univers ou, pire encore, se moque ouvertement de leur contenu considéré comme ringard ou cliché. CQFD.

Bref : nouvelle saison, nouvelle déception, pour une série qui, une nouvelle fois, parvient à paraître brouillonne et approximative, mais pour des raisons différentes de la saison 1. Je suis prêt à laisser encore une chance au programme, d'autant que cette saison 2 s'est pris de plein fouet la crise de la COVID, et que Cavill était apparemment blessé pendant une partie du tournage... mais bon.

Autant la saison 1 m'avait laissé mitigé positif, autant cette nouvelle année me laisse mitigé négatif, même si je reconnais que la saison 2 est plus aboutie au niveau visuel (et que son premier épisode était assez réussi).

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Les bilans de Lurdo : She-Hulk - Avocate, saison 1 (2022)

Publié le 19 Novembre 2022 par Lurdo dans Comédie, Télévision, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Marvel, MCU, Disney, Action, Review, USA

Dernière série du MCU en date, diffusée depuis août dernier sur Disney +, She-Hulk : Attorney at Law se veut un nouveau changement de direction pour la branche télévisée de l'univers Marvel : après la sympatoche Miss Marvel et le mignon Groot animé, place à Jennifer Walters, avocate mal dans sa peau, dans une comédie judiciaire façon Ally McBeal, avec destruction du quatrième mur en prime...

She-Hulk - Avocate, saison 1 (She-Hulk : Attorney at Law - 2022) :

Contaminée par le sang de son cousin Bruce Banner (Mark Ruffalo) lors d'un accident de voiture, Jennifer Walters (Tatiana Maslany) découvre qu'elle est elle aussi dotée de pouvoirs surhumains et capable de se transformer à volonté en She-Hulk. Elle n'a cependant qu'une envie : poursuivre sa carrière d'avocate en toute tranquillité, et se faire discrète, ce qui est plutôt compliqué lorsque l'on est verte, soudainement célèbre et que l'on fait plus de deux mètres...

Et malheureusement, je dois bien l'avouer : j'ai beau avoir passé un assez agréable moment devant She-Hulk, série en 9 épisodes d'une trentaine de minutes showrunnée par une ancienne de Rick et Morty, reste que le programme est trop brouillon et sous-développé pour arriver à la cheville de son modèle.

Il faut dire qu'en matière de série judiciaire décalée, David E. Kelley avait placé la barre assez haut au fil de sa carrière, parvenant à combiner affaires judiciaires solides, folie excentrique de ses personnages, et rythme maîtrisé.

Ici, avec She-Hulk, aucun de ces facteurs n'est très abouti - le format court oblige en effet les scénaristes à jongler entre la vie privée de Jennifer, le monde superhéroïque, sa carrière judiciaire, etc, et l'équilibre est souvent trop fragile pour convaincre : à peine aborde-t'on le monde des superhéros que les limites du budget et des effets spéciaux très inégaux (les expressions de She-Hulk fonctionnent bien, mais dès qu'elle est en mouvement, c'est nettement moins le cas, et ne parlons pas de la texture et du réalisme de ses vêtements) se rappellent au spectateur et obligent la production à revenir à quelque chose de moins onéreux ; à peine entre-t-on au tribunal que la série vire de bord pour s'intéresser à autre chose ; à peine développe-t-on un peu les personnages secondaires (Pug et Nikki, par exemple) qu'il faut revenir à Jen et à ce qui la concerne, ou à un guest ou un autre (certains fonctionnent, d'autre moins)...

Le résultat, c'est une série légère, amusante et qui se joue des passages obligés des productions Marvel, mais qui paraît aussi fréquemment assez superficielle et anecdotique, trop occupée à approfondir la quête d'identité de Jennifer pour s'intéresser suffisamment longtemps à autre chose.

Après, encore une fois, ce n'est pas désagréable pour autant, après un pilote en mode origin story un peu précipité : le programme réinvente Emil Blonsky (Tim Roth), propose une relecture du Wrecking Crew assez incapable, une elfe métamorphe de la Nouvelle Asgard (un peu trop sous-exploitée), ramène Wong sur le devant de la scène (en lui donnant au passage une BFF assez amusante), sous-utilise totalement Titania (Jameela Jamil), introduit Luke (Griffin Matthews), le tailleur des superhéros, redynamise agréablement Daredevil (Charlie Cox, ici nettement plus décontracté et souriant que du côté de Netflix), et se paie le luxe d'une conclusion ultra-méta, durant laquelle, après un générique parodique façon années 70 (avec bodybuildeur peint en vert et portant une perruque dans le rôle de She-Hulk) et une évasion de la prison Disney +, Shulk rencontre ses scénaristes et KEVIN (référence directe à Kevin Feige, le big boss créatif du MCU), une intelligence artificielle, à laquelle elle se plaint de tous les clichés inhérents au dernier acte des productions Marvel. Ah, et puis il y a Skaar, aussi...

Il y a donc de quoi faire, et de quoi passer un moment sympathique... même si encore une fois, fréquemment, tout cela paraît précipité et un peu trop sous-développé, avec un tissu conjonctif et des transitions logiques taillées au montage pour que le tout rentre dans les cases du format court et comique de la série.

Une expérience relativement mitigée, donc, qui s'améliore sur la fin de la saison, à mesure que le programme trouve ses marques et prend ses aises. Mais si saison 2 il y a, reste à espérer que la série aura la possibilité de changer un peu son format, quitte à prendre son temps et à aller jusqu'à 40-45 minutes lorsque la situation l'exige, que les effets spéciaux seront plus homogènes (ce devrait être le cas, maintenant que le modèle numérique de She-Hulk est finalisé et un peu rodé), et que le "superflu" qui manque ici sera un peu plus présent.

(bilan Marvel/DC mis à jour !)

 ---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1743 : Batman et Superman - La bataille des super fils (2022)

Publié le 17 Novembre 2022 par Lurdo dans Animation, Action, Aventure, Ciné, Cinéma, Critiques éclair, Jeunesse, DC, Review, Fantastique, Science Fiction, Science-Fiction, USA

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Batman et Superman - La bataille des super fils (Batman and Superman : Battle of the Super Sons - 2022) :

Lorsque Starro commence à prendre le contrôle de l'humanité, et notamment de Batman et de Superman, seuls les fils de ces superhéros peuvent arrêter cette menace : Jonathan Kent (qui vient de découvrir que son père est Superman et que lui aussi a des superpouvoirs) et Damian Wayne font alors équipe pour mettre un terme aux plans de l'étoile géante venue de l'espace...

Après un métrage Green Lantern assez quelconque et générique, les films d'animation DC continuent leur petit bonhomme de chemin, en s'intéressant cette fois-ci aux enfants de leurs superhéros, clairement en partie motivés par le succès de la série Superman et Loïs et par l'utilisation de Starro dans le Suicide Squad de James Gunn.

Ce qui, pour moi qui ai toujours eu du mal avec Damian Wayne, en plus de n'avoir aucun intérêt pour le personnage de Jonathan, n'était pas forcément le postulat le plus intrigant.

Et puis finalement, ce métrage s'est avéré une bonne surprise. On pourra toujours débattre du bien fondé du toutéliage des origines de Starro et de Kal-El (même s'il est suivi d'un joli générique rétro, en images fixes), reste que dans l'ensemble, ce Battle of the Super Sons a la bonne idée de rester toujours ludique et léger.

Et ce dès sa première demi-heure, en réalité une origin story de Jonathan, qui découvre ses pouvoirs et son héritage, avant de s'associer à un Damian toujours grincheux pour sauver le monde.

Le tout avec un style graphique en 3D cell-shadée qui n'est pas sans rappeler celui de Iron Man : Armored Adventures, ce qui est loin d'être une mauvaise chose et change un peu des métrages DC précédents. 

Bref, c'est sympathique, optimiste, positif et assez attachant, ce qui fait assez plaisir. 

4.25 + 0.25 pour Batcow = 4.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1740 : Black Adam (2022)

Publié le 14 Novembre 2022 par Lurdo dans Action, Cinéma, Critiques éclair, DC, DCEU, Fantastique, Science Fiction, Science-Fiction, USA, Review

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Black Adam (2022) :

À Kahndaq, pays du Proche-Orient occupé par les forces militaires d'Intergang, Teth Adam (Dwayne Johnson), un antique héros de légende, est libéré de sa prison par une archéologue (Sarah Shahi) et son équipe. Rapidement, cependant, il s'avère qu'Adam est violent et radical, prêt à tuer et à éliminer tous ceux qui tentent d'opprimer son pays. Amanda Waller (Viola Davis) envoie alors la Justice Society - Hawkman (Aldis Hodge), Docteur Fate (Pierce Brosnan), Atom Smasher (Noah Centineo) et Cyclone (Quintessa Swindell) - pour tenter de l'arrêter...

Mouais. Project DC né il y a des années et porté à bout de bras (musclés) par The Rock pendant tout ce temps, Black Adam était une tentative de donner ce rôle de libérateur superhéroïque à Johnson, sans forcément l'intégrer directement à la mythologie de Shazam (dont provient le méchant Black Adam), traitée sur un ton nettement plus léger par David F. Sandberg et Zachary Levi. Pour Dwayne, son Black Adam est une figure tragique,  sérieuse et sombre, digne d'être le sujet de son propre film... mais ça ne marche pas vraiment.

Attention, ce n'est pas un échec, et il y a quelque chose d'intéressant au cœur de ce métrage, sur la manière dont les superhéros délaissent habituellement les peuples étrangers, sur l'interventionnisme des superhéros, etc. Mais Black Adam se veut tellement dark et gritty (sans vraiment l'être, en réalité, ni rien oser de radical - si ce n'est Adam qui exécute des dizaines de sous-fifres anonymes sans broncher, en ponctuant le tout de quelques punchlines, soit une vision très immature de la radicalité et de la badassitude), tente tellement d'être un récit dramatique et sérieux (mais pas trop quand même), qu'il en vient à étouffer le charisme de Dwayne Johnson, et à ressembler à une suite sans grande saveur de scènes d'action numériques toutes plus bourrines les unes que les autres.

C'est notamment vrai dans le climax final contre un démon très très moche et mal finalisé (qui n'est pas sans évoquer le dernier acte tout aussi médiocre du premier Wonder Woman, avec son Ares numérique), mais avec quelques moments sympathiques : à l'image du film, un film trop générique, trop serious shit, trop souvent en pilotage automatiqueprobablement aussi trop influencé par d'autres œuvres du même genre (toute la présentation de la Justice Society, en plus d'être affreusement précipitée, lorgne fortement sur les X-men), et dont la bande originale est insipide (en tout cas à l'écran)... mais qui, l'espace d'une scène ou d'un dialogue, semble reprendre vie de ci de là.

Hodge, Brosnan et Swindell, notamment, sont efficaces, les muscles de Dwayne aussi, et le toutéliage à l'univers de Shazam (ainsi qu'au DCEU avec le caméo final) fonctionne... mais le reste laisse de marbre.

Un petit 3/6, et encore...

(bilan Marvel/DC mis à jour !)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Les bilans de Lurdo : SEMAINE ANIMATION - Star Trek : Lower Decks, saison 3 - suite et fin (2022)

Publié le 13 Novembre 2022 par Lurdo dans Action, Aventure, Animation, CBS, Comédie, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Review, Science-Fiction, Science Fiction, Star Trek, Télévision, USA, Lower Decks

Avec encore 5 épisodes au compteur, Lower Decks n'a plus beaucoup de temps pour rendre sa saison 3 marquante ou mémorable. Pour le moment, après une demi-saison, c'est en effet loin d'être le cas, avec beaucoup de surplace et de gags prévisibles - tout en proposant, il faut bien l'avouer, une série qui reste bien produite et agréable à regarder.

Star Trek : Lower Decks, saison 3 - suite et fin (2022) :

- 3x06 : Le Cerritos arrive en orbite de Deep Space Nine, pour y négocier un traité commercial avec les Karemma...

Soyons francs : autant j'ai vraiment apprécié cet épisode hommage à Deep Space Nine, avec Armin Shimerman et Nana Visitor à la distribution, avec le thème principal de DS9, avec tout l'environnement de la meilleure série Star Trek à ce jour... autant niveau contenu, c'était assez creux, ou plutôt, c'était un assemblage de sous-intrigues qui, dans un épisode normal, serviraient de remplissage.

Quark et ses magouilles, Tendi et ses origines orionnes, Boimler qui joue au Dabo, Mariner qui fait la connaissance des copines de sa petite-amie... oui, tout le monde a quelque chose à faire, ce qui est rafraîchissant, mais au final, ça reste très anecdotique.

Mais j'ai tout de même vraiment aimé.

- 3x07 : La vie de Peanut Hamper, exocomp rebelle ayant quitté le Cerritos, et tentant de trouver un nouveau but à son existence sur une planète lointaine peuplée d'hommes-oiseaux...

Un épisode assez étrange et polarisant, car totalement centré sur cette planète de volatiles à l'esthétique très "village des Ewoks", et sur une histoire de rédemption assez classique dans sa forme comme dans son fond.

Étrange et polarisant, car assez typique des digressions de Mike McMahan, le showrunner, comme par exemple sur Solar Opposites (qui consacre des pans entiers d'épisodes et de chaque saison à une intrigue secondaire détachée des personnages principaux), et évoquant étrangement les multiples pseudo-rédemptions de Cartman dans South Park, avec ce twist final qui rend le reste de l'épisode plus ou moins caduque.

Ça paraîtra audacieux et osé à certains, ça frustrera d'autres spectateurs (d'autant que Peanut Hamper, issue du season finale de la saison 1, est à la limite de l'insupportable) : personnellement, je reste mitigé.

- 3x08 : Mariner et ses amis prennent part à Crisis Point 2, un holoprogramme cette fois-ci écrit par Boimler... mais ce dernier ne semble pas être motivé par l'histoire dont il est le héros.

Encore une suite directe, cette du premier Crisis Point de la saison 1, pour une séquelle forcément un bon niveau en dessous, de l'aveu même de Boimler. Il faut dire qu'en séparant les quatre protagonistes pour envoyer Boimler dans une quête spirituelle, à la recherche du sens de la vie et de la mort (suite au "décès" de son clone), les scénaristes ne font qu'affaiblir les dynamiques du groupe et du récit : ça reste amusant à suivre, mais finalement assez prévisible et vain.

Pas désagréable, notamment si l'on adore le côté fanservice de la série (caméo de Sulu en prime), mais pas exceptionnel.

- 3x09 : Une journaliste monte à bord du Cerritos pour couvrir le projet Swing-By, lancé par le Capitaine Freeman, et cette dernière exige que tout le monde se tienne à carreau... mais Mariner fait des siennes.

La fin de saison est quasiment là, et cela se traduit, comme souvent, par un récit qui se structure un peu plus, et qui présente beaucoup d'enjeux de dernière minute. On retrouve ainsi la station 80, promise pendant toute la saison, et le script tente d'être roublard, en laissant croire que Mariner, qui passe tout son temps à désobéir aux ordres, est la taupe de la journaliste (ce qui n'est pas le cas, évidemment).

Sauf que l'écriture manque un peu de subtilité et ne parvient pas vraiment à convaincre sur ce point, ni sur la manière dont Mariner est rapidement mise au ban par tout l'équipage, y compris sa petite-amie (en même temps, si la relation avait été plus développée, cette rupture aurait pu avoir plus de poids).

Pas mauvais, mais pas non plus très réussi, et avec une chute finale ô combien télégraphiée.

- 3x10 : Suite à l'échec du Projet Swing-By, le Cerritos et toute la classe California risque d'être remplacée par les vaisseaux automatisés de l'Amiral Buenamigo ; désespérée, le capitaine Freeman lui lance un ultime défi...

Et voilà, un season finale pétaradant et spectaculaire, comme d'habitude, qui toutélie de manière un peu précipitée tous les éléments de la saison (Rutherford, les drones, les missions du Cerritos, Mariner, etc) pour leur apporter une conclusion satisfaisante.

On pourra toujours reprocher au tout d'être catapulté, pour que tout soit bouclé en une vingtaine de minutes, quitte à revenir à un status quo très prévisible, mais bon... c'est assez efficace, et j'avoue que l'opposition vaisseaux California qui se serrent les coudes vs drones destructeurs décérébrés du Texas a un petit côté message politique passé en filigrane qui m'amuse (qu'il soit volontaire ou non).

- Bilan saisonnier -

Lower Decks reste une série frustrante, honnêtement : les personnages ont bien évolué, le rythme s'est calmé, les scénaristes maîtrisent désormais le bon dosage de fanservice à utiliser sans que cela paraisse trop gratuit, ils savent comment créer de la continuité et des moments spectaculaires... et pourtant, ils perdent quand même une moitié de leur courte saison en digressions fantaisistes qui font sourire, certes, mais qui sont aussi immédiatement oubliables.

C'est dommage, car la production est capable du meilleur, mais semble se refuser à installer de véritables conséquences aux évènements subis par ses personnages, préférant les loners rigolards à quelque chose de plus construit. C'est un choix, mais cela résulte inévitablement en une fin de saison précipitée, qui perd en efficacité ce qu'elle gagne de mise en place de dernière minute.

M'enfin bon. Ça reste dans le top 2 des séries Star Trek diffusées depuis Deep Space Nine, et c'est déjà un bel effort.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Les bilans de Lurdo : SEMAINE ANIMATION - Star Trek : Lower Decks, saison 3 - première partie (2022)

Publié le 12 Novembre 2022 par Lurdo dans Action, Animation, Aventure, CBS, Comédie, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Review, Science-Fiction, Science Fiction, Star Trek, Télévision, USA, Lower Decks

Après une saison 2 ayant fait preuve d'une évolution du programme dans une bonne direction, moins hystérique et creuse, Star Trek Lower Decks revient pour une troisième saison à la diffusion entamée en août dernier, et composée, comme toujours, de 10 épisodes...

Star Trek : Lower Decks, saison 3 - première partie (2022) :

- 3x01 : Mariner et ses amis font tout leur possible pour prouver aux yeux de la loi que le Capitaine Freeman n'est pas responsable de la destruction récente de la planète Pakled...

Un épisode de reprise assez sérialisé et (relativement) sérieux, sans rien d'exceptionnel (hormis peut-être Mariner qui exprime brièvement son affection pour sa mère), qui trouve tout de même le temps de placer un gros clin d'œil à Star Trek First Contact (avec James Cromwell qui reprend son rôle, et une réutilisation de toute la musique de Goldsmith et de Magic Carpet Ride), toujours à mi-chemin entre l'hommage et le fanservice creux. Pas désagréable, sans plus.

- 3x02 : Alors que Boimler décide de dire "oui" à toutes les nouvelles opportunités se présentant à lui, ce qui fait de lui la proie d'un chasseur sanguinaire, Mariner accompagne Ransom en mission, en orbite d'une planète hédoniste...

Sans plus, à nouveau. Amusant d'entendre JG Hertzler reprendre son rôle de Martok pour une session de simili-Atmosfear, mais à part ça, la sous-intrigue de Boimler est assez prévisible, et celle de Mariner et compagnie, qui finit en mode Joe contre le volcan, fait sourire... mais ça s'arrête là.

- 3x03 : Le Cerritos et un équipage rival se partagent le nettoyage d'une colonie spatiale jonchée de rochers capables de générer des visions oniriques ou cauchemardesques...

Des personnages tous en mode ultra-jaloux et compétitif, ça peut s'avérer lassant, même si le côté "visions fantasmées" est plutôt amusant (j'avais totalement oublié que Mariner était LGBTQ), bien que sans grande imagination, et que le toutéliage global de l'intrigue fonctionne assez bien. Pour l'instant, cela dit, la saison reste relativement anecdotique.

- 3x04 : Alors que l'équipe des ingénieurs du Cerritos accompagne le Capitaine dans un spa intergalactique pour y purger son stress et sa fatigue, Mariner et compagnie traversent les bas-fonds du vaisseau pour tenter de prendre de vitesse la Delta Shift, qui a prévu de tricher à la loterie de bord, avec pour prix de nouveaux quartiers luxueux...

Encore un épisode assez basique, à vrai dire : ce n'est pas mauvais, mais ça ne cherche jamais à surprendre ou à dépasser son postulat de départ, et la résolution des deux sous-intrigues est vraiment cousue de fil blanc.

- 3x05 : Suite à un dysfonctionnement de son implant, Rutherford est victime d'un dédoublement de personnalité, avec sa moitié rebelle et hostile qui prend le contrôle de son corps...

Un peu de développement de Rutherford, pas désagréable, mais pas exécuté de manière très originale, en mode double maléfique qui se conclut par une course de navettes dans l'esprit de l'ingénieur (course d'ailleurs formellement étrangement molle). La sous-intrigue parallèle de Mariner et Boimler qui représentent Starfleet lors d'un salon de l'emploi et se disputent avec les autres stands, mouais bof.

- Bilan de mi-saison -

Pour l'instant, une saison 3 peu marquante et mémorable, et c'est bien dommage : la série se contente un peu de faire du surplace narratif, et de rester dans ses clichés habituels, avec peut-être une porte ouverte sur un développement ultérieur plus intéressant de Rutherford.

Mais jusqu'à présent, il y a un vrai manque d'enjeux, et les quelques pistes laissées çà et là (Mariner et sa constante rébellion, l'expérience subie par Rutherford, l'archéologue qui laisse ses coordonnées à Mariner, la Station 80... ) sont encore trop faibles pour vraiment convaincre.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1739 : SEMAINE ANIMATION - Mortal Kombat Legends : Snow Blind (2022)

Publié le 11 Novembre 2022 par Lurdo dans Action, Aventure, Cinéma, Critiques éclair, Animation, Fantastique, Horreur, USA, DC, Review

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Mortal Kombat Legends - Snow Blind (2022) :

Dans un futur post-apocalyptique dominé par Cyber-Kano (David Wenham) et son gang cruel, Kenshi (Manny Jacinto), un guerrier arrogant devenu aveugle, doit apprendre à se reconstruire en suivant l'enseignement de Kuai-Liang (Ron Yuan), ancien guerrier ninja aux pouvoirs de glace...

Le premier Mortal Kombat animé, La revanche de Scorpion, était une extension intéressante, bien que gratuitement ultra-violente, de la franchise vidéoludique, qui reprenait plusieurs des grandes lignes du film de Paul WS Anderson, en y développant nettement la rivalité Scorpion/Sub-Zero : une bonne surprise suivie par le nettement moins probant La Bataille des Royaumes, qui lui reprenait plus ou moins les grandes lignes du second film, déjà un bon cran en dessous.

Là, pour ce troisième volet, visiblement, les scénaristes et animateurs ont été chercher du côté de Mad Max et de Ken le Survivant (avec une touche de Daredevil) pour un métrage post-apocalyptique lorgnant fortement sur les films de samurais aveugles... et qui, finalement, ressemble presque à un What If ? très dérivatif qui verrait les personnages de MK transposés dans un univers post-apo générique.

Ajoutez à cela une petite dose d'inspiration tirée des délires de voyages temporels et de panthéon titanesque des jeux, histoire de justifier ce côté What If, et de permettre d'injecter un peu de zombies dans le tout, et voilà, un gros bordel forcément ultra-violent (mais vraiment, ça atteint des sommets de gratuité et de têtes qui explosent en gros plan, dès la première scène), pas très intéressant, et qui retombe, une fois de plus, sur Sub-Zero et Scorpion comme équivalents du Wolverine de la franchise MK : la production se sent obligée de les mettre partout, à toutes les sauces, jusqu'à plus soif.

2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1738 : SEMAINE ANIMATION - Le Monstre des mers (2022)

Publié le 10 Novembre 2022 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Cinéma, Comédie, Fantastique, Action, USA, Aventure, Animation, Jeunesse, Netflix

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Le Monstre des Mers (The Sea Beast - 2022) :

Dans un monde où des équipages de chasseurs arpentent les mers pour éliminer les monstres marins terrorisant l'humanité, Jacob Holland (Karl Urban) se retrouve à faire équipe avec Maisie Brumble (Zaris-Angel Hator), une fillette montée en secret à bord de son navire, pour tenter de percer le mystère de Rouge, l'un des monstres les plus craints, qui s'avère en réalité un animal intelligent et paisible...

Un long-métrage d'animation Netflix produit par Sony et réalisé par Chris Williams (Big Hero 6, Bolt, Moana), pour un récit d'aventures marines techniquement très réussi (visuellement, c'est très joli et abouti), mais qui m'a aussi semblé vraiment trop dérivatif pour son propre bien.

Un peu de Moby Dick, un peu de kaijus, de Monster Hunter, de Master & Commander, et énormément de How to Train your Dragon au programme, avec un récit ultra-balisé, des monstres sans originalité, une musique aux accents celtiques de Mark Mancina, une animation convaincante, et une écriture assez générique, que ce soit au niveau des personnages que des enjeux du récit.

Ce n'est pas désagréable, dans l'absolu, mais ça s'arrête là, d'autant qu'on sent une fin de production un peu précipitée (ou du moins inaboutie), entre les personnages secondaires très génériques visuellement (tous les humains de la foule, les soldats), le récit qui se conclue de manière abrupte et trop facile, les nombreux éléments sous-développés (le bestiaire, la sorcière, la Cour) et certains moments de doublage un peu inégaux.

J'aurais voulu plus d'originalité et de maîtrise, pour un film qui dure près de deux heures...

3.75/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1736 : SEMAINE ANIMATION - Les Minions 2 : Il était une fois Gru (2022)

Publié le 8 Novembre 2022 par Lurdo dans Aventure, Action, Comédie, Animation, Jeunesse, Critiques éclair, Cinéma, Review, Fantastique, Science Fiction, Science-Fiction, France, USA

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Les Minions 2 : Il était une fois Gru (Minions - The Rise of Gru - 2022) :

Lorsque les Vicious 6, la plus grande bande de criminels, se débarrasse de Will Karnage (Kevin Kline), Gru fait tout pour les rejoindre, mais bien vite, il finit par dérober une pierre mystique chinoise aux Vicious 6, qui se jettent à ses trousses...

Énorme bof pour ce second film Minions, alors que j'avais plutôt apprécié le premier volet, très "les Minions à travers les âges". Là, malheureusement, plein de choses font que cette suite, sortie 5 ans après le premier volet, ne fonctionne pas vraiment.

Déjà, le fait qu'en lieu et place d'un réel Minions 2, ce métrage est plutôt un Moi moche et méchant 4 centré en très grande partie sur Gru et sa relation avec Will Karnage. Ce qui, forcément, n'est pas franchement intéressant (déjà que Moi, moche et méchant 3 peinait à convaincre), et relègue les Minions à de la figuration pendant une grosse partie du métrage.

Et lorsque les Minions repassent sur le devant de la scène, c'est pour apprendre le kung-fu avec le personnage de Michelle Yeoh... pas très inspiré, pas très drôle, pas très rythmé, le film se traîne gentiment jusqu'à un grand final WTF, durant lequel les méchants se transforment magiquement en animaux kaijus, pour affronter Gru, Karnage et les Minions.

Bof, bof, bof, tout ça, pas aidé par le doublage - je l'ai vu en VF (pas eu trop le choix), et là où la VO propose Steve Carell, Kevin Kline, Lucy Lawless, Dolph Lundgren, Danny Trejo, JCVD, ou encore Michelle Yeoh, en France, on a Gad Elmaleh, Claudia Tagbo, et quelques autres noms éminemment oubliables.

La franchise tourne clairement à vide, et il serait temps de la laisser se reposer un peu.

2.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 46 - Werewolf By Night (2022)

Publié le 1 Novembre 2022 par Lurdo dans Comédie, Action, Critiques éclair, Horreur, Fantastique, Halloween, Oktorrorfest, Télévision, Disney, MCU, Marvel, Review, USA

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Marvel Studios' Werewolf By Night (2022) :

Ulysses Bloodstone, le plus grand chasseur de monstres du monde, est décédé, et pour lui trouver un successeur, qui maniera la Pierre de Sang aux pouvoirs incommensurables, sa veuve, Verussa (Harriet Sansom Harris), réunit les meilleurs chasseurs de la planète dans la propriété familiale, où a été lâchée une créature dangereuse sans nulle autre semblable. Parmi les prétendants à la Pierre de Sang, Elsa (Laura Donnelly), la fille rebelle d'Ulysses, et Jack (Gael García Bernal), aux objectifs réels bien différents...

Un moyen-métrage d'une petite heure à peine, premier de la série des Special Presentation, réalisé et composé par Michael Giacchino, qui se fait là plaisir avec un hommage aux films d'horreur des années 30-40 : logo Marvel détourné en mode horreur gothique, générique d'époque, photographie en noir et blanc, ton volontairement un peu forcé, vrai travail de réalisation pour avoir des plans mémorables renvoyant directement aux clichés de l'époque (la transformation en ombres chinoises, tandis que la caméra se rapproche du visage horrifié de l'héroïne), garou à l'ancienne, tout est fait pour évoquer une horreur rétro, idéale à l'époque d'Halloween.

Ça fonctionne donc plutôt bien, ce n'est pas trop sérieux (Man-Thing est très sympathique), et si ça peut mener à plus de Special Presentation consacrées à des personnages secondaires de l'univers Marvel, sans pour autant les engager dans une saison entière de 10 épisodes, je dis pourquoi pas.

4/6

(bilan Marvel/DC mis à jour !)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 41 - Solar Opposites : A Sinister Halloween Scary Opposites Solar Special (2022)

Publié le 31 Octobre 2022 par Lurdo dans Review, Critiques éclair, Comédie, Fantastique, Télévision, Animation, Action, Science Fiction, Science-Fiction, Hulu, USA, Aventure, Oktorrorfest, Horreur, Halloween

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Solar Opposites  - A Sinister Halloween Scary Opposites Solar Special (2022) :

Les Solar Opposites décident de fêter Halloween, mais la phobie de Korvo, qui a peur du mois d'octobre et de tout ce qui est effrayant, menace de faire capoter le concours de décoration du quartier, surtout lorsqu'il fait disparaître le Gardien de la crypte que Terry et Jesse ont déterré dans le cimetière local...

Après la saison 3 de la série, et l'épisode spécial Noël la précédant, place à un autre épisode spécial, prenant bien naturellement place à Halloween, histoire de changer un peu d'ambiance (l'année prochaine, à Pâques, ou à Thanksgiving ?).

Avec d'un côté, Terry et Jesse qui raniment un Gardien de la crypte gâteux qui raconte des histoires en boucle, Korvo qui finit par se battre en duel contre le voisin et ses décorations d'Halloween, une leçon de morale de la Grande Citrouille, un morceau d'Oingo Boingo, un montage parodique, et une visite de Yumyulack en Enfer, ce qui ne l'impressionne guère.

Globalement, un épisode spécial à l'ambiance macabre, plutôt amusant, qui ne déroge pas au reste du programme, même si pour une fois, le format 25 minutes est peut-être un peu trop court (il y aurait eu tant d'autres choses à faire avec les personnages et la fête d'Halloween)...

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 28 - Prey (2022)

Publié le 20 Octobre 2022 par Lurdo dans Action, Aventure, Histoire, Cinéma, Critiques éclair, Horreur, Fantastique, Science Fiction, Science-Fiction, Review, USA, Thriller, Halloween

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Prey (2022) :

En 1719, Naru (Amber Midthunder), une jeune Comanche destinée à devenir soigneuse, vit dans l'ombre de son frère Taabe (Dakota Beavers). Elle ne se doute cependant pas qu'une menace venue de l'espace va s'abattre sur sa tribu, et la forcer à devenir la chasseuse qu'elle a toujours voulu être...

Après un Predators mitigé, et un The Predator très faible, changement de cap pour la franchise, avec un Prey confié à Dan Trachtenberg (10, Cloverfield Lane) qui part ici dans le passé, pour narrer l'affrontement entre une jeune Comanche et un Predator cherchant tous deux à faire leurs preuves en chassant leur proie.

Et honnêtement, ça fonctionne plutôt bien, ça ne prend pas les spectateurs pour des imbéciles, ça n'est pas trop référentiel, et ça exploite correctement son univers et sa période temporelle. D'autant que je ne partais pas forcément convaincu, puisque j'avais de gros doutes sur Midhunter, qui m'avait laissé dubitatif dans Legion. Mais elle est ici très bien, et fait une antagoniste intéressante à un Predator clairement jeune et peu expérimenté.

Après, ce n'est pas parfait : les dialogues sonnent un peu trop modernes, les trappeurs français sont risibles (prendre des québécois + des dialogues en français approximatif, ça ne pardonne pas), les Comanches ont un peu tendance à se battre comme des ninjas (de manière globale, les affrontements sont aussi filmés et chorégraphiés de manière un peu trop moderne), la bande originale est oubliable, le scénario téléphone un peu ses effets (le sable mouvant, la fleur magique) et les effets spéciaux sont assez inégaux (le loup et le lion sont réussis, l'ours nettement moins convaincant, et le Predator, assez laid, n'est pas toujours probant dans ses mouvements numériques ou dans son invisibilité).

Mais en comparaison des suites des deux premiers Predator, ce Prey s'en sort très bien. Pas forcément au point de demander une suite, cela dit.

4.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Les bilans de Lurdo - Halloween Oktorrorfest 2022 - Resident Evil, saison 1 (2022)

Publié le 16 Octobre 2022 par Lurdo dans Action, Horreur, Fantastique, Halloween, Oktorrorfest, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Netflix, Review, USA, Afrique du Sud, Thriller

L'Halloween Oktorrorfest touche aussi le petit écran, avec chaque week-end, durant tout le mois d'octobre, des critiques de séries fantastiques et horrifiques...

Resident Evil, saison 1 (2022) :

En 2036, Jade Wesker (Ella Balinska), une scientifique de terrain traquée par Umbrella, tente de trouver un remède à l'épidémie de Virus T, qui a transformé une grande partie de l'humanité en zombies assoiffés de sang ; en 2022, Jade (Tamara Smart) et sa sœur jumelle Billie (Siena Agudong) découvrent, à leur arrivée en Afrique du Sud, que les activités de leur père Albert (Lance Reddick) pour la société Umbrella sont bien plus sinistres qu'il n'y paraît...

Après le ratage Bienvenue à Racoon City, qui revisitait les deux premiers jeux pour en faire une adaptation insipide et mal foutue, on aurait pu espérer que la série Resident Evil serait un peu meilleure. Pas de chance, une combinaison de Netflix (et ses séries bancales), de Constantin Films (toujours gage de qualité ^^), et de scénaristes aux idées hors-sujet (dont un ancien de Supernatural) condamne d'office le programme à ne pas laisser la moindre impression positive, hormis sa distribution plus que compétente menée par Lance Reddick.

Le principal souci, en fait, c'est que la série aurait dû s'appeler Resident Evil : The Next Generation, puisque le programme se concentre exclusivement sur Billie et Jade, les deux filles d'Albert Wesker, que l'on suit tout au long de deux chronologies différentes.

Tout d'abord, dans un futur lointain post-apocalyptique (2036) pas forcément éloigné des films de Milla Jovovich, où la Terre est ravagée par le virus T, et Jade, une scientifique action hero badass, tente de trouver une solution sur le terrain, tout en échappant aux méchants mercenaires à la solde d'Umbrella. Et l'autre chronologie, en 2022, en Afrique du Sud, qui suit Billie et Jade, adolescentes, alors qu'elles arrivent dans leur nouveau lycée.

Oui, Resident Evil de Netflix est en très grande partie un teen drama de lycéennes, avec deux jeunes personnages tout simplement horripilants et à baffer. Les scénaristes font ainsi de Billie et Jade (mais surtout de Jade) des clichés ambulants d'ados rebelles abrasives et égocentriques, qui sont responsables de la catastrophe du virus T, et qui passent leur temps à faire des conneries sans jamais respecter leur père.

Cela dit, la Jade adulte n'est guère plus intéressante ou mature, et lorsque (spoiler) sa sœur ressurgit à la tête d'Umbrella, on a droit à un moment où Billie lui dit ses quatre vérités, soulignant l'égocentrisme et les défauts de Jade - un moment clairement conçu comme une accusation injuste, mais qui ne parvient qu'à rallier le spectateur à la cause d'Umbrella, tant effectivement, le personnage de Jade est obstiné et antipathique.

Donc, d'un côté, des personnages énervants, dans une intrigue lycéenne qui tire affreusement en longueur, avec une illustration musicale déplacée (tant au niveau des chansons pop insérées n'importe où que du score évoquant étrangement le thème de Godzilla), et une grande méchante (Paola Núñez) qui dirige Umbrella et cabotine constamment (tout en ayant elle aussi des problèmes avec sa femme et leur ado rebelle...) ; de l'autre, un futur post-apocalyptique sans grand budget (tout est souvent filmé soit de nuit, soit entre quatre couloirs, et les troupes d'Umbrella ont des armures en plastique), avec des enjeux limités, des hordes de zombies très caoutchouteux qui courent les bras ballants, quelques dépenses d'effets spéciaux trop ponctuelles, et des clins d'oeil fanservice qui ne servent à rien.

Le tout, filmé de manière bancale par une caméra qui penche, et avec un souci du détail très approximatif (les fautes d'orthographe sur les écrans des scientifiques d'Umbrella)...

C'est peu. Et malgré les huit heures à peine du programme, on est fréquemment tenté de faire avance rapide pour passer de multiples scènes redondantes qui ne font rien progresser.

Reste la distribution, encore une fois, qui malgré la sempiternelle tendance Netflix à remplir des quotas de diversité de manière pataude (c'est bon, ici, toutes les cases sont cochées, sauf peut-être la case transgenre), joue le jeu et s'implique à fond. Reddick, notamment, est impeccable, comme toujours, et fait même dans la comédie lorsque vient le moment d'incarner les divers clones de Wesker.

Mais soyons francs : Resident Evil, la série, ressemble parfois plus à une série de zombies générique à laquelle on aurait apposé la marque Resident Evil en cours de route, qu'à une réelle adaptation de la franchise. La série est relativement cheap, pas très bien écrite, et fréquemment agaçante... mais bon, comme elle a déjà été annulée, peu importe !

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 18 - Day Shift (2022)

Publié le 13 Octobre 2022 par Lurdo dans Action, Cinéma, Comédie, Fantastique, Horreur, Halloween, Oktorrorfest, USA, Review, Critiques éclair, Netflix

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Day Shift (2022) :

Chasseur de vampires à Los Angeles, Bud (Jamie Foxx) a un besoin urgent d'argent pour payer les frais de scolarité de sa fille. Un peu malgré lui, il accepte de rejoindre le syndicat local des chasseurs de vampires, et se retrouve associé à Seth (Dave Franco), un employé de bureau du syndicat censé le surveiller de près. Mais rapidement, les choses dégénèrent alors que Bud et Seth découvrent les plans sinistres d'une vampiresse ambitieuse (Karla Souza) qui peuple en secret la région de ses sbires suceurs de sang...

Nouvelle production Netflix confiée ici à un ancien cascadeur notamment responsable des John Wick, ce Day Shift passe ses 30 premières minutes (voire même 40, en fait) à tenter d'établir maladroitement les tenants et aboutissants de son univers pas très original, pas très probant, et pas très intéressant.

Je l'avoue, malgré la première scène d'action opposant Bud à une vieille vampiresse, j'ai eu très peur de décrocher durant ce premier tiers de film, pas du tout intéressé par le world-building, par la méchante latina insipide, par les personnages clichés, par le rythme mollasson, etc.

Et puis le buddy movie débute vraiment, et le film retrouve un peu d'intérêt, surtout qu'arrive vite une pièce maîtresse du film, une scène d'action dans une demeure de LA, et qui oppose le duo Foxx/Franco, associé à deux frères chasseurs de prime (Steve Howey et Scott Adkins), à une armée de vampires sortant des murs. Et là, le savoir faire du réalisateur et de ses collègues cascadeurs entre enfin en jeu, avec de l'action ample, lisible, dynamique et spectaculaire.

Idem pour la poursuite automobile qui suit, et qui a le bon goût d'éviter de recourir de manière trop flagrante aux rustines numériques.

L'action reste donc (naturellement) le point fort du film, jusqu'à sa conclusion (dans un temple souterrain un peu cheap) : certes, on remarque fréquemment les doublures des acteurs principaux, et certes, on pourra toujours débattre de l'efficacité à l'écran de ces vampires contorsionnistes qui font des prises de catch et de MMA (un problème récurrent depuis Blade qui faisait une vertical suplex à un vampire, ce qui ne m'a jamais convaincu), mais au moins, les scènes d'action sont réussies, ce qui est déjà un bon point.

Après... sur deux heures de film, il y a facilement 20-25 minutes de trop, qui auraient pu être découpées dans la première moitié du film, pour le redynamiser ; la bande originale de Tyler Bates est insipide ; et le scénario est finalement très générique, parfois dérivatif (la nouvelle voisine infirmière du héros, qui est en fait là pour l'espionner), parfois basique au possible (la vie de famille du protagoniste), et jamais aussi drôle et percutant qu'il ne pense l'être.

Mais ça se regarde.

2.75 + 0.5 pour les scènes d'actions = 3.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 08 - S.O.S Fantômes : L'Héritage (2021)

Publié le 5 Octobre 2022 par Lurdo dans Review, Critiques éclair, Cinéma, Comédie, Fantastique, Action, Horreur, USA, Halloween, Oktorrorfest, Jeunesse

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

S.O.S Fantômes : L'Héritage (Ghostbusters : Afterlife - 2021) :

Endettée et expulsée de chez elle, Callie (Carrie Coon) emmène ses deux enfants, Phoebe (Mckenna Grace), génie en herbe, et Trevor (Finn Wolfhard), adolescent, s'installer dans la ferme perdue qu'elle vient d'hériter de son grand-père avec lequel elle était brouillée. Là, rapidement, la jeune Phoebe découvre que son grand-père était Egon Spengler, chasseur de fantômes, et que s'il a coupé tous les ponts avec ses anciens collègues et sa famille, c'est parce que sa ferme sera le lieu de la bataille finale entre l'humanité et le dieu sumérien Gozer...

Après le ratage de Ghostbusters 2016, on pouvait redouter le pire pour l'avenir de la franchise SOS Fantômes, et lorsque Jason Reitman (fils d'Ivan Reitman et réalisateur de comédies potables mais honnêtement peu marquantes) a été annoncé aux commandes de ce qui ressemblait diablement à un Ghostbusters : The Next Generation, il y avait de quoi rester méfiant (malgré l'assurance d'un certain respect de la franchise par Reitman).

Au final, ce Ghostubsuters Afterlife est une sympathique comédie familiale, tout à fait honorable, qui rend hommage au premier volet de la franchise tout en proposant de jeunes personnages sympathiques, aux interprètes attachants : oui, c'est effectivement un Ghostbusters : The Next Generation, mais il le fait bien, en développant suffisamment ses protagonistes pour que l'on s'y intéresse, et qui reste suffisamment rythmé et amusant pour ne jamais ennuyer.

Ce n'est pas parfait : çà et là, on sent qu'il y a eu des coupes au montage ou à l'écriture, qui amènent quelques interrogations du spectateur ; le fanservice inévitable est généralement bien amené et géré (notamment tout ce qui concerne Egon), mais parfois un peu de trop ; la photographie jaunâtre est assez quelconque ; et Reitman n'a pas un sens extraordinaire du momentum et de l'énergie, ce qui fait que certains moments incontournables (certains sons, certaines images, certaines musiques, etc) ne sont pas forcément très bien mis en valeur, ou amenés de la manière la plus efficace possible.

Mais bon, pour une comédie fantastique familiale au budget limité (75M $ seulement), et après Ghostbusters 2016, on revient de loin, et Afterlife permet à Reitman de faire revivre brièvement Harold Ramis à l'écran (même si là aussi, ça a ses limites), ce qui fait toujours plaisir à voir.

Ne manquait que Rick Moranis pour boucler la boucle (et je regrette tout de même le travail de Ted Shapiro sur le film de 2016, l'un des vrais points positifs du métrage, alors qu'ici, le score se contente de reprendre sans inspiration les sons et les thèmes de Bernstein).

4/6 (pour le prochain, un peu moins de fanservice, et plus d'idées originales, ça ne serait pas de refus)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 02 - Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City (2021)

Publié le 27 Septembre 2022 par Lurdo dans Action, Fantastique, Halloween, Horreur, Oktorrorfest, Thriller, USA, Allemagne, UK, Canada

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City (Resident Evil : Welcome to Raccoon City - 2021) :

Lorsqu'elle revient à Raccoon City, la ville où elle a grandi avec son frère Chris (Robbie Amell) à l'orphelinat où officiait le Docteur Birkin (Neal McDonough), Claire Redfield (Kaya Scodelario) est confrontée à une menace d'une ampleur inédite : un dangereux virus s'est échappé des laboratoires abandonnés d'Umbrella, et il transforme lentement tous les habitants de Raccoon City en créatures difformes dévoreuses de chair humaine...

Reboot mal avisé d'une franchise qui s'était totalement perdue, au cinéma, sous la direction de Paul Anderson et de son épouse, ce REWTRC se voulait un retour aux sources ramenant Resident Evil aux inspirations des premiers jeux : plus fidèle, plus respectueux, plus horrifique (et moins déglingué), bref, un reboot qui ferait honneur à la franchise vidéoludique.

Pas de bol, c'est un nanar.

Distribution peu convaincante, écriture maladroite à l'exposition laborieuse, personnages insipides à la caractérisation douteuse (Leon Kennedy est une victime du début à la fin du film), effets numériques moches, fanservice gratuit et bancal, maquillages peu convaincants ou encore narration bordélique qui use et abuse de tous les clichés du genre horrifique (les dix premières minutes sont un festival : orphelinat sinistre, chœurs enfantins menaçants, créature difforme qui hante les lieux, boîte à musique, poupées glauques, scientifique maléfique, héroïne au passé tragique) sans parvenir à donner au métrage la moindre personnalité : la mayonnaise de cette fusion des deux premiers jeux ne prend jamais, et le résultat est un film sans intérêt et sans saveur, qui peine à proposer la moindre tension ou le moindre suspense, et est à peine meilleur que la moitié des films précédents made in Anderson.

1.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

QUINZAINE SÉRIES - Les bilans de Lurdo : Jurassic World - La Colo du Crétacé, saison 5 (2022)

Publié le 14 Septembre 2022 par Lurdo dans Action, Aventure, Animation, Critiques éclair, Jeunesse, Les bilans de Lurdo, Review, Science Fiction, Science-Fiction, Thriller, Netflix, Télévision, USA

Ultime saison de 12 épisodes pour cette série d'animation canon à l'univers des Jurassic Park et Jurassic World, et dont la dérive progressive vers une science-fiction de plus en plus prononcée ne m'avait pas franchement convaincu l'annéeac dernière...

Jurassic World - La Colo du Crétacé, saison 5 (Camp Cretaceous, season 5 - 2022) :

Secourus par M. Kon, le père de Kenji, les Nublar Six doivent faire face à une réalité des plus sinistres : à la tête de Mantah Corp., Kon est aussi malfaisant que ne pouvait l'être Kash... mais Kenji, lui, est prêt à tout pour obtenir l'approbation de son père.

Une ultime saison assez frustrante pour Camp Cretaceous, puisque si elle conclue les aventures des Nublar 6 de façon finalement assez satisfaisante, avec un petit saut en avant dans le temps permettant de voir ce que chacun est devenu, la saison se déroule aussi de manière assez décousue, continuant sur la lignée WTF de la saison 4 (avec ses robots, ses holodecks, sa base secrète), et lui rajoutant encore une dose supplémentaire d'éléments agaçants.

Cette saison, en effet, c'est la saison des dinosaures-jeux vidéo, qui voient les dinos devenir de véritables outils pour les maychants, télécommandés à partir de manettes Dualshock pouvant tout leur faire faire. Non seulement c'est assez inhumain (mais ça, la série en a conscience, puisqu'elle joue beaucoup de cet angle "maltraitance animale" pour susciter l'attachement, l'indignation et la pitié du jeune spectateur), mais surtout, ça donne une saison assez caricaturale, avec des maychants très maychants (le père de Kenji est vraiment écrit de manière ultra manichéenne) qui passent toute la saison manettes en main, à piloter leurs dinosaures comme des drones en ricanant comme des génies du mal de seconde zone.

D'ailleurs, les méchants, parlons-en : je l'ai mentionné, mais le père de Kenji est une caricature ambulante de père indigne obsédé par l'argent et sa réputation, les soldats et les investisseurs le sont tout autant, et l'utilisation d'un personnage (et d'éléments) de Jurassic World Dominion n'apporte pas grand chose, si ce n'est un vague lien de synergie commerciale... bref, face aux jeunes héros, des antagonistes clichés au possible, et un Kenji qui retourne prestement sa veste pour se ranger aux côtés de son Papounet les 3/4 de la saison.

Un heel turn qui ne convainc jamais vraiment car, malgré le format rallongé de la saison, il se dégage tout de même de cette ultime fournée un sentiment brouillon, avec des évolutions et des péripéties précipitées, pour que tout soit bouclé au plus vite.

On pourrait aussi citer les scénaristes qui, visiblement ravis d'avoir réussi à créer une romance entre Kenji et Brooke (pas forcément un élément très intéressant de la série, cela dit), décide de renouveler l'expérience, en passant le plus clair de la saison à faire du shipping... entre Sammy et Jaz (qui découvre sa sexualité). Parce que forcément, il fallait un quota LGBTQ (Netflix oblige), et forcément, les personnages concernés sont la sportive et la fermière rondouillarde... d'autant plus frustrant qu'à part ces clichés flagrants et le fait que le tout semble amené de manière un peu trop forcée, la relation est plutôt bien écrite.

Bref. Une saison de conclusion qui fait ce qu'on lui demande (finir l'arc des personnages, boucler la boucle, etc) mais ne le fait pas forcément de manière très habile, avec des digressions superflues (12 épisodes, mais l'impression de flottements désagréables, et de personnages secondaires qui disparaissent durant plusieurs épisodes pour ressurgir mollement), un grand final plein d'action assez manipulateur (dinosaures vs dinosaures, avec une mort à la clé... mais en fait non !), des embryons de pistes étranges (tout ce qui a trait à la géothermie de l'île, et à ses conséquences), et une caractérisation très manichéenne qui dessert le propos plus qu'elle ne l'appuie.

Au final, Camp Cretaceous aura été une expérience mitigée. Plutôt agréable à suivre, avec des personnages sympathiques et des dinosaures attachants, la série a cependant pris un virage dans la science-fiction encore plus prononcée avec sa saison 4, et m'a un peu perdu à partir de ce point.

Cela dit, le personnage de Darius et sa passion pour les dinosaures (ainsi que son évolution dans ses rapports avec ces animaux) trouveront certainement un écho chez beaucoup d'enfants de son âge.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1732 : Comme chiens et chats 3 - Paws Unite (2020)

Publié le 7 Septembre 2022 par Lurdo dans Aventure, Action, Cinéma, Critiques éclair, Jeunesse, Science Fiction, Science-Fiction, Fantastique, Review, USA, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Comme chiens et chats 3 - Paws Unite (Cats & Dogs : Paws Unite ! - 2020) :

Roger (Max Greenfield), chien de Seattle, est l'animal de compagnie d'un jeune tennisman (Callum Seagram Airlie) qui ne s'occupe plus vraiment de lui ; Gwen (Melissa Rauch), une chatte, habite l'étage du dessous avec sa jeune maîtresse (Sarah Giles) et son père musicien (John Murphy) en difficultés financières. Ensemble, les deux animaux, agents du F.A.R.T., vont devoir monter une équipe et arrêter les plans machiavéliques de Pablo (George Lopez), un cacatoès aux ambitions destructrices...

Un troisième volet bien piteux, après un premier film médiocre, et un deuxième film bien plus décomplexé : malgré ce que prétend l'affiche ("en salles le 9 octobre"), ce Cats & Dogs 3 est clairement un métrage conçu comme un DTV, avec tout ce qu'implique une sortie directe en vidéo et en streaming et un tournage à Seattle - scénario au rabais, effets spéciaux fauchés, dialogues bancals, réalisation plate de téléfilm, running gag à base de pets (le nom de l'organisation des chiens et chats associés est le FART, ptdr) et beaucoup de remplissage (images libres de droits, intrigues humaines) qui permettent de boucher un peu les trous d'un récit trop superficiel pour intéresser.

Bref, c'est assez mauvais, ou du moins, totalement insipide, loin des gadgets, du budget, et de la parodie de film d'espionnage du second film (là, tout se déroule à l'échelle d'un pâté de maison, entre un immeuble et une animalerie).

1.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Les bilans de Lurdo : Solar Opposites, saison 3 (2022)

Publié le 4 Septembre 2022 par Lurdo dans Review, Critiques éclair, Comédie, Fantastique, Télévision, Action, Animation, Science-Fiction, Science Fiction, Hulu, USA, Aventure, Les bilans de Lurdo

Troisième saison de la série animée de Mike McMahan et Justin Roiland, après deux années et un épisode spécial Noël déjantés, mais un peu inégaux : cette fois-ci, on passe des 8 épisodes saisonniers habituels à 11, et il reste à voir si cette décision saura porter ses fruits...

Solar Opposites, saison 3 (2022) :

La saison 2 de SO peinait un peu à équilibrer les mésaventures des Solar Opposites avec le quotidien du Mur, un Mur de plus en plus présent, et dont le développement ressemblait beaucoup à une réaction des scénaristes à la popularité de cette sous-intrigue. Puisque le Mur plaisait tant aux fans en saison 1, on en avait rajouté une dose en saison 2, quitte à en faire un peu trop, et à perdre ce qui faisait le sel de ce filigrane saisonnier.

En saison 3, on continue un peu à exploiter le filon, en se centrant sur les personnages de Cherie et de Halk, qui tentent de réorganiser le Mur en un monde démocratique, et sont contraints de partir à l'aventure, dans les bas-fonds du Mur, pour tenter de réparer l'électricité défaillante. Pas forcément désagréable, tout ça, avec un passage chez les cannibales,  beaucoup de morts sanglantes, et le retour du fermier Steven (désormais avec une armée de moustiques et un plan singeant celui de Thanos)... mais honnêtement, l'équilibre humour/drame est une nouvelle fois un peu incertain, et la conclusion de tout cela assez téléphonée.

D'autant plus que les scénaristes ne se fatiguent plus trop : lorsqu'ils veulent consacrer du temps au Mur, il envoient les Opposites en road trip, souvent hors-champ, et les font revenir à la fin de l'épisode. Une grosse ficelle narrative parfois assez frustrante, d'autant que les épisodes plus "normaux" restent assez divertissants.

Après un premier épisode dans lequel Korvo se met à fondre, voilà qu'il se trouve un hobby (le modélisme ferroviaire) qui dégénère rapidement en bataille de trains géants ; ensuite, on a droit à un bottle episode prenant intégralement place dans une file d'attente ; on revisite aussi le destin de tous les autres missions galactiques Shlorpiennes, avec une narration à la Princess Bride ; on refait Daylight avec Stallone, pendant que les jeunes entrent dans la psyché de leur proviseur (pas franchement le meilleur épisode, tout ça) ; on rejoue Molly's Game dans un lycée ; on part en vacances dans un village trop parfait ; et on doit faire face à la crise d'adolescence de Pupa, façon parodie de Fog.

C'est divertissant, donc, même si ça repose un peu trop à mon goût sur les parodies systématiques de films et autres références (toute la digression parodiant les Silverhawks et les Green Lanterns, mwébof). Et la conclusion de la saison, qui voit les Solar Opposites se ranger et adopter une vie humaine médiocre et insipide pour assurer le bon développement de leur "enfant" Pupa, sera sans nul doute rebootée dès l'épisode spécial annoncé pour Halloween.

Dans l'ensemble, cependant, la saison 3 de SO est plutôt agréable à suivre, malgré son format un peu plus long. Les scénaristes ont un peu trop tendance à écouter leurs fans, et à laisser libre court à leurs impulsions (un peu comme du côté de South Park, on sent que beaucoup d'idées d'épisodes leur viennent tardivement, sur un coup de tête, parce qu'ils viennent de regarder X ou Y, tout en ingérant une substance Z), mais le tout se regarde facilement.

(reste que l'impression de regarder des sous-intrigues inutilisées de Rick et Morty reste présente, çà et là)

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Les bilans de Lurdo : Doctor Who, épisodes spéciaux (2022)

Publié le 3 Septembre 2022 par Lurdo dans Action, Aventure, Critiques éclair, Fantastique, Horreur, Les bilans de Lurdo, Jeunesse, Histoire, Review, Science-Fiction, Science Fiction, Télévision, UK, Comédie

Après une saison 13 au format unitaire particulièrement brouillon et frustrant, place aux épisodes spéciaux diffusés en 2022, et censées préparer le départ de Jodie Whitaker, et l'arrivée de son futur remplaçant...

Doctor Who - Eve of the Daleks (2022) :

Le Docteur, Yaz et Dan se retrouvent piégés dans une boucle temporelle, à quelques minutes du Nouvel An 2022, dans les entrepôts d'une entreprise de stockage miteuse de Manchester, gérée par Sarah (Aislin Bae). Avec eux, Nick (Adjani Salmon), un client... et des Daleks meurtriers.

Enfin un épisode ouvertement festif pour cette incarnation du Docteur, et, malheureusement, l'énième retour des Daleks, dans un rôle ici totalement générique qui aurait aussi bien pu être confié à n'importe quel autre antagoniste du Doc, ou à un nouvel ennemi.

Après, c'est assez logique de ressortir encore une fois les Daleks, pour une histoire de boucle temporelle ouvertement inspirée d'un Jour Sans Fin (littéralement cité dans les dialogues) qui profite bien du côté familier de son intrigue : on est en terrain connu, et si ça a l'avantage de rythmer efficacement le tout (c'est probablement l'un des épisodes de Chibnall les plus efficaces et ludiques depuis longtemps), ça finit aussi par tourner un peu en rond et par perdre de son énergie.

D'autant que les défauts d'écriture de Chibnall restent présents : des personnages secondaires parfois poussés légèrement trop loin dans leur caractérisation, et presque antipathiques (le personnage d'Aislin Bae rappelle parfois Donna par son côté abrasif, en nettement moins attachante ou intéressante), la romance entre elle et Nick ne fonctionne que partiellement, les moments de conflit entre les protagonistes paraissent forcés, et certains passages tombent à plat, comme le grand speech de motivation du Doc.

Ajoutez à cela un quota LGBTQ pas très intéressant, avec Yaz qui est amoureuse du Doc, et voilà, un épisode pas désagréable à suivre, mais pas forcément ultra-mémorable pour autant.

Doctor Who - Legend of the Sea Devils (2022) :

Le Doc, Yaz et Dan arrivent en 1807, en Chine, où Madame Ching (Crystal Yu), pirate légendaire, libère un Diable des mers de sa prison de pierre en tentant de trouver un trésor légendaire...

Aïe. Le précédent épisode de Doctor Who à base de pirates n'était pas une franche réussite, mais là, c'est pire, avec un récit décousu, plat, mollasson, et bourré de raccourcis approximatifs, qui semblent découler directement de coupes franches dans le script (le Kaiju qui disparaît en cours de route), ou au tournage.

Le tout, dans des décors déserts, filmés en plans larges qui ne font que souligner cette impression involontaire de vide, et avec des créatures à l'apparence assez fauchée et caoutchouteuse, même pas sauvée par les effets numériques.

En fait, c'est bien simple, cet épisode ressemblait en tous points à un épisode bouche-trou d'une saison "classique" de Doctor Who, aussitôt vu, aussitôt oublié. Et ce ne sont pas les scènes de dialogue entre Yaz et le Docteur qui relèvent le niveau : Chibnall semble décidé à rendre cette romance impossible poignante et sincère, alors que son développement a été, au mieux, très partiel, et que Yaz (décrite ici comme l'égale de River Song, voire comme au-dessus de cette dernière... lol) et le Doc ont une alchimie inexistante.

En somme, pour l'un des derniers épisodes spéciaux de Jodie Whitaker, on est vraiment à un niveau très faiblard...

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1729 : Comme chiens et chats 2 - La Revanche de Kitty Galore (2010)

Publié le 2 Septembre 2022 par Lurdo dans Aventure, Action, Jeunesse, Comédie, Thriller, USA, Animation, Critiques éclair, Cinéma, Science Fiction, Science-Fiction

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Comme chiens et chats 2 -  La Revanche de Kitty Galore (Cats and Dogs: The Revenge of Kitty Galore - 2010) :

Lorsque Diggs (James Marsden), un ancien chien policier pas très doué, est recruté par Butch (Nick Nolte) pour rejoindre les rangs des services d'espionnage canins, il ne se doute pas qu'il va devoir protéger un pigeon loquace (Katt Williams), faire équipe avec une chatte espionne (Christina Applegate), et tenter de déjouer les plans de la machiavélique Kitty Galore (Bette Midler)...

Une suite-reboot du premier Comme chiens et chats, qui arrive neuf ans après son modèle, et qui a la bonne idée d'assumer beaucoup plus le côté parodie de film d'espionnage, tout en minimisant drastiquement la présence des humains dans le métrage.

Encore plus sympathique : les chats ne sont plus présentés comme des animaux unanimement maléfiques, et ils font désormais équipe avec les chiens (tout en les méprisant joyeusement - un chat reste un chat) quand la menace leur demande d'unir leurs forces. En l'occurrence, la menace est Kitty Galore, un chat nu bien animé (les effets spéciaux numériques sont montés d'un bon cran entre les deux films) doublé avec une certaine jubilation par Bette Midler.

Et honnêtement, bien que les critiques l'aient assassinée, et que ce soit un flop commercial, j'ai largement préféré cette suite à l'original : c'est plus abouti techniquement, mieux écrit, plus rythmé et plus amusant, tout en étant moins cartoon slapstick que l'original, avec un score musical plus efficace et un doublage efficace (amusant de constater que Katt Williams fait ici presque du Kevin Hart avant l'heure).

3.75 + 0.25 parce qu'il n'y a pas de Goldblum qui cachetonne = 4/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1728 : Bullet Train (2022)

Publié le 1 Septembre 2022 par Lurdo dans Action, Comédie, Critiques éclair, Thriller, Review, USA, Japon, Cinéma

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Bullet Train (2022) :

Ladybug (Brad Pitt), ex-tueur refusant désormais d'utiliser une arme à feu, monte à bord d'un train grande vitesse reliant Tokyo à Osaka, avec pour mission d'y voler une mallette. Mais rapidement, il découvre que, parmi ses passagers, le train est rempli d'autres tueurs (Joey King, Brian Tyree Henry, Aaron Taylor-Johnson, Hiroyuki Sanada, Bad Bunny, Zazie Beetz...), chacun avec des objectifs bien distincts... et souvent incompatibles.

Un film d'action du réalisateur de John Wick, d'Atomic Blonde, de Deadpool 2 et de Hobbs et Shaw, adapté d'un roman japonais, et qui s'essaie ici à l'exercice de style à la Guy Ritchie ou Tarantino, voire à la Smokin' Aces : des tueurs professionnels excentriques réunis dans un même lieu et qui tentent de se trahir et de s'assassiner mutuellement pour mettre la main sur une mallette, le tout à grand renfort de montage dynamique, de mise en scène déjantée, de scénario capillotracté, d'illustration musicale décalée et d'acteurs qui cabotinent.

Le problème, en fait, c'est que ce Bullet Train dure près de deux heures, et alors qu'un tel film, situé à bord d'un train à grande vitesse, aurait dû être dynamique, effréné et éreintant, il s'avère rapidement mollasson et très bavard... la faute à un script du scénariste de Fear Street, partie 2 : 1978 qui peine à créer la moindre énergie durable, et ronronne rapidement.

Et puis il y a ce train, tour à tour désert ou empli de passagers, qui ne s'arrête jamais lorsque des portes explosent, que des sas sont arrachés, que des fusillades retentissent, etc, mais qui continue paisiblement ses escales en gare le reste du temps, qui va a des vitesses improbables, mais sur le toit duquel on peut tout de même se tenir... le film finit par partir dans le n'importe quoi, avec catastrophe ferroviaire et personnages indestructibles.

Non, vraiment, je n'ai pas du tout accroché à cet actioner weeb qui se veut original et décomplexé, mais qui paraît bizarrement générique et sous-développé, avec des dialogues manquant cruellement du peps ou de la saveur nécessaires à un tel projet, des moments plus sérieux et pathos qui ne fonctionnent pas, et des scènes d'action finalement peu mémorables.

2.25/6 (les acteurs sont bons, pas de souci, et les caméos sont amusants)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1727 : Green Lantern - Méfiez-vous de mon pouvoir (2022)

Publié le 31 Août 2022 par Lurdo dans Action, DC, Animation, Science Fiction, Science-Fiction, Fantastique, Jeunesse, Cinéma, USA, Critiques éclair, Review

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Green Lantern - Méfiez-vous de mon pouvoir (Beware My Power - 2022) :

Ancien sniper d'élite traumatisé par ses années sur le terrain, John Stewart (Aldis Hodge) assiste au crash d'un vaisseau extraterrestre, et à la mort d'un alien qui lui confie alors un anneau magique faisant de lui un Green Lantern. En compagnie de Green Arrow (Jimmi Simpson), d'Adam Strange (Brian Bloom) et de Hawkgirl (Jamie Gray Hyder), Stewart part alors pour l'espace lointain, afin de tenter de mettre fin à une guerre entre Rann et Thanagar, orchestrée par une force encore plus maléfique...

Énorme bof que cette pseudo-origin story animée de Green Lantern qui, très rapidement, oublie l'origin story de son protagoniste pour vire à l'aventure intergalactique assez terne et molle, pleine d'extraterrestres génériques, bourrée d'exposition, et qui ne parvient guère à développer son personnage principal au delà du cliché du vétéran traumatisé.

Cela dit, je l'avoue : je n'en ai jamais eu grand chose à faire des Thanagariens, et le choix de tuer tous les Green Lanterns dès le début, pour ne laisser que Stewart, ne m'a pas franchement convaincu. En fait, on a parfois trop l'impression que ce métrage marche dans les pas du film de Ryan Reynolds, et comme ce récit survolé se finit en tuant sommairement ses deux méchants principaux, on reste plutôt sur sa faim.

2.5/6, parce que visuellement, c'est assez réussi, malgré quelques moments DBZ qui font un peu tâche.

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>