Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Christmas Yulefest 2019 - 49 - Christmas in Evergreen 3 : le Calendrier secret de Noël (2019)

Publié le 24 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Calendrier secret de Noël (Christmas in Evergreen 3 - Tidings of Joy - 2019) :

Romancière en panne d'inspiration et journaliste à mi-temps, Katie (Maggie Lawson) décide de visiter Evergreen pendant les fêtes, afin de découvrir par elle-même cette bourgade à la réputation exceptionnelle. En chemin, elle rencontre Ben (Paul Greene), lui aussi ancien reporter, et ensemble, ils s'intéressent au mystère d'une capsule temporelle cachée en ville 50 ans plus tôt par les parents des habitants actuels de la ville...

À la base, déjà, la série des Christmas in Evergreen de Hallmark (dont Un Festival pour Noël et La Clé d'un Noël réussi sont les deux premiers épisodes) est une sorte d'ultra-concentré de tout ce qui fait un téléfilm de la chaîne : clichés, acteurs, neige, production, etc.

Un ultra-concentré théoriquement indigeste mais qui, par son casting et sa volonté délibérée de développer un univers partagé, des personnages récurrents, et d'intégrer une petite touche de magie de Noël, parvient néanmoins à fonctionner : objectivement, les Christmas in Evergreen ne sont pas franchement meilleurs que la majorité des productions Hallmark, mais elles ont tout de même un charme supplémentaire, qui permet au spectateur d'accepter la folie de Noël ambiante.

Ici, avec ce troisième volet, c'est la même chose. En présentant cette journaliste sceptique et sarcastique, qui arrive à Evergreen et remet en question le Noël proposé par cette petite ville enneigée, Hallmark intègre même une petite dose de méta assez amusante. Ce qui n'empêche pas le reste du téléfilm ne ressembler à un best-of brouillon de tout ce qui fait un téléfilm de Noël Hallmark : montages musicaux, patinage, cookies, cuisine de Noël, décoration, sapin, traditions improbables, interprétation inégale des seconds rôles, etc, etc.

On est en terrain totalement familier, rendu d'ailleurs un peu plus décousu encore par la continuité imposée par le reste de la franchise : la plupart des personnages établis dans les deux épisodes précédents réapparaissent ici (y compris Ashley Williams et Jill Wagner), et bon nombre d'entre eux ont droit à des sous-intrigues plus ou moins étoffées (Rukiya Bernard, notamment, ce qui fait toujours plaisir).

Forcément, cela alourdit d'autant plus le métrage, un métrage qui semblait initialement vouloir s'articuler autour de cette histoire de capsule temporelle, avant de basculer en cours de route vers un calendrier de l'avent géant à la raison d'être jamais totalement probante.

Le grand mystère de la capsule temporelle/du calendrier paraît ainsi très clairement sous-développé, parasité par tout ce qui l'entoure... mais ce n'est pas si grave que ça. Car le plus important - le couple formé par Maggie Lawson et Paul Greene - fonctionne très bien : non seulement les deux acteurs ont (sans surprise) une excellente alchimie, mais en plus, la relation évolue de manière convaincante et mature. Les quiproquos sont minimaux et rapidement réglés, de manière adulte, les baisers sont fréquents et assumés, et surtout (spoiler) l'héroïne ne choisit pas de s'installer à Evergreen, ni de sacrifier sa carrière ! Miracle !

Rien que pour ça, ça donne envie de pardonner tous les défauts du métrage (et en particulier cette scène d'ouverture dans le train, où les faux raccords sont légion, notamment au niveau de la direction dans laquelle les personnages sont assis).

3.5/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 48 - Un Décor de Rêve pour Noël (2019)

Publié le 24 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Lifetime, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Décor de Rêve pour Noël (Staging Christmas - 2019) :

Décoratrice d'intérieur dans l'immobilier, Lori (Soleil Moon Frye) tente de décrocher une promotion, mais pour cela, elle doit à tout prix trouver un endroit où organiser la fête de Noël de son entreprise. Une rencontre fortuite avec Everett (George Stults), veuf et père de la petite Maddie (Mia Clark), et propriétaire d'une demeure en manque de décorations, lui offre alors une occasion en or d'accomplir sa mission, mais contre toute attente, Lori n'est pas insensible au charme de son hôte...

C'était très mauvais. Et pourtant, au fil des ans et des Yulefests au niveau de plus en plus homogène (et médiocre), j'ai un peu tendance à me ramollir, et à ne plus me montrer aussi cassant avec les moins bons métrages festifs proposés par les chaînes... mais là, j'ai trouvé le tout tellement raté que j'ai été fortement tenté d'abandonner avant la fin.

Il faut dire que rien ne marche : non seulement le postulat de départ est ultra-cliché (le veuf séduisant père d'une fillette éplorée, à qui l'héroïne doit faire retrouver la joie de Noël, avant de devoir choisir entre sa promotion et sa romance naissante, bla bla bla) et l'écriture pataude, mais en plus, l'exécution de ce scénario basique est affreusement faiblarde.

Stults est robotique et plat, la fillette et Jaleel White ne sont guère meilleurs, la prise de son et la post-synchro sont approximatives, les coiffures et costumes peu flatteurs, la mise en scène étrange (dès leur première scène, Lori et Everett se tiennent à 15 centimètres l'un de l'autre)... et tout ça, sans même évoquer l'étrange fascination du script pour le monde des chaînes de café façon Starbucks, et le flou artistique qui enveloppe soudainement Soleil Moon Frye à chaque gros plan, pour cacher ses rides, comme si elle était une star de soap des années 70.

Un métrage vraiment déplaisant et fauché.

1.25/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 47 - Quelques jours à Noël (2019)

Publié le 23 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Quelques jours à Noël (Holiday Hearts - 2019) :

Comptable au sein de l'auberge de ses parents située à Birch Creek, Peyton (Ashley Williams) rêve de devenir organisatrice dans l'événementiel, et est bien décidée à faire ses preuves lors du Grand Bal Anniversaire de l'Auberge, auquel toute la ville assistera. Mais un accident inopiné l'amène à s'occuper en parallèle, le temps des fêtes de Noël, de la petite Lily (Payton Lepinski), fille de l'un de ses amis. Seul problème : elle partage cette garde imprévue avec son ex, David (Paul Campbell), un médecin au grand cœur avec lequel Peyton entretient désormais une relation assez tendue...

Rom-com Hallmark Movies & Mysteries vaguement adaptée d'un roman, et qui aurait nettement plus eu sa place sur la chaîne Hallmark classique, tant sa bonne humeur et sa légèreté ne reflètent pas l'orientation habituelle de HMM.

Mais peu importe : Campbell et Williams fonctionnent très bien ensemble, ils ont une relation assez ludique et malicieuse ; la fillette est assez attachante ; et dans l'ensemble, tous les personnages secondaires sont bien choisis.

Plus important : si le postulat de départ semble éminemment basique, son traitement dynamique fait que l'on ne s'ennuie jamais. En effet, quand on comprend que le couple qui se supporte à peine va devoir enchaîner tous les passages obligés du cahier des charges Hallmark pour "préparer Noël avec la fillette", on redoute le pire, à savoir un film en pilotage automatique du début à la fin, avec des montages insipides, etc.

Et puis non, le script parvient à esquiver les écueils les plus visibles, la distribution ne succombe jamais à ces derniers (par exemple, la scène du retour du pilote d'avion, pourtant totalement clichée et prévisible, fonctionne tout de même grâce à l'enthousiasme des acteurs concernés), et le tout reste suffisamment léger pour emporter l'adhésion, porté par son couple principal.

On regrettera simplement quelques effets visuels franchement approximatifs (les scènes tournées en voiture, ou encore le bonhomme de neige numérique), et un placement produit Balsam Hill gentiment flagrant.

4/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 46 - The Moodys, saison 1 (2019)

Publié le 23 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Comédie, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Noël, Review, Sitcom, Télévision, Yulefest, Drame, Fox

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

The Moodys, saison 1 (The Moodys Christmas - 2019) :

À l'occasion des fêtes de Noël, Dan (François Arnaud), récemment plaqué par sa petite-amie, rentre seul à Chicago pour y retrouver les siens. Sa famille est en effet réunie pour les fêtes, mais comme toujours, la situation est compliquée : Ann (Elizabeth Perkins), la mère, est agacée par la rénovation inachevée de sa salle de bain ; Sean Sr. (Denis Leary), le père sarcastique, est atteint d'un cancer bénin qu'il cache cependant à tout le monde ; Sean Jr. (Jay Baruchel), son fils bon à rien, vit toujours à domicile, auto-entrepreneur aux projets improbables ; Bridget (Chelsea Frei), la fille, a trompé son mari ; et lorsque le cousin de Dan arrive avec sa nouvelle petite amie Cora (Maria Gabriela De Faria), Dan s'éprend aussitôt d'elle...

Décidément, après Merry Happy Whatever, les projets de mini-série comique de Noël semblent se multiplier, cette année... et les résultats sont toujours aussi peu probants. Pour cette adaptation d'une série australienne, la Fox a opté pour un ton nettement plus sérieux que la sitcom de studio de Netflix : ici, on est dans la dramédie à la Showtime ou HBO, avec six épisodes de 25 minutes où on crie, on pleure, et on passe ensemble la semaine d'avant les fêtes.

Le problème, en fait, c'est qu'un peu comme Fox (qui a changé trois fois le projet de nom, et tente désormais de faire passer cette mini-série festive unitaire pour une "saison 1" d'une hypothétique série récurrente), le programme ne semble pas savoir ce qu'il veut être : jamais particulièrement drôle, jamais particulièrement touchant ou dramatique, jamais suffisamment développé pour que les relations des personnages aient suffisamment de poids, bourré de protagonistes assez classiques, de situations déjà vues et de rebondissements prévisibles, ce Moody Christmas finit par ne laisser aucune impression.

Pire : le personnage de Dan s'avère étrangement antipathique. Clairement voulu comme un lead romantique placé dans une situation impossible, il apparaît en fait comme un lâche qui vole la fiancée de son cousin, prend systématiquement des décisions qui sont au mieux mal avisées, et au pire détestables... et a pourtant droit à une happy end.

D'ailleurs, en parlant de fin... de multiples sous-intrigues sont laissées en suspens, clairement pour amener une suite potentielle à ce programme. Pas sûr qu'elle voie le jour, vu le manque de succès de cette mini-série, et son caractère éminemment oubliable.

The Moodys, ce n'est pas forcément mauvais, c'est assez bien interprété (Baruchel est, comme toujours, assez attachant), mais c'est totalement quelconque et insipide.

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 45 - Les Milles Couleurs de Noël (2019)

Publié le 22 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Les Milles Couleurs de Noël (Christmas at Dollywood - 2019) :

Organisatrice de spectacles, Rachel (Danica McKellar) profite des fêtes de Noël pour revenir dans sa ville natale du Tennessee, non loin du parc d'attractions Dollywood, avec une mission : organiser le 30è anniversaire du parc pour le compte de Dolly Parton. Elle est ainsi associée à Luke (Niall Matter), l'un des responsables de l'établissement, qui a une conception bien différente des festivités. Malgré tout, le duo commence alors à faire des étincelles, et va rapidement transformer le parc à l'approche des fêtes...

Un métrage assez agréable que ce Noël à Dollywood, clairement calqué par Hallmark sur le modèle de ses Noël à Graceland, mais sans la prétention et le pompeux associés à la propriété d'Elvis.

Ici, quand bien même le récit serait du Hallmark basique au possible - une veuve sur le point d'avoir une promotion à New York, un retour dans sa ville natale, un prétendant local, etc, etc, etc -, le tout fonctionne de manière sympathique, porté par l'énergie et la motivation d'une Danica McKellar apparemment ravie de croiser le chemin de Dolly Parton.

Danica passe donc tout le métrage avec un grand sourire sincère sur les lèvres, ses interactions avec Niall Matter sont dynamiques et pétillantes, et dans l'ensemble, elle élève le tout au dessus de la moyenne.

Après, il ne faut pas se leurrer : on est ici dans une grande opération de promotion croisée pour Dollywood, un parc qui reste à l'image de Dolly Parton, à savoir country, clinquant, pas du meilleur goût visuel, un peu cheap et retapé de partout - les intérieurs du parc sont donc loin d'être particulièrement glamours et convaincants, et tout le monde passe son temps à louer les mérites de Dolly... mais dans l'ensemble, ce n'est pas forcément bien problématique.

3.5/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 44 - Prête-moi ta main à Noël (2019)

Publié le 22 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Lifetime, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, Hanukkah

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Prête-moi ta main à Noël (Mistletoe & Menorahs - 2019) :

Christy (Kelley Jakle), cadre chez un fabricant de jouets, est invité par un futur client potentiel à prendre part à la fête privée qu'il tient à l'occasion des fêtes de Noël. Bien décidée à signer ce contrat, elle accepte et se propose même pour animer la soirée... avant de savoir que le client est juif, et que la fête sera centrée autour d'Hannouca. Elle n'a alors d'autre choix que de recruter Jonathan (Jake Epstein), instituteur juif en vacances, pour la former en urgence sur les traditions juives ; en échange, elle va tout lui apprendre des fêtes de Noël, pour l'aider à s'intégrer à la famille de sa petite-amie...

Toujours accusées de ne pas faire preuve de diversité dans leurs téléfilms de Noël, Lifetime et Hallmark ont mis le paquet, cette année, entre des métrages à la distribution intégralement afro-américaine (avec à leur tête, d'anciennes stars de sitcoms et de séries), et une poignée de films (enfin, deux ou trois, pour être exact) ayant pour thème Hannouca.

Et comme Hannouca, ça commence aujourd'hui, débutons par le premier de ces films, un métrage Lifetime qui, sans être désagréable, n'est pas non plus exceptionnel.

La faute à un côté "Hannouca pour les nuls" de ce script, qui frôle fréquemment le résumé façon page Wikipedia, à mesure que ses deux personnages principaux s'expliquent les traditions de leur peuple respectif. Et l'écriture globale du métrage est à l'identique : assez basique et approximative (on est chez Lifetime, ce n'est pas surprenant), avec des personnages caricaturaux (le petit ami de l'héroïne, la petite amie de l'instituteur, le client potentiel, le rival professionnel, etc), une héroïne étrangement surexcitée, une version WTF du monde du jouet (avec des idées de gammes de jouets calamiteuses), et des réactions improbables.

Malgré tout, le métrage se regarde tranquillement, principalement parce qu'il possède une énergie décontractée et nonchalante, à l'image d'Epstein, et qu'il ne se prend jamais trop au sérieux dans sa confrontation (simpliste et forcée) de deux cultures (nan mais le quiproquo gui/persil, au secours).

Ça se regarde tranquillement... mais c'est totalement oubliable.

Un petit 3/6, en étant gentil.

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 43 - Noël au Palace (2019)

Publié le 21 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël au Palace (Christmas at the Plaza - 2019) :

À trois semaines de Noël, Jessica (Elizabeth Henstridge), historienne archiviste malheureuse en amour, arrive au Plaza Hotel de New York pour y mettre en place une exposition célébrant les fêtes de Noël, telles que vécues au fil des décennies par l'établissement. Là, aux côtés de Nick (Ryan Paevey), responsable de la décoration festive de l'hôtel, elle va se plonger dans les archives du Plaza, et tenter de résoudre le mystère des cimiers traditionnels ornant chaque année l'arbre de Noël de ce monument incontournable de la Grande Pomme...

Ouhlà celui-là, je n'ai pas du tout accroché. Pourtant, tout semblait réuni pour donner lieu à un téléfilm sympathique, entre le cadre (j'ai toujours aimé le Plaza, notamment depuis Maman, j'ai encore raté l'avion et le diptyque Eloise, déluge au Plaza et Eloise fête Noël), la distribution (le couple principal est théoriquement intéressant, et Bruce Davison, dans un rôle secondaire, est toujours un plus) et le sujet qui change un peu des villes natales idéalisées et des grandes villes hostiles.

Et puis non. L'histoire s'avère une accumulation de rebondissements, de postulats et de quiproquos éventés et/ou improbables (l'ex de Nick qui ressurgit l'espace d'une scène pour un quiproquo bancal, le compagnon de Jessica qui se fait larguer de manière piteuse, les délais irréalistes imposés à l'héroïne, les réactions de sa patronne, le concept même d'une exposition conçue à moins de trois semaines de sa date d'inauguration, le "mystère" des cimiers et de leur créateur, la décoration lumineuse de la façade de la maison de l'héroïne effectuée sans qu'elle ne s'en aperçoive, etc, etc, etc), avec pour protagoniste une Jessica vraiment peu attachante, à la fois pédante, inconstante, indécise, peu fiable (deux jours après avoir entamé la conception de l'exposition, elle songe déjà à tout abandonner et à laisser l'hôtel se débrouiller) et tout simplement dépourvue du moindre charme (alors qu'Elizabeth Henstridge avait un capital sympathie énorme dans Agents of S.H.I.E.L.D).

Bref, ajoutez à cela une écriture assez laborieuse et parfois bancale, et voilà un téléfilm bien décevant, qui frustre systématiquement plus qu'il ne convainc.

2.25/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 42 - Pas de plan pour Noël (2019)

Publié le 21 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Lifetime, Noël, Review, Romance, Yulefest, Télévision

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Pas de plan pour Noël (A Storybook Christmas - 2019) :

Organisatrice dans l'événementiel, Celeste (Ali Liebert) tente de jongler entre sa vie professionnelle compliquée, son couple en stand-by, et sa nièce orpheline (Habree Larratt), qu'elle élève seule. À l'approche des fêtes de Noël, cependant, elle n'a d'autre recours que d'engager une gouvernante à domicile : Taylor (Jake Epstein), un auteur de livres pour enfants en panne d'inspiration, et qui cache sa véritable identité à Celeste, le temps de quelques semaines qui vont tout chambouler.

Un peu mitigé sur cette comédie romantique Lifetime à la production clairement plus économe que du côté de Hallmark (prise de son inégale, écriture plus brouillonne, décoration intérieure plus sobre) et qui confronte la toujours sympathique Ali Liebert à un Jake Epstein pas désagréable (mais qui m'a évoqué dans ce rôle une sorte de Mark Ruffalo discount).

Dans l'absolu, ce n'est pas désagréable à suivre, et ce couple principal fonctionne assez bien, mais il y a un manque de rigueur et de structure dans l'écriture, qui fait qu'il se dégage du tout quelque chose d'assez décousu.

Non seulement le postulat de départ n'intervient en fait qu'après 20-25 minutes de mise en place, mais en plus, le côté "elle est professionnelle ultra-stricte, il est nonchalant et créatif" est un peu trop cliché pour son propre bien, les antécédents tragiques de Liebert et de sa nièce (déjà aperçue dans Coup de Foudre au Château de Glace) sont un peu trop appuyés, et çà et là, on se dit que le reste de la production a du mal à se mettre au même niveau d'énergie et d'expressivité que Liebert (ou vice-versa).

Des défauts qui auraient probablement été lissés (pour le meilleur et pour le pire) dans une production Hallmark, et qui, ici, ne sont pas pour autant rédhibitoires, mais le film reste un peu approximatif, et ne convainc donc pas totalement.

2.5 + 0.5 pour la neige et le froid véritables = 3/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 41 - Un Noël magique à Rome (2019)

Publié le 20 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël magique à Rome, aka Un Noël romain (Christmas in Rome - 2019) :

Alors qu'Angela (Lacey Chabert), Américaine installée à Rome, vient juste de perdre son poste de guide touristique à la veille de Noël, elle croise le chemin d'Oliver (Sam Page), cadre américain venu conclure un accord commercial avec Luigi (Franco Nero), propriétaire d'une entreprise familiale. Elle accepte alors de lui servir de guide privé en ville, afin de lui permettre de mieux comprendre les traditions locales, et de convaincre Luigi de ses bonnes intentions. À sa grande surprise, cependant, Angela tombe sous le charme de son client, qui l'incite même à s'établir à son propre compte...

Lacey Chabert continue de faire payer ses vacances annuelles à l'étranger par Hallmark, après l'Afrique du Sud (Coup de coeur sauvage), la Belgique (Amour, Romance et Chocolat, critique à venir en février) et autres films de Noël tournés dans les pays de l'Est : place à Rome, pour une intrigue relativement basique mais qui bénéficie de la présence de quelques visages locaux (Franco Nero !) et bien entendu, des extérieurs italiens, qui donnent un surplus de charme au tout.

Par ailleurs, le film a pour lui l'association de Chabert à Sam Page, l'un des leads masculins les plus fiables et affables de la chaîne, qui a de l'alchimie avec tout le monde, sans pour autant avoir une image de mannequin pour couverture de romance Harlequin.

Ensemble, donc, le couple fonctionne bien, sur un ton plus léger et décontracté que bon nombre de métrages festifs du même genre, et si l'on excepte quelques moments un peu forcés (la dispute au cours du dîner, un peu forcée ; le passage "maison de pain d'épices", typiquement non-italien) ou ratés (le choix du sapin de Noël, splendide et naturel en extérieur, mais réduit à un pauvre arbre clairement artificiel et roulé comme un tapis une fois ramené en intérieur), inhérents au cahier des charges Hallmark, ce Noël à Rome s'avère une bonne surprise, plaçant le film parmi les plus agréables de cette saison.

3.75/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 40 - Un Noël à New-York (2016)

Publié le 20 Décembre 2019 par Lurdo dans Cinéma, Christmas, Comédie, Critiques éclair, Drame, Noël, Review, Romance, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël à New York (A New York Christmas/A Christmas in New York/A Night in New York - 2016) :

Durant les fêtes de Noël, six couples passent une nuit dans un hôtel luxueux de Manhattan : Diego (Maurice Mejia) et Gabriela (Catherine Toribio), deux jeunes latinos venus participer à un bal de promotion, à l'occasion duquel Diego veut avouer ses sentiments à son amie ; Bob (Richard Herd) et Irene (Lee Meriwether), deux octogénaires venus fêter leur 50è anniversaire de mariage, malgré les débuts de l'Alzheimer de Bob ; Jack (Christophe Backus), un musicien à succès, qui passe la nuit avec une groupie pour noyer son spleen ; Jasmine (Jasika Nicole) et Katherine (Tracie Thoms), qui ne sont pas sur la même longueur d'ondes à l'idée d'avoir un enfant ; Susan (Jaime Ray Newman), au mariage désastreux, qui flirte avec son amant Ben (Ross McCall) ; et Courtney (Linda Park)  et Sam (Jamie Bamber), deux ex qui se retrouvent après dix ans et qui s'avouent tous leurs secrets...

Comédie dramatique indépendante intimiste qui trahit à chaque instant son budget minimaliste et ses origines quasi-théâtrales, puisque le film se résume à une succession de scénettes d'intérieur, restreintes à des chambres d'hôtel, et aux personnages qui y séjournent.

Ces sous-intrigues se déroulent donc en parallèle, et s'entremêlent par le montage de manière un peu bancale et hachée, surtout dans la première moitié du film : la mise en place du métrage paraît en effet laborieuse, sautant de couple en couple sans vraiment laisser au spectateur le temps de s'y intéresser ou de s'y attacher, et la réalisation et la photographie assez ternes, de leur côté, ne font pas grand chose pour rendre le tout attirant à l’œil.

Et puis progressivement, malgré des sous-intrigues à l'intérêt très variable (le coup de blues du musicien m'a totalement laissé de marbre, les jeunes latinos sont un peu clichés et à l'interprétation inégale), le tout finit par trouver un rythme et un fil narratif à peu près fluide, et qui parvient à sonner juste (principalement parce que les acteurs trouvent, pour la plupart, l'authenticité nécessaire pour exprimer la sincérité de leurs personnages).

Cela dit, ça aurait aussi bien pu s'intituler Un Nouvel An à New York, Un 4 juillet à New York, ou Une Saint Valentin à New York, tant l'environnement festif n'a aucune incidence sur le récit ou sur le métrage.

Un petit 3/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 39 - Le Noël de Sophie (2019)

Publié le 19 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Noël de Sophie (Picture a Perfect Christmas - 2019) :

Sophie (Merritt Patterson), photographe très en vogue vivant à San Francisco, passe les vacances de Noël chez sa grand-mère, où elle rencontre David (Jon Cor), le voisin de cette dernière, un séduisant célibataire qui s'occupe seul de son neveu Troy (Luke Roessler). Spontanément, Sophie se propose alors pour garder un temps l'enfant, dépannant ainsi David, et se rapprochant progressivement de lui, jusqu'à remettre en question sa carrière et tout son mode de vie...

Un téléfilm Hallmark peu palpitant, et surtout vraiment cousu de fil blanc, dans le genre "protagoniste indépendante et carriériste se redécouvre des envies de maternité et de vie plus rangée en rentrant dans sa ville natale"... le vrai problème, en fait, c'est que pendant une bonne moitié du métrage, les relations et les réactions des personnages paraissent un peu artificielles : tout le monde se rapproche et se confie de manière un peu trop rapide, les éventuels rivaux amoureux sont trop rapidement et proprement évacués, et il ne reste ensuite pas grand chose pour tenir la dernière grosse ligne droite du métrage.

D'autant plus que si Merritt Patterson reste pétillante et attachante (idem pour Luke Roessler), Jon Cor n'est vraiment pas très charismatique ou intéressant (il ne m'avait déjà pas fait grande impression dans Coup de coeur sauvage), et par conséquent, toute la romance m'est apparue assez tiède et faiblarde.

Bref, comme beaucoup de téléfilms de la chaîne, ce n'est même pas particulièrement mauvais, mais c'est intégralement oublié à peine le film terminé, et il est donc assez difficile de mettre la moyenne à quelque chose d'aussi anecdotique.

2.5/6 (probablement plus si l'on adhère au couple Cor/Patterson)

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 38 - Buttons - A Christmas Tale (2018)

Publié le 19 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Jeunesse, Noël, Musique, Religion, Review, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Buttons : A Christmas Tale (2018) :

Au début du 20è siècle, une fillette abandonnée (Noelle Parker) est recueillie dans un hôpital par une nonne (Roma Downey), en dépit des remontrances du directeur (John de Lancie). Là, elle reçoit la visite de Rose (Angela Lansbury), son ange gardien, qui lui raconte l'histoire d'une autre petite orpheline, Annabelle (Alivia Clark), fille de marin contrainte par sa tante malveillante (Katie McGrath) de travailler dans l'usine de cette dernière, et d'y coudre des boutons, le tout sous l'oeil bienveillant de son ange gardien (Dick Van Dyke)...

Un long-métrage indépendant se voulant une sorte d'hommage aux comédies musicales d'autrefois et autres films musicaux Disney, et qui a eu droit à une sortie d'une seule journée en salles, en 2018, sur la simple base de sa distribution assez intrigante : Van Dyke, Lansbury, McGrath, de Lancie, Downey, mais aussi Jane Seymour, Ioan Gruffudd, Robert Picardo, Abigail Spencer, Charles Shaughnessy, et Robert Redford à la narration.

Malheureusement, le film est très mauvais.

Écrit, composé et réalisé par Tim Janis, un compositeur américain, le métrage est clairement bourré de bonnes intentions, mais se rate à la moindre occasion : le récit est brouillon et décousu, inutilement sombre et mélodramatique ; les chansons sont particulièrement laborieuses et plates ; l'interprétation est très inégale (et encore plus dans les passages chantés) ; la réalisation est générique au possible ; et ça n'a quasiment rien de Noël (le "A Christmas Tale" a été rajouté pour sa sortie vidéo)... bref, si ce n'est pour la distribution, qui fait tout son possible pour donner vie au récit, et pour les effets spéciaux, simples mais honorables, il n'y aurait rien à sauver de cette tentative, qui ressemble pas mal à une lubie de Janis, qui aurait voulu se faire plaisir et aurait recruté ses amis et contacts dans ce projet.

(cela dit, je dois dire que la pluie de critiques extatiques et de 10/10 - tous clairement objectifs et pas du tout affiliés à la production - que l'on peut trouver sur Imdb ou Amazon.com m'amuse beaucoup)

1.5/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 37 - Ensemble à Noël (2019)

Publié le 18 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Ensemble à Noël (Check Inn To Christmas - 2019) :

Avocate new-yorkaise débrouillarde sur le point de décrocher une promotion de taille, Julia (Rachel Boston) retourne pour les fêtes à Crestridge, sa ville natale du Colorado. Là, elle se retrouve à nouveau au cœur de la rivalité ancestrale entre sa famille et la famille Mason, qui tiennent toutes deux des auberges rivales... mais cette rivalité se complique lorsque Julia s'éprend de Roger (Wes Brown), l'un des fils du clan Mason, et qu'un sinistre développeur immobilier menace les deux familles.

Rom-com assez classique made in Hallmark, avec une sorte de pseudo-Roméo et Juliette de Noël, comme on a déjà pu en voir, notamment, avec Un Mariage sous le Sapin.

Le problème que j'ai ici, c'est que ce film a un peu le postérieur entre deux chaises : d'un côté, une romance Hallmark assez chaste et timide, qui enchaîne les clichés du genre (méchant promoteur immobilier, ville passionnée par Noël, enchaînement des activités festives incontournables dans ces films, script cousu de fil blanc, héroïne qui laisse tomber sa carrière urbaine pour s'installer dans sa ville natale...), et de l'autre, un film qui est assez compétent dans ce qu'il fait.

Oui, c'est ultra-cliché et prévisible de bout en bout, mais le couple principal fonctionne bien (Boston et Brown sont sympathiques, et ont une bonne alchimie), leur relation évolue de manière assez adulte, les personnages secondaires sont amusants et bien castés (sauf le jeune frère de Roger), et les habituels quiproquos sont gérés sans trop de chichis... ce qui fait que l'ensemble reste tout à fait regardable, malgré le fait que ce soit totalement balisé.

Une note "entre deux", donc, pour un film "entre deux".

3/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 36 - Merry Happy Whatever, saison 1 (2019)

Publié le 18 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Comédie, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Netflix, Review, Sitcom, Télévision, Noël, Yulefest, Romance

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Merry Happy Whatever, saison 1 (2019) :

À l'occasion des fêtes de fin d'année, Emmy Quinn (Bridgit Mendler), cadre à Los Angeles, revient dans sa famille, à Philadelphie, pour lui présenter son compagnon, Matt (Brent Morin), un musicien à la carrière médiocre. Mais la famille Quinn est des plus atypiques : il y a Don (Dennis Quaid), le patriarche officier de police, veuf strict et austère, mais qui a des vues sur une infirmière (Garcelle Beauvais) ; Sean (Hayes MacArthur), le frère d'Emmy, son épouse Joy (Elizabeth Ho) et leurs nombreux enfants ; Kayla (Ashley Tisdale), récemment séparée de son époux, et qui remet en question sa sexualité ; et Patsy (Siobhan Murphy), psycho-rigide mariée à Todd (Adam Rose), dont le judaïsme se marie mal avec le catholicisme des Quinn...

Sitcom de studio en huit épisodes de 25 minutes produite pour Netflix par Tucker Cawley, vétéran du petit écran et du format sitcom, ayant oeuvré sur Tout le Monde aime Raymond, Out of Practice, Parks and Recreation, Men of a Certain Age, Up All Night, The Mindy Project, The Odd Couple, et bien d'autres encore.

Un CV long comme le bras (et assez inégal) pour ce showrunner, qui se traduit ici par une mini-série que l'on aurait aussi bien pu voir sur CBS ou sur l'un des principaux networks américains : c'est en effet tellement générique et inoffensif que cela ne pourra choquer ou braquer personne, avec son casting United Colors of Benetton, ses archétypes, ses problématiques basiques, sa romance éventée avec rebondissements à la Friends, etc.

Le tout dans un enrobage Mon beau-père et moi là aussi très basique, avec un protagoniste (Brent Morin, déjà avec Bridgit Mendler dans la sitcom Undateable) cliché au possible : musicien raté, mal rasé, typiquement "schlubby" (glandeur, négligé, etc), comme disent nos amis Américains, et forcément en couple avec une fille "trop bien pour lui" (Mendler), intelligente, jolie, avec une carrière, etc. Le père de cette dernière est forcément ultra-austère et exigeant, ses sœurs forcément déjantées (notamment une Ashley Tisdale en surjeu total façon Sharpay, au point d'en être parfois insupportable, surtout qu'elle a une sous-intrigue de coming-out qui aurait pu se montrer touchante), et dans l'ensemble, cette réunion festive de famille est forcément compliquée, à défaut d'être un seul instant originale.

Alors pour peu que l'on ne soit pas allergique au genre de la sitcom de studio (et surtout aux rires enregistrés), ça reste regardable et professionnel. Mais soyons francs : autant un show comme La Fête à la Maison - 20 ans après peut justifier son existence sur la base de son potentiel nostalgique, autant ici, la série n'a pas vraiment de capital sympathie suffisant pour emporter l'adhésion : le seul personnage vraiment mémorable et attachant est ainsi Joy (Elizabeth Ho), la belle-sœur sarcastique au timing comique impeccable, qui mériterait une série plus intéressante pour exposer son talent.

En l'état, Merry Happy Whatever est simplement une sitcom familiale générique au possible (qui évoque un peu un succédané du Christmas Special de la série anglaise La Pire Semaine de ma Vie), et si l'on me disait qu'elle a été refusée par les networks avant d'être récupérée par Netflix pour pas cher, je ne serais pas surpris : c'est globalement insipide, ça sous-développe ses personnages et ses sous-intrigues, et ce n'est pas à la hauteur de sa distribution. Un bon gros bof, donc, qui plaira cependant peut-être aux amateurs des sitcoms façon CBS plus indulgents que moi envers les clichés et les grosses ficelles de ce type de programme.

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 35 - Noël avec un Inconnu 2 (2019)

Publié le 17 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël avec un Inconnu 2 (Cherished Memories : A Gift to Remember 2 - 2019) :

À l'approche de Noël, Darcy (Ali Liebert) et Aiden (Peter Porte), toujours en couple depuis un an, interrompent leur recherche mutuelle d'un cadeau parfait pour tenter de sauver un centre municipal, menacé de fermeture. En parallèle, cependant, Aiden décide de rendre hommage aux traditions familiales de Darcy, en lui offrant quelque chose de spécial, fabriqué de ses propres mains...

Ah là là, quelle déception.

J'avais plutôt apprécié le premier Noël avec un Inconnu, notamment pour sa distribution sympathique, et sa volonté d'éviter bon nombre de clichés habituels des productions Hallmark : avec son histoire d'amnésie adaptée d'un roman, et son co-scénariste issu de l'animation et des séries tv, le métrage ne se servait de Noël que comme d'une toile de fond, et restait plutôt léger et dynamique du début à la fin. Revu récemment, en préparation à cette suite, je me suis même aperçu que je trouvais ce métrage nettement plus réussi qu'au beau milieu de la saison 2017, où j'étais déjà un peu épuisé par l'avalanche de métrages festifs.

Malheureusement, ce Noël avec un Inconnu n'appelait pas de suite. Ce qui, forcément, n'a pas empêché Hallmark de commander la production d'un second épisode, tourné en août dernier, et ce, sans le co-scénariste original à l'écriture ni aucun roman sur lequel s'appuyer. Un second épisode pour lequel le mot d'ordre semblait être plus d'émotion, plus de clichés et plus de Noël (quitte à passer totalement à côté de ce qui faisait le charme du téléfilm de 2017).

D'où, forcément, un métrage particulièrement laborieux à suivre, qui s'avère presque l'antithèse du premier opus : ici, on a droit à tous les poncifs du genre et des films de Noël Hallmark, entre l'enfant adorable aux parents militaires absents (mais qui reviennent à la fin, in extremis), la rivale professionnelle, la grande fête de Noël avec robe de soirée, le concours de cookies, la cuisine, le montage musical, la tradition familiale de Darcy sous forme de décoration transmise de génération en génération, blablabla... tout ça, articulé autour d'une intrigue générique de centre municipal en danger de fermeture à cause d'un méchant développeur immobilier.

Autant dire que l'énergie et le peps du premier film sont ici étouffés sous les clichés et sous l'émotion larmoyante et forcée, et que le formatage Hallmark du récit le rend assez soporifique à suivre (et particulièrement frustrant si l'on a apprécié le premier opus).

1.5 + 0.5 pour le couple principal qui reste attachant = 2/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 34 - Last Christmas (2019)

Publié le 17 Décembre 2019 par Lurdo dans Cinéma, Christmas, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Noël, Review, Romance, UK, Yulefest, Drame

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Last Christmas (2019) : 

Depuis qu'elle a subi une opération du cœur, Kate (Emilia Clarke) n'est plus la personne chaleureuse et bienveillante qu'elle était autrefois : cynique, mécontente de son emploi de lutin de Noël dans une boutique londonienne de Noël tenue par "Santa" (Michelle Yeoh), et récemment mise à la porte par sa colocataire, elle se cherche, plus ou moins brouillée avec le reste de sa famille (Emma Thompson, Lydia Leonard, Boris Ivakovic). Lorsqu'elle rencontre le mystérieux Tom (Henry Golding), cependant, elle est intriguée, et, espérant le revoir, elle commence à consacrer son temps à un refuge pour sans-abris, où Tom travaille habituellement. Mais sur place, personne ne semble connaître ce dernier, et contre toute attente, Kate retrouve là un sens à sa vie...

Ça aurait pu fonctionner.

Une comédie romantique à l'anglaise, avec une actrice assez sympathique dans le rôle principal, un prétendant asiatique à la mode, des décors londoniens et une bande originale rythmée par les hits de George Michael, le tout sous la plume malicieuse d'Emma Thompson... sauf que pour cela fonctionne, il aurait fallu de la subtilité, un flegme anglais, et une main légère.

Il ne fallait pas confier le tout à Paul Feig, Américain plus habitué à l'humour graveleux qu'à la décontraction britannique ; il ne fallait pas utiliser les chansons de George Michael de manière littérale, avec des paroles illustrant exactement ce qui se passe à l'écran ; et il ne fallait pas construire ce film autour d'un twist de dernière minute, façon Fight Club du pauvre, là aussi littéralement télégraphié par la chanson-titre du métrage, et par un récit nettement moins malin qu'il ne pense l'être.

Il faut être très clair : plutôt que la comédie romantique feel good vendue par la bande-annonce et la promo, Last Christmas est en fait un semi-mélodrame où une fille paumée et un peu dépressive sur les bords réapprend à s'aimer et à trouver un sens à sa vie. Avec, vraiment en marge, une semi-romance embryonnaire avec un mystérieux inconnu, trop absent pour qu'une quelconque alchimie ait le temps de se développer entre Clarke et Golding (qui ont plus une relation de potes que d'amants potentiels).

En tant que comédie romantique, donc, Last Christmas ne fonctionne pas vraiment, tirée vers le bas par un couple falot, par une romance anémique, et par des personnages secondaires assez peu inspirés (toute la famille yougoslave de l'héroïne, avec une Emma Thompson cabotine à l'accent forcé, prétexte à un embryon sous-développé de propos politique sur le Brexit et l'immigration).

Et donc, il y a ce rebondissement de dernière minute, traité comme une révélation stupéfiante par la réalisation (à base de montage au ralenti retraçant tout le film sous un autre point de vue) et par l'écriture, et pourtant largement télégraphié par tout le métrage.

Bref, comme je le disais, ça aurait pu fonctionner. Mais en l'état, c'est assez maladroit et pataud, avec une protagoniste qui reste un long moment assez geignarde et antipathique (elle est assez américaine, dans son écriture, un peu à la Judd Apatow), et un grand final en musique, avec grand discours de leçon de vie à la clef. Forcément.

2.5/6 (heureusement qu'il y a un peu d'humour, et une Michelle Yeoh finalement plus touchante et amusante qu'Emilia Clarke)

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 33 - Noël à la une (2019)

Publié le 16 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, Lifetime

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël à la une (Christmas 9 to 5 - 2019) :

Journaliste dans un quotidien, Jennifer (Tiya Sircar) reçoit pour Noël une mission improbable : se faire passer, le temps des fêtes, pour une employée saisonnière chez Desmonds, un grand magasin incontournable de la ville. Là, elle rencontre des employés attachants, un jeune patron séduisant (Joe Dinicol), et elle retrouve le véritable sens de Noël, alors même qu'elle réalise que l'avenir de Desmonds est compromis...

Un long-métrage Lifetime qui partait assez bien, entre son actrice principale sympathique, sa distribution secondaire amusante, et son cadre toujours agréable (un grand magasin à l'ancienne, à l'approche de Noël)... et puis finalement, le tout s'avère assez moyen, pour plusieurs raisons.

La romance principale, déjà, n'est pas très intéressante : Joe Dinicol change un peu du tout-venant des acteurs Hallmark/Lifetime, avec son personnage un peu nerdy, mais il a peu de présence, et sa relation avec Tiya Sircar reste assez terne. Il faut dire que cette dernière n'aide pas forcément : comme dans Good Sam (où elle tenait déjà un personnage assez similaire), l'actrice est compétente, mais laisse toujours, très ponctuellement, l'impression de ne pas être totalement sincère.

C'est dû au personnage, bien entendu (elle ment sur la raison de sa présence, et elle fouine à droite et à gauche), mais aussi à l'interprétation de Sircar : il y a toujours un moment ou un autre où l'actrice ne sonne pas convaincue, où elle semble très légèrement fausse, et ne jamais croire aux bons sentiments qui l’entourent.

Alors c'est une impression très subjective, j'en conviens, et cela pourrait aussi bien venir de l'écriture, de l'interprétation de Sircar, que de mon ressenti personnel, mais j'avais déjà eu la même impression lorsque je regardais Good Sam, avec une Sircar juste à 80%, et étrangement peu convaincante à 20%.

Mais passons. Outre ce souci, le téléfilm reste tout à fait honorable, notamment au niveau de la direction artistique. On regrettera seulement que l'héroïne avoue son mensonge dès la moitié du métrage : cela évacue une grosse partie de la tension dramatique du script, qui bascule alors, de manière moyennement plausible, vers un énième sauvetage de bâtiment historique à Noël, comme on en voit chaque année dans ces histoires.

Un téléfilm assez moyen, mais qui a pour lui un environnement assez agréable.

Un petit 3/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 32 - Le Visiteur de Noël (2017)

Publié le 16 Décembre 2019 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Christmas, Fantastique, Noël, Review, Science-Fiction, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Visiteur de Noël (Christmas Time : My Brother The Time Traveler - 2017) :

Après que leurs parents aient été victimes d'un accident de voiture tragique, les frères Jake (Jake Van Wagoner) et Maclain (Maclain Nelson) se sont progressivement éloignés. Toujours hanté par le souvenir de cet accident, Maclain s'est reconstruit aux côtés de son épouse Clare (Clare Niederpruem) ; Jake, lui, est devenu un vagabond, et affirme être capable de voyager dans le temps. Et à l'occasion des fêtes de Noël, Jake, Maclain et Clare vont cependant se retrouver dans le chalet enneigé familial, où ils vont passer plusieurs jours des plus compliquées...

Une petite comédie de Noël cofinancée par Kickstarter, et tournée presque en temps réel (6 jours de tournage) en hiver dans l'Utah par une équipe technique réduite (les deux acteurs principaux, déjà à l'origine des mauvais Dudes et Dragons et de Vamp U, sont aussi à l'écriture et à la réalisation), pour un résultat plutôt surprenant et sympathique.

Libéré des contraintes et de l'ambition inhérentes au cinéma de genre, ce Christmas Time se résume à un huis-clos familial assez agréable, avec trois acteurs principaux naturels, compétents et attachants, des extérieurs très enneigés particulièrement esthétiques, une petite touche d'émotion vers la fin, et un doute soigneusement entretenu sur la réalité des capacités temporelles de Jack.

Une agréable surprise, donc, bien qu'imparfaite (certaines scènes durent en effet un peu trop longtemps, comme des sketches qui ne sauraient quand s'arrêter - par exemple, tout ce qui concerne le psychiatre incapable, joué par James Murray, du show Impractical Jokers) et aux moyens limités.

Des moyens qui n'empêchent cependant pas le tout d'être gentiment absurde, et de bénéficier d'un inattendu générique d'ouverture en stop-motion résumant la vie des deux frères.

4/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 31 - Noël en Escarpins (2019)

Publié le 15 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, Lifetime

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël en Escarpins (The Magical Christmas Shoes - 2019) :

Noelle (Erin Karpluk), jeune femme pétillante, a mis de côté ses aspirations artistiques pour devenir comptable. Jusqu'à ce qu'elle croise le chemin de John Reid (Damon Runyan), héritier d'une chaîne de magasin de confiseries, qui tente de sauver l'une de ses boutiques : ensemble, Noelle et John décident de réinventer la vitrine du magasin, et cette décision créative va ranimer en eux une flamme artistique... et amoureuse.

Mouais.

Un long-métrage Lifetime assez peu convaincant, je dois dire, car assez brouillon, et souffrant d'un ton très inégal.

D'un côté, l'intrigue principale, très peu énergique, et en demi-teinte, contraste assez sérieusement avec le surjeu enthousiaste de Karpluk ; de l'autre, il y a Damon Runyan, généralement plus efficace en rival/antagoniste qu'en protagoniste amoureux, et qui ici souffre de daddy issues qui se finissent de manière larmoyante ; et puis il y a cette histoire de chaussures pseudo-magiques (spoiler : il n'y a pas une once de magie ou de fantastique dans ce téléfilm), un prétexte un peu bancal qui ne fonctionne pas vraiment, et sert surtout à justifier le titre, tout permettant au film de profiter du référencement de Les Souliers de Noëlle dans les moteurs de recherche web (c'est d'autant plus transparent que l'héroïne de ces Christmas Shoes portait un tout autre prénom dans la majorité des documents promotionnels originaux de Lifetime).

En résumé, un métrage assez mollasson sur la durée, et pas forcément très convaincant, comme souvent avec ces téléfilms indépendants achetés par les concurrents de Hallmark pour étoffer leur catalogue.

2.25 + 0.25 pour l'énergie de l'attachante Genelle Williams, en meilleur copine de l'héroïne = 2.5/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 30 - Kiwi Christmas (2017)

Publié le 15 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Jeunesse, Yulefest, Nouvelle-Zélande

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Kiwi Christmas (2017) :

Lorsque le Père Noël (Kari Väänänen), lassé de l'ingratitude et des exigences des enfants modernes, décide de tout plaquer pour partir s'installer en Nouvelle-Zélande, c'est la panique au Pôle Nord. Dans le camping où Sam (Samuel Clark), sa soeur Molly (Luca Andrews), et leurs parents en instance de divorce (Xavier Horan, Sia Trokenheim) sont installés, cependant, ce barbu mystérieux sorti de nulle part suscite bien des questions, notamment auprès des garde-côtes locaux, particulièrement méfiants...

Une comédie familiale néo-zélandaise assez agréable à suivre, à défaut d'être exceptionnelle ou incontournable : et si elle reste agréable à suivre, c'est principalement grâce à ce sens de l'humour néo-zélandais, ce léger décalage qui fait que personne ne se prend trop au sérieux, que le slapstick fait mouche, et que les garde-côtes incapables, clairement caricaturaux, restent cependant toujours amusants et sympathiques.

Heureusement, d'ailleurs, car je ne suis pas certain que l'histoire assez basique et prévisible de ce Père Noël authentiquement finlandais (Väänänen, incontournable du petit et du grand écran finlandais, était déjà dans le Christmas Story de 2007) mais perpétuellement à bout de souffle aurait suffi à assurer seule un film intéressant de bout en bout.

Dans l'ensemble, donc, un petit film pour enfants assez anecdotique, qui perd tout de même progressivement en intérêt, mais qui a le mérite de dépayser grâce aux paysages de la Nouvelle-Zélande, et à rester divertissant de par son humour un peu cartoony, et ses enfants plutôt justes.

3/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 29 - Cinq cartes de vœux pour Noël (2019)

Publié le 14 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Cinq cartes de vœux pour Noël (Write Before Christmas - 2019) :

Plaquée par son petit ami à l'approche des fêtes de fin d'année, Jessica (Torrey DeVitto), responsable d'une boutique d'instruments de musique et passionnée par Noël, décide de faire l'impasse sur les fêtes ; elle conclut donc ses préparations en écrivant des cartes de vœux à des personnes qui ont changé sa vie, parmi lesquelles son professeur de musique. Mais celle-ci est absente, et Jessica reçoit alors la visite du fils de sa destinataire, Luke (Chad Michael Murray), qui offre à la jeune femme un instrument de musique de la part de sa mère. Aussitôt, le courant passe entre les deux célibataires ; en parallèle, d'autres relations se nouent et se dénouent parmi les destinataires des cartes de vœux - ici, sa tante (Lolita Davidovich), qui rencontre un chien et son séduisant maître (Grant Show) ; là, son frère militaire (Madison Smith) épris d'une collègue ; ailleurs, une pop-star (Drew Seeley) en manque d'inspiration...

Un téléfilm compliqué à aborder et à critiquer, puisqu'il se veut une version Hallmarkifiée d'un Love Actually, ou de films choraux similaires, où toutes les sous-intrigues évoluent en parallèle avant de converger vers la fin du métrage.

Et la difficulté principale de la production de tels films est de trouver un équilibre, de réussir à rendre toutes ces sous-intrigues aussi intéressantes et attachantes les unes que les autres, et de parvenir à les entrelacer sans perdre l'intérêt du spectateur : pour cela, une distribution charismatique et attachante est indispensable, et l'écriture se doit d'être maîtrisée et dynamique.

Ici, malheureusement, ce n'est pas vraiment le cas. Le couple principal ne se rencontre en effet qu'au bout d'une demi-heure, et ne doit avoir, sur 90 minutes, que 20-25 minutes de présence commune à l'écran, tout au plus : une petite vingtaine de minutes au cours desquelles le film tente pourtant de suivre l'évolution habituelle des relations Hallmark - rencontre au bout de 30 minutes de film, baiser quinze minutes plus tard, quiproquo dix minutes après, et résolution peu de temps ensuite. Tout cela paraît donc bien précipité, et c'est d'autant plus dommage que DeVitto et Murray ont une bonne alchimie, et forment un couple agréable (même si DeVitto est franchement agaçante avant la rencontre, durant le premier tiers du film, lorsqu'elle est en mode "accro à Noël über-enthousiaste").

En parallèle, les autres sous-intrigues souffrent alternativement d'un sous-développement chronique, ou d'acteurs peu attachants (la star de boy-band en pleine remise en question, mwébof) - il reste bien Grant Show dans une histoire de petit chien, mais il est sous-exploité.

Bref, pas mal de sous-intrigues pas forcément captivantes, qui se mêlent de manière assez brouillonne (le scénario est assez mal structuré, les vingt premières minutes du tout sont assez laborieuses), et qui affaiblissent d'autant celle du couple principal, lequel finit par avoir du mal à exister.

Cela dit, ce Write Before Christmas a reçu un accueil plutôt favorable du public américain, et il faut bien admettre que le simple fait qu'il se démarque un peu du modèle générique de la chaîne fait qu'on s'en souvient un minimum. Donc rien que pour cette ambition, ça donne envie d'être indulgent, et de mettre la moyenne... même si dans l'absolu, ce n'est pas exceptionnel.

3/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 28 - Elfette sauve Noël (2019)

Publié le 14 Décembre 2019 par Lurdo dans Aventure, Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Jeunesse, Noël, Review, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Elfette sauve Noël (Elfette Saves Christmas - 2019) :

Lorsque le Pôle Nord est attaqué et le Père Noël (Quinton Aron) enlevé par la pègre, pour le compte de la directrice d'un fabricant de smartphones jalouse de voir le Père Noël lui faire de la concurrence, Elfette (Brielle Carter), un lutin à la faible estime de soi actuellement en vacances en Floride, doit partir à l'aventure pour tenter de sauver Noël...

Un film indépendant à la tentative de financement participatif ratée, et qui s'avère un bien étrange projet, à la fois trop décomplexé, sarcastique et parodique pour être pris au premier degré, comme un film pour les plus petits, et trop plat, approximatif et fauché pour fonctionner comme une comédie festive moqueuse et décalée.

On passe ainsi de quelques gags amusants et qui fonctionnent à des scènes entières imbuvables et bancales (toutes les scènes du réalisateur/scénariste, qui tient ici un rôle insupportable et totalement inutile au récit), de moments interprétés avec sincérité à d'autres surjoués au possibles par des acteurs semblant être sous l'influence de substances illicites, d'idées incongrues (un Santa noir) à d'autres qui laissent perplexes (le "Mistlefinger" qui agit comme de la drogue), bref, c'est un bordel intégral, laborieux et décousu, qui dure facilement 20 minutes de trop, et ne mène nulle part.

M'enfin bon, au moins, "Elfette" (qui est par ailleurs co-scénariste et productrice du projet (forcément), reste sincère et premier degré du début à la fin, c'est toujours ça de pris.

WTF/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 27 - L'Alchimie de Noël (2019)

Publié le 13 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Netflix, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, Jeunesse

)Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

L'Alchimie de Noël (The Knight Before Christmas - 2019) :

À l'approche de Noël, Brooke (Vanessa Hudgens) rêve de rencontrer l'âme sœur, sans trop y croire ; mais lorsque sa voiture heurte Cole (Josh Whitehouse), un chevalier médiéval transporté par delà les époques pour accomplir avant Noël une quête dont il ne sait rien, elle tombe sous le charme, et décide de l'aider...

J'ai un peu eu la même réaction devant ce Knight Before Christmas que devant La Princesse de Chicago de l'année dernière : malgré l'enthousiasme indulgent de la plupart des critiques, je suis incapable de faire autre chose que de hausser les épaules, et d'émettre un énorme bof devant un tel métrage dérivatif, approximatif et insipide.

On se retrouve ici devant une sorte de mélange générique de Kate et Léopold mâtiné de Outlander, sans la rigueur historique ou le charisme du voyageur temporel de ces deux œuvres : ici, Cole est affreusement transparent, enchaîne tous les clichés du voyageur temporel qui découvre une nouvelle époque, et cela confère à sa romance avec Vanessa Hudgens un côté mécanique, sans grande alchimie (ce qui est assez paradoxal, vu le titre du film).

Ajoutez à cela une écriture vraiment plate et forcée, entre les échanges de Brooke avec son élève, les scènes sirupeuses des proches de Brooke (une Emmanuelle Chriqui qui cachetonne dans le rôle ingrat de la sœur de l'héroïne) et de la famille défavorisée de la ville, tous les poncifs du Moyen-Âge vu par les Américains, la fin abrupte, les sous-intrigues abandonnées en cours de route (l'ex, la voisine), etc, et l'on se retrouve avec un film qui, étrangement, donne l'impression d'avoir été conçu pour un public adolescent, avec ce que ça implique de rigueur moindre à de nombreux niveaux.

Vraiment pas convaincu, donc. Et le manque d'énergie du tout semble s'être transmis à Hudgens, qui paraît nettement plus effacée et en retrait que dans La Princesse de Chicago.

2.25/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 26 - Les Rikikis au Pays du Père Noël (1989)

Publié le 13 Décembre 2019 par Lurdo dans Aventure, Christmas, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, France, Jeunesse, Noël, Review, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Les Rikikis au Pays du Père Noël - saison 1 (1989) :

Dans le village du Père Noël, en Suède, le Père Noël (André Nader) peut toujours compter sur la bonne fée Oriane (Cécile Auclert) et sur ses fidèles lutins, les Rikikis, pour préparer les jouets des enfants. Il y a Rikiki Vert, l'ami des animaux, Rikiki Rouge, le gourmand, Rikiki Jaune, le turbulent, Rikiki Bleu, le farceur sportif, et Turluru, le chef de la troupe. Mais entre Boudou le bonhomme de neige vivant, Flop le chien, ou encore le menaçant Troll qui rôde dans les parages, la vie au Pays du Père Noël n'est pas de tout repos...

Peut-être plus encore que J'ai rencontré le Père Noël, du même réalisateur/concepteur, et dont ces Rikikis reprennent des pans entiers (le traîneau, certains interprètes et personnages, la fée, la musique, et, vers la fin de saison, les effets spéciaux et certaines scènes), c'est bien de cette mini-série calendrier de l'avent, de 24 x 5 ou 6 minutes dont je me souviens.

Sa diffusion quotidienne sur Antenne 2 avait alors largement marqué le petit garçon que j'étais, et aujourd'hui encore, je revois avec une certaine nostalgie ce programme court et mensuel, un concept de calendrier de l'avent télévisuel que la télévision française a totalement délaissé, mais qui continue pourtant de connaître un succès jamais démenti, notamment chez nos cousins des pays nordiques.

Ici, donc, Christian Gion recycle son film original, et le décline sous forme de mini-série tournée à Mora, en Suède (contrairement au long-métrage, tourné en Finlande), changeant quelques éléments (l'ogre devient un troll ressemblant comme deux gouttes d'eau aux trolls de Rien Poortvliet, Karen Chéryl est remplacée par une autre Fille d'à Côté, et les lutins acquièrent des noms et des personnalités), mais gardant l'essentiel de son univers, qu'il peuple de personnages supplémentaires.

Et, histoire de renforcer encore le côté calendrier de l'avent, il ajoute un calendrier physique qui encadre chaque épisode, calendrier dont deux enfants (qui jouent très mal) et leur nounou suédoise ouvrent les fenêtres une à une, les aventures des Rikikis devenant ainsi des histoires racontées par la nourrice à ses protégés.

Alors certes, ces épisodes, qui racontent chacun une mésaventure des Rikikis, ou répondent à une question que se posent les enfants, ont toujours un budget très limité (les barbes des Rikikis, le doublage, le recyclage d'images...), mais ils ont la chance d'être nettement mieux écrits que le film de 1984, et d'être plus ludiques. Ainsi, les personnages sont moins manichéens, comme ce Troll finalement pas si méchant, et contrairement à la Finlande de Rovaniemi, plus désolée et ne servant que d'arrière-plan au film, la Suède est ici l'occasion pour les personnages de faire du sport, du patinage, de la motoneige, etc, dans un décor naturel des plus séduisants et enneigés.

Bref, pour les plus petits, c'est dépaysant, ce n'est pas dénué de charme, et la narration de Cécile Auclert (il me semble), maîtrisée, fait beaucoup pour donner un côté conte de fées au tout, idéal pour les plus jeunes à l'approche des fêtes.

Ça mériterait presque un remake plus contemporain, avec un budget plus important. ^^

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 25 - Père Noël Incognito (2019)

Publié le 12 Décembre 2019 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Lifetime, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Père Noël Incognito (Random Acts of Christmas - 2019) :

Alors qu'un bon Samaritain mystérieux organise des événements festifs en ville à l'occasion de Noël, Sydney (Erin Cahill), une journaliste, tente de comprendre les motivations et l'identité du bienfaiteur inconnu. Elle reçoit alors l'aide inespérée de Cole (Kevin McGarry), lui aussi reporter, et qui l'aide à retrouver l'esprit de Noël...

Et si Bruce Wayne, au lieu de devenir Batman et de se battre contre le crime dans les rues de Gotham, avait décidé de mettre sa fortune au service de Noël pour, durant les fêtes de fin d'année, contrevenir à toutes les lois en organisant des surprises festives illégales dans les rues de la ville, afin d'expliquer aux citoyens de Gotham comment fêter Noël de manière correcte ?

Avec son postulat de départ discutable (quand on y réfléchit plus de 2 secondes, le personnage de Cole est problématique) qui n'est pas sans rappeler le Good Sam de Netflix (critique à venir en février), en nettement plus forcé et caricatural (l'enthousiasme débridé d'Erin Cahill n'a d'équivalent que l'incompétence chronique de son personnage), ce téléfilm Lifetime laisse donc une impression très mitigée.

D'un côté, le tout se regarde tranquillement (principalement parce que le couple principal fonctionne bien et s'avère sympathique), mais de l'autre, c'est très moyen sur tous les plans, entre l'intrigue souvent assez forcée, les effets spéciaux fauchés, l'interprétation très inégale (le petit garçon), le cachetonnage de Patrick Duffy et de Jaclyn Smith, et les quelques idées un peu idiotes (les innombrables poinsettias posés à même la neige, le "chocolat chaud pour adultes" révolutionnaire - un mocha !...).

Bref, même si c'est suffisamment bien mené pour ne pas être soporifique, ça reste vraiment quelconque et anecdotique, surtout si l'on a vu Good Sam (ou l'un des métrages similaires) il y a peu.

2.75/6 

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires
<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 50 60 70 80 90 100 > >>