Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Christmas Yulefest 2022 - 07 - A Gingerbread Christmas (2022)

Publié le 4 Décembre 2022 par Lurdo in Cinéma, Critiques éclair, Télévision, Review, Noël, Christmas, Yulefest, Romance, USA, Discovery

C'est bientôt Noël : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusque début janvier...

A Gingerbread Christmas (2022) :

Déçue de ne pas avoir reçu la promotion qu'elle attendait, Hazel (Tiya Sircar), une architecte, retourne dans sa famille, à Chicago, à l'occasion des fêtes de Noël. Là, elle réalise que la boulangerie-pâtisserie familiale est en difficultés, malgré les efforts de James (Marc Bendavid), recruté par son père : l'ennemie jurée d'Hazel, Shelby (Kyana Teresa), a ouvert une boulangerie non loin, et leur vole toute leur clientèle. Pour se refaire, Hazel et James décident alors de participer à un concours national de maisons en pain d'épices, supervisé par une star de la télévision (Duff Goldman)...

Production Marvista pour Discovery+ (et pour Food Network, d'où la participation de Duff Goldman), ce Gingerbread Christmas est cousu de fil blanc, du début à la fin. Tous les clichés habituels sont là, héroïne carriériste (mais créative) au caractère bien trempé, prétendant divorcé à la fillette souriante et précoce, meilleure amie ethnique, concours de cuisine, montages musicaux, petit commerce en difficultés, promotion, etc, etc, etc

Difficile de se passionner pour tout ça, donc, d'autant que certains choix créatifs laissent un peu perplexes, comme par exemple, la caractérisation immature de Hazel, qui en veut toujours à Shelby de lui avoir volé son petit-ami au lycée ; ou encore la musique latino, qui ne correspond pas à grand chose...

Et puis pour être totalement franc, autant Tiya Sircar m'est sympathique, autant son jeu peut être très inégal, comme je le signalais dans mes critiques de ses téléfilms précédents, avec notamment un côté assez cassant pouvant la rendre ponctuellement antipathique et capricieuse, et un aspect artificiel de ses réactions (les regards et les soupirs pour exprimer la tristesse ou l'émotion, tout ça, ça sonne un peu faux).

En somme, pas grand chose de mémorable au programme, et même les réalisations finales en pain d'épices manquent un peu de spectaculaire. Si l'on n'a jamais vu de film de Noël, ça peut passer, sinon, c'est aussitôt oublié.

2.5 + 0.25 pour la diversité naturelle du cast (une musulmane, un couple gay, un couple lesbien, etc), qui s'intègre bien au récit = 2.75/6 

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

Commenter cet article