Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #gac catégorie

Un film, un jour (ou presque) #1578 - QUINZAINE SAINT VALENTIN : The Winter Palace (2022)

Publié le 15 Février 2022 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Review, Romance, Télévision, USA, Canada, GAC, St Valentin

Pendant deux semaines, à l'occasion de la Saint Valentin, place aux grands sentiments et à la séduction, avec des critiques quotidiennes de films romantiques...

The Winter Palace (2022) :

Auteure d'une romance à succès, Emily (Danica McKellar) est en panne d'inspiration pour son second ouvrage. Elle part alors séjourner au Palais d'hiver, un luxueux chalet inoccupé, dans les Montagnes Rocheuses, dont elle accepte de s'occuper un temps en échange d'un peu de calme. Mais bien vite, elle y est rejointe par le propriétaire des lieux, le Prince Henry (Neal Bledsoe) de Concordia et son entourage, qui doit vendre le chalet au plus vite, avant d'être couronné Roi...

Premier téléfilm GAC de Danica McKellar, qui a signé (à grand bruit) un contrat d'exclusivité avec la chaîne, affirmant pouvoir bénéficier là d'une plus grande liberté de ton et de création... et voilà, un métrage ultra-dérivatif, qui semble piocher dans tous les téléfilms royaux de Hallmark et de la concurrence, pour produire un Winter Palace générique et balisé tout sauf passionnant.

Pourtant, pendant un bon moment, ça fait presque illusion, principalement parce que Bledsoe s'amuse en Prince arrogant et sarcastique, qu'il a une assez bonne alchimie avec McKellar (avec qui il jouait déjà dans le très similaire Un Noël à Ashford) et que le ton est assez léger... mais lorsque le métrage attaque frontalement sa composante romantique, dans sa deuxième partie, il commence à ronronner sérieusement, et finit par se casser la figure sur la toute fin, lorsqu'il se prend très au sérieux alors qu'il est plus fauché que jamais, entre la fausse neige au pied des sapins, les uniformes mal ajustés au physique des acteurs, et le budget qui se fait la malle.

Ce n'est pas désastreux, mais le couple principal ne suffit pas à élever le tout.

2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Christmas Yulefest 2021 - 57 - A Christmas Star (2021)

Publié le 4 Janvier 2022 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, GAC, Canada

Noël est derrière nous, 2022 est là, mais chez les Téléphages Anonymes, le marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest continue jusque début janvier...

A Christmas Star (2021) :

Astronome new-yorkaise ambitieuse et carriériste, Madeline (Sara Canning) part, quelques jours avant Noël, pour Summit View, une bourgade de montagne située plus au Nord, afin d'y observer une pluie de météorites qu'elle a découverte et identifiée. Mais après être tombée en panne et avoir appris que sa réservation dans l'auberge locale n'est pas valide, Ryan est logée chez l'habitant : une famille très accueillante, composée notamment de Ryan (Daniel Lissing), un ranger veuf dont le poste est sur la sellette, et sa fille Céleste (Juliette Hawk)...

Un téléfilm GAC qui laisse mitigé et souffle le chaud et le froid, à l'image de toutes ces scènes extérieures canadiennes, qui alternent entre une neige et un froid naturels, avec condensation, brouillard et acteurs qui se gèlent, et la fausse neige, le soleil et les tenues semi-légères de rigueur dans ce style de production.

Ce n'est pas que ce soit réellement mauvais, mais l'écriture est un peu faiblarde, ce qui tire le tout vers le bas : dès le premier quart d'heure du film, les deux personnages principaux se font les yeux doux et flirtent ouvertement, ce qui en soi est un changement de dynamique intéressant (d'autant que les deux acteurs fonctionnent bien ensemble)... mais ce qui a aussi tendance à faire ronronner un peu le tout, puisque leur relation reste plus ou moins la même jusqu'à ce qu'ils franchissent le pas.

D'autant que le récit, en fin de compte, fait dans l'attentisme, avec des personnages qui attendent littéralement, soir après soir, que la pluie de météorites arrive enfin. Il s'installe donc une certaine monotonie progressive, pas forcément aidée par une interprétation inégale de certains seconds rôles (la fillette, notamment), par des clichés lassants (le père célibataire veuf, la carriériste, etc), des effets numériques cheapouilles, et un petit côté catéchisme frustrant sur l'étoile de Noël, la crèche, tout ça (qui contraste fortement avec le propos pro-science du personnage principal).

Mitigé, donc, comme je le disais.

2.5/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2021 - 48 - Jingle Bell Princess (2021)

Publié le 29 Décembre 2021 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Comédie, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, GAC

Noël est derrière nous, mais chez les Téléphages Anonymes, le marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest continue jusque début janvier...

Jingle Bell Princess (2021) :

Lorsque son avion se pose en urgence dans le Maine suite à une tempête de neige, la princesse Amelia (Merritt Patterson) est accueillie dans la famille d'Annie Cutler (Marnie McPhail), une employée de l’aéroport local, et elle fait la connaissance de Sam (Trevor Donovan), un veuf éploré, et de sa fille Sophie (Charlie Boyle). À leurs côtés, Amelia va alors passer un Noël enchanteur, bien loin des rigueurs de la cour de son royaume...

Une adaptation de roman pour la chaîne GAC, et qui donne vraiment l'impression d'être revenu cinq à dix ans en arrière, quand Hallmark et compagnie produisaient à la chaîne des films de prince ou de princesse trouvant l'amour au fin fond de l'Amérique qui se ressemblaient tous.

C'est donc ultra-générique, quelconque et globalement interchangeable avec les autres variations sur ce même thème, notamment parce que Donovan est parfois un peu trop terne pour son bien. Après, ce n'est pas désastreux dans le genre, et la production a le mérite de mettre le paquet sur la fausse neige pour ce métrage tourné au Canada en octobre dernier... mais ça s'arrête là.

Ah, si, mentionnons cette introduction qui voit la princesse sortir de son avion, en pleine tempête de neige, attirée par le bruit des grelots de Noël, et qui trouve un petit chien perdu, bientôt rejoint par un habitant du secteur aux allures de Père Noël magique... une introduction visuellement plutôt réussie, et qui laissait présager de quelque chose de plus fantaisiste et de plus conte de fées. Mais non, malheureusement.

2.5/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2021 - 43 - A Lot Like Christmas (2021)

Publié le 27 Décembre 2021 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, GAC

Noël est derrière nous, mais chez les Téléphages Anonymes, le marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest continue jusque début janvier...

A Lot Like Christmas (2021) :

Lorsqu'il arrive à Hudson Springs pour y gérer le marketing d'une grande jardinerie, Clay (Christopher Russell) ne se doute pas que son offre promotionnelle sur les sapins de Noël va attirer sur le magasin l'attention de toute la communauté, et notamment de Jessica (Maggie Lawson), qui dirige la sapinière familiale, en difficulté financière. D'autant plus problématique que Clay n'est pas insensible au charme de la jeune femme, qui ignore son identité réelle...

Un téléfilm GAC qui renvoie directement, une nouvelle fois, aux téléfilms Hallmark d'il y a dix-quinze ans, avec son histoire très classique de petite entreprise familiale en difficulté opposée à une grande entreprise inhumaine et froide, son cadre en marketing qui a le choix entre une promotion importante en ville et l'amour dans une petite bourgade rurale aux valeurs traditionnelles, etc, etc,etc.

Tout est ultra-balisé, donc, et je dois dire qu'au début, j'ai eu assez peur d'un enchaînement de clichés rédhibitoire. Le mensonge de Clay sur son identité réelle, notamment, est assez agaçant... mais bonne surprise, il est évacué au milieu du récit, qui bascule alors sur une rivalité professionnelle ludique entre Clay et Jessica, à mesure que le duo tente de se pardonner et de renouer.

Bref, dans l'ensemble, ça fonctionne, sur un schéma très éprouvé, certes, mais ça fonctionne tout de même, avec des extérieurs plutôt agréables, un ton global assez léger (le mickeymousing de la musique et l'alchimie moqueuse du couple principal y sont pour beaucoup) et une Marlie Collins (que j'avais déjà remarquée dans La Surprise de Noël de 2018, ici dans le rôle de la meilleure copine de Jessica) évoquant ici fréquemment les personnages de Judy Greer, ce qui est assez amusant.

3.5 + 0.25 pour Collins = 3.75/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2021 - 36 - A Kindhearted Christmas (2021)

Publié le 22 Décembre 2021 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, GAC

C'est bientôt Noël : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusque début janvier...

A Kindhearted Christmas (2021) :

Jamie (Jennie Garth), directrice d'une agence touristique d'une petite ville, décide de jouer le Père Noël anonyme au sein de sa communauté, afin de perpétuer les gestes caritatifs de son défunt mari. Mais rapidement, ses actes désintéressés et anonymes attirent l'attention des médias, et amènent en ville Scott (Cameron Mathison), animateur d'un programme matinal, qui tombe aussitôt sous le charme de la jolie veuve. Mais cette romance naissante se marie assez mal avec le secret de Jamie...

Encore un film GAC Family, avec le grand retour de Jennie Garth devant les caméras dans un métrage qui rappelle fortement un certain Père Noël au grand cœur, déjà avec Garth, et qui réunit l'actrice avec Cameron Mathison, son partenaire de Un rêve éveillé.

Et la bonne alchimie des deux acteurs est l'un des points forts de ce métrage, créant une relation amusante entre eux, avec d'un côté une Jennie Garth pas très douée dans le mensonge, et de l'autre un Mathison très crédible en présentateur de journal matinal.

Un duo qui fonctionne bien, donc, pour une histoire assez classique, mais pleine de bons sentiments, et qui laisse de la place à une romance plutôt ludique et attachante. On regrettera peut-être que certains personnages secondaires (la nièce, notamment) soient un peu trop transparents, ou que la réaction de Scott, dans la dernière ligne droite, soit un peu artificielle et forcée, mais bon.

Plutôt une bonne surprise, donc.

3.75/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2021 - 33 - Royally Wrapped for Christmas (2021)

Publié le 21 Décembre 2021 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, GAC

C'est bientôt Noël : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusque début janvier...

Royally Wrapped for Christmas (2021) :

Responsable de la branche américaine d'une association caritative internationale, Lindsay (Jen Lilley) est invitée par la famille princière du royaume de Veronia à l'occasion des fêtes de fin d'année, pour potentiellement devenir la directrice internationale de l'association. Mais sur place, elle rencontre le Prince Aiden (Brendan Fehr), séduisant et célibataire, qui ne la laisse pas insensible...

Un autre des téléfilms produits cette année pour la chaîne GAC Family (ou plutôt, devrait-on dire "achetés par la chaîne"), ce Royally Wrapped for Christmas est une accumulation de tous les clichés du genre "romance royale à Noël", du Prince à l'accent approximatif à la princesse rivale, en passant par le bras droit/majordome du Prince, la Reine bienveillante, l'Américaine qui débarque au Palais, l'opposition roturière/noble, la demande en mariage express, le royaume au nom improbable, etc, etc, etc, etc

Bref, pas grand chose d'original ou de mémorable dans cet énième variation sur Une Couronne pour Noël, si ce n'est, à la limite, tout le contexte de l'association caritative pour laquelle travaille l'héroïne. C'est gentiment cheap, tourné au Canada, Jen Lilley (qui reste sympathique) surjoue un peu, et Brendan Fehr ne convainc que très moyennement en Prince british.

Énorme bof, en somme.

2.25/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2021 - 12 - The Great Christmas Switch (2021)

Publié le 8 Décembre 2021 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, GAC

C'est bientôt Noël : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusque début janvier...

The Great Christmas Switch (2021) :

Mère de famille débordée vivant dans l'Ohio, Kaelynn (Sarah Lind) passe Noël seule, sans ses enfants partis passer les fêtes avec leur père. Sa sœur jumelle, Sophia (Sarah Lind), est cadre dans une entreprise californienne, où elle se plie aux quatre volontés de son patron. L'espace de quelques jours, pendant les fêtes de Noël, les deux sœurs vont échanger leur place pour tenter de se changer un peu les esprits... avec des conséquences inattendues.

L'un des tous premiers téléfilms de Noël diffusés par GAC Family (la chaîne qui lave plus blanc que blanc et qui trouve que Hallmark est devenue trop libérale...) et un postulat ultra-classique pour ce qui, finalement, est une comédie de Noël pas désagréable à suivre.

Ça ressemble fortement à une production indépendante rachetée par la chaîne, au budget relativement limité (il n'y a qu'à voir la perruque fauchée utilisée au début du film et sur l'affiche), et je dirais que l'écriture et l'interprétation y sont parfois inégales, mais l'énergie qu'y met Sarah Lind fait que le tout se suit sans trop de problèmes, aidé par un ton qui ne se prend pas trop au sérieux (et par un husky plutôt mignon).

Certes, on a l'impression d'avoir déjà vu ça à de multiples reprises (cf Le Pacte secret de Noël, avec Candace Cameron Bure), et ce n'est pas totalement maîtrisé, mais au moins on ne s'ennuie pas.

Un petit 3.25/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires