Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Un film, un jour (ou presque) #53 : Sex Tape (2014)

Publié le 10 Septembre 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Sex Tape :

Bien décidés à réveiller un peu leur vie de couple marié, Jay (Jason Segel) et Annie (Cameron Diaz) tournent une sex-tape qui, malheureusement, finit par se perdre, et est rendue publique...

Meh. Totalement trop prude pour fonctionner totalement sur le plan de la comédie graveleuse, absolument trop plat pour fonctionner sur celui de la romance ou de la comédie... et un peu comme Bad Teacher (de et avec la même équipe), c'est un concept de base & un cast sympatoches (le caméo final du porn mogul était amusant), mais avec un script quelconque, prévisible et particulièrement peu mémorable, qui donne un tout plat et amorphe. Dommage.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #52 : Beaucoup de Bruit pour Rien (Much Ado About Nothing - 2012)

Publié le 9 Septembre 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Beaucoup de Bruit pour Rien (Much Ado About Nothing) :

Une adaptation moderne de la pièce de William Shakespeare, par Joss Whedon, et avec bon nombre d'acteurs habitués des oeuvres du scénariste (Amy Acker, Nathan Fillion, Alexis Denisof, Clark Gregg, Fran Kraz, etc)...

Une comédie filmée en noir et blanc (pourquoi ? Parce que Whedon est un auteur, pardi ! *soupir*) et qui suit assez fidèlement la pièce originale, en changeant quelques détails ici ou là, mais en reprenant tous les dialogues tels qu'écrits à l'époque. En l'état, c'est assez inégal : le contraste entre la langue soutenue, le noir et blanc, l'interprétation moderne, et la réalisation assez plate rend souvent le tout assez laborieux pour un spectateur peu habitué à du Shakespeare in the text. Sans compter qu'il y a un certain manque de punch dans le produit fini, avec son illustration musicale très particulière et branchée...

Je ne note pas, vu que j'ai plus ou moins décroché à plusieurs moments, même avec des sous-titres vo ou vf pour aider...

?/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #51 : Prometheus (2012)

Publié le 8 Septembre 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Drame, Thriller, Science-Fiction, Fantastique, Horreur

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Prometheus :

L'équipage du Prometheus traverse l'espace et les systèmes solaires, à la recherche des origines de l'homme, et de la race des Ingénieurs, responsable de notre création...

J'avais envie de redonner une chance au métrage de Ridley Scott, mais ce n'est pas possible. Oui, c'est un film très réussi d'un point de vue visuel et technique. Oui, les acteurs sont à fond dedans. Mais malheureusement, le script est une bouse pleine de trous, mal finie, et tout droit sortie des élucubrations de Von Daniken et autres supporters d'une théorie à mi-chemin entre les Ancients Aliens et l'intelligent design nauséabond.

C'est con, c'est creux, c'est indigne des talents impliqués dans le projet, et c'est le genre de film qui m'énerve plus que de mesure.

4/6 pour le côté technique et l'interprétation - 3 points pour le scénario et certains choix aberrants (Guy Pearce, la césarienne instantanée avec récupération immédiate à la clef) + 1 pour la direction artistique = 2/6

commentaires

Catch Review : Chikara - 14x04 - Goldfinger (22/06/2014)

Publié le 6 Septembre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, Chikara

You Only Live Twice, le premier show de la saison, ne m'avait pas convaincu ; Quantum Of Solace, encore moins. Diamonds Are Forever, cependant, avait un peu remonté le niveau, sans s'avérer cependant très marquant. Place à Goldfinger...

- Public un peu mou et stoïque.

- Odditorium vs Ac/Dc vs Throwbacks vs BDK, 4-way Elimination Tag. Un tag match assez quelconque, avec pas mal de comédie (dont la slo-mo), et rien de particulièrement mémorable.

- Ophidian vs Movado (un gros agile avec un masque). Quelques moments efficaces, mais sinon, ça ronronne sérieusement, et Movado ne fait pas grand chose.

- Jaka vs Estonian Thunderfrog. À nouveau, rien de particulier à signaler, un match assez classique, solide mais peu mémorable.

- Devastation Corp vs 3.0. Un tag match dynamique, et avec un finish sympa, mais un tout trop brouillon pour vraiment convaincre.

- Chuck Taylor vs Jervis Cottonbelly. Panne de musique d'entrée pour Jervis, et un comedy-match amusant, mais anecdotique.

- Gekido & Missile Assault Ant vs Spectral Envoy. Un affrontement par équipes assez classique, et sans enjeux particuliers.

- Eddie Kingston vs Shynron. Une exhibition de Shynron, qui place des acrobaties dans tous les sens (le 450°+180° depuis la deuxième corde = :wub:), tandis que Kingston refuse le combat, jusqu'à l'apparition de Jimmy Jacobs. Ensuite, Shynron se fait squasher. Assez bizarre d'enterrer Shynron en 25 secondes chrono.

- The Colony & The Batiri vs Jimmy Jacobs & The Flood. Un brawl général dans toute l'arène le night club, avec des paires qui tour à tour viennent un peu se battre dans le ring. Bordélique, décousu, et paradoxalement assez routinier, avec la sempiternelle séquence de l'enchaînement de finishers des dix hommes, tour à tour. Bref, pas très marquant, et même le post-match à base de Deucalion qui se pointe, et choke-breake celui de ses sbires qui a perdu le match pendant que tous les autres se prosternent était assez moyennement convaincant (le choke/breakslam manque vraiment de punch et d'impact).



Encore une fois, un show particulièrement plat et sans enjeux/direction. Il n'y avait rien de particulièrement mauvais, honnêtement, et aucun botch déplorable, mais le tout manque vraiment de sens, d'énergie dans le booking, ou d'action hors du commun. Dommage.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #50 : Deuxième Chance à Brooklyn (2014)

Publié le 5 Septembre 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Drame, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Deuxième Chance à Brooklyn (The Angriest Man in Brooklyn) :

Henry Altmann (Robin Williams), perpétuellement furieux et incontrôlable, découvre un beau jour qu'il ne lui reste que quatre-vingt dix minutes à vivre, avant qu'un anévrisme ne le tue ; il décide alors de tout quitter, pour errer en ville et tenter de mettre de l'ordre dans ses affaires avant de quitter ce monde...

Une comédie dramatique sur la maladie, le deuil, et les regrets, malheureusement pas très maîtrisée : la faute à un réalisateur et un script qui laissent tout le monde en roue libre, ce qui est assez rédhibitoire lorsque Robin Williams est dans le film.

Pour chaque moment touchant et mélancolique, il y a ainsi quatre ou cinq scènes de personnages beuglant dans tous les sens, ou des voix offs inutiles et superflues. Dommage, notamment parce que Mila Kunis et Robin Williams sont capables de bien plus subtil.

1.5/6

 

(EDIT : et quel dommage aussi que ce métrage assez faiblard soit l'un des derniers de Robin Williams, décédé après l'écriture de cette mini-review ; dommage, et aussi assez doux-amer, compte-tenu du sujet du film... Williams méritait tout de même une sortie de scène plus mémorable.)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #49 : Standing Up (2013)

Publié le 4 Septembre 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Drame, Jeunesse

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Standing Up : 

Dans les années 80, victimes d'un mauvais bizutage en camp de vacances, Howie (Chandler Canterbury) & Grace (Annalise Basso) se retrouvent livrés à eux-mêmes, nus et seuls, sur une île au milieu d'un lac. Rapidement, les deux enfants vont devoir faire face à l'inconnu, et par là-même, apprendre à se connaître...

Une adaptation assez réussie d'un roman pour enfants, dirigée par DJ Caruso, plutôt habitué aux thrillers et autres polars sombres. Mais là, ce film typiquement 80s était apparemment un projet personnel pour le réalisateur, qui l'a bouclé en deux semaines de tournage. Ça se sent un peu, d'ailleurs, ici ou là : c'est très innocent et contemplatif, avec un message anti-bizutage assez louable, mais on devine parfois des passages ou des scènes qui auraient mérité un nouveau jet au moment de l'écriture, ou un peu plus de travail en amont du tournage.

Je pense par exemple au caméo de Val Kilmer, WTF en shérif grunge mal lavé, et qui détonne radicalement avec tout le reste. Après, ça fonctionne relativement correctement, grâce aux deux jeunes acteurs (Annalise aura probablement un bonne carrière dans le métier), et au score discret mais efficace de Brian Tyler.

3.75/6

commentaires

Catch Review : TNA Impact (03/09/2014)

Publié le 4 Septembre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

L'Impact de la semaine dernière était un poil trop bavard, mais néanmoins satisfaisant, et ses audiences étaient en hausse ; espérons qu'il en soit de même cette semaine...

- Team MLK pour se pavaner dans le ring, Joe se pointe, et défie Lashley, mini-brawl, et match signé pour ce soir.

- Havok has arrived.

- Récap du feud Gail/Taryn.

- Gail vs Taryn, KO Title match. Public un peu plat dans les premières minutes, comme toujours avec ces tapings de NYC lors des matches des KOs, et un public (dont un boulet face caméra, qui se lève pour chanter "We Want Puppies") qui finit par se réveiller en cours de match, avec des "Better than Divas". ^^ Sinon, un match honorable, plus axé spots spectaculaires que technique, ce qui est assez normal vu le niveau actuel de Taryn.

- Havok débarque, et démolit les deux femmes. Joli chokeslam, tiens.

- MVP tente de foutre le doute dans l'esprit de EY.

- Les Bromans se disputent à propos de la KO qui les drague.

- EC3 pour troller gentiment les fans avec des exigences à la con, le public réplique, EC3 aussi, mais Rhyno intervient et chasse EC3. Rhyno vs Spud booké pour ce soir, au grand dam de Spud, qui va finir face, avec toutes ces conneries.  :)

- Brittany a jeté son dévolu sur Shaw, qui s'excuse par ailleurs auprès de Gunner.

- Gunner & Shaw vs Bragnus. Un match solide, avec un Shaw qui en fait un peu plus dans le ring, mais commence à pêter un plomb, et devient trop protecteur envers Gunner.

- MVP tente de foutre le doute dans l'esprit de Roode.

- Les Bromans rencontrent les Beautiful People. Mwé.

- EY vs Roode. #1 contender match. Match solide, avec pas mal de contres.

- Roode est ravi, Lashley peu impressionné.

- 3D pour mettre en avant leur avantage dans le Tables Match, et leur pedigree.

- X-Division 6-way, #1 contender match. Un match qui part dans tous les sens, et un #1 contender qui devrait donner un match très sec contre Joe.

- Storm & Sanada qui viennent chercher Manik pour le démolir, et l'emmener, certainement pour une séance de reprogrammation à la manière de Storm.

- Aries au micro, Storm pour lui répondre, et expliquer ce qu'il est en train d'accomplir avec son "armée". Arrivée de Tajiri en renfort d'Aries, et mini-brawl. Je sens venir le tag match next week.

- Spud hésite, mais EC3 ne lui laisse pas le choix.

- De la hype pour Melendez.

- Rhyno vs Spud. Public qui encourage Spud, lequel fait de son mieux, sous le regard impassible de EC3, guère impressionné par Rhyno.

- Samoa Joe vs Lashley. Public à fond dedans, et un excellent main event. Décidément, Lashley cartonne depuis qu'il est champion (en même temps, ça aide qu'il ait des adversaires de haut niveau).


 

Un show plutôt réussi à mon goût, plein d'action et de rebondissements, et sans promos à rallonge. Le seul vrai bémol, pour moi, étant Bromans/TBP, qui ne m'intéresse pas du tout (quoi qu'ils veuillent en faire).

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #48 : L'Heure de Tuer Mon Père (2014)

Publié le 2 Septembre 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Télévision, Lifetime, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

L'Heure de Tuer Mon Père (Killing Daddy/My Father Must Die) :

Criminelle à la petite semaine, psychologiquement instable, Callie (Liz Gillies) est bien décidée à se venger de son père, qu'elle rend coupable du suicide de sa mère, des années plus tôt. Lorsque son père souffre d'une attaque cérébrale, Cassie décide de rentrer à la maison, pour s'occuper de lui... avec comme réel objectif de mettre un terme à ses jours, et de dérober la fortune familiale.

Un téléfilm Lifetime assez calamiteux, qui repose entièrement sur le charisme de Liz Gillies, dans son registre habituel de jeune femme sexy & vénéneuse. Gillies est loin d'être mauvaise dans son rôle, mais l'écriture est tellement caricaturale, manichéenne et douteuse (le propos sur les maladies mentales supposément incurables, etc) font que le tout donne l'impression d'un script pour enfants de douze ans, avec des méchants très très maychants, et des innocents très très innocents.

1/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #47 : Some Girl(s) (2013)

Publié le 1 Septembre 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Drame, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Some Girl(s) :

Sur le point de se marier, un homme décide de retourner voir certaines de ses exs, pour aller s'excuser de la manière dont il s'est comporté avec elles, et faire le point sur leurs relations passées...

Une adaptation cinématographique d'une pièce de Neil LaBute, qui bénéficie principalement d'une durée assez courte (moins de 90 min, tout compris), et d'une distribution très sympathique : Adam Brody, Mia Maestro, Zoe Kazan, Kristen Bell, Emily Watson, Jennifer Morrison... malheureusement, ça s'arrête plus ou moins là, puisque, adaptation de LaBute oblige, le tout finit par devenir assez vain, répétitif, voire même agaçant dans son incapacité à transcender ses bavardes origines scéniques, et dans l'antipathie suscitée par son personnage principal.

Un film qui pourrait donc être retitré "portrait d'un connard fini" et qui s'avère finalement très inégal, forcément, en fonction des actrices et de l'histoire de leur personnage. Mention spéciale à Zoe Kazan, impériale, suivie de près par Bell et Morrison.

2.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #46 : Lust For Love (2014)

Publié le 31 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Lust For Love :

Plaqué par son amour d'enfance, Astor (Fran Kranz), un homme maladroit et timide, finit par se tourner vers Cali (Dichen Lachman), décomplexée et libérée, pour apprendre comment séduire les femmes. Mais la jeune femme s'avère d'une compagnie surprenante...

Aouch. La distribution est très sympathique (la grande majorité du cast de Dollhouse, ainsi que quelques habitués des films de Whedon), mais tout le reste sent l'amateurisme à plein nez : écriture, mise en place, post-synchro, structure, dialogue, etc... tout paraît précipité, baclé et prévisible, ce qui n'est pas forcément surprenant compte tenu du fait que c'est un film ultra-indépendant financé par Kickstarter. Vraiment dommage.

2.25/6

commentaires

Catch Review : Chikara - 14x03 - Diamonds Are Forever (21/06/2014)

Publié le 30 Août 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, Chikara

You Only Live Twice, le premier show de la saison, ne m'avait pas convaincu ; Quantum Of Solace, encore moins. Place à Diamonds Are Forever, qui s'est déroulé le même jour que QoS...

- Los Ice Creams vs Old Fashioned : grand moment de rigolade quand les deux teams tentent de transformer le match en trios match en recrutant des enfants dans le public... :P Un bon quart d'heure de grosse déconne très très sympathique, du Chikara old-school, en somme.

- Jojo Bravo vs Max Smashmaster : un petit trapu à la queue de cheval, face au gros bedonnant de la Devastation Corp (qui a perdu plus de 50 kilos, et est désormais au gabarit de Kane) dans un squash simple et direct, qui se conclue par un superbe moonsault du colosse (un moonsault qui ressemble étrangement à celui de Tursas, qui lui aussi à perdu un poids certain... hmmmm).

- Blind Rage vs Mat Fitchett. Un high flyer aux tattoos moches vs un vétéran goth de la Chikara, pour un match bref et assez classique.

- Batiri vs Oliver Grimsly & Qefka The Quiet (de l'odditorium aka la Menagerie 2.0). Un Batiri qui démolit ses adversaires jusqu'à la disqualification. RAS.

- Juan Francisco de Coronado (aka mini-Alberto Del Rio) vs Billy Roc (un vétéran des indies, entraîneur un peu bdeonnant au style très similaire à celui de Quackenbush, en un peu moins virevoltant). Promo quelconque de JFC ; pas un match très intéressant à mes yeux, principalement parce que Coronado n'est pas un compétiteur très mémorable, et qu'une fois que le match bascule à son avantage, ça devient rapidement prévisible et basique.

- The Colony vs The Colony Xtreme Force. Tag match solide et rodé entre ces deux équipes particulièrement habituées l'une à l'autre.

- Eddie Kingston vs Jimmy Jacobs. Jacobs se pointe en tongs, trolle un peu Kingston, et tente de le convaincre de se joindre à lui pour récupérer son titre bien-aimé. Kingston s'énerve, et l'attaque, mais finit par se coucher pour Jacobs lorsqu'il mentionne son titre. Pas inintéressant, mais j'ai vraiment du mal avec le personnage de Jimmy Jacobs, qui joue les Raven-bis avec son Brood "Flood"... beaucoup trop dérivatif à mon goût.

- BDK vs 3.0 & Archie Peck. Un match bref et basique, qui vire au brawl général avec intervention de l'Odditorium et du Batiri, et qui se transforme donc en...

- Bdk & Odditorium vs Peck.0 & Batiri. Sympatoche, mais bordélique, et assez classique dans son déroulement.

 

- Bonus match ! Shynron vs Chuck Taylor. Un match assez réussi, avec un Shynron exceptionnel d'agilité, de rapidité et d'acrobaties. Dommage que les commentaires (le commentateur habituel, et l'un des deux gamins du premier match) rendent le tout assez fatiguant et saoulant par moments. M'enfin c'est toujours sympa pour le gamin.



Deux heures de show nettement plus intéressantes que les deux précédents DVDs de la compagnie. Bon, ce n'est pas encore un retour à la grande époque de la Chikara, et il y a une absence flagrante d'intrigue générale ou de direction, mais il y a du progrès, avec trois matches plus ou moins réussis sur la carte.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #45 : The Wedding Party (2010)

Publié le 29 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Romance, Drame, Australie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

The Wedding Party :

Sans argent, Steve (Josh Lawson) décide de recourir aux grands moyens, et accepte de s'impliquer dans un mariage blanc avec Anna (Isabel Lucas) en échange d'une certaine somme d'argent ; mais lorsque sa famille apprend l'imminence de ce faux mariage, Steve doit jouer le jeu, au risque de perdre le coeur de son ex-petite-amie (Kestie Morassi)...

Une comédie de moeurs australienne avec quelques visages familiers, qui se regarde, mais qui est trop nonchalante et vagabonde pour dépasser son postulat de départ et vraiment convaincre. Kestie est particulièrement attachante, cela dit.

2.75/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #44 : Liberal Arts (2012)

Publié le 28 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Drame, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Liberal Arts :

À 35 ans, Jesse (Josh Radnor) revient dans son alma mater, le coeur plein d'enthousiasme et de nostalgie... là, il rencontre une jolie étudiante de 19 ans (Elizabeth Olsen) dont il s'éprend. Mais la différence d'âge et la virginité de la jeune femme s'avèrent des obstacles de taille pour Jesse.

Un film écrit, réalisé et interprété par Josh Radnor, qui se prend pour Woody Allen, et se met dans la peau de ce trentenaire agaçant, dont le charme fait succomber toutes les femmes, qui débite des platitudes philosophiques, s'ébaubit devant New York, a de l'humour, et est capable de conseiller autrui, quelque soit son âge et son problème.

Autant dire que le métrage m'est rapidement sorti par les oreilles, malgré Elizabeth Olsen, impeccable, et malgré les innombrables critiques américaines adorant le film. Un tout trop pompeux et prétentieux pour son propre bien, à la limite du film hipster pseudo-intellectuel supposément profond, mais finalement très conservateur.

2/6

commentaires

Catch Review : TNA Impact (27/08/2014)

Publié le 28 Août 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après un Hardcore Justice sympathique, mais aux audiences anémiques dans son nouveau créneau horaire, Impact continue son petit bonhomme de chemin, malgré la tourmente des rumeurs et des critiques internet.

- De la hype pour la tag series, et une petite récap du finish de la semaine dernière.

- Toujours pas très fan de Angle en tant que GM (toujours un peu robotique et forcé), même si les annonces faites depuis les balcons de cette salle font toujours leur petit effet. Arrivée de la team MLK, pour se plaindre de Kurt, troller le public new-yorkais, jusqu'à ce que Dreamer se pointe, et se fasse brièvement démolir. Un peu longuet pour ce que c'était, mais c'est toujours le problème de ces shows new-yorkais, on perd en concision ce qu'on gagne en énergie du public.

- Dreamer vs Lashley, Street Fight. Un Lashley dominant, une fois plus, pour un petit match efficace.

- Madison un peu jalouse de l'attention reçue par Taryn.

- Havok is coming, la semaine prochaine.

- Shaw et Gunner dans leur chambre d'hôtel, avec un Shaw au comportement suspect.

- Maddie vs Taryn. Un match assez solide, malgré son rythme parfois tranquille. Le semblant de heel turn de Maddie est intéressant, s'il se confirme.

- EY & Roode dans le bureau de Kurt.

- Shaw qui fait mumuse avec l'uniforme de Gunner.

- X-Div 6-men tag. Un match un peu précipité et brouillon par moments, mais dans l'ensemble assez fun.

- Rhino est en colère.

- Promos de Roode et EY, et Roode vs EY booké pour la semaine prochaine. Un segment solide, mais pas forcément indispensable en tant que tel.

- Les Bromans font un concours de Tinder, et entrent en compétition avec une KO mystérieuse... à suivre. Vont-ils tenter la combinaison Robbie/Assmacher à l'écran comme IRL ?

- EC3 vs Rhino. Match assez basique, jusqu'à ce que Carter pête un cable avec sa chaise, ce qui épouvante Spud.

- Storm, pour présenter The Great Sanada, aka une fusion de Sanada et Muta.

- Sanada vs Aries. Bon match, comme toujours entre ces deux hommes.

- Vidéo sur la nouvelle recrue, Chris Melendez, qui est ensuite invité dans le ring par Angle & co, pour que son histoire soit racontée par Anderson & Bully. Jolie histoire, mais segment un peu longuet.

- Team 3d vs Hardys vs Wolves, match #1 out of ?. Un main event qui part dans tous les sens, nerveux et spectaculaire. Et encore, il était clair que les trois équipes en gardaient sous le coude pour les matches suivants !


 

Un show qui n'était pas désagréable, malgré quelques segments promos un poil longs à mon goût. La tag series promet, s'ils maintiennent ce niveau-là tout du long, et sinon, les autres storylines continuent de se décanter progressivement, à leur rythme.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #43 : 22 Jump Street (2014)

Publié le 26 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Action, Policier

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

22 Jump Street :

Après le succès improbable du programme Jump Street, Schmidt (Jonah Hill) et Jenko (Channing Tatum) remettent le couvert, mais cette fois-ci, ils doivent infiltrer une université à la recherche d'un trafiquant de drogues...

Au premier abord, on pouvait légitimement se demander quel était l'intérêt de cette suite, qui s'affichait ouvertement comme un clone du premier opus, dans un cadre à peine différent. Et puis en fait, le film assume tellement ce statut, blindant son scénario de références méta, et autres vannes totalement décomplexées sur le statut de suite du métrage, que le tout en devient éminemment sympathique.

Et comme en plus le récit s'amuse à jouer la carte de l'inversion des rapports de force entre ses deux protagonistes, et enfonce le clou sur la nature codépendante et quasi-amoureuse de leur relation, le tout se regarde avec un grand plaisir, et amène de franches rigolades à peine entachées par l'absence du thème principal de la série.

Pas de quoi révolutionner le monde de la comédie, mais bon...

3.75/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #42 : Adult World (2013)

Publié le 25 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Drame, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Adult World :

Amy (Emma Roberts) est une jeune étudiante en poésie idéaliste, maladroite et immature, qui cherche la renommée internationale ; pour subvenir à ses besoins, elle prend un job dans un sexshop, et essaie de convaincre un poète célèbre et taciturne (John Cusack) de lui servir de mentor...

Une comédie dramatique indépendante qui ne sait sur quel pied danser.

D'un côté, ça semble se vouloir une satire des rêves idiots, prétentieux et improbables d'une jeune femme immature, qui agit comme si elle avait douze ans, et dont les pensées risibles et les réactions over-the-top font qu'on ne peut que se moquer d'elle tout du long ; et de l'autre, ça prend le parcours de la demoiselle beaucoup trop au sérieux, enchaînant les clichés, les grosses ficelles narratives évidentes, et les caractérisations bancales, au point de la rendre tout simplement insupportable, en dépit du côté naturellement attachant d'Emma Roberts, avec son nez constamment rougi par le froid.

Particulièrement bancal, donc, et hésitant constamment entre deux points de vue radicalement opposés sur une même histoire.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #41 : Les Colocataires (Table for Three - 2009)

Publié le 24 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Les Colocataires (Table for Three) :

Récemment plaqué par sa petite amie, Scott (Brandon Routh) accepte d'accueillir un couple en guise de nouveaux colocataires ; mais rapidement, il s'avère que Mary (Sophia Bush) et Ryan (Jesse Bradford) sont du genre couple fusionnel, et qu'ils se mêlent d'un peu trop près aux affaires d'autrui...

Un DTV assez sympathique, principalement grâce à sa distribution attachante : Bush est adorable, Routh joue bien les straight men, et le reste du cast est à l'identique.

Après, ça reste classique, ça tombe parfois un peu trop dans l'hyper-caricatural, et l'introduction dans le bar, au format narrateur, fait pièce rapportée, mais la bonne humeur de l'ensemble fait que le tout passe plutôt bien.

4/6

commentaires

Catch Review : TNA One Night Only - Xtravaganza 2014

Publié le 23 Août 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

- Vidéo promo de Low-Ki assez cheesy, mais principalement parce que le bonhomme se prend tellement au sérieux que c'en est :mrgreen:

- Vidéo promo nettement moins risible sur le retour de Sabin.

- Un public globalement plat et décédé, mais bon, après le public de NYC, le contraste ne pouvait que faire mal.

- Qualifier #1 : Low Ki vs Sabin. Un match pépère, au rythme imposé par le meublage et le cabotinage heel de Sabin (ainsi que par la nécessité pour Low Ki de faire un match reposant, puisqu'il va clairement en finale). Vraiment RAS, donc, et pas de surprise.

- Promo solide d'Aries backstage.

- Qualifier #2 : Rashad Cameron vs DJ Z. Un peu le même concept que le match précédent, avec un booking et des rest-holds qui trahissent la conclusion du match. C'était nettement plus rythmé que le premier affrontement, cela dit, donc j'ai préféré.

- Qualifier #3 : Rubix vs Kenny King. Ça s'améliore, avec plus de vitesse et de rythme. Je persiste et je signe : je voudrais bien Rubix vs Low Ki, un contre un, sans limite de temps.

- Qualifier #4 : Ace Vedder (qui est à l'aise au micro, forcément) vs Manik (qui a aussi droit à une promo très sympa). Plutôt réussi.

- Kazaniels au micro, motivés et excellents. Ils me manquent un peu, je dois dire.

- Qualifier #5 : Sonjay vs Spud. Spud is awesome, et ce match semi-comique prouve bien qu'au besoin, il pourrait être un compétiteur sérieux dans la X-div.

- Promo de Petey, vidéo promo sur Tigre.

- Qualifier #6 : Petey Williams vs Tigre Uno. Très sympathique.

- Rashad devrait clairement être utilisé plus souvent.

- EC3 vient troller tout le monde, y compris la X-div. Malheureusement le public de l'IZ est mort.

- Wolves vs Bad Influence, 25000$ Ladder match. Excellent ladder match. Quel dommage qu'on n'ait jamais eu un feud conséquent entre ces deux équipes...

- Sanada vs Aries, 2 out of 3 falls. Un Aries trop confiant, un Sanada efficace, et un match excellent, à nouveau, malgré le manque de suspense.

- Ultimate X - Rashad vs Low Ki vs Vedder vs Sonjay. Peut-être le meilleur U-X depuis un bail.


Un PPV qui commençait lentement (et de manière téléphonée), mais a progressivement pris de la vitesse jusqu'à un dernier tiers tout simplement réjouissant. Je ne suis pas mécontent. 

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #40 : Au Coeur de l'Amour (Scents and Sensibility - 2011)

Publié le 22 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Au Coeur de l'Amour (Scents and Sensibility) :

La famille Dashwood est en péril : inculpé par le FBI, le père de famille est placé en examen, et le clan Dashwood est ruiné ; à Elinor (Ashley Williams) et Marianne (Marla Sokoloff) de trouver un moyen de subsistance pour leur famille, et pour leur soeur malade...

Une adaptation très libre et moderne de Raison et Sentiments, qui ressemble beaucoup à un téléfilm Hallmark ou Lifetime, et en a à peu près le budget : illustration musicale pop au rabais, score musical fauché, réalisation très moyenne, on est dans la catégorie "budget microscopique". Heureusement qu'Ashley Williams possède un capital sympathie énorme, et s'avère l'ancre qui évite au film de partir à la dérive, d'autant que la plupart des autres personnages féminins sont assez antipathiques (Marianne y compris).

Bref, ça se regarde gentiment, mais ça ne restera pas dans les mémoires.

3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #39 : Les Gardiens de la Galaxie (Guardians of the Galaxy - 2014)

Publié le 21 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Action, Aventure, Science-Fiction, Marvel, MCU

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Les Gardiens de la Galaxy (Guardians of the Galaxy) :

Après avoir mis la main sur une sphère étrange à l'importance insoupçonnée, l'aventurier Peter Quill se trouve contraint de faire équipe avec la tueuse Gamora, Drax le Destructeur, Rocket le raton-laveur inventeur, et Groot l'arbre bipède, pour affronter les forces du maléfique Ronan l'accusateur...

Un space opera déjanté et décalé, tour à tour prenant, spectaculaire et drôle, et pour lequel les scénaristes refusent de prendre les spectateurs par la main en leur expliquant tout dans les moindres détails : le public est immergé dans cet univers baroque et multicolore, auquel donne vie une distribution inspirée, d'excellents sfx, ainsi qu'une 3D convaincante, pour un tout qui fonctionne très bien, malgré quelques faiblesses de rythme çà et là.

4.25/6

commentaires

Catch Review : TNA Impact (20/08/2014) - Hardcore Justice 2014

Publié le 21 Août 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Nouveau créneau horaire pour Impact, et nouveau jour de diffusion, pour un show dont la diffusion sur Spike TV est assurée jusqu'à la fin de l'année, minimum.

- Bram vs Abyss, Stairway to Janice. Démarrage sur les chapeaux de roue, avec un gros hardcore ladder match gentiment dégénéré, bien qu'un peu pépère niveau rythme, Abyss oblige. Bram est une brute absolue.

- EC3 n'a pas apprécié son séjour en prison.

- Magnus est un peu jaloux de Bram.

- Team EC3 dans le ring, pour se plaindre du traîtement subi la semaine dernière ; EC3 s'en prend à Rhino, qui réplique, mais ça n'impressionne pas Carter, qui passe à l'assaut, et démolit Rhino, sous le regard paniqué de Spud.

- Joe nous parle un peu de son passif avec Ki.

- Anderson dans une campagne de pub contre le tabac.

- Les Hardys promettent une résurgence de la tag Division.

- Un peu de hype pour Joe/Ki.

- Low Ki vs Samoa Joe, X-div title. Public déchaîné, et un excellent match entre les deux hommes, intense et nerveux.

- Les Hardys rendent visite à la Team 3D.

- Anderson en veut toujours à Shaw, et début de brawl backstage.

- Anderson vs Shaw, I quit. pas mauvais du tout, malgré une fin assez abrupte.
- 3D et Hardys ont convenu d'une idée pour relancer la Tag Div.

- Brawl backstage, la semaine dernière, entre Gail & Angelina ; Angle n'est pas content.

- Roode réfléchit sur sa carrière.

- Hardys, Wolves et 3D dans le ring, pour annoncer des matches imminents entre les trois équipes pour les ceintures.

- Dixie dans son lit, pour expliquer qu'elle souffre le martyr, et qu'elle va désormais se concentrer sur le côté business de la compagnie. Dixie la mégère qui sonne son mari d'un coup de sifflet pour qu'il rajuste son oreiller = :mrgreen:

- Hemme est enceinte.

- Storm continue de reformater Sanada... pour se constituer progressivement une armée révolutionnaire ?

- Gail Kim vs Angelina Love, Last KO Standing. À part les comptes mous et démotivés de Hebner, un bon LKS match, avec un finish efficace.

- Angle booke 3D vs Hardys vs Wolves, pour une série de matches à stipulations variables, dès la semaine prochaine.

- Promo un peu longuette de la Team MVP.

- 6 sides of Steel, #1 Contender. Un peu bordélique et court, mais assez fun, et avec un finish en suspens qui devrait mener à quelque chose de sympa.


 

Deux très bons matches (KOs & X-div), trois si l'on est fan du style hardcore du match Bram/Abyss, et deux autres dans la moyenne. Hormis la promo passable de MVP (qui aurait pu être zappée, pour laisser place à cinq minutes de plus dans le main event), c'était un show assez sympathique, ma foi.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #38 : Hercules (2014)

Publié le 19 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Action, Aventure, Histoire, Fantastique

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Hercule (Hercules) :

Hercule (The Rock), un mercenaire prêt à tout pour gagner un peu d'or aux côtés de sa bande de guerriers, est embauché par le Seigneur Cotys (John Hurt) pour entraîner les troupes de Thrace en vue d'un conflit armé contre un général ennemi... mais la destinée du demi-dieu le rattrape bien vite.

Une version révisionniste du personnage d'Hercule, qui se veut clairement iconoclaste et réaliste, en faisant du demi-dieu un homme moralement faible, tourmenté, et en proie à des hallucinations. Pourquoi pas, après tout : c'est un postulat de départ comme un autre, et une relecture potentiellement intéressante... mais malheureusement, plus que de rehausser l'intérêt du récit, cette approche le flingue totalement.

Car sous la caméra de Brett Rattner, la Grèce surnaturelle d'Hercule se transforme en monde terre à terre, terne et sombre, à la musique quelconque, au rendu gentiment fauché, au rythme pépère, et sans le moindre souffle épique. Les seules scènes qui font illusion dans le métrage sont les deux grosses scènes de bataille, malheureusement trop courtes, et un peu plombées par des effets spéciaux très inégaux.

Reste alors la distribution, Dwayne Johnson en tête, qui fait de son mieux avec un script prévisible, plat, et des personnages peu développés.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #37 : Heatstroke (2013)

Publié le 18 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Drame, Thriller, Action

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Heatstroke :

Malgré les réticences de sa fille Josie (Maisie Williams), Paul (Stephen Dorff) l'emmène, ainsi que sa nouvelle compagne Tally (Svetlana Metkina), dans une expédition africaine au fin fond de la savane, pour y étudier des hyènes. Mais lorsque Paul est abattu, Tally et Josie se retrouvent seules au milieu de nulle part, traquées par les animaux, par des braconniers, et par un dangereux trafiquant d'armes (Peter Stormare).

Un thriller qui fait brièvement illusion : les paysages africains sont superbes, Dorff est efficace, et Maisie Williams comme toujours attachante... mais ça s'arrête là. Forcément : quelle idée idiote de faire reposer l'intégralité de ce survival sur les épaules de l'actrice russe, qui surjoue régulièrement, et n'est jamais vraiment convaincante. Une fois Dorff évacué du métrage, une grosse partie de l'intérêt de celui-ci disparaît ; et comme en plus le script n'est clairement pas à la hauteur, tant dans sa structure que dans ses dialogues...

1.5/6

commentaires

Catch Review : WWE Summerslam 2014 (17/08/2014)

Publié le 18 Août 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, WWE

J'avoue : hormis les PPVs, j'ai presque totalement abandonné la WWE. La faute à des Raws répétitifs et sans intérêt intrinsèque, à des SDs inexistants, à du NXT trop inégal, et à un booking globalement soit trop téléphoné et prévisible, soit nonsensique. Rajoutez à cela la promotion constante et insupportable de ce foutu Network anémique à 9.99$, et je peine vraiment à supporter plus de 15 minutes du programme.

Mais Summerslam reste Summerslam, et malgré une carte assez peu engageante (sérieusement, Stephanie McMahon vs Brie Bella ? Ugh.), il y a toujours l'espoir d'une bonne surprise ou deux...

- Kickoff - RVD vs Cesaro : six ou sept minutes de match (dont deux de headlock, et un même spot délibérément répété trois ou quatre fois, histoire de bien meubler), une pub pour le Network en plein milieu, l'entrée pourrie de Cesaro, et une victoire de RVD. *soupir*

- Hogan, pour faire la promotion du WWE Network, et tout le public qui chante "9.99" en choeur, comme les bons robots lobotomisés qu'ils sont. J'ai honte pour eux.

- Miz dans le ring, botche sa promo.

- Miz vs Zigg, IC Title. RAS. Pas un mauvas match, et le résultat était satisfaisant, mais vu que je n'ai absolument rien à faire de Miz, que ce soit niveau personnage ou lutte... bof.

- Énième récap de Brie/Steph.

- AJ vs Paige, Divas Title. Pas un mauvais match, mais affreusement plat, mal rythmé, et prévisible. Sans compter que c'est à nouveau un retour au status-quo d'il y a quelques mois.

- Rusev vs Swagger, Pseudo-Flag match. *soupir* Encore une fois, ce n'était pas mauvais, mais Rusev mérite mieux que ce stupide gimmick en carton. Quant à Swagger... DGAF ?

- Ambrose vs Rollins, Lumberjack match. Un gros bordel non-sensique avec lumberjacks qui viennent parasiter le moindre début de truc intéressant. M'enfin c'était amusant à regarder.

- Jericho vs Wyatt. ZzzzzzzzzzZzzzzzZZZzzz. La routine habituelle de Wyatt et Jericho, meh. Et puis la chanson en post-match, meh again.

- Encore une récap de Brie/Steph. Ugh.

- Brie vs Steph. Un match très méthodique et lent, histoire de laisser le temps à une Steph dominante de placer tous les trucs répétés à l'entraînement. Ça aurait pu être pire, mais bon, ça ne faisait pas un bon match pour autant. D'autant que le finish était affreusement téléphoné de bout en bout.

- Un segment WTF sur un truc... euh... un fan promu catcheur à NXT pour une opé promotionnelle, un truc du genre... Euh... passons.

- Orton vs Reigns. ZzzzzzZZZZZzzzzzZZZZzzzz. Reigns devrait faire un Cena 2.0 parfait, il a le même nombre de mouvements dans le ring.

- Cena vs Lesnar. HW Title. Ils nous refont exactement Undertaker vs Brock, et Brock démolit donc Cena sans effort, enchaînant 250 german suplexes et finishers sans la moindre réponse. En gros, c'est une partie de WWE 2k14 entre un joueur normal, et un gamin qui ne connaît que deux mouvements, et les spamme non-stop sur sa manette jusqu'à gagner. D'un côté c'était profondément stupide (notamment parce que Cena a déjà encaissé bien pire au cours de sa carrière), et de l'autre c'était assez fun.

 

Un show étrange. D'un côté, je vois l'internet se pâmer devant ce PPV, parler de show fantastique, de meilleur PPV depuis des années, etc... et de l'autre, si l'action dans le ring était assez solide de bout en bout (bien que toujours discutable ça et là), le booking m'a paru... eh. D'ailleurs, en fait, tout le PPV m'a laissé assez circonspect, au niveau de l'intérêt de son booking...

Quel intérêt de donner une victoire à RVD, et d'enterrer Cesaro ? Quel intérêt de donner une ceinture insignifiante à Dolph ? Quel intérêt de redonner la ceinture à Paige, après le fail de son précédent règne ? Quel intérêt dans les feuds Rusev/Swagger et Wyatt/Y2J ? Quel intérêt d'avoir Steph qui domine son match, et gagne sur heel turn ? Quel intérêt d'avoir Reigns mis à ce point en avant alors qu'il est si limité ? Et enfin quel intérêt de soudainement booker Lesnar comme une bête invincible qui démolit Cena en 18 mouvements, alors que Cena a déjà survécu à bien pire dans ses matches, pour toujours triompher à la fin ?

(enfin, cette dernière question est rhétorique. Je vois très bien pourquoi ils l'ont booké ainsi : Brock avait besoin de légitimité après son match discutable contre Taker, surtout s'ils tentent de booker Bryan vs Brock, ou Brock vs Reigns. Mais j'ai trouvé la manière de faire affreusement maladroite et pataude, et limite contre-productive à force de trop en faire)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #36 : Jodorowsky's Dune (2013)

Publié le 16 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Documentaire, Histoire, Science-Fiction, Biographie, USA

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Dune selon Jodorowsky (Jodorowsky's Dune) :

Un documentaire très intéressant sur la genèse avortée du Dune de Jodorowsky, dans toute sa grandeur, sa folie, et son anticipation. C'est fascinant, mais (parce qu'il y a toujours un mais) il y a une telle unanimité sur le génie de Jodo, sur son talent, sur sa grandeur, sur son imagination inégalée, sur l'influence qu'il a eu sur toutes les productions de genre de ces trente dernières années, etc... que je ne peux m'empêcher d'y voir un documentaire en partie assez complaisant, répété et passant beaucoup de brosse-à-reluire. Sans oublier le grand nombre d'affirmations improbables, jamais étayées par des témoignages croisés, et qui semblent souvent tenir de l'affabulation pure et simple...

Jodo le visionnaire ? Sans nul doute. Jodo le génie absolu à qui le cinéma doit tout, mwé. Je reste dubitatif, d'autant que de reporter intégralement l'échec de Dune sur la frilosité des exécutifs hollywoodien, c'est un peu oublier que les concepts de Jodo sont tellement psychédéliques et surréalistes, tellement ancrés dans leur époque "stupéfiante", qu'ils auraient laissé l'immense majorité des spectateurs à la porte du film.

4/6

commentaires
<< < 100 110 120 130 140 150 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 > >>