Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Un film, un jour (ou presque) #500 : Molly Moon et le Livre Magique de l'Hypnose (2015)

Publié le 25 Avril 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Jeunesse, Fantastique

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Molly Moon et le Livre Magique de l'Hypnose (Molly Moon and the Incredible Book of Hypnotism) :

Molly Moon (Raffey Cassidy), une jeune fille martyrisée par la directrice de son orphelinat, découvre un jour un livre d'hypnose qui lui confère des pouvoirs de persuasion incroyables. Elle s'embarque alors dans une aventure incroyable qui va faire d'elle une superstar de la pop londonienne... mais bien vite, Molly va s'apercevoir que manipuler autrui n'est pas sans conséquences, d'autant qu'un dangereux criminel (Dominic Monaghan) est à ses trousses, bien décidé à mettre la main sur l'ouvrage qu'elle possède.

Un film fantastique familial anglais adapté d'une série de livres pour enfants, et bénéficiant d'une distribution sympatoche (Monaghan, Emily Watson, Ben Miller, Sadie Frost, Omid Djalili, et même Joan Collins dans un petit rôle) menée par la très convaincante et attachante Raffey Cassidy (déjà excellente dans À La Poursuite de Demain).

Malheureusement, l'intérêt du film est très limité : l'intrigue est assez quelconque et mollassonne, l'héroïne n'est pas très attachante (à contrario de son interprète) puisqu'elle passe son temps à manipuler tout le monde, les méchants sont quelconques, et la quête de la célébrité médiatique est tellement convenue et générique qu'elle agace plus qu'autre chose.

Heureusement qu'à la fin, la morale est sauve, et que Molly apprend qu'il ne faut pas manipuler autrui pour son propre gain, c'est au moins une bonne chose que les jeunes spectateurs retiendront.

2.25/6 (sans Raffey, ce serait directement 1 point en moins)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #499 : Amours et Vignobles (2016)

Publié le 24 Avril 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Comédie, Romance, ION, Review, Télévision

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Amours et Vignobles (Heart Felt) :

Spécialiste immobilière, Molly (Emmanuelle Vaugier) s'est séparée, le jour de la Saint Valentin, de son compagnon Jackson (Matthew MacCaull), lorsqu'elle a appris, en même temps que lui, qu'il était le père d'un nouveau-né conçu 10 mois plus tôt avec son ex. Désormais fiancée à Greg (Christopher Russell), un trader séduisant mais superficiel et immature, Molly s'installe un temps au Nouveau-Mexique, pour participer à la mise en vente d'un vignoble à la mode, au propriétaire mystérieux... mais lorsqu'il s'avère que c'est Jackson qui possède le vignoble, les choses se compliquent.

Rom-com de St. Valentin diffusée à la St. Valentin 2016 sur ION, ce téléfilm souffre d'un script un peu chaotique, qui part dans de nombreuses directions jamais totalement abouties (la virtual girlfriend, "Jean-Luc", les infidélités de Greg, le sidekick mexicain et la meilleure amie, etc), et d'un budget limité, comme toujours.

Cela dit, les rôles principaux sont bien castés (Vaugier et MacCaull ont une bonne alchimie ; Lydia Campbell et Edwin Perez font des sidekicks amusants, bien qu'affreusement clichés ; Christopher Russell trouve enfin là un rôle qui casse son image de poupée Ken plastifiée - cf Merry Matrimony et Le Prince de Minuit), et le ton général, peu sérieux, tout comme l'environnement néo-mexicain font que le tout a un semblant d'identité que les autres productions ION n'ont généralement pas.

Pas terrible, mais ça pourrait être pire.

2.25/6

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (4/9)

Publié le 23 Avril 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Star Trek, Science-Fiction

Je continue mon passage en revue de la saison 6 de Star Trek Voyager, entamée il y a trois semaines, une saison qui reste toujours assez inégale et frustrante, mais néanmoins plus homogène que certaines saisons passées...

Star Trek Voyager, saison 6

6x10 - Pathfinder :

Sur Terre, Reginald Barclay a peut-être trouvé un moyen d'établir un moyen de communication durable et fiable avec le Voyager, mais ses névroses et son excentricité l'empêchent de convaincre ses supérieurs du bien-fondé de son idée. Après un entretien avec Deanna Troi, il décide de passer tout de même à l'action...

Un épisode événement, qui combine caméos de Marina Sirtis et de Dwight Schultz, fanservice jouant la carte de la nostalgie pour la Next Generation et pour Reginald Barclay, et un semblant de progrès quant à la situation du Voyager, désormais en contact avec la Terre.

C'est globalement bien interprété et écrit (même si par moments, Dwight et Marina sont un peu en surjeu, peinant à se remettre dans la peau de leurs personnages), c'est intéressant, ça fait évoluer Reginald dans une direction logique, et dans l'ensemble, c'est plutôt réussi... malgré des décors un peu fauchés (la vue depuis la fenêtre de l'appartement de Barclay), et un problème de scénario assez voyant : depuis la dernière fois que le Voyager a contacté la Terre, le vaisseau a traversé des distances improbables grâce à des raccourcis, gagnant plusieurs années de voyage (ne serait-ce que dans l'épisode précédent !!!).

Par conséquent, même avec toutes les approximations permises par les scénaristes, Reginald n'aurait jamais pu retrouver le vaisseau en se basant sur leurs coordonnées initiales... ce qui fait s'effondrer tout le postulat de départ de l'épisode.

Mais bon, fermons les yeux sur ce "détail", pour une fois que l'on change un peu d'environnement et d'approche...

 

6x11 - Fair Haven :

Alors que le vaisseau est pris dans une tempête, et que, dans l'intervalle, l'équipage est contraint de trouver un moyen de passer le temps, Janeway s'aventure dans l'holodeck, où elle s'éprend du tenancier du pub d'un petit village irlandais holographique créé par Tom Paris ; mais elle n'assume pas totalement cette relation...

Une romance impossible sans alchimie entre une Kate Mulgrew en surjeu, et un barman sans grand charisme : quel bonheur. Le pire, c'est que l'épisode en lui-même n'est pas forcément totalement désagréable, puisqu'il y a là une certaine décontraction intéressante, notamment dans les sous-intrigues secondaires, parfois amusantes. 

Mais le problème, c'est que l'intrigue principale - la romance - qui aurait pu déboucher sur quelque chose de nouveau, d'inédit et d'intéressant si le show avait eu une certaine forme de continuité, est une accumulation de clichés sur l'Irlande (rien que l'illustration musicale et les accents...), de raccourcis narratifs, et d'interprétation caricaturale, à la limite du soap.

Un bon gros bof, et l'on ne me fera pas croire qu'à bord du Voyager, perdu depuis 6 ans à l'autre bout de l'univers, l'holodeck n'est pas déjà devenu depuis bien longtemps l'échappatoire romantico-sexuel de l'immense majorité de l'équipage...

 

6x12 - Blink of An Eye :

Pris au piège de l'orbite gravitationnelle d'une planète où le temps s'écoule 60000 fois plus vite qu'à bord, le Voyager profite de l'occasion pour observer le développement de la vie et des civilisations de cet astre ; en parallèle, les civilisations de la planète en question se développent en observant les cieux, fascinées par une étoile qui brille plus que tout, et semble liée aux séismes qui frappent leur monde : le Voyager, qui devient tour à tour objet d'intérêt, de fascination, de vénération et de terreur.

Un épisode très chouette, sorte de variation inversée d'un épisode de TOS, Wink of an Eye, et qui développe une intrigue bien menée, toujours intéressante, et parfois même pertinente sur la futilité des religions, la versatilité de l'âme humaine, et le besoin, pour aller de l'avant, d'avoir quelque chose vers quoi tendre et aspirer.

On regrettera néanmoins un sacré manque d'inventivité et d'imagination au niveau de la civilisation extra-terrestre, vraiment trop humanisée pour être convaincante (ils parlent et écrivent anglais, ils ont des forteresses médiévales avec parapets, des robes de bure, des moines, des scaphandres, etc, etc, etc), des seconds rôles bien trop inégaux au niveau des aliens (c'est notamment très visible au niveau des deux astronautes qui montent à bord du Voyager : un jolie séquence, presque plombée par l'interprétation robotique de l'actrice, alors que ce bon vieux Daniel Dae Kim fait de son mieux pour injecter de l'émotion dans ses scènes), et une fin précipitée, avec beaucoup de pistes oubliées (la famille de l'Holodoc sur la planète, par exemple, ou encore le caméo inutile et sous-développé de Naomi Wildman) et/ou bâclées.

Pour une fois, ça aurait mérité un double épisode.

 

À suivre...

(épisodes 6x01-03 ; 6x04-06 ; 6x07-09)

commentaires

Les bilans de Sygbab - Invasion Planète Terre : Saison 4 (2000-2001)

Publié le 22 Avril 2017 par Sygbab dans Critiques éclair, Review, Les bilans de Sygbab, Télévision, Science-Fiction

Sygbab regarde (beaucoup) la tv, Sygbab écrit (parfois) des bilans : retrouvez-les sur le blog des Téléphages Anonymes !

Invasion Planète Terre (Earth : Final Conflict) - Saison 4 :

Enfin ! La flotte juridienne fait son apparition au tiers de la saison et prend tout le monde de court, provoquant la panique la plus complète chez les Taelons. Loin d'être préparés et pensant bénéficier d'un laps de temps plus long avant que leurs ennemis jurés ne découvrent les secrets du voyage interdimensionnel, cela les met au pied du mur et les oblige à faire face à leurs tergiversations envers la race humaine.

À cette occasion, Zo'or se révèle sous un jour peu glorieux : au lieu de prendre ses responsabilités en reconnaissant ses torts et de s'allier avec les humains pour combattre la menace du mieux possible, il décide d'abandonner la Terre sans autre forme de procès pour assurer sa survie. Mais au final, il s'avère que tous ces vaisseaux n'étaient qu'une illusion... Un twist du plus mauvais effet; qui pousse le téléspectateur à se demander si on ne serait pas en train de se moquer de lui.

Cette interrogation est justifiée : jouer avec les attentes du public est une chose, le faire en dépit du bon sens en usant de subterfuges aussi éculés en est une autre. Il n'y avait pas besoin de cela pour appuyer la duplicité de Zo'or, dont les idées de grandeur confinent à la folie et vont à l'encontre de ce que le Synod espérait. Cette fracture est mise en avant de manière plus intéressante quelques épisodes plus tard. En effet, les Taelons savaient déjà qu'ils étaient voués à l'extinction et que l'humanité représentait leur salut.

Depuis le début, la mission première du vaisseau-mère était de faciliter le contact entre les deux races et de partager leur culture, afin de comprendre comment l'énergie constituant le corps humain est fabriquée. Zo'or est très éloigné de cette optique, et doit faire face à une rébellion : tous ses codes d'accès sont bloqués, et il est menacé de ne plus avoir aucune autorité tant qu'il ne décide pas de changer son fusil d'épaule.

Malheureusement, comme toutes les bonnes idées de cette série (et elle n'en manque absolument pas), cette situation est évacuée assez rapidement, et cela n'impacte en rien la psychologie de Zo'or. C'est désespérant, voire même exaspérant de constater autant de frilosité et un manque de rigueur aussi criant.

Cela se traduit également dans le season premiere avec le même procédé que lors de la saison précédente : le cliffhanger est résolu rapidement, et ce qui avait été introduit (en l'occurence la maternité de Lily, donnant naissance à un hybride humain et juridien) ne sert absolument à rien. Cette gestion aléatoire du fil rouge de la série et du développement des personnages font que l'ensemble devient chaotique, et la continuité ainsi que la cohérence de l'univers de la série sont soumises à rude épreuve.

L'exemple de Sandoval est sans doute le plus représentatif : selon son humeur, il a de sérieux doutes sur le statut de double agent de Liam ou lui fait presque entièrement confiance. Puis il trahit Zo'or, mais ce dernier lui sauve tout de même la vie et le laisse toujours en charge de sa protection avant d'être à nouveau trahi. Sandoval est un monstre, Sandoval a encore une once d'humanité... On ne sait plus sur quel pied danser, à force.

La complexité du personnage était auparavant un atout, mais à vouloir trop jouer sur ses multiples facettes il en devient presque fade. Fade comme Renee Palmer dont les rares tentatives de développement sont ratées, fade aussi comme la petite nouvelle de l'équipe, Julia Street.

Celle-ci remplace Augur au pied levé : vu que les scénaristes ne savaient plus quoi faire de ce dernier, c'était plus simple de s'en débarrasser et de le faire revenir uniquement quand c'est utile. Peut-être pensaient-ils mieux s'en tirer avec elle, mais c'est un échec. Se rendant sans doute compte que ses apparitions limitées n'aident pas à s'attacher au personnage, ils délivrent un épisode centré sur elle - linéaire et sans surprise - pour ensuite ne plus la faire apparaître pendant 5 épisodes ! Mais de manière tout à fait ingénue, ils essaient de nous faire avaler qu'elle est la clé pour découvrir le secret de l'énergie Taelon, parce qu'elle est la seule à pouvoir décrypter le code de Ma'el en neuf dimensions.

Une preuve de plus que les idées sont exploitées sans aucune finesse, quand elles ne sont pas abandonnées en cours de route. C'est le cas pour Da'an : sa dépendance au Kryss - substance produite par les humains après avoir ingéré une plante bien spécifique et permettant aux Taelons de supporter l'atmosphère humaine - est vite mise de côté, alors que cela pouvait donner une autre dimension au personnage.

Reste le cas Liam Kincaid. Il était évident que son côté Chimera se manifesterait à nouveau et qu'il utiliserait son shakarava, et le contexte dans lequel il le fait est d'ailleurs intéressant puisqu'il s'oppose à l'ANA (une alliance composée de membres éminents de gouvernements éparpillés un peu partout dans le monde, représentant en quelque sorte la nouvelle résistance) pour sauver les Taelons d'une extinction immédiate.

Mais comme son pouvoir a longtemps été laissé de côté grâce à un prétexte fallacieux et qu'il devient humain de manière définitive une fois qu'il s'en est servi, on peut une fois de plus regretter l'aspect commode de certains choix. Malgré tout, son apparente ultime destinée qui est de servir de conduit pour la réunion entre les Taelons et les Juridiens afin qu'ils retrouvent leur forme atavistique et assurent ainsi leur survie commune semble intéressante.

Sachant ce dont l'Atavus est capable lorsque les Taelons sont coupés de la communalité, l'apprivoisement de ce côté noir par les Juridiens sera-t-il suffisant pour équilibrer cette nouvelle "ancienne race" ? C'est en tout cas intrigant, et cette réunion de deux races qui ont suivi deux branches différentes de l'évolution avant d'en revenir à une souche commune est quelque part séduisante.

Dommage que cela soit développé dans une cinquième saison qui est unanimement considérée comme la plus mauvaise de toutes, parfois même reniée. De toute les façons, le passif des scénaristes sur la série n'incite pas à la plus grande confiance.

Parce que pour le moment, Earth Final Conflict, c'est presque un guide de tout ce qu'il ne faut pas faire dans une série de science-fiction. Pourtant, le potentiel est indéniable.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #498 : Cigognes et Compagnie (2016)

Publié le 21 Avril 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Animation, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Cigognes et Compagnie (Storks) :

Après des milliers et des milliers d'années passées à livrer des bébés, les cigognes se sont recyclées, et travaillent désormais pour une entreprise de vente par correspondance en ligne. Jusqu'au jour où Tulip (Katie Crown), une humaine orpheline élevée par les cigognes, décide d'exaucer le souhait d'une lettre envoyée par un garçon (Anton Starkman) voulant un petit frère : Junior (Andy Samberg), la meilleure cigogne de l'entreprise, n'a alors plus d'autre choix que de livrer le bébé avant que son patron (Kelsey Grammer) ne s'aperçoive de l'incident, et qu'il n'annule sa promotion à la tête de la compagnie.

Un film d'animation passé plus ou moins inaperçu, et réalisé/écrit par Nicholas Stoller, responsable de pas mal de comédies, souvent plus ou moins affiliées à la bande de Judd Apatow : Sans Sarah, rien ne va !, Braqueurs Amateurs, Yes Man, American Trip, Les Voyages de Gulliver, les deux Muppets récents, Sex Tape, Zoolander 2, Nos Pires Voisins 2, 5 ans de réflexion... autant de métrages vaguement sympathiques sur la base de leur distribution, mais paraissant très souvent bâclés/inaboutis, et finalement assez médiocres.

Et ici, sans surprise, on se retrouve un peu dans le même cas de figure : la distribution vocale est plaisante et compétente (Andy Samberg, Key & Peele, Jennifer Aniston, Ty Burrell, Danny Trejo), mais le script (particulièrement cousu de fil blanc et prévisible) a une épaisseur de feuille de papier à cigarettes, et Stoller choisit (assez intelligemment) de camoufler cette platitude et ce manque d'inventivité derrière un rythme frénétique et hystérique (pour ne pas dire saoulant), des doublages assez outrés et caricaturaux (Samberg, notamment, fait son numéro habituel), une animation très cartoonesque (beaucoup de déformations, de slapstick et de transitions abruptes), une illustration musicale trop sérieuse (que ce soit la bande originale, ou les chansons pop), et une réalisation à la caméra virtuelle régulièrement inutilement flottante, comme pour donner une illusion d'images "volées", prises sur le vif.

Autant dire que forme et fond n'étant pas particulièrement convaincants, on se retrouve assez dubitatif devant ce dessin animé. Et pourtant, ce n'est pas forcément mauvais ni détestable : l'animation est efficace, c'est dynamique, il y a une ébauche de propos (malheureusement jamais vraiment développé) sur la famille/le rôle des parents, certains gags et certaines idées absurdes fonctionnent et les personnages sont amusants.

Mais dans l'ensemble, le tout est tout simplement trop basique, générique et moyen pour convaincre.

3/6 (dont un demi-point pour les loups et leur(s) formation(s), du grand n'importe quoi inventif et déjanté, malheureusement trop bref)

commentaires

Afficher plus d'articles