Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2017 - 01 - The Monster (2016)

Publié le 18 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Halloween, Horreur, Review

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

The Monster :

Mère indigne et alcoolique, Kathy (Zoe Kazan) prend sa voiture de nuit avec sa fille Lizzy (Ella Ballentine), pour l'emmener chez le père de celle-ci (Scott Speedman). Mais en chemin, une crevaison et une collision avec un loup les isolent en pleine forêt, sous une pluie torrentielle... et bien vite, une créature sanguinaire et difforme décide de faire des deux accidentées ses proies, et de les traquer sans merci.

Ce n'est pas nouveau, j'ai énormément de sympathie pour Zoe Kazan (et j'ai déjà passé en revue pas mal de ses films sur ce blog), et la voir dans un tel film d'horreur avait de quoi m'intriguer.

Malheureusement, The Monster - anciennement There Are Monsters - (du réalisateur de The Strangers) participe de cette vague de films d'horreur indépendants "à sens profond/à métaphore", dans lequel le monstre est un symbole des tourments psychologiques de tel ou tel protagoniste.

Et pour être même plus précis, ici, on est (à peu de choses près) dans l'un de ces films où le monstre est un moyen pour l'héroïne de renouer avec sa maternité, et de passer outre ses traumatismes psychologiques pour renforcer ses liens avec son enfant, etc.

Parfois, ça marche, comme dans Mister Babadook, et parfois, ça tombe totalement à plat, comme ici.

Probablement parce que la mise en place est à la fois interminable (45 minutes avant que le monstre ne se manifeste vraiment), pataude (un paquet de flashbacks sur la vie troublée de la famille interviennent régulièrement pour casser toute ambiance ou toute tension) et assez antipathique (Zoe Kazan est une caricature de mère indigne, la gamine est geignarde au possible) ; et parce qu'une fois que tout se déclenche, on tombe dans des clichés éculés et assez plats, qui reposent entièrement sur un monstre façon mec-en-costume sans la moindre originalité au niveau conceptuel, et trop souvent dans l'obscurité.

Bref, on s'ennuie beaucoup, l'horreur de ce survival ne fonctionne pas vraiment, le drame relationnel non plus et les métaphores encore moins.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #604 : A Cure for Life (2017)

Publié le 17 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Fantastique, Horreur, Thriller, USA, Allemagne

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

A Cure For Life (A Cure For Wellness) :

Envoyé par ses patrons à la recherche du PDG de la compagnie, enfermé dans un sanitarium mystérieux, dans les Alpes suisses, Lockhart (Dane DeHaan) comprend, dès son arrivée sur place, que quelque chose ne tourne pas très rond. Et plus il se rapproche de la jeune Hannah (Mia Goth), la seule patiente à avoir moins de 20 ans, plus l'étau se resserre autour de lui, et plus les étranges rites surnaturels du Dr. Heinreich Volmer (Jason Isaacs) et de ses employés font basculer son esprit dans la folie...

On ne peut pas nier que Gore Verbinski, quel que soit le film qu'il tourne, d'un Pirates des Caraïbes à un Lone Ranger, en passant par un Rango, soit désormais suffisamment dégagé des contraintes des studios pour pouvoir se permettre toutes les audaces visuelles, et les idées improbables. En ce sens, il correspond bien à la définition de "réalisateur visionnaire" : il a une vision bien à lui, et elle est immédiatement identifiable lors de moments très particuliers, même au coeur des blockbusters les plus généralistes.

Malheureusement, qui dit "dégagé des contraintes des studios" dit aussi "libre de faire tout et n'importe quoi, et de se laisser déborder par ses envies". Et ce qui s'est produit pour Lone Ranger (ce qui aurait été un bon western original et décalé de 100/110 minutes en faisait malheureusement 150) se répète ici. 

Si je ne l'avais pas vu à sa sortie en vidéo, avant l'été, j'aurais probablement attendu Octobre pour le regarder et intégrer directement ce film à l'Oktorrorfest... car ce métrage ressemblant fortement, au premier abord, à un Shutter Island-bis (du thriller psychologique pas vraiment horrifique), s'avère en fait un grand hommage assumé de Gore Verbinski à tout un pan du cinéma et de la littérature d'horreur gothique, dans la lignée de Poe/Lovecraft, mâtiné d'influences transalpines évidentes.

Aidés par des décors naturels somptueux, Verbinski (et son scénariste de Lone Ranger) se lâchent, et produisent ici quelque chose d'ambitieux, de particulièrement travaillé visuellement, d'étrangement malsain, de cotonneux, d'intrigant, de non-sensique, qui se transforme en une oeuvre grandiloquente, glauque... et le problème, c'est que ça fait 2h30.

146 minutes qui prennent bien leur temps pour développer une histoire finalement très classique (cette affaire de comte, de villageois en colère, Hannah... rien de bien surprenant ou original) dont les révélations arrivent facilement 20-30 minutes après que le spectateur ait déjà tout compris.

Résultat : on se retrouve ainsi avec deux premières heures de film qui jouent tellement l'attente, le mystère et le suspense (frôlant même parfois l'imagerie abstraite et lynchienne) que le spectateur a tout le temps du monde d'assembler dans sa tête les pièces d'un puzzle que le script met bien en évidence.

Le film abat paradoxalement ses cartes à la fois bien trop tôt et bien trop tard, sans avoir suffisamment de subtilité pour totalement emporter l'adhésion : on finit frustré par le script, qui n'est jamais à la hauteur des images et des séquences (parfois tendues, cf. le dentiste) que Verbinski propose.

Et pourtant, la dernière demi-heure finit presque par réconcilier avec le film dans son ensemble, entre son bal sinistre, sa musique pompeuse (on sent bien le temp-tracking, çà et là, mais rien de grave), son méchant défiguré (Lon Chaney n'est pas loin), sa perversité, son incendie, et sa conclusion irréelle... c'est un peu de la Hammer ou du Bava, mais avec beaucoup plus de moyens.

En résumé, une expérience mitigée, dont la durée, la structure et les failles (énormément d'éléments du scénario ne servent absolument à rien, si ce n'est à meubler et à faire de jolies images mystérieuses) m'empêchent de lui mettre beaucoup plus que la moyenne.

Néanmoins, Verbinski confirme une nouvelle fois sa folie visuelle et son amour du cinéma, l'interprétation est excellente (Mia Goth, notamment), et le tout s'avère particulièrement surprenant... pour le meilleur et pour le pire.

3.5/6

commentaires

Blog Update ! - Mi-Septembre 2017 - Halloween Oktorrorfest 2017

Publié le 17 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Update, Oktorrorfest, Halloween, Les bilans de Lurdo, Horreur

La mi-septembre est arrivée sur le blog des Téléphages Anonymes et le moment est venu de faire un bilan partiel de cette rentrée, avant de céder la place, dès lundi, à l'Halloween Oktorrorfest 2017...

#594 : Peep World 2.5/6

#595 : Batman et Harley Quinn 2.5/6

#596 : Films of Fury - The Kung Fu Movie Movie 4.25/6

#597 : Baywatch - Alerte à Malibu 1/6

#598 : My Favorite Wedding 2.5/6

#599 : La Femme du Diplomate 1.5/6

#600 : Rivales 1.5/6

#601 : 626 Evolution 1.5/6

#602 : Cars 3 3/6

#603 : Rats 1/6

 

Un demi-mois peu productif, avec une jolie déception (Batman et Harley Quinn, qui ne sait jamais sur quel pied danser, et quel public viser), un bon documentaire (Films of Fury) à recommander à tous les passionnés de films d'arts martiaux, et énormément de médiocrité sans grand intérêt.

Film du "mois" : Films of Fury - The Kung Fu Movie Movie, très instructif.

Flop du "mois" :  Sans la moindre hésitation, Baywatch - Alerte à Malibu, une comédie lourde, mal foutue et graveleuse, qui passe totalement à côté de son sujet et se vautre totalement, de manière particulièrement énervante (même si l'on n'a qu'une vague tolérance au programme original).

---------------

Mini-bilan TV :  pas grand chose à dire au niveau sériel, en ce début de mois - j'ai terminé Star Trek Voyager, juste à temps pour pouvoir passer à la nouvelle incarnation de la franchise Trek ; et Sygbab a terminé ses bilans Zorro, juste à temps... pour pouvoir prendre quelques vacances (il reviendra courant octobre).

---------------

Dans moins de deux semaines, le mois d'Octobre arrive, et avec lui, son cortège de feuilles mortes, de citrouilles, et d'esprits maléfiques : c'est l'heure de l'Halloween Oktorrofest 2017, sur le blog des Téléphages Anonymes !

Avec, cette année, jusqu'au 12 novembre 2017, un programme un peu différent de celui des éditions précédentes :

- deux critiques de films de genre (fantastique/horreur) par jour.

- le week-end, un ou plusieurs bilans portant sur des séries appartenant elles-aussi aux genres fantastique/horreur.

- et le dimanche, une chronique Un film, un jour... ou presque, qui mettra en avant certains métrages n'appartenant pas totalement au genre de l'horreur pure, et donc tangentiellement liés à l'Oktorrorfest 2017. À commencer, dès cet après-midi, par A Cure For Life, un thriller fantastico-gothico-horrifique signé Gore Verbinski.

- Sans oublier, ponctuellement, quelques critiques éclair et premières impressions laissées par certains des nouveaux pilotes de séries de la rentrée 2017-2018, parmi lesquelles Star Trek Discovery...

commentaires

Catch Review : WWE Mae Young Classic 2017 - Huitièmes de Finale

Publié le 16 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Catch, WWE, MYC

Le Mae Young Classic, qui oppose 32 catcheuses des quatre coins de la planète, continue sur le WWE Network...

WWE Mae Young Classic 2017 - Huitièmes de Finale - Round 1 :

- Abbey Laith vs. Rachel Evers. Force contre rapidité, assez classique, et une bien meilleure prestation de Rachel Ellering, après son match médiocre contre Marti Belle en Seizièmes de finale. On regrettera la fin un peu précipitée, qui met un terme au match après 5 minutes à peine.

- Piper Niven vs. Serena Deeb. Poids et force contre rapidité, à nouveau, pour un résultat inégal, dans un premier temps très lent et "Ortonesque", puisque Deeb passe le premier tiers du match à tenter de placer un headlock, et le reste à se faire écraser par la masse de Viper (qui se démène, il faut bien l'admettre). Pas forcément mauvais, mais pas très passionnant.

- Mercedes Martinez vs. Princesa Sugehit. Deux vétérans du ring, pour un match étrangement bancal et hésitant. Principalement la faute de Sugehit et de son style lucha, qui se marie assez mal avec quelqu'un de moins voltigeur : il y a des pauses inutiles, la barrière de la langue, etc...

- Kairi Sane vs. Bianca Belair. Très chouette affrontement : les deux femmes ont chacune leur style, Belair impressionne vraiment (malgré un an à peine d'expérience, à la NXT), et Kairi, la favorite, joue le jeu. Résultat, les deux femmes ont l'air tout à fait à leur place, pourraient rejoindre le main roster dès demain, et leur match est joliment dynamique, équilibré et nerveux.

 

Épisode très inégal, avec un premier match trop court, un second pas forcément passionnant, un troisième maladroit, et un main event satisfaisant. Les commentaires mollassons de Lita et JR n'aident pas vraiment, je dois dire.

-----------

WWE Mae Young Classic 2017 - Huitièmes de Finale - Round 2 :

- Toni Storm vs. Lacey Evans. Un match honorable, mais je ne suis convaincu par aucun des deux gimmicks présentés dans le ring : elles sont toutes deux faites sur le même moule de la grande blonde dynamique et sexy, mais les deux lutteuses en font chacune trop (ou pas assez ?), et ne paraissent jamais sincères.

- Shayna Baszler vs. Mia Yim. Un match très orienté mma/coups de pieds/prises de soumissions, plutôt intéressant à suivre, même si l'invulnérabilité et l'inexpressivité de Baszler sont un peu agaçantes (on dirait un Brock au féminin), et que l'élimination de Mia déçoit forcément.

- Rhea Ripley vs. Dakota Kai. Australie contre Nouvelle-Zélande, grande blonde contre petite brune, et un affrontement assez typique... pour du Shimmer. Autant dire que c'était très bon et intense pour un match de la WWE.

- Candice LaRae vs. Nicole Savoy. Pas mauvais, là aussi très Shimmer-esque, mais pas forcément un match particulièrement marquant ou exceptionnel.

 

Deux matches qui n'auraient pas dépareillé sur une carte de Shimmer, un match victime du push de la copine de Ronda Rousey, et un match d'ouverture pas très mémorable, ça donne une seconde huitième de finale sympatoche, sans être parfaite.

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 7 (7/7 + bilan)

Publié le 16 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

Conclusion de cette ultime saison de Voyager, une ultime saison qui s'essouffle clairement sur la fin, mais qui a toujours une petite chance de finir en beauté... ?

 

Star Trek Voyager, saison 7

 

- 7x25-26 - Endgame : 26 ans dans le futur, hantée par les choix qu'elle a dû faire pour ramener le Voyager sur Terre, l'Amiral Janeway décide de remonter le temps, et d'offrir un raccourci à l'équipage, quitte à encourir la colère des Borgs...

Un double épisode de fin de saison... et une frustration immense.

Car ça ne commençait pas trop mal : le futur de Janeway est crédible, intéressant, voire même touchant (Tuvok), et même si Mulgrew n'est pas du tout crédible en Amirale de 68 ans (non seulement son maquillage est le plus discret de toute la bande, mais l'interprétation, les mouvements, l'énergie de Mulgrew sont ceux d'une quadragénaire, et pas d'une quasi-septuagénaire, et elle ne tente jamais vraiment de faire illusion), on s'intéresse à ce futur improbable.

Malheureusement, dès que l'épisode revient dans le passé, Berman, Braga & Biller nous pondent un fourre-tout qui n'est jamais vraiment crédible, faute du moindre développement des personnages pendant sept ans. La maladie de Tuvok ? La relation de Chakotay et de Seven (tellement sirupeuse qu'on dirait un mauvais soap) ? Tout ça sort de nulle part (ou du moins, n'a jamais été développé), et fait vraiment artificiel.

L'accouchement de B'elanna est un rebondissement forcé, mais ça passe, à la limite, puisqu'on s'y attendait... le reste, cependant, ne fonctionne pas. Le plan des deux Kathryn non plus, d'autant qu'il achève de rendre les Borgs inoffensifs et ridicules, puisque le Voyager boosté à la technologie du futur peut désormais détruire un cube de deux torpilles, sans problème, abrité derrière son bouclier façon Batmobile.

Bref. Le retour d'Alice Krige aurait pu amener quelque chose d'intéressant, là aussi, mais non... (à noter que même la Reine Borg a du mal à comprendre les boucles temporelles paradoxales des scénaristes ^^). Janeway est toute-puissante, Janeway est le plus grand officier de Starfleet, Janeway est plus maline que tout le monde, et Janeway sauve tout le monde en se sacrifiant héroïquement ET en rentrant tranquillement sur Terre.

Ah, et la Terre, parlons-en... parce qu'il n'y a rien à en dire. On ne la voit pas plus d'une demi-seconde une fois le Voyager sorti des autoroutes de distorsion borgs, et le générique de fin tombe aussitôt, youpi, tout le monde est content. Non, vraiment, autant ces 90 minutes se regardent assez facilement, autant l'impression qui ressort de ce series finale, c'est celle d'un gros gâchis vraiment frustrant.

Mais fallait-il en attendre autre chose ?

 

Bilan de la saison/série : 

Une saison intéressante par l'attitude décomplexée des scénaristes qui, n'ayant plus rien à perdre, ont à maintes reprises semblé opter pour toutes les idées qu'ils avaient en réserve, même les plus improbables, histoire de se faire plaisir avant de rendre leurs tabliers.

Faut-il y voir une conséquence du départ de Braga en tant que showrunner, remplacé cette saison par Biller ? Peut-être. Quoiqu'il en soit, cela donne paradoxalement une saison assez homogène, qualitativement, sans réelle daube honteuse, mais aussi une saison qui n'atteint pas forcément des sommets : rien de vraiment surprenant, en ce qui concerne cette série, qui a toujours nagé dans une sorte de médiocrité confortable, n'exploitant jamais ses concepts et ses personnages à fond, et préférant un status-quo handicapant.

C'est ainsi la raison pour laquelle les relations entre les personnages ont, pour la plupart, toujours été limitées à une vague amitié : les scénaristes (notamment Braga) préféraient considérer la série comme une suite d'épisodes indépendants, dépourvus d'évolution significative et de continuité, et cela a toujours limité les progrès de la série.

Résultat, cette fin de saison tombe totalement à plat, enchaînant (après une saison assez honorable, qui revenait sur bon nombre de concepts passés de la série, et la rapprochait d'un retour sur Terre au potentiel énorme) quelques épisodes génériques, avec un final façon blockbuster, dans ce que ça a de bon (le spectacle) et de mauvais (c'est une coquille vide).

Tout le potentiel du retour à la maison, de la réacclimatation de l'équipe sur Terre, de Seven chez les humains, etc ? Jamais exploité.

 

Un peu à l'instar du potentiel de Voyager en tant que série : malgré une distribution et des personnages potentiellement intéressants (et attachants de par leur casting), l'écriture aura toujours été le plus gros point faible de Voyager. Une écriture inconstante, incapable de donner de l'épaisseur à la moitié des personnages (un problème qui se retrouvera sur Enterprise), de rendre les personnages cohérents avec eux-mêmes (Janeway a dit tout et son contraire au fil de ces sept saisons) et de s'extirper du schéma du problème hebdomadaire à régler, pour construire quelque chose sur la durée.

Et malgré tous les reproches que j'ai pu faire à Ron D. Moore pour la manière dont il a géré Battlestar Galactica et sa conclusion, au moins, Moore avait conscience de son postulat de départ, et suivait une ligne directrice pour sa série.

Voyager, elle, n'a jamais su le faire que très ponctuellement, à l'arrivée de nouveaux personnages (Seven), ou pour en développer d'autres (le Doc, B'elanna) et uniquement  sous l'influence de certains scénaristes très précis et compétents, qui ont fini par quitter le navire.

De quoi avoir envie de jeter l'éponge très souvent durant les premières saisons de la série, une série qui, définitivement, ne tient pas la comparaison avec Deep Space Nine (qui était diffusée en parallèle), ou même avec les cinq dernières saisons de Next Generation.

C'est vraiment dommage... et l'on espère beaucoup mieux pour Star Trek Discovery (quand bien même rien de ce que j'ai vu de la série jusqu'à présent ne me donne particulièrement confiance...)
 

 

(épisodes 7x01-04 ; 7x05-08 ; 7x09-12 ; 7x13-17 ; 7x18-21 ; 7x22-24)

commentaires

Afficher plus d'articles