Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Christmas Yulefest 2015 - 93 - Les Douze Cadeaux de Noël (2015)

Publié le 31 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Télévision, Hallmark

Noël est passé, mais comme tous les ans, la Christmas Yulefest continue sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Les Douze Cadeaux de Noël (On The Twelfth Day Of Christmas) :

10 ans après qu'elle ait passé une journée de Noël magique en sa compagnie, Maggie (Brooke Nevin), une journaliste, est ravie d'apprendre que Mitch (Robin Dunne), un animateur radio, s'installe dans la petite ville où elle vit. Mais Mitch a changé, et est devenu aigri, ne trouvant plus aucun intérêt dans les fêtes de Noël. En secret, Maggie décide alors de fabriquer et de lui faire parvenir anonymement douze cadeaux de Noël, afin de tenter de lui redonner la magie de Noël... une tâche qui se complique lorsque ces cadeaux deviennent l'objet de l'attention du grand public, et que Maggie est chargée de couvrir cette histoire pour le journal local.

Une comédie romantique Hallmark assez capillotractée et cousue de fil blanc, avec des ficelles assez grosses, et des personnages un peu caricaturaux (notamment au niveau de la rivale amoureuse propriétaire d'un salon de yoga).

Mais, étrangement, le métrage ne fonctionne pas trop mal, principalement parce que le couple vedette est assez sympathique et attachant.

Rien de particulièrement mémorable, cependant, d'autant que certains défauts restent présents, comme par exemple ce saut temporel de dix ans, jamais vraiment crédible (les acteurs ne changent pas du tout, même pas au niveau de la coupe de cheveux), ou bien encore le concept des 12 jours de Noël, qui ne sont pas les 12 jours d'avant Noël, en dépit de ce que la plupart des programmes américains semblent croire.

Reste que je ne me suis pas ennuyé, ce qui, plus de deux mois après le début de la saison festive outre-atlantique, et de la diffusion de ces téléfilms souvent très répétitifs, mérite d'être souligné.

3.25/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 92 - Beethoven Sauve Noël (2011)

Publié le 31 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Christmas, Noël, Comédie, Jeunesse

Noël est passé, mais comme tous les ans, la Christmas Yulefest continue sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Beethoven Sauve Noël (Beethoven's Christmas Adventure) :

Assigné aux étables du Père Noël, l'elfe Henry (Kyle Massey) décolle accidentellement à bord du traîneau de Santa, et perd en cours de route la hotte magique de ce dernier. Celle-ci tombe entre les mains de deux criminels à la petite semaine (Robert Picardo et Curtis Armstrong), qui en exploitent la magie afin d'alimenter leur stock de jouets volés. Henry n'a alors d'autre choix que de se tourner vers Beethoven (doublé par Tom Arnold), le célèbre chien superstar, actuellement sous la garde de Mason (Munro Chambers), un jeune adolescent un peu délaissé par sa mère surbookée...

Apparemment le sixième ou septième film de la série Beethoven, ce métrage assume clairement ses intentions de film pour plus petits : narration façon livre d'histoires par John Cleese (qui cachetonne pour l'occasion), méchants qui cabotinent affreusement, chien qui parle, concours de pets canins, etc.

Autant dire que, pour un adulte, l'intérêt n'est pas particulièrement présent. Cela dit, la production était suffisamment confortable pour aller tourner au Canada, ce qui est plutôt agréable : il y fait très froid, la neige sur le sol et dans les airs est réelle, et le film bénéficie grandement de cet environnement crédible (traduction : le même métrage, filmé pour un budget microscopique en Californie, aurait à peine mérité le temps nécessaire à le regarder).

Bref. Pour un public enfantin, le film mérite probablement la moyenne : j'ai vu bien pire dans le genre, et bien moins compétent (notamment dans l'interprétation de Mason et de sa mère). Pour un adulte, ça tourne rapidement en rond, et ce n'est pas indispensable.

3/6 (2/6)

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 91 - Un Petit Cadeau du Père Noël (2015)

Publié le 31 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Christmas, Noël, Comédie, Romance, Télévision, Lifetime

Noël est passé, mais comme tous les ans, la Christmas Yulefest continue sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Un Petit Cadeau du Père Noël (Wish Upon A Christmas) :

Envoyée dans son Sud natal pour y liquider une grande partie d'une entreprise de décorations de Noël traditionnelles, Amelia (Larisa Oleynik) découvre que celle-ci est dirigée par Jesse (Aaron Ashmore), un père veuf qui, au lycée, était son petit-ami. Et alors qu'Amelia commence progressivement à tomber sous le charme de son ex, elle commence aussi à réévaluer sa mission, et à retrouver le sens des fêtes de Noël...

Une rom-com Lifetime qui, à nouveau, ne convainc pas vraiment, principalement parce qu'elle prend un postulat de départ assez classique (avec un couple vedette sympatoche), et qu'elle finit par le parasiter en lui rajoutant des couches et des couches de choses inutiles : l'ambiance du Sud, mollassonne et peu festive ; toutes les scènes d'Alan Thicke, qui les a clairement tournées à l'arrache, une après-midi, et qui n'apportent absolument rien au film ; l'intrigue du Père Noël écrasé dans la forêt, anecdotique et très secondaire, et qui en plus met en avant un enfant assez inégal dans son interprétation...

En résumé, rien de vraiment mémorable, et le tout s'avère assez peu original et captivant... mais en comparaison des autres métrages Lifetime de la saison 2015, ça reste tout de même une semi-réussite, ce qui est toujours ça de gagné.

3/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 90 - Le Noël de Denis la Malice (2007)

Publié le 30 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Christmas, Noël, Comédie, Jeunesse, Fantastique

Noël est passé, mais comme tous les ans, la Christmas Yulefest continue sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Le Noël de Denis la Malice (A Dennis The Menace Christmas) :

Denis Mitchell (Maxwell Perry Cotton), un petit garçon turbulent, maladroit, et pas très futé, est le fléau de son quartier, enchaînant catastrophes après catastrophes, au grand dam de son vieux voisin, George Wilson (Robert Wagner), bougon et antipathique. Mais à l'approche des fêtes de fin d'année, Dennis est bien décidé à rendre à Mr. Wilson l'esprit de Noël, quitte à transformer la maison de celui-ci en champ de bataille.

Pour être franc, je n'ai que de très vagues souvenirs de Denis la Malice (1993), et je n'ai jamais vu sa suite, mais peu importe, puisque ce DTV n'a aucun acteur en commun avec les films précédents. Et ce n'est pas plus mal pour les acteurs des films, puisqu'ici, le résultat est assez calamiteux.

Passons sur la structure bancale du film, qui est pendant une heure un enchaînement de scénettes jamais très drôles, toutes construites à l'identique, et qui dans son dernier tiers devient une énième redite de Un Conte de Noël, avec Wilson en Scrooge, et un ange de Noël afro-américain maladroit en guise d'esprit de Noël (un ange qui est probablement le seul personnage réussi de tout le film).

Passons sur l'interprétation unanimement bancale des enfants (sauf China McClain, comme toujours naturelle), et celle parfois guère meilleure de certains des adultes.

Passons sur l'écriture affreusement pataude et incompétente du film (qui te répète plus d'une demi douzaine de fois, dans des dialogues, qu'"il n'a pas neigé en ville depuis 30 ans, ce serait un miracle"... téléphonant ainsi la toute fin du métrage, forcément).

Oui, oublions tout cela, ainsi que l'absence chronique du chien de Denis, qui fait de la figuration malgré sa présence sur l'affiche, et attardons-nous sur le problème principal de ce film : Denis lui-même.

Car les films de ce genre reposent sur une chose : le capital sympathie du protagoniste. Si ton protagoniste est un enfant-catastrophe, qui sème le chaos sur son passage, alors il y a trois possibilités : soit son antagoniste est pire que lui, ce qui amène à relativiser ; soit l'enfant est charismatique, drôle et sympathique, ce qui permet de faire passer son caractère turbulent comme une lettre à la poste ; ou encore, l'enfant a bon fond, est malchanceux, et toutes ses mésaventures le rendent attachant.

Les films Eloïse sont un bon exemple d'enfant turbulent attachant. Ici, c'est le contraire : Mr Wilson n'est qu'un vieux ronchon qui ne demande qu'à rester tranquille dans son coin, et n'a rien d'un antagoniste actif ; Denis est transparent, insipide, voire même assez agaçant dans ses mimiques forcées ; et pire que tout, il est tout simplement stupide, faisant des choses qui ne viendraient pas à l'esprit d'un enfant normalement constitué, et qui ruinent la vie de ses parents et de ses proches.

Bref, pour résumer, on se retrouve à penser que l'utilisation d'une bande originale imitant "Damien - La Malédiction" lorsque Richie s'approche de Mr. Wilson n'est finalement pas loin de la réalité, et ce n'est pas la conclusion du film qui parvient à faire changer le spectateur d'avis sur Denis, dont on se demande comment il est encore en vie tout en étant aussi bête.

1.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 89 - Un Fiancé pour Noël (2007)

Publié le 30 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Télévision, ABC Family, Christmas, Noël, Comédie, Romance

Noël est passé, mais comme tous les ans, la Christmas Yulefest continue sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Un Fiancé pour Noël (Holiday in Handcuffs) :

Trudie Chandler (Melissa Joan Hart) est une artiste ratée, qui perd sa place de serveuse et son riche fiancé la veille de Noël, alors qu'elle est sur le point de rejoindre sa famille en compagnie de ce dernier, pour aller passer les fêtes dans le chalet des Chandler. Victime de folie passagère, Trudie kidnappe alors le séduisant David (Mario Lopez), un client de son restaurant, et l'oblige à se faire passer pour son fiancé pendant les quelques jours de cette réunion familiale. Mais progressivement, malgré les événements, Trudie et David vont finir par se rapprocher l'un de l'autre...

"Syndrôme de Stockholm : la comédie" : voilà comment aurait pu s'appeler cette farce improbable, qui a le mérite d'être plus décalée et excentrique que la moyenne du genre.

Ce qui est une force (les personnages secondaires sont tous plus ou moins barrés et caricaturaux, et donc intéressants), mais aussi une grosse faiblesse, car le script tente de rendre crédible la relation des deux protagonistes, ainsi que sa métamorphose progressive, tout en la faisant coexister avec le grand n'importe quoi général... ce qui ne fonctionne pas.

D'autant que pour fonctionner, cette relation doit reposer totalement sur le charme, le charisme et l'alchimie des deux acteurs principaux... et que si Mario Lopez est assez sympathique, je dois dire que je suis nettement plus dubitatif sur Melissa Joan Hart.

Peut-être est-ce parce que je n'ai jamais fait partie du fan-club de Sabrina la sorcière ; que je la trouve particulièrement quelconque et terne, notamment dans ce film ; que son personnage agit de manière tellement outrancière dès le début du film, avant même sa folie passagère, que je n'arrive pas du tout à prendre son parti par la suite ; ou tout simplement qu'elle n'a pas vraiment d'alchimie avec Lopez... mais pour faire simple, je ne l'ai pas du tout appréciée dans ce film, et je n'a pas cru un seul instant à l'évolution de cette romance assez forcée.

Au point que, par moments, j'en venais à regretter que ce ne soit pas Vanessa Evigan (qui joue ici la soeur de Trudie, et qui, IRL, est accessoirement la soeur de Briana Evigan) la protagoniste de ce film, plutôt que d'être à ce point inexploitée.

2.5/6 (probablement plus si l'on est un fan de Melissa Joan Hart)

commentaires

Afficher plus d'articles

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>