Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Christmas Yulefest 2016 - 48 - Super Noël (1994)

Publié le 24 Décembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Christmas, Yulefest, Noël, Review, Comédie, Jeunesse, Disney, Fantastique

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Super Noël (The Santa Clause) :

Cadre divorcé travaillant pour un fabricant de jouets, Scott Calvin (Tim Allen) doit s'occuper de son fils Charlie (Eric Lloyd) pour Noël, au grand dam de celui-ci, de sa mère Laura (Wendy Crewson) et de son beau-père psychiatre, Neil (Judge Reinhold). Mais lorsque, la nuit de Noël, Scott se précipite dehors après avoir entendu un bruit suspect, il provoque, sans le vouloir, la mort du Père Noël... et en enfilant le manteau de ce dernier, Scott devient malgré lui le remplaçant officiel de Santa. Supervisé par Judy (Paige Tamada) et Bernard (David Krumholtz), deux lutins, Scott doit désormais gérer de front cette transformation inattendue, sa nouvelle carrière, et la réaction du reste de ses proches... 

Honnêtement pas un grand film, mais un métrage regroupant Tim Allen et le réalisateur de sa série Papa Bricole, et qui, en tant que l'un des derniers représentants du genre désormais révolu des "films de Noël familiaux sortis en salle", est devenu une sorte de classique pour plusieurs générations ayant grandi avec la trilogie Santa Clause.

Et il faut bien admettre que c'est un divertissement honnête, dans la droite lignée de bon nombre de téléfilms de Noël ayant bercé notre enfance, avec en prime une petite touche de sarcasme typiquement années 90 : cet humour fonctionne globalement, la distribution est très attachante (la seule qui m'a toujours paru un peu trop effacée, c'est Crewson), les effets spéciaux compétents, et de manière globale, la direction artistique du film est plutôt réussie de bout en bout.

Alors certes, dans l'ensemble, c'est un peu dérivatif, ça ne révolutionne pas le genre, et il ne faut parfois pas trop réfléchir aux détails de cette Santa Clause, mais ça reste bon enfant, et plutôt agréable à regarder par les petits et les grands (on ne peut pas en dire autant des suites).

4/6

commentaires

Christmas Yulefest 2016 - 47 - The Rooftop Christmas Tree (2016)

Publié le 24 Décembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Christmas, Yulefest, Noël, UpTV, Review, Télévision, Drame, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

The Rooftop Christmas Tree :

Depuis que sa femme est partie avec son fils, Dale Landis (Tim Reid) accroche chaque année un sapin de Noël sur son toit, en dépit des lois locales, qui l'envoient systématiquement en prison pour un temps. Cette année, cependant, Sarah Wright (Michelle Morgan), une avocate désenchantée passant les fêtes en ville, chez ses parents, et John Keaton (Stephen Huszar), un procureur agressif et arrogant, finissent par s'intéresser à son cas, afin de comprendre les raisons de son geste et de son entêtement...

Rien de tel, pour commencer ce 24 décembre, qu'un téléfilm bien déprimant signé UpTV. Adapté d'un roman inspiré d'une histoire vraie, voici donc venir un récit plombant au possible, sur une famille déchirée, et le combat de deux juristes qui s'affrontent et se rapprochent tout en tentant de mettre un terme à une situation improbable.

Et là, tout de suite, problème : si Tim Reid est effectivement touchant dans ses quelques scènes, tout le reste finit par être phagocyté par la romance pas très intéressante des deux protagonistes (pas très charismatiques), et par d'interminables scènes de dialogues ou de débats assez insipides et sous-éclairées. Car oui, le département éclairage et photographie de ce téléfilm semble être parti en vacances au début du tournage, laissant le reste de la production tourner The Rooftop Christmas Tree en lumière naturelle (c'est à dire dans une semi-pénombre désaturée et un peu glauque).

Quand même les sapins de Noël et autres décorations semblent ternes, anémiques et délavées, c'est qu'il y a un sacré problème...

Autant dire que ce téléfilm Up ne m'a pas vraiment convaincu. Ce n'est pas forcément la faute de l'histoire, intéressante (surtout si elle est vraie), mais d'un point de vue technique, ce n'est pas très passionnant, et clairement pas ce que je recherche dans un téléfilm festif de ce type.

2/6 (mais comme dans le cas de Finding Father Christmas, je ne crois pas que je sois le public visé, et donc pas la personne la mieux placée pour correctement évaluer le métrage)

(d'ailleurs ce Rooftop Christmas Tree aurait tout à fait été à sa place sur Hallmark Movies & Mysteries, s'il avait eu un budget un peu plus important)

commentaires

Christmas Yulefest 2016 - 46 - I'll Be Home For Christmas (2016)

Publié le 23 Décembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Christmas, Yulefest, Noël, Hallmark, Review, Télévision, Comédie, Romance, Drame

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

I'll Be Home For Christmas :

Jackie (Mena Suvari) est une assistante du procureur passionnée, et la mère célibataire de la petite Gracie (Giselle Eisenberg), une fillette précoce et bavarde. Après des années d'absence, son père Jack (James Brolin) ressurgit alors dans sa vie, à l'occasion des fêtes de Noël, et il offre Nose, un ancien chien policier, à sa petite-fille. Et tandis que les tensions croissent entre père et fille, Jackie, elle, doit choisir entre Rand (Jacob Blair), son compagnon pédant et prétentieux, et Mike (John Reardon), un inspecteur de police, protégé de son père.

Un téléfilm de Noël avec un enterrement dans les 5 premières minutes : pas de doute, on est bien dans un métrage Hallmark Movies & Mysteries ! D'ailleurs, ce téléfilm semble bénéficier, dans l'ensemble, d'un budget plus important que les autres... un budget que James Brolin, à la fois acteur et réalisateur du film, n'utilise que pour se payer des chansons de Barbara Streisand, son épouse.

Néanmoins, le tout a un peu des airs de téléfilm de Noël des années 80, comme ceux qui pouvaient passer sur CBS ou ABC, fut un temps. La distribution principale est plus prestigieuse, l'accent est nettement plus mis sur les liens familiaux que sur la romance, et Brolin se donne le beau rôle... malheureusement, c'est tout le reste qui est sans grand intérêt : Suvari est compétente, mais les autres personnages sont insipides au possible (le flic à la coiffure changeante, le rival amoureux, etc), ou pire, saoulants (la petite fille, tout simplement insupportable, avec des lignes de dialogue et des one-liners toutes les quinze secondes, et des mimiques et postures exagérées), et l'histoire est en pilotage automatique du début à la fin.

Bref, je ne peux pas dire que j'aie particulièrement apprécié ce I'll Be Home For Christmas, principalement à cause de sa distribution, mais aussi parce que le reste de l'histoire n'était pas particulièrement passionnant. C'est typiquement le genre de téléfilm instantanément oubliable, qui n'apporte rien au genre, et se prend trop au sérieux pour n'être rien de plus que du papier-peint audiovisuel. 

2.25/6 (le chien était sympathique)

commentaires

Christmas Yulefest 2016 - 45 - Holiday Breakup (2016)

Publié le 23 Décembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Christmas, Yulefest, Noël, Review, Comédie, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Holiday Breakup :

Chloe est une jeune femme immature, spontanée et exubérante, qui déborde d'énergie et de sarcasme. Le 4 Juillet, elle rencontre Jeff (Shawn Roe), qui est consciencieux, professionnel et organisé. Malgré leur attirance immédiate, les différences de caractère du duo s'avèrent un obstacle de taille à leur relation, qui, rythmée par les fêtes calendaires, connaît un cheminement des plus chaotiques ; et à l'approche des fêtes de fin d'année, le couple pourtant séparé décide de faire semblant d'être toujours uni, pour éviter des questions embarrassantes...

Une comédie romantique indépendante californienne écrite et réalisée par un scénariste de DTVs Disney, et qui met en scène Manon Mathews, apparemment populaire sur Vine, avec plusieurs millions d'abonnés.

Et on comprend sans problème pourquoi, puisque la jeune femme donne un peu l'impression d'être une Lauren Graham-bis, avec un débit, un rythme, une cadence et un sens de la répartie assez aiguisés, une personnalité hyperactive (parfois un peu trop), une voix mélodieuse, et un physique avantageux au regard perçant.

Elle s'avère donc une assez bonne surprise, dans un film plutôt rythmé et léger, qui n'a cependant de Noël que son dernier tiers : la relation amusante des deux protagonistes se déroule sur six mois environ, à chaque fête calendaire, et donc les fêtes de fin d'année n'arrivent, forcément, qu'en fin de film.

Un film qui, en fin de compte, manque un peu de budget et de maîtrise pour être totalement convaincant, en dépit de seconds rôles sympathiques comme Matt Riedy, Mindy Sterling, Daniel Hugh Kelly et Katie Leclerc ; et pourtant, malgré des défauts et des points faibles évidents, je pourrais presque voir ce Holiday Breakup diffusé tel quel sur ION ou UpTV pendant les fêtes (il suffirait probablement de remplacer le générique et les petits cartons-titres animés par quelque chose de plus économique, afin de bénéficier en retour d'un budget "décorations de Noël" un peu plus important).

Je m'attendais honnêtement à quelque chose de bien pire, mais heureusement, le film fonctionne sur la force de ce qui est important : l'alchimie de son couple principal.

3.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2016 - 44 - Season's Greetings (2016)

Publié le 22 Décembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Christmas, Yulefest, Noël, UpTV, Télévision, Review, Romance, Comédie

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Season's Greetings : 

Darcy (Laura Bell Bundy) travaille pour Harrington House, une compagnie florissante de cartes de voeux, où elle est très populaire. Mais alors que William Harrington (Casey Manderson), l'héritier de la fortune familiale, arrive pour en prendre le contrôle à l'approche des Fêtes, Darcy découvre que sa conception traditionaliste de son métier est particulièrement différente de celle de son nouveau patron, qui est décidé à faire entrer la compagnie dans le 21ème siècle.

Une rom-com UpTV plutôt agréable à suivre, car optant pour un ton volontairement caricatural et second degré : les personnages secondaires sont tous excentriques et grande gueule, l'héroïne (Laura Bell Bundy, déjà sympathique dans Profession Père Noël) en fait trois tonnes, le rythme est dynamique, les péripéties improbables (notamment sur la fin), la compagnie est un pastiche à peine voilé de Hallmark, et de manière générale, comme tout le monde s'aligne sur le ton de cette farce, ça fonctionne plutôt bien (malgré certains moments un peu trop hystériques pour le bien du film).

Il y a bien des ellipses un peu trop abruptes, un léger manque de Noël (le film se déroule sur une année, donc seuls le début et la fin se déroulent en décembre), et il y a quelques problèmes occasionnels de son (le département son ne devait pas avoir un gros budget), mais dans l'ensemble, c'était assez sympathique.

3.75/6 (pour peu qu'on ne soit pas allergique à la tonalité de l'ensemble)

commentaires

Afficher plus d'articles