Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2016 - 110 - Shelley (2016)

Publié le 29 Octobre 2016 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Danemark

Halloween approche à grands pas, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Shelley :

Couple danois néo-luddite et new age, Louise (Ellen Dorrit Petersen) et Kasper (Peter Christoffersen) ne peuvent avoir d'enfant et, pour aider Louise, convalescente, ils engagent une gouvernante roumaine, la jeune Elena (Cosmina Stratan). Rapidement, Elena et le couple s'entendent très bien, et finissent par former une unité familiale recomposée ; la jeune femme accepte même de servir de mère porteuse à ses employeurs, en échange d'un appartement et d'un soutien financier pour elle et son fils, resté au pays. Mais la grossesse d'Elena est des plus étranges, et à mesure que son état de santé se dégrade, quelque chose de surnaturel semble croître dans son ventre...

Un long-métrage danois trilingue que j'ai envie de qualifier de typiquement nordique dans son rythme et dans son approche : c'est techniquement maîtrisé, globalement atmosphérique et contemplatif, et c'est surtout anti-spectaculaire au possible, très lent, et reposant intégralement sur sa bande-originale vrombissante (et sur quelques bruitages discrets, çà et là) pour créer un semblant de suspense.

Malheureusement, l'ensemble du métrage n'apporte absolument rien au genre de la "grossesse maléfique",  et peine à insuffler de l'énergie ou de la tension à un récit qui semble presque avoir honte de son élément fantastique, tant il est tenu à bout de bras, constamment évasif, jusqu'à en devenir particulièrement frustrant.

Un petit 3/6 pour sa facture technique.

Commenter cet article