Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Les bilans de Sygbab - Invasion Planète Terre : Saison 3 (1999-2000)

Publié le 15 Avril 2017 par Sygbab in Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Sygbab, Science-Fiction

Sygbab regarde (beaucoup) la tv, Sygbab écrit (parfois) des bilans : retrouvez-les sur le blog des Téléphages Anonymes !

Invasion Planète Terre (Earth : Final Conflict) - Saison 3 :

Blablabla. Zzzzz. Oh, 22 épisodes sont passés ? Bien, bien. Mais est-ce que le schmilblick a avancé ? Non, pas vraiment, il serait même assez judicieux de dire qu'il est rare de voir une saison qui raconte si peu de choses. Cette troisième saison sonne le glas des intentions scénaristiques de l'équipe en charge, et l'impression donnée à l'écran se mue rapidement en certitude absolue : ils ne savent plus comment faire avancer leur histoire.

La seule chose à mettre à leur crédit, c'est la continuité : toutes les intrigues développées sont basées sur des éléments déjà introduits auparavant. Au moins ont-ils le courage d'assumer ce qu'ils ont mis en place, même si ce n'est pas toujours brillant. Pour autant, l'absence de prise de risques et un délayage criant sont désolants.

Ça l'est d'autant plus que la fin de saison 2 se terminait par un état d'urgence qui mettait la résistance dans la panade. Mais il est déjà levé à la fin du season premiere avec un pseudo retournement de veste de Doors auquel personne ne croit, et qui a pour conséquence de complètement évacuer la résistance.

La série est ainsi amputée de l'un des aspects les plus enthousiasmants de la première saison, en réduisant le traitement du mouvement libératoire au minimum syndical. Cela se résume à en montrer les trois protagonistes principaux que sont Augure, Renée Palmer - fraîchement arrivée dans la série et à la tête de Doors International - et Liam. Assez ridicule donc, puisque toute notion d'ampleur est inexistante.

Mais ce qui fait vraiment rager, ce sont les missions d'infiltration incessantes de Liam et Renée. Ce n'est pas crédible une seule seconde car il est impossible que Renée ne soit jamais reconnue, avec la position qu'elle occupe auprès des Taelons qui fait d'elle une figure publique présentée mondialement par Jonathan Doors lui-même. Encore une grossière erreur de la part des scénaristes, qui ne savent de toute façon pas gérer leurs personnages la plupart du temps.

En effet, ils s'empêtrent souvent dans des contradictions et ne vont pas au bout de leurs idées, quand ils ne décident pas tout simplement de se débarrasser arbitrairement de l'un des protagonistes. L'exemple le plus flagrant concerne Augur : dans un premier temps, celui-ci ne veut plus faire partie de la résistance afin de revenir à ses activités de hacker et d'être à la tête d'un immense empire financier qu'il a perdu de vue. La saison 1 l'ayant présenté tel quel,cela n'a rien d'incohérent en soi. Sauf que cette décison ne change rien :on le voit toujours en train de donner des coups de main à chaque épisode, avant que son passé de hacker le rattrape et le pousse à trahir ses anciens acolytes.

Sans conséquence : Lam et Renée lui en veulent (logique), mais se réconcilient avec lui dans le même épisode sans que cela n'ait d'impact par la suite sur leurs relations (pas logique du tout). En terme de développement, il y a sûrement moyen de faire mieux..La palme revient au traitement de Doors, qui est dans le générique alors qu'il n'apparaît qu'une demi-douzaine de fois, et qui disparaît d'une manière assez honteuse, sans aucune émotion. C'est d'ailleurs bien là le problème : il n'y a aucun attachement aux personnages.

L'élément le plus intéressant dans la saison reste l'opposition toujours aussi marquée entre Da'an et Zo'or, empreinte d'une révélation sur leur relation. Da'an est toujours aussi ambigu, mais c'est Zo'or qui se révèle puisqu'il commence à remettre en question les fondements même de sa civilisation. Il passe de plus en plus pour un extrémiste, et il ébranle les convictions les plus profondes en affirmant que la faiblesse de sa race vient de ce qui fait depuis longtemps leur fierté : leur communalité.

Bien que considérant toujours les humains comme une espèce inférieure, il est impressionné par leur instinct de survie qui à son sens ne peut provenir que du fait qu'ils sont avant tout une entité individuelle qui cherche à se sauver soi-même avant de sauver sa communauté. Un point de vue, selon Da'an, qui mènera leur civilisation à sa perte car Zo'or ne semble pas avoir compris toutes les subtilités de l'être humain et notamment sa capacité à se regrouper derrière une même cause, lorsqu'elle est juste et noble. Leurs dialogues ont donc généralement du poids, et il vaut mieux en profiter car les motifs de satisfaction ne sont pas légion.

Venons en au coeur même du schmilblick qui n'avance pas, puisque la fin de la deuxième saison accélérait les choses en laissant penser que l'on verrait plus de Juridiens, et que la résistance ne saurait plus où donner de la tête puisque des Taelons dissidents avaient également fait leur apparition. De tout ça, nous ne verrons que Sandoval kidnappant Lily Marquette pour l'envoyer dans l'espace à la rencontre des Juridiens. Ceux-ci l'interceptent en milieu de saison, et elle leur donne accès bien malgré elle à la technologie interdimensionnelle qu'il leur manquait pour arriver sur Terre.

Ça soulève beaucoup de questions sur la manière dont Sandoval a communiqué avec les Juridiens (mais ça lève le voile sur ses intentions), et le dernier épisode lance quelque chose qui laisse perplexe concernant Lily. Si le traitement qui y est réservé est aussi moyen que ce qui est proposé depuis le début de la deuxième saison, il n'y a pas de quoi être rassuré : le coup de l'hybride, ça a déjà été fait avec Liam, et ça a donné un personnage dont tous les attributs ont été oubliés (sûrement pour réapparaître à la convenance des scénaristes d'ailleurs...).

Enfin, maintenant que les Juridiens ont mis pied à Terre et ont les moyens de venir titiller des Taelons qui tergiversent un peu trop sur leur ligne de conduite, ça devrait peut-être bouger un peu... Wait & See, selon l'expression consacrée.

Commenter cet article