Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #yulefest catégorie

Christmas Yulefest 2020 - 44 - A Little Christmas Charm (2020)

Publié le 21 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymes, c'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusqu'à mi-janvier...

A Little Christmas Charm (2020) :

Jeune conceptrice de bijoux travaillant avec sa sœur enceinte (Britt Irvin) dans une friperie, Holly (Ashley Greene) découvre un bracelet à pendentifs oublié dans une tenue, et décide d'en retrouver le ou la propriétaire. Pour ce faire, elle s'associe avec Greg (Brendan Penny), un journaliste séducteur à la recherche d'un sujet d'article pour une publication à Noël...

Un téléfilm Hallmark Movies & Mysteries qui respecte la charte "Mysteries" de sa collection, mais qui, honnêtement, ne me laissera pas le moindre souvenir : adapté d'un roman, le déroulement de ce métrage est un véritable boulevard arpenté en pilotage automatique, qui n'a pour lui qu'un flirt plus ouvert et assumé qu'à l'accoutumée entre les deux protagonistes.

Ashley Greene (au visage de plus en plus taillé à la serpe) et Brendan Penny fonctionnent ainsi bien ensemble, mais l'histoire dont ils sont les héros est tellement générique et quelconque que je serais bien en peine, 24 heures après avoir vu le métrage, de me souvenir de ce qu'il s'y passe exactement (ah, si, à un moment ils portent des costumes rétro... pour une raison ou une autre).

Alors dans l'absolu, ce n'est pas forcément désagréable à regarder... pour peu que l'on fasse autre chose en même temps.

3 - 0.25 pour les bruitages "magiques" à chaque apparition du pendentif = 2.75/6

(cela dit, honnêtement, le film serait arrivé plus tôt dans la saison, je me serais probablement montré plus indulgent avec lui)

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 43 - L'Apprenti Père Noël et le flocon magique (2013)

Publié le 21 Décembre 2020 par Lurdo dans Animation, Aventure, Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Jeunesse, Noël, Review, Yulefest, France

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusqu'à mi-janvier...

L'Apprenti Père Noël et le flocon magique (2013) :

Un an après sa rencontre avec le Père Noël, Nicolas est sur le point de le remplacer officiellement, et de partir pour sa première tournée. Mais la magie de Noël s'estompe, un peu partout dans le monde : atteint d'une maladie touchant les enfants voulant grandir trop vite et devant faire face, trop tôt, à d'immenses responsabilités, Nicolas perd son innocence, et contamine involontairement les fêtes de Noël, forçant le Conseil des Pères Noël à le démettre de ses fonctions...

On prend les mêmes et on recommence, ou presque, puisque le casting vocal de cette suite au premier Apprenti Père Noël est bien différent : exit la plupart des noms connus, on garde les quelques rôles principaux, pour le meilleur et pour le pire (la jeune Solange semble désormais avoir une voix de femme de 25 ans, bien qu'elle soit interprétée par la même actrice, sortie de Demain nous appartient), et on fait avec.

Au programme, une histoire qui s'éparpille un peu trop pour son propre bien, entre l'intrigue principale qui finit par virer à quelque chose de quasi-Dickensien (puisque Nicolas devient semi-Scrooge et visite les Noëls du passé, du présent et du futur à la recherche de son esprit de Noël et de son innocence perdus), les digressions sur le Père Noël rétrograde et quasi-sénile qui prend la relève en attendant, celles sur l'autre Père Noël à l'orphelinat, la dose de spiritualité inuit approximative, etc.

On a un peu l'impression d'un tout plus brouillon, scénaristiquement parlant, comme si cette suite était composée d'autant d'idées d'épisodes de la série, qui auraient été mises de côté et compilées au cinéma.

Heureusement, visuellement et techniquement parlant, ça reste impeccable et enchanteur : ça compense un côté créatif plus inabouti.

3.5/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 42 - Christmas She Wrote (2020)

Publié le 20 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, Noël

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymes, c'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusqu'à mi-janvier...

Christmas She Wrote (2020) :

Chroniqueuse bien-être très populaire renvoyée juste avant Noël par Tripp (Dylan Neal), son nouveau rédacteur en chef, Kayleigh (Danica McKellar) retourne dans sa famille pour les fêtes. À sa grande surprise, cependant, Tripp vient la retrouver chez elle, pour tenter de la reconquérir, tant professionnellement que sentimentalement...

Mouais. C'est probablement parce que la saison est désormais bien avancée, et que ma patience a des limites, mais... j'ai trouvé le tout assez médiocre, pour ne pas dire agaçant. Il faut dire que ce téléfilm Hallmark, écrit par une journaliste de NBC News, accumule tous les clichés du genre, de manière assez mécanique et approximative : on ne croit jamais vraiment à cette histoire de chroniqueuse lifestyle superstar (sa photo est sur tous les taxis de la ville, on la reconnaît dans la rue) qui est renvoyée sur un coup de tête par le nouveau rédac-chef, au détour d'une restructuration budgétaire, à quelques jours de Noël.

C'est bourré de raccourcis peu probants, de personnages secondaires quelconques (le meilleur ami gay est à la fois un cliché ambulant sorti des années 2000, et une fausse tentative de diversité frustrante, puisque le récit tourne nettement autour du pot de sa sexualité, comme si ce Christmas She Wrote avait été produit il y a 5 ou 10 ans), de visages familiers (Jerry Wasserman était le Scrooge de Evergreen 4) et l'essence même de l'intrigue est assez problématique au niveau éthique : le rédac-chef (incompétent) qui renvoie sa chroniqueuse vedette, part à l'autre bout du pays pour la rembaucher (et sauver son propre poste au passage), tombe amoureux d'elle, et tente de la convaincre de revenir en lui promettant (entre autres) d'engager de nouveau son meilleur ami fraîchement renvoyé... mouais (et ce n'est pas la décision de dernière minute "je ne veux plus être rédac-chef, je veux redevenir journaliste !", uniquement là pour désamorcer tout conflit d'intérêts, qui y change quoi que ce soit).

Et je ne parle même pas de la carrière de romancière sentimentale frustrée de l'héroïne, qui finit par décrocher un contrat de publication potentielle grâce à sa relation avec son patron, ou encore de ses conseils lifestyle, d'une platitude effarante. Ah, et bien sûr, j'oubliais la rivalité en carton entre Tripp et Dan, l'ex-petit-ami médecin sans frontières au charisme de poulpe mort...

Bon, je vais arrêter là les frais : pour une raison ou pour une autre, ce Christmas She Wrote ne m'a pas du tout convaincu, donc je n'ai aucune envie de me montrer généreux... et pourtant, j'aime bien Danica McKellar.

2.25/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 41 - L'Apprenti Père Noël (2010)

Publié le 20 Décembre 2020 par Lurdo dans Animation, Noël, Christmas, Yulefest, France, Review, Critiques éclair, Cinéma, Comédie, Fantastique, Jeunesse, Aventure, Australie, Irlande

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusqu'à mi-janvier...

L'Apprenti Père Noël (2010) :

L'heure de la retraite approche pour le Père Noël (Benoît Allemane), mais celui-ci n'a guère envie de passer la main. Il doit cependant se résoudre à prendre sous son aile le petit Nicolas (Nathan Simony), un jeune orphelin souffrant de vertige, afin de le former au dur métier de distributeur nocturne de cadeaux...

Un petit film d'animation français (coproduit avec l'Irlande et l'Australie) assez mignon, servant de préquelle à la série du même nom, et qui bénéficie vraiment de son trait classique mais efficace, et de son ambiance assez douce et poétique.

Alors certes, ça ne révolutionnera rien sur le fond : le script est assez convenu, parfois assez manichéen ou épisodique, et l'arrestation du Père Noël, à moins de 10 minutes de la fin, semble un peu bâclée ; et le doublage, s'il bénéficie de la présence de noms connus (Line Renaud, Isabelle Mergault, Lorant Deutsch, Pef, Benoît Allemane, Bruno Salomone, Julie Gayet et même Jean-Pierre Marielle), reste parfois inégal.

Mais dans l'ensemble, ce métrage animé s'avère un bon divertissement familial, notamment pour les plus jeunes.

4/6

(film déjà passé en revue en ces pages de manière plus superficielle en 2013)

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 40 - L'Amour revient toujours à Noël (2020)

Publié le 19 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymes, c'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusqu'à mi-janvier...

L'Amour revient toujours à Noël (Time for Us to Come Home for Christmas - 2020) :

Parce qu'ils ont tous reçu une mystérieuse invitation à un séjour gratuit à la Snowfall Inn, cinq inconnus se retrouvent sur place à l'approche des fêtes de Noël, et apprennent à se connaître : Karen (Lini Evans), une institutrice divorcée, Ted (Peter Kelamis), qu'elle a brièvement fréquenté trente-cinq ans plus tôt, Jasper (Leon), un musicien veuf, Owen (Doron Bell), un père divorcé peinant à s'occuper de sa fille adolescente (Vienna Leacock), et Sarah (Lacey Chabert), une avocate au grand cœur qui, avec l'aide de Ben (Stephen Huszar), le propriétaire de l'hôtel, va tenter de percer le mystère de ces invitations anonymes...

Un téléfilm Hallmark Movies & Mysteries qui se veut un nouveau volet de l'anthologie inspirée des chansons de Blake Shelton, laquelle a donné lieu, par le passé, à À la maison pour Noël et au Fabuleux bal des neiges.

Ici, le lien avec la chanson de Shelton est ultra-ténu, pour ne pas dire inexistant (dans cette histoire, personne ne revient à la maison pour Noël), mais ce téléfilm assez discret, à l'énergie et au rythme modérés, correspond pour une fois pleinement à sa chaîne de diffusion : plus sérieux, plus "mystérieux", plus sincère, moins de romance (même si les clichés sont toujours là, entre les montages enthousiastes, les activités festives qui s'enchaînent, le profil de Ben - ancien trader reconvertir dans quelque chose de plus honorable, blablabla) mais une interprétation inégale des différents personnages (Chabert, notamment, s'est alignée sur l'énergie globale du film, et est assez effacée).

Ce n'est pas désagréable à suivre, le postulat de départ est intéressant (en plissant un peu les yeux, ça ressemblerait presque un peu à un Agatha Christie), mais bon dans l'ensemble, le tout est cousu de fil blanc, et le spectateur a trop rapidement dix longueurs d'avance sur les tenants et aboutissants du récit.

3/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 39 - The Christmas Setup (2020)

Publié le 19 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Comédie, Lifetime, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusqu'à mi-janvier...

The Christmas Setup (2020) :

Avocat new-yorkais de retour dans sa bourgade natale pour aider sa mère Kate (Fran Drescher) à préparer Noël, Hugo (Ben Lewis) tombe sous le charme de Patrick (Blake Lee), livreur de sapins qu'il connaît depuis le lycée. Mais la carrière d'Hugo est en plein essor, et risque bien de mettre des bâtons dans les roues de cette relation naissante...

Une rom-com Lifetime qui fait date, puisqu'elle présente la romance d'un couple gay (marié IRL), sans qu'il soit relégué au second plan, ou serve de faire-valoir à un couple hétéro plus classique. Mieux encore, contrairement à Happiest Season, par exemple, l'homosexualité des protagonistes n'est jamais le sujet du film, source de conflits ou obstacle à leur bonheur : elle est tout à fait normale, acceptée par tout le monde, et on a même droit à un passage dans un club avec une drag queen, histoire de bien insister sur le changement de paradigme.

Honnêtement, ça fonctionne assez bien, aidé par l'alchimie naturelle du couple principal, par l'exubérance de Fran Drescher (qui en fait trois tonnes), par la malice d'Ellen Wong (dans le rôle de la meilleure copine ethnique du protagoniste, qui a droit, comme il se doit dans ce type de film, à une romance secondaire développée en partie hors-champ), et la bonne humeur générale du tout (les dialogues sont parfois chargés en sous-entendus, et le métrage reste ludique et décontracté).

Après, ça reste un métrage qui adhère totalement aux clichés et au cahier des charges habituel des téléfilms de Noël de ce type ; la seule différence, ici, c'est la nature LGBTQ du couple principal, qui passe par toutes les étapes génériques des métrages de ce genre, notamment le sauvetage d'un établissement local historique, la promotion de dernière minute engendrant un conflit, les montages musicaux, etc.

En parlant de ce dernier point, d'ailleurs, c'est probablement la faiblesse principale du métrage : son illustration musicale parfois envahissante, qui gêne plutôt qu'elle n'accompagne les images. Ainsi qu'un petit côté un peu cheap dans les décors et la mise en images.

Mais dans l'ensemble, c'est un joli pas en avant pour la cause, et ça s'est fait de manière totalement naturelle et sympathique.

3.75/6

(reste à voir si Dashing in December, téléfilm diffusé le même jour sur Paramount Network, et racontant une histoire très similaire, mais chez les cowboys, sera aussi réussi - si tant est qu'il parvienne jusqu'à moi)

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 38 - Christmas in Evergreen 4 : Bells Are Ringing (2020)

Publié le 18 Décembre 2020 par Lurdo dans Cinéma, Christmas, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, Hallmark, Fantastique

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymes, c'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusqu'à mi-janvier...

Christmas in Evergreen 4 - Bells Are Ringing (2020) :

Alors que le mariage de Michelle (Holly Robinson Peete), la mairesse d'Evergreen, approche à grands pas, celle-ci tente de trouver quelqu'un pour s'occuper du musée de la ville, à l'ouverture imminente. Toujours à la recherche d'une direction à donner à sa vie, Hannah (Rukiya Bernard) se propose alors, au grand dam de son compagnon (Antonio Cayonne), aux ambitions professionnelles différentes, et qui trouve qu'Hannah s'éparpille déjà beaucoup trop...

La formule est désormais bien rodée, avec ce quatrième volet de la série des Christmas in Evergreen : il y avait le premier volet, Un Festival pour Noël, assez moyen et avec Ashley Williams en vedette ; le second volet, La Clé d'un Noël réussi, encore moins marquant, avec une Jill Wagner à l'enthousiasme un peu trop forcé ; un troisième épisode, Le Calendrier secret de Noël, avec Maggie Lawson, un volet un peu maladroit, mais paradoxalement le plus attachant du lot.

Et donc, dans ces trois téléfilms Hallmark, deux personnages secondaires récurrents : Michelle (Holly Robinson Peete), la mairesse de la ville d'Evergreen, et Hannah (Rukiya Bernard), qui devient ici le personnage principal du récit (et ce malgré la présence plus imposante de Peete et de son partenaire sur l'affiche du métrage).

Ce qui devrait être une bonne nouvelle, puisque cette actrice est attachante et naturelle... malheureusement, force est de constater que cet Evergreen 4 s'éparpille un peu, à l'image de son héroïne.

L'intention de la production était claire : deux intrigues parallèles mettant en vedette des personnages afro-américains, écrits par une co-scénariste elle aussi afro-américaine - autrement dit, faire de cet Evergreen 4 l'un des métrages représentatifs de la nouvelle direction de la chaîne, une direction ethniquement diverse et pluraliste.

Et pourquoi pas. Mais pour cela, il aurait fallu un scénario plus fort. Déjà, exit le schéma habituel de la romance qui se noue au fil du récit : les deux couples principaux sont déjà établis, et privé de cette tension romantique habituelle, le script semble se chercher.

Ici, on a Hannah confrontée à un Scrooge en puissance et à des jumelles excentriques ; là, les caméos habituels de certains des personnages récurrents de la série (Ashley Williams et Barbara Niven, oui, Jill Wagner ou les acteurs du troisième film, non) ; ailleurs, le mariage de Michelle, sa sœur, son père et son compagnon coincé à l'autre bout du pays pour cause de COVID mauvais temps (il passe tout le film à intervenir via Skype) ; sans oublier les histoires de couple d'Hannah, le chœur de la ville, etc...

En résulte un récit global qui manque un peu de cohésion et de point focal. Rien de vraiment rédhibitoire, d'autant que le film conserve, globalement, un capital sympathie et une petite touche de fantastique agréables, mais on sent clairement que la production a été plus chaotique que prévue, ce qui a probablement mené à des réécritures de dernière minute - tout ce qui a trait à Michelle est, pour faire simple, sous-développé et peu intéressant, et même le conflit principal, au cœur du récit, est un peu léger.

Bref, une cuvée plus faible que la précédente, ce qui est bien dommage pour Rukiya Bernard.

3/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 37 - Il était une fois Noël à Castle Creek (2020)

Publié le 18 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Lifetime, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, Noël

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymes, c'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusqu'à mi-janvier...

Il était une fois Noël à Castle Creek (Once Upon a Main Street - 2020) :

Amelia (Vanessa Lachey) a prévu d'ouvrir une boutique de Noël permanente dans un local qu'elle vient de trouver, mais Vic (Ryan McPartlin), lui, n'est pas décidé à lui céder l'emplacement, où il veut installer une confiserie-chocolaterie. Tous deux partent alors pour la ville voisine, où vit Elder Dubois (Patrick Duffy), le propriétaire des lieux, afin de tenter de le convaincre de vendre à l'une ou à l'autre. Et pour y parvenir, les deux rivaux sont prêts à tout, même à s'occuper ensemble de l'organisation d'un festival de Noël local...

Encore un téléfilm Lifetime, encore un semi-ratage. Cette année, la chaîne a beaucoup de mal, et c'est d'autant plus frustrant ici que le couple principal est sympathique : les deux acteurs sont naturellement attachants, et ils auraient pu avoir une excellente alchimie dans un récit mieux construit.

Mais non, ici, le scénariste a décidé qu'il serait plus amusant, pour ses acteurs, de passer une grosse demi-heure de film à se tirer dans les pattes et à s'envoyer des vacheries à la tête : cette caractérisation puérile, mesquine et ultra-compétitive rend les deux personnages plutôt antipathiques, et le métrage ne s'en remettra pas ensuite.

Pourtant, peu de temps après l'apparition de Patrick Duffy en vieil homme déprimé, au bout d'une grosse demi-heure, l'antagonisme d'Amelia et de Vic s'évapore soudain, et leur relation commence alors à prendre le chemin d'une romance plus classique.

Mais à ce niveau du récit (la moitié, environ), difficile de se raccrocher vraiment aux wagons, d'autant que le gros de l'intrigue souffre d'un même manque de subtilité : Rowena, la potière excentrique et arrogante, est bien moins drôle que ne semble le penser le script, et dans l'ensemble, le film souffre d'une direction artistique un peu outrancière.

Entre les litres de fausse neige déversés sur des extérieurs particulièrement ensoleillés, et les intérieurs où un fabricant de décorations de Noël semble s'être installé tant tout est couvert de lumières et de clinquant du sol au plafond, le visuel ne convainc pas beaucoup plus que le script et ses idées bancales (ouvrir une boutique de Noël permanente - ou une chocolaterie - dans un bled paumé est loin d'être particulièrement plausible ou raisonnable, et l'idée même de la compétition/du festival est un peu brinquebalante).

Après, ce n'est pas un désastre pour autant : une fois les 40 premières minutes passées, Lachey et McPartlin fonctionnent bien ensemble, le gimmick du baiser interrompu est amusant, et le récit n'est pas pire que la moyenne des rom-coms du genre. Mais il faut passer les 40 premières minutes... et personnellement, elles m'ont gentiment rebuté.

2.25/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 36 - Christmas Waltz (2020)

Publié le 17 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

Christmas Waltz (2020) : 

Avocate new-yorkaise ambitieuse, Avery (Lacey Chabert) prépare son mariage, lorsque tout s'écroule. Soudainement célibataire, Avery choisit alors de ne pas annuler les leçons de danse de salon qu'elle avait réservée pour le mariage, motivée en ce choix par Roman (Will Kemp), le séduisant professeur qui dirige le studio...

Un duo principal déjà repéré dans Amour, romance et chocolat et dont l'excellente alchimie (ainsi que la danse, si l'on est friand de ce genre de danse de salon) fait l'essentiel de l'intérêt de ce téléfilm Hallmark assez générique.

Le script ne se fera ainsi pas remarquer par son originalité : l'essentiel des clichés est là, depuis le fiancé jaloux jusqu'à la meilleure copine afro-américaine, en passant par l'héroïne carriériste mais qui a des aspirations artistiques enfouie au plus profond de son âme... bref : c'est ultra-classique, pas forcément palpitant, mais Lacey Chabert est dynamique et particulièrement motivée (on devine que Hallmark a fait ce métrage sur mesure pour elle, probablement parce qu'elle prenait alors des cours de danse IRL), et face à elle, Will Kemp, danseur de formation, assure les chorégraphies avec un côté flegme british au sens de la répartie bien éprouvé.

Et puis le film se permet même un petit hommage aux classiques, avec un bref numéro de danse dans la rue, ce qui fait toujours plaisir.

3.5/6 pour moi, probablement un peu plus si l'on est un assidu de Danse avec les stars.

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 35 - Un Noël qui vient du cœur (2020)

Publié le 17 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Lifetime, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, Canada

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

Un Noël qui vient du cœur (The Santa Squad - 2020) :

Au chômage, Allie (Rebecca Dalton) rejoint la Santa Squad de son ami Tony (Chris Sandiford), et accepte d'aider un riche veuf, Gordon (Aaron Ashmore) à s'occuper de ses deux filles, qu'il délaisse un peu trop à l'approche des fêtes de Noël. Rapidement, la jeune femme va alors transformer le quotidien de Gordon et de ses filles...

Un téléfilm canadien acheté et diffusé par Lifetime, et qui (les spectateurs les plus assidus l'auront remarqué en lisant le résumé du film) s'avère particulièrement dérivatif, à mi-chemin entre les téléfilms royaux de Hallmark (la jeune femme au chômage qui devient la gouvernante d'un prince ou d'un roi, et bouleverse la vie de ce dernier, c'est Une Couronne pour Noël, entre autres) et Une Nounou pour Noël : autrement dit, des clichés à gogo, des passages obligés artificiels (la dispute dans la dernière ligne droite est à ce titre assez forcée), des fillettes précoces (à l'interprétation inégale), une rivale bitchy (très prestement évacuée) et un téléfilm qui ronronne rapidement...

C'est bien dommage, parce que les premiers instants du métrage laissaient présager de quelque chose d'un peu plus léger et excentrique : le meilleur ami est mémorable, la romance secondaire entre les deux pensionnaires de la maison de retraite est sympathique, le majordome britannique idem (bien que sous-exploité), et le couple principal a une très bonne alchimie, entre Ashmore qui vieillit très bien, et Dalton qui, après des seconds rôles dans Un Noël (presque) parfait et Mariage sous la neige, confirme qu'elle fait une protagoniste plutôt attachante.

Et puis il y a une certaine décontraction dans les scènes de famille et dans les dialogues, qui fait regretter que le métrage ne s'affranchisse pas plus des carcans du genre.

En l'état, c'est tout à fait regardable, reposant sur le capital sympathie du couple vedette, et surtout si l'on n'a jamais vu les autres films du même genre... mais c'est bien l'unique raison pour laquelle je mets la moyenne.

3/6 (mais ça ne le mérite pas nécessairement)

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 34 - Five Star Christmas (2020)

Publié le 16 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusqu'à mi-janvier...

Five Star Christmas (2020) :

Sans en avertir sa famille (Jay Brazeau, Grace Beedie, Blair Penner, Barbara Patrick, Paula Shaw), Ted Ralston (Robert WIsden) a transformé la luxueuse demeure familiale en bed & breakfast, mais sans parvenir à la rentabiliser. À l'occasion des fêtes de fin d'année, sa fille aînée, Lucy (Bethany Joy Lenz) apprend qu'une célèbre critique hôtelière (dont l'identité réelle est inconnue) est de passage dans la région : vient alors le moment pour les Ralston de se faire passer pour les employés du B&B, afin de faire croire aux deux clients de passage (Victor Webster, Laura Soltis) que l'hôtel fonctionne à plein régime...

Tiens, une bonne surprise, pour ce métrage qui joue la carte de la farce familiale et du film collectif, et se démarque ainsi nettement du tout-venant de la saison Hallmark.

Et pourtant, ça ne partait pas forcément d'un très bon pied, avec une Bethany Joy Lenz comme souvent écrite comme volontaire, autoritaire, curieuse et ultra-compétitive : une personnalité assez abrasive, qui rend les premiers instants de ce métrage assez agaçants. Et puis, progressivement, malgré un manque de charisme chez certains membres de la famille Ralston, malgré quelques grosses ficelles, et malgré un Victor Webster empâté, la mayonnaise finit par prendre.

Ce n'est jamais suffisamment dynamique, drôle ou rythmé pour vraiment totalement fonctionner en tant que farce, jamais suffisamment subtil pour que les rebondissements surprennent ou que les sous-intrigues soient vraiment efficaces (la grossesse, les études de la plus jeune), mais dans l'ensemble, le tout est assez rafraîchissant, relativement original (le mot-clé étant "relativement"), et finalement assez mémorable en comparaison du reste de la saison.

4 - 0.25 pour la caractérisation de BJL = 3.75/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 33 - Cup of Cheer (2020)

Publié le 16 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Noël, Review, Romance, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

Cup of Cheer (2020) :

Mary (Storm Steenson), journaliste citadine, est envoyée pour Noël à Snowy Heights, sa ville natale, pour y écrire un article sur l'esprit festif qui y règne. Sur place, elle rencontre Chris (Alexander Oliver), propriétaire d'une boutique de chocolat chaud dans la tourmente. Mary décide alors d'aider Chris à sauver sa boutique... et Noël.

Un film indépendant canadien qui se veut une parodie de toutes les comédies romantiques festives Hallmark et compagnie, mais qui malheureusement, se rapproche plus du travail de Friedberg et Seltzer sur les XXXXX Movie que des ZAZ ou de Mel Brooks.

Car si certains moments ou certaines références feront sourire les habitués de tels téléfilms, le tout est clairement le produit d'un jeune réalisateur-scénariste vingtenaire, entouré de potes, et sans personne pour recadrer la production.

Résultat : Cup of Cheer est un gros bordel immature, absurde, graveleux, scatologique, cynique, très souvent laborieux, et franchement mal rythmé, malgré ses 90 minutes à peine.

Tout le monde agit de manière débile, les gags tombent à plat, les scènes durent trop longtemps, et dans l'ensemble, le film donne vraiment l'impression d'une production approximative, qui se croit bien plus mordante et hilarante qu'elle ne l'est vraiment.

1.25/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 32 - Christmas by Starlight (2020)

Publié le 15 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, Hallmark

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusqu'à mi-janvier...

Christmas by Starlight (2020) :

Parce qu'un développeur immobilier a prévu de démolir le café de ses parents, Annie (Kimberly Sustad), avocate, décide d'aller le rencontrer, pour tenter de le faire changer d'avis. Sur place, elle fait la connaissance de William Holt (Paul Campbell), le fils du développeur, un homme nonchalant et sarcastique qui ne semble pas vraiment passionné par son travail au sein de l'entreprise familiale : il accepte alors d'aider Annie, à condition que celle-ci lui serve d'avocate pendant quelques jours, le temps de régler quelques affaires...

Encore une histoire de petite ville qui dépérit, de méchant développeur immobilier qui veut y imposer sa loi, de petite entreprise à sauver juste avant Noël, de fête à organiser au dernier moment, etc... mais ici, ça fonctionne.

Probablement parce que cette comédie romantique Hallmark est écrite par ses deux acteurs principaux, des acteurs principaux qui se connaissent bien (cf Noël, romance et coïncidences, entre autres), qui s'entendent bien, et ont donc une excellente alchimie, assez dynamique et impertinente.

Résultat : tous les clichés du genre passent comme une lettre à la poste, portés par un rythme assez primesautier et par un ton jamais trop sérieux. Après, ça reste une rom-com Hallmark assez classique (malgré son couple de personnages secondaires gays), donc rien d'exceptionnel à se mettre sous la dent, mais la bonne humeur, la décontraction, le naturel et le sens de l'humour de tout le monde rendent ce Christmas by Starlight clairement sympathique.

3.75/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 31 - La Course au jouet (1996)

Publié le 15 Décembre 2020 par Lurdo dans Action, Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Jeunesse, Noël, Review, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

La Course au jouet (Jingle all the Way - 1996) :

Pour avoir trop délaissé sa famille à l'approche de Noël, au profit de son travail, Howard Langston (Arnold Schwarzenegger) se lance dans une course effrénée pour mettre la main sur un Turbo Man, le jouet à la mode que son fils Jamie (Jake Lloyd) a demandé pour Noël. Mais le jouet est introuvable, et, prêt à tout pour en dénicher un, Howard doit faire face à la concurrence d'un autre père de famille (Sinbad)...

Une comédie de Noël que l'on ne présente plus, mais que, bizarrement (et malgré le fait que je la connaisse presque par cœur après l'avoir regardée chaque année durant mon enfance), je n'avais jamais critiquée sur ce blog (j'avais passé la suite/remake en revue, par contre).

Et je dois dire qu'il m'est difficile d'analyser tout ça de manière objective... produit par Chris Colombus, La Course au jouet est une comédie parfois un peu approximative, notamment visuellement parlant : la réalisation de Brian Levant est parfois assez laide, la fausse neige en arrière-plan se remarque parfois un peu trop, le surjeu délibéré de certains personnages secondaires est inutile, l'interprétation de Jake Lloyd est ce qu'elle est, et le mélange satire/slapstick pataud est un peu laborieux, avec des personnages aux réactions et aux motivations assez discutables...

Mais ce n'est pas non plus aussi mauvais que la critique veut bien le dire, encore aujourd'hui : le film a bon fond, il est rythmé, on ne s'ennuie jamais, Schwarzy se donne à fond, et les seconds rôles sont plutôt efficaces : Robert Conrad, James Belushi, Phil Hartman, Rita Wilson...

Au final, il y a à boire et à manger dans ce "classique" de Noël, y compris en version rallongée pour la sortie dvd (joli passage chanté de Belushi, d'ailleurs) : ce n'est pas forcément excellent, mais en tant que film pour enfants, ça remplit son office.

3.75/6 avec un fort facteur nostalgie et guilty pleasure.

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 30 - Love, Lights, Hanukkah ! (2020)

Publié le 14 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Drame, Hallmark, Noël, Religion, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, Hanukkah

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymes, c'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest, et ce jusqu'à mi-janvier...

Love, Lights, Hanukkah ! (2020) :

Passionnée de Noël, Christina (Mia Kirshner) prépare son restaurant pour les fêtes de fin d'année, en mémoire de sa mère adoptive décédée, lorsqu'elle découvre, au détour d'un test ADN, qu'elle a des origines juives. Rapidement, elle se rapproche alors d'une famille qui s'avère être celle de sa mère biologique (Marilu Henner), et elle rencontre David (Ben Savage), un critique culinaire qui la prend sous son aile pour lui expliquer les traditions de leurs ancêtres...

Mouais. Le seul téléfilm de Hanoucca du line-up Hallmark, ce métrage aurait honnêtement eu plus sa place sur la chaîne Hallmark Movies & Mysteries que sur la chaîne principale : ici, en effet, tout est plus mélodramatique, ça larmoie beaucoup (Marilu Henner est en effet à fleur de peau, un bon niveau au dessus de tout le monde en matière d'intensité des émotions), et le point central du métrage est clairement plus la découverte des traditions et de l'héritage de Christina que sa romance tiède avec un Ben Savage manquant un peu de charisme.

C'est d'ailleurs le cas de toute la distribution masculine du téléfilm, assez transparente ; en face, les femmes s'en sortent mieux, même si l'on peut se demander si Kirshner était enceinte durant le tournage : dotée de formes et de joues bien rondes pendant les trois-quarts du film, elle semble les perdre, çà et là, le temps d'une scène ou deux, signe d'un tournage dans le désordre.

Rien de bien grave, en soi, si la production ne faisait pas tout son possible pour dissimuler ses rondeurs en la cadrant au dessus de la poitrine, en la couvrant plus que de mesure, et en appliquant un flou artistique sur chacun de ses gros plans...

Mais peu importe. Love, Lights, Hanukkah ! reste tout à fait regardable, malgré son écriture assez laborieuse par moments (les explications des traditions juives sont didactiques, toute la mise en place est assez improbable et précipitée), et a le mérite de changer un peu de la routine habituelle. Cela dit, c'est loin d'en faire un indispensable, surtout si l'on préfère ses téléfilms Hallmark plus légers et dynamiques.

3.25 - 0.25 pour le "Château Jean-Marc" (facepalm) = 3/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 29 - Ma belle-famille, Noël et moi (2020)

Publié le 14 Décembre 2020 par Lurdo dans Cinéma, Christmas, Comédie, Critiques éclair, Drame, Noël, Review, Romance, USA, Yulefest, Hulu

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

Ma belle-famille, Noël et moi (Happiest Season - 2020) :

Harper (Mackenzie Davis) et Abby (Kristen Stewart) forment un couple heureux et amoureux, jusqu'à ce que Harper invite sa compagne à passer les fêtes de Noël dans sa famille. Seul problème, qu'elle ne lui révèle qu'au dernier moment : la famille de Harper (Mary Steenburgen, Victor Garber, Alison Brie, Mary Holland) est très conservatrice, et n'est pas au courant de l'homosexualité de leur fille. Abby va donc devoir passer 5 jours en leur compagnie, en leur mentant constamment...

Une comédie dramatique Hulu, réalisée et co-écrite par Clea DuVall, et qui a fait son buzz au moment de sa sortie, pour être la première vraie comédie romantique grand public à mettre en scène un couple LGBTQ, qui plus est avec Kristen Stewart dans l'un des rôles principaux.

Le problème, en fait (et la raison principale de ma déception), c'est que (outre le fait que l'on pense tout de suite à d'autres films comme Esprit de Famille - que j'avais cordialement détesté à l'époque) le tout ne semble pas vraiment savoir sur quel pied danser : écrit à quatre mains par Clea DuVall et Mary Holland (qui interprète par ailleurs Jane, la sœur un peu idiote et nerdy de la famille Caldwell), le film tente de ménager la chèvre et le chou, et de combiner une rom-com sentimentale, une comédie de Noël déjantée et excentrique, et un drame sur un coming out impossible.

Il y a clairement deux écritures qui cohabitent ici tant bien que mal, avec un couple principal très premier degré et sincère, entouré de personnages secondaires nettement plus caricaturaux et sommairement écrits (le personnage de Mary Holland, notamment, mais aussi celui d'Alison Brie, la jalouse, de Dan Levy, le gay bff, les parents ou encore les deux jumeaux maléfiques... sans même parler des autres rôles secondaires).

Le résultat, c'est qu'on se trouve assez mitigé devant cette cohabitation un peu forcée de romance compliquée et de coming-out difficile, ponctuée de moments de comédie excentrique ; d'autant que finalement, la relation des deux protagonistes n'est que trop sommairement décrite (en images fixes durant le générique d'ouverture) pour vraiment convaincre.

Il y a ainsi nettement plus d'alchimie entre Stewart et Aubrey Plaza (dans le rôle de l'ex de Harper) qu'entre Stewart et Mackenzie Davis, qui n'assume tellement pas sa sexualité qu'elle en devient progressivement quasi-antipathique ; et ce n'est pas forcément son coming-out final à la fois forcé et puéril (en pleine dispute cartoonesque et brutale avec sa sœur) qui renverse la vapeur - même s'il est clairement écrit et conçu à cette fin.

Au final, si l'on peut saluer les intentions du métrage, s'il est au demeurant très bien interprété et si l'on ne s'ennuie jamais, Happiest Season reste tout de même assez frustrant, à l'image du personnage de Stewart qui subit pendant tout le film, avant que tout ne s'arrange de manière un peu trop facile.

3.5/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 28 - Heart of the Holidays (2020)

Publié le 13 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

Heart of the Holidays (2020) :

Tradeuse new-yorkaise aux dents longues, Sam (Vanessa Lengies) se retrouve à un carrefour professionnel inattendu, et retourne dans sa bourgade natale pour les fêtes de Noël. Là, elle tombe sur Noah (Corey Savier), son ex-petit-ami, dont elle s'est séparée en de mauvais termes...

Une rom-com Hallmark ultra-générique de bout en bout, avec tous les clichés du genre (l'héroïne carriériste, le petit-ami ambitieux, l'ex-petit-ami meurtri, la relation tendue qui évolue lentement vers une réconciliation, l'organisation d'un événement, la petite ville en crise, le montage musical, le retour du petit-ami à la dernière minute, etc), et que rien ne démarque du tout-venant de la chaîne.

Pourtant, la direction artistique n'est pas désagréable, Vanessa Lengies fait une héroïne dynamique et expressive, la meilleure copine enceinte est amusante, et si les obstacles de la relation Sam/Noah sont banals au possible, la "rivale" de Sam est une jeune femme asiatique (diversité !) plutôt naturelle, qui ferait une protagoniste de comédie romantique intéressante (ici, elle finit par disparaître du récit après quelques scènes).

Mais globalement, le tout est particulièrement quelconque, parfois assez bancal (l'interprétation de la mère de l'héroïne, notamment) et aussi vite vu, aussi vite oublié.

2.5/6 

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 27 - Dolly Parton : C'est Noël chez nous (2020)

Publié le 13 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Netflix, Musique, Noël, Review, Télévision, USA, Yulefest, Religion

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

Dolly Parton : C'est Noël chez nous (Dolly Parton's Christmas on the Square - 2020) :

Sous l'œil mécontent d'Angel (Dolly Parton), un ange, Regina Fuller (Christine Baranski) hérite des titres de propriété de toute la ville de Fullerville, et décide prestement d'en expulser tous les habitants pour remplacer la bourgade par un centre commercial. Mais c'est sans compter sur la solidarité de ses concitoyens, bien décidés à ne pas se laisser faire...

Il faut être honnête : le premier quart d'heure de cette comédie musicale Netflix est une véritable épreuve.

Immédiatement, le film attaque le spectateur de toutes parts, en lui assénant un numéro d'ensemble qui pose toutes les bases du projet : un croisement de téléfilm ABC/NBC des années 80 (avec bons sentiments à tout va, anges gardiens, mélodrame larmoyant, etc), de comédie musicale ultra-datée (avec chansons approximatives, chorégraphies basiques, etc), et récits de Noël très dérivatifs (c'est assumé, mais ce métrage est clairement un assemblage de La Vie est belle de Capra, et du Chant de Noël de Dickens).

Le premier quart d'heure, donc, est un calvaire, avec sa réalisation plate et télévisuelle, ses décors façon Stars Hollow du pauvre, son éclairage trop lumineux, et sa chanson-titre insipide, au play-back bancal.

Heureusement, ensuite, à mesure que l'histoire progresse, le métrage trouve un semblant de rythme de croisière : c'est toujours relativement ringard et bancal, parfois bien trop forcé (l'accident de la fillette, et tout ce qui s'ensuit) mais ponctuellement, ça fonctionne à peu près, comme lors de la première chanson de Treat Williams.

Et rapidement, l'on réalise que la plupart des chansons du film (toutes composées par Dolly Parton) ne fonctionnent pas réellement en tant que chansons de comédie musicale. C'est d'autant plus frappant dans le générique de fin, durant lequel Dolly reprend l'un des morceaux collectifs du film : tout de suite, ça sonne comme une ballade country plaisante, alors que, chanté par tous les protagonistes, ça ressemblait plus à un gloubiboulga infâme et kitschouille.

Bref : ce Dolly Parton - Christmas on the Square ne plaira clairement pas à tout le monde, voire même, il ne plaira qu'à un public très restreint, une niche qui adorera probablement la proposition rétro-musicale de la star de la country, tandis que le reste des spectateurs, lui, sera certainement plus dubitatif.

Par conséquent, difficile de noter le tout objectivement.

WTF/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 26 - The Christmas House (2020)

Publié le 12 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

The Christmas House (2020) :

Star d'un show télévisé, Mike (Robert Buckley) apprend juste avant Noël que sa série est annulée, alors même qu'il rentre passer les fêtes en famille ; pour ne rien arranger, il découvre alors que ses parents (Sharon Lawrence, Treat Williams) sont en froid, envisageant de se séparer et de vendre la maison familiale, autrefois surnommée la Maison de Noël pour ses décorations spectaculaires en fin d'année. Avec son frère (Jonathan Bennett), le compagnon de ce dernier, ses parents et une amie d'enfance, Andi (Ana Ayora), Mike décide alors de redonner une dernière fois à la maison ses couleurs d'antan...

Un téléfilm Hallmark boycotté par toutes les rombières américaines, indignées à l'idée qu'un couple homosexuel soit au nombre des personnages d'un métrage de leur chaîne préférée ; pourtant, ce n'est pas comme si le couple de Jonathan Bennett avait une importance capitale dans le métrage, ou même était en tête d'affiche.

Non, ce téléfilm, écrit par Robert Buckley, est un film pseudo-collégial, qui reste tout de même centré sur le personnage principal qu'il interprète : les problèmes de couple des parents du protagoniste et les désirs d'adoption de son frère gay sont des sous-intrigues certes plus développées que la moyenne, mais qui passent au second plan de la romance et de la carrière de Buckley.

Ce qui aurait pu s'avérer frustrant, si le ton global n'était pas lui aussi un peu plus décontracté que la moyenne : Buckley avait clairement envie de s'amuser, et il a donné à son personnage 1) un rôle cabotin à la télévision, 2) un passé tragique... d'apprenti-illusionniste (avec flashbacks mis en image de manière risiblement nostalgique - flou artistique à l'écran - et passages WTF dans la boutique de magie) et 3) une rivalité fraternelle assez rigolote et infantile avec son frère.

Résultat : The Christmas House est plutôt léger et agréable à suivre, malgré quelques moments mélodramatiques, et un casting inégal (toute la famille de Mike est très bien choisie, mais tant le compagnon de Bennett que l'objet des affections de Mike - une latina, pour le quota diversité ^^ - sont particulièrement ternes et insipides, ce qui n'aide pas à se passionner pour ces relations).

Rien d'exceptionnel, mais sympathique à suivre.

3.75/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 25 - Elfland (2019)

Publié le 12 Décembre 2020 par Lurdo dans Animation, Christmas, Comédie, Cinéma, Critiques éclair, Fantastique, Jeunesse, Noël, Review, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

Elfland (2019) :

Grumper, un lutin ronchon, a dérobé le traîneau du Père Noël. Jingle, Bingle, Tingle, Dorabelle et Cheer, cinq lutins volontaires, décident alors de mener l'enquête...

J'avoue : je me suis fait encore avoir. Je suis tombé un peu par hasard sur cet Elfland, et au vu de sa jaquette et de sa durée limitée de moins de 70 minutes, je me suis dit "pourquoi pas ?". Et puis dès les premières images, avec un décor et des personnages fixes, une animation labiale sommaire et un doublage amateur, j'ai commencé à avoir des flashbacks traumatiques de The Halloween Family.

J'ai continué, mais chaque instant qui passait me confortait dans mon intuition. Et effectivement, à la fin de ce métrage d'animation ultra-laborieux, bavard et inintéressant (avec des champignons qui parlent, un pseudo-Groot et un pseudo-Jack O'Lantern), j'ai eu la confirmation de mes peurs : cet Elfland approximatif et bâclé était bien le résultat des "efforts" de WowNow Entertainment, sorte d'équivalent de The Asylum et de ses mockbusters, mais dans le domaine de l'animation pour enfants - des "films" produits à la va-vite à l'étranger, recyclant doubleurs, effets sonores, ressources visuelles, etc, et confiées à des talents de dernière zone, pour une sortie précipitée et opportuniste.

En bref, c'est de la m*rde.

1/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 24 - A Godwink Christmas 3 : Second Chance, First Love (2020)

Publié le 11 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Comédie, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, Fantastique, Religion

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

A Godwink Christmas 3 - Second Chance, First Love (2020) :

Divorcé et au chômage depuis peu, Pat (Sam Page) retourne à Boise avec ses deux fils, pour y retrouver sa mère et passer ensemble les fêtes de fin d'année. Mais sur place, il retombe sur Margie (Brooke D'Orsay), sa petite-amie de lycée, pour qui il a toujours des sentiments...

Nouveau volet de cette anthologie Hallmark adaptée d'une série de livres reposant sur un gimmick, celui des "Godwinks", ces coïncidences improbables qui sont "un signe divin" et qui guident les protagonistes vers le bonheur. Après avoir vu le premier en 2018, j'avais fait l'impasse sur le second téléfilm de la série (intitulé Le fabuleux destin de Noël), faute d'acteurs motivants.

Ici, ce problème ne se pose pas, Brooke D'Orsay et Sam Page sont des valeurs sûres, dont l'alchimie est naturelle et efficace. On ne peut cependant pas en dire autant du reste du film, une romance basique qui ronronne beaucoup, privée de véritables rebondissements, ou d'une intrigue de fond, et victime de "godwinks" affreusement surlignés par un carillon céleste superposé sur la bande son.

Pour ne rien arranger, le casting est assez inégal : si le duo principal, les enfants ou la grand-mère sont sympathiques, le compagnon habituel de Margie ou les deux adolescents choisis pour le flashback peinent à convaincre.

Et puis il y a cette conclusion en voix-off, sur les "véritables" Margie et Pat, une conclusion qui arrive comme un cheveu sur la soupe tant le couple contraste avec les acteurs choisis pour le représenter.

En somme, un téléfilm assez quelconque, qui n'atteint la moyenne que par le capital sympathie de ses personnages principaux, et parce que çà et là, on y trouve quelques notions pas désagréables (j'ai notamment apprécié que Pat et son ex-femme soient toujours en de bons termes, et que celle-ci soit présente le matin de Noël, sans que cela ne suscite la moindre jalousie).

3/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 23 - Christmas on the Vine (2020)

Publié le 11 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Lifetime, Noël, Review, Romance, Yulefest, USA, Télévision

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

Christmas on the Vine (2020) :

Jeune cadre en marketing à Seattle, Brooke (Julianna Guill) va passer les fêtes de fin d'année dans sa petite ville natale, afin d'y aider un vignoble local en perte de vitesse. Là, elle rencontre Tyler (Jon Cor), le séduisant fils de la propriétaire, avec qui elle fait équipe pour redonner un goût de fête au vignoble et le sauver d'une businesswoman aux dents longues voulant racheter tout le secteur...

Aïe. Un téléfilm Lifetime qui a tous les passages obligés des roms-coms de type Hallmark (l'histoire globale, l'entreprise familiale à sauver, le festival de Noël à organiser, la jeune femme de la ville qui retombe sous le charme de la ruralité de son enfance, le quiproquo forcé du dernier quart d'heure, blablabla...) et qui se déroule en pilotage automatique, avec un couple principal peu probant : Julianna Guill (pourtant habituellement sympathique) est en mode enthousiasme ultra-exagéré et sourire constant (un peu la même critique que celle souvent faite à Ashley Williams par ses détractrices, mais en plus artificiel encore ici), et Jon Cor est assez quelconque, en plus d'être affublé d'une coupe de cheveux cache-misère assez peu flatteuse.

Et puis il y a cette thématique du vin, de l'œnologie et de l'héroïne qui sauve le vignoble en créant des vins au goût d'ourson gélifié... difficile de trouver quelque chose qui me parle moins.

Bref, je n'ai pas du tout accroché tant le tout est ultra-générique.

2.25/6 (dont 0.25 pour les paysages -vraiment - enneigés)

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 22 - L'Homme au pull de Noël (2020)

Publié le 10 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

L'Homme au pull de Noël (Never Kiss a Man in a Christmas Sweater - 2020) :

Mère divorcée, Maggie O'Donnell (Ashley Williams) se prépare à passer les fêtes de Noël seule, jusqu'à ce qu'elle soit impliquée dans un accident avec Lucas (Niall Matter). Pour s'excuser et dépanner ce dernier, elle lui propose de loger un temps chez elle, mais rapidement, le duo se rapproche, alors qu'il travaille de concert sur un projet caritatif...

Mouais. Le titre de ce métrage (adapté d'un livre) promettait quelque chose de décalé et de léger, tout comme la présence à la distribution d'Ashley Williams et de Niall Matter, et le fait que la protagoniste soit divorcée (et non veuve) changeait un peu du tout venant habituel... et puis non.

Assez plat, générique, ce métrage marche dans les plates-bandes habituelles de la chaîne, manquant clairement d'une touche de folie et d'énergie pour compenser sa sous-intrigue pro-armée américaine, comme Hallmark aime en produire plusieurs par saison.

Peut-être plus gênant, pendant la grande majorité du métrage, la relation Maggie/Lucas ressemble plus à une amitié complice qu'à une romance naissante. Et puis quand arrive le quiproquo final, assez artificiel, et son montage musical sur fond de musique triste, le tout finit par agacer.

Bon gros bof.

2.5/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 21 - Christmas on Wheels (2020)

Publié le 10 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Lifetime, Noël, Review, Romance, Télévision, USA, Yulefest, Fantastique

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

Christmas on Wheels (2020) :

Spécialiste en vente aux enchères de Noël, Ashley (Tiya Sircar) apprend un beau jour que la décapotable de sa mère décédée a été revendue par son oncle, avec l'aide de Duncan (Michael Xavier), un séduisant antiquaire. Bien décidée à récupérer le véhicule, les souvenirs et les traditions festives qu'elle lui a associés, Ashley fait alors équipe avec Duncan pour retrouver la voiture et redonner vie à l'esprit de Noël...

Hmmmoui. Je ne sais vraiment pas quoi dire au sujet de ce téléfilm Lifetime... aussitôt vu, aussitôt oublié, malgré un métrage qui a pourtant un couple principal sympathique (Tiya Sircar toujours agréable à suivre, Xavier et sa décontraction efficace) et un postulat original.

Mais j'ignore si c'est l'écriture (avec des dialogues très plats, didactiques et les clichés habituels du genre), le rythme, le choix de la distribution secondaire (la meilleure copine blonde insipide), le tournage très ensoleillé, ou le manque d'attention aux détails et à la vraisemblance de la production (c'est l'hiver, il y a de la "neige", mais Sircar passe tout le film sur son 31, en mode fashion, la veste ouverte, en petit pull décolleté, jupe et/ou pantalon moulants et en bottines à talons hauts, même lorsqu'elle nettoie ou répare sa vieille voiture, allongée par terre), une chose est sûre : je n'ai pas du tout accroché.

Peut-être que je n'étais tout simplement pas d'humeur... mais même les quelques pointes de magie de Noël (avec la voiture "enchantée") ne m'ont pas sorti de ma torpeur.

2.25/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Christmas Yulefest 2020 - 20 - Holly & Ivy (2020)

Publié le 9 Décembre 2020 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Drame, Hallmark, Noël, Romance, Review, Télévision, USA, Yulefest

Noël est en chemin : chez les Téléphages Anonymesc'est l'heure du marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefestet ce jusqu'à mi-janvier...

Holly & Ivy (2020) :

Apprentie bibliothécaire, Melody (Janel Parrish) s'installe dans une maison en piteux état, qu'elle compte bien rénover. Rapidement, elle fait la connaissance de sa voisine, Nina (Marisol Nichols), et de ses deux filles adorables, ainsi que d'Adam (Jeremy Jordan), un séduisant ouvrier local. Mais bien vite, Melody réalise que Nina est malade, et elle se propose pour s'occuper des fillettes...

Encore un téléfilm Hallmark Movies & Mysteries à tendance larmoyante, signé de la plume de la scénariste de On the 12th Date of Christmas, et qui, ici aussi, s'avère une bonne surprise : oui, c'est du mélodrame, avec une mère malade et des fillettes qui finissent orphelines (ce n'est pas un spoiler), mais le tout est plutôt bien mené, avec une touche de diversité (héroïne hawaïenne, voisine latina, etc) discrète, une romance en filigrane, un chien adorable, deux fillettes naturelles, et une jolie histoire d'amitié féminine.

Ce n'est pas parfait - vers la fin, on sent que le script a été un peu condensé, notamment dans le saut temporel d'un an qui esquive volontairement la mort du personnage de Nina pour se conclure de manière un peu précipitée, mais dans l'ensemble, Holly & Ivy est un téléfilm sincère et touchant, qui ne succombe jamais vraiment aux clichés habituels de la chaîne.

4/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>