Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #television catégorie

Christmas Yulefest 2015 - 67 - L'Escapade de Noël (2015)

Publié le 23 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Télévision, Hallmark, Comédie, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

L'Escapade de Noël (A Christmas Detour) :

Sur le point de prendre un avion afin de rejoindre son fiancé à l'autre bout du pays pour Noël, Paige (Candace Cameron Bure) est rapidement prise au piège par les éléments dans l'aéroport, en compagnie de Dylan, un gérant de bar cynique et sarcastique (Paul Greene), et d'un couple marié, Maxine et Frank Harper (Sarah Strange et David Lewis), qui ont perdu la flamme de la passion. Afin de ne pas rester coincés là, tous quatre montent dans une voiture de location, et prennent la route dans la tempête... jusqu'à ce qu'un accident les force à s'arrêter un temps dans une petite bourgade idyllique.

Ouhlà. Alors déjà, je dois avouer qu'en temps normal, Candace Cameron Bure me laisse globalement de marbre. Je n'ai rien contre elle, mais elle ne m'a jamais vraiment convaincu en protagoniste principale d'un téléfilm ou d'un film.

Donc là, ce métrage Hallmark partait déjà avec un handicap certain.

Et malheureusement, le handicap n'a fait que s'aggraver à mesure que le film avançait : le personnage de CCB est égocentrique, niais, agaçante, immature, et romantique jusqu'à l'écoeurement, ce qui en fait une héroïne particulièrement rebutante, d'autant plus qu'elle ne tenait visiblement pas beaucoup à son fiancé, vue la facilité avec laquelle elle est tombée sous le charme de Paul Greene.

Pire encore : la post-sychro des scènes extérieures et la bande originale accompagnant le téléfilm sont affreuses. Le score est en effet omniprésent, envahissant, soulignant la moindre ligne de dialogue ou le moindre mouvement, dans un bel exemple de mickey-mousing particulièrement raté.

Enfin, pour ne rien arranger, le couple formé par David Lewis et Sarah Strange est nettement plus sympathique et charismatique que le couple principal, ce qui s'avère assez problématique, en fin de compte.

2/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 66 - Mrs. Miracle, l'Ange-Gardien de Noël : le Bonheur en Cadeau (2009)

Publié le 22 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Télévision, Hallmark, Comédie, Romance, Fantastique

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Mrs. Miracle, l'Ange-Gardien de Noël : le Bonheur en Cadeau (Mrs. Miracle) :

Architecte veuf élevant seul ses deux enfants turbulents, Seth (James Van Der Beek) est trop souvent dépassé par les événements, et a besoin d'aide. De son côté, Reba (Erin Karpluk), une jolie responsable d'agence de voyages, a abandonné sa carrière théâtrale, et a coupé tous les ponts avec sa soeur aînée lorsque celle-ci lui a volé son fiancé, bien des années plus tôt. Malgré leurs destins radicalement différents, Seth et Reba vont alors se trouver réunis lorsque Mrs Merkle (Doris Roberts), une nounou aux pouvoirs angéliques, intervient dans leurs vies, et amène Reba à s'occuper du spectacle de fin d'année de la classe des jumeaux de Seth...

Dans ma grande tradition de Nanny McPhee, Mary Poppins, et, oui, des Anges du Bonheur, un téléfilm Hallmark adapté d'un roman de Debbie Macomber (et qui sera suivi de Miracle à Manhattan, et de Monsieur Miracle), sur Doris Roberts qui vient régler tous les problèmes de la vie de JVDB et d'Erin Karpluk d'un goût de baguette magique.

Pas de grande surprise à attendre d'un tel récit, donc, qui est très balisé et prévisible, mais qui fonctionne tout de même relativement bien, passant d'une comédie familiale à base d'enfants insupportables et d'illustration musicale surlignant la moindre action, à une comédie romantique plus classique, sobre et sincère, reposant principalement sur le capital sympathie du couple vedette.

JVDB est efficace dans son rôle, Erin Karpluk, charmante, l'est tout autant, et le récit se déroule tranquillement, malgré une Doris Roberts qui, finalement, n'est pas si sympathique que ça, avec son personnage impertinent, sarcastique, et assez fouineur.

Mais bon, ça reste honorable, dans le genre.

3.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 65 - La Liste du Père Noël (2012)

Publié le 22 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Fantastique, Télévision, Hallmark

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

La Liste du Père Noël (Naughty or Nice) :

Krissy Kringle (Hilarie Burton) n'aime pas Noël, malgré son nom, son adresse (sur Candy Cane Lane) et ses parents  excentriques. Chaque année, en Décembre, elle reçoit en effet des milliers de lettres destinées au Père Noël, ce qui l'agace prodigieusement. Cette année, pour ne rien arranger, elle se fait renvoyer peu de temps avant de recevoir un livre étrange par la poste : la liste du Père Noël, qui recense les enfants sages et les enfants turbulents. Et rapidement, elle s'aperçoit qu'en prononçant à voix haute un nom devant ce livre, Krissy peut découvrir les pires secrets de cette personne : un pouvoir surprenant, qu'elle exploite aussitôt à son avantage, mais qui va finir par lui échapper...

Un téléfilm Hallmark de 2012 qui prouve ma théorie avancée dans la critique de Coup de Foudre pour Noël, à savoir "pour faire une bonne comédie (romantique ou non) de Noël, le plus important, c'est sa distribution" . Sauf qu'ici, c'est l'exact opposé du film sus-nommé qui se produit : le script de ce Naughty or Nice est amusant, décalé, il ne se prend jamais au sérieux et est relativement original, voire plein de potentiel ; la production est compétente, le rythme aussi, et de manière globale, il ne manque pas grand chose pour que ce film soit réussi.

Pas grand chose, sauf une distribution appropriée.

Non pas qu'Hilarie Burton soit mauvaise, non, elle met de l'énergie dans sa prestation, elle est juste, etc... c'est simplement qu'elle est particulièrement générique et interchangeable avec n'importe quelle autre actrice blonde de son âge ; idem pour Matt Dallas, beau mais fade ; idem pour sa patronne, pour sa collègue fourbe, pour sa voisine... de manière globale, la distribution de ce film est affreusement transparente, ce qui tire le récit vers le bas (ou du moins, vers l'oubli).

Alors certes, les parents excentriques sont Michael Gross et Meredith Baxter, qui jouaient déjà un couple dans la sitcom Sacrée Famille, dans les années 80... donc pour les nostalgiques, c'est un clin d'oeil sympathique, mais les deux acteurs ont vraiment trop peu à faire pour parvenir à marquer le spectateur ; et le meilleur ami de Krissy (Marco, interprété par Gabriel Tigerman) a le problème d'être écrit comme le cliché d'un meilleur ami gay typique... sauf qu'on est dans un téléfilm Hallmark, et que chez Hallmark (contrairement à la chaîne Lifetime, déjà plus progressiste), les gays n'existent pas (ou sont invisibles), donc on lui place, au détour d'un dialogue, une copine qu'on ne verra jamais... et c'est là l'essentiel de son développement.

Bref - parce que je ne vais pas épiloguer là-dessus -, ce même Naughty or Nice, avec une distribution plus inspirée, cela aurait facilement donné un 4/6, voire plus selon les acteurs.

Là, en l'état, c'est un petit 3/6, et encore...

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 64 - How Murray Saved Christmas (2014)

Publié le 22 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Télévision, Animation, Comédie, NBC

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

How Murray Saved Christmas :

Dans la ville reculée de Stinky Cigars vivent tous les personnages festifs les plus symboliques et iconiques : Père Noël, Lapin de Pâques, Nouvel-An, La Liberté, etc... Tout le monde est heureux dans cette ville, excepté Murray Weiner (Jerry Stiller), le patron du diner local, toujours bougon et râleur. Mais lorsque Santa Claus (Kevin Michael Richardson) est victime d'un accident aux mains d'Edison Elf (Sean Hayes), un lutin inventeur, Murray s'avère le seul capable d'assurer la tournée du 24 Décembre...

Un moyen-métrage musical de Noël diffusé sur NBC, écrit par un scénariste des Simpsons (déjà auteur du livre dont est adapté ce dessin animé) et animé par le studio réalisant Futurama.

En dépit de ce pedigree intéressant, cependant, ce Christmas Special peine malheureusement à convaincre : principalement parce que son humour est particulièrement daté, ce qui en fait une oeuvre dont il est difficile de cerner le public-cible. Est-ce les enfants, comme semblent l'indiquer les personnages colorés, l'histoire simpliste, la morale basique, les origines littéraires pour plus jeunes ; ou bien est-ce les adultes quadragénaires, qui seuls comprendront les blagues à base de Three Stooges, de Richard Nixon, de Woody Allen, etc ?

Résultat : ce cartoon se traîne pendant une bonne heure, le cul entre deux chaises, ralenti par des chansons quelconques, par une narration toute en rimes forcées, et par un ratio de blagues réussies/blagues ratées assez inégal (surtout que certains gags - sur les homosexuels, par exemple - sont immédiatement désamorcés par les personnages, comme si les scénaristes voulaient être sûrs que personne ne soit choqué par quoi que ce soit).

2/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 63 - Il était une fois à Castlebury (2011)

Publié le 21 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Jeunesse, Télévision

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Il était une fois à Castlebury (A Princess For Christmas/A Christmas Princess/A Castlebury Christmas) :

Antiquaire américaine récemment mise au chômage, Jules Daly (Katie McGrath) élève seule son neveu Milo (Travis Turner), ado rebelle, et sa nièce Maddie (Leilah de Meza), après la mort tragique de leurs parents. Mais un soir de Décembre, Paisley (Miles Richardson), majordome du Duc Edward de Castlebury (Roger Moore), le grand-père des enfants, vient les trouver, pour les inviter à passer les fêtes de Noël dans le manoir de Castlebury, quelque part en Europe. Méfiante envers le Duc pour la manière dont il a traité feue sa soeur, Jules accepte à regret, mais une fois sur place, la voilà bien décidée à insuffler un peu d'esprit de Noël dans ce vieux manoir glacial, quitte à encourir la colère du Duc, et celle de Lady Arabella Marchand du Belmont (Charlotte Salt), qui voit d'un mauvais oeil le rapprochement de Jules et du Prince Ashton (Sam Heughan)...

Un téléfilm de Noël réalisé, écrit et produit par un acteur des Feux de l'Amour (tout de suite, ça donne le ton), ce métrage s'avère particulièrement balisé, à l'instar du plus récent Un Noël de Princesse, partage avec cette production les mêmes clichés des origines royales cachées, de la figure princière au grand coeur, de l'héroïne d'extraction modeste qui change le palais pour le meilleur, de la figure royale coincée et initialement hostile, de la promise du Prince jalouse, arriviste, et manipulatrice, et bien sûr du personnel de maison sympathique et attachant.

À contrario de Noël de Princesse, ici, l'ambiance des fêtes de Noël fonctionne très bien, grâce aux décors naturels roumains enneigés, mais aussi grâce à la musique employée, qui repompe ouvertement plusieurs compositions d'Alan Silvestri, dont le thème principal du film Les Ensorceleuses.

Cette qualité, cependant, est contrebalancée par un récit qui, dans l'ensemble, est tout simplement forcé (alors que Noël de Princesse fonctionnait de par sa décontraction) : tout est trop facile, trop rapide, on ne croit ni à cette cellule familiale recomposée Jules/Maddie/Milo (pas aidée par un Milo à baffer), ni au désespoir de Jules (McGrath n'a rien d'attachant ou de sympathique, son accent américain est médiocre, elle surjoue un peu, et je commence à croire qu'elle n'est devenue si populaire que pour sa vague ressemblance avec Keira Knightley), le changement d'attitude de Roger Moore (qui cachetonne allègrement) est trop soudain pour être crédible, et les personnages restent tous des clichés ambulants, sans véritables personnalités.

En somme, difficile de se passionner pour ce récit dont les protagonistes sont assez peu engageants... d'autant que la réalisation peine à mettre en valeur ces décors naturels (et architecturaux) pourtant très jolis. Tant pis.

2/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 62 - La Guerre des Guirlandes (2010)

Publié le 21 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Télévision, Hallmark, Comédie

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

La Guerre des Guirlandes (Battle of the Bulbs) :

Dans la rue où il vit avec son épouse Mindy (Allison Hossack), sa fille Susie (Emily Tennant) et son fils Tim (Ryan Grantham), Bob (Daniel Stern) est le roi des décorations et illuminations de Noël. Mais lorsque Stu (Matt Frewer), un ennemi d'enfance de Bob, s'installe avec sa famille (Teryl Rothery & William Hutchinson) de l'autre côté de la rue, une compétition acharnée s'installe entre les deux hommes, une guerre des guirlandes qui va rapidement dégénérer, au grand dam de tout le voisinage...

En 2006 était sorti en salles Voisin contre Voisin (Deck The Halls), un long-métrage au budget confortable, qui mettait en scène un concours d'illuminations de Noël entre la famille de Danny DeVito et celle de Matthew Broderick. Un film à la distribution relativement sympathique (bien qu'inégale), mais finalement très classique, prévisible et assez peu intéressant. Du 3/6, en étant gentil.

Ici, Hallmark nous refait le même film, mais avec un budget moindre, et filmé au Canada... ce qui ne pose pas forcément problème, au contraire, puisque la distribution est ici nettement plus attachante que dans Voisin contre Voisin, car composée de seconds rôles habitués de nombreuses séries américaines et canadiennes.

Sur ce point précis, La Guerre des Guirlandes est donc supérieure à son modèle, ce qui est toujours ça de gagné. Malheureusement, le reste de cette comédie de Noël est à peu près équivalent à la production plus prestigieuse : ce n'est pas très bien rythmé, c'est très convenu, un peu parasité par des romances secondaires génériques, et surtout par une musique particulièrement envahissante et puérile, qui transforme le tout en pseudo-cartoon un peu agaçant.

Dommage, parce que pour une fois, l'environnement "californien" (en fait, Vancouver) n'est pas particulièrement gênant, et l'ambiance de Noël est globalement présente malgré l'absence de neige.

3/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 59 - Le Courrier de Noël/Lettres au Père Noël (2010)

Publié le 20 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Christmas, Noël, Comédie, Romance, Télévision, ION, Fantastique

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Le Courrier de Noël / Lettres au Père Noël (Christmas Mail) :

Matt (A.J. Buckley), facteur célibataire dans une petite ville, s'occupe seul de sa nièce Emily (Piper Mackenzie Harris) et lutte contre la déprime, tout en supportant les excentricités de son supérieur Mr Fuller (Lochlyn Munroe). Celui-ci, justement, vient de décider d'arracher Matt à ses tournées, pour l'envoyer espionner Kristi North (Ashley Scott), une nouvelle employée fraîchement arrivée en ville, et spécialement chargée de réceptionner et de répondre à toutes les lettres adressées au Père Noël... une Kristi qui s'avère être bien plus qu'elle n'y paraît, et qui est peut-être bien directement liée au célèbre bonhomme en rouge !

Un téléfilm de Noël ION TV, tourné en Californie, et qui souffre autant de cet environnement ensoleillé que de son budget très limité, et de sa distribution assez moyenne : Buckley ne fait pas un protagoniste très intéressant ou charismatique, et Ashley Scott minaude un peu trop, en mode "innocente naïve et radieuse", ce qui l'empêche de dépasser son statut de caricature, et donc d'être totalement crédible.

Cela dit, Piper Mackenzie Harris a une bonne bouille, et Lochlyn Munroe fait un méchant pas très subtil, mais amusant.

M'enfin globalement, bof, d'autant que le tout est très mal rythmé.

2/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 58 - Une Nounou pour Noël (2010)

Publié le 20 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Télévision, Lifetime

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Une Nounou pour Noël (A Nanny For Christmas) :

Publicitaire motivée, Ally (Emmanuelle Vaugier) perd son emploi à l'approche des fêtes de fin d'année, lorsqu'elle commet un impair lors d'une présentation pour Danny Donner (Dean Cain), un industriel du chocolat. Sur le conseil de sa meilleure amie (Sarah Thompson), elle postule pour un job dans la firme publicitaire de Samantha (Cynthia Gibb) et décroche un emploi... de nounou, auprès des deux enfants de Samantha (Jared Gilmore et Sienna McCormick). Ally fait alors la rencontre de Justin (Richard Ruccolo), le collègue de Samantha, dont elle tombe amoureuse, après lui avoir menti sur son véritable métier. Et lorsque Justin doit trouver une idée de campagne pour Danny Donner, la situation se complique pour la nounou de Noël...

Un téléfilm romantique de Noël généralement rediffusé sur Lifetime chaque année, et qui s'avère assez générique, sans être toutefois désagréable.

En fait, si les dialogues sont un peu laborieux (façon "résumons ce qui vient de se passer dans le dernier quart d'heure pour les spectateurs distraits"), et si l'enthousiasme de la nounou et des enfants est parfois un peu forcé, le tout ne fonctionne pas trop mal (principalement parce que la distribution est professionnelle et sympathique, y compris au niveau des enfants) et serait tout à fait honorable (du 3.25/6) si, malheureusement, le récit ne se déroulait pas en Californie, avec son soleil, ses palmiers, etc.

Ambiance de fêtes quasi-nulle, donc, ce qui tire ce métrage vers le bas, jusqu'à un petit

2.75/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 55 - Une Couronne Pour Noël (2015)

Publié le 19 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Télévision, Hallmark

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Une Couronne pour Noël (Crown For Christmas) :

Femme de chambre dans un hôtel luxueux de New York, Allie (Danica McKellar) se fait renvoyer à quelques jours de Noël, et est alors contrainte d'accepter un poste temporaire de gouvernante en Europe, dans un petit royaume situé près du Luxembourg. Sa mission : s'occuper de la Princesse Theodora (Ellie Botterill), au tempérament très affirmé, alors que son père, le Roi Maximillian (Rupert Penry-Jones), gère les affaires de son royaume. Mais rapidement, Allie s'attache à la fillette et à son père, alors que Celia (Alexandra Evans), promise à Maximillian depuis leur enfance, arrive à l'occasion des festivités de fin d'année...

Une rom-com Hallmark ultra-classique, clairement dérivative (on pense à Le Roi et Moi, ou à La Mélodie du Bonheur, entre autres), et particulièrement balisée, mais qui, malgré quelques écrans verts assez moches, quelques scènes surjouées, et des clichés à la pelle, s'avère étrangement sympathique.

La bande originale, notamment, est plutôt réussie, et la distribution est globalement satisfaisante (petit bémol pour Celia, assez quelconque, mais Rupert Penry-Jones, lui, fait un très bon Roi coincé et anglais au possible).

Rien d'exceptionnel, mais ça se regarde tranquillement.

3.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 51 - Animation en vrac (4)

Publié le 17 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Animation, Aventure, Disney, Jeunesse, Télévision, CBS

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Frosty, le Bonhomme de Neige (Frosty, The Snowman - 1969) :

Lorsque le chapeau d'un magicien se pose sur sa tête, Frosty, le bonhomme de neige, prend vie pour le bonheur de tous les enfants qui l'ont créé. Mais lorsque Frosty décide de partir pour le Pôle Nord, afin de ne jamais fondre, le magicien décide de récupérer son chapeau avant qu'il ne soit trop tard, et il monte en secret sur le train pour le Pôle, à bord duquel Frosty et la petite Karen ont déjà embarqué.

Un dessin animé de 25 minutes diffusé sur CBS en 1969 et signé Rankin-Bass, qui applique là la même formule que pour leurs films d'animation en stop-motion, mais en s'essayant ici à l'animation 2D traditionnelle.

Le résultat n'est pas désagréable, même s'il repose quasi-intégralement sur la chanson Frosty The Snowman, au point de l'utiliser quasiment en boucle pendant les 10-12 premières minutes.

On fait rapidement une overdose, donc, mais heureusement, la seconde moitié est nettement plus jolie et mignonne (avec le Père Noël, les animaux de la forêt, etc), et permet de faire passer un peu mieux la pilule.

Joyeux Noël, Charlie Brown ! (A Charlie Brown Christmas - 1965) :

Comme toujours dépressif, Charlie Brown se plaint du mercantilisme des fêtes de Noël, et Lucy lui suggère de devenir le metteur en scène du spectacle de Noël de l'école, afin de lui changer les idées. Il accepte, mais la tâche s'avère plus que compliquée pour le jeune garçon...

Bon, je crois que c'est définitif. Après Grosse Citrouille, l'épisode d'Halloween que j'ai découvert cette année (mais qui a été diffusé outre Atlantique un an après cet épisode de Noël), ce Joyeux Noel, Charlie Brown ! confirme que Snoopy, Peanuts et compagnie, ce n'est pas fait pour moi.

En même temps, un épisode de Noël qui commence sur un paysage froid et enneigé, avec des enfants malheureux et geignards qui arpentent des rues et des paysages vides, pendant qu'une chanson mélancolique t'explique que "Christmas time is here, happiness and cheer"... forcément, je ne pouvais que rejeter en bloc.

On me répliquera que c'est voulu, que ça illustre parfaitement la déprime de Noël de Charlie Brown, etc... mais le problème, c'est que tous ces enfants sont assez antipathiques, et que par conséquent, je n'ai absolument aucun intérêt dans leur parcours.

Lucy, arrogante et donneuse de leçons, et son stand de psychologie de comptoir ? Je n'ai qu'une envie, lui mettre des baffes. Ou plutôt, arrêter sur le champ ce dessin animé pourtant classique, aux USA (d'un autre côté, pas trop difficile de devenir un classique lorsque l'on est à ce point ancré dans l'inconscient collectif national, parce que l'on a été l'un des rares dessins animés de Noël disponibles - et donc diffusés en boucle - tous les ans à la télévision américaine depuis 1965).

Bref, une expérience à nouveau très désagréable pour moi, entre cette bande originale jazzy, dépressive et froide, qui illustre de manière paradoxale des scènes parfois pleines d'action, leur conférant un manque d'énergie et de joie chronique, ainsi qu'une atmosphère contemplative et sombre typiquement neurotique.

Énorme bof.

Mes amis Tigrou et Winnie : Un Noël de super détectives (Super Sleuth Christmas Movie - 2007) :

Winnie l'Ourson, la jeune Darby et tous leurs amis de la Forêt des Rêves Bleus sont aux anges, car Noël est proche ! Mais bientôt, ils apprennent que le sac de jouets du Père Noël a été perdu, et qu'un petit renne nommé Holly est à sa recherche... heureusement, Petit Gourou et Lumpy l'ont retrouvé à temps. Reste alors à ramener Holly au Pôle Nord, une tâche qui est plus facile à dire qu'à faire...

Un petit épisode spécial de 45 minutes, en images de synthèse et à destination des plus petits, avec une Darby qui s'adresse directement aux jeunes spectateurs, les interpelle, leur pose des questions, etc... et de multiples chansons, heureusement suffisamment brèves pour ne pas être insupportables.

D'ailleurs, je dois dire que le tout est assez mignon, tant dans le style utilisé que dans le doublage (je l'ai vu en VO anglaise, avec tous les jeunes animaux qui parlent avec des petites voix à l'accent adorable)... bref, c'est sympathique comme tout, et puis rien que pour voir Bourriquet en train de tirer le traîneau du Père Noël, ça vaut le déplacement. :D

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 45 - Maman Noël (1996)

Publié le 15 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Télévision, CBS, Hallmark, Comédie, Musique

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Maman Noël (Mrs Santa Claus) :

Une semaine avant Noël, en 1910, la Mère Noël (Angela Lansbury) s'ennuie ferme au Pôle Nord, alors que son époux (Charles Durning) est obnubilé par le 25 Décembre. Afin de lui prouver qu'elle n'est pas inutile, elle prend les rennes et le traîneau afin de vérifier un nouveau parcours pour la tournée, mais à cause de la météo horrible, elle est contrainte de se poser en urgence à New York, dans un quartier populaire. Là, alors que l'un de ses rennes, blessé, se remet lentement, "Mme Nord" passe une semaine en compagnie des nombreux immigrants qui l'entourent, et dont elle découvre - et parfois transforme - le quotidien.

Comédie musicale télévisée, diffusée sur CBS en 1996, produite par Hallmark, et qui met en scène une Angela Lansbury en pleine forme malgré ses 71 ans.

Visuellement, le tout est clairement téléfilmesque et scénique (les angles de caméra sont très  basiques, le rendu, les décors et les éclairages assez théâtraux) ; l'interprétation est inégale (les accents, notamment, sont parfois discutables), tandis que l'écriture, elle, appuie un peu fort sur le côté justice sociale de l'intervention de la Mère Noël, entre l'intégration raciale, les suffragettes, l'exploitation des enfants, etc...

D'ailleurs, c'est bien là le problème principal de ce métrage : plutôt que de les laisser en filigrane et de permettre à la magie de Noël faire son oeuvre, le script fait passer au premier plan du récit tous les problèmes sociaux rencontrés par la Mère Noël, jusqu'à en faire l'un de ses sujets principaux.

Des ambitions qui sont louables, mais qui ont tendance à faire de cette comédie musicale quelque chose de trop laborieux et de morne, qui freine des quatre fers entre ses passages chantés. Cela dit, heureusement, le tout reste assez honorable grâce à ces derniers, du moins, pour peu qu'on apprécie les comédies musicales.

À ce niveau, rien d'exceptionnel ; cependant, les compositions très "yiddishs" de Jerry Herman (par ailleurs compositeur de Hello, Dolly! et de la version musicale de La Cage aux Folles) restent assez entraînantes, et bien interprétées par la distribution du métrage.

Mais bon... il faut bien avouer que pour une comédie musicale sur la Mère Noël, le film est étrangement peu festif ou magique. D'autant qu'en parallèle de toute cette histoire, on revient régulièrement sur le Père Noël, qui déprime seul au Pôle Nord. Youpi.

Dommage, car Lansbury est ici excellente, et aurait mérité de se produire dans une oeuvre plus légère, et moins "réaliste".

3.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 43 - Les 12 Cadeaux de Noël (2015)

Publié le 15 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Télévision, Hallmark, Comédie, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Les 12 Cadeaux de Noël (12 Gifts of Christmas) :

Anna (Katrina Law), une artiste-peintre au chômage, a un don pour trouver quel cadeau sied le mieux à chacun. À l'approche de Noël, elle décide de s'improviser personal shopper, et attire l'attention de Marc (Aaron O'Connell), un publicitaire débordé qui a besoin de ses services. Mais rapidement, le couple commence à se rapprocher d'une manière inattendue...

La Fiancée des Neiges, le précédent film de Noël de K-Law, m'avait laissé particulièrement de marbre, cette pseudo screwball comedy ne fonctionnant jamais vraiment, malgré l'énergie de son actrice principale.

Ici, le script de cette comédie romantique Hallmark est plus classique, et le couple principal fonctionne assez bien... mais ces 12 Gifts of Christmas me posent un problème, sur lequel je n'arrive pas vraiment à mettre le doigt.

Tout au long du film, en effet, se dégage une impression étrange d'artificiel, de forcé... est-ce que cela vient de la post-synchro parfois un peu évidente, des dialogues parfois surexplicatifs, de l'écriture, de la mise en scène, de la direction d'acteurs ? Je ne sais pas trop, mais il y a  néanmoins, de manière récurrente, quelque chose qui sonne faux dans ce métrage.

Et c'est d'autant plus frustrant que le tout, en soi, n'est pas forcément mauvais, et que le capital-sympathie de son actrice principale reste intact. Mais ça s'arrête là.

Un minuscule 3/6 (uniquement pour K-Law)

commentaires

Blog Update ! - Bilan Christmas Yulefest 2015 (première quinzaine)

Publié le 15 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Update, Review, Télévision, Noël, Christmas

Le 15 Décembre est déjà là, et après deux semaines de Christmas Yulefest, le blog des Téléphages Anonymes va faire son premier bilan de visionnage.

Alors que dire de ces premières semaines festives, qui ont vu 44 films et moyens-métrages de Noël passés en revue ?

Ces dernières années, comme je l'ai mentionné dans l'Update de début Décembre, la tendance était simple.

- Hallmark inondait le marché (et la grille de programmation) de téléfilms romantiques faits à l'emporte pièce, et monopolisant les ondes de début Novembre à la mi-Décembre : cette année, cela semble être encore une fois le cas, puisque les films Hallmark de la cuvée 2015 semblent se suivre et tous se ressembler dans la médiocrité, les uns souffrant d'une distribution sans intérêt ni charisme, les autres d'un budget microscopique, et les derniers d'un script dérivatif et insipide. Même l'unique téléfilm m'ayant un minimum plu (Once Upon A Holiday) n'avait, il faut bien le dire, pas grand chose d'original ou de spécial, et était simplement une formule bien appliquée, avec une distribution attachante. Bref, pour le moment, l'équation "plus Hallmark produit de films chaque année, et plus leur niveau qualitatif diminue" se vérifie. Une tendance qui, nous le verrons dans les jours à venir, continuera de s'affirmer...

- Lifetime pataugeait, ne sachant pas trop comment endiguer le flot de nouveautés Hallmark, et les films des autres networks. En 2015, pour l'instant, cela se confirme, puisque Lifetime, en commençant sa saison très tard (un mois de retard sur Hallmark), n'avait jusque là que Turkey Hollow, un film de Thanksgiving, pour lutter. Et malheureusement pour la chaîne, tant Turkey Hollow que les films de Noël qui ont suivi (et qui vont être critiqués dans ces pages dans les jours à venir) confirment le verdict : Lifetime a totalement jeté l'éponge, incapable de trouver un créneau ou une direction, et la chaîne se contente désormais de jouer les seconds couteaux derrière Hallmark, diffusant des films dérivatifs et au rabais, généralement produits par les deux ou trois mêmes compagnies de production, qui fournissent d'ailleurs ION, Hallmark et UpTV. Au point de parfois même se demander si ces compagnies en question ne revendent pas le même scénario ou concept à plusieurs chaînes, tant certains des téléfilms Lifetime de cette saison ressemblent étrangement à certaines productions Hallmark 2015 diffusées moins d'un mois plus tôt...

- UpTV et ION tentaient de capturer une part du gâteau, en produisant des téléfilms fauchés, à la distribution de seconde zone, et aux scripts ultra-dérivatifs (voire parfois un peu religieux). Jusqu'à présent, seule Christmas Trade, une production UpTV correspondant tout à fait à cette description, a été chroniquée cette saison. Et globalement, comme le montreront les semaines à venir, les productions de ces deux chaînes - souvent les fonds de tiroir des maisons de production MarVista et Hybrid - restent le degré zéro des films de Noël, qualitativement parlant. Toutes, sauf une qui, à ma grande surprise, pourrait bien être mon métrage préféré de cette saison 2015 toute entière...

Les tendances se confirment donc pour l'instant, et comme les dernières semaines de Décembre vont le montrer, la qualité de ces nouveaux téléfilms produits à la chaîne, par les mêmes personnes, pour les mêmes chaînes, va en décroissant. Déjà qu'elle ne partait pas forcément de très haut, compte tenu du genre et des budgets...

Mais heureusement pour moi (et pour le spectateur qui retrouve chaque année en Décembre ces métrages sur les grilles de programmation de TF1, M6, et d'autres chaînes de la TNT), çà et là, on trouve quelques perles très sympathiques qui, l'espace d'un instant, redonnent aux termes "téléfilm de Noël" un semblant de magie et d'originalité. Qu'elles proviennent des chaînes américaines, de l'Europe, ou du cinéma indépendant, peu importe, tant que la qualité est au rendez-vous...

Et puis, bien sûr, il reste les classiques, qui répondent encore et toujours à l'appel, et seront toujours là lorsque, dans cinq ou dix ans, tous ces téléfilms interchangeables Hallmark ou ION auront été oubliés...

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 41 - Le Tumulte des Sentiments (2010)

Publié le 14 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Télévision, Hallmark, Noël, Christmas, Drame, Histoire, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Le Tumulte des Sentiments (An Old Fashioned Christmas) :

Une riche aristocrate, Isabella Crawford (Jacqueline Bisset) et sa petite-fille, Tilly (Catherine Steadman), arrivent des USA à l'approche des fêtes de Noël, afin de passer quelques temps en Irlande dans la famille du Comte de Shannon (Robert O'Mahoney). Mais l'épouse de ce dernier (Marion O'Dwyer) a d'autres plans : elle veut pousser Tilly à épouser son bon à rien de fils, Cameron (Leon Ockenden), afin de sauver les finances défaillantes de la famille. Mais Tilly, elle, est déjà fiancée à Gad (Kristopher Turner), qui vient justement leur rendre visite pour Noël, et de toute façon, elle n'est venue en Irlande que pour tenter de retrouver son grand-père, et ses racines irlandaises...

Téléfilm "suite" de Contre tout l'or du monde (An Old Fashioned Thanksgiving), adaptation d'une nouvelle de Louisa May Alcott, l'auteur des Quatre Filles du Dr March, et succès d'audience de la chaîne Hallmark à sa diffusion en 2008.

Ici, on reprend vaguement les mêmes personnages, un peu plus tard dans leur vie, et on les emmène en Irlande dans un mélodrame en costumes souvent niais et sirupeux, pas très bien écrit, qui n'a de Noël que son nom et sa scène finale, et qui s'avère particulièrement convenu et insipide.

Dommage, car Bisset est impeccable, et Steadman comme toujours attachante... mais ça ne vole vraiment pas haut.

2/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 40 - Animation en vrac (1)

Publié le 14 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Christmas, Noël, Télévision, Animation, Dreamworks, ABC, NBC, Fox, Comédie

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Joyeux Noël Shrek ! (Shrek the Halls - 2007) :

Shrek veut fêter Noël en famille, mais l'âne et tous ses amis lui rendent la vie impossible et viennent saboter ses projets.

Un court-métrage spécial de moins d'une demi-heure diffusé en prime time sur ABC, et qui a réuni près de 21 millions de spectateurs lors de sa première diffusion, et 9 de plus lors de sa rediffusion, quelques jours plus tard. 

Avec évidemment tous les acteurs des films qui reprennent leurs rôles au doublage, c'est sympathique, c'est mignon, c'est typiquement Noël à l'américaine, et c'est cent fois plus réaliste et expressif que n'importe quel Beowulf, sorti à la même période.

Joyeux Noël Madagascar (Merry Madagascar - 2009) :

Le Père Noël s'écrase sur l'île de Madagascar, et tous les animaux tentent de sauver Noël à bord d'un traîneau désormais tiré par les quatre pingouins dopés à la poudre magique...

Dreamworks continue ses mini-épisodes de Noël dérivés de ses succès, avec ici un Merry Madagascar diffusé sur NBC en 2009, et depuis multi-rediffusé chaque année.

Plutôt amusant, notamment au niveau de la rivalité Pôle Nord/Pôle Sud entre les rennes et les pingouins.

L'Âge de Glace fête Noël (Ice Age : A Mammoth Christmas - 2011) :

Lorsque Sid détruit malencontreusement le Rocher de Noël de Manny, il finit sur la liste des enfants méchants du Père Noël, et part pour le Pôle Nord afin d'arranger les choses... mais il ne fait qu'empirer la situation.

Court-métrage de Noël diffusé sur la Fox en 2011 et assez sympathique, principalement pour ses intermèdes centrés sur Scrat, et mis en musique sur Casse-Noisette et compagnie.

Pas forcément exceptionnel, mais agréable à regarder, et suffisamment court pour ne pas s'éterniser, contrairement à certains des volets de l'Âge de Glace.

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 39 - Escapade Princière (2015)

Publié le 13 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Télévision, Hallmark, Comédie, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Escapade Princière (Once Upon A Holiday) :

Lorsque Katie (Briana Evigan), princesse d'un petit royaume européen, décide soudain d'échapper à son entourage lors d'une visite à New York à l'occasion des fêtes de Noël, c'est la panique générale. Mais de son côté, Katie fait la connaissance de Jack (Paul Campbell), un bon Samaritain qui ignore tout de son identité, et décide de l'aider quand il la trouve, errant dans les rues après avoir perdu argent et papiers.

Une comédie romantique Hallmark pour laquelle j'avais un peu d'appréhension, puisque le dernier métrage de Noël dans lequel jouait Briana Evigan (Une Star pour Noël) était calamiteux, et qu'elle en portait en grande partie la responsabilité...

Mais heureusement, cet Once Upon A Holiday s'est avéré une assez bonne surprise.

Certes, c'est très inspiré de Roman Holiday/Vacances Romaines (1953), et Evigan n'est pas Audrey Hepburn, mais le métrage a la bonne idée d'opter pour une approche plus subtile et mesurée, voire presque discrète.

Evigan, notamment, n'essaie pas d'être une héroïne Hallmark typique, joyeuse, dynamique et enjouée : elle compose ici une Kate Middleton-bis toute en retenue, gardée et prudente, qui se marie bien avec la voix naturellement basse et éraillée de l'actrice.

Face à elle, les personnages secondaires (un vieux magicien, un journaliste arriviste, le père de Briana Evigan...) sont suffisamment classiques et en retrait pour ne pas être gênants, et Paul Campbell continue d'être l'un des acteurs estampillés Hallmark les plus sympathiques du lot (il est d'ailleurs assez bon dans la sitcom Spun Out) ; sa romance avec Evigan est ainsi tellement mesurée que le film parvient à éviter la majeure partie des clichés habituels des métrages de la chaîne, pour réussir à sonner juste et sincère.

On regrettera simplement la conclusion un peu précipitée, comme si le script avait été amputé de quelques pages afin de coller au format de diffusion télévisé.

3.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 37 - Un Souhait pour Noël (2011)

Publié le 13 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Drame, Romance, Télévision, Hallmark

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Un Souhait pour Noël (A Christmas Wish) :

Abandonnée par son mari avant Noël, Martha (Kristy Swanson) décide de partir avec ses enfants et sa voiture sans se retourner. À la recherche d'un job pour passer les fêtes de fin d'année, elle échoue, en panne de voiture, dans une petite ville accueillante, où elle devient serveuse, et bénéficie soudain de l'assistance et de la charité chrétienne de tous les habitants de la bourgade. Sans oublier Joe, le séduisant officier de police local, au charme duquel Martha n'est pas insensible...

En 1999, Hallmark diffusait La Saison des Miracles, un téléfilm sur Carla Gugino en fuite avec deux enfants, qui tombait en panne dans une petite ville où, grâce à l'aide et la générosité de tous les habitants (et d'un ange), elle finissait par recommencer une nouvelle vie heureuse, et trouvait l'amour en la personne d'un officier de police local. Un mélodrame relativement assez bien mené, porté par une Gugino attachante, et qui évitait le trop larmoyant ou prosélyte.

Donc forcément, quand on se retrouve devant ce Souhait pour Noël, qui est une photocopie évidente de La Saison des Miracles, à quelques détails près, on reste dubitatif. Tout de suite, on remarque que Kristy Swanson est loin d'avoir le charisme ou le capital sympathie de Carla... rapidement, on comprend en entendant l'accompagnement musical en mode "piano dépressif" que l'on est dans le mélodrame le plus larmoyant possible... et bien vite, on réalise que, paradoxalement, ce n'est pas le récit dans lequel un ange apparaissait directement qui s'avère le plus bondieusard.

Car ici, il faut voir la manière dont le personnage de Swanson explique, au détour de plusieurs dialogues (lorsqu'elle est confrontée à sa fille croyante, au pasteur du coin, etc), qu'elle n'est pas vraiment croyante ou pratiquante, et que Dieu n'approuverait probablement pas ses choix de vie. Ce qui, forcément, se traduit à la fin du film par une protagoniste principale au bout du rouleau, désespérée, qui se tourne enfin vers Dieu, lui adresse une prière désespérée... et est exaucée !

Miracle ! Dieu l'a écoutée, et a exaucé sa prière par le biais des habitants de la ville, tous généreux, et décrits au détour d'un dialogue comme "les anges de Dieu". Whouhou, l'honneur est sauf, la pêcheresse est rentrée dans le droit chemin, elle a retrouvé la Foi !

*soupir*

Ajoutez à cela un méchant ex-mari ultra-caricatural et risible, des enfants pas mauvais acteurs (mais qui récitent un peu leur texte tout de même), et un récit qui se résume à voir la pauvre héroïne travailler dur pour gagner une maigre pitance, et il y a de quoi baisser les bras devant ce téléfilm particulièrement médiocre.

1.75/6 (dont 0.5 pour le caméo de Danielle Chuchran en babysitter, et pour feu Edward Herrmann en vieux ronchon : ça fait toujours plaisir.)

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 35 - L'Assistant du Père Noël (2015)

Publié le 12 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Télévision, ABC Family, WWE, Comédie, Romance, Action

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

L'Assistant du Père Noël (Santa's Little Helper) :

Dax (The Miz), un cadre arrogant, vantard et sans pitié, est renvoyé à quelques jours de Noël, et est sur le point de tout perdre lorsqu'une charmante blonde, Billie (AnnaLynne McCord), sonne à sa porte, pour lui proposer un marché irrésistible : s'il parvient à passer les quelques épreuves qu'elle va lui proposer, alors une carrière de rêve s'offrira à lui. Dax accepte sans hésiter, sans se douter que Billie est une elfe du Père Noël (Eric Keenleyside), qui cherche un successeur à son maître d'atelier... mais la jalouse Eleanor (Paige), fille de l'ancien maître d'atelier, est bien décidée à hériter du poste de son père, et à empêcher Dax de remporter celui-ci.

La précédente comédie de Noël de The Miz, Christmas Bounty, diffusée sur ABC Family, était particulièrement mauvaise, jamais vraiment crédible, festive, ou drôle, et avec un Miz encore assez moyen dans son interprétation. Ici, le téléfilm est à destination d'USA Network, et s'avère un programme clairement meilleur... ce qui ne veut pas forcément dire grand chose.

Le problème n'est pas dans la distribution - Miz est encore un peu raide et mécanique dans sa diction, mais il s'est amélioré ; McCord est enthousiaste et sympathique ; et Paige, de manière peu surprenante, est convaincante en elfette raleuse et mécontente, bien que les pointes de ses oreilles soient trop bronzées pour être raccords avec sa peau d'albâtre - mais bien dans le reste de la production, et surtout dans l'écriture très faiblarde : sur l'heure trente de métrage, on a près d'une heure durant laquelle Miz passe des épreuves creuses et insipides, tournées pour pas cher en Californie ; puis il apprend l'existence de Santa, on a droit à quelques scènes façon Un Conte de Noël ou La Vie Est Belle, et Miz part au Pôle Nord, où il affronte enfin Paige, jusque là quasi-inexistante.

Et alors que cet affrontement, s'il avait été bien écrit, ou si Paige avait été utilisée comme une antagoniste récurrente pendant tout le film, aurait pu être très distrayant, il se traduit à l'écran par un parcours du combattant mollasson dans une forêt verdoyante, alors que les habitants du Pôle Nord regardent le tout (en surjouant l'excitation) depuis une salle multimédia, devant un écran géant.

Bref, le script donne vraiment l'impression d'un premier jet de scénario mis en production hâtivement, avec des dialogues maladroits et des scènes inutiles, et filmé à la va-vite, sans grand budget, avant d'être illustré musicalement comme un mauvais téléfilm des années 90s.

Assez frustrant, car il y avait là le potentiel d'un film de Noël sympathique et décomplexé, en résumant par exemple les "épreuves" à la première demi-heure de film, en faisant de Paige un personnage plus présent et manipulateur, ou en passant plus de temps au Pôle Nord... mais en l'état, le tout se regarde, sans être particulièrement calamiteux.

C'est juste particulièrement médiocre... ce qui est toujours mieux que Christmas Bounty.

2.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 33 - Un Noël de Princesse (2014)

Publié le 11 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Télévision, Hallmark

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Un Noël de Princesse (A Royal Christmas) :

Jeune couturière humble et généreuse, issue d'une famille d'ouvriers et de tailleurs vivant à Philadelphie, Emily (Lacey Chabert) découvre, à l'approche de Noël, que son petit-ami Leo (Stephen Hagan) est en réalité le prince héritier du Royaume de Cordinia, dirigé d'une main assurée par la Reine Isadora (Jane Seymour). Et lorsque Leo l'emmène avec lui passer Noël en Cordinia, Emily comprend vite qu'il va lui falloir s'imposer face à Isadora, qui n'approuve pas la relation de son fils, et à la Duchesse Natasha (Katherine Flynn), ex-petite-amie de Leo, qui a les faveurs de la Reine...

Une comédie romantique Hallmark très balisée, qui enchaîne tous les clichés de ce genre de téléfilm à la Princesse Malgré Elle, et en rajoute même une couche maladroite à certains moments (le personnage de la petite orpheline, au secours), mais qui parvient néanmoins à rendre le tout assez sympathique et regardable, grâce à son couple principal.

Chabert et Hagan jouent en effet leurs personnages de manière décontractée et nonchalante, ce qui donne au tout une bonne humeur sympathique, et évite que les clichés ne deviennent vraiment problématiques. Un détachement qui fonctionne de plus très bien en contraste du premier degré absolu de Jane Seymour, qui compose ici une mère jalouse à l'évolution forcément prévisible.

Seul vrai problème, qui fait passer ce téléfilm sous la moyenne : il n'a rien de Noël.

À vrai dire, la période de l'année est tellement indépendante du reste de l'histoire, que ce Royal Christmas aurait aussi bien pu se dérouler en été, d'autant que le Royaume de Cordinia est représenté comme un Royaume méditerranéen typique et très ensoleillé.

Autrement dit, niveau ambiance de Noël, c'est un zéro pointé, ce qui est assez problématique pour un téléfilm qui a "Noël" dans son titre.

2.75/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 31 - Un Mariage pour Noël (2007)

Publié le 11 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Télévision, Hallmark

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Un Mariage pour Noël (All I Want For Christmas) :

Alors que sa mère Sara (Gail O'Grady) passe désormais tout son temps à la soupe populaire qu'elle a fondée à la mort de son époux, son fils Jesse (Jimmy Pinchak), 10 ans, décide de participer à un concours national organisé par un grand marchand de jouets, et proposant d'exaucer le souhait d'un enfant. Le voeu de Jesse : que sa mère trouve un mari pour Noël. Contre toute attente, Jesse remporte ce concours, et son voeu est alors exaucé lorsque l'entreprise fait de Sara la célibataire la plus en vue du pays : tous les prétendants se précipitent, mais Sara tombe sous le charme de Roger (Greg Germann), l'héritier de la compagnie organisatrice, qui finit par la demander en mariage. Une demande qui ne plaît pas vraiment à Ben (Robert Mailhouse), ami de toujours de Sara, et très proche du fils de cette dernière...

Un téléfilm Hallmark particulièrement laborieux, tant par son script capillotracté (le postulat de départ est vraiment improbable), que par ses personnages antipathiques (les industriels sont caricaturaux, Jesse est à baffer - en plus de ne pas s'exprimer comme un enfant de dix ans -, Ben n'est pas attachant, Sara réagit étrangement...), et par son manque cruel de rythme ou d'énergie.

Pire : je dois bien avouer que je n'ai pas du tout trouvé la moindre alchimie dans le couple-vedette de ce film, et que j'ai fini par m'intéresser nettement plus au sort de ce pauvre Roger, qui pour une fois n'est pas un connard fini (il est juste issu d'un milieu différent), et se fait pourtant rembarrer assez sévèrement, sans autre discussion, parce que le bien-être du gamin tête-à-claques doit passer avant tout, et que "nous n'avons pas les mêmes valeurs".

1.25/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 29 - Les Mariés de Noël (2015)

Publié le 10 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Télévision, Hallmark, Comédie, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Les Mariés de Noël (Merry Matrimony) :

Spécialiste publicitaire sur le point de décrocher une promotion à quelques semaines de Noël, Brie (Jessica Lowndes) reçoit une mission de la plus haute importance : organiser une session photo de dernière minute pour un magazine de mariage. Mais lorsqu'elle découvre que le photographe de mode qui va se charger de la séance est son ex-fiancé (Christopher Russell), qu'elle n'a pas vu depuis sept ans, les choses se compliquent...

Que se passe-t-il lorsque l'on combine un script de comédie romantique lambda, artificiellement rattaché à Noël pour le faire entrer dans le cadre des téléfilms festifs de la chaîne Hallmark, et un couple vedette sans la moindre alchimie ni le moindre charisme ?

Un bon gros flop générique, insipide et sans le moindre intérêt, avec une Jessica Lowndes froide et sans énergie ni charme, et un Chris Russell au sourire tellement ultra-brite, au brushing tellement parfait et immobile, et au menton tellement découpé à la serpe (ou au scalpel ?) qu'il finit par avoir l'air artificiel. Sans oublier Jennifer Gibson en pseudo-Emily Blunt du pauvre.

Une énorme perte de temps.

0.75/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 28 - 12 Jours avant Noël (2004)

Publié le 10 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Fantastique, Télévision, USA

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

12 Jours avant Noël (12 Days of Christmas Eve) :

Businessman à la carrière florissante, Calvin Carter (Steven Weber) passe plus de temps à s'occuper de son travail que de ses proches. La veille de Noël, alors qu'il est à son bureau, un accident sérieux lui fait perdre connaissance, et Carter se réveille alors dans un lit d'hôpital, soigné par Angie (Molly Shannon), une infirmière mystérieuse. Cette dernière lui explique bientôt qu'elle est un ange, et que Calvin a désormais douze chances de vivre une veille de Noël parfaite, s'il veut retourner dans le monde des vivants...

Un mélange d'Un Jour Sans Fin, d'Un Conte de Noël, et de La Vie est Belle, diffusé en 2004 sur USA Network.

Absolument rien d'original, de surprenant ou de révolutionnaire, mais grâce à sa distribution et à son ton un peu décalé, c'est nettement plus sympathique et attachant que bon nombre de variantes du même concept, qu'elles soient à plus petit ou à plus gros budget.

3.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 27 - Coup de Foudre pour Noël (2011)

Publié le 9 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Télévision, ION

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Coup de Foudre pour Noël (A Christmas Kiss) :

Apprentie décoratrice d'intérieur et de théâtre, Wendy (Laura Breckenridge) travaille comme assistante de la cruelle, arriviste, prétentieuse et manipulatrice Priscilla Hall (Elisabeth Röhm). Un jour, cependant, alors qu'elle rentre de l'appartement de celle-ci, une panne d'ascenseur la précipite dans les bras d'un charmant inconnu (Brendan Fehr). C'est aussitôt le coup de foudre, mais Wendy finit par s'enfuir, et le lendemain, elle découvre que cet inconnu est Adam Hughes, le fiancé de sa patronne. Bien vite, la situation s'avère intenable, alors que Wendy et Priscilla sont chargés par Adam de décorer sa demeure, et que Wendy passe de plus en plus de temps avec l'élu de son coeur, qui ne la reconnaît pas...

Un téléfilm IONTv dont j'avais déjà parlé de la "suite" - je mets de gros guillemets - , et qui, à la revoyure, est vraiment la preuve absolue que pour faire une bonne comédie (romantique ou non) de Noël, le plus important, c'est sa distribution.

Ici, le script est balisé, voire même caricatural, avec une méchante très très méchante, et un récit inspiré de Cendrillon... mais la distribution est tellement réussie - depuis Fehr, sympathique, jusqu'aux deux meilleures copines, naturelles et drôles, en passant par Röhm, parfaite en antagoniste ambitieuse, et bien sûr par Breckenridge, adorable - que l'on est prêt à fermer les yeux sur la majorité des problèmes du récit et du métrage, parfois forcé et trop sirupeux pour son propre bien.

Ça fonctionne donc sur la force de son cast, et je regrette d'ailleurs que Breckenridge n'ait pas une carrière plus florissante, car elle fait une protagoniste vraiment attachante.

4/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 26 - Un Noël pour l'Éternité (2006)

Publié le 9 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Fantastique, Télévision, ABC Family, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Un Noël pour l'Éternité (Christmas Do-Over) :

Les fêtes de Noël sont là, mais comme toujours, Kevin (Jay Mohr) a oublié d'acheter un cadeau pour son fils Ben (Logan Grove), et doit s'y prendre à la dernière minute ; pour ne rien arranger, il doit ensuite retrouver Ben, son ex-femme Jill (Daphne Zuniga), et le nouveau compagnon de celle-ci, Todd (David Millbern), chez les parents de Jill (Adrienne Barbeau et Tim Thomerson), une expérience qui ne l'enchante pas le moins du monde. Mais cette fois-ci, Kevin va avoir une chance inespérée (et surnaturelle) : il va devoir revivre cette journée en boucle, jusqu'à ce qu'il cesse de se comporter en père indigne, et trouve enfin le bonheur...

Un remake "adulte" de Tous les Jours Noël (1996) pour ABC Family... ce qui en fait donc un bon gros "photocopillage" d'Un Jour Sans Fin : Un Noël pour l'Éternité est ultra-convenu et déjà vu, et sans réel charme ou intérêt, mais relativement regardable.

Du moins, si l'on fait abstraction de la toute fin du métrage, qui préfère (spoilers) réunir les parents séparés pour une happy end typiquement "famille nucléaire traditionnelle", quitte à tout simplement "oublier" l'existence de Todd, le petit-ami de la mère, bien sous tous rapports, attentionné, prévenant, bref, l'homme idéal, qui disparaît tout simplement du film sans autre formalité.

Aberrant, et la preuve de scénaristes plus préoccupés par le respect des conventions que par la logique.

2.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2015 - 24 - À la Poursuite de Noël (2005)

Publié le 8 Décembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Comédie, Fantastique, Télévision, ABC Family

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

À la Poursuite de Noël (Chasing Christmas) :

Jack Cameron (Tom Arnold) est un divorcé amer et bougon, qui déteste les fêtes de fin d'année depuis que son épouse l'a quitté ; les autorités du Bureau des Affaires Festives dépèchent alors le Fantôme des Noëls Passés (Leslie Jordan) pour rappeler à Jack le vrai sens de Noël, mais l'esprit déprimé en a plus qu'assez de cette mission épuisante, et il décide soudain de démissionner, laissant Jack seul dans les années 60. Le Fantôme des Noëls Présents (Andrea Roth) doit alors tout faire pour retrouver Jack dans le passé et pour le ramener à son époque, sans oublier de le faire changer d'avis sur les fêtes de Noël...

Un téléfilm ABC Family qui reprend le Conte de Noël de Dickens, et lui apporte suffisamment d'originalité et de variations pour rester sympathique et agréable à suivre, en renversant notamment le point de vue du Conte en question pour adopter celui des Esprits.

C'est gentillet, un peu cabotin, et malheureusement un peu trop fauché pour totalement convaincre, mais ça se regarde tout de même sans trop d'ennui.

3.25/6

commentaires
<< < 10 20 30 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 60 > >>