Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #television catégorie

Christmas Yulefest 2017 - 34 - TV Rétro : The Flint Street Nativity (1999) & Grandma Got Run Over By A Reindeer (2000)

Publié le 15 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Yulefest, Noël, Christmas, Animation, ITV, WB, UK

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

The Flint Street Nativity (1999) :

Quelque part à la frontière entre le Cheshire et le Pays de Galles, la petite école primaire de Flint Street prépare son spectacle de Noël, une crèche vivante. Mais les enfants sont tous dissipés, et la représentation dégénère très rapidement sous les regards atterrés des parents...

Comédie télévisée écrite par Tim Firth, et articulée comme une pièce de théâtre, ce métrage rappelle un peu d'autres œuvres, comme par exemple Sacré Noël ! et ses suites. Avec cependant, comme différence de taille, le fait qu'ici, les enfants soient tous interprétés par des adultes, dans des décors disproportionnés.

Ce qui confère aussitôt à ce téléfilm des allures de pièce de théâtre filmée et de farce déjantée impossible à prendre une seule seconde au sérieux : ce qui a des avantages (on s'amuse à reconnaître de multiples visages familiers, issus d'Absolutely Fabulous ou encore de Mr. Fowler, brigadier chef), et des inconvénients (il faut supporter toute une distribution d'adultes qui en font trois tonnes, et adoptent parfois des mimiques et des attitudes plus proches de l'autisme que de l'enfance).

Je m'attendais à vraiment apprécier cet exemple d'absurdité britannique (qui a une assez bonne réputation), mais en fait, j'ai eu du mal à rester intéressé jusqu'au bout : trop brouillon, trop bruyant, trop caricatural... j'ai trouvé le tout tout juste amusant, sans plus, et s'il n'y avait pas eu cette toute fin douce amère, je pense que j'aurais trouvé le tout assez médiocre, au sens premier du terme.

Grandma Got Run Over By A Reindeer (2000) :

Lorsque la grand-mère de Jake Spankenheimer disparaît, renversée par le traîneau du Père Noël, Mel, la cousine de Jake, décide alors de tout faire pour vendre la boutique familiale à Austin Bucks, un grand patron ambitieux qui possède tous les magasins de la ville...

Ouhlà.

Un dessin animé de 51 minutes, diffusé sur la WB, et adapté de la chanson parodique du même nom (sortie en 1979), ce GGROBAR est un Christmas Special bâclé et insipide, qui donne l'impression d'avoir été produit 15 ou 20 ans plus tôt, et de n'avoir eu qu'un budget microscopique pour sa production.

L'animation est ultra-simpliste et médiocre, le doublage basique, l'écriture et l'humour bas-de-plafond, et le tout ne semble exister que pour insérer de manière toujours plus artificielle et forcée d'autres chansons des mêmes musiciens dans le récit (avec numéros musicaux à la clef), quand bien même elles n'auraient qu'un vague rapport avec le schmilblick.

À oublier très vite.

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 33 - L'Héritage de Noël (2017)

Publié le 15 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

L'Héritage de Noël (A Bramble House Christmas) :

À la mort de son père, qu'il n'a pas revu depuis longtemps, Finn (David Haydn-Jones), un illustrateur de livres pour enfants, découvre que son géniteur a légué une petite fortune à son infirmière, Willa (Autumn Reeser). Soupçonnant une malversation, Finn part alors pour la Bramble House, un bed and breakfast où Willa et son fils séjournent, et il décide de mener l'enquête...

Une bonne surprise Hallmark Movies & Mysteries, apparemment adaptée d'un roman : c'est bien interprété, bien produit, globalement nettement plus subtil et réaliste que la majorité des productions Hallmark, et si l'on fait exception des dessins de livres d'enfants du protagoniste (franchement amateurs), et du pseudo-quiproquo dramatique des dernières vingt minutes (à la fois forcé et artificiel, et un bon niveau en dessous du reste du film et de son écriture), ça fonctionne plutôt bien, notamment grâce à une distribution impeccable (y compris Teryl Rothery, dans un rôle secondaire).

4/6 - 0.25 pour la conclusion forcée = 3.75/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 31 - Le Fiancé de Glace (2017)

Publié le 14 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Fantastique, ION

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Fiancé de Glace (Snowmance/Mr. Snowman) :

Romantique mais difficile en amour, Sarah Groves (Ashley Newbrough) est à nouveau célibataire à l'approche de Noël. Mais comme chaque année, le 12 décembre, elle retrouve son meilleur ami d'enfance, Nick (Adam Hurtig), avec lequel elle fabrique un bonhomme de neige supposé représenter l'homme de ses rêves. Le lendemain, cependant, le bonhomme de neige a disparu, et le séduisant Cole (Jesse Hutch), qui ressemble en tous points aux rêves de Sarah, frappe à sa porte...

Téléfilm ION à nouveau diffusé en France avant sa diffusion américaine, ce Snowmance m'a laissé globalement de marbre.

Le concept était sympathique, pourtant, mais l'exécution pèche un peu, et surtout, les personnages sont assez quelconques.

L'héroïne (le personnage, pas l'actrice, qui est plutôt sympathique) agace un peu pendant une partie du métrage, Hurtig et Hutch ne font pas des partenaires romantiques très mémorables ou charismatiques (Hutch s'en sort un peu mieux lorsqu'il fait l'imbécile naïf), et la meilleure copine/collègue rurale brute de décoffrage semble tout droit sortie d'une mauvaise sitcom de bureau.

Bref, un métrage qui ne propose rien de vraiment convaincant ou mémorable, en plus de dérouler une intrigue cousue de fil blanc ; ce qui la sauve un peu, ce sont ces brefs moments durant lesquels le film se prend un peu moins au sérieux (principalement grâce à Cole), mais malheureusement, le côté romantique ne fonctionne jamais suffisamment pour justifier le plus gros de ce téléfilm.

2.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 30 - TV Rétro : Christmas Snow (1986) & A Child's Christmas in Wales (1987)

Publié le 13 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Yulefest, Noël, Christmas, Télévision, Religion, UK, USA, Canada

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Christmas Snow : 

À quelques jours de Noël, la veuve Mutterance (Katherine Helmond) s'occupe de ses deux enfants adoptifs, Amy (Melissa Joan Hart) et Wallace (Kimble Joyner), et gère la confiserie familiale qu'elle a hérité de son père. Mais son propriétaire, le grincheux Mr. Snyder (Sid Caesar), a décidé que le moment était venu de changer un peu les choses, et de transformer le magasin en laverie automatique, quitte à mettre son amie de longue date à la porte....

Un téléfilm NBC de 1986, qui dure un peu moins d'une heure, qui bénéficie de décors enneigés et d'une distribution limitée, mais sympathique et compétente, tant au niveau des adultes que des enfants.

Après, en 45 minutes, ça ne fait vraiment pas dans la complexité : l'histoire est basique, voire même simpliste, et très prévisible... mais elle fonctionne, dans le registre "miracle de Noël", car elle a bon fond, et s'avère plutôt sympathique.

En résumé, un petit divertissement télévisé à l'ancienne, au charme assez rétro, mais loin d'être désagréable à suivre.

A Child's Christmas in Wales :

Le soir de Noël, au Pays de Galles, Geraint (Denholm Elliott) raconte à son petit-fils, Thomas (Mathonway Reeves), comment se déroulaient autrefois les fêtes de Noël, et comment il passait les fêtes de fin d'année lorsqu'il était petit...

Co-production télévisée americano-anglo-canadienne, de moins d'une heure, et qui adapte un récit littéraire d'un poète gallois, Dylan Thomas, récit très célèbre et réputé au Pays de Galles.

Et si c'est assez bien produit, réalisé et interprété, je n'ai pas du tout accroché, je dois dire.

En effet, le respect envers le texte original est tel que le métrage ressemble plus ou moins à un enchaînement de vignettes et de tranches de vie narrées en voix off par Denholm Elliott : une narration très littéraire et ampoulée (puisque directement tirée des écrits du poète) qui est tout sauf naturelle, et qui a tendance à établir une barrière entre le spectateur et ce qui se déroule à l'écran (d'autant plus présente pour les spectateurs qui ne sont pas anglo-saxons, et/ou pas forcément sensibles à la nostalgie de l'époque décrite - les années 20 - ici assez premier degré).

Cela dit, je suis le premier à reconnaître que je ne suis pas du tout le public visé par une telle adaptation, et que je suis très probablement passé à côté du charme de ce métrage - un charme que je lui reconnais, mais qui, contrairement à un A Christmas Story, par exemple, ne m'a vraiment pas parlé.

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 29 - Noël avec un Inconnu (2017)

Publié le 13 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël avec un Inconnu (A Gift To Remember) :

Maladroite et pétillante, Darcy (Ali Liebert) travaille dans une petite librairie new-yorkaise, qui peine à lutter contre la concurrence. Un jour, sur le chemin du travail, elle heurte avec son vélo un passant, Adrian (Peter Porte), un séduisant inconnu promenant son chien. Lorsqu'il revient à lui, il est amnésique, et Darcy décide de mener l'enquête pour l'aider à retrouver ses souvenirs, tout en s'occupant de son chien le temps de la convalescence d'Adrian.

Une rom-com Hallmark agréable mais un peu inégale, apparemment adaptée d'un roman, et qui souffre principalement d'un ton global à l'enthousiasme un peu forcé, et d'une intrigue d'amnésie cousue de fil blanc, à l'écriture un peu trop évidente et simpliste.

Le reste, cependant, fonctionne assez bien, principalement parce qu'Ali Liebert, que je découvre ici, est particulièrement attachante et dynamique ; les autres personnages sont eux aussi sympathiques, le chien est attachant, et je ne serais pas surpris de voir Porte (déjà vu dans Un Noël de Cendrillon) choisi un jour ou l'autre pour interpréter un super-héros sur le petit ou grand écran.

Bref, le métrage n'est pas forcément exceptionnel, mais l'alchimie de la distribution et des personnages fait que le tout fonctionne mieux que l'on pourrait le craindre, et se paie même le luxe d'avoir un couple mixte parmi les personnages secondaires (le restaurateur italien et la propriétaire afro-américaine).

3.75/6

(on regrettera cependant que finalement, ce téléfilm aurait pu prendre place n'importe quand dans l'année sans rien changer à son script)

 

Critique révisée en 12/2019

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 27 - Un Noël à Ashford (2017)

Publié le 12 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël à Ashford (Coming Home For Christmas) :

Depuis peu au chômage, Lizzie Richfield (Danica McKellar) décroche le job temporaire de gouvernante du Manoir Ashford, le temps de préparer le bâtiment à la vente. Là, elle rencontre les Ashford : Pippa (Paula Shaw), la matriarche revêche et distante, Robert (Neal Bledsoe), le businessman, Kip (Andrew Francis), le fêtard, et Sloane (Chelan Simmons), avec ses deux enfants... et progressivement, Allie s'attache à ce clan huppé et dysfonctionnel.

Rom-com Hallmark assez familière pour Danica McKellar, mais qui s'avère à peu près aussi regardable que Une Couronne pour Noël.

On évite la royauté, les personnages ont une alchimie assez convaincante, Andrew Francis fait sa deuxième apparition de la saison (après Engaging Father Christmas), Chelan Simmons a un petit rôle, et le lead masculin ressemble à un croisement entre Jonathan Rhys-Meyers et Peter Serafinowicz. Ça pourrait être bien pire.

Du côté des défauts, c'est très balisé (comme d'habitude), il y a un petit coup de mou dans le dernier tiers, la neige en rouleaux est à nouveau très visible, et les placements produits (Folgers et Balsam Hill) sont tellement flagrants (dès la première scène du film) qu'ils en deviennent risibles.

Mais bon, dans l'ensemble, Danica est toujours attachante, et ça se regarde paisiblement, pour peu qu'on n'ait pas revu Une Couronne pour Noël récemment.

3/6

commentaires

Les bilans de Sygbab - Spartacus, saison 1 : Le Sang des Gladiateurs (2010)

Publié le 10 Décembre 2017 par Sygbab dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Sygbab, Action, Aventure, Histoire, Starz

Sygbab regarde (beaucoup) la tv, Sygbab écrit (parfois) des bilans : retrouvez-les sur le blog des Téléphages Anonymes !

Spartacus, saison 1 : Le Sang des Gladiateurs (Spartacus : Blood and Sand) :

Avant que ce projet ne se concrétise, la liste des séries produites par Sam Raimi et ses fidèles collaborateurs - tel Rob Tapert - était déjà éloquente. Parmi elles, Hercules et Xena sont les plus connues, et celles qui se rapprochent le plus de Spartacus si on se focalise uniquement sur la réécriture d'évènements historiques ou mythologiques. Mais le parti pris n'est pas le même : le second degré des deux premières citées contraste avec le premier degré de l'histoire du gladiateur Thrace.

Pour autant, Xena avait parfois un ton plus sérieux, mais cela ne coïncidait pas avec les meilleurs moments de la série. D'ailleurs, contrairement à la qualité intrinsèque de leurs productions déjantées (Cleopatra 2525, Jack of All Trades), celles qui ont été abordées sous un angle plus sérieux ne sont pas de grandes réussites (American Gothic est le parfait exemple : les bonnes idées y sont noyées par une écriture mal maîtrisée).

Ce passif peut donc laisser dubitatif au vu de la note d'intention de cette énième version de la rébellion des gladiateurs contre l'Emprie Romain, et le pilote ne fait que renforcer la défiance vis-à-vis de ce projet. Débilitant à souhait, celui-ci dévoile les ingrédients d'une recette simpliste : entre le gore grand-guignolesque des batailles - avec des gerbes de sang numériques de mauvais goût - et la dépravation sexuelle, l'aspect outrancier prend le dessus.

Par conséquent, la présentation des personnages est bâclée, comme si le seul contexte historique servait à les connaître. Une fainéantise extrême qui rebute, et qui est presque rédhibitoire.

Fort heureusement, le tir est rectifié assez rapidement, si toutefois le second épisode n'a pas achevé les plus exigeants. Que cela soit volontaire ou non, l'arrogance initiale de Spartacus le rend presque insupportable, et cela permet à d'autres personnages de tirer leur épingle du jeu grâce à un temps de présence bien réparti.

Que ce soit la brute Crixus, le charismatique doctore, cet enfoiré de Batiatus ou bien d'autres encore, chacun prend de l'épaisseur au fur et à mesure. C'est d'ailleurs une nécessité : l'action se déroulant principalement au Ludus Magnus, il faut bien que la vie qui y est décrite soit un tant soit peu intéressante.

L'histoire commence à prendre corps, et l'univers dépeint dénote par sa violence et sa brutalité extrêmes, même si la manière de le montrer est souvent exagérée. Il vaut mieux occulter également le côté soap de la série, parfois trop développé.

Pourtant, les scénaristes réussissent également à trouver un certain équilibre pour traiter les différents aspects de la série : états d'âme des protagonistes, machinations politiques, relations tumultueuses, combats dans l'arène qui deviennent mieux chorégraphiés au fil du temps sans l'emporter sur le reste, le programme est chargé. Ces éléments sont utilisés à bon escient, notamment dans l'épisode Revelations qui s'avère être une véritable démonstration dans le fameux exercice du toutéliage.

Un autre moment intéressant se situe dans l'épisode Mark of the Brotherhood : à l'occasion de l'arrivée nouvelles recrues fraîchement achetées par Batiatus, Œnomaüs effectue le même discours que lors de l'arrivée de Spartacus, qui se faisait rosser par Crixus en guise d'exemple.

Mais cette fois-ci, les rôles sont inversés puisque le Thrace est désormais le champion de Capula et donne la leçon à son rival diminué mais rongé par l'orgueil et déterminé à prouver de nouveau sa valeur. L'ascension de l'un et la déchéance - provisoire - de l'autre sont la conséquence directe du combat contre le géant Theokoles, qui tient en haleine par son intensité et ses rebondissements.

Être un champion octroie certains honneurs, qui ne sont malheureusement qu'illusoires. Les gladiateurs combattent pour la gloire au péril de leur vie, sont adulés, et vivent certes dans de bien meilleures conditions que certains misérables qui bénéficient de leur liberté, mais ils restent des esclaves, dont la vie n'a aucune importance pour leurs maîtres du moment que leurs performances rapportent énormément d'argent.

Spartacus s'en aperçoit lorsqu'il découvre dans quelles conditions sa femme a été tuée, et rendu fou de rage par les machinations de Batiatus (un bel enfoiré dans toute sa splendeur, parfaitement interprété), il décide alors de mener ses compagnons dans une révolte sanglante.

Si ses raisons sont parfaitement valables, cet élément déclencheur accélère l'intrigue trop brutalement. En dehors de Crixus qui en veut à Lucretia, les autres gladiateurs n'ont jamais vraiment rejeté leur nouvelle vie. Les voir subitement prêt à suivre le Thrace dans ce qui peut être considéré comme une folie rend donc ce soulèvement peu crédible.

On retrouve là la fainéantise entrevue dans le pilote : les scénaristes ont tendance à se reposer sur le contexte historique mais semblent oublier que même en connaissant les grandes lignes de cette histoire, le téléspectateur a besoin d'être impliqué. Cela nécessite donc une plus grande rigueur dans l'écriture.

Malgré ces scories, la série a une véritable identité, aussi bien au niveau visuel - malgré des choix discutables déjà évoqués auparavant - que dans le ton, et brosse le portrait de personnages qui finissent par s'avérer intéressants. C'est inégal, mais respectable.

commentaires

Les bilans de Lurdo - Gilmore Girls - Une Nouvelle Année - Printemps (2016)

Publié le 10 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Comédie, Romance, Netflix, Gilmore Girls

Retrouvez l'intégralité des critiques des Gilmore Girls par les Téléphages Anonymes, en cliquant ici !​​

Gilmore Girls - A Year in the Life 1x02 - Spring :

Alors que la vie professionnelle de Rory s'effondre progressivement autour d'elle, Lorelai et Luke se remettent eux aussi en question, influencés plus ou moins directement par les actions d'Emily...

Un épisode signé David Palladino, ça implique toujours quelque chose d'un peu plus décousu, chaotique et excentrique.

Pas de surprise, donc, ici, on retrouve de nombreuses scènes improbables, entre le nouveau chef d'oeuvre cinématographique de Kirk, la réunion municipale qui se finit en tentative de coming out collectif de Taylor, le festival culinaire international (avec apparition de Mrs. Kim et de Mr. Kim !), la tournée des queues de New-York (avec apparitions de Michael Ausiello, et de Mae Whitman - la fille de Lauren Graham dans Parenthood), le pétage de plomb de Paris à Chilton (avec apparitions de "Francie" et d'un faux Tristan) puis chez elle (avec Danny Strong, et leur escalier tueur de nounous), les séances de Lorelai et de sa mère chez la psy, etc, etc, etc...

Bref, il y a de quoi s'amuser, malgré une forme et une structure un peu brouillonnes. Mais le vrai sujet de cet épisode, en réalité, c'est que chacun des personnages est confronté à un profond changement, qui reflète l'espèce de cocon figé dans laquelle les personnages se sont placés depuis la fin de la série.

D'un côté, on a Emily, qui se trouve à un carrefour de son existence suite à la mort de Richard, et semble bien décidée à ne pas laisser cela bouleverser sa vie, ni celle de sa fille ; Luke, qui découvre que Richard avait mis de l'argent de côté pour l'expansion de son diner ; Lorelai, qui comprend que son couple stagne depuis des années, et qu'elle se refuse à aller de l'avant avec Luke faute de motivation ; et aussi Michel, qui trouve que le Dragonfly Inn ne progresse plus...

Et bien entendu, n'oublions pas Rory : tous les problèmes que je mentionnais la semaine dernière à son sujet reviennent ici la frapper en pleine tête. Incapable de se fixer professionnellement, elle ne fait que ruiner ses chances, les unes après les autres, faute de préparation et de maturité (l'entretien sans préparation avec Julia Goldani Telles, de Bunheads, l'interview où elle s'endort, et finit par coucher avec un inconnu...) ; et sa vie amoureuse n'est guère plus reluisante.

En fait, Rory la trentenaire n'est pas plus mûre ou adulte que Rory, l'adolescente de 16 ans, et malgré ses dénégations, elle n'a fait que profiter de son nom et de son héritage toutes ces années, sans rien accomplir de plus qu'un simple article publié dans un grand magazine : c'est bien ça son problème, et ce qui la pousse à rentrer à la maison, chercher le réconfort du cocon familial.

Malheureusement, quelque chose me dit que cela ne va pas arranger ses affaires, et que toute sa vie amoureuse misérable va finir par lui revenir, là-aussi, en pleine tête.

Nous verrons ça dans la suite de la saison, si possible avec un peu plus de rigueur structurelle et formelle, toujours autant d'excentricité, et en espérant que les choix désastreux de Rory ne seront pas passés sous le tapis pour lui offrir une happy end.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #619 : L'Histoire de Disney (1/3) - American Experience - Walt Disney (2015), La Main derrière la Souris (1999) & Frank et Ollie (1995)

Publié le 10 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Documentaire, Disney, USA, Histoire, Animation, Télévision, PBS

Parce que le mois de décembre, c'est aussi le mois de l'enfance et du merveilleux, retour sur l'histoire de la compagnie Disney, ainsi que sur ses hauts et ses bas...

American Experience - Walt Disney (2015) :

Documentaire télévisé marathon de près de quatre heures retraçant la vie et la carrière de Walt Disney, dans ses moindres détails, à grands renforts d'images en tous genres, d'archives exclusives, d'interviews uniques, etc. 

La première partie du documentaire retrace ainsi les début de Disney, depuis son enfance peu chaleureuse, ses début d'animateurs, son arrivée en Californie, la création des Studios Disney, sa dualité (Walt était à la fois un visionnaire créatif et enthousiaste, et un businessman insistant, implacable et exigeant), la création d'Oswald le lapin, celle de Mickey (on notera par ailleurs que Ub Iwerks n'est quasiment pas mentionné dans ce documentaire, malgré son importance), et le début du succès.

(d'ailleurs, assez amusant de comparer cette réalité à la fiction du film Walt Avant Mickey)

Le métrage revient alors sur la genèse de Blanche Neige, compliquée, mais donnant lieu à un succès absolu critique et commercial, qui lance les studios Disney au firmament, et qui place aussi la barre extrêmement haut, à une hauteur que Walt n'estimera jamais avoir de nouveau atteint ; puis vient la création des studios de Burbank, un vase clos et stérile, qui devient progressivement une usine à animation mécanique et isolée, avec des inégalités salariales énormes, des conflits, des jalousies. Ce qui, combiné à de gros problèmes financiers provoqués par les pertes d'argents de Pinocchio et de Fantasia, ainsi qu'à un Walt s'enfermant de plus en plus dans sa bulle, et ne voulant rien entendre des revendications de ses employés, débouche sur une grève générale en 1941 suite au renvoi d'un pilier du studio.

La seconde partie du documentaire reprend sur un Walt marqué et transformé, s'estimant trahi par tous ses employés, et ne faisant plus confiance à personne. Un Walt rancunier, qui, quelques années plus tard, dénonce la plupart des meneurs de cette grève lors de la chasse aux sorcières anti-communistes. Un Walt aux prétentions revues à la baisse, désenchanté, et qui commence de plus en plus à blâmer ses échecs sur des cibles faciles, comme les communistes, etc. Et un Walt qui se désintéresse tout simplement de plus en plus de l'animation pure et dure, un domaine où il pense ne jamais pouvoir retrouver le succès et la reconnaissance de Blanche Neige, et qu'il confie aux Neuf Sages, ses animateurs vétérans.

Il se tourne alors, à la fin des années 40, vers le documentaire animalier, qui lui vaut un Oscar, et vers les films en prises de vue réelle. En parallèle, pendant que son studio travaille d'arrache pied sur Cendrillon, lui préfère se consacrer à sa passion pour les trains et le modélisme ferroviaire... puis il décide de créer Disneyland, un projet qui, aux côtés de la production télévisée florissante de Disney (Davy Crockett, regardé par plus d'un Américain sur 4), le remotive, et dans lequel il s'investit complètement. 

Cherchant toujours à présenter à l'Amérique un univers propre et sûr pour toute la famille, il inaugure le parc, et trouve ainsi une source inépuisable de revenus pour sa compagnie. Dans les années 60, il produit enfin Mary Poppins, un projet sur la famille qui lui tenait à coeur depuis des décennies, et lui vaut de renouer avec un succès total, qui est multi-oscarisé. Mais alors que les critiques commencent à reprocher à Disney son monde trop propre, kitsch et WASP, Walt n'en a que faire, et s'inquiète de ce qu'il va laisser comme héritage à l'humanité.

Il décide alors de se lancer dans le projet Disneyworld, et surtout de concevoir EPCOT, la ville parfaite du futur, où tout le monde vivrait en parfaite harmonie. Un projet ambitieux, dont il ne verra jamais le résultat, puisqu'il décède d'un cancer du poumon en 1966.

Bref, en résumé, difficile de faire plus exhaustif sur la vie et l'oeuvre de Walt que ces quatre heures, non ? Et bien pas tant que ça, en fait.

J'ai bien conscience que ce documentaire se concentre principalement sur Walt, et accessoirement sur son empire, mais malheureusement, j'ai trouvé le virage pris par la seconde partie du métrage assez frustrant. D'accord, Walt s'est un peu désintéressé de l'animation à la fin des années 40, mais le documentaire donne l'impression qu'il n'en avait tout simplement plus rien à faire, et qu'il n'avait rien à voir avec toute la production Disney post-Cendrillon.

Difficile à croire, et le manque de temps ou de place n'excuse pas tout : j'aurais bien volontiers troqué 10 minutes de la construction et de l'ouverture de Disneyland contre plus de détails sur son influence sur Alice, Peter Pan, etc, ou contre une présentation des Neuf Sages, même pas mentionnés en tant que tels dans le documentaire.

Cela dit, je dois bien reconnaître une qualité à ce travail titanesque : il ne cache pas du tout les mauvais côtés de Walt Disney, et ne présente pas le portrait d'un dieu de l'animation parfait et intouchable. Walt était faillible, Walt était par moment détestable et arrogant, Walt avait des valeurs de son temps et une ambition démesurée, mais Walt était aussi un visionnaire aux intentions bienveillantes, obsédé par l'idée de présenter une image de l'enfance et d'une vie de famille parfaites, qu'il n'avait pas vraiment connues lors de ses jeunes années.

Un documentaire inégal, un peu trop long, et souffrant de s'attarder un peu trop sur Disneyland, mais néanmoins très intéressant, pour peu qu'on sache à quoi s'attendre.

4.25/6

La Main derrière la Souris : l'histoire d'Ub Iwerks (The Hand Behind The Mouse - The Ub Iwerks Story - 1999) :

Documentaire de 1999 réalisé par Leslie Iwerks, et consacré au grand-père de la réalisatrice, Ub Iwerks, l'un des membres fondateurs du studio Disney, et le créateur de Mickey Mouse.

Grâce à d'innombrables extraits, images d'archive, photographies, et témoignages de bon nombre de figures incontournables du milieu, on y découvre comment ce fils d'inventeur, toujours plus passionné par la technique que par le business, était l'un des premiers compères de Disney, et l'animateur le mieux payé de son studio naissant ; on y apprend comment, véritable bourreau de travail, Iwerks a créé Oswald le lapin, puis, lorsqu'il a fallu le remplacer, comment il a créé Mickey et, au rythme de plus de 700 dessins par jour, comment il a réalisé seul le premier court métrage animé de Mickey, Plane Crazy.

Rapidement, Mickey a connu le succès, et avec lui, les tensions professionnelles et les jalousies ont commencé à croître. Et bien qu'il ait refusé à plusieurs reprises de quitter Walt, Iwerks finit par s'établir à son propre compte, et par fonder les studios Iwerks en 1930 (où a travaillé le célèbre Chuck Jones). Avec son style plus franc, son humour étrange, ses personnages impertinents et son animation bondissante, Iwerks connaît à son tour le succès, et innove dans de nombreuses directions... jusqu'à ce que le Code Hays, la Grande Dépression, et des problèmes financiers finissent par tuer le studio.

En 1940, Iwerks revient chez Disney, mais se désintéresse de l'animation, pour se concentrer sur la technique : il innove à nouveau dans le domaine de la réalisation, de l'intégration d'images réelles aux images animées, il officie dans les parcs Disney, et finit par décrocher deux Oscars techniques, et une nomination pour les effets spéciaux des Oiseaux d'Hitchcock.

Bref, Ub Iwerks était un homme incontournable de l'histoire de Disney, et ce documentaire lui rend joliment hommage, sans sombrer dans l'hagiographie excessive.

Bien rythmé, dynamique, ludique, la forme est globalement impeccable ; on pourra pinailler en regrettant que la première moitié du documentaire couvre plutôt les débuts de Walt Disney que ceux d'Iwerks (et par conséquent, fait double emploi avec les innombrables documentaires sur la vie de Disney), mais c'est inévitable, compte tenu des liens très étroits unissant les deux hommes.

Un métrage très intéressant, que je conseille vivement.

4.5/6

Frank et Ollie (Frank and Ollie - 1995) :

Documentaire de 90 minutes réalisé en 1995 par Theodore Thomas, et consacré au père de ce dernier, Frank Thomas, et au meilleur ami et collègue de celui-ci, Ollie Johnston, deux des quatre membres alors encore en vie du groupe des Neuf Sages de Disney, ces animateurs de légende qui entouraient Walt Disney durant l'âge d'or du studio.

Les deux hommes, alors octogénaires, mais toujours aussi proches, soudés et malicieux que durant leurs jeunes années, nous racontent ainsi leur vie, leur carrière, leurs techniques d'animation, leur amitié, etc, entrecoupés d'images d'archive, d'animations embryonnaires, et de scènes du quotidien de ces deux vieux sages, génies de l'animation.

Et c'est probablement là que le documentaire pèche notablement : car s'il est très intéressant d'écouter ces deux bonhommes sympathiques et attachants, le film reste un documentaire de 90 minutes, et tire par conséquent en longueur.

On ne peut s'empêcher (et c'est d'autant plus vrai si l'on a regardé par ailleurs d'autres documentaires sur cette petite bande et sur cette période) de se dire qu'en retirant une bonne demi-heure de métrage (toutes les scènes du quotidien des deux hommes sont bien gentilles, mais elles n'apportent pas grand chose au delà de "ils vivent une retraite heureuse et bien méritée") et en variant un peu le format des interviews (peut-être en ajoutant d'autres intervenants, ou en intégrant un récapitulatif global du travail des Neuf Sages), Frank and Ollie aurait été tout aussi instructif, touchant, et probablement plus efficace.

En l'état, ce n'est pas désagréable, sans plus, et la réalisation est parfois un peu maladroite.

3.25/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 24 - An American Christmas Carol (1979)

Publié le 9 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Christmas, Noël, Yulefest, Télévision, Drame, Fantastique

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

An American Christmas Carol :

En 1933, dans le New Hampshire, Benedict Slade (Henry Winkler) est un vieillard richissime, obsédé par ses affaires et par sa fortune. Le soir de Noël, cependant, il reçoit la visite de trois fantômes des Noël passés, présents et futurs, qui lui font prendre conscience de ses erreurs...

Transposition télévisée du Chant de Noël de Charles Dickens, dans l'Amérique des années 30, en pleine Dépression, avec un Henry "Fonzie" Winkler lourdement grimé en vieillard équivalent de Scrooge.

Un récit particulièrement classique, pas trop mal interprété et qui se regarde tranquillement... pour peu qu'on ne soit pas déjà écœuré par les innombrables relectures en tous genres de ce récit. Parce que dans l'absolu, le tout est ici très terre-à-terre, réaliste, et terne, jamais particulièrement rythmé ou passionnant, et surtout, ça adhère tellement au récit de base qu'il n'y a quasiment aucune originalité à trouver dans cet American Christmas Carol finalement assez daté.

3/6 (en étant gentil, et en fermant les yeux sur les limites techniques du métrage, comme le maquillage inutile, ou encore les quelques moments où le micro-perche apparaît dans le champ)

commentaires

Critiques éclair - The Orville 1x11

Publié le 9 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Action, Comédie, Aventure, Orville, Star Trek, Drame, Fox

The Orville a trouvé son rythme de croisière, et devient presque une série recommandable... lorsque MacFarlane n'est pas au scénario. Et malheureusement...

The Orville 1x11 - New Dimensions :

Le vaisseau découvre une poche d'espace à deux dimensions, alors même que le Capitaine et Kelly découvrent que LaMarr est en fait un surdoué génial.

C'est amusant, MacFarlane revient au scénario, et aussitôt, ça redevient bancal et très inégal, avec des vannes et des gags qui tombent à plat (l'intro), des références à la pop culture moderne, des disputes d'ex-couple, un épisode centré sur les sentiments du Capitaine, et du recyclage : ici, en l'occurrence, le côté espace 2D (assez joli, visuellement, façon rétro 80s/néons/Tron) rappelle les extra-terrestres bidimensionnels de Next Gen... et bien entendu, toute la sous-intrigue de LaMarr, littéralement photocopiée sur ce qui est arrivé à Geordi La Forge - afro-américain, navigateur inutile durant toute la première partie de la série, et qui soudain est catapulté chef ingénieur du vaisseau.

Soit. Un peu de méta n'a jamais fait de mal à personne, mais MacFarlane a une trop grande estime de son écriture : il aime se donner le beau rôle, placer des références obscures (Flatland), et le titre de l'épisode, à double sens, est bien moins malin que ce qu'en pense probablement le showrunner.

Dans l'ensemble, ça se regarde, mais ça s'éparpille, c'est loin d'être toujours intéressant (d'autant que l'acteur qui interprète LaMarr n'est pas toujours très bon), et ça n'apporte pas grand chose au schmilblick... en fait, ça ressemble beaucoup au tout début de saison de cette série, en un peu plus développé tout de même.

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 23 - Un Mariage sous le Sapin (2017)

Publié le 9 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, ION

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Mariage sous le Sapin (The Spruces and the Pines/A Star-Crossed Christmas) :

Les Pine et les Spruce sont deux familles voisines qui ne se supportent pas, et qui sont directement en concurrence, tenant chacune une ferme à sapins dans leur même petite ville de Nouvelle Angleterre. Jusqu'au jour où, à l'approche de Noël, les jeunes Julie Pine (Jonn Walsh) et Rick Spruce (Nick Ballard) s'éprennent l'un de l'autre, et comprennent qu'ils doivent cacher cette relation impossible à tous leurs proches...

Une comédie romantique ION s'inscrivant clairement dans le moule d'un pseudo Roméo & Juliette (ou Hatfields and McCoys, au choix), saupoudré de quiproquos de Noël, et d'une direction artistique minimaliste (qui trahit un budget clairement limité)... mais qui finalement, s'avère une bonne surprise, surtout compte tenu des antécédents très moyens de la scénariste - Autant en Emporte Noël, Un Petit Cadeau du Père Noël, The Christmas Cure et un paquet de thrillers Lifetime insipides.

La romance, ainsi, est dynamique et malicieuse, et traitée avec suffisamment de recul et de bonne humeur, dans la première moitié du métrage, pour que l'on s'attache à ce couple et aux personnages secondaires (l'ours mal léché et la petite blonde) ; ensuite, ça prend un tour plus mélodramatique, forcément, mais sans jamais vraiment sombrer dans le larmoyant trop sérieux.

Bref, pour un téléfilm dont je n'attendais absolument rien, ça s'avère plutôt honorable (sans pour autant être exceptionnel), et le fait que ça se sorte un peu du carcan habituel des films festifs typés Hallmark est un plus non négligeable.

3.25/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 22 - Unlikely Angel (1996)

Publié le 8 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Yulefest, Noël, Christmas, Comédie, Fantastique, Télévision, CBS

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Unlikely Angel :

Chanteuse country caractérielle, impertinente et séductrice, Ruby Diamond (Dolly Parton) a un accident de voiture qui l'envoie directement au Paradis, où elle rencontre Saint Pierre (Roddy McDowall). Là, ce dernier lui explique la situation : si elle veut entrer au Paradis, elle doit prouver qu'elle mérite ses ailes en redescendant sur Terre pour réconcilier la famille Bartilson (Brian Kerwin, Allison Mack, Eli Marienthal) avant le soir de Noël. Si elle échoue, alors c'est l'Enfer qui l'attend...

Un téléfilm CBS ultra-balisé et prévisible, qui repose uniquement sur l'énergie et le sens de l'humour de Dolly Parton (sans oublier son accent, sa musique, son collagène, ses poumons et ses tenues... improbables) pour donner un semblant d'intérêt à une histoire cousue de fil blanc, et que l'on connaît par cœur.

Heureusement que le tout ne se prend pas trop au sérieux, d'ailleurs (les interventions récurrentes de Saint Pierre sous divers déguisements sont amusantes), ça aide à faire passer la pilule (et le côté très kitsch du Paradis) : ce n'est même pas particulièrement mauvais, c'est simplement générique au possible, à un point tel que ça en est instantanément oubliable.

2.25 + 0.5 pour une toute jeune Allison Mack, pré-Smallville = 2.75/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 21 - Un Prince pour Noël (2017)

Publié le 8 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Netflix

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Prince pour Noël (A Christmas Prince - 2017) :

Apprentie journaliste issue d'une famille new-yorkaise modeste, Amber (Rose McIver) est envoyée par sa rédactrice dans un petit royaume européen, pour enquêter sur le Prince Richard (Ben Lamb), futur monarque fils de la Reine Helena (Alice Krige), et qui semble tout faire pour éviter son destin. Mais sur place, Amber est confondue avec la nouvelle gouvernante de la jeune princesse Emily (Honor Kneafsey), handicapée, et elle s'installe au château, où elle apprend à faire la connaissance de Richard à l'approche de Noël...

Bon, on le sait, les romances princières de Noël sont très nombreuses, et j'ai déjà chroniqué un bon paquet de celles-ci sur ce blog (une simple recherche avec les mots clés "prince", "princière", "royal", "royaume" ou "couronne" - et autres dérivés - sur l'index Yulefest ou dans le blog en général devrait donner bon nombre de résultats).

Et ici, les scénaristes de ce téléfilm Netflix (dont le scénariste du miteux S. Darko, alias Donnie Darko 2) ont malheureusement décidé de faire un bon gros best-of de tous les clichés du genre, au point de donner l'impression au spectateur d'avoir déjà tout vu des dizaines de fois, voire même : de se trouver en présence d'une photocopie honteuse de plusieurs téléfilms Hallmark et compagnie.

Et c'est dommage, parce que les paysages et l'environnement de Roumanie sont superbes, que McIver est attachante, que Kneafsey (vue dans Sherlock) est plutôt juste, et que ça fait toujours plaisir de voir Sarah Douglas et Alice Krige dans des petits rôles.

Mais honnêtement, le tout est tellement dérivatif, balisé - et détaché de Noël - que, pour peu d'avoir déjà vu un ou plusieurs films "royaux" de ce type, on s'ennuie ferme. Et ce n'est pas le pseudo-mystère introduit à la truelle qui sauve le métrage du flop...

0.5 pour McIver + 0.5 pour la Roumanie + 0.5 pour la fillette = 1.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 20 - It Happened One Christmas (1977)

Publié le 7 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Christmas, Noël, Yulefest, Drame, Religion, Télévision, ABC

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

It Happened One Christmas :

Dans les années 40, Mary Bailey Hatch (Marlo Thomas), jeune femme rêvant de découvrir le monde, est malheureusement contrainte de passer le plus clair de son existence dans sa ville natale, Bedford Falls, à s'occuper de l'entreprise familiale de crédit financier et immobilier. La veille de Noël, alors que cette dernière est en proie à une crise financière sérieuse provoquée par Mr Potter (Orson Welles), Mary envisage le suicide, mais un ange gardien excentrique, Clara (Cloris Leachman), intervient alors pour la sauver, et lui montrer les effets positifs de son existence sur autrui...

Relecture télévisée de La Vie Est Belle de Capra, diffusée sur ABC en 1977, et qui change le sexe du personnage principal, sans vraiment apporter quoi que ce soit d'autre de vraiment pertinent au reste du film.

Et c'est un peu tout le problème de ce métrage : il est tellement photocopié sur l'original (au point d'avoir été accusé de plagiat par Capra car il copiait directement des scènes, des dialogues et des plans du film de ce dernier, tombé dans le domaine public en 1974) qu'il ne lui apporte absolument rien, si ce n'est sa protagoniste principale ultra-émotive et à l'interprétation très... "expressive" (son jeu, dans la dernière demi-heure, est très particulier), et son ange excentrique, maladroite, un peu lent d'esprit, et à l'accent calamiteux (une sorte d'hybride strident entre accent cockney, écossais et irlandais, qui passe de l'un à l'autre en fonction des scènes).

Plus embêtant, le récit échoue totalement à rendre ses personnages secondaires un tant soit peu intéressants ou identifiables, pendant toute sa première partie (pourtant assez longue - 80 minutes sur 109 minutes au total).

Résultat, toute la réalité parallèle "post-suicide" ne fonctionne pas du tout, paraissant très forcée et caricaturale dans sa mise en images, et sans la moindre charge émotionnelle.

Car en plus, techniquement parlant, c'est assez moyen et limité (voire parfois assez fauché - certains extérieurs puent le studio étriqué à plein nez, entre autres), la post-synchronisation est parfois assez bancale, et durant la première partie, les commentaires célestes récurrents de Joseph et Clara, en voix-off, ne fonctionnent tout simplement pas, tentant d'apporter de la légèreté et de la bonne humeur décalée à un métrage qui n'en a pas besoin.

Bref, un remake redondant et quelconque, assez laborieux et inutile, qui a principalement vu le jour parce qu'à l'époque de sa mise en chantier, le film de Capra n'était plus du tout rediffusé ou disponible, et que le grand public n'avait pas de point de comparaison.

Dès que La Vie est Belle a refait surface, cependant, le remake a été totalement éclipsé et oublié... et ce n'est pas surprenant.

2/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 19 - Un Noël pour se retrouver (2017)

Publié le 7 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, UpTV, Musique

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël pour se retrouver (A Very Country Christmas) :

Lorsque Zane (Greyston Holt), une superstar de la country, tente d'échapper à la pression médiatique en se réfugiant dans sa petite ville natale, il rencontre Jeanette Williams (Bea Santos), une jeune mère célibataire qui tente de mener de front sa vie professionnelle chaotique, et l'éducation de sa fille. Malgré leurs différences, Zane et Jeanette acceptent alors d'aider Jolene (Deana Carter), une amie commune, à préparer un spectacle de Noël, et ils finissent par se rapprocher l'un de l'autre...

Pendant de nombreuses années, qui disait téléfilm UpTV disait généralement équivalent discount et bien pensant des films Hallmark. Mais depuis quelques temps, la chaîne fait des efforts pour se démarquer un peu et proposer plus d'originalité et de diversité.

Ici, cela se traduit surtout par une production plus convaincante que certains téléfilms Hallmark récents, avec des décors naturels emplis d'une neige épaisse, des scènes extérieures, une direction artistique intéressante (la bande originale instrumentale country est assez appropriée et bien choisie), un couple principal plus développé, et d'innombrables personnages secondaires.

Des personnages secondaires qui, bien qu'ils soient parfois bien interprétés (Deana Carter, notamment, qui est chanteuse country IRL, s'en sort très bien, mais aussi Allison Hossack, Alys Crocker, ou encore la fillette), sont cependant trop nombreux et inutiles pour leur propre bien : ce téléfilm est en effet adapté d'un roman Harlequin pour une chaîne "familiale et religieuse", ce qui signifie qu'il a fallu remplacer une romance probablement torride par une histoire d'amour en pointillé, de multiples sous-intrigues sans intérêt aux nombreux personnages qui ne font guère plus que de la figuration (Greg Vaughan, la fliquette, la restauratrice, la patronne, l'assistante maladroite, le traître, son compère glandeur épris de l'héroïne, les présentatrices tv...), et surtout, énormément de longs passages dialogués qui permettent aux personnages principaux de faire de l'exposition, d'expliquer leurs états d'âme, leur situation, etc, dans les grandes largeurs.

Ce qui n'est pas un problème en soi, et permet d'éviter aux protagonistes de n'être que des clichés... mais ça ralentit considérable le rythme du tout, un rythme souffrant déjà du manque de péripéties, d'un couple principal assez quelconque (ils jouent bien, mais sont transparents), et d'un ton hésitant, oscillant entre surexcitation frénétique supposée donner de l'énergie, et quelque chose de plus solennel et sérieux, pour ne pas dire mélodramatique.

Bref, ce côté bipolaire fait que le film semble hésiter sur quel pied danser, et finit par être assez oubliable : la romance est timide, le côté country pas très appuyé, les péripéties oubliables, les personnages secondaires sous-développés... et tout cela finit par effacer les bons points de la production et de l'interprétation, pour ne pas laisser le moindre souvenir. Dommage.

2.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 16 - Noël en Dansant (2017)

Publié le 5 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël en Dansant (Enchanted Christmas) :

Désormais installée à Los Angeles, Laura (Alexa PenaVega) retourne à Salt Lake City, ville de son enfance, pour superviser la rénovation d'un vieil hôtel juste avant Noël, et le 75ème spectacle caritatif qui doit s'y tenir. Là, elle s'installe chez son père (Rene Rivera) avec sa fille (Jaynee-Lynne Kinchen), mais découvre bien vite que son ex-petit-ami, Ricardo (Carlos PenaVega) est lui aussi de retour en ville, mettant de côté sa carrière de danseur professionnel international pour chorégraphier et apparaître dans le spectacle de l'hôtel...

Une comédie romantique assez frustrante, puisque possédant de nombreuses qualités rafraîchissantes - des personnages latinos ! Une fillette qui n'est pas tête à claques ! Un grand-père amusant et attachant ! Un protagoniste masculin qui possède une vraie personnalité ! Un couple marié IRL dans les rôles principaux, avec ce que ça comporte d'alchimie convaincante ! - mais qui, après sa petite demi-heure de mise en place, commence lentement à succomber aux clichés et autres défauts habituels des métrages Hallmark.

Entre les éléments perturbateurs blonds/blondes insipides, les numéros de danse pas très intéressants, la fausse neige artificielle en extérieur (on voit clairement les rouleaux de fausse neige fauchée étalés à la va-vite et mal découpés, dans certaines scènes), et la lumière particulièrement bizarre de tout le film (ça ressemble parfois à un soap mexicain, en fait, avec énormément de contre-jours, de lumière diffuse et de lens flares), on finit par se lasser, et par regretter que la distribution ne soit pas mieux servie par un script à sa hauteur.

2.75/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 15 - Des Révélations pour Noël (2017)

Publié le 5 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Drame, Romance

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Des Révélations pour Noël (Engaging Father Christmas) :

Un an après avoir découvert qu'elle était la fille illégitime d'un célèbre comédien décédé, Miranda (Erin Krakow) revient dans la ville natale de ce dernier, pour retrouver son compagnon, Ian (Niall Matter), qui vit sur place. Mais rapidement, alors que la communauté s'apprête à célébrer la vie de son père biologique, Miranda commence à recevoir des textos menaçant de rendre son secret public...

Suite du téléfilm Un Papa pour Noël, diffusé l'année dernière sur Hallmark Movies & Mysteries, et qui était très loin de m'avoir convaincu. En effet, si pour une fois, FFC était tout à fait approprié à sa chaîne de diffusion (car plus mélodramatique, et avec un mystère en son cœur), c'était aussi un métrage assez larmoyant et centré sur des secrets de famille qui finissaient par phagocyter le moindre esprit festif : ce n'était pas mauvais, en soi, mais ce n'était pas du tout ma tasse de thé.

Ici, avec Engaging Father Christmas, la production tente de combiner cette approche mélodramatique et mystérieuse à une comédie romantique plus classique, et le mélange ne prend pas vraiment.

Le côté "mystère larmoyant" est ainsi particulièrement bâclé et superficiel, sans réel intérêt et ayant à peu près la profondeur et la complexité d'une intrigue de The Good Witch (le "méchant" est immédiatement identifiable, dès sa première apparition "fortuite" ; la résolution est téléphonée au possible). Avec en prime un choix créatif discutable (la famille qui impose à l'héroïne de garder le silence, envers et contre tout) qui rend tout ce petit monde difficilement attachant.

Le côté "comédie romantique", lui, est globalement forcé, avec une Erin Krakow qui se sent obligée de surjouer pour donner un peu d'énergie à cette partie du récit, et un Niall Matter qui fait régulièrement de la figuration, se contentant de soutenir vaguement sa chère et tendre avant de retourner rénover leur future maison.

Bref : je n'ai pas plus accroché à cet Engaging Father Christmas aux enjeux disproportionnés ("mon dieu, si l'on apprend que ce célèbre comédien admiré de tous a eu une aventure extraconjugale, sa réputation sera ruinée et ce sera un drame national !".... euh... non ?) qu'au premier volet, et il est probable que si troisième volet il y a (et il y aura probablement un troisième volet), je m'abstienne tout simplement de le regarder.

2/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 14 - Le Plus Beau des Cadeaux (2011)

Publié le 4 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Yulefest, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Lifetime

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Plus Beau des Cadeaux (Dear Santa) :

Jeune trentenaire superficielle et frivole entretenue par ses parents, Crystal Carruthers (Amy Acker) reçoit un ultimatum de ces derniers : elle a jusqu'à Noël pour changer ses habitudes et trouver un emploi, sous peine d'être privée de ses finances. Lorsqu'elle tombe sur la lettre au Père Noël de la petite Olivia (Emma Duke), Crystal se met aussitôt en tête d'exaucer le souhait de cette dernière, et de trouver une femme au père veuf d'Olivia, Derek (David Haydn-Jones), un conducteur de déneigeuse s'occupant d'une soupe populaire...

Téléfilm Lifetime de 2011, réalisé par Jason Priestley en personne, et qui, étrangement, était passé au travers des mailles du filet de ce blog, malgré la présence de la toujours très attachante Amy Acker en tête d'affiche.

J'ai pourtant vaguement le souvenir de l'avoir vu à l'époque, tout en n'en gardant qu'un très vague souvenir peu impressionné... et effectivement, au revisionnage, il n'y a pas grand chose à garder de cette production finalement assez médiocre.

Si la réalisation de Priestley est assez quelconque, c'est surtout au niveau de l'écriture que le métrage pèche : une écriture au trait assez forcé, avec des personnages clichés (aïe, le meilleur copain gay/chef efféminé à la toque, à la veste de cuisine et au tablier roses ! Aïe, la rivale amoureuse - Gina Holden - affublée de tous les défauts du monde !), et une production qui se met au diapason.

Tout le monde surjoue donc allègrement (y compris Acker, même si son charme aide à faire passer la pilule), les ficelles du script sont assez grosses (l'héroïne qui, spontanément, décide de traquer cette fillette, de mentir à cette famille, et de s'incruster dans sa vie, c'est assez limite ; les discussions à cœur ouvert qui se produisent de manière aléatoire et totalement forcée), il n'y a aucun soin apporté à la production (le dialogue nostalgique sur "le sapin qui sent bon et n'est pas un arbre en plastique", alors même qu'au premier plan de cette scène se trouve justement toutes les branches - clairement en plastique - du sapin en question) et la musique en rajoute encore une couche dans le sirupeux ou dans l'insipide.

Bref, un téléfilm totalement oubliable, qui ne gagne que quelques points grâce à son interprète et à la petite fille, assez naturelle.

2/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 13 - Une Superstar pour Noël (2017)

Publié le 4 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Une Superstar pour Noël (A Song For Christmas) :

Star de la country en devenir, Adelaide (Rebecca Tobin) peine à concilier ses ambitions artistiques avec les demandes de son manager ambitieux. Un jour, alors qu'elle manque son bus de tournée, elle finit dans la ferme à sapins de la famille Lapps, qui l'accueille le temps que la météo se fasse plus clémente, et que son équipe puisse venir la rechercher. Là, Addie tombe sous le charme de Dillon (Kevin McGarry), musicien manquant du courage de tenter sa chance, et découvre les difficultés financières de la famille...

Une assez bonne surprise que ce A Song For Christmas, diffusé sans grande raison sur HM&M. Assez bonne surprise, car rien dans le sujet (la country) ou dans la distribution principale (Becca Tobin, qui ressemble de plus en plus à un croisement entre une sœur Olsen et Portia de Rossi jeune - c'est la bouche qui fait ça) ne laissait envisager un film agréable  et bien mené.

Le script est en effet cousu de fil blanc, que ce soit dans la structure de la famille, dans le postulat de départ, dans les rebondissements, etc, au point qu'on a souvent l'impression d'avoir déjà vu tout ça des dizaines de fois... et pourtant, quelque chose fonctionne. Le ton, l'énergie, la distribution secondaire, les extérieurs enneigés (pauvre distribution, qui doit tourner une scène cruciale du film alors qu'une tonne de vraie neige s'abat sur eux depuis les cieux) : ça marche à peu près.

Oh, ce n'est pas révolutionnaire pour un sou, mais la famille est crédible et attachante (mention spéciale à Kendra Leigh Timmins, toujours impeccable), la romance fonctionne plus ou moins bien (Kevin McGarry a un petit côté rétro qui sied bien au personnage et au film), et le message est moins insipide que dans le reste des productions Hallmark (ici, c'est "reste fidèle à tes principes et à ce que tu es", et pas "la ville, c'est mal, rien ne vaut la vie dans une ferme, et le mariage").

Bref, s'il y a toujours les défauts inhérents au genre (la meilleure copine ethnique est de retour, le budget photoshop est misérable - cf la couverture piteuse du magazine), le tout s'avère finalement très regardable, d'autant que je n'en attendais vraiment rien.

3 + 0.5 pour la neige = 3.5/6

commentaires

Les bilans de Sygbab - Earth 2 (1994-1995)

Publié le 3 Décembre 2017 par Sygbab dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Drame, Les bilans de Sygbab

Sygbab regarde (beaucoup) la tv, Sygbab écrit (parfois) des bilans : retrouvez-les sur le blog des Téléphages Anonymes !

Earth 2, saison 1 :

S'ajoutant à la liste des séries de science-fiction n'ayant pas dépassé une saison complète, Earth 2 privilégie l'exploration et la colonisation plutôt que de s'orienter vers la classique invasion de la Terre par une race alien.

En effet, après un voyage de 22 ans en animation suspendue, l'équipage de Devon Adair s'écrase sur la planète qu'ils devaient rallier dans le cadre du projet Eden, censé aboutir à la reconstruction d'une nouvelle civilisation. Malheureusement, le site du crash est très éloigné de la destination initiale, une région qui avait été repérée au préalable nommé New Pacifica.

Il y a donc un aspect "nouveau départ" qui préfigure d'une aventure excitante, à priori facilitée par les véhicules dont le groupe dispose encore, et d'outils dont la technologie est avancée.

La ligne directrice est de fait clairement établie : le téléspectateur devrait assister à une longue marche permettant de confronter à des imprévus comme le manque d'eau - une difficulté qui revient régulièrement lorsqu'il s'agit de survivre dans un environnement dont on ne maîtrise pas toutes les composantes - et de découvrir de nouveaux paysages ainsi que les êtres peuplant la planète G889.

Ces races sont au nombre de deux : les Grendlers et les Terrians. Les premiers sont hideux (les costumes et les masques sont de mauvais goûts, ce qui nuit fortement à leur crédibilité) et sont généralement représentés comme dangereux et sans cervelle.

La seule tentative de les développer intervient dans l'avant-dernier épisode Survival of the Fittest, qui évoque la similitude des sentiments entre les humains et ces créatures immondes lors de la perte d'un être aimé, le tout sur fond de musique larmoyante. L'intention est sûrement louable, mais il est difficile d'être convaincu par la pertinence du propos alors qu'aucun effort n'a été fait auparavant pour s'intéresser à leur mode de communication ou à leur structure sociale.

Les seconds ont une apparence déjà plus travaillée, sans que ce soit extraordinaire. Il y a cependant une réelle volonté de leur donner un aspect primitif, afin d'inverser le rapport de force habituel : ici, les aliens sont humains. Mais il ne faut pas se fier aux apparences car ils disposent d'armes assez futuristes, et communiquent sur un autre plan : outre un vocabulaire constitué de trilles, ils s'expriment de manière plus mystique dans le monde des rêves.

Ils possèdent également quelques pouvoirs liés à leur symbiose avec la planète, comme la capacité de passer au travers de la roche et de la terre. L'idée est bonne, mais la réalisation est moyenne : les voir apparaître en sortant du sol avec un bruitage qui fait penser à une foreuse est assez particulier.

Ceux-ci sont au cœur de l'intrigue puisqu'ils guérissent Ulysses Adair dans le pilote, ce dernier étant atteint d'un syndrome touchant bon nombre d'enfants ayant vécu toute leur vie dans des stations spatiales - la Terre étant en grande partie devenue inhabitable - et qui limite l'espérance de vie à environ huit ans.

C'est d'ailleurs ce qui avait poussé Devon à faire partir son expédition sans l'accord du gouvernement, dans l'espoir de sauver son fils d'une maladie non reconnue. Son souhait est donc exaucé, mais ce n'est pas sans conséquence : Ulysses devient malgré lui un lien entre les deux espèces.

Cela ne manque pas d'intéresser le Conseil, une éminence grise basée sur Terre qui souhaite contrôler la planète et qui est en contact avec Julia, le seul médecin embarqué à bord - celle-ci ayant subi une modification génétique pour que la raison l'emporte sur les sentiments. Comme les Terrians ne peuvent être éliminés puisque cela signifierait la mort de la planète, le garçon est d'une importance capitale pour cette organisation.

La menace est d'autant plus présente que son représentant est en orbite et presse régulièrement Julia pour obtenir leurs coordonnées. Or, le final révèle que Reilly n'est que la création d'un programme informatique appelé Eve, dont le but était d'amener l'équipage à l'équipe de chercheurs qui ont développé son code... Remettre en question les fondements d'une série peut s'avérer être une prise de risque intéressante, ici le téléspectateur peut avoir l'impression qu'on l'a fait tourner en bourrique.

Cela n'empêche pas de poser des questions d'ordre moral, comme la possibilité de faire de G889 une colonie pénale où envoyer des condamnés et de créer un être génétiquement modifié tel que le ZED pour les anéantir (ce qui pose d'ailleurs quelques problèmes pour les pionniers). Malheureusement, cela manque souvent de poids car les sujets ne sont pas toujours abordés de la meilleure des manières, la faite à une écriture qui n'est pas toujours rigoureuse.

De fait, de nombreuses idées intéressantes sont gâchées par des explications bancales au mieux, foireuses au pire. Pour s'en convaincre, il suffit de citer deux exemples en rapport avec la symbiose entre la planète et ses habitants.

Le premier concerne l'épisode Brave New Pacifica, où des failles spatio-temporelles sont découvertes : elles sont en fait liées à des araignées "positives" et "négatives" qui créent un champ magnétique... Dans Flower Child, l'une des personnages prend une éjection de pollen en plein visage, se retrouve enceinte, et aide la planète à "accoucher" du printemps.

Ce qui aurait pu être poétique sonne comme un prétexte pour reprendre la marche en avant, alors que l'équipage a été bloqué en un seul endroit pendant la moitié de la saison à cause de l'hiver.

Les personnages, quand à eux, sont caractérisés de manière assez sommaire : le capitaine féminin, milliardaire et mère célibataire, le mécano ronchon, méfiant et père célibataire (dans ce cas, le charisme de Clancy Brown suffit), le cyborg noir, la doctoresse blonde et génétiquement modifiée, le pilote latino, le couple de mariés...

Ce n'est pas forcément rédhibitoire, mais il n'y a de réel développement derrière. Les rares tentatives effectuées en ce sens ne sont pas vraiment concluantes (surtout quand elles concernent Yale, le cyborg : l'acteur joue terriblement mal que ça, à tel point que ça finit par en devenir gênant).

C'est d'autant plus navrant que la voix-off est systématiquement utilisée au début et à la fin de chaque épisode, en changeant régulièrement de narrateur pour offrir différents points de vue.

Or, au lieu de s'en servir pour explorer la psyché de chacun, les scénaristes utilisent très souvent le procédé pour raconter platement les évènements qui se déroulent sous nos yeux .

Rares sont les moments où cela débouche sur quelque chose de vraiment intéressant concernant le personnage. De plus, les tensions entre les protagonistes sont assez mal gérées, tout comme la fatigue psychologique engendrée par cette longue marche forcée, puis le campement dans un lieu confiné pendant tout l'hiver. Il y avait beaucoup de choses à faire à ce niveau-là, mais ce n'est que survolé.

C'est donc un bilan assez mitigé, pour une série qui souffre d'un mal récurrent dans le genre de la science-fiction : un potentiel et des idées intéressants, sans que l'écriture ne permette d'aller plus loin car les scénaristes s'éparpillent au lieu de s'attarder sur certains concepts qui en valent vraiment la peine.

Outre une diffusion plus que chaotique à l'origine, avec notamment l'épisode final placé en antépénultième position, c'est sans doute pour ces raisons que le public n'a pas suivi. Néanmoins, le tableau n'est pas non plus complètement noir : ça reste relativement agréable à suivre.

commentaires

Les bilans de Lurdo - Gilmore Girls - Une Nouvelle Année - Hiver (2016)

Publié le 3 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Comédie, Romance, Netflix, Gilmore Girls

Retrouvez l'intégralité des critiques des Gilmore Girls par les Téléphages Anonymes, en cliquant ici !

Le mois de décembre est là, l'hiver aussi (plus ou moins), et à défaut de neige, le moment est venu de se blottir au coin du feu devant les femmes de Stars Hollow, un an tout juste après la diffusion de la mini-série Gilmore Girls - Une Nouvelle Année sur Netflix.

Gilmore Girls - A Year in the Life 1x01 - Winter :

Alors que la carrière de journaliste de Rory (Alexis Bledel) est florissante, et qu'elle passe tout son temps entre Londres, Brooklyn et Stars Hollow, à entretenir une relation adultère avec son amant Logan (Matt Czuchry), la jeune femme se rapproche de Naomi Shropshire (Alex Kingston), sujet potentiel d'un nouveau livre. De son côté, Lorelai (Lauren Graham) et sa mère (Kelly Bishop) ne se parlent plus depuis la mort de Richard : une situation intenable, qui amène Lorelai à envisager d'avoir un bébé avec Luke (Scott Patterson), et qui la pousse à conseiller à sa mère de voir un thérapeute...

Ce qui est très bien, avec les Gilmore Girls, c'est qu'instantanément, on est replongé dans le bain, comme si on n'avait pas quitté Stars Hollow, et que la vie y était toujours la même.

La série a conscience de cette effet "boule à neige", et s'en moque même un peu. Mais c'est aussi pour ça qu'on apprécie le travail des Palladino : il y a une certaine familiarité qui est posée, et qui fait qu'on retrouve cette petite ville, ce petit univers, et tous ses personnages atypiques, avec un confort et une affection indubitables.

Ce premier chapitre saisonnier du revival 2016 de la série n'est guère plus qu'un épisode classique des Gilmore, étendu à 90 minutes : pas de surprise dans l'écriture, dans la forme, dans le rythme ou dans les personnages, par conséquent.

On retrouve donc toute cette petite troupe avec un certain bonheur, et le tout est très efficace, même si, il faut bien l'avouer, cet épisode de reprise frôle parfois le trop plein de personnages à réintroduire, et de caméos façon "hey, regardez, on n'a pas oublié untel ou untel !".

Mais dans l'ensemble, comme d'habitude, on oscille toujours entre amusement et émotion, notamment lorsque vient le sujet de la mort de Richard/Edward Hermann. Une mort qui a éprouvé tant les acteurs que les personnages, et qui se trouve au coeur des scènes les plus fortes de l'épisode, des scènes toujours parfaitement interprétées par Kelly Bishop et Lauren Graham.

Passées les quelques premières minutes de l'épisode, nécessaires pour se remettre dans le bain et dans la cadence si particulière du show, les 90 minutes de cet épisode passent donc globalement comme une lettre à la poste, entre les excentricités de Kirk, Paris et son business d'insémination artificielle (clin d'oeil à Danny Strong, devenu scénariste à succès IRL et dans l'univers Gilmore), ou encore Taylor et ses égouts : pas vraiment le temps de s'ennuyer, chez les Gilmore.

Sauf, peut-être, du côté de Rory.

Il faut être réaliste : le maillon faible de cet épisode, comme elle l'a souvent été dans la série, c'est Rory. Une Rory qui a toujours été ultra-privilégiée et ultra-capricieuse, qui a toujours pris les pires décisions au monde, qui a toujours eu une conception trop idéalisée du monde/de la vie/de l'art, et qui, ici aussi, se contente de profiter de l'aura positive entourant un article qu'elle a publiée, pour ne rien faire d'autre de sa vie, et chercher sa vocation.

Encore une fois, Rory se cherche, Rory ne sait pas ce qu'elle veut faire, Rory voudrait bien qu'on la soutienne dans sa quête de sens, mais Rory joue tout de même les jet-setteuses autour du globe, prenant l'avion de Londres à New York et vice-versa sur un coup de tête, avant de passer 48 heures à Stars Hollow et de repartir. Parce qu'elle en a les moyens, et qu'être bohème, c'est in quand on est une journaliste/auteure.

Et comme d'habitude, Rory a une vie amoureuse calamiteuse : elle sort depuis deux ans avec Paul, qu'elle trompe pourtant avec Logan (lui-même fiancé), et qu'elle traite donc comme un moins que rien (en soi, le running gag sur Paul, une sorte de Ann Veal - cf. Arrested Development - au masculin, est assez amusant... mais du point de vue du personnage, cela rend vraiment Rory détestable).

Bref. Difficile de s'intéresser vraiment ou de s'attacher à Rory et à ses sous-intrigues, ici, comme dans la série originale.

Espérons donc qu'au fil de cette saison inhabituelle, les Palladino auront autre chose à nous proposer sur la durée, notamment pour les autres personnages, car sinon, le personnage de Rory risque bien d'éclipser tous les points positifs de ce revival par ailleurs très réussi...

commentaires

Critiques éclair - The Orville 1x10

Publié le 2 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Comédie, Science-Fiction, Star Trek, Drame, Action, Aventure, Orville, Fox

Star Trek Discovery, c'est terminé pour l'instant, mais The Orville continue jusqu'à la pause de Noël, et la série continue de trouver petit à petit son ton, et son chemin...

The Orville 1x10 - Firestorm :

Perturbée par sa phobie du feu, qui s'est manifestée au moment le plus inopportun et l'a empêchée de sauver un membre d'équipage, Alara décide d'étudier l'origine de cette peur. Mais rapidement, des phénomènes étranges se manifestent à bord, et des phobies de tous types commencent à s'en prendre à la jeune femme...

Un épisode plus sérieux, qui joue la carte de la tension et même de l'horreur, avec une approche qui m'a un peu rappelé certains épisodes de Star Trek TOS, jusqu'au combat mano-a-mano du protagoniste avec le méchant de service.

(techniquement, il aurait fallu que l'uniforme d'Alara se déchire pour que l'hommage aux combats de catch de Kirk soit complet, mais bon, on ne va pas trop en demander)

C'était donc plutôt sympathique - encore une fois, je remarque que lorsque MacFarlane n'est pas au script, c'est mieux équilibré et structuré (et moins lourd) - bien qu'imparfait, notamment au niveau du rythme. De plus, n'importe quel spectateur un peu aguerri devine dès le début de l'épisode qu'il va avoir droit à un retournement de situation plus ou moins inspiré pour expliquer tout ça.

Ici, le retournement en question n'est pas désagréable, sans être d'une originalité folle, mais au moins il permet de souligner qu'une fois de plus, les personnages de The Orville sont mille fois plus intéressants à suivre et attachants que ceux de STD, et qu'ils ont une véritable unité, un esprit de corps qui fait plaisir à voir.

Si la série parvient à continuer sur cette lancée, et à éviter de retomber dans les clichés du pastiche basique made in MacFarlane, The Orville va peut-être finir par évoluer dans une bonne direction.

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 11 - Un Délicieux Noël (2017)

Publié le 2 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Délicieux Noël (The Sweetest Christmas, aka Sugar and Spice) :

Apprentie pâtissière qui peine à s'établir, Kylie (Lacey Chabert) apprend que sa candidature est acceptée pour le Grand Concours Américain de Pain d'Épices de Noël, alors même qu'elle se sépare de son compagnon, et que ses nièces rendent son four inutilisable. Au pied du mur, elle se tourne alors vers Nick (Lea Coco), son ex-petit-ami qu'elle vient de retrouver, et qui gère une pizzeria traditionnelle : elle parvient à le convaincre de la laisser utiliser ses fours, ce qui amène la jeune femme à se rapprocher de son ex et du fils de celui-ci...

Une comédie romantique Hallmark tout sauf mémorable, avec une Chabert qui semble motivée, mais qui est desservie par une intrigue banale et quelconque (qui prend son temps pour se mettre en route), ainsi que par deux protagonistes masculins insipides et transparents.

À un point tel que j'ai fini par me dire qu'en inversant les rôles, et en mettant le sympathique Jonathan Adams (qui joue ici le rôle de Ralphie, le ressort comique afro-américain de service) dans le rôle de Nick (ou en fusionnant les deux personnages), ça aurait pu donner une comédie romantique décalée, originale et audacieuse.

Mais bien entendu (sans même parler de l'éventuelle différence d'âge), elle n'aurait pas pu être diffusée sur Hallmark, la chaîne où les quotas ethniques sont réduits aux seconds rôles de meilleur(e) ami(e), de patron(ne) ou de collègue.

2.5/6 (ce n'est même pas particulièrement mauvais, mais c'est tout simplement instantanément oubliable)

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 09 - Organiser le Noël Parfait (2017)

Publié le 1 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Organiser le Noël Parfait (Christmas in the Air, aka 12 Days) :

Créateur de jouets surbooké tentant de négocier un contrat conséquent, Robert (Eric Close) aimerait passer plus de temps avec ses deux enfants (Trinity Rose Likins & Jesse Filkow) à l'approche de Noël. Mais il ne lui reste plus que 12 jours pour mettre un peu d'ordre dans son existence, et il n'a d'autre choix que de demander l'aide de Lydia (Catherine Bell), une spécialiste en organisation...

Mouais. Une rom-com Hallmark diffusée sans raison sur Hallmark Movies & Mysteries, et dans laquelle Catherine Bell, en pilotage automatique, nous rejoue sa partition de Good Witch botoxée au sourire énigmatique et aux bons conseils et autres platitudes insipides.

Franchement rien de mémorable, de son côté, même si face à elle, Eric Close s'avère plutôt sympathique, et a des rapports très naturels avec ses enfants ; d'ailleurs, tout le côté "père surbooké qui tente de concilier carrière et famille" fonctionne assez bien, aidé par des décors naturels à la neige constante, réelle et omniprésente.

La romance, elle, plus adulte et mûre que d'habitude, laisse gentiment de marbre, souffrant en plus d'un quiproquo de dernière minute assez forcé, et d'une conclusion un peu plate et expédiée.

Bof, en somme.

2.5/6

commentaires
<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 50 60 70 > >>