Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #star trek catégorie

Critiques éclair - Star Trek Discovery 1x06

Publié le 28 Octobre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, CBS, Action, Star Trek, Discovery

Six épisodes, et Star Trek Discovery divise toujours autant, entre ceux qui n'aiment pas du tout, et préfèrent Orville, et ceux qui insistent qu'il faut "attendre un peu, car les premières saisons de toutes les séries Trek sont médiocres"...

​Star Trek Discovery 1x06 :

Burnham, Tilly et Tyler, promu chef de la sécurité, partent secourir Sarek, blessé à bord de sa navette lors d'un attentat extrémiste vulcain, tandis que Lorca reçoit la visite de l'Amirale Cornwell (Jayne Brook)...

Mouais.

Plus les semaines passent, et moins je trouve à dire sur la série. Il faut dire qu'elle ne me passionne pas du tout, et que malgré ses 42 minutes hebdomadaires, je trouve le temps long.

La faute à l'écriture (ici, l'épisode est co-signé Joe Menosky, qui a longtemps œuvré sur Voyager), qui manque affreusement de maîtrise et de subtilité, notamment dans tout ce qui tourne autour de la relation de Sarek et Burnham. Une Michael Burnham Sue tellement exceptionnelle et spéciale qu'elle a un morceau de l'âme de Sarek en elle, et qu'elle mérite apparemment que les scénaristes recadrent et réécrivent toute la relation de Spock/Sarek à l'aune de la relation de ce dernier avec Burnham.

Un Sarek particulièrement émotif, d'ailleurs, ce qui surprend toujours. Mais bon, les Vulcains héritent bien d'extrémistes logisticiens, dans cet épisode, des terroristes qui prônent la pureté raciale et idéologique. Pourquoi pas, au point où on en est...

En parallèle, le Discovery est toujours présenté comme un vaisseau assez  désagréable, qui utilise sans broncher le chef-ingénieur (qui semble aller de plus en plus mal) comme super-ordinateur de navigation aux spores (ce qui ne gêne personne), qui fait d'un illustre inconnu un peu louche le chef de la sécurité du navire, et qui a comme Capitaine un menteur atteint de stress post-traumatique, qui envoie l'amirale au casse-pipe après avoir couché avec elle, histoire de protéger ses arrières.

Ça fait rêver.

Et pour couronner le tout, la production se sent obligée d'insérer à la truelle de l'action, que ce soit sous la forme d'une fusillade holographique d'entraînement, ou de combats mentaux d'arts martiaux vulcains, particulièrement laids et mal filmés.

Mouais.

commentaires

Critiques éclair - The Orville 1x06

Publié le 22 Octobre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Star Trek, Aventure, Comédie, Action, Fox, Orville

Cinq épisodes diffusés, et The Orville continue de n'être qu'un clone ultra-basique de Star Trek : The Next Generation, avec plus de moyens, mais aussi avec beaucoup moins d'idées. En temps normal, la communauté des fans de Star Trek aurait couvert d'opprobres cette série opportuniste et facile...

... mais voilà, The Orville est en concurrence directe, dans le cœur des trekkies/trekkers, avec un Star Trek Discovery des plus polarisants, et bon nombre de fans choisissent étrangement de fermer les yeux sur les défauts de Orville, série plus proche de l'esprit Trek (tel qu'ils le perçoivent) que ne l'est Discovery à leur yeux.

On se retrouve donc avec deux camps qui s'opposent, comme s'il était impossible d'aimer (ou de détester) les deux programmes en simultané. Choisis ton camp, camarade... ou pas.

The Orville 1x06 - Krill :

Mercer et Malloy utilisent une navette krill volée pour infiltrer l'un des vaisseaux ennemis, et leur dérober un texte religieux sacré. Mais leur mission change soudain lorsqu'ils apprennent l'existence à bord d'une bombe krill destinée à une colonie de l'Union : désormais, les deux officiers vont devoir éliminer l'équipage krill avant qu'ils ne commettent un massacre... mais il y a des enfants à bord.

Premier épisode à ne pas être écrit par Seth MacFarlane, et premier épisode à ressembler à quelque chose de satisfaisant, qui ne semble pas directement plagié sur du Trek existant.

Bon, ce n'est pas forcément le comble de l'originalité, mais la structure est nettement plus homogène (c'est un ancien de Star Trek Enterprise qui a écrit le tout, et Jon "24 heures chrono" Cassar qui réalise), l'humour nettement plus naturel et mieux intégré, la guest star est anecdotique (Kelly Hu en officier supérieur de l'Union pendant trente secondes), et si la série reste à la gloire de MacFarlane, action hero & séducteur, le tout était déjà nettement plus compétent et honorable que précédemment.

Reste toujours le problème de ces références pop contemporaines (Katniss, Avis, Hertz, etc), qui seraient totalement naturelles dans la bouche de l'équipage... si l'on était dans Galaxy Quest - la série (avec des membres d'équipage issus de notre Terre actuelle), et pas plusieurs siècles dans le futur. Mais bon...

commentaires

Critiques éclair - Star Trek Discovery 1x05

Publié le 21 Octobre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Star Trek, CBS, Netflix, Action, Discovery

Cinq épisodes, et Star Trek Discovery ne décolle toujours pas...

​Star Trek Discovery 1x05 :

Burnham comprend que le tardigrade se meurt à chaque saut sporique : elle tente d'en avertir le capitaine Lorca, mais celui-ci est fait prisonnier par des Klingons, et rencontre Harry Mudd (Rainn Wilson) en cellule...

Je commence honnêtement à perdre patience, et cela s'est vraiment ressenti durant cet épisode, que je n'ai pas du tout aimé, et devant lequel j'ai vraiment trouvé le temps long.

Les personnages antipathiques restent un problème de taille, d'autant plus lorsque les scénaristes (ici, ils étaient trois) décident de rendre le seul protagoniste attachant (Saru) aussi borné et hostile que les autres.

Ensuite, toute l'intrigue de l'épisode (Lorca en prison) m'a semblé particulièrement forcée, non seulement au niveau de l'utilisation de Mudd (totalement inutile, si ce n'est pour faire du fanservice, et à la scène d'introduction très mal écrite, façon scénariste incompétent qui balance un mur d'exposition en vrac), mais aussi du propos et de l'utilité de toute la sous-intrigue, de la manière dont les Klingons sont montrés à l'écran (faibles, manichéens, et avec un maquillage vraiment sommaire, et des costumes régulièrement caoutchouteux), et au niveau de la résolution du tout (on va dire que tout était bien trop facile pour être crédible, et que je ne serais pas surpris que Ash Tyler soit un espion klingon, qui sera reconnu par le tribule sur le bureau de Lorca).

Vient ensuite l'intrigue du tardigrade, là encore écrite avec des moufles (encore un mur de techno-babble inutile), et se déroulant de manière vraiment trop convenue (dès l'apparition de l'hypospray, on devinait que soit Burnham soit l'ingénieur allait se l'injecter).

Après, bien entendu, histoire de bien montrer que Star Trek, maintenant, c'est dark & gritty & moderne & adulte, on a deux "fucks" bien gratuits (*soupir*), un couple gay (bon, ça, à la limite, peu importe, mais ça aurait pu être amené plus finement), et de la rétro-continuité qui sous-entend que les Klingons ont deux pénis (*facepalm*).

(et puis, bien sûr, aucun optimisme, une Burnham qui continue de désobéir à tous les ordres qu'on lui donne, et de faire la tête, et Starfleet qui, apparemment, est tellement militarisée qu'elle peut désormais enrôler de force des civils pour se battre... W.T.F.) 

commentaires

Critiques éclair - The Orville 1x05

Publié le 15 Octobre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Star Trek, Comédie, Action, Aventure, Fox, Orville

Après quatre épisodes, The Orville ne parvient pas à se défaire du fait qu'elle n'est, à la base, qu'un clone de Star Trek, sur lequel une couche de vannes peu inspirées, de références contemporaines et de guest-stars a été rajoutée.

Alors oui, effectivement, si l'on est fan de Star Trek, on peut tout à fait trouver ça sympathique de par ses nombreuses similitudes avec l’œuvre originale... mais on peut aussi trouver que cela tient plus du photocopillage sans inspiration que de l'hommage.

The Orville 1x05 - Pria :

Lorsque l'Orville recueille à son bord Pria (Charlize Theron), capitaine d'un navire en perdition, celle-ci tape dans l’œil du capitaine, et suscite la jalousie du premier officier du vaisseau. Mais Pria semble cacher un secret venu du futur... tandis que Malloy tente d'expliquer ce qu'est l'humour à Isaac l'androïde.

Guest-star/"amie" de MacFarlane dans un petit rôle ? Ouaip.

Inspiration évidente de Next-Gen, avec quelques modifications plus ou moins superficielles (5x09 - Question de Temps, notamment) ? Ouaip.

Recyclage d'une sous-intrigue de Next-Gen (Data qui ne comprend pas l'humour humain) ? Ouaip.

Scénario façon fanfiction self-insert, dans lequel MacFarlane est l'objet des attentions amoureuses de plusieurs personnages féminins ? Ouaip.

Références contemporaines qui font tache (ici, Seinfeld) ? Ouaip.

La formule Orville, telle qu'écrite par MacFarlane (responsable de tous les scénarios depuis le début du show), ne change pas d'un pouce, reste toujours aussi prévisible et oubliable... et pourtant, cette semaine, ça fonctionnait un peu mieux que d'habitude.

Probablement parce que l'équilibre humour/sérieux était ici un peu mieux maîtrisé et plus jusqu'au-boutiste que Trek ne pourrait se le permettre (tout ce qui était Mr Patate et la jambe en moins, c'était relativement amusant), et parce que les départements musique et effets spéciaux étaient bien là pour donner un peu de poids à l'intrigue de fond de l'épisode.

Cela dit, le problème MacFarlane reste entier (en tant que scénariste et en tant que protagoniste héroïque et romantique), et le rythme des épisodes est toujours très inégal (mais c'est un problème qui découle directement du fait que la plupart des scripts, jusqu'à présent, ne sont guère plus que du recyclage bancal, ce qui rend les épisodes ultra-prévisibles, et donc ultra-mollassons).

Espérons qu'avec le prochain épisode, écrit par un ancien de Star Trek : Enterprise, le show se sorte un peu de cette routine qui lui coûte chaque semaine de nouveaux spectateurs.

commentaires

Critiques éclair - Star Trek Discovery 1x04

Publié le 14 Octobre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Star Trek, Drame, Action, CBS, Netflix, Discovery

Nous arrivons au quart de cette première saison et, pour l'instant, le bilan STD est très discutable : un double épisode prologue finalement assez inutile, et un troisième épisode de transition, pas forcément très satisfaisant en soi...

​Star Trek Discovery 1x04 :

Burnham & l'équipage du Discovery étudient la créature ayant dévasté le Glenn, tandis que les Klingons sont en proie à des conflits internes, et attaquent une colonie minière sans défense...

Je crois que l'absence totale de subtilité de la série est bien représentée par ce simple fait : les Klingons - que la production se targue de nous présenter ici comme moins caricaturaux, plus développés, plus subtils et plus originaux qu'avant - ont dévoré le cadavre de Michelle Yeoh.

On est donc passés d'une société klingonne stratifiée, organisée en maisons basées sur un code de l'honneur et sur des traditions et un langage millénaires, à des cannibales difformes (certains ont même des coneheads !!), fanatiques religieux qui peinent à articuler leurs phrases, qui passent leur temps à se trahir, et à être très maychants.

W.T.F.

(niveau absence de subtilité de l'écriture, j'aurais aussi bien pu citer le compte à rebours des boucliers de la base minière, qui apparaît à l'écran juste avant l'arrivée du Discovery, ou encore l'héritage de Georgiou, que l'on devine tout de suite être un télescope dès qu'elle commence à en parler, qui s'avère bien être un télescope, et qui est pourtant étiqueté en gros "télescope", histoire que même le téléspectateur le plus idiot comprenne bien ce que c'est)

Sinon, le reste, c'est ultra pataud dans son écriture (on a constamment trois longueurs d'avance sur les rebondissements du script, depuis la nature du tardigrade à son statut de pilote officieux, etc) ; les Klingons en mode Game of Thrones & conflits politiques, c'est un calvaire à suivre ; et la plupart des personnages du Discovery ne sont tout simplement pas attachants ou sympathiques (à part Saru).

(bon, l'avantage, c'est que s'ils commencent à les tuer un par un, on devrait rapidement avoir de nouvelles têtes à l'écran)

En un mot : bof.

commentaires

Critiques éclair - Star Trek Discovery 1x03 & The Orville 1x04

Publié le 7 Octobre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Star Trek, Comédie, Drame, Action, Aventure, CBS, Netflix, Fox, Orville, Discovery

Gros prologue de 90 minutes, arbitrairement coupé en deux par CBS, les deux premiers épisodes de Star Trek Discovery ne m'avaient pas convaincu, ne proposant pas grand chose de pertinent ou d'intéressant, hormis un budget conséquent, une héroïne antipathique, et un ton grimdark faussement adulte et mature.

​Star Trek Discovery 1x03 :

Six mois après sa mutinerie, alors qu'elle est transportée en compagnie d'autres prisonniers, Michael est secourue par le Discovery, un navire scientifique commandé par le mystérieux Capitaine Lorca (Jason Isaacs)...

Je crois que là, on a une meilleure idée de ce que sera cette série, à savoir Star Trek : Section 31.

Entre son héroïne torturée mais exceptionnelle, l'équipage du Discovery et ses expériences top-secrètes, Lorca le capitaine clairement dérangé et prêt à tout pour vaincre ses ennemis, le ton général de la série, l'immatriculation du Discovery, etc, on est clairement dans quelque chose qui va opposer Michael et son éthique aux méthodes peu orthodoxes du Discovery, et de son officier supérieur.

Et pourquoi pas, dans l'absolu... si c'était écrit avec plus de subtilité. Si l'héroïne n'était pas aussi antipathique. Si sa colocataire n'était pas un cliché ambulant. Si le passage à la Alien était mieux découpé et filmé, et pas autant plongé dans le noir. Si les uniformes n'étaient pas à ce point génériques et interchangeables entre les différents départements du navire. Si l'on n'avait pas l'impression constante que la noirceur du show n'était là que pour justifier l'appartenance de la série au genre des séries de prestige à destination d'un public sérieux et adulte.

Ou encore, de manière plus basique, si cet épisode était mieux structuré, et pas seulement un épisode de transition lançant quelques pistes, et présentant le vaisseau.

Bref. Je ne suis toujours pas convaincu, loin de là, même si dans l'absolu, ça reste regardable et bien produit. Le seul problème, en fait, c'est qu'à aucun moment je n'ai l'impression de regarder du Star Trek (quelle que soit l'incarnation de référence), et ça, ça me dérange vraiment.

--------

Applaudi par les critiques pour son aspect progressif, et pour son message, le troisième épisode de The Orville n'était pourtant guère plus qu'une relecture de The Measure of a Man (épisode de Star Trek The Next Generation) à la sauce pseudo-féministe, qui n'apportait pas vraiment quoi que ce soit de frais ou d'inédit au format. Mais bon, au moins, c'était un pas dans la bonne direction...

The Orville 1x04 - If the Stars Should Appear :

L'équipage de l'Orville rencontre un immense vaisseau spatial à la dérive, contenant un monde clos sous la coupe d'un dictateur cruel (Robert Knepper) imposant la vénération d'une entité mystérieuse, et maintenant son peuple dans l'ignorance de leur voyage interstellaire. Mais la présence de l'Orville va changer bien des choses...

Et allez, MacFarlane & co continuent de reprendre littéralement les grandes lignes de ce qui a déjà été fait par Star Trek (Au Bout de l'Infini, TOS 3x08, inspiré de Robert Heinlein), d'y rajouter quelques gags graveleux et lourds (totalement dispensables), une référence à Friends qui fait tache, un caméo final parfaitement gratuit, et d'enrober le tout d'une couche d'effets spéciaux modernes, pour vendre ça comme quelque chose de nouveau, et un "hommage" à la franchise Trek.

Je veux bien, mais franchement, plus le temps passe, et plus la série s'éloigne de l'hommage et du pastiche, pour se rapprocher du plagiat fainéant et creux. Et les audiences, elles, continuent de chuter...

(et puis honnêtement, la civilisation extra-terrestre à l'architecture terrienne, aux voitures et camionnettes terriennes,et aux seringues en plastique terrienne, c'est assez limite)

(par contre, les compositeurs se font plaisir)

 

(Critiques de Orville 1x01-02, STD 1x01, STD 1x02/Orville 1x03)

commentaires

Critiques éclair - Star Trek Discovery 1x02 & The Orville 1x03

Publié le 1 Octobre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Star Trek, Comédie, Drame, Action, Aventure, CBS, Netflix, Fox, Orville, Discovery

​Après le pilote de Star Trek Discovery, diffusé sur CBS aux USA, la série continue... exclusivement sur la plate-forme de VOD de la chaîne... pour la seconde moitié du pilote... une seconde moitié qui fait à peine 35 minutes une fois dépouillée de ses génériques.

​Star Trek Discovery 1x02 :

Confronté à toute une flotte composée des 24 Maisons de l'Empire Klingon, le Shenzhou et son équipage sont dans une situation périlleuse... aggravée par la trahison de Michael Burnham.

Sans surprise, on a donc là affaire à une seconde moitié de pilote, une moitié tellement courte qu'on ne peut qu'en déduire que CBS a arbitrairement découpé le pilote original pour en optimiser la rentabilité, et inciter les fans à s'abonner à leur service de VOD...

Et sans surprise, toujours, les défauts et qualités du pilote sont toujours présentes : c'est spectaculaire, mais c'est inutilement bavard ; les caméras sont toujours penchées sans raison ; les ficelles narratives sont toujours un peu trop grosses pour leur propre bien (Georgiou qui part seule avec Michael - pourtant suspendue et indigne de confiance - se téléporter sur le vaisseau ennemi pour tenter de placer un Klingon en état d'arrestation.... mouais), les Klingons sont toujours problématiques et caoutchouteux (et, plus ennuyeux, ils sont dépourvus du moindre sens de l'honneur), et Michael Burnham ne me convainc toujours pas, trop émotive, trop tête brûlée, et ne correspondant pas vraiment à l'image qu'en donnent les dialogues et les flashbacks.

(ah, et j'ai un peu de mal avec cette version de Sarek, qui manque un peu du charisme et de la présence de Mark Lenard)

Pour couronner le tout, ce pilote semble ne servir que de gros prologue au reste de la série, une introduction détachée du reste, qui devrait voir Burnham sortie de prison et assignée au Discovery, comme un certain Tom Paris en son temps. Pourquoi pas... mais l'on peut se poser la question de la pertinence d'une telle technique pour vendre la série : on propose au spectateur un pilote coupé en deux, présentant des personnages, un vaisseau et une situation qui ne sont pas vraiment représentatifs de ce que sera la série ensuite, et on espère que cela suffira à convaincre le fan de payer pour voir la suite..

Mouais. Pour l'instant, Star Trek Discovery n'est pas un désastre, mais j'espère tout de même que ça proposera à l'avenir quelque chose de plus.substantiel que des Klingons qui débattent entre eux, et une héroïne qui pourrait en remontrer à Janeway au rayon décisions improbables...

--------

The Orville, elle, continue son bonhomme de chemin, après deux premiers épisodes particulièrement laborieux et mitigés, peinant à conjuguer humour bas de plafond et pastiche de Star Trek : The Next Generation...

The Orville 1x03 - About a Girl :

Bortus et son époux viennent d'avoir une fille, ce qui va à l'encontre des traditions de leur peuple, et ils décident de l'opérer pour qu'elle devienne un mâle ; l'équipage de l'Orville s'oppose à eux.

Troisième épisode de The Orville, un épisode qui a fait dire à de nombreux critiques et spectateurs que la série était soudain devenue une digne héritière de la franchise Star Trek, et un programme à ne pas rater...

Pourtant, MacFarlane ne fait que continuer à y reprendre à la lettre la formule Next Generation, en la pastichant fidèlement, avec cette semaine, le classique débat philosophique et sociétal qui se finit devant un tribunal, façon La Mesure d'un Homme. Et si l'intention est louable (et que le tout est clairement un pas dans la bonne direction), il faut reconnaître que l'exécution est vraiment trop simpliste pour être à ce point applaudie.

Non seulement les arguments apportés par l'équipage de l'Orville sont particulièrement faibles, mais tout le déroulement de l'intrigue manque de profondeur et de pertinence : en somme, ça ne fait pas vraiment avancer le débat, ça n'est pas particulièrement intelligent ou original, et ça fleure franchement de déjà vu, notamment du côté de chez Trek ou de Babylon 5.

Et comme en plus, il y a toujours cette couche d'humour pas très fin qui enrobe le tout (le blob qui tente de séduire le Docteur en lui montrant l'un de ses gros pseudopodes), et que Halston Sage bénéficie toujours d'un temps de présence indu par rapport à son utilité et à son intérêt (m'enfin bon, ça paie de sortir avec MacFarlane... demandez donc à Palicki), l'ensemble paraît toujours assez moyen, et surtout bien trop simpliste et basique.

Même si, encore une fois, ça avance - très lentement - dans la bonne direction.

commentaires

Critiques éclair - Star Trek Discovery 1x01 (premières impressions)

Publié le 30 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Star Trek, Action, Aventure, Drame, CBS, Netflix, Discovery

On ne va pas revenir en détails sur la gestation particulièrement difficile de Star Trek Discovery, qui, au fil des décisions improbables de CBS, a perdu son showrunner (Bryan Fuller), est passé à mi-parcours d'une anthologie annuelle "1 saison = 1 époque, du passé au futur de Star Trek", à une énième préquelle vendue sur son fanservice et ses références à des personnages établis, a failli avoir Edgar Wright à la réalisation (trop excentrique et original pour CBS), a perdu beaucoup de ce qui faisait l'intérêt du projet, à l'origine, et a été maintes fois retardé sous des prétextes toujours plus transparents.

On passera aussi sur le flou savamment entretenu par CBS quant à l'univers dans lequel la série prend place (ils affirment que c'est la continuité traditionnelle, alors que tout à l'écran évoque l'univers des reboots de JJ Abrams), sur l'embargo imposé aux critiques, ou sur le fait que, sur papier, l'héroïne de la série avait tout du cliché ambulant : ethnicité exotique, coupe de cheveux inhabituelle, nom étrange ("Michael"), origines dramatiques (orpheline adoptée par des Vulcains) qui la lient directement à des personnages principaux du canon Trek (c'est la demi-soeur adoptive de Spock, et donc la fille adoptive de Sarek), talents exceptionnels (c'est la seule humaine à sortir de l'Académie vulcaine), destin hors-du-commun...

... soit la définition exacte de ce que le web (et tvtropes) appelle une Mary Sue, alias le degré zéro de l'écriture.

Et n'oublions pas le problème CBS Access (qui nous touche peu, nous autres Européens), avec une chaîne qui place STD comme un produit d'appel pour sa plate-forme de VOD avec publicités, et a choisi de ne diffuser que le pilote sur sa chaîne principale, pour tenter d'attirer le chaland sur CBS Access pour voir la suite : de quoi se mettre à dos beaucoup de spectateurs potentiels, payant déjà un accès Netflix, si ce n'est plus.

Autant dire que la série ne partait pas forcément avec un buzz particulièrement positif... mais qu'en est-il, dans les faits ?

Star Trek Discovery 1x01 :

Au cours d'une mission de routine pour enquêter sur la panne d'un relais de communication, l'équipage de l'USS Shenzhou, mené par le Capitaine Georgiou (Michelle Yeoh) et son premier officier Michael Burnham (Sonequa Martin-Green) tombent nez à nez avec des Klingons belliqueux...

Et en fait... il n'y a pas grand chose à dire de ce pilote, puisqu'il ne s'y passe pas énormément de choses. Principalement parce que ce n'est qu'un demi-pilote s'arrêtant sur un cliffhanger, qui ne sera résolu que dans l'épisode 02 exclusif à CBS Access : c'est malin de la part de CBS, mais ça a aussi clairement frustré bon nombre de spectateurs, qui attendaient un pilote complet et structuré comme tel, pour se décider si oui ou non ils voulaient investir 10$ par mois pour voir la suite.

Techniquement, le pilote est assez réussi : le budget est clairement là, les effets spéciaux sont nombreux et de qualité, c'est moderne, c'est sérialisé, et on se plonge sans trop de difficultés dans ce pilote.

L'univers présenté, par contre, est difficile à concilier avec celui des Kirk & compagnie originaux, qui se déroulent pourtant dix ans plus tard ; même en mettant de côté l'aspect visuel des uniformes, la technologie, et les Klingons relookés, il existe quelques problèmes chronologiques (les Klingons capables de se camoufler, alors qu'ils n'obtiennent cette technologie des Romuliens que 13 ans plus tard) qui font que l'hypothèse d'une série prenant place dans l'univers nuTrek est toujours des plus plausibles.

Le visuel du show, d'ailleurs, est assez polarisant : c'est moderne, comme je l'ai mentionné, mais c'est aussi assez sombre, et régulièrement surchargé. Je pense notamment à tout ce qui est Klingon, des costumes aux vaisseaux, en passant par leur maquillage caoutchouteux : peu lisible à l'écran, un peu trop uniforme et interchangeable, et vraiment peu inspiré. Et je ne parle même pas de la réalisation, qui passe son temps à enchaîner les plans penchés, encore et encore, à longueur de dialogues, que la scène le nécessite ou non.

Passons au contenu : les personnages fédéraux sont assez peu attachants, dans l'ensemble... et c'est normal, puisque l'on ne nous en montre que trois (et demi, avec le médecin). Georgiou semble destinée, depuis l'annonce du projet, à être le Ned Stark de Discovery : difficile de s'attacher à elle quant on s'attend à ce qu'elle y passe d'une minute à l'autre ; Saru (Doug Jones) est sympathique, mais son personnage d'alien un peu couard n'est pas forcément très captivant ; et Burnham pose problème.

Pas forcément à cause de ses caractéristiques de Mary Sue, finalement assez peu présentes (ou du moins problématiques) dans ce pilote. Mais plutôt parce qu'il y a un gouffre entre le personnage tel qu'il semble écrit sur le papier (une humaine élevée parmi les Vulcains, et qui s'efforce constamment d'être la plus vulcaine possible), et la manière dont SMG l'interprète (un officier impulsif, aux émotions à fleur de peau et aux décisions spontanées et illogiques).

Ce qui n'aide pas, ce sont ces dialogues et cette exposition assez maladroits, à l'écriture laborieuse : non seulement ça rend toute l'introduction de l'épisode assez pataude, mais ça alourdit considérablement les scènes klingonnes, déjà peu intéressantes en tant que tel pour qui a déjà eu droit à des années de développement de cette race extraterrestre.

Dans l'ensemble, donc, bilan mitigé pour ce (demi) pilote de Star Trek Discovery.

On sent que les intentions étaient clairement de manger à tous les râteliers : une préquelle pour rassurer le grand public en lui assurant qu'il n'a pas besoin de connaître l'univers pour regarder, du fanservice pour s'assurer la sympathie des fans, de l'ultra-sérieux dark & gritty pour s'inscrire dans la tendance des prestige dramas du câble, et de l'action et un visuel ultra-chatoyant pour rassurer ceux qui ont découvert Star Trek avec les films de JJ Abrams.

Malheureusement, pour l'instant, il manque plein de chose à ce pilote pour convaincre : de l'inédit, de l'exploration, de la camaraderie, de l'humour, de la musique, de l'optimisme...

On verra bien si ça s'améliore à l'avenir, mais personnellement, comme de nombreux spectateurs, je ne paierais pas 10$/mois sur la seule base de ce pilote.

(demain, la suite)

commentaires

Critiques éclair - The Orville 1x01 & 1x02 (premières impressions)

Publié le 24 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Fox, Comédie, Drame, Star Trek, Orville

Série de Seth MacFarlane, The Orville se veut un hommage semi-parodique à la franchise Star Trek, dont l'acteur/showrunner/scénariste/producteur est particulièrement fan. Pour cela, MacFarlane a repris toutes les codes de l'univers de Roddenberry, et s'est tourné vers de nombreuses personnes ayant directement travaillé sur diverses séries Star Trek, que ce soit devant (Jonathan Frakes, Robert Duncan McNeill, Penny Johnson Jerald) ou derrière (Brannon Braga, David A. Goodman)...

The Orville, 1x01 - Old Wounds :

Les aventures interstellaires de l'USS Orville, un vaisseau spatial d'exploration mené par le Capitaine Mercer (Seth MacFarlane), et par un équipage particulièrement dysfonctionnel...

Tout de suite, ce qui frappe le plus, c'est que la Fox avait vendu la série comme une parodie rythmée de Star Trek, une sorte de Galaxy Quest télévisé... ce que la série n'est pas du tout. On aurait pu s'en douter en remarquant que le format de 45 minutes laissait plutôt sous-entendre une série voulant se démarquer du format sitcom... mais bon.

Et effectivement, c'est ce que l'on a : un programme d'une heure tentant de singer Star Trek : The Next Generation dans toutes ses grandes lignes, avec un scénario globalement très premier degré (on comprend mieux pourquoi MacFarlane a recruté des scénaristes de Star Trek), sur lequel le showrunner a saupoudré des disputes de couple, des vannes graveleuses, et des gags surlignés au stabylo (par exemple, le gag du chien se léchant l'arrière-train, en arrière plan d'un dialogue, était justement drôle parce qu'aucun des personnages de s'en apercevait... jusqu'à ce que les deux membres d'équipage le pointent du doigt en disant "hey, t'as vu le chien qui se léchait les couilles, en arrière-plan ? - Ouaip, trop drôle !").

Pas grande surprise sur ces derniers points, c'est la marque de fabrique de MacFarlane : on accroche ou pas à son style d'humour, que ce soit à la télévision (Family Guy), ou au cinéma (Les Ted ou Albert à l'Ouest). Et, toujours sans surprise pour qui a vu Albert à l'Ouest, The Orville ressemble souvent à de la fanfiction self-insert, où MacFarlane se serait imaginé en héros de son univers préféré.

Reste qu'il est tout de même étrange de remarquer à quel point la mayonnaise ne prend pas entre les deux facettes principales de la série : son sérieux et son humour.

Tout, de la production à l'écriture, en passant par le rythme et par la musique (Debney ! McNeely ! Broughton !), renvoie directement aux premières heures de la Next Generation, pour le meilleur et pour le pire (les personnages sont creux, les scènes d'exposition ultra-laborieuses) au point que l'on a parfois l'impression de regarder un bootleg de la série des années 90.

Et en face, on a l'humour de MacFarlane... des vannes pas assez nombreuses et percutantes (et quasiment toutes dans la bande-annonce principale de la série) pour que le show soit vraiment une comédie, et trop lourdes et peu inspirées pour se marier harmonieusement au contexte plus sérieux de la série.

The Orville se retrouve donc le postérieur entre deux chaises, jamais suffisamment intéressant ou original pour captiver, et jamais assez drôle ou rythmé pour faire pardonner le fait que c'est une simple copie de STTNG, voire un fanfilm assez friqué dans lequel MacFarlane vit ses fantasmes de jeunesse.

----

1x02 - Command Performance : Mercer et Grayson sont capturés par des extraterrestres qui les placent dans un zoo intergalactique ; Kitan se retrouve aux commandes du navire ; Bortus couve un œuf...

Je vais être franc, je me suis endormi devant l'épisode, et j'ai donc dû m'y reprendre à deux fois pour le terminer : toujours la même impression de regarder un best-of de Star Trek (le générique qui photocopie celui de Star Trek Voyager) mâtiné de fan fiction, avec des intrigues faisandées, méga-sérieuses et dérivatives, des disputes de couple épuisantes, des vannes qui tombent à plat, et des références insistantes à la pop culture du 20è siècle (Les Kardashians, Kermit, Dora l'Exploratrice, Obi-Wan) qui font joliment tache.

Quelque part, au vu des nombreux commentaires indulgents sur le web qui trouvent le show tout à fait fréquentable et agréable, et même assez réussi "faute de véritable Star Trek", je me dis que la nostalgie du médiocre a encore frappé, et que les 'member berries de South Park ont encore de beaux jours devant elles.

Personnellement, si le troisième épisode nous ressort encore des vannes à base d'anus extraterrestre, de problèmes intestinaux ou de pot brownies, je zappe.

----

Sur la base du pilote et de l'épisode qui a suivi, c'est donc un bon gros bof. Avec un peu de chance, le tout s'améliorera au fil du temps, et compte tenu de l'image de marque dont jouit MacFarlane auprès de la Fox, il a peu de chance que la série soit sauvagement annulée (malgré son budget que l'on imagine conséquent).

Mais bon... il y avait mieux à faire dans le genre.

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 7 (7/7 + bilan)

Publié le 16 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

Conclusion de cette ultime saison de Voyager, une ultime saison qui s'essouffle clairement sur la fin, mais qui a toujours une petite chance de finir en beauté... ?

 

Star Trek Voyager, saison 7

 

- 7x25-26 - Endgame : 26 ans dans le futur, hantée par les choix qu'elle a dû faire pour ramener le Voyager sur Terre, l'Amiral Janeway décide de remonter le temps, et d'offrir un raccourci à l'équipage, quitte à encourir la colère des Borgs...

Un double épisode de fin de saison... et une frustration immense.

Car ça ne commençait pas trop mal : le futur de Janeway est crédible, intéressant, voire même touchant (Tuvok), et même si Mulgrew n'est pas du tout crédible en Amirale de 68 ans (non seulement son maquillage est le plus discret de toute la bande, mais l'interprétation, les mouvements, l'énergie de Mulgrew sont ceux d'une quadragénaire, et pas d'une quasi-septuagénaire, et elle ne tente jamais vraiment de faire illusion), on s'intéresse à ce futur improbable.

Malheureusement, dès que l'épisode revient dans le passé, Berman, Braga & Biller nous pondent un fourre-tout qui n'est jamais vraiment crédible, faute du moindre développement des personnages pendant sept ans. La maladie de Tuvok ? La relation de Chakotay et de Seven (tellement sirupeuse qu'on dirait un mauvais soap) ? Tout ça sort de nulle part (ou du moins, n'a jamais été développé), et fait vraiment artificiel.

L'accouchement de B'elanna est un rebondissement forcé, mais ça passe, à la limite, puisqu'on s'y attendait... le reste, cependant, ne fonctionne pas. Le plan des deux Kathryn non plus, d'autant qu'il achève de rendre les Borgs inoffensifs et ridicules, puisque le Voyager boosté à la technologie du futur peut désormais détruire un cube de deux torpilles, sans problème, abrité derrière son bouclier façon Batmobile.

Bref. Le retour d'Alice Krige aurait pu amener quelque chose d'intéressant, là aussi, mais non... (à noter que même la Reine Borg a du mal à comprendre les boucles temporelles paradoxales des scénaristes ^^). Janeway est toute-puissante, Janeway est le plus grand officier de Starfleet, Janeway est plus maline que tout le monde, et Janeway sauve tout le monde en se sacrifiant héroïquement ET en rentrant tranquillement sur Terre.

Ah, et la Terre, parlons-en... parce qu'il n'y a rien à en dire. On ne la voit pas plus d'une demi-seconde une fois le Voyager sorti des autoroutes de distorsion borgs, et le générique de fin tombe aussitôt, youpi, tout le monde est content. Non, vraiment, autant ces 90 minutes se regardent assez facilement, autant l'impression qui ressort de ce series finale, c'est celle d'un gros gâchis vraiment frustrant.

Mais fallait-il en attendre autre chose ?

 

Bilan de la saison/série : 

Une saison intéressante par l'attitude décomplexée des scénaristes qui, n'ayant plus rien à perdre, ont à maintes reprises semblé opter pour toutes les idées qu'ils avaient en réserve, même les plus improbables, histoire de se faire plaisir avant de rendre leurs tabliers.

Faut-il y voir une conséquence du départ de Braga en tant que showrunner, remplacé cette saison par Biller ? Peut-être. Quoiqu'il en soit, cela donne paradoxalement une saison assez homogène, qualitativement, sans réelle daube honteuse, mais aussi une saison qui n'atteint pas forcément des sommets : rien de vraiment surprenant, en ce qui concerne cette série, qui a toujours nagé dans une sorte de médiocrité confortable, n'exploitant jamais ses concepts et ses personnages à fond, et préférant un status-quo handicapant.

C'est ainsi la raison pour laquelle les relations entre les personnages ont, pour la plupart, toujours été limitées à une vague amitié : les scénaristes (notamment Braga) préféraient considérer la série comme une suite d'épisodes indépendants, dépourvus d'évolution significative et de continuité, et cela a toujours limité les progrès de la série.

Résultat, cette fin de saison tombe totalement à plat, enchaînant (après une saison assez honorable, qui revenait sur bon nombre de concepts passés de la série, et la rapprochait d'un retour sur Terre au potentiel énorme) quelques épisodes génériques, avec un final façon blockbuster, dans ce que ça a de bon (le spectacle) et de mauvais (c'est une coquille vide).

Tout le potentiel du retour à la maison, de la réacclimatation de l'équipe sur Terre, de Seven chez les humains, etc ? Jamais exploité.

 

Un peu à l'instar du potentiel de Voyager en tant que série : malgré une distribution et des personnages potentiellement intéressants (et attachants de par leur casting), l'écriture aura toujours été le plus gros point faible de Voyager. Une écriture inconstante, incapable de donner de l'épaisseur à la moitié des personnages (un problème qui se retrouvera sur Enterprise), de rendre les personnages cohérents avec eux-mêmes (Janeway a dit tout et son contraire au fil de ces sept saisons) et de s'extirper du schéma du problème hebdomadaire à régler, pour construire quelque chose sur la durée.

Et malgré tous les reproches que j'ai pu faire à Ron D. Moore pour la manière dont il a géré Battlestar Galactica et sa conclusion, au moins, Moore avait conscience de son postulat de départ, et suivait une ligne directrice pour sa série.

Voyager, elle, n'a jamais su le faire que très ponctuellement, à l'arrivée de nouveaux personnages (Seven), ou pour en développer d'autres (le Doc, B'elanna) et uniquement  sous l'influence de certains scénaristes très précis et compétents, qui ont fini par quitter le navire.

De quoi avoir envie de jeter l'éponge très souvent durant les premières saisons de la série, une série qui, définitivement, ne tient pas la comparaison avec Deep Space Nine (qui était diffusée en parallèle), ou même avec les cinq dernières saisons de Next Generation.

C'est vraiment dommage... et l'on espère beaucoup mieux pour Star Trek Discovery (quand bien même rien de ce que j'ai vu de la série jusqu'à présent ne me donne particulièrement confiance...)
 

 

(épisodes 7x01-04 ; 7x05-08 ; 7x09-12 ; 7x13-17 ; 7x18-21 ; 7x22-24)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 7 (6/7)

Publié le 10 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

Dernière ligne droite pour cette saison "best of", en espérant qu'après le petit coup de mou de la fournée d'épisodes précédents, le show se reprenne un peu pour conclure en beauté...

 

Star Trek Voyager, saison 7

 

- 7x22 - Natural Law : Alors que tout l'équipage est en congés, Seven et Chakotay visitent une planète locale, dont l'une des régions est mystérieusement protégée par un bouclier infranchissable. Leur navette s'y écrase malheureusement, et les deux officiers font la connaissance d'une peuplade primitive qui a toujours vécu là, à l'écart de toute civilisation.

Une métaphore assez pataude des premiers contacts avec les tribus primitives d'Amazonie, etc, cet épisode s'avère avoir de bonnes intentions, qui arrivent cependant nettement trop tard pour être efficaces à ce niveau de la série. Encore une fois, on se dit qu'ils avaient ce script en stock depuis trois saisons, et qu'ils n'avaient pas d'autre idée, à trois épisodes de la fin dleur show.

Et c'est dommage, parce que l'épisode en lui-même n'est pas mauvais : il est assez anecdotique et cliché (c'est forcément Chakotay l'amérindien qui découvre et communique avec la tribu primitive, on a forcément droit à de la musique ethnique à la flute de pan, etc), mais tout le monde remplit bien son rôle, notamment du côté des primitifs (méconnaissable Autumn Reeser).

On regrettera simplement la sous-intrigue des leçons de pilotage de Tom Paris, inutile au possible, si ce n'est pour mettre en place la scène d'action finale, et, enfin, donner à Tom l'occasion de prouver qu'il est un pilote hors-pair. Mwé. 

 

- 7x23 - Homestead : Neelix croise le chemin de réfugiés talaxiens vivant dans des astéroïdes menacés par une compagnie minière, et il doit choisir entre le Voyager et ses semblables. 

Je... euh... n'ai rien à dire sur cet épisode, pourtant l'épisode du grand départ de Neelix. Ce n'est pas mal écrit, ce n'est pas mal réalisé par LeVar Burton, ça a un très bon fond, c'est presque touchant, mais ça m'a laissé totalement de marbre, dans l'ensemble. Probablement à cause du développement défaillant de Neelix, au fil des ans.

Bref, pas honteux, regardable, mais ça s'arrête là.

 

- 7x24 - Renaissance Man : Capturé en même temps que le Capitaine, l'HoloDoc est renvoyé par leurs geôliers sur le Voyager, où il doit se faire passer pour plusieurs membres d'équipage, afin d'accomplir leur plan machiavélique...

Mouais, encore un épisode digne d'une saison précédente, et pas de l'avant-dernier épisode de la série.

Dans les faits, l'épisode est relativement facile à regarder, voire même amusant, puisque tous les acteurs semblent prendre un malin plaisir à jouer un peu différemment leurs doubles holographiques, mais à part ça, ça reste assez creux et oubliable, avec ses deux méchants en carton pâte (ils auraient dû être appelés Minux et Cortes, histoire de bien insister sur leur caractère anecdotique et incompétent), son action divertissante mais sans conséquence, et il ne faut clairement trop réfléchir à ce qui s'y produit, sous peine de commencer à voir les problèmes de plausibilité du script... ce qui en fait, en fin de compte, un assez bon condensé de tout ce qu'est Voyager depuis son début, non ? 

 

À suivre...

(épisodes 7x01-04 ; 7x05-08 ; 7x09-12 ; 7x13-17 ; 7x18-21)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 7 (5/7)

Publié le 3 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

Les scénaristes de Star Trek Voyager continuent de vider leurs fonds de tiroir, pour le meilleur et pour le pire, et la saison 7 s'avère assez riche en idées et en concepts intéressants. Mais paradoxalement, pour le moment, l'impression qui se dégage vraiment de cette saison, c'est "tant de potentiel gâché, par un refus formel de tenter des choses", avec beaucoup de notions et de scénarios qui auraient pu être passionnants si bien développés durant les premières saisons, et qui s'avèrent frustrants lorsqu'ils sont résumés en un épisode, durant cette ultime année....

 

Star Trek Voyager, saison 7

 

- 7x18 - Human Error : Seven of Nine passe de plus en plus de temps dans l'holodeck, à tenter d'explorer ses émotions et ses désirs humains dans les bras d'un Chakotay virtuel, et cela a un effet négatif sur sa vie professionnelle... et sur sa santé.

Arf. Cet épisode est assez rapide à commenter, en fait : c'est Seven qui se prend pour Reginald Barclay, et réalise ses fantasmes holographiques pendant ses heures de travail. Ce qui pose problème, forcément.

En effet, autant voir Jeri Ryan dans d'autres tenues que son uniforme, c'est un changement agréable (tant pour l'actrice que pour le spectateur), autant cette attirance pour Chakotay sort vraiment de nulle part... pour y retourner à la fin de l'épisode, lorsqu'on nous explique soudain que les implants borgs de Seven l'empêcheront toujours de ressentir des émotions fortes en lui faisant perdre connaissance lorsque celles-ci se manifesteront.

Seul problème : depuis son arrivée dans la série, Seven a régulièrement ressenti des émotions particulièrement fortes (panique, angoisse, tristesse, etc)... et ses implants n'ont jamais réagi ainsi.

C'est donc une pure astuce scénaristique assez grossière pour empêcher Seven d'évoluer (Braga est au scénario, pas étonnant d'y voir de grosses ficelles), et c'est particulièrement frustrant, d'autant que dans l'ensemble, le reste de l'épisode tenait plutôt honorablement la route, et était intéressant.

 

- 7x19 - Q2 : Q réapparaît sur le Voyager en compagnie de son fils adolescent et incontrôlable, et demande à Janeway de lui apprendre à mieux se tenir...

Un épisode sur lequel il n'y a vraiment pas grand chose à dire : c'est de la comédie, c'est un Q-centric, le fiston DeLancie est convaincant, l'amitié de Q Jr et d'Icheb est sympathique, mais dans l'ensemble, ça reste anecdotique et assez classique, sans jamais parvenir à dépasser son postulat de départ.

On sent que les scénaristes voulaient d'amuser une dernière fois avec Q avant de mettre les clefs sous la porte, quitte à gaspiller un de leurs derniers épisodes pour ça.

 

- 7x20 - Author, author : Le Docteur parvient à faire publier son premier holo-roman dans le quadrant Alpha, mais celui-ci s'avère bien trop autobiographique pour son propre bien, et lui cause bien des ennuis.

Une vraie déception, car un épisode très apprécié et recommandé par les critiques et les fans, alors que, de mon côté, j'ai trouvé tout ça ultra-dérivatif et bancal.

Le côté dérivatif saute tout de suite aux yeux, que ce soit dans la première moitié comique (l'équipage qui découvre un Voyager caricatural, tel que perçu du point de vue du Doc), ou dans la seconde moitié, sérieuse, et qui nous refait Measure of a Man sans rien y apporter de particulièrement intéressant (et sans même mentionner cet autre épisode). On rajoute une louche de Flesh and Blood pour le côté "les hologrammes sont une race à part entière, oppressée par les organiques", et zou, on se retrouve avec cet Author, author bancal, qui gère assez mal le passage de la comédie quelconque au drame légal, et qui se contente de répéter ce que d'autres personnages et d'autres scénaristes ont fait ailleurs, en mieux.

Je ne suis donc vraiment pas aussi enthousiaste que d'autres au sujet de cet épisode, qui arrive trop tard, et finit par être trop basique et caricatural, malgré quelques scènes et idées réussies, çà et là, et une interprétation toujours impeccable.

 

- 7x21 - Friendship One : Le Voyager reçoit la mission de retrouver une sonde terrienne perdue dans le quadrant Delta, et les membres de l'équipage s'aperçoivent que cette sonde a détruit l'écosystème d'une planète extraterrestre...

On est à 4 épisodes et demi de la fin de la série, et on retombe à nouveau dans le script formaté "Voyager tombe sur telle ou telle chose en provenance du quadrant Alpha", alors même qu'on a déjà eu les Klingons religieux, plus tôt dans la saison.

On se retrouve donc devant un épisode ultra-générique de Voyager, avec un red-shirt sacrifié, des méchants pas si méchants, une solution finale bien pratique, et une histoire tout simplement téléphonée au possible, et bourrée de poncifs. Ça serait arrivé en saison 2 ou 3, pourquoi pas, mais là, non, c'est too little, too late...

(ah, et selon le speech final de Janeway, "l'exploration spatiale, ça ne mérite pas que l'on risque sa vie"... elle a mal choisi sa carrière, je crois *soupir*)

 

À suivre...

(épisodes 7x01-04 ; 7x05-08 ; 7x09-12 ; 7x13-17)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 7 (4/7)

Publié le 27 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

J'arrive à la moitié de cette ultime saison, et l'impression de liquidation des stocks se confirme : les scénaristes se font plaisir, réutilisent (pour le meilleur et pour le pire) toutes les idées qu'ils ont encore sous le coude, ainsi que tous les personnages et concepts qu'ils adorent, et ça donne une saison 7 un peu plus décomplexée et dense que d'habitude, ce qui n'est pas forcément un mal...

 

Star Trek Voyager, saison 7

 

- 7x13 - Repentance : Le Voyager vient en aide à l'équipage d'un navire en perdition, et se retrouve à accueillir à bord ses officiers, ainsi que les prisonniers de ces derniers, condamnés à mort. Mais alors que les officiers de Starfleet s'indignent, le sort d'un condamné change brutalement suite à une intervention médicale...

Si l'on doutait encore du fait que les scénaristes aient décidé de se lâcher pour cette dernière saison, on trouve ici l'illustration parfaite de cette théorie : après l'épisode centré sur la couverture maladie et les soins médicaux à deux vitesses, en début de saison, voici "un épisode très spécial contre la peine de mort", avec en prime toute une sous-intrigue sur le profilage racial qui rate totalement sa cible (Neelix s'indigne du profilage racial subi par un condamné à mort... mais le prisonnier en question le trahit, et prouve tous les stéréotypes à son sujet, oups), tout un propos joliment maladroit sur la nature du mal et des comportements violents (Jeff Kober, par ailleurs excellent, ne s'avère être un assassin multi-récidiviste violent et psychopathe... qu'à cause d'un problème touchant son cerveau, problème que le Doc répare par erreur), et une brève mise en parallèle pas très aboutie des remords de Kober avec ceux de Seven.

Bref, les intentions sont clairement sincères, la charge est assumée et très claire, mais tout ça manque affreusement de subtilité, et sombre régulièrement dans la prêche moralisatrice assez fatigante.

(cela dit, ce genre d'épisodes pas du tout subtils, comme celui-ci ou celui sur la couverture maladie universelle, ça permet vraiment de s'apercevoir, en relisant les forums de fans, que les spectateurs de Star Trek ne forment vraiment pas un tout homogène à tendance libérale, comme on aime les décrire. Non, non, il y a bien de tout dans la fanbase, y compris des personnes aux philosophies et aux opinions politiques radicalement incompatibles avec ce que Trek présente à l'écran. Comme quoi, certaines personnes n'ont pas peur des paradoxes...)

 

- 7x14 - Prophecy : Le Voyager est attaqué par l'équipage d'un vaisseau klingon dont l'équipage est parti il y a très longtemps du Quadrant Alpha, à la recherche de l'élu qui les sauvera et les mènera jusqu'à la terre promise ; ils finissent par arrêter leur choix sur la future fille de B'elanna & Tom, mais tous les Klingons ne partagent pas le même avis...

Une sorte de gros gloubi-boulga mélangeant un paquet d'idées inabouties, combinées dans un seul et même épisode, histoire de profiter de tous les costumes de Klingons libérés par la fin de Deep Space Nine.

En vrac, dans cet épisode particulièrement décousu, on a donc : des Klingons religieux à la recherche d'un élu ; une prophétie vague et creuse ; des Klingons qui s'installent sur le Voyager ; Kim qui est traqué par une Klingonne très entreprenante ; Neelix et Tuvok qui partagent des quartiers faute de place ; Neelix qui couche avec la Klingonne de Kim ; tout un discours sur la religion, son hypocrisie, et la subjectivité totale de ses interprétations par des prêtres/politiciens ; du racisme Klingons/Humains ; un virus inconnu qui contamine tous les Klingons, y compris B'el et le bébé ; un duel entre Paris et un Klingon ; une fusillade générale ; et une guérison miraculeuse pour tout boucler.

Bref, c'est bordélique (six scénaristes ont été nécessaires pour écrire tout ça, donc ce n'est pas forcément étonnant), et ça ressemble une nouvelle fois à un mélange d'idées qui traînaient sur un tableau, quelque part dans la salle des scénaristes, et qu'il fallait liquider avant la fin de la série.

Dommage, parce que certaines de ces idées, prises séparément ou développées sur plusieurs épisodes, avaient le potentiel de donner quelque chose de plus solide, et parce que ponctuellement, ça fonctionne (par contre, le meneur pacifiste des Klingons était un peu trop inégal à mon goût).

 

- 7x15 - The Void : Pris au piège dans un vide stellaire en compagnie de dizaines d'autres vaisseaux aux ressources de plus en plus faibles, le Voyager doit réussir à survivre assez longtemps pour trouver un moyen de sortir de là...

Pas désagréable, avec des scènes et des idées intéressantes, çà et là, et mettant clairement en avant (sans grande subtilité) les valeurs de coopération, d'optimisme, de pacifisme et d'unité (opposées à l'individualisme des autres équipages présentés ici) sur lesquelles Star Trek est fondé, mais difficile de ne pas voir là une sorte de microcosme de la série, ou du moins, de ce qu'elle aurait dû être si les scénaristes avaient correctement fait leur boulot depuis le début : le vaisseau fédéral, seul contre tous, privé de ressources, endommagé, contraint de faire des alliances et de tenter de préserver les idéaux de la Fédération, tout en survivant dans un milieu hostile et inconnu.

Il y avait clairement là de quoi tenir plusieurs épisodes, voire plusieurs saisons, rien qu'avec ce postulat et ces limites, plutôt que de condenser tout ça en 45 minutes, à 10 épisodes de la fin de la série. Dommage.

 

- 7x16-17 - Workforce : Lorsque Neelix et Kim reviennent de mission, ils trouvent le Voyager désert, hormis l'Holo-doc : le vaisseau a été attaqué, et tout son personnel a disparu. Désormais victime d'un lavage de cerveau, l'équipage du Voyager est exploité sur une planète ouvrière en tant que main d'oeuvre bon marché, et les officiers se sont tous habitués à leur nouvelle vie...

Bof. Je n'ai pas grand chose à dire de plus, en fait : un épisode en deux parties qui utilise un postulat de départ déjà vu (vaisseau attaqué, équipage disparu sauf deux ou trois personnes) pour aborder (vaguement et métaphoriquement) le formatage subi par les travailleurs, l'esclavagisme, l'opposition bien-être collectif/bien-être individuel, etc.

Et cet épisode est particulièrement apprécié par les fans de la série pour ces thématiques, et peut-être aussi parce que les scénaristes, une nouvelle fois, se font plaisir, en donnant une relation amoureuse à Janeway, et en ramenant le mode ECH de l'Holodoc, qui s'avère très efficace en plein combat.

Mais franchement, un double épisode était inutile. Les mêmes notions, les mêmes rebondissements auraient pu être traités en 45 minutes, en se concentrant sur un peu moins de personnages, et ça aurait été nettement plus efficace, sans se traîner autant.

Pas particulièrement convaincu, pour ma part (en même temps, la romance impossible de Janeway m'a totalement laissé indifférent, tout comme sa déclaration finale, à la limite du voeu de chasteté).

 

À suivre...

(épisodes 7x01-04 ; 7x05-08 ; 7x09-12)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 7 (3/7)

Publié le 13 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Star Trek, Les bilans de Lurdo

Un début de saison 7 qui donne un peu l'impression, pour l'instant, que les scénaristes se lâchent, qu'ils ont décidé d'exploiter les concepts et les idées de scripts jusque là mis de côté, et qu'ils ont enfin accepté d'utiliser un peu de continuité, notamment au niveau du développement des personnages. Ça ne fonctionne pas toujours, mais au moins ils essaient...

 

Star Trek Voyager, saison 7

 

- 7x09-10 - Flesh and Blood : Lorsque le Voyager découvre une station holographique Hirogen dévastée, l'équipage se retrouve pris entre les Hirogens et leurs proies holographiques, devenues conscientes et s'étant révoltées contre leurs maîtres. L'Holodoc doit alors choisir entre ses semblables, et sa fidélité à l'équipage de Starfleet...

Moui. Un double épisode conçu et co-écrit par Bryan Fuller, et plutôt bien apprécié par les fans, pour tous ses thèmes et sa continuité (l'holo-technologie des Hirogens est celle que Janeway leur a offerte suite à The Killing Game, et elle se sent donc responsable des conséquences de l'utilisation de cette technologie), et pour le fait qu'ils sont à peu près bien développés sur 90 minutes.

Mon seul problème, en fait, c'est que par moments, on a des personnages qui ont des réactions typiques de Voyager, à savoir forcées et illogiques, uniquement là pour faire avancer le récit. 

Le plus flagrant, ici, étant Janeway, mais aussi et surtout l'Holodoc, qui trahit tout simplement le Voyager et son équipage sans grande hésitation, pour rejoindre ses semblables, qu'il connaît depuis quelques heures à peine. Des semblables qui, forcément, révèlent leur vrai visage un peu plus tard, en endommageant le Voyager, en kidnappant B'elanna, et en devenant dans la seconde moitié de l'épisode un groupe mené par un gros fanatique religieux extrémiste et mégalomane. Ce qui facilite bien la tâche aux scénaristes, qui n'ont alors plus à faire dans la subtilité, et peuvent donc se limiter au noir et blanc bien manichéen.

Et pour couronner le tout, à la toute fin de l'épisode, le Doc ne reçoit aucune réprimande et punition, parce que, et je cite "comment pourrais-je vous punir pour ce que vous êtes", à savoir, l'Holodoc est comme les humains, il est faillible et fait des erreurs... et ne doit pas être puni pour celles-ci, même s'il est responsable de haute trahison !? Bullshit.

 

- 7x11 - Shattered : Lorsque le Voyager rencontre une anomalie spatio-temporelle, le vaisseau se retrouve fracturé entre différentes périodes de son histoire, et seul Chakotay peut sauver le navire, en passant d'une époque à une autre, et en tentant d'y trouver de l'aide.

Un épisode amusant, mais assez creux, et qui confirme l'impression que les scénaristes (ici, Taylor et Sussman) ont décidé, cette saison, de jouer la carte de la nostalgie. 

On se retrouve donc avec un épisode qui commence plutôt bien - interactions et continuité entre Naomi, Icheb et Chakotay - et qui bascule vite dans ce qui ressemble à un best-of de la série, passant de Chaotica au futur (Naomi et Icheb adultes), de Seska à la présence d'une Seven borg à bord, en passant par la mort de Tuvok, et l'aide d'une Janeway pré-Caretaker.

Dans l'ensemble, le tout est assez agréable à suivre, mais étrangement, par moments, on a un peu l'impression que le tout est un prétexte, aux yeux de la production, pour réaffirmer une nouvelle fois tous leurs choix créatifs passés : on a ainsi droit à un Chakotay qui explique à Janeway que, malgré toutes les difficultés et les problèmes, ces sept années en valaient vraiment la peine, ou encore, qui réaffirme qu'il ne s'est rien passé entre Janeway et lui, parce que c'est une ligne qu'il ne franchiront jamais.

Un message à l'intention des fans insistants, pour un épisode léger, et finalement assez anecdotique.

 

- 7x12 - Lineage : Lorsque B'elanna découvre qu'elle est enceinte, cela fait soudain resurgir tous ses doutes et toutes ses peurs quant à ses origines, et, paniquée, elle tente alors d'éliminer toute trace de son héritage klingon du génome de sa future fille...

Un excellent épisode, concentré sur Tom Paris et B'elanna, dont les interprètes se démènent pour vraiment exprimer le traumatisme ressenti par ce couple.

La continuité est agréable, l'émotion fonctionne, l'interprétation est impeccable, bref, du développement vraiment bienvenu, qui évite le meublage inutile, et s'avère même assez touchant, même s'il frôle le mélodrame larmoyant sur la toute fin, et qu'il tombe dans le piège récurrent des personnages qui ne sont jamais réprimandés pour leurs actions (même si ici, à la limite, ça peut se comprendre).
 

 

À suivre...

(épisodes 7x01-04 ; 7x05-08)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 7 (2/7)

Publié le 6 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

Je continue cette ultime saison de Star Trek Voyager, une saison dont les quatre premiers épisodes semblaient laisser présager d'une continuité un peu plus marquée, et d'une évolution de certains des personnages... espérons que cela se poursuive.

 

Star Trek Voyager, saison 7

 

- 7x05 - Critical Care : Lorsque l'HoloDoc est enlevé par un petit criminel, il est revendu à un hôpital extraterrestre qui fonctionne selon des normes objectivistes inadmissibles : l'HoloDoc décide alors de faire tout son possible pour changer les choses.

Alors sur papier, on a droit ici à une critique à plusieurs niveaux de lecture des systèmes de santé modernes... tellement à plusieurs niveaux de lecture, en fait, que les forums de fans, à l'époque de sa diffusion, étaient emplis de débats enflammés sur les mérites du capitalisme vs socialisme, de leurs systèmes de santé respectifs (à base, bien sûr, de gros raccourcis et clichés patauds, Amérique oblige), et sur le sens réel à donner à cet épisode.

Quoiqu'il en soit, en théorie, le propos est intéressant, et les intentions sont bonnes, mais en pratique, quelque chose me dérange tout de même dans cet épisode : le médecin, en provenance de la Fédération, une société où règne l'abondance, et qui fait la morale à une société aux ressources très limitées, et aux priorités différentes, ça coince toujours un peu, notamment au niveau de la Prime Directive.

Enfin bref : une intrigue principale relativement bien menée, une intrigue secondaire (le Voyager qui traque le criminel pour tenter de retrouver le Doc) relativement anecdotique, mais amusante, pour un tout inégal et imparfait, mais honorable.

 

- 7x06 - Inside Man : Le Voyager reçoit un hologramme de Reginald Barclay, en provenance du Quadrant Alpha, et l'ingénieur leur explique que Starfleet a trouvé un moyen de ramener le vaisseau sur Terre...

La routine habituelle : le Voyager confronté à un moyen de rentrer à la maison, l'équipage tombe dans le panneau (même si ici, au moins, ils semblent un peu sceptiques, au début, et que les scénaristes reconnaissent ainsi qu'ils abusent de ce postulat), et ça ne débouche sur rien.

En fait, l'épisode est une fois de plus centré sur Barclay et Troi, qui vont à la plage (histoire de mettre Sirtis en maillot), qui discutent, qui mènent l'enquête, et qui interrogent une Dabo Girl qui a passé des mois de sa vie à faire semblant d'aimer Reginald, pour lui dérober des informations. (Oui, Barclay est ici plus pathétique qu'il ne l'a été depuis bien longtemps, mais bon...)

En fait, on a un demi-épisode intéressant, avec cet Inside Man : tout le début, avec Holo-Barclay (joliment interprété de manière confiante et assurée par Schultz), est sympathique, mais quand les Ferengis arrivent, l'épisode ne s'en remet pas, et finit mollement. Bof.

(cela dit, la scène de B'elanna et de Tom se moquant de la naïveté de Kim en fin d'épisode était assez amusante)

 

- 7x07 - Body and Soul : Capturé avec Neelix et Seven dans un secteur où les hologrammes sont interdits, l'Holo-doc se cache dans les implants borgs de Seven, et prend involontairement le contrôle de son corps...

Sans surprise, là aussi, une moitié de bon épisode, et cette moitié repose entièrement sur Jeri Ryan, tout simplement excellente dans son imitation du Docteur qui possède son corps (une imitation à plusieurs niveaux de subtilité, très bien interprétée sur tous les plans).

Le reste, malheureusement, est affreusement superficiel et creux, et donne un peu l'impression que les scénaristes, cette saison, sont en train de liquider les idées qu'ils avaient en stock depuis le début de la série, sans jamais trouver le temps de les exploiter avant : on a eu la mutinerie du Maquis, le mariage de Tom/B'el, et maintenant, voilà le Pon Farr de Tuvok, une sous-intrigue comique bâclée, qui ne sert qu'à meubler, et n'apporte absolument rien à l'épisode. 

Du côté de Seven & co, on saluera la présence de Megan Gallagher, qui fait toujours plaisir, on soupirera en découvrant le jeu médiocre de Wang (comme d'habitude), et on regrettera que le tout soit à ce point léger et comique, alors qu'il y aurait eu quelque chose d'intéressant à faire au niveau des rapports Seven/Doc, du contrôle de ce dernier sur l'ex-Borg, etc. 

Tant pis.

 

- 7x08 - Nightingale : Désobéissant à la Prime Directive, Kim décide d'aider l'équipage d'un vaisseau dans le besoin, et prend la tête de leur mission...

Dans la série "idées qu'on n'a pas eu le temps d'utiliser avant", voici "Kim voudrait une promotion, et s'essaie au commandement".

C'est bien entendu soporifique, cousu de fil blanc (on voit venir de très loin les mensonges de l'équipage), ça arrive bien trop tard, et hormis le moment où Kim explique qu'il stagne depuis qu'il est à bord (on sent le fanservice à destination de tous ceux qui se plaignent de ça depuis des saisons), le tout n'est jamais convaincant, malgré la présence de Ron Glass.

D'autant qu'en parallèle, on a droit à Icheb qui aide B'elanna à l'ingénierie, et qui confond l'amitié de cette dernière avec un intérêt romantique (en même temps, Dawson joue ces scènes de manière un peu trop douce et attentionnée, on ne peut pas en vouloir à Icheb :p ).

Je suppose que c'était conçu pour établir une sorte de parallèle entre Kim et Icheb, deux jeunes hommes qui tentent de grandir, d'évoluer, et de passer (métaphoriquement) à l'âge adulte, ou quelque chose du genre, mais... bof.

 

 

À suivre...

(épisodes 7x01-04)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 7 (1/7)

Publié le 23 Juillet 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

Ultime saison de Star Trek Voyager, une saison globalement inédite pour moi, et pour laquelle j'espère (comme à chaque fois) un peu plus de continuité, un peu plus de personnages récurrents, et un peu moins de Borgs surexploités... on peut toujours rêver, non ?

 

Star Trek Voyager, saison 7

 

- 7x01 - Unimatrix Zero Part 2 : Infiltrés à bord d'un cube borg et partiellement assimilés, Janeway, Tuvok et Torres tentent de contaminer le collectif de l'intérieur avec un virus permettant de libérer les drones menacés de destruction par la Reine...

La suite directe de la fin de saison précédente, une fin de saison tellement peu mémorable que je n'en gardais quasiment aucun souvenir précis.

Et ici, ce n'est guère plus mémorable... la faute à l'écriture, qui demande de faire abstraction de toute logique (Janeway a plusieurs fois le choix entre laisser la Reine auto-détruire tout le collectif pour exterminer les mutants, ou laisser les Borgs détruire encore des milliards de peuples et de vies à l'avenir... et forcément, elle prend la décision la moins pertinente ; les trois assimilés qui se comportent exactement comme des personnes normales malgré avoir été borgifiés, et qui n'en gardent aucune autre séquelle qu'un peu de courbatures ; la Reine qui explique avoir été assimilée !?), qui endort avec la romance insipide de Seven, et la faute au fait que les Borgs ne représentent vraiment plus la moindre menace, désormais, avec cette guerre civile borg, ces factions qui s'affrontent, etc.

Assez frustrant, donc, bien qu'étant bien produit, et ayant occasionnellement une scène ou deux sauvées par l'interprétation (je pense notamment à la scène de la Reine et de l'enfant, assez sinistre).

 

- 7x02 - Drive : Tom Paris et Harry Kim parviennent à convaincre Janeway de participer à une course de navettes stellaires, l'occasion pour eux de tester le nouveau Delta Flyer, et pour Tom de faire le point sur sa relation avec B'elanna.

Un épisode diffusé dans le désordre (en troisième position, après Imperfection, malgré les gros problèmes de continuité que cela provoque - mariage de Tom/B'el, nouveau Delta Flyer), et à l'intrigue principale cousue de fil blanc (Harry Kim qui s'éprend d'une extraterrestre rivale, qui finit par s'avérer une terroriste meurtrière, zzzzzz), mais qui vaut principalement (et sans surprise) pour le développement des personnages de B'elanna et de Paris, leurs problèmes de couple, leur réconciliation, et leur demande en mariage.

Ça fonctionne bien, forcément, c'est sympathique, et si ce n'était pour cette course mollassonne, commentée par Neelix, et montée avec les pieds en alternance avec la sous-intrigue de Kim (assez médiocrement interprétée), ça aurait fait un épisode plus léger, mais attachant. En l'état, c'est sympathique, mais inégal.

Cela dit, je dois dire que je suis fan des uniformes de course blancs/gris/noirs, qui ont un design très réussi.

 

- 7x03 - Imperfection : Un composant essentiel de la biologie cybernétique de Seven commence à donner des signes de faiblesse, mettant en danger la vie de l'ex-Borg, qui se trouve soudain confrontée à sa mortalité.

Passons sur la manière bien peu cavalière dont les scénaristes se débarrassent, en début d'épisode, de la plupart des enfants borgs de la saison précédente, en les refilant aux habitants d'une planète de passage : c'est frustrant, mais pas forcément surprenant.

Heureusement, la production se rattrape avec le contenu de l'épisode, dans lequel Seven se trouve confrontée à la possibilité de sa mort imminente, et ressent la peur de n'avoir rien accompli, et de ne laisser aucune trace derrière elle. Un sujet percutant et assez touchant, très bien interprété par Jeri Ryan, comme d'habitude, et qui renforce ses liens et son humanité croissante au contact d'Icheb.

Plutôt solide et efficace, donc... malgré des scènes d'action totalement inutiles, avec des pseudo-Kazons qui viennent meubler un peu, malgré une overdose de borgs en tous genres (ras-le-bol), malgré quelques facilités, et malgré le fait que je ne puisse m'empêcher de penser que toute ce développement des deux personnages sera oublié d'ici le prochain épisode.

 

- 7x04 - Repression : Lorsqu'une vague d'agressions touche les membres du Maquis à bord du Voyager, Tuvok commence à mener l'enquête...

Un whodunnit pas désagréable pendant ses 20 premières minutes, et puis l'épisode abat ses cartes (déjà pas très mystérieuses, puisqu'on se doute rapidement de l'identité de l'agresseur, soulignée par de la musique dramatique un peu trop forcée), et enchaîne raccourcis sur raccourcis, se rappelant après sept saisons que le Maquis existe, et réglant en trois minutes chrono une situation qui aurait pu tenir trois épisodes, si elle avait bien été développée.

Dommage. Mais bon, au moins, on a un peu de la vie de couple marié de B'el/Paris, c'est toujours ça de gagné.
 

À suivre...

(bilan saison 6)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (9/9 + bilan)

Publié le 25 Juin 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek, Review

Fin de la saison 6 de Star Trek Voyager, une saison qui, malgré un certain sens de la continuité, continue de souffler le chaud et le froid...

Star Trek Voyager, saison 6

6x25 - The Haunting on Deck Twelve:

Alors que le Voyager est plongé dans une obscurité totale le temps de traverser une nébuleuse, Neelix raconte aux enfants borgs l'histoire du Pont 12, fermé à tous les passagers suite à un incident des plus sinistres...

Star Trek Voyager nous fait une histoire de "fantômes" pas désagréable, mais qui souffre d'un gros ventre mou, et peine donc à convaincre sur la durée. Dommage, parce que les angles de caméra inhabituels, la continuité avec les enfants et Tal Celes (dont c'est malheureusement la dernière apparition), les effets, et l'interprétation de Mulgrew étaient tous plutôt convaincants, et que dans l'idée, l'épisode est sympathique, mais au final, le tout s'équilibre pour donner quelque chose de plutôt moyen.

 

6x26 - Unimatrix Zero, part 1 :

Lorsque Seven commence à rêver, elle découvre qu'une fraction rarissime du Collectif borg est capable de se transporter en pensée dans l'Unimatrix Zéro, une réalité virtuelle tropicale et idyllique, dans laquelle ces Borgs retrouvent leur identité et leur individualité. Mais le Collectif - et la Reine borg - sont bien décidés à se purger de ces erreurs biologiques, et le Voyager va tout faire pour empêcher un massacre...

Pour finir la saison, un épisode double centré sur les Borgs, définitivement surexploités, et qui paradoxalement, n'évoque même pas les enfants borgs présents à bord.

L'ensemble reste assez regardable et dynamique, même si l'idée de faire de Seven l'une des Borgs "spéciales" est probablement de trop, tout comme sa relation "virtuelle" avec l'un des autres borgs.

Et puis, je ne sais pas trop pourquoi, mais tout ça semble tellement sortir de nulle part que l'ensemble de l'épisode paraît parfois vraiment forcé... comme par exemple ce cliffhanger finalement très peu original - cf Best of Both Worlds.

Bref, à nouveau : c'est regardable, mais peu mémorable.

 

Bilan saisonnier

La saison dernière, j'avais conclu que Voyager manquait vraiment de direction, après sa saison 4 centrée sur Seven of Nine : le show n'avais plus vraiment de point focal, et se contentait bien souvent de recycler des intrigues et des antagonistes passés, sans grande motivation, et en faisant du surplace.

Cette année... il en va de même, en fait. Et comme je n'ai eu de cesse de le répéter au cours de ces neuf bilans hebdomadaires de visionnage, la saison 6 de Star Trek : Voyager est frustrante.

Frustrante, parce que malgré des épisodes problématiques et faiblards, comme chaque saison, et des idées pas toujours très probantes (Fair Haven), la série a décidé, cette année, d'introduire des personnages secondaires récurrents (Naomi Wildman est toujours là, les enfants borgs, Tal Celes, Reginald & Troi...), ce qui est une très bonne chose... mais malheureusement, elle ne les exploite pas assez dans l'ensemble, et se contente d'utiliser ces personnages le temps de deux ou trois épisodes, avant de les oublier ensuite.

Une tendance qui prend surtout place dans la seconde moitié de la saison, ce qui fait que ces personnages récurrents n'ont pas le temps de s'installer ou d'être développés correctement.

Cela dit, ça va de pair avec le sous-développement chronique de tous les personnages ne s'appelant pas Seven of Nine et Holo-Doc. Seule B'elanna s'en sort occasionnellement avec les honneurs, mais même là, elle est nettement moins présente qu'à une certaine époque, et sa relation avec Paris n'existe que quelques fractions de seconde dans la saison.

Et puis reste le problème des Borgs. Des Borgs, encore des Borgs, toujours des Borgs, trop de Borgs, qui deviennent répétitifs et insipides. Combien de fois Seven et le Voyager vont-ils rencontrer un groupe de Borgs renégats/déconnectés/perdus, etc ? Combien de fois le vaisseau va-t-il affronter une Reine Borg, triompher d'elle, et continuer son petit bonhomme de chemin ?

Franchement, en tant que spectateur, j'en suis presque arrivé à un point où j'ai envie de zapper certains épisodes dès qu'on aperçoit un cube ou un drone...

Alors qu'attendre de l'ultime saison de Voyager ? Bonne question. À l'époque de sa diffusion, je l'avais totalement ratée, tant j'avais décroché, et je n'avais rattrapé le series finale que bien plus tard, sans conviction.

Là, si j'étais optimiste, je dirais que les scénaristes vont profiter de cette dernière saison pour développer sur la durée le retour potentiel du Voyager sur Terre, ses contacts de plus en plus fréquents avec la Fédération et Starfleet, etc. Mais je suis réaliste. Connaissant la série et son équipe créative (Ron D. Moore est parti, Menosky aussi, Brannon Braga qui prend ses distances entre la saison 6 et 7 pour rejoindre Enterprise, Bryan Fuller sous-exploité), je m'attends à une saison complète de meublage, à une disparition totale des personnages récurrents de la saison 6, et à un beau gâchis général, avec toujours plus de Borgs, mais toujours moins impressionnants et menaçants.

J'espère me tromper...

 

À suivre...

(épisodes 6x01-03 ; 6x04-06 ; 6x07-09 ; 6x10-12 ; 6x13-15 ; 6x16-18 ; 6x19-21 ; 6x22-24)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (8/9)

Publié le 18 Juin 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Télévision, Review, Star Trek, Science-Fiction

J'approche de la fin de la saison 6 de Star Trek Voyager, une saison qui semble vouloir développer un certain sens de la continuité qui fait assez plaisir à voir...

Star Trek Voyager, saison 6

6x22 - Muse :

Écrasée sur une planète primitive, B'elanna se réveille prisonnière d'un poète qui se sert d'elle comme d'une muse, pour écrire des pièces narrant ses aventures...

Un Torres-centric, ça faisait longtemps, et ça fait toujours plaisir, même si ici, le personnage passe au second plan, puisque ce qui intéresse Joe Menosky, le scénariste, c'est de parler de son métier.

Forcément, c'est son dernier script en solo sur la série, et donc, il en profite pour s'étendre en long, en large et en travers sur le métier de conteur, sur son importance sociale, sur son influence, etc ; il se permet de vanner un peu ses collègues, leur travail, la fanbase ("pourquoi rajouter des scènes de romance entre les personnages ? On s'en fout, de la romance, on n'a pas de temps à consacrer à ça !" nous explique B'elanna quand le poète imagine une scène de baiser entre Janeway et Chakotay), etc... bref, il se fait plaisir, et en soi, si c'est tout sauf rythmé, ce n'est pas forcément désagréable à suivre.

Ça ne tient pas forcément totalement sur la longueur, mais ça se regarde. Et puis ça fait toujours plaisir de revoir feue Kellie Waymire dans un petit rôle.

 

6x23 - Fury :

Une Kes âgée s'introduit à bord du Voyager, pour y tuer B'elanna, et utiliser le noyau de distorsion afin de remonter le temps, et, intégrée à l'équipage, elle tente alors de saboter sa mission...

Pauvres Michael Taylor et Bryan Fuller, contraints de tenter de faire sens/de sauver les idées calamiteuses de Berman & Braga, à l'origine de l'épisode.

Parce que même si, comme moi, on n'a jamais vraiment apprécié le personnage de Kes, on ne peut que grincer un peu des dents devant le massacre effectué par ce récit, qui fait de Kes une vieille femme psychopathe et éprise de vengeance, malheureusement sans motivations réellement convaincantes, et sans réelle logique.

On est bien loin du personnage tel qu'on le connaissait, et quand on ajoute à tout cela une Jennifer Lien qui a l'air totalement absente (déjà qu'en temps normal, ce n'est pas la meilleure actrice du monde !) et un peu empâtée, on se retrouve devant un épisode qui n'a à proposer qu'un gros débordement d'action spectaculaire, mais finalement assez creux, et une coupe de cheveux plus flatteuse pour B'elanna.

C'est très peu, et c'est surtout totalement inutile (ça me rappelle un peu le massacre effectué par les producteurs de How I Met Your Mother sur le personnage de Victoria, lorsqu'il a été ramené dans ses dernières saisons)

 

6x24 - Life Line :

Lorsque l'Holodoc découvre, par le biais du projet Pathfinder, que Lewis Zimmerman, son créateur, est atteint d'une maladie incurable, il convainc Janeway de l'envoyer sur Terre où, avec l'aide de Reginald Barclay et de Deanna Troi, il va tout faire pour tenter son soigner son "père"...

Un épisode tout simplement réussi, qui fait indirectement suite au 6x10, et développe ainsi la personnalité de l'Holodoc et de son créateur, ainsi que leurs rapports de quasi-père et quasi-fils.

Robert Picardo est excellent, et parvient à donner corps à deux personnages très similaires, mais subtilement différents, et les autres personnages secondaires ne sont pas superflus, pas même l'"assistante" de Zimmerman (très bien interprétée, d'ailleurs), dont on apprend qu'elle aussi est une création de ce dernier, et bien plus encore.

Certes, on pourrait toujours se plaindre de quelques problèmes de continuité, ou du fait que le Voyager envoie son seul médecin de bord à l'autre bout de la galaxie sans avoir de plan de secours, mais bon... ce sont des problèmes anecdotiques en comparaison du reste de l'épisode.

 

À suivre...

(épisodes 6x01-03 ; 6x04-06 ; 6x07-09 ; 6x10-12 ; 6x13-15 ; 6x16-18 ; 6x19-21)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (7/9)

Publié le 21 Mai 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Télévision, Review, Science-Fiction, Star Trek

Je continue mon passage en revue de la saison 6 de Star Trek Voyager, entamée il y a près de deux mois, une saison qui reste globalement assez toujours assez inégale, naviguant entre épisodes très moyens et d'autres plus sympathiques...

Star Trek Voyager, saison 6

6x19 - Child's Play :

Lorsque les parents de l'un des jeunes Borgs recueillis par le Voyager reprennent contact, ni Seven ni l'adolescent ne semblent prêts à se séparer l'un de l'autre...

Un épisode plutôt bien interprété, tant par le jeune acteur que par Jeri Ryan (ce qui n'est pas surprenant), plutôt bien écrit, et qui continue de développer une continuité d'une semaine à l'autre, avec ces quatre jeunes Borgs qui évoluent et se développent.

C'est particulièrement agréable, après 6 saisons d'épisodes indépendants et de reboots systématiques, et bien que cela entraîne quelques soucis, çà et là (on peut se demander où est passé le bébé borg animatronique ?), ça fait un bien fou.

Malheureusement, cela amène aussi un rebondissement de fin d'épisode un peu forcé et précipité, bien que finalement assez logique (après tout, le choix de Marc Sheppard dans le rôle de l'un des deux parents ne pouvait pas être anodin), et qui semble pourtant uniquement là pour justifier à posteriori l'état du cube borg dans Collective, ainsi que pour permettre un peu d'action gratuite et superflue dans les cinq dernières minutes.

Mais dans l'ensemble, c'était plutôt agréable à suivre, et le développement de la relation de Seven avec ses enfants adoptifs est très plaisante. 

 

6x20 - Good Shepherd :

Après leur évaluation décevante, Janeway décide de partir en mission en compagnie de trois sous-officiers : un quasi-autiste arrogant, un hypocondriaque, et une jeune bajoranne dépassée par les demandes de son poste... mais bien évidemment, la mission se complique.

L'équivalent de Lower Decks pour Voyager, avec des guests inégaux : autant Zoe McLellan est particulièrement attachante en bajoranne maladroite, autant les autres sont plus polarisants et clichés, entre le Sheldon Cooper-bis et le malade imaginaire.

En fait, l'épisode a beau être sympathique et très regardable, il arrive un peu tard dans la vie de la série, et aurait été nettement plus intéressant dans ses premières saisons (en plus de permettre d'établir des personnages secondaires sur la durée), un peu comme le 1x16 à l'époque.

De plus, au niveau des défauts, on a vraiment l'impression que le script a été amputé de toute sa conclusion, et qu'il se finit un peu de manière bâclée et frustrante. M'enfin bon... dans l'ensemble, c'était assez honorable.

 

6x21 - Live Fast And Prosper :

Alors que le Voyager connaît une vague de pannes techniques et a besoin de réparations, l'équipage découvre que des extraterrestres se font passer pour Janeway & co, et profitent de cette usurpation d'identité pour arnaquer de nombreuses peuplades aux quatre coins du quadrant...

Un épisode réalisé par LeVar Burton, plutôt sympathique dans l'ensemble, pas très sérieux, et qui manque simplement un peu de rythme pour être vraiment excellent.
 

À suivre...

(épisodes 6x01-03 ; 6x04-06 ; 6x07-09 ; 6x10-12 ; 6x13-15 ; 6x16-18)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (6/9)

Publié le 14 Mai 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

Je continue mon passage en revue de la saison 6 de Star Trek Voyager, entamée il y a plus d'un mois et demi, une saison qui reste toujours assez inégale, naviguant entre épisodes très moyens et d'autres plus sympathiques...

Star Trek Voyager, saison 6

6x16 - Collective : 

En mission, Tom, Harry, Chakotay et Neelix tombent nez à nez avec un cube borg en piteux état, contrôlé par seulement 5 drones, et ils sont capturés. Au Voyager de les tirer de là, et de composer avec ce collectif inhabituel composé d'adolescents à demi-assimilés.

Une variation semi-intéressante des épisodes borgs habituels, même si bizarrement, il est difficile de se sentir totalement concerné par l'épisode, tant ce n'est que ça : une énième variation (pas vraiment rythmée) des épisodes borgs de Voyager, qui continue d'affaiblir la menace représentée par cette race, et n'apporte pas grand chose, à part des personnages vaguement récurrents (qui sont cependant assez bien interprétés), un bébé borg animatronique (assez glauque), et un Harry Kim en danger (dont on se contrefout royalement, soyons francs).

 

6x17 - Spirit Folk :

Parce que le programme holographique est activé 24h/24, la communauté de Fair Haven commence à connaître des bugs visibles, et les personnages commencent à s'apercevoir de l'étrangeté et des pouvoirs improbables des membres de l'équipage du vaisseau...

Une suite indirecte de l'épisode 6x11, qui tient ici de la farce éhontée demandant de fermer les yeux sur plein de grosses ficelles et de raccourcis, et de laisser son cerveau au vestiaire.

Pour peu qu'on y parvienne, et qu'on ne soit pas trop allergique aux accents, à la musique, et à l'interprétation des Irlandais de service (sur lesquels le gros de l'épisode repose), alors le tout est assez regardable, et par moments, c'est même amusant.

Mais ça reste très très anecdotique. Et très décevant de la part de Bryan Fuller.

 

6x18 - Ashes to Ashes :

Quand Lyndsay Ballard, une enseigne de vaisseau tuée des années plus tôt, retrouve soudain le Voyager, elle explique qu'elle a été ramenée à la vie par une peuplade extraterrestre, qui l'a remodelée à son image. Mais la réintégration de la jeune femme à l'équipage n'est pas si facile, surtout pour son meilleur ami Harry Kim...

Un épisode qui aurait pu s'appeler "Rétrocontinuité", tant il use et abuse de ce concept pour rendre son postulat de départ plausible... tout en refusant formellement de prendre en compte la continuité réelle de la série, puisque si l'on commence à réfléchir un peu à ce qu'on nous dit à l'écran (la chronologie, les conditions de la mort de Ballard, sa présence à bord, ses rapports avec Kim), absolument rien n'est possible.

Si l'on ferme les yeux sur tous ces problèmes, cependant, l'épisode est très regardable, et plutôt bien interprété, malgré un maquillage extraterrestre assez peu inspiré, à mi chemin entre le Cardassien pour les hommes, et la Reine borg pour les femmes.

En fait, l'épisode est bien meilleur en théorie qu'en pratique, et l'exécution n'est pas à la hauteur de son postulat, à l'image de la sous-intrigue de Seven et des enfants borgs : ce n'est pas désagréable, et la continuité avec le 6x16 est bienvenue, mais c'est un peu maladroit et surligné, et la scène final, qui tente de relier au forceps les deux intrigues de l'épisode, arrive comme un cheveu sur la soupe...

 

À suivre...

(épisodes 6x01-03 ; 6x04-06 ; 6x07-09 ; 6x10-12 ; 6x13-15)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (5/9)

Publié le 30 Avril 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Star Trek, Science-Fiction, Les bilans de Lurdo

Je continue mon passage en revue de la saison 6 de Star Trek Voyager, entamée il y a un mois, une saison qui reste toujours assez inégale et frustrante, mais néanmoins plus homogène que certaines saisons passées...

Star Trek Voyager, saison 6

6x13 - Virtuoso :

Le Voyager rencontre un peuple méprisant et arrogant, qui pourtant s'éprend instantanément de l'Holodoc dès que ce dernier commence à chanter : aussitôt, le Doc devient une superstar, et finit par envisager de s'installer chez ces extra-terrestres...

Un épisode comique centré sur le Doc, avec un Paul Williams sous-exploité en alien fasciné par la musique, et des aliens globalement tous surjoués jusqu'à la caricature, en plus de mettre en scène un Holodoc qui trahit un peu ce que l'on sait du personnage lorsqu'il décide sans hésiter de quitter le Voyager pour devenir une superstar.

Dans l'ensemble, cependant, malgré des défauts évidents, et une seconde moitié qui s'essouffle, le tout est assez agréable à regarder, notamment pour sa scène de confrontation Seven/Holodoc.

 

6x14 - Memorial :

De retour d'une mission, Chakotay, Paris, Neelix et Kim commencent à souffrir d'hallucinations particulièrement réalistes, au cours desquelles ils s'imaginent prendre part à un conflit armé sur une planète inconnue...

Un épisode assez inégal : d'un côté, le postulat de départ est intéressant, tout le monde est mis en valeur, et les moments centrés sur B'elanna, Tom, et leur vie de couple sont agréables. De l'autre, ça surjoue occasionnellement un peu, ça peine notablement à maintenir le suspense et la tension sur toute la durée de l'épisode, et la décision finale de Janeway, comme souvent, est ultra-polarisante.

Au final, le tout s'équilibre pour donner un épisode assez moyen, aux intentions intéressantes, mais à l'exécution assez discutable.

 

6x15 - Tsunkatse :

Capturé en mission, Tuvok est blessé, et ses geôliers placent Seven dans une situation intenable : elle doit prendre part au Tsunkatse, un tournoi d'arts martiaux retransmis dans tout le quadrant, si elle veut que Tuvok soit soigné...

Seven of Nine vs The Rock, featuring Jeffrey Combs & J.G. Hertzler... forcément, on ne s'attend pas à de la subtilité et de la poésie, mais à quelque chose de cabotin, plein d'action et de spectacle.

On sourit donc un peu en voyant The Rock lever son sourcil, on s'amuse en voyant un Hirogen d'un mètre 60 entrer dans l'arène, on lève les yeux au ciel en voyant le combat Seven/Rock avec sa doublure évidente et sa chorégraphie très moyenne, on soupire en s'apercevant qu'on ne reverra pas The Rock du reste de l'épisode, on se lasse rapidement des pseudo-leçons d'arts martiaux données par Hertzler à Seven, on regrette que Chakotay le boxeur n'ait pas été utilisé en lieu et place de Super-Seven, et on apprécie le jeu enthousiaste de Jeffrey Combs comme toujours excellent...

Bref, c'est amusant, ça passe le temps, mais ça s'arrête là, sans plus.

 

À suivre...

(épisodes 6x01-03 ; 6x04-06 ; 6x07-09 ; 6x10-12)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (4/9)

Publié le 23 Avril 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Star Trek, Science-Fiction

Je continue mon passage en revue de la saison 6 de Star Trek Voyager, entamée il y a trois semaines, une saison qui reste toujours assez inégale et frustrante, mais néanmoins plus homogène que certaines saisons passées...

Star Trek Voyager, saison 6

6x10 - Pathfinder :

Sur Terre, Reginald Barclay a peut-être trouvé un moyen d'établir un moyen de communication durable et fiable avec le Voyager, mais ses névroses et son excentricité l'empêchent de convaincre ses supérieurs du bien-fondé de son idée. Après un entretien avec Deanna Troi, il décide de passer tout de même à l'action...

Un épisode événement, qui combine caméos de Marina Sirtis et de Dwight Schultz, fanservice jouant la carte de la nostalgie pour la Next Generation et pour Reginald Barclay, et un semblant de progrès quant à la situation du Voyager, désormais en contact avec la Terre.

C'est globalement bien interprété et écrit (même si par moments, Dwight et Marina sont un peu en surjeu, peinant à se remettre dans la peau de leurs personnages), c'est intéressant, ça fait évoluer Reginald dans une direction logique, et dans l'ensemble, c'est plutôt réussi... malgré des décors un peu fauchés (la vue depuis la fenêtre de l'appartement de Barclay), et un problème de scénario assez voyant : depuis la dernière fois que le Voyager a contacté la Terre, le vaisseau a traversé des distances improbables grâce à des raccourcis, gagnant plusieurs années de voyage (ne serait-ce que dans l'épisode précédent !!!).

Par conséquent, même avec toutes les approximations permises par les scénaristes, Reginald n'aurait jamais pu retrouver le vaisseau en se basant sur leurs coordonnées initiales... ce qui fait s'effondrer tout le postulat de départ de l'épisode.

Mais bon, fermons les yeux sur ce "détail", pour une fois que l'on change un peu d'environnement et d'approche...

 

6x11 - Fair Haven :

Alors que le vaisseau est pris dans une tempête, et que, dans l'intervalle, l'équipage est contraint de trouver un moyen de passer le temps, Janeway s'aventure dans l'holodeck, où elle s'éprend du tenancier du pub d'un petit village irlandais holographique créé par Tom Paris ; mais elle n'assume pas totalement cette relation...

Une romance impossible sans alchimie entre une Kate Mulgrew en surjeu, et un barman sans grand charisme : quel bonheur. Le pire, c'est que l'épisode en lui-même n'est pas forcément totalement désagréable, puisqu'il y a là une certaine décontraction intéressante, notamment dans les sous-intrigues secondaires, parfois amusantes. 

Mais le problème, c'est que l'intrigue principale - la romance - qui aurait pu déboucher sur quelque chose de nouveau, d'inédit et d'intéressant si le show avait eu une certaine forme de continuité, est une accumulation de clichés sur l'Irlande (rien que l'illustration musicale et les accents...), de raccourcis narratifs, et d'interprétation caricaturale, à la limite du soap.

Un bon gros bof, et l'on ne me fera pas croire qu'à bord du Voyager, perdu depuis 6 ans à l'autre bout de l'univers, l'holodeck n'est pas déjà devenu depuis bien longtemps l'échappatoire romantico-sexuel de l'immense majorité de l'équipage...

 

6x12 - Blink of An Eye :

Pris au piège de l'orbite gravitationnelle d'une planète où le temps s'écoule 60000 fois plus vite qu'à bord, le Voyager profite de l'occasion pour observer le développement de la vie et des civilisations de cet astre ; en parallèle, les civilisations de la planète en question se développent en observant les cieux, fascinées par une étoile qui brille plus que tout, et semble liée aux séismes qui frappent leur monde : le Voyager, qui devient tour à tour objet d'intérêt, de fascination, de vénération et de terreur.

Un épisode très chouette, sorte de variation inversée d'un épisode de TOS, Wink of an Eye, et qui développe une intrigue bien menée, toujours intéressante, et parfois même pertinente sur la futilité des religions, la versatilité de l'âme humaine, et le besoin, pour aller de l'avant, d'avoir quelque chose vers quoi tendre et aspirer.

On regrettera néanmoins un sacré manque d'inventivité et d'imagination au niveau de la civilisation extra-terrestre, vraiment trop humanisée pour être convaincante (ils parlent et écrivent anglais, ils ont des forteresses médiévales avec parapets, des robes de bure, des moines, des scaphandres, etc, etc, etc), des seconds rôles bien trop inégaux au niveau des aliens (c'est notamment très visible au niveau des deux astronautes qui montent à bord du Voyager : un jolie séquence, presque plombée par l'interprétation robotique de l'actrice, alors que ce bon vieux Daniel Dae Kim fait de son mieux pour injecter de l'émotion dans ses scènes), et une fin précipitée, avec beaucoup de pistes oubliées (la famille de l'Holodoc sur la planète, par exemple, ou encore le caméo inutile et sous-développé de Naomi Wildman) et/ou bâclées.

Pour une fois, ça aurait mérité un double épisode.

 

À suivre...

(épisodes 6x01-03 ; 6x04-06 ; 6x07-09)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (3/9)

Publié le 16 Avril 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Star Trek, Science-Fiction

Je continue mon passage en revue de la saison 6 de Star Trek Voyager, entamée il y a deux semaines, une saison qui, pour l'instant, s'avère plutôt regardable, bien que soufflant le chaud et le froid...

Star Trek Voyager, saison 6

6x07 - Dragon's Teeth :

Lorsque le Voyager se réfugie sur une planète pour échapper à un peuple extraterrestre hostile, ils y découvrent les survivants d'une autre race, exterminée par leurs ennemis belliqueux. Mais une fois extirpés de leurs caissons d'hibernation, les rescapés ne semblent avoir qu'une chose en tête : reprendre le combat, et tant pis si le Voyager est pris entre deux feux...

Un épisode frustrant, à nouveau : les intentions ne sont pas mauvaises, l'interprétation est honorable, les scènes d'action ne sont pas désagréables (et même assez spectaculaires), et Neelix est utilisé de manière intéressante, mais dans l'ensemble, le script ressemble au premier épisode d'un double épisode de mi-saison, qui se serait vu réduit à 45 minutes suite à des coupes budgétaires.

La mise en place est ainsi longue et peu palpitante, et soudain, vers ses 3/4, le show s'emballe, et s'aperçoit qu'il faut tout boucler avant la fin de l'épisode, quitte à ce que ça soit un peu précipité.

Et puis le "à mon avis, on n'a pas fini d'entendre parler de ces aliens belliqueux" final sonne tellement creux (surtout que les aliens en question ne reparaissent jamais, il me semble), qu'il ne peut qu'agacer un peu. Si seulement les scénaristes avaient bien voulu faire un effort de continuité...

 

6x08 - One Small Step :

Lorsque le Voyager découvre une anomalie spatiale rarissime, qui a autrefois absorbé une mission d'exploration terrienne partie vers Mars, Chakotay parvient à convaincre Janeway de le laisser explorer l'anomalie en compagnie de Seven et de Tom, à bord du Delta Flyer, afin de tenter de récupérer le module spatial terrien.

Un épisode centré sur l'exploration scientifique, qui développe Chakotay et sa passion pour la science, et qui, s'il n'est pas très subtil dans son écriture (un épisode écrit à quatre mains, forcément, c'est toujours un peu bancal, et le développement et les réactions de Chakotay paraissent un peu forcés et sortis de nulle part) et déborde de technobabble, a le mérite de privilégier l'exploration, l'histoire et la science, plutôt que les extra-terrestres belliqueux habituels et quasi-interchangeables.

Pas forcément ultra-mémorable, et avec quelques problèmes de rythme, mais néanmoins plutôt rafraîchissant dans le genre.

 

6x09 - The Voyager Conspiracy :

Lorsque le Voyager rencontre un extra-terrestre ayant mis au point une catapulte galactique capable de raccourcir le voyage du vaisseau de plusieurs années, l'équipage est enthousiaste ; mais Seven, qui a récemment mis à niveau son alcôve avec un système de synthèse d'informations révolutionnaire, semble dubitative, et commence à se persuader qu'une immense conspiration se tisse autour d'elle, du vaisseau et de son équipage...

Seven of Nine se prend pour Fox Mulder dans un épisode particulièrement capillotracté, qui joue à fond la carte de la pseudo-continuité (Seven débite des kilomètres de dates et d'événements passés pour expliquer ses théories), quitte à finir par être un peu pataud et laborieux...

Malgré cela, pourtant, c'est par moments assez amusant à regarder, à défaut d'être très bien écrit ou le moins du monde crédible (non seulement les conspirations de Seven ne tiennent pas la route une seule seconde, mais en plus la manière dont Janeway et Chakotay acceptent totalement les délires de la Borg est totalement out-of-character), et puis pour une fois qu'un scientifique extra-terrestre n'est pas un traître fourbe et manipulateur, ça se fête...

 

À suivre...

(épisodes 6x01-03 ; 6x04-06)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (2/9)

Publié le 9 Avril 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

Je continue mon passage en revue de la saison 6 de Star Trek Voyager, entamée la semaine dernière, une saison qui, pour l'instant, s'avère plutôt regardable...

Star Trek Voyager, saison 6

6x04 - Tinker Tenor Doctor Spy :

L'Holo-Doc a bricolé un programme pour pouvoir rêvasser en pleine journée, mais lorsqu'un peuple extraterrestre parvient à pirater ces rêveries, les exploits imaginaires du médecin deviennent pour eux la réalité de la vie à bord du Voyager...

Un épisode centré sur l'Holo-Doc et ses rêveries : c'est drôle, c'est bien joué, c'est léger, et il n'y a ici quasiment rien à jeter, puisque même les extraterrestres-de-la-semaine (qui sont des photocopies évidentes des Sontarans de Doctor Who) sont assez drôles et sympathiques.

 

6x05 - Alice :

Tom Paris récupère "Alice", une navette en piteux état, chez un brocanteur interstellaire nommé Abaddon, et commence à la remettre en état, mais rapidement, il s'avère que la navette est douée d'une volonté propre, assez jalouse de B'elanna.

Un remake à peine dissimulé de Christine de Stephen King, transposé dans l'espace sans grande finesse (le brocanteur spatial s'appelle "Abaddon" !), et souffrant d'une interprétation un peu transparente de l'incarnation humaine d'Alice.

Pas particulièrement passionnant ou surprenant, donc, même si Dawson & McNeill font tout leur possible, et que Fuller, co-scénariste, tente de rendre crédible leur relation (qui n'a pas évolué d'un pouce en trouzemille épisodes). 

 

6x06 - Riddles :

Lors d'une mission, Tuvok est abattu par un alien invisible, et à son réveil, il a perdu tout souvenir de sa vie. Neelix, qui était présent lors de la mission, décide alors de prendre en charge la rééducation du Vulcain, tandis que les aliens invisibles entourent le Voyager...

Un épisode frustrant, car il se veut une variation sur les thématiques Alzheimer/amnésies assez communes à la télévision, et assez ambitieuses si bien traitées (dans la durée) et bien interprétées. Or ici, on est dans Voyager, et le tout est forcément un peu trop forcé : on sait forcément qu'à la fin de l'épisode, tout sera revenu dans l'ordre et oublié, et pour être tout à fait franc, le duo Tuvok/Neelix n'a jamais été particulièrement passionnant ou intéressant... du moins, pas assez pour être le sujet principal d'un épisode, avec une intrigue secondaire assez faiblarde à base d'aliens invisibles.

Résultat : si ponctuellement, certaines scènes fonctionnent très bien, et si l'interprétation de Phillips et Russ assure sans aucun problème, dans l'ensemble, la mayonnaise n'a pas pris pour moi, et le tout m'a paru assez prévisible (et même un peu manipulateur, au niveau des grosses ficelles employées).

Dommage, car le potentiel était là (et ce même si l'épisode a un semblant de Tuvix dans son concept, avec un Tuvok 2.0 qui s'épanouit dans ses nouveaux loisirs, et qui doit être "éliminé" pour faire place au Tuvok 1.0).

 

À suivre....

(épisodes 6x01-03)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (1/9)

Publié le 2 Avril 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

Un tout petit peu plus de six mois après la fin de mon passage en revue de la saison 5, je me lance enfin dans la saison 6 de Star Trek Voyager, avant-dernière saison de la série, que je n'avais vue qu'en partie à l'époque de sa diffusion originale, et très partiellement revue depuis.

Star Trek Voyager, saison 6

6x01 - Equinox part 2 :

Suite directe de l'épisode précédent (dont je ne me souviendrais quasiment pas sans mes bilans), qui se terminait par un cliffhanger assez creux et expédié ici en deux lignes de dialogue, comme souvent. On retrouve donc le Voyager aux trousses de l'Equinox et de son équipage renégat, alors qu'une espèce trans-dimensionnelle veut exterminer les humains.

Et c'est assez regardable, je dois dire, dans le genre "divertissement plein d'action pour lequel il vaut mieux oublier de brancher son cerveau." Parce que qui dit épisode en deux parties signé Braga/Berman/Menosky dit aussi pas mal de grosses ficelles honteuses (par exemple, l'Holodoc qui devient un psychopathe en puissance dès qu'on déconnecte son sens éthique... beaucoup trop facile ; d'ailleurs, l'élimination du Evil Holodoc est encore plus bâclée... ) et surtout, des personnages en roue libre : outre l'équipage de l'Equinox, toujours aussi manichéen et caricatural, on a ici Janeway qui pète un câble et vire subitement mini-dictatrice hostile et insupportable, qui décide de torturer ses victimes, de mettre tout le Voyager en danger pour éliminer Ransom et son équipage, etc... et qui envoie Chakotay en prison dès qu'il ose lui faire remarquer qu'elle part en vrille. Pour le coup, c'est bien joué par Mulgrew, mais... ça reste du n'importe quoi au niveau de la continuité des personnages.

Mais pas de panique, comme toujours dans Voyager, à la fin de l'épisode, tout est pardonné, tout est oublié, et on repart comme si de rien n'était. Assez agaçant, à la longue.

 

6x02 - Survival Instinct : 

Lorsque trois anciens Borgs appartenant à l'Unimatrice de Seven arrivent à bord, ils espèrent que cette dernière pourra les aider à séparer leurs trois esprits, et à retrouver leur individualité totale... mais bien vite, ils réalisent que Seven est responsable de leur état actuel.

Un épisode sobre et mesuré, le seul épisode de Voyager écrit en solo par Ron D. Moore (avant qu'il ne claque la porte), et centré sur Jeri Ryan et les trois autres guests, plutôt bons dans leurs rôles respectifs.

Dans l'ensemble, l'épisode est assez solide, renforçant la relation Seven/Naomi, insistant sur la différence de Seven (assimilée lors de son enfance, et ignorant tout de l'individualité que les autres Borgs, assimilés adultes, ont en mémoire et regrettent) et adoptant, dans les scènes n'impliquant pas l'intrigue de Seven, un ton plutôt léger et sympathique, qui a deux avantages : il renforce le sérieux de l'intrigue principale, et il permet de donner au Voyager et au Quadrant Delta une impression de vie et de symbiose (le Voyager est à quai, à bord d'une station, et le vaisseau est empli de visiteurs curieux).

Rien de particulièrement exceptionnel (les Borgs ont malheureusement été surexploités par la franchise, donc un épisode de plus sur ce sujet, c'est de moins en moins enthousiasmant), mais pour un premier essai de Moore dans le cadre restrictif de Voyager, c'est assez concluant.

 

6x03 - Barge of the Dead :

Lorsqu'elle est victime d'une expérience de mort imminente, B'el se retrouve sur la Barge des Morts, dans l'Au-delà klingon, où elle y croise sa mère, en route pour l'Enfer. Soudain persuadée qu'elle est là à cause d'elle, B'elanna décide de risquer sa vie pour se replonger dans l'au-delà, et sauver sa génitrice.

Une combo Bryan Fuller & Ron D. Moore, un B'elanna-centric, des Klingons = un très bon épisode, forcément très bien interprété par Roxann Dawson, bien produit, et qui développe joliment le personnage de B'elanna.Certes, il ne faut pas être allergique aux épisodes klingons, et il ne faut pas s'attendre à ce que le travail effectué dans cet épisode porte ses fruits ou soit développé ultérieurement, mais bon, on commence à être habitués, avec Voyager.

 

À suivre....

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>