Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #oktorrorfest catégorie

Oktorrorfest 2012 - 10 : The Tribe & The Lost Tribe

Publié le 29 Octobre 2012 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Canada

The Tribe (aka After Dusk They Come, aka The Forgotten Ones) :

Un petit revisionnage de ce film d'horreur un peu bancal, dans lequel Jewel Staite se bat pour survivre contre les autochtones primitifs aux allures d'Uruk-Hais-panthères vivant sur une île déserte où elle s'est échouée avec ses amis.

Bancal devant la caméra, avec une Jewel qui fait de son mieux pour rendre crédible un scénario basique au possible, et une production de DTV minimaliste, à la prise de son très moyenne, et à la musique tribale lorgnant sur Predator (comme tout le reste du métrage, à vrai dire) ; et bancal à cause sa production chaotique, durant laquelle les producteurs et Jewel se sont brouillés, menant au retournage complet du métrage avec une distribution différente, à l'ajout de bruitages ridicules et mesquins à certains moments du film (quand le personnage de Jewel s'accroupit pour se soulager, ou lorsqu'elle se retourne pour s'enfuir, soudain, c'est La Soupe aux Choux... WTF), et à la sortie des deux versions du scénario en dvd.

Bref, ça ne vaut pas grand chose, mais Jewel porte la dernière demi-heure, sans dialogues, sur ses épaules.

2/6

The Lost Tribe :

Le même, avec un réalisateur différent, un lieu de tournage un peu différent, avec Lance Henriksen dans deux scènes et avec Emily Foxler en lieu et place de Jewel. Les scénaristes ont juste rajouté un chien, et une vague histoire de conspiration religieuse particulièrement stupide pour enrober le tout...

Sinon, c'est globalement en dessous de l'autre version, notamment parce que c'est plus lent encore, que les Uruk-Hais discutent dans les buissons, et que l'héroïne est particulièrement transparente en comparaison de Jewel, mais certaines scènes des bestioles en train de bondir de branches en branches sont réussies, et la musique est moins Predatoresque, donc au final, ça se vaut presque. Presque.

1.5/6

commentaires

Oktorrorfest 2012 - 09 : Storage 24 & The Revenant

Publié le 26 Octobre 2012 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Action, Thriller, Science-Fiction, Comédie, UK, Halloween, Horreur, Fantastique

Storage 24 :

Film de SF/horreur britannique, écrit par Noel Clarke (le Mickey de Doctor Who) sur quatre jeunes adultes coincés dans un hangar à containers alors qu'un avion militaire répand sur Londres sa cargaison venue d'un autre monde, qui s'en prend à tout ce qui bouge.

Pour faire bref, c'est du gros pompage de la saga Alien, sans le talent nécessaire pour y parvenir, ni les personnages bien écrits, et par conséquent ce n'est ni effrayant, ni drôle, ni intéressant.

1/6

The Revenant :

Un soldat décédé en Irak revient à la vie en zombie-vampire, buveur de sang, mort la journée et vivant la nuit, et fait équipe avec son meilleur ami pour lutter contre le crime.

Pas désagréable (ça rappelle un peu Flic ou Zombie, par moments), mais un peu longuet pour ce que ça raconte, et l'écriture n'est pas toujours exceptionnelle (certains personnages ont des réactions assez étranges, par moments, et on voit venir la fin très très rapidement).

Le moment de la tête décapitée et du vibromasseur est assez drôle, par contre.

3.25/6

commentaires

Oktorrorfest 2012 - 08 : Grabbers & Abraham Lincoln Vampire Hunter

Publié le 24 Octobre 2012 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, UK, Histoire, Action

Grabbers :

Des aliens tentaculaires s'attaquent à une île irlandaise, et le seul moyen de leur résister est de boire, car les créatures ne supportent pas l'alcool.

Visuellement très joli (les paysages, forcément, mais aussi les bestioles, aux sfx réussis), avec Richard Coyle dans le role d'un flic bourré, Russell Tovey en légiste, et Ruth Bradley en fliquette qui vient d'arriver dans les parages.

La première demi-heure est assez décevante, car particulièrement sérieuse et premier degré ; et puis progressivement, à mesure que le degré d'alcool augmente dans les veines des protagonistes, et que les monstres se font plus présents, le film se décoince sympathiquement, et devient plutôt amusant (la version plus vulgaire d'une certaine réplique culte d'Aliens est assez fun).

3.75/6

Abraham Lincoln Vampire Hunter :

C'était sympa ce DTV.

Ah, non, c'est sorti en salles ? Hum, okay, pourquoi pas.

Il faut quand même en vouloir pour dépenser 10€ pour aller voir ça, que ce soit en 2D ou en 3D, tant c'est du Timur typique : généreux et regardable, mais creux, pas très finaud, avec des ralentis à gogos, des CGI très inégaux et souvent moches, et un paquet de trucs inutiles.

Sans oublier un protagoniste assez terne et transparent (heureusement, MEW parvient à donner de la consistance à son rôle, sinon, ça aurait été un beau doublé perdant).

3/6 (sur l'échelle des blockbusters décérébrés de Timur)

commentaires

Oktorrorfest 2012 - 07 : V/H/S & Vampire Dog

Publié le 22 Octobre 2012 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Anthologie, Jeunesse, Found Footage, Canada

V/H/S :

Une bande de jeunes vandales/casseurs sont engagés pour s'introduire dans une maison, et voler une VHS bien particulière. Ils s'exécutent donc, et en profitent pour découvrir la collection de vidéos bien particulières à laquelle appartient leur cible.

Six segments (cinq vidéos, plus l'exposition tout autour) réalisés par des auteurs différents, et donc particulièrement inégaux :

- Tape 56 (Adam Wingard) : le segment qui fait le lien avec tout le reste, et qui suit la bande de casseurs qui disparaissent un à un à mesure qu'ils regardent les vidéos. Personnages antipathiques, rendu visuel honorable sans plus, c'est néanmoins un segment parfaitement inutile, et qui ne fait que rallonger un film déjà longuet. 

- Amateur Night (David Bruckner) : une bande de fratboys va se bourrer la gueule en boîte, et finit par ramener une fille bizarre chez eux pour une nuit de débauche. Rapidement fatiguant d'un point de vue visuel, d'autant que les personnages sont à baffer. Le récit, quant à lui, est relativement prévisible et basique, donc, rien de bien marquant.

- Second Honeymoon (Ty West) : un couple en vacances se filme, et reçoit la visite nocturne d'un caméraman inconnu. Je n'aime pas Ty West, qui me donne l'impression d'un réalisateur hipster cherchant à s'approprier le visuel et le style des films d'horreur old-school des 70s, sans en maîtriser l'essence et le rythme. Résultat : ses long-métrages sont généralement visuellement intéressants, mais incroyablement creux et lents. Ici, en format court, ce n'est guère mieux... le réalisateur te donne la solution de son segment dès les premières minutes, et le reste se déroule mollement et sans grand intérêt, d'autant que le couple principal est assez peu attachant. 

- Tuesday the 17th (Glenn McQuaid) : quatre jeunes glandeurs stéréotypés vont se promener en forêt, où ils sont confrontés à un tueur mystérieux qui n'apparaît pas sur les vidéos. Décidément, il faudra m'expliquer l'intérêt d'utiliser des persos toujours plus débiles et antipathiques dans ces histoires. Sinon, malgré une idée de base pas désagréable, au final, c'est assez faisandé et mal foutu, notamment dans la mise en images des meurtres. 

- The Sick Thing That Happened to Emily When She Was Younger (Joe Swanberg) : un couple discute via webcam de la hantise qui occupe l'appartement de la jeune femme. Qui garde ses vidéos de chat webcam en mémoire ? Qui les garde en PiP ? Qui les monte pour créer un tout narratif ? Qui les transfère sur VHS ? Qui les transfère en 16/9 ? Autant de questions qui ne trouvent aucune réponse dans ce film qui ne vaut que pour son twist amusant, mais visuellement un peu raté. 

- 10/31/98 (Radio Silence) : une bande d'adultes trick-or-treaters un peu cons s'invitent dans une maison abandonnée le soir d'Halloween à la recherche d'une fête, mais ils n'y sont pas seuls, et tombent en plein exorcisme. La fin blindée de numérique est amusante, sans plus. 

Bref, une anthologie tout sauf convaincante. On se retrouve à suivre le tout d'un oeil distrait, sans jamais avoir peur ou s'intéresser plus que ça à ce qu'on voit à l'écran. Cela dit, le format anthologie a l'avantage d'éviter la lassitude qui s'empare habituellement du spectateur devant la majorité des found footages à rallonge, donc c'est toujours ça de pris.

2/6

Vampire Dog :

Un chien vampire qui ne boit que de la gelée rouge (de la gelatine, en fait) et qui parle, débarque dans la vie d'un jeune ado musicien nouveau en ville.

Un film indépendant canadien pour enfants, assez amateur dans son jeu et sa réalisation, mais bon, pour ce que c'est, ce n'est pas non plus méga-honteux.

2.5/6 sur l'échelle des films pour enfants sans budget.

commentaires

Oktorrorfest 2012 - 06 : Apartment 143 & Rabid Grannies

Publié le 20 Octobre 2012 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Comédie, Fantastique, Found Footage, Troma, Belgique

Apartment 143 :

Écrit par le réal/scénariste/producteur/etc de Buried et de Red Lights, un found footage qui reprend plus ou moins les mêmes thématiques que ce dernier film : une équipe de chercheurs en paranormal menés par un scientifique assez sceptique enquêtent sur les événements mystérieux qui se produisent dans un appartement où vit un veuf et ses enfants (un garçonnet et une adolescente rebelle).

Dans les faits, ça se traduit par un Paranormal Activity-like, avec caméras fixes et plans de camescope en mouvements, et qui - exactement comme Red Lights - se contente d'enchaîner toutes les figures imposées du genre, bien apprises par coeur, enrobées d'un pseudo propos à base d'explications scientifiques démontées par un twist de fin en carton.

Et comme en plus le cast est très inégal (le mec de Reaper est sympa, le gamin est adorable, mais les autres vont de honorables à mauvais), ça donne un métrage particulièrement mou (comme les PAs), dans lequel il y a de longues plages d'exposition entre les quelques manifestations, jusqu'à ce que ça s'énerve un peu sur la fin.

Donc en bref, les habitués des poulets démoniaques invisibles n'auront aucune difficulté à tout voir venir dix minutes à l'avance, et soupireront probablement devant [spoiler]la tournure improbable que prend le film au bout d'une heure, avec la "confession" interminable du père, les explications foireuses du scientifique, et le twist final du métrage.[/spoiler]

1/6

Rabid Grannies :

Un Troma-movie belge joué et redoublé dans un anglais approximatif, et qui voit deux grand-mères bourgeoises donner une fête d'anniversaire dans leur château, l'occasion pour toute la famille de courir après l'héritage... et de se faire courser par les mamies possédées par le démon.

Impossible de juger un Troma sur la même échelle que d'autres films plus mainstream. Après tout, un Troma, c'est un Troma, ça se veut fauché, con, gore et surjoué... donc celui-ci ne déroge pas à la règle, avec en prime la post-synchro anglaise assez hilarante.

Tout cela a au final un certain charme, qui se transforme en franche rigolade lorsque les mamies commencent à s'en prendre à leur famille. :p

?/6

commentaires

Oktorrorfest 2012 - 05 : Excision & Red Lights

Publié le 18 Octobre 2012 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Thriller, Critiques éclair

Excision :

Une dramédie horrifico-macabro-pseudo-décalée sur Annalynne McCord enlaidie jusqu'à la caricature, en lycéenne future étudiante en médecine coincée, rebelle, asociale et bourrée d'obsessions, fascinée par le sang, et qui tente désespérément d'obtenir l'approbation de sa mère stricte et exigeante (Tracy Lords).

Avec entre autres, Ariel Winter dans le rôle de sa petite soeur malade, Malcolm McDowell en prof de maths, et John Waters dans celui du psy de l'héroïne.

Rien de vraiment convaincant ou mémorable, et les séquences de visions dans lesquelles McCord retrouve son apparence habituelle et fait des choses peu avouables avec des cadavres et/ou du sang font vraiment pièces rapportées faussement provocs.

1.5/6 pour le cast sympathique, qui fait de son mieux.

Red Lights :

Bon... il n'y a aucun doute sur le fait que la distribution soit convaincante, et que ça se regarde plutôt bien, mais... franchement, c'est un peu toujours la même histoire : des scientifiques très sceptiques qui ont perdu la foi suite à une tragédie et qui debunkent à tour de bras des pseudo-voyants et autres phénomènes supposément paranormaux (l'occasion de 45 bonnes minutes de mise en place qui t'expliquent le b-a-ba du scepticisme, le rasoir d'Ockham, les techniques des arnaqueurs, blablabla : le réal semble avoir bien appris par coeur "le scepticisme pour les nuls", vu qu'il nous ressort texto tous les cas d'écoles et autres démonstrations didactiques) jusqu'à ce qu'ils tombent enfin sur quelqu'un qui semble avoir des pouvoirs réels, et qui parvient à bouleverser leurs convictions... mais attention au twist Chienmaladesque !

Bref, un terrain clairement balisé et familier, qui enlève une grosse partie de l'intérêt du film à mesure qu'il se déroule... d'autant plus que la réal est assez grossière, que la musique est pataude et outrancière, que l'univers du film n'est pas très réaliste (la vision du monde universitaire et de la recherche est assez... risible ; l'importance médiatique du personnage de De Niro guère plus crédible) et que le métrage n'a pas peur d'utiliser de grosses ficelles pour avancer.

Mais encore une fois, ça se regarde. Jusqu'au twist, bien entendu, durant lequel tout s'écroule joyeusement. Un double twist, en fait, que je vais me faire un plaisir de révéler ici, histoire d'éviter deux heures de film à d'éventuels curieux...Premier twist (über prévisible) : [spoiler]DeNiro, le voyant télépathe mentaliste magicien aveugle qui parvient à passer tous les tests scientifiques imaginables par la seule force de ses pouvoirs mentaux... n'est pas aveugle, et est un imposteur. Tan tan taaaaan. En quoi ça explique les 350 tests qu'il a passés haut la main, et qui ne font pas intervenir sa vision, ce n'est jamais expliqué, mais ce n'est pas grave, parce que de toute façon, c'est presque aussitôt passé à la trappe, pour faire place au...[/spoiler]Second twist (un peu moins prévisible, mais tout de même) : [spoiler]Cillian Murphy le sceptique acharné est en fait un vrai voyant-télépathe-mentaliste-magicien-x-man, aux pouvoirs insoupçonnables, qu'il réprimait jusqu'alors. Supaire. Ça n'apporte rien au métrage, si ce n'est expliquer toutes les scènes pataudes de manifestations surnaturelles, et faire basculer le propos du métrage dans le "ces cons de sceptiques et de scientifiques, ils sont tous persuadés que le surnaturel n'existe pas, mais en fait si, et ils le savent au plus profond d'eux mêmes"[/spoiler]

Bref, des personnages qui ne servent à rien (Elizabeth Olsen fait de la figuration), beaucoup de bla-bla didactique pour les nuls, et une fin à se facepalmer =

un minuscule 1.75/6

commentaires

Oktorrorfest 2012 - 04 : The Walking Dead, saison 2

Publié le 17 Octobre 2012 par Lurdo dans Oktorrorfest, Halloween, Horreur, Fantastique, Drame, AMC, Critiques éclair, Review, Télévision

Aaaah... The Walking Dead. Sa saison 1 (comme je l'avais mentionné en ces pages) m'avait tout sauf convaincu : rythme soporifique, manque total de progression et de rebondissements intéressants, distribution terne et passe-partout, développement inexistant des personnages, qui ne dépassaient pas le stade de caricatures, bruitages outranciers... autant dire que la s1 de la série d'AMC était loin de m'avoir séduit.

Quid de cette seconde s2, alors ?

Et bien mêmes motifs, même punition : à nouveau, ça se traîne. À nouveau, la moitié des personnages sont transparents. À nouveau, le show préfère s'attarder pendant 6 ou 7 épisodes sur la disparition d'une fillette, et faire ainsi du surplace, alors que le spectateur, lui, a déjà deviné depuis le début comment l'intrigue va se conclure...

Bref, ce n'est guère reluisant. Et pourtant, cette nouvelle saison est déjà un peu regardable que la précédente. Et cela grâce à un nombre d'épisodes doublé, et au départ de Frank Darabont, incapable de se plier aux impératifs et aux besoins du monde de la télévision.

En doublant le nombre de ses épisodes, la production s'impose ainsi une coupure hivernale. Coupure qui, à son tour, oblige les scénaristes à donner un semblant de mouvement à son récit, pour terminer la mi-saison sur un cliffhanger. Résultat : ça fonctionne un peu mieux, le show semblant s'arracher de sa torpeur le temps de quelques scènes efficaces, et de quelques dialogues bien écrits. Malheureusement, ces lueurs d'espoir (l'épisode 10, notamment) ne durent jamais très longtemps, et l'on retombe bien vite dans le marasme sans intérêt qui caractérise tant la série. Un contraste particulièrement agaçant, tant le potentiel est là, mais échoue à être exploité par les scénaristes...

Reconnaissons tout de même que la série n'est pas aidée par sa saison 1 défaillante, qui a échoué à poser des personnages mémorables et intéressants. Aussi est-ce avec un certain soulagement que l'on voit se développer une romance entre Glenn et Maggie, ou un début de rapprochement entre d'autres personnages, qui y gagnent un peu en intérêt... mais là aussi, encore une fois, le triangle amoureux principal revient régulièrement tout gâcher, avec notamment une interprétation particulièrement aléatoire.

En bref :

Pour moi, The Walking Dead est devenu synonyme de "chants de grillons dans la nature", bruitage que l'on retrouve dans la majorité des épisodes (ou presque) de ces deux saisons, et qui caractérise bien l'ennui chronique que le show, lourd en personnages transparents, et en dialogues pesants et omniprésents se mariant mal avec le média tv, suscite chez moi. M'enfin bon, ça pourrait être pire... ça pourrait être la saison 1. :p

2.5/6

commentaires

Oktorrorfest 2012 - 03 : Grave Encounters 2 & Evidence

Publié le 13 Octobre 2012 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Found Footage

Grave Encounters 2 :

Le premier Grave Encounters était relativement honorable, à défaut d'être particulièrement palpitant ou mémorable. Sa suite, malheureusement, décide de jouer la carte du métadiscursif, en marchant dans les pas de Blair Witch Project 2, et de l'overzetaupe : ici, on suit un jeune wannabe réal américain et sa bande de potes idiots, fumeurs, fétards, etc, qui décident d'enquêter sur le mystère du premier film Grave Encounters, et de partir au Canada sur les traces de ses protagonistes.

Premier problème : la moitié des "jeunes américains" parle avec un accent canadien facilement repérable pour qui est habitué. Second problème : tout comme BWP2, ça tourne rapidement en rond, une sorte de vanity project qui ne va nulle part, et se contente de singer le film original sans rien apporter d'intéressant, si ce n'est en rajouter trois tonnes dans l'outrancier et le n'importe quoi (les fantômes qui s'improvisent cameramen).

Mais comme là, les personnages sont particulièrement agaçants, ça ne passe pas. Du tout.

1/6

Evidence :

Un found footage qui tient globalement la route pendant 45 minutes, alors que l'on suit les mésaventures forestières de deux couples en plein tournage de documentaire/camping.

Ça ne joue pas trop mal, les réactions sont relativement crédibles, et dans la forme, c'est assez honorable... mais à mesure que les quatre protagonistes sont confrontés à une (ou plusieurs) créatures mystérieuses, ça se délite lentement, tandis que la réalisation multiplie les effets de parasitage vidéos jusqu'à l'overdose, que ça beugle dans tous les sens, et que le tout devient une énième histoire d'infectés particulièrement cheaps et ridicules (torse nu ou masque à gaz, et rien de plus à signaler).

2.25/6

commentaires

Oktorrorfest 2012 - 02 : Werewolf - The Beast Among Us & Megan is Missing

Publié le 11 Octobre 2012 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Télévision, Found Footage

Werewolf : The Beast Among Us : 

DTV produit par Universal sur des chasseurs de garou (dont Ed Quinn d'Eureka en rebelle solitaire et ténébreux au passé mystérieux) qui vont dans un petit village d'Europe de l'Est pour traquer un übergarou.

Niveau production, c'est un peu au dessus d'un DTV Syfy, même si ça partage beaucoup des mêmes qualités (production en Europe de l'Est) et des mêmes défauts (budget limité, jeu très très inégal, effets spéciaux à l'identique, scénario basique) ; mais malheureusement, ça ne sort jamais des sentiers battus, avec un enchaînement de clichés pas possible, un garou dont l'identité est transparente, et beaucoup trop de meublage.

Et puis je reste toujours perplexe quant à la décision d'intégrer un certain personnage en guise de chasseur, et de tenter de renverser la vapeur à la fin en faisant du garou un être mécompris.

2/6 pour le dernier quart d'heure.

Megan is Missing :

Un found footage/documenteur de plus, qui suit ici les vidéos d'Amy, 13 ans, coincée et un peu nunuche, et de Megan, 14 ans, son complet opposé (elle a un passé tourmenté, couche avec tout ce qui bouge, se drogue, etc), qui disparaît un jour mystérieusement.

Ce n'est pas nouveau, le genre du found footage est en pleine explosion, une explosion qui a donné énormément de daubes (en tête, les Paranormal Activity), et quelques perles particulièrement réussies (Lake Mungo, par exemple). Pourquoi un tel ratio ? Parce que pour beaucoup de réalisateurs et de producteurs, la mode du found footage est une aubaine : pas besoin d'acteurs célèbres, de budget faramineux, d'effets spéciaux, d'un grand réalisateur, il suffit d'une idée, et de quelques caméras.

Malheureusement, tout n'est pas aussi simple, et sans quelqu'un avec une vision, un script fort, et des acteurs de talent devant la caméra, le found footage ne fonctionne pas. Pire, il s'avère un genre plus complexe à réussir qu'un film d'horreur lambda. La forme même du genre met en péril la suspension d'incrédulité du spectateur : un film normal représente une réalité, et donc peut se permettre plus de largesses avec le réalisme ; un found footage insiste sur la réalité de ce qu'il présente à l'écran, et par conséquent la moindre erreur ou improbabilité est d'autant plus rédhibitoire.

C'est d'ailleurs là que MiM, notamment, perd totalement pied. Les deux actrices ont 7-9 ans de plus que leurs personnages, et ça se voit ; la majeure partie de leurs échanges via webcam paraît robotique et apprise par coeur, ce qui empêche totalement de s'immerger dans le film, qui paraît constamment artificiel ; et quand arrivent les événements dramatiques, non seulement les flashes infos kitschouilles achèvent de tuer la suspension d'incrédulité, mais en plus on s'est déjà tellement désintéressé du sort des deux personnages que la fin (et son torture porn à rallonge) laisse de marbre.

Du moins, ce fut le cas pour moi, et pour une poignée de personnes de ma connaissance ; d'autres, eux, étaient sur le bord de leur siège, et parlent de film exceptionnel.

Personnellement, j'ai trouvé ça globalement assez risible, et absolument pas crédible.

1/6

commentaires

Oktorrorfest 2012 - 01 : The Walking Dead, saison 1

Publié le 10 Octobre 2012 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Review, Télévision, Fantastique, Halloween, Horreur, Drame, AMC

On est en Octobre, Halloween est à nos portes, et comme tous les ans, je me consacre au genre de l'horreur, avec un visionnage de séries tv et de films appropriés à cette période de l'année.

À commencer par le revisionnage des six premiers épisodes de The Walking Dead, série AMC (chouchou des geeks téléphiles) adaptée du comic-book de Robert Kirkman (chouchou des geeks bédéphiles) par Frank Darabont (chouchou des geeks cinéphiles).

Et, pas de surprise, puisque je les avais déjà vus lors de leur diffusion initiale... ce n'est pas bon.

Je ne vais cependant pas développer beaucoup plus que ça, m'étant déjà livré, en mon temps, à bien des joutes verbales et écrites sur le sujet : je n'en ai plus l'énergie, et je vais juste me contenter de lister les problèmes principaux du programme :

- la distribution tout sauf attachante, et parfois assez à côté de la plaque au niveau jeu.

- la lenteur ahurissante de la saison : il n'y a que six épisodes, et pourtant tout ce qui s'y déroule aurait pu être résumé en une grosse heure, heure et demi de métrage bien rythmé (en soi, la lenteur d'une oeuvre n'a rien de rédhibitoire, si elle est voulue, et participe à l'intérêt de l'oeuvre ; ici, on a plus l'impression que c'est du meublage de la part de scénaristes et d'un showrunner sans aucune réelle expérience du monde de la télévision.)

- le manque de cohérence et de logique interne au récit (c'est parfois écrit en dépit du bon sens, et la bêtise atterrante des personnages (innombrables sont les moments durant lesquels on se facepalme joyeusement devant notre écran).

- les personnages archétypaux et basiques au possible (cohérent avec leurs homologues de The Mist de Darabont, à peu près aussi attachants, intelligents et fins).

- Et de manière globale, le manque d'originalité du tout. TWD fonctionnait bien en comics car c'était un concept original et relativement inédit sous cette forme dans ce medium artistique précis. Sur pellicule, cependant, TWD se confronte forcément aux multiples films fondateurs du genre, et à la marée d'oeuvres en tout genre, à la fois au ciné ou à la tv, qui ont depuis vu le jour. Et là, la saison 1 de TWD ne fait clairement pas le poids.

Maintenant, je ne désespère pas d'une amélioration en saison 2, que je vais rattraper incessamment sous peu. Mais bon... c'est là que l'on s'aperçoit qu'une bonne campagne marketing, un genre à la mode, un réalisateur qui a la bienveillance des médias, et un network qui a le vent en poupe, ça suffit bien souvent à faire d'un show (ou d'un film, d'ailleurs) un succès commercial, public et même critique, et ce que l'oeuvre soit en réalité bonne ou mauvaise...

En bref :

ZZZZZZZZzzzZzzzzzzzzzzZZzzZZZZZZZZZZZZZZZZzzzzzzzZZZZzzzZZZzz

(2/6)

commentaires

Les bilans de Lurdo : The New Worst Witch, saisons 1 & 2 (2005-2006)

Publié le 10 Décembre 2011 par Lurdo dans Les bilans de Lurdo, Critiques éclair, Review, Télévision, Oktorrorfest, Halloween, Jeunesse, Worst Witch, Fantastique, Comédie, Drame

Spin-off de la série originale, mettant en scène Henrietta Hubble (Alice Connor), la jeune cousine de Mildred, qui fait son entrée à l'académie Cackle, sur les traces de son aînée.

Pas de surprise, niveau scénarios et écriture, on est directement (bien qu'un peu en dessous, qualitativement) dans la continuité de la série-mère, et ce malgré quelques changements : conformément à ce qui était expliqué à la fin de la série originale, l'Académie a été rénovée (changement de décors, et d'extérieurs, qui ont beaucoup plus de prestance) par la famille Hallow, qui a par ailleurs inscrit à l'école une autre de ses filles, Mona (Anabel Barnston). Une Hallow atypique, car studieuse et sympathique, et qui devient rapidement la meilleure amie de Henrietta, ainsi que de Cressie (Paislie Reid), une jeune wiccane hippie à l'accent à couper au couteau.

Cackle, elle, reste la même (même si elle joue un peu moins en finesse qu'avant), le rôle d'Hardbroom est repris par Caroline O'Neill, une actrice un peu moins convaincante que l'originale, et les professeurs sont tous remplacés, en l'occurence par un bibliothécaire à moitié sénile, par une prof' d'art un peu illuminée, et par Deirdre Swoop (Stephanie Lane, déjà dans TWW et dans Weirdsister College), en enseignante de sport/magie toujours aussi maladroite.

Le rôle de la Draco Malfoy de service échoue à Belladonna (Francesca Isherwood), la descendante blonde de la sorcière ayant autrefois menacé de détruire le chateau (formidable, de la continuité !), sans oublier sa nouvelle meilleure amie, Cynthia (Daisy Hughes), un peu lente à la comprenette. Et pour compléter le tout, on a plusieurs élèves, dont la supra-attachante Dyllis (Narisha Lawson), sorte de Neville Longdubas au féminin, cependant légèrement différente.

Bref, on retrouve bien les archétypes de la Worst Witch originale (contrairement à Mildred, cependant, Henrietta recherche activement les ennuis, avec son caractère casse-cou et frondeur), et on voit clairement que Harry Potter est passé par là dans l'intervalle : la série colle encore plus près à l'univers graphique des livres de Jill Murphy, et a incorporé quelques éléments de Potter, comme le tableau de classement de chaque élève, qui sert à compter les points.

Cela dit, il est aussi amusant de constater que l'influence n'est (comme d'habitude) pas qu'à sens unique, puisque l'épisode final de la saison (qui voit le retour d'Agatha, la soeur jumelle maléfique de Cackle, dernièrement aperçue dans la Worst Witch originale) nous explique que la maléfique Agatha et ses sbires ne peuvent pas pénétrer dans l'Académie, protégée par des champs de force magiques.

Et que le seul moyen pour elles d'y entrer, c'est d'obtenir la coopération de Belladonna, pour "réanimer" une sorte d'armoire magique entreposée au château, armoire magique servant alors de portail aux méchantes pour s'y introduire subrepticement...

Toute coincidence avec Draco/les Mangemorts/l'armoire magique du Prince de Sang-mêlé, publié en juillet 2005 (alors que l'épisode, diffusé à la mi-Octobre 2005, a été mis en production en début d'année...) n'est bien évidemment que fortuite. 

The New Worst Witch, saison 2 :

Ultime saison pour le "WorstWitchverse", et quelle saison !

En comparaison de la saison 1 de ce spin-off, c'est le jour et la nuit : tout le monde se lâche, et les jeunes actrices sont mille fois plus naturelles et détendues.

Ainsi, le ton est beaucoup plus léger et comique, notamment grâce à une nouvelle prof' d'art totalement déjantée (Elizabeth Bower), mélange de Miss Bat et de la prof' d'art de la saison précédente, et à une Deirdre Swoop mise en avant par les scénaristes, qui ont fini par s'apercevoir de son véritable potentiel comique.

Bref, c'est fun, c'est dynamique, la musique est sympathique, et ça se regarde d'une traite, sans aucun problème.

commentaires

Les bilans de Lurdo : Weirdsister College (Amandine Malabul / The Worst Witch, saison 4 - 2001)

Publié le 7 Décembre 2011 par Lurdo dans Les bilans de Lurdo, Critiques éclair, Review, Télévision, Oktorrorfest, Fantastique, Halloween, Jeunesse, Worst Witch, Comédie, Drame, Romance

Weirdsister College, saison 1 (Amandine Malabul / The Worst Witch, saison 4) :

Un spin-off assez étrange, qui demande un temps certain d'adaptation, mais qui s'avère étonnamment satisfaisant, en fin de compte. Millie a maintenant 16 ans (il me semble), une coupe de cheveux calamiteuse, elle continue ses études au Weirdsister College de Cambridge (l'équivalent du lycée des sorcières, quoi), où elle se retrouve en colocation avec son ennemie jurée, Ethel (Felicity Jones, au relookage goth qui ne laisse pas insensible, reprend ici son rôle de la saison 1 de The Worst Witch), et Cas (Abeille Gélinas), une canadienne qui joue mal et de toute façon ne sert à rien dans la série, si ce n'est assurer le quota co-production uk/canada.

Elles suivent donc des cours dispensés par le Proviseur Thunderblast (Charmian May), vieille dame sévère mais juste ; Starfinder (Eric Loren), le chercheur américain jeune et dynamique ; Shakeshaft (John Rogan), le vieux sorcier gâteux qui a connu le Moyen-Âge ; Wendle (Jaye Griffiths), la chercheuse/conseillère des nouvelles arrivantes ; et "The Beetle" (Jenny Galloway), la garde-chiourme de service, une petite grosse en uniforme qui sert aussi de comptable et d'équivalent à Miss Hardbroom dans cette série.

Autour de ce petit monde gravitent deux apprentis sorciers (l'équivalent des jumeaux Weasley de Potter) ; Deirdre Swoop (une ancienne déjà apparue dans The Worst Witch ; c'est d'ailleurs la seule de TWW à revenir de manière régulière, Hardbroom et Enyd, relookée en punkette, ne faisant que des caméos plus ou moins rapides) ; le love interest moldu de Millie, et sa mère, qui tiennent le café local ; et surtout Hobbes (Bobby Barry), le bad boy de service, qui semble constamment faire un cosplay de Severus Rogue, en plus jeune et charismatique, toujours en train de mijoter des plans machiavéliques visant à accroître son pouvoir personnel, le plus souvent avec l'aide d'Ethel, qui a un faible pour lui.

C'est d'ailleurs ce qui rebute un peu au premier abord. Outre le nouvel environnement, les deux-trois premiers épisodes ont tendance à s'axer sur les sentiments des personnages, et sur le triangle Millie/Ethel/Hobbes. Ajoutez à cela une illustration musicale agaçante (Paul K. Joyce n'est plus de la série, et on se retrouve avec des instrumentaux qui frôlent parfois les signatures musicales de Premiers Baisers), et on peut alors craindre le pire pour la suite.

Mais en fait pas du tout. Millie et Ethel font rapidement la paix (une paix relative, certes), le côté soap adolescent disparaît quasiment, et on renoue rapidement avec les habitudes de The Worst Witch : une construction de saison maîtrisée, avec notamment ici une influence plus prononcée de la saga Harry Potter.

Ce n'est, après tout, que justice : Rowling s'étant allègrement inspirée de The Worst Witch pour sa saga, au tour de Weirdsister (la série est de 2001 : quatre tomes de Potter étaient déjà sortis) de faire de même, en prenant inspiration de Potter sur ce qui y est le meilleur, et qui faisait drastiquement défaut à The Worst Witch : des enjeux globaux.

En l'occurrence, Weirdsister construit ses enjeux de manière assez subtile. Si à première vue, les épisodes indépendants semblent s'enchaîner, relatant la vie au jour le jour de l'école (un test très similaire au Sorting Hat de Potter ; un tournoi équivalent à la Coupe de Feu, mais en interne ; le café local qui est sur le point de fermer, etc), et les expériences louches de Hobbes (qui réanime une gargouille de pierre, ou s'infiltre dans les rêves de Millie), on s'aperçoit en fait en arrivant à la fin de la saison, avec le triple épisode de conclusion, que tout était habilement amené depuis le pilote, et que l'arc narratif de ces treize épisodes tenait en deux mots : Foster Effect.

Le Foster Effect (déjà mentionné à plusieurs reprises dans TWW), c'est le retour de bâton qui menace quiconque utilise ses pouvoirs pour un gain ou son plaisir personnel. Et dans une école, ce Foster Effect s'accumule à chaque leçon. Pour l'évacuer, tout un système de sorts et de tuyauteries existe à Weirdsister (d'où un épisode où ce système tombe en panne), mais ça reste un handicap majeur à la pratique de la magie. Ce qui motive l'arrivée du chercheur américain, qui passe toute la saison à expérimenter en compagnie d'une sélection d'élèves, mêlant science et magie pour se débarrasser du Foster Effect.

Et les scénaristes de fournir dans chaque épisode des bribes d'informations sur ce Foster Effect, ses conséquences, son application, ses règles, etc. Et quand arrive un épisode plutôt réussi à base de voyage temporel (Whatever Happened Happened, à la Lost), dans lequel on découvre que Shakeshaft (qui d'ailleurs ressemble trait pour trait, la barbe en moins, au Dumbledore des versions ciné de Potter ; il y a de l'inspiration dans l'air...) n'est pas gâteux, mais juste dépressif, car nostalgique de sa fiancée, morte au quinzième siècle alors que lui devenait immortel dans une expérience ratée, on s'aperçoit que la série retombe sur ses pattes.

L'expérience en question, c'était sur le Foster Effect, et elle avait coûté la vie au collègue de Shakeshaft. Aussi quand, dans le cadre des recherches de l'Américain, Hobbes reproduit les conditions de l'incident, il ouvre la porte à la destruction de Weirdsister, ainsi qu'à une entité maléfique habitant les murs du château depuis des siècles, et désirant se venger...

C'est simple (et probablement assez mal expliqué par mes soins), mais ça donne du liant aux 13 épisodes de la série, que l'on regarde d'un autre oeil après cela.

Et si même Weirdsister College (une série pour enfants/ados, au budget microscopique, annulée après sa première saison de 13x22 min., sans ambition aucune, et écrite par des scénaristes polyvalents absolument pas spécialisés dans le genre), parvient à mettre en place une mythologie cohérente et organique, qui n'a pas recours aux retcons en tout genre, est régulièrement développée, et ne se fait pas au détriment des personnages...

... alors à la place des équipes de production de bon nombre de séries américaines bancales et sur-budgetées, j'aurais honte.

commentaires

Les bilans de Lurdo : Amandine Malabul / The Worst Witch, saison 2 & 3 (1999-2001)

Publié le 4 Décembre 2011 par Lurdo dans Les bilans de Lurdo, Critiques éclair, Review, Télévision, Oktorrorfest, Halloween, Fantastique, Jeunesse, Worst Witch, Comédie, Drame

Amandine Malabul / The Worst Witch, saison 2 :

Encore une fois 13x22 min., et encore une adaptation réussie des deux romans suivants. Ici le premier roman est plus ou moins réparti sur les quatre premiers épisode de la saison, tandis que le second est transformé en trois épisodes de seconde moitié de saison, l'aventure balnéaire étant transposée en rivière et ses alentours, pour tenir compte de l'environnement de tournage.

Niveau fidélité, difficile de faire mieux (les illustrations de Jill Murphy sont quasiment reprises à l'identique, sans paraître ridicules), les personnages agissent comme leurs homologues papier, y compris lors d'intrigues totalement inédites. À noter le remplacement de Felicity Jones par Katie Allen dans le rôle d'Ethel Hallow, et qui s'en sort très bien.

D'ailleurs, chose amusante, l'introduction des nouveaux premières années - à l'instar de celle qui a pu avoir lieu dans Potter - permet d'amener des personnages secondaires bien utiles, notamment quand arrive le traditionnel bottle show anglo-saxon (cet épisode occasionnel dans lequel aucun des acteurs principaux n'apparaît, bien souvent tourné en intérieurs, histoire d'économiser un peu de budget), qui reste totalement distrayant et intéressant, bien qu'uniquement centré sur les enseignants secondaires, sur les nouvelles, et sur les deux étudiantes de troisième année.

Bref, à nouveau une saison bien maîtrisée (peut-être juste un peu moins dans l'épisode où un élève masculin veut rentrer à l'école, mais ça dépendra de ce qu'ils en feront en saison 3), qui se termine de manière appropriée (je préfère largement la relation de Hardbroom et Mildred à celle de Potter & Snape) et qui pose la question : la saison 3 sera-t'elle à la hauteur, sachant qu'elle ne sera pas adaptée des romans, mais totalement inédite ?

Amandine Malabul / The Worst Witch, saison 3 :

Ultime saison de la série en tant que telle, une saison forcément moins structurée que les précédentes, puisque ne bénéficiant pas de romans déjà écrits sur lesquels se baser, et qui choisit judicieusement de s'appuyer sur le désir d'indépendance et la rebellion croissante des élèves de l'Académie.

Tout au long de la saison, les ados vont donc s'opposer avec plus ou moins de succès à l'autorité cassante de Hardbroom, le tout culminant dans le double épisode final qui voit littéralement tout un groupe d'élève faire sécession, et être renvoyé... Mildred en tête.

Quelques changements minimes au casting (une des quatrième année a été remplacée, la professeur de chant aussi, ainsi que le concierge), généralement expliqués via un échange ou une réplique au cours d'un épisode (une continuité qui est la bienvenue), et quelques retours amusants, comme le Grand Sorcier, ses deux élèves stupides, et l'école concurrente de formations des Sorciers, chez qui les élèves de l'Académie vont passer quelques jours.

Le mentor acariâtre de Hardbroom fait aussi son retour, dans une tentative de reformatage de l'école qui fait très fortement penser à Dolores Umbridge et à Harry Potter 5, pourtant écrit 3 ans plus tard ; on a aussi droit au bottle show centré sur la nouvelle enseignante de chant et sur les seconde et quatrième année, et qui d'ailleurs fait lui aussi très Harry Potter ; et l'épisode dans lequel Miss Drill, la prof de sport "moldue", fait une déprime de ne pas savoir/pouvoir utiliser la magie, est assez réussi, surtout lorsque, après avoir gagné des pouvoirs temporaires suite à l'intervention de Mildred & co, elle vire littéralement à l'intégrisme dogmatique, allant même jusqu'à être plus rigide et violente qu'Hardbroom ne l'a jamais été.

Bref, une saison 3 toujours très sympathique, qui continue à approfondir l'univers et les personnages de manière agréable, dans le prolongement de l'univers papier de la jeune sorcière.

Ce qui forcément (*soupir*) ne pouvait mener qu'à l'annulation de la série, et à la mise en chantier d'un spin-off évacuant tous les personnages sauf Mildred, qui part deux ans après cette saison 3 au Weirdsister College (pour ce qui est considéré officieusement comme la saison 4 de The Worst Witch).

commentaires

Les bilans de Lurdo : Amandine Malabul / The Worst Witch, saison 1 (1998-1999)

Publié le 1 Décembre 2011 par Lurdo dans Les bilans de Lurdo, Critiques éclair, Review, Télévision, Oktorrorfest, Halloween, Fantastique, Worst Witch, Jeunesse, Comédie, Drame

[Attention, semi hors-sujet inside]

Très amusant. Très amusant de constater que cette petite série anglo-canadienne sans prétention aucune réussit facilement à accomplir ce que sa "copie" (Harry Potter, pour ne pas la nommer) a gentiment lutté à réussir pendant plus de 10 ans : à adapter une série de livres sans en dénaturer le propos ou l'atmosphère, ni sacrifier au copier-coller indigeste.

Je ne reviens pas sur le photocopillage de Rowling, tant au niveau :

- du postulat de départ (les aventures d'une jeune sorcière débutante à l'école de magie, a.k.a. un château brumeux au sommet d'une colline, bordée de forêts) ;

- des personnages (le trio de Potter, ainsi que les quelques personnages principaux les entourant se retrouvent quasiment à l'identique dans TWW : la gentille et sage directrice aux longs cheveux gris qui prend l'héroïne sous son aile ; la méchante enseignante en potions, sévère, pâle et vêtue de noir, qui prend l'héroïne en grippe ; sa chouchoute, une peste blonde de bonne famille qui déteste elle aussi l'héroïne, et traîne toujours avec des sbires) ;

- de leurs attributs physiques et caractéristiques à peine intervertis : l'héroine, grande brune dégingandée et maladroite (-> Neville) "sang-de-bourbe" (-> Hermione) ; sa meilleure amie, la petite brunette à frange et aux lunettes rondes, sage et studieuse (-> un joli mélange de Harry et Hermione) ;

- de la mascotte de l'école (les chouettes de Potter remplacées ici par des chats) ;

- des similitudes dans l'intrigue du premier roman (une menace ressurgie du passé, et étroitement liée à la directrice, ourdit un plan machiavélique pour s'en prendre à l'école, et seule l'héroïne et ses amies s'en rendent compte, bravant tous les interdits, ainsi que les punitions de l'enseignant en potions, pour repousser le Mal, le tout se finissant par une grande cérémonie de récompense dans la salle commune, durant laquelle l'héroïne mal-aimée et sous-estimée est enfin applaudie et appréciée à sa juste valeur)...

De toute façon, refaire une nouvelle fois le procès de l'absence d'originalité des bases du récit de Potter ne sert pas à grand chose, et d'autres l'ont déjà fait mieux que moi (cf. la page wiki anglaise, avec des "influences" longues comme le bras).

Je ne surprendrai par contre personne en disant qu'un de mes gros reproches envers la saga Potter au ciné, c'est l'adaptation très... "aléatoire"... subie par les romans avant le passage au grand écran. De la même manière, je sais que je ne suis pas le seul à trouver que le médium rêvé pour adapter Harry Potter aurait été la télévision.

Forcément, 7 romans = 7 ans = 7 saisons, soit la durée de vie normale d'une série solide... ça aurait dû couler de source, quitte à réduire un peu les ambitions dans un premier temps, ou à couvrir les deux premiers livres dans une première saison plus courte (ce qui aurait permis d'en partager les coûts).

Mais non, ils ont choisi la case ciné et box-office, quitte à frustrer les lecteurs et à faire des coupes drastiques dans le matériel. Soit.

Je trouve donc très intéressant de revenir sur l'adaptation (plutôt réussie) des romans Worst Witch pour cette série tv de 1998 (un an à peine après la sortie en librairie et le début du succès du premier Potter).

La version papier des aventures de Mildred Hubble (Amandine Malabul, en VF), par Jill Murphy, ce sont 6 romans (1974, 1980, 1982, 1993, 2005, 2007) d'une centaine de pages par volume (200 pour les derniers), chacun couvrant un semestre de classe.

Dans cette saison 1, de 13x22 minutes, les deux premiers romans sont adaptés (couvrant donc une année entière de scolarité), leurs intrigues étant réparties de manière globalement homogène sur toute la saison. Autour, les scénaristes ont brodé des histoires plus ou moins heureuses sur le quotidien de l'école (le seul épisode vraiment raté à mon goût étant celui traitant d'ordinateurs, qu'on aurait crû sorti d'un mauvais Sarah Jane Adventures), et les mésaventures de Mildred (Georgina Sherrington) face à sa nemesis Ethel Hallow (une Felicity Jones alors débutante).

Autrement dit, en 13x22 minutes, la série a largement eu le temps d'adapter fidèlement (parfois même à la lettre) un peu plus de 200 pages (soit l'équivalent en volume du premier roman Harry Potter), tout en meublant avec des épisodes indépendants (totalement détachés du texte), en créant des personnages secondaires mémorables : la professeur de chant déjantée qui passe son temps enfermée dans le placard, la professeur de sport "moldue", le gardien du château et ses inventions débiles, les deux élèves de seconde année, les autres amies des héroïnes...

Sans oublier les personnages préexistants (y compris ceux qui ne faisaient qu'une apparition en coup de vent dans les romans), suffisamment étoffés pour qu'ils soient attachants et crédibles (l'interprétation de certaines actrices aide aussi pas mal, la distribution quasi-intégralement anglaise n'étant pas mauvaise du tout, voire même meilleure qu'un certain sorcier interprété avec un Nimbus 4000 carré dans le fondement).

Une série qui ne révolutionne rien, mais qui s'avère tout à fait honorable et sympathique, en somme.

Alors, en ce qui concerne Potter, imaginons... si 13x22min couvrent (largement !) 200 pages... alors 800 pages (la longueur maximale d'un Potter en vo) demanderaient au pire 52x22min... ce qui nous ferait 26x45 minutes (voire même beaucoup moins avec un showrunner malin), soit pile une saison classique de série tv.

Une série tv forcément plus malléable, et donc moins sujette à des choix mal avisés qui parasiteraient ensuite définitivement la saga cinéma (réalisateur, compositeur, acteurs, scénaristes...).

Non, franchement, la Warner est vraiment passée à côté de quelque chose, là... :S

commentaires

Critiques éclair - Marathon d'Halloween, épisode 10

Publié le 5 Novembre 2011 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Thriller, Action, Télévision, Lifetime

Octobre, c'est le mois d'Halloween, de l'horreur et des ténèbres : et comme tous les ans, pour Lurdo, Octobre était le mois d'un marathon de films et de séries de genre, pendant 31 jours, voire plus si affinités...

Vampirella (1996), de Jim Wynorski :

Une vampirette extra-terrestre venue de la planète Drakulon arrive sur Terre à la poursuite de ses ennemis jurés...

Très vague adaptation du comic-book, un DTV kitschissime, anti-sexy au possible et cabotin, avec un Daltrey en roue libre, une Talisa Soto qui joue faux, et du grand nawak dans tous les coins, sans parler d'un scénario bancal, bourré de trous improbables, et extrêmement mal construit.

0.25/6, mais un bon 6/6 pour Daltrey qui est à fond dedans, et court dans tous les sens en agitant sa petite cape.

The Road (2009), de John Hillcoat :

L'épopée d'un père et de son fils, sans-abris dans un futur post-apocalyptique...

Glauque, désespéré, déprimant, visuellement très réussi et crédible, et très bien interprété, mais le tout manque un peu de rythme pour emporter totalement l'adhésion. La faute à trop de flashbacks, peut-être.

4/6

Freakdog / Red Mist (2008), de Paddy Breathnach :

Une bande de jeunes internes/étudiants en médecine provoque accidentellement le coma d'un épileptique un peu autiste. Prise de remords, l'une des  internes décide alors d'injecter au patient une drogue expérimentale de son invention, avant qu'il ne soit débranché par les autorités... mais au lieu de reprendre connaissance, le comateux se trouve soudain capable de projection astrale, une projection astrale qui peut prendre possession de n'importe qui, et qui veut se venger.

Un métrage qui prend tranquillement son temps à se mettre en place, avant de virer au slasher assez basique et pas très inspiré.

2.25/6 pour son cast sympatoche (Andrew Lee Potts, Sarah Carter, l'asiatique de Doctor Who 6x07, mais aussi Squirrel Kebbel, et un clone de Keira Knightley). 

L'Esprit d'une Autre (Secrets In The Walls - 2010), de Christopher Leitch :

Une mère et ses deux filles s'installent dans une nouvelle demeure, pour y recommencer leur vie. Mais les murs de la bâtisse cachent un sinistre secret...

Un DTV / téléfilm Lifetime, avec ce que ça implique de clichés, de scènes familiales, de terreur-gentillette-et-inoffensive et de récit convenu rythmé par les coupures pubs.

Bref, ça ne vaut pas grand chose en soi, mais c'est un peu sauvé par l'interprétation honorable de Jeri Ryan, de Peyton R. List, et de la frangine Panabaker.

À part ça, pas grand chose à signaler tant c'est balisé. Et ici ou là, il y a quelques trous dans le scénario, qui n'aident pas, d'autant que le script, en lui-même, souffre déjà d'un meublage certain, et d'une illustration musicale un peu forcée.

2.25/6

commentaires

Critiques éclair - Marathon d'Halloween, épisode 9

Publié le 4 Novembre 2011 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Thriller, Drame, Histoire, Télévision, Syfy

Octobre, c'est le mois d'Halloween, de l'horreur et des ténèbres : et comme tous les ans, pour Lurdo, Octobre était le mois d'un marathon de films et de séries de genre, pendant 31 jours, voire plus si affinités...

Triple Combo Eliza Bennett :

F (2010), de Johannes Roberts :

Un instituteur traumatisé par l'un de ses élèves violents reprend du service après trois mois de récupération, mais est désormais alcoolique, parano, et colérique. Et lorsqu'il avertit tout le monde d'une montée de la violence dans les parages, personne ne l'écoute... jusqu'à ce que son lycée soit assiégé par un groupe d'assaillants mystérieux yamakazis.

Avec Eliza Bennett dans le rôle de la fille rebelle du prof.

Une sorte de Assaut on Precinct 13 ou d'Eden Lake in a school pas vraiment maîtrisé, ni réfléchi : le rythme est inégal, l'ambiance assez moyenne, les personnages globalement antipathiques, et la mayonnaise ne prend pas, la faute à un scénario qui préfère jouer la carte de la non-explication et du mystère plutôt que d'apporter un peu de fond au tout. La musique forcée, façon comptines, n'aide pas non plus, tout comme les jump scares.

2.25/6

Roadkill (2011), de Johannes Roberts :

Une bande de jeunes en vadrouille en Irlande renverse une gitane, qui les maudit ; Un Krakoukass oiseau roc en CGI foireux les traque alors un à un, en même temps que la famille en colère de la gitane.

Même réalisateur que F, pour un téléfilm Syfy typique du genre : c'est fauché, parfois approximatif dans le jeu, et supra basique dans son scénario et ses rebondissements. Eliza Bennett a un joli décolleté, cela dit, et reste la moins tête-à-claques du lot, mais vu qu'elle meurt à mi-film...

1.5/6 

From Time To Time (2009), de Julian Fellowes :

1941 : un jeune garçon arrive dans le manoir familial où vit sa grand-mère. Rapidement, pour s'occuper, il explore les environs, et s'aperçoit bien vite qu'il est capable de voir le passé de manoir, et ses occupants, comme autant d'apparitions fantomatiques. À lui alors de résoudre le mystère de la demeure...

Un costume drama anglais totalement typique du genre, du créateur de Downton Abbey, avec ce que ça implique d'acteurs talentueux, de décors naturels et de réalisation classieuse, mais aussi de ficelles habituelles du genre.

Un récit convenu, donc, mais qui se laisse bien regarder, avec notamment Maggie Smith, et Eliza Bennett en jeune fille aveugle avec qui le héros communique via les couloirs du temps.

3/6

Bereavement (2010), de Stevan Mena :

Préquelle/standalone d'un autre film du même réalisateur, sur un gamin insensible à la douleur kidnappé par un psychopathe fondamentaliste, qui décide alors de lui apprendre comment tuer les gens, à commencer par une jeune adolescente brune à forte poitrine fraîchement capturée.

On sent que le réalisateur est ambitieux, et qu'il veut faire autre chose qu'un simple slasher : les personnages sont plus développés (bien qu'ils soient très convenus), et le visuel est assez joli et réussi... mais ça ne va pas plus loin : le rythme défaillant et le récit assez convenu empêche de s'intéresser particulièrement au film, et le spectateur ne peut alors que se raccrocher au décolleté très généreux de la sympathique Alexandra Daddario (qui devrait aller loin).

2.5/6

My Soul To Take (2010), de Wes Craven :

Seize ans après la disparition d'un tueur-en-série impossible à tuer, et souffrant de personnalités multiples, sept jeunes nés le même jour se font tuer un à un par un assassin mystérieux, ressemblant trait pour trait au serial killer d'antan...

Vu en deux fois tant le récit est soporifique et balisé. Pourtant, on ne peut pas nier que visuellement, Craven sait toujours y faire. Et sa distribution adolescente est globalement assez bonne, en plus de paraître son âge (chose assez rare pour être signalée).

Mais ça se traîne, c'est bavard, et au final, c'est du slasher ultra-basique et faiblard, voire même involontairement drôle par moments.

1.5/6

Zombie Apocalypse (2011), de Nick Lyon :

Des zombies, une apocalypse, des survivants, et un tigre mort-vivant...

Syfy Channel + The Asylum = forcément un truc tout naze, sans un centime de budget, avec Ving Rhames et Crabman inside. Et un tigre zombie en CGI fauchés. Au secours.

0.5/6

commentaires

Critiques éclair - Marathon d'Halloween, épisode 8

Publié le 3 Novembre 2011 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Thriller, Documentaire, Télévision, Jeunesse, Drame, Nickelodeon

Octobre, c'est le mois d'Halloween, de l'horreur et des ténèbres : et comme tous les ans, pour Lurdo, Octobre était le mois d'un marathon de films et de séries de genre, pendant 31 jours, voire plus si affinités...

Never Sleep Again (2010), de Farrands & Kasch :

Documentaire de quatre heures retraçant l'histoire de la saga Freddy : rien de forcément très nouveau ou surprenant pour qui connaît un peu ses classiques et leur parcours, mais un documentaire tout en profondeur et en détails, et qui assure sur tous les plans. Par la même équipe que More Brains.

Grosse barre de rire durant tous les commentaires sur le second film et son sous-texte gay. Et ça couvre aussi Freddy vs Jason, avec un clin d'oeil bien sympathique de Jason Mewes, et une éloge funèbre de New Line assez touchante.

5/6

More Brains ! A Return to the Living Dead (2011), de Philputt :

Documentaire sur le making-of chaotique de Return to the Living Dead, avec des anecdotes amusantes, et des témoignages de tout le monde (des acteurs qui ont tous plus ou moins bien vieilli, Linnea et le narrateur exceptés, entre ceux qui baratinent clairement, ceux qui sont défoncés, ceux qui ne peuvent pas se supporter, ceux qui ont clairement couché ensemble à l'époque...) sur les conflits, les renvois, etc.

Deux heures, c'est peut-être un peu trop long pour ce que c'est, mais sinon, c'était sympathique.

4/6

A Nightmare on Elm Street (2010), de Samuel Bayer :

Freddy Krueger se venge des enfants de ceux qui l'ont tué, en envahissant leurs rêves, blablabla....

Passer un tiers du film centré sur un personnage secondaire traité comme l'héroïne, c'est profondément stupide, même lorsque la demoiselle est Katie Cassidy. Surtout, en fait, puisque la Nancy de ce remake est anti-charismatique et transparente au possible. À part Cassidy, Connie Britton + Kyle Gallner + Jackie Earle Haley + Clancy Brown + un score potable de Jablonsky + une photographie parfois inspirée = 2/6

Le reste ? Mou, insipide, mal écrit, personnages en carton (un t-shirt Joy Division, ça ne remplace pas une caractérisation solide) et toutes les bonnes idées du film proviennent directement du Craven. Sans oublier une bonne barre de rire sur la scène du site internet, et de l'asiatique qui se fait buter par Freddy en plein tournage de son videoblog.

S'il est mort avant de finir la vidéo, c'est Krueger qui l'a uploadée et postée sur le site, alors ?

Hellraiser : Revelations (2011), de Victor Garcia :

De jeunes américains en vadrouille au Mexique tombent sur la Lament Configuration : bloodshed ensues...

Je m'attendais à pire.

Bon, c'est très mauvais, ultra fauché, pas toujours très bien joué, avec des prostituées mexicaines jouées par des asiatiques, et un Pinhead calamiteux, qui fait tout s'effondrer à chaque fois qu'il apparaît à l'écran et/ou ouvre la bouche, mais il y a quelques moments qui fonctionnent... probablement parce qu'ils sont tous photocopiés du film original.

Autrement dit, comme le film ne dure que 75 minutes (génériques de début et de fin compris), pour quelqu'un comme moi qui trouve toujours quelque chose à sauver, à un degré ou un autre, dans chacune des suites du film original, ça reste une expérience supportable.

Pas forcément agréable, mais bon, c'est aussi ça, Hellraiser : savoir endurer la souffrance, pour y trouver une sorte de plaisir pervers... 

1/6

The Woman (2011), de Lucky McKee :

Un père de famille autoritaire, violent et dominateur capture une sauvageonne dans les bois, et décide de la ramener au domicile familial pour la rééduquer et la civiliser...

Je vois très bien pourquoi ça peut plaire et convaincre (le "message" du film peut prêter à interprétation, à débat, et donner l'impression d'un film ultra-profond, etc), mais j'ai trouvé le tout très maladroit et grotesque, comme souvent chez McKee : l'illustration musicale envahissante, le caractère volontairement outrancier des personnages et du récit, les personnages féminins qui tous sont traumatisés et tremblants, le visuel assez moche.... la fillette a une bonne bouille, cela dit.

2/6

Cirque du Freak : The Vampire's Assistant (2009), de Paul Weitz :

Un adolescent est contraint de devenir l'assistant d'un vampire excentrique pour sauver la vie de son meilleur ami. Et pendant que ce dernier se rapproche des forces du Mal, le héros s'installe au Cirque du Freak, où vivent tous les proches et les comparses du vampire...

On sent clairement que c'est un gros début de franchise (avortée, certes), mais ça reste éminemment sympathique, et suffisamment différent du reste des "films à franchise" pour être sympathique.

4/6

RL Stine's The Haunting Hour : Le Livre Maléfique (2007), de Alex Zamm :

Une goth (Emily Osment) découvre une boutique étrange, tenue par Tobin Bell, qui lui vend un livre mystique, à ne pas lire à voix haute... ce qu'elle s'empresse de faire pour terroriser son petit frère. Une créature horrible se réveille alors, et attaque la ville...

Une Osment pas super crédible en goth, des sfx de KNB sympas, de la mise en place et du meublage un peu trop présents... bof.

2.25/6

Fred 2 : Night of The Living Fred (2011), de John Fortenberry :

Fred a peur de son voisin, qu'il croit être un vampire...

En lieu et place de Jennette McCurdy, Ariel Winter et Daniella Monet, dans un téléfilm à thématique Halloweenesque. Fred est toujours insupportable, Monet sous-utilisée, et c'est toujours étrange de voir une ado de 13 ans en love-interest d'un grand dadais de 18 balais... mais les caméos débiles de John Cena en papa de Fred qui vit dans le frigo valent le détour.

1/6

commentaires

Critiques éclair - Marathon d'Halloween, épisode 7

Publié le 2 Novembre 2011 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Télévision, SyFy, Comédie, Jeunesse, UK, ABC

Octobre, c'est le mois d'Halloween, de l'horreur et des ténèbres : et comme tous les ans, pour Lurdo, Octobre était le mois d'un marathon de films et de séries de genre, pendant 31 jours, voire plus si affinités...

Scream of the Banshee (2010), de Steven C. Miller :

La découverte d'un artefact médiéval par un groupe d'archéologues réveille une Banshee, qui s'en prend à tous les membres de l'équipe... 

Un téléfilm Syfy qui aurait pu être pire, et reste au final bancal et inoffensif. Pas grand chose à en dire de plus.

1.25/6

Children of the Corn : Genesis (2011), de Joel Soisson :

Une jeune femme enceinte et son mari tombent en panne près d'une ferme isolée, où vivent un Prêtre sinistre (Billy Drago), sa femme russe, et un gamin aux pouvoirs télékinétiques...

Ça n'a de CotC que le nom (forcément, puisque c'est un film uniquement tourné par Dimension pour conserver les droits de la franchise), c'est inintéressant au possible, et ça ressemble presque plus à l'épisode It's A Good Life de la Quatrième Dimension qu'à autre chose. Ah, et il y a des stocks shots de la poursuite sur l'autoroute de Bad Boys II inside.

0.5/6

Fantômes et Cie (The Great Ghost Rescue - 2011), de Yann Samuell :

Une famille de fantômes est expulsée de son château, et décide de mener une campagne nationale pour retrouver une demeure.... 

Une comédie fantômatique façon High Spirits, sans le rythme ou la bande originale de qualité, avec Vorenus en fantôme écossais en kilt. Très inégal, mais pas désagréable pour autant.

3/6

Don't Be Afraid of The Dark (1973/2011), de John Newland/Troy Nixey :

Un couple s'installe dans un manoir victorien pour le rénover, mais Sally, femme au foyer, est rapidement confrontée à des gobelins maléfiques emmurés dans une ancienne cheminée / Un couple et leur fille Sally s'installent dans un vieux manoir pour le rénover, etc...

Un téléfilm ABC pas très bien joué, qui a assez mal vieilli, mais dont les bases du récit sont solides et intéressantes.

2.5/6

Un remake supervisé par Guillermo Del Toro, visuellement superbe, et pas trop mal interprété (Bailee Madison hésite parfois entre naturel et jeu de comédienne, mais elle a une bouille suffisamment attachante pour que ça passe), mais finalement, ça reste toujours le même genre de récit typiquement DelToroien, avec le même genre de monstre (des gobelins qui ont une bonne tronche de rats, et qui semblent tout droit sortis du film The Gate), de conte, d'ambiance, tout ça, sans être vraiment rythmé ou bien écrit (le scénario est un peu un gruyère plein de trous).

Un tout petit 3.25/6.

commentaires

Critiques éclair - Marathon d'Halloween, épisode 6

Publié le 1 Novembre 2011 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Drame, Found Footage, Thriller, Jeunesse

Octobre, c'est le mois d'Halloween, de l'horreur et des ténèbres : et comme tous les ans, pour Lurdo, Octobre était le mois d'un marathon de films et de séries de genre, pendant 31 jours, voire plus si affinités...

The Last Winter (2006), de Larry Fessenden :

En Alaska, les employés d'une compagnie de forage pétrolier sont confrontés à la folie et la paranoïa, alors qu'une entité étrange semble les encercler et que le climat se réchauffe... 

Un simili The Thing mâtiné de Shining en Alaska, qui malheureusement n'est pas très bien rythmé, et se délite lentement à mesure que le film progresse, que le réal nous place des images d'archives documentaires, et que les monstres (des Wendigos/caribous géants monstrueux) se font plus présents.

Un petit 3/6, malgré l'ambiguïté du tout.

Paranormal Activity 3 (2011), de Joost & Schulman :

Préquelle aux deux films précédents, qui révèle les origines mystérieuses de la hantise aux pattes de poulet qui frappe la famille de Katie...

Le premier opus était une jump scare video youtube étirée sur 90 minute, et qui fonctionnait uniquement grâce à la hype médiatique et les réflexes ataviques du spectateur, qui faisait tout le travail de peur à la place du réalisateur (forcez n'importe quelle personne à fixer un écran et à écouter le silence pendant 5 minutes, et crier lui dans l'oreille en faisant apparaître quelque chose, il sursautera, et sera ravi). Le second opus était pire, et compensait son manque d'inspiration en plaçant l'actrice principale du premier opus en bikini dans une piscine.

Là, pour le troisième opus, on remonte dans le passé, ce qui 1) pose des problèmes de continuité (d'une histoire de démon, on se retrouve avec un couvent de sorcières), 2) prive le spectateur du décolleté de Katie Featherston (qui restait le seul intérêt du tout lorsque l'on roupillait devant les deux premiers), et 3) donne lieu à un film soporifique, encore moins intéressant que ses prédécesseurs.

0.5/6

The Caller (2011), de Matthew Parkhill :

Une jeune divorcée traumatisée par son mari violent emménage dans un nouvel appartement, où elle reçoit bien vite des appels téléphoniques venus du passé. Mais son interlocutrice est instable, et décide bien vite de changer le cours de l'histoire pour obliger Mary Kee à lui parler... 

Un thriller/ghost movie/histoire temporelle assez efficace dans son genre, avec une Rachelle Lefevre toujours adorable et efficace, mais sinon, c'est stylistiquement peu finaud, et dérivatif (on pense à Fréquence Interdite, etc).

3/6

The Haunting of Molly Hartley (2011), de Mickey Liddell :

Une ado, traumatisée par la psychose meurtrière de sa mère, arrive dans un nouveau lycée, où elle tente de se refaire une vie. Mais bien vite, il apparaît que la psychose de sa mère est héréditaire, et Molly commence à faire l'expérience de phénomènes étranges...

Distribution sympathique (Hailey Bennet, Shannon Woodward, Jake Weber, Shanna Collins, et quelques autres visages familiers du petit écran), mais un récit trop balisé et convenu pour convaincre, ne serait-ce qu'un minimum. Scénarisé par un producteur/showrunner de plusieurs séries WB, on se retrouve avec un gros épisode surnaturel de Gossip Girl & co, au casting télévisuel, et aux influences trop évidentes pour ménager un semblant de suspense.

1/6 pour les quelques acteurs sympas.

commentaires

Critiques éclair - Marathon d'Halloween, épisode 5

Publié le 31 Octobre 2011 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Science-Fiction, Jeunesse

Octobre, c'est le mois d'Halloween, de l'horreur et des ténèbres : et comme tous les ans, pour Lurdo, Octobre était le mois d'un marathon de films et de séries de genre, pendant 31 jours, voire plus si affinités...

The Thing (2011), de MVH Jr. :

Remake/préquelle du film culte de John Carpenter, dans lequel une chose protéïforme infiltre une base de l'Antarctique et prend possession de ses occupants, les uns après les autres... 

Quand c'est un clone du Carpenter, le film est quelconque, jouant plus la carte des jump-scares peu inspirées que celle de la tension ou de la menace constante. Quand ça tente de se démarquer du Carpenter, c'est mauvais (la partie dans le vaisseau = *soupir*), et forcé. Le tout affligé d'un rythme mollasson, et d'un score en pilotage automatique de Beltrami, en mode horreur basique.

Bref, ça a constamment le cul entre deux chaises, et ça ne convainc jamais (même les sfx, pourtant pas mauvais, sont pâlichons en comparaison des effets physiques de l'original) : un film qui ne satisfait donc ni les fans de l'original, ni (d'expérience) les fans d'horreur post 90s qui gobent tout ce qui se fait comme remake.

Un petit 2/6, pour M.E.W., et pour quelques moments pas trop vilains. 

Wrong Turn 4 : Bloody Beginnings (2011), de Declan O'Brien :

Une bande de jeunes débiles en rut se retrouve pris au piège dans un asile désaffecté, où vivent les psychopathes tueurs de la saga...

Du gore gratos, du cul gratos, et sinon, ce sont "les dégénérés à la neige", réfugiés dans un asile. Avec des jeunes très cons et très mauvais, des rebondissements quelconques, et un passage assez fatiguant avec les cris d'un acteur comme seule bande originale pendant 5-10 minutes.

1/6

Drag Me To Hell (2009), de Sam Raimi :

Une employée de banque à la recherche d'une promotion refuse un prêt à une vieille gitane, qui jette alors sur elle une malédiction fatale : l'héroïne a trois jours pour parvenir à la briser, sous peine d'être emmenée aux enfers par une Lamie au terme de ce délai... 

Revu récemment, un film qui répond parfaitement à la définition du terme "montagnes russes", tant il y a des hauts et des bas.

Dans l'ensemble, malgré quelques petits moments de flottement, ça se suit sans trop de problèmes, les personnages sont assez attachants, l'interprétation relativement juste (je mets relativement, parce que Lohman, si elle était convaincante dans les scènes intenses, que ce soit de peur ou de déterrage de cadavre, m'a paru un peu moins juste dans les moments plus calmes, comme dans la banque, où elle débitait parfois son texte sans trop y croire ; et d'un autre côté, je ne suis pas certain d'être vraiment objectif, vu que j'ai passé une partie de ces scènes à essayer de retrouver à quelle autre actrice les tics de diction de Lohman me faisaient penser...), et le métrage est dans son ensemble plutôt efficace pour ce que c'est.

Maintenant, c'est loin d'être dénué de points faibles. Niveau scénario, déjà, il faut bien avouer que c'est très basique et prévisible (en plus de recycler un vieux EC Comics/Haunt of Fear), et ce sur tous les plans (à l'instant où le sacrifice d'animal est mentionné, on devine que le chat va y passer ; à partir de l'exorcisme, tout s'enchaîne de manière ultra téléphonée, et ce jusqu'à la dernière image.) Donc ça refroidit un peu. Après, le ton général du film m'a semblé un peu hésitant. Contrairement à un Evil Dead 2, j'ai eu l'impression que Raimi se refusait ici à se lâcher vraiment, et préférait traiter la majeure partie de son film au premier degré, avec ici ou là une pointe d'humour pas trop méchante.

Et autant dans les 3/4 des scènes ça fonctionne, autant parfois, la rupture est vraiment brutale, comme dans cette scène de l'abri de jardin, qui commençait de manière efficace (l'apparition de mémé) avant de virer radicalement au cartoon, avec l'enclume ACME et des effets numériques très moyens. Dans l'absolu, pourquoi pas, mais là, en l'occurrence, la scène m'a semblé sortir de nulle part, et déplacée, alors que jusque là l'humour Raimien s'était fait plus discret (du genre un dentier ou une agrafe ici ou là, pas forcément trop appuyés).

Par contre, le possédé dansant durant l'exorcisme, le nawak du déterrage nocturne, tout cela passe très bien, d'autant qu'on en est alors à un moment du film où la présence assumée du surnaturel (caricatural ou pas) coule de source, et est le résultat d'une montée en puissance de la Lamie dans le film. Il aurait en fait fallu soit plus de sérieux, soit plus de cartoon déjanté, plutôt que de rester ainsi le cul entre deux chaises.

(et d'ailleurs, l'exorcisme aurait été le moment parfait pour caser un "I will swallow your soul"... quelle occasion ratée... )

Donc au final un film amusant à regarder, mais que Raimi aurait dû pousser encore plus loin dans ses retranchements. En l'état, c'est un hybride bancal entre un film d'horreur générique et un Raimi Evil Deadesque, ce qui n'est que moyennement satisfaisant.

3.75/6 

The Howling : Reborn (2011), de Jim Nimziki :

Un adolescent discret apprend qu'il est un loup-garou, et se découvre rapidement tous les avantages et les défauts de sa condition, tandis que le reste de son espèce est mis au courant de son existence.

Aucun souvenir de la saga originale, donc je n'ai dû voir que le premier film, qui m'avait paru bien surestimé et ridicule (l'image finale du film original, notamment, avec sa présentatrice tv garoute).

Là, un DTV en forme de relaunch, mais qui en réalité ressemble comme deux gouttes d'eau à un pilote de série MTV ou CW pour ados, ça en a l'écriture (les déblatérations du meilleur pote du héros, apprenti-scénariste, sur les règles d'or des histoires de garous, ressemblent comme deux gouttes d'eau à du Kevin Williamson), l'interprétation, le budget, et grosso modo l'intérêt.

2/6 (parce que des garous qui se battent et démolissent des murs, c'est toujours sympathique)

commentaires

Critiques éclair - Marathon d'Halloween, épisode 4

Publié le 29 Octobre 2011 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Science-Fiction

Octobre, c'est le mois d'Halloween, de l'horreur et des ténèbres : et comme tous les ans, pour Lurdo, Octobre est le mois d'un marathon de films et de séries de genre, pendant 31 jours, voire plus si affinités...

Species (1995), de Roger Donalson :

Des savants mettent au point une hybride humain-alien à partir d'un code ADN reçu des étoiles. Manque de chance, l'hybride meurtrier n'a qu'un seul désir : trouver un partenaire pour s'accoupler, et coloniser ainsi la terre. 

J'avais totalement oublié que Molina, Ben Kingsley, Forrest Whitaker et Michelle Williams (en version ado de Hensridge) avaient joué là-dedans. À part la musique de Christopher Young, très réussie, et le postulat de départ (alien + nudité) assumé, c'est assez mauvais, je dois dire, et donne l'impression de sortir tout droit des 80s, technologiquement parlant. La fin est assez ridicule.

1.5/6

Species II (1998), de Peter Medak :

On prend les mêmes, et on recommence, ou presque, puisque cette fois-ci des cosmonautes américains reviennent de Mars, et sont contaminés par l'ADN alien. À leur retour sur Terre, ils tentent ainsi de trouver leur "âme soeur", tandis que le projet du premier film donne naissance, de son côté, à une nouvelle Mutante.

Une suite intéressante pour ses variations par rapport au récit original, pour son monstre bien moche, et pour sa tendance au gore, mais sinon, c'est mauvais, avec un noir de service™®© qui fait des vannes calamiteuses, une réalisation faiblarde, et Madsen qui cachetonne.

2/6

Species III (2004), de Brad Turner :

Un scientifique récupère le cadavre de Natasha Hensridge, qui donne naissance à une nouvelle Mutante. Il élève cette dernière comme sa fille, mais les instincts de la créature finissent par reprendre le dessus.

T-bag de Prison Break qui fait le résumé des épisodes précédents en voix-off = *soupir*. À part ça, un DTV soporifique, dans lequel Hensridge fait un caméo de quelques minutes à peine.

0.5/6

Species IV - The Awakening (2007), de Nick Lyon :

Miranda, une jolie blonde, vit avec son oncle, professeur d'université. Mais elle ignore qu'elle est une Mutante, et lorsque la vérité est mise à jour, elle doit fuir au Mexique...

Ben Cross et Dominic Keating, ce n'est pas désagréable. Des aliens partout, à cause d'un savant fou qui clone des sex dolls à la pelle, et un duel final entre deux mutantes costumées ? Naze, mais paradoxalement assez fun.

1.5/6

commentaires

Critiques éclair - Marathon d'Halloween, épisode 3

Publié le 28 Octobre 2011 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Romance, UK, Documentaire, Lovecraft

Octobre, c'est le mois d'Halloween, de l'horreur et des ténèbres : et comme tous les ans, pour Lurdo, Octobre est le mois d'un marathon de films et de séries de genre, pendant 31 jours, voire plus si affinités...

Skeletons (2010), de Nick Whitfield :

Deux "exorcistes" vont de mission en mission, pour chasser les mauvais souvenirs et effacer les sombres secrets des esprits de leurs clients... mais les deux hommes ont leurs propres secrets...

Musique très sherlockienne pour ce film typiquement british, au concept et à la mise en images très originaux. C'est très particulier, stylisé... peut-être trop, malheureusement, puisque si, comme moi, on n'accroche pas trop, on risque de rester à la porte du métrage pendant tout le film, et de s'ennuyer gentiment. Dommage.

2.5/6

Detention (2010), de James Hickox :

Des lycéens se retrouvent un soir en salle de colles, alors même qu'un esprit vengeur, victime d'une blague ayant mal tournée, décide de s'en prendre à eux un à un...

Un film ultra fauché, avec un David Carradine qui cachetonne, la fille de Robin Williams qui fait de même, et un tout assez mauvais, malgré un petit effort fait par les scénaristes sur les personnalités des personnages, et un enthousiasme indéniable dans la réalisation du vétéran Hickox.

1.75/6

Le Fantôme de mon ex-fiancée (Over Her Dead Body - 2008), de Jeff Lowell :

Kate (Eva Longoria) décède de manière impromptue, et se voit changée en fantôme. Contrainte d'assister au rapprochement de son fiancé Henry (Paul Rudd) et d'une voyante (Lake Bell) prétendant être en contact avec Kate, cette dernière décide alors de leur rendre la vie impossible...

Une comédie romantique surnaturelle basique, qui n'est guère plus qu'un Ghost avec une inversion du sexe des personnages principaux. Très convenu, pas très bien rythmé, mais la distribution sympathique et motivée sauve un peu les meubles.

2/6

Lovecraft - Fear of the Unknown (2011), de Mikael Hafstrom :

Un excellent documentaire/biographie sur Lovecraft, sa vie, son oeuvre, son influence, et ses émules. Pas forcément exhaustif, mais ça vaut largement le temps investi grâce à la présence de nombreuses interviews de réalisateurs (John Carpenter, Guillermo Del Toro, etc), et auteurs connus influencés par le Mythe lovecraftien.

4.5/6

commentaires

Critiques éclair - Marathon d'Halloween, épisode 2

Publié le 22 Octobre 2011 par Lurdo dans Oktorrorfest, Critiques éclair, Cinéma, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Religion, Anthologie, Comédie

Octobre, c'est le mois d'Halloween, de l'horreur et des ténèbres : et comme tous les ans, pour Lurdo, Octobre est le mois d'un marathon de films et de séries de genre, pendant 31 jours, voire plus si affinités...

Creepshow (1982), de Romero & King :

Anthologie d'horreur réalisée par George Romero et écrite par Stephen King, constituée de cinq segments, encadrés et reliés entre eux par un récit en partie animé.

Un film qui a assez mal vieilli, mine de rien, et qui est, tant dans son ton que dans son visuel et son intérêt, plutôt inégal.

Dans l'ordre :

- Un premier sketch largement trop surjoué et caricatural. Dommage.

- Stephen King en roue libre dans un second sketch assez vain.

- Un troisième segment plus sérieux, avec Leslie Nielsen en tueur en série. Pas désagréable.

- Un segment très sympathique sur "La Caisse". Un peu long, peut-être.

- Le déjeuner des cafards sur un vieux aigri. Pourquoi pas, mais un peu trop anecdotique pour convaincre.

3/6

Creepshow 2 (1987), de Michael Gornick :

On prend les mêmes, et on recommence, pour une suite écrite par Romero, et basée sur du King : trois segments, encadrés par un récit animé.

Un métrage plus sympathique que l'original, et qui laisse l'occasion de mieux respirer à ses récits.

Dans l'ordre :

- L'indien en bois. Mise en place réussie, mais ça se perd un peu en longueur lorsque l'indien s'anime.

- The Raft. Moyennement bien joué, mais bon, ça reste relativement efficace et marquant.

- L'autostoppeur : une musique calamiteuse (du disco que l'on croirait tout droit sorti de la série CHIPS), des monologues agaçants de l'actrice principale, et un récit maintes fois pillé depuis, mais ça reste regardable.

3.5/6

Creepshow 3 (2007), de Dudelson & Clavell :

Suite opportuniste faite par un studio préoccupé par la perte imminente de leurs droits sur la franchise, et sortie directement en dvd, sans l'aval de King ou Romero : cinq sketches dont les personnages se croisent.

Très mauvais. Non seulement les histoires sont peu inspirées, et prévisibles, mais en plus c'est fauché, et assez mal joué.

Dans l'ordre :

- Un segment tout droit sorti d'un mauvais épisodes de Fais moi peur & co, sur une télécommande magique. Médiocrement joué et bancal.

- Une radio qui discute avec son propriétaire. Assez bof, et interminable.

- Une prostituée tueuse en série rencontre un client serial-killer. Rebondissement éventé par le récit, qui s'avère sans intérêt et affreusement prévisible.

- Deux étudiants tentent de percer le mystère de la nouvelle épouse de leur professeur, une Stepford Wife parfaite. Là aussi très prévisible.

- L'autostoppeur, le quasi remake. Sans intérêt.

1.5/6

The Rite (2011), de Mikael Hafstrom :

Supposément basé sur une histoire vraie, un récit d'exorcisme et de jeune femme possédée, qu'Anthony Hopkins et son assistant sceptique vont devoir aider.

Un film d'exorcisme basique, qui accumule les clichés du genre, et qui ne vaudrait pas grand chose sans son Hopkins cabotin et possédé (toujours très amusant à regarder), et son score musical pas mauvais.

2/6

commentaires

Critiques éclair - Marathon d'Halloween, épisode 1

Publié le 19 Octobre 2011 par Lurdo dans Oktorrorfest, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, UK, Found Footage

Octobre, c'est le mois d'Halloween, de l'horreur et des ténèbres : et comme tous les ans, pour Lurdo, Octobre est le mois d'un marathon de films et de séries de genre, pendant 31 jours, voire plus si affinités...

Attack the Block (2011), de Joe Cornish :

Des petites frappes de banlieue anglaise aux prises avec des aliens sanguinaires (comme tout droit sortis de l'antique jeu Another World) qui attaquent la banlieue.

Se laisse regarder (de préférence en VO, pour peu qu'on n'ait aucune difficulté avec les accents banlieusards anglais), mais ne révolutionnera rien.

3/6

Apollo 18 (2011), de Gonzalo López-Gallego :

Produit par Tonton Timur, un Paranormal Activity-like in space, qui joue la carte conspirationniste, et suit le destin tragique de la mission (fictive) Apollo 18, à partir d'"images d'archives retrouvées".

Un mockumentaire de plus, dans lequel mélange images d'archives/reconstitution n'est pas convaincant du tout (pour qui a l'oeil aiguisé), donc pouf, on y croit pas. Pire : c'est supposé être du found footage, mais vu que SPOILERS tous les personnages du film décèdent dans l'espace, et que toutes les caméras embarquées finissent détruites/perdues dans le vide spatial, on se demande bien comment ils ont réussi à en tirer ce film. 

 1.5/6

The Eye (2008), de Moreau & Palud :

Remake du film des frères Pang, sur une violoniste classique et aveugle, qui se fait greffer les yeux d'une morte, et qui commence à avoir des visions effrayantes.

Plat et sans intérêt (même sans avoir vu l'original), en plus d'être affreusement convenu dans son déroulement, et de prendre, sur la fin, de faux airs de Destination Finale.

1.25/6

Red State (2010), de Kevin Smith :

Pamphlet anti-gouvernement et anti-fanatisme religieux de Kevin Smith, le réalisateur habituellement rigolo et geek, qui se lance ici dans l'histoire du siège funeste d'un groupe religieux par les autorités...

Vendu comme un film d'horreur, puis comme une charge anti-républicain, puis comme un film plus réaliste, ce n'est en fait rien de tout ça. Smith ne semble pas avoir su par où prendre son film. Parce que c'est, pour faire simple, un gentil bordel assez lourd. Qui tente effectivement de manger à tous les râteliers, sans jamais y parvenir de manière convaincante. Un critique disait que ce Red State, c'est le premier jet d'un film potentiellement réussi, et il avait raison.

Et comme tous les premiers jets, il y a des bonnes idées... noyées dans trois tonnes de déchets : humour malvenu, pamphlet anti fanatisme religieux, mêlé d'anti gouvernementalisme basique, de pseudo-horreur façon Hostel (pendant 3 minutes), film de siège, dialogues interminables et/ou mauvais, surjeu, fusillades, personnages caricaturaux épais comme du papier à cigarettes, gros clichés, on a droit à tout, sans que ce soit vraiment cohérent ou même rythmé (le sermon de 10 minutes, juste après la mise en place à la Hostel est monotone au possible).

Bref, au final, on se dit un peu "tout ça pour ça". Certes ça ne ressemble pas du tout à du Smith, visuellement, mais à part l'interprétation de certains, ça reste assez peu captivant, tant sur le fond que sur la forme. À croire que cinq ans de gestation, ce n'était pas suffisant pour accoucher d'un scénario abouti.

2/6

commentaires
<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37