Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #oktorrorfest catégorie

Halloween Oktorrorfest 2022 - 35 - V/H/S/99 (2022)

Publié le 26 Octobre 2022 par Lurdo dans Anthologie, Cinéma, Horreur, Fantastique, Comédie, Critiques éclair, Halloween, Oktorrorfest, USA, Shudder, Review, Found Footage

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

V/H/S/99 (2022) :

Nouvelle déclinaison de la "franchise" anthologique V/H/S consacrée au cinéma found footage, voici qu'arrive V/H/S/99 qui, comme son nom l'indique, prend place à l'aube de l'an 2000, avec ce que cela sous-entend de peur du bug, de l'apocalypse, et tout et tout.

Enfin, en théorie, parce qu'en pratique, ce métrage a été mis en production de manière très précipitée, suite au succès (immérité) de V/H/S/94 à sa sortie, l'année dernière, sur Shudder. Le résultat, c'est un V/H/S/99 très inégal, qui ne vaut principalement que pour son dernier segment.

D'autant que, pour une fois, il n'y a aucun fil conducteur ou prétexte pour les cinq segments présentés par cette anthologie, si ce n'est quelques séquences de petits soldats en plastique doublés en post-synchro, et aux aventures parfois sanglantes.

- Shredding : quatre adolescents musiciens, farceurs et skateurs (Jesse LaTourette, Jackson Kelly, Keanush Tafreshi, Dashiell Derrickson) se filment alors qu'ils tentent de s'introduire dans une salle de concert abandonnée où un groupe pop punk féminin a connu un sort tragique...

Esthétique très MTV 90s/Jackass pour ce premier segment en mode shaky cam, assez quelconque, délibérément bruyant et sous-éclairé, brouillon et très oubliable. Ça parlera probablement aux nostalgiques d'une certaine époque et d'une certaine télévision, mais bon... les maquillages sont assez réussis, pour ce qu'on en voit.

- Suicide Bid : désireuse de rejoindre une sororité populaire, Lily (Ally Ioannides) accepte de se faire bizuter et de passer une nuit enfermée dans un cercueil, six pieds sous terre... mais un orage chamboule alors les plans de la sororité, et Lily se retrouve confrontée aux éléments, à ses peurs et à un esprit vengeur.

Encore un segment moyen, qui fonctionne assez bien dans sa première partie, mais perd nettement en intérêt et en efficacité dès que la créature apparaît... et ne ressemble qu'à un masque d'Halloween en caoutchouc à l'expression figée. Forcément, ça n'aide pas à prendre toute la fin de ce court au sérieux.

- Ozzy's Dungeon : au cours d'une émission télévisée de jeux pour enfants, Donna (Amelia Ann) se blesse grièvement, et perd la partie. Des années plus tard, le présentateur sans scrupules (Steven Ogg) est kidnappé par la famille de Donna, qui veut se venger, et l'humilie en lui faisant passer les épreuves de son jeu...

Mouais. Un jeu façon En route pour l'aventure assez cheap, une famille qui a pété un câble (on ne sait pas trop pourquoi la jambe de la fillette a fini dans cet état) et qui humilie mollement le présentateur, et une fin d'épisode en mode nawak, lorsque tout le monde pénètre dans les studios et découvre que ceux-ci sont construits sur une grotte où vit un être tentaculaire exauçant les vœux (on devine sans peine que le tout a été conçu en regardant le jeu Legends of the Hidden Temple, et en se disant "et si c'était réellement un temple abritant une vraie déité surnaturelle") pour une fin de court-métrage en queue de poisson.

La fin est intrigante et grotesque, honnêtement, mais le rythme global est trop bancal, et le tout semble tiraillé entre diverses directions qui finissent par paraître inabouties.

- The Gawkers : un groupe d'adolescents installe un logiciel espion sur l'ordinateur de la séduisante voisine, mais celle-ci finit par révéler sa nature réelle...

Un segment totalement générique et sans intérêt, même si la créature finale est visuellement assez réussie.

- To Hell and Back : alors qu'ils filment un rituel d'invocation démoniaque prenant place aux douze coups de minuit, deux hommes (Joseph Winter, Archelaus Crisanto) se retrouvent transportés en Enfer, où ils doivent survivre avec l'aide d'une étrange sauvageonne (Melanie Stone), et tenter de rejoindre le Démon invoqué avant qu'il ne soit transporté sur Terre...

L'équipe du très sympathique Deadstream remet le couvert, et ce segment est tout aussi divertissant, s'érigeant sans aucune difficulté comme le meilleur métrage de ce V/H/S/99, à la fois grotesque, drôle, dynamique, sanglant et bien rythmé et produit.

---

Bref, comme je le disais en introduction, une anthologie qui vaut principalement pour le segment To Hell and Back, et pour quelques moments çà et là. C'est peu, et la franchise ferait bien de prendre un peu de repos, pour s'assurer de proposer des segments plus intéressants que "des ados font les cons en se filmant".

2.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 34 - Deadstream (2022)

Publié le 25 Octobre 2022 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Horreur, Fantastique, Oktorrorfest, Halloween, Shudder, Critiques éclair, Review, USA, Found Footage

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Deadstream (2022) :

Streamer réputé pour ses blagues et ses vidéos controversées, Shawn (Joseph Winter) décide de revenir sur le devant de la scène après avoir été canceled, en passant live-streamant une nuit entière passée dans une maison hantée. Mais rapidement, lorsque cette demeure s'avère réellement occupée par une entité sanguinaire, le stream tourne au cauchemar...

Une comédie horrifique Shudder plutôt réussie, qui a très bien saisi tous les gimmicks et les trucs habituels des streamers YouTube ou Twitch, et qui les exploite pour opposer un pseudo-Logan Paul insupportable à un démon façon Evil Dead, le tout dans le cadre d'un "livestream" qui justifie toutes les extravagances de la réalisation : points de vue multiples, commentaires des utilisateurs affichés à l'écran, insertion de vidéos externes, ajout de musique d'ambiance, etc, etc, etc

Ce qui fonctionne plutôt bien, notamment une fois que la mise en place est passée et que les choses s'emballent : le film ne se défait jamais de son sens de l'humour, et le format found-footage inhérent à son postulat de départ (même si les vidéos ne sont pas "trouvées" en tant que tel, puisqu'elles sont en direct sur le web) n'ennuie jamais le spectateur.

Une très bonne surprise, qui sait assurer le quota de litres de sang versés sur le protagoniste, comme dans un bon Sam Raimi.

4.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 33 - Le bal de l'enfer (2022)

Publié le 25 Octobre 2022 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Thriller, Horreur, Halloween, Fantastique, Oktorrorfest, UK, USA, Review, Romance

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Le bal de l'enfer (The Invitation - 2022) :

Lorsqu'elle apprend qu'elle a de la famille en Angleterre, Evie (Nathalie Emmanuel), une jeune femme new-yorkaise, n'en croit pas ses yeux, d'autant que ses cousins, aisés, l'invitent à un mariage dans le manoir familial, tous frais payés. Là, elle tombe sous le charme du propriétaire des lieux, Walter De Ville (Thomas Doherty), mais découvre rapidement les sombres secrets de ses ancêtres et de la bâtisse...

Mouais. Dans l'absolu, cette Invitation n'est pas désagréable à suivre : c'est compétent, bien interprété, et plutôt joli visuellement... mais ça s'arrête là.

Il faut dire que le tout est tellement balisé et prévisible (même sans avoir visionné la bande-annonce, qui spoile l'intégralité du film et de ses rebondissements, du début à la fin) qu'en fait, on regarde le tout assez passivement : si l'on voulait faire simple, on pourrait dire que The Invitation n'est qu'un croisement très premier degré de Wedding Nightmare et de Dracula, et il n'est jamais particulièrement subtil à ce sujet, enchaînant les noms de personnages et de lieux directement repris à Bram Stoker.

D'ailleurs, le manque de subtilité s'étend aussi aux divers rebondissements du récit, comme les décisions du personnage principal, etc...

Bref, encore une fois, ça se regarde facilement, malgré quelques scories techniques comme un montage raté dans les affrontements finaux, ou de la post-synchronisation maladroite pendant le climax du film : vraiment rien d'exceptionnel, malgré un certain capital sympathie dû à l'interprète principale et à l'atmosphère gothique.

3.25/6 (le titre français est calamiteux, en plus)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 32 - The Munsters (2022)

Publié le 24 Octobre 2022 par Lurdo dans Comédie, Horreur, Halloween, Fantastique, Oktorrorfest, Télévision, USA, Review, Critiques éclair

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

The Munsters (2022) :

Lily (Sheri Moon Zombie), une vampiresse de 150 ans, recherche désespérément son âme sœur, et jette son dévolu sur Herman (Jeff Daniel Phillips), un géant artificiel maladroit mais au cœur d'or. Mais cette romance s'oppose aux plans du Conte (Daniel Roebuck), le père de Lily, qui de plus doit se battre pour conserver le château familial...

Au rayon sitcoms fantastiques et familiales, j'ai toujours été plus porté sur la Famille Addams que sur The Munsters, très peu diffusée par chez nous. En effet, que ce soit la série originale (cf aussi le bilan de Sygbab à ce sujet), les téléfilms qui ont suivi, ou encore le reboot avorté de 2012, il a toujours manqué un petit quelque chose à mes yeux pour que les Munsters égalent les Addams en tant que série culte, comme elle peut l'être outre-atlantique.

Et c'est probablement pour cela que j'ai abordé cet énième remake avec une certaine indifférence, d'autant plus que le travail de Rob Zombie sur ses propres longs-métrages n'a fait que dévoiler, au fil du temps, ses faiblesses et ses mauvaises habitudes. Cela dit, j'ai assisté, avec un certain amusement, au retournement de veste collectif des fans et des critiques, entre l'annonce du projet, très bien reçue, et la première vraie bande-annonce, unanimement critiquée et moquée par tous ceux qui l'ont vue.

Il faut dire ce que ce Munsters est, après visionnage... à côté de la plaque, long (près d'une heure 50), visuellement très pauvre et fauché (un rendu DV ultra-net, des couleurs néons, ultra-contrastées et saturées, des décors très studio, une réalisation constamment penchée), plus près de la parodie aux bruitages de cartoon et à la musique moqueuse de que du reboot ou de l'hommage, constamment surjoué par des acteurs cabotins ou jouant faux (Sheri Moon Zombie minaude constamment en adoptant une voix tremblotante très fluctuante), et surtout jamais drôle ni rythmé, un comble pour un métrage qui adapte une sitcom.

Mais non, Rob Zombie, qui s'auto-proclame ultra-fan des The Munsters, a fait ici le choix d'une origin story bancale et particulièrement plate, bourrée de caméos, une comédie romantique paradoxalement à la limite de la série pour enfants, avec des moments parodiques (Sonny et Cher, etc) qui tombent totalement à plat, et dans laquelle seuls surnagent les interprètes de Grandpa et d'Herman (et encore, Jeff Daniel Phillips a un peu tendance à partir dans du Jim Carrey, çà et là). C'est peu.

1.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 31 - Hellraiser (2022)

Publié le 24 Octobre 2022 par Lurdo dans Halloween, Horreur, Fantastique, Cinéma, Critiques éclair, Thriller, USA, Review, Oktorrorfest

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Hellraiser (2022) :

Parce qu'elle a besoin d'argent, Riley (Odessa A'zion), ancienne toxicomane, accepte l'offre de son petit-ami Trevor (Drew Starkey), et s'introduit avec lui dans un entrepôt abandonné où un millionnaire excentrique (Goran Višnjić) conserve des biens de valeur. Là, ils mettent la main sur un étrange puzzle en forme de cube qui, une fois activé, invoque des entités surnaturelles assoiffées de sang et de souffrance...

Je ne m'en suis jamais caché, je suis un grand fan de Clive Barker et j'ai fréquemment chroniqué les films adaptés de ses œuvres dans ces pages, et j'ai notamment vu tous les Hellraiser, pour le meilleur (le premier) mais surtout pour le pire (toutes les suites produites par Dimension au fil des ans, pour garder les droits de la franchise).

Autant dire que j'attendais ce "reboot" avec une grande méfiance, mais aussi avec une certaine curiosité. Et au final, je dois dire que ce nouveau volet réalisé par David Bruckner (The Ritual, The Signal, The Night House, V/H/S) et écrit par les scénaristes de Stephanie, Siren, Super Dark Times, et The Night House est une excellente surprise, peut-être l'un des meilleurs Hellraiser de la franchise, que je placerais probablement au même niveau que le 2, voire un peu au-dessus (j'ai toujours eu quelques problèmes scénaristiques avec Hellraiser 2).

Alors certes, ce n'est pas parfait, et il y a plein d'éléments mineurs du film qui peuvent frustrer, notamment d'un point de vue mythologique : ici, Bruckner et compagnie mettent en place un système de paliers à franchir dans la résolution de la Boîte, des paliers qui doivent s'accompagner, à chaque étape, d'un sacrifice humain. Déjà un choix discutable, d'autant que celui qui ouvre la Boîte peut sacrifier n'importe qui d'autre, y compris un Cénobite de passage (!), ce qui n'a pour effet que de booster le bodycount du film.

En prime, tout cela s'accompagne d'une sorte de glissement de la Boîte et des Cénobites d'entités pandimensionnelles uniquement intéressées par les sensations extrêmes de la douleur et de la souffrance à génies de la lampe qui vénèrent Leviathan, l'entité qui exauce le souhait de celui qui résout la Boîte. Ça change la dynamique de tout le récit et de tout l'univers, ça enlève tout le côté sexuel et plaisir interdit de l'univers Hellraiser... mais bizarrement, ça fonctionne dans le présent contexte.

Ici, Bruckner, fait le choix d'un parallèle entre l'addiction de son héroïne (toujours efficace A'zion, qui décidément, fait un joli 2022 horrifique après The Inhabitant) et la tentation absolue offerte par la Boîte et ses plaisirs : ça fonctionne globalement, même si la thématique est un peu sous-exploitée. À l'identique, on pourra regretter que le récit vire un peu au slasher moyen, par moments, lorsque les Cénobites apparaissent pour tuer tel ou tel personnage secondaire marqué par la Boîte.

Des Cénobites totalement repensés visuellement, avec plus ou moins de réussite (je les trouve un peu pâlichons, et pas assez poisseux), mais qui, miracle, sont accompagnés du célèbre thème de Christopher Young. Et là, c'est un vrai bonheur quand, après une heure et quelques de musique d'horreur générique, retentissent enfin les accords lancinants de Young, qui explosent lors de l'apothéose finale.

Alors voilà : un reboot imparfait, un peu long (2 heures), manquant du côté malsain de l'original, mais ambitieux, bourré d'idées et à l'approche intéressante (surtout si l'on prend le tout comme une version alternative de l'univers établi par Barker au cinéma - et massacré par son ghost writer dans Les évangiles écarlates).

À ce point de la franchise, on n'en attendait plus autant.

4/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Les bilans de Lurdo - Halloween Oktorrorfest 2022 - Locke & Key, saison 2 (2021) et saison 3 (2022)

Publié le 23 Octobre 2022 par Lurdo dans Critiques éclair, Drame, Fantastique, Halloween, Horreur, Les bilans de Lurdo, Oktorrorfest, Netflix, Review, Thriller, Télévision, Jeunesse, USA

L'Halloween Oktorrorfest touche aussi le petit écran, avec chaque week-end, durant tout le mois d'octobre, des critiques de séries fantastiques et horrifiques...

Locke & Key, saison 2 (2021) :

Alors que les Locke sont persuadés d'avoir vaincu Dodge, ils tentent de reprendre une vie normale tout en profitant au maximum du pouvoir des clés... mais le Mal rôde.

Un peu tardivement (la saison 2 est sortie trop tard, l'année dernière, pour pouvoir être incluse dans l'Oktorrorfest 2021), rapide passage en revue de la saison 2 de Locke & Key, une saison qui, de mon point de vue, a l'avantage d'arriver bien après ma lecture des bandes dessinées de Hill et Rodriguez : contrairement à la saison 1, en effet, qui m'avait un peu frustré dans sa tentative de ménager à la fois la chèvre et le chou (d'être à la fois une adaptation fidèle et quelque chose de surprenant pour les spectateurs aguerris), j'ai regardé cette saison 2 plus de deux ans après avoir terminé la relecture du comic book... et je ne garde donc de ce dernier plus de souvenirs très précis.

Autant dire que je ne vais plus comparer BD et série, ce qui devrait être au bénéfice de cette dernière, en théorie.  D'autant que selon les avis glanés ici ou là, cette saison 2 se démarque largement du récit d'origine pour partir dans une direction qui est la sienne.

Malheureusement, cette direction est particulièrement frustrante, toujours centrée sur les relations adolescentes de tout ce petit monde, jusqu'à ce que le récit décide enfin de démarrer un peu à mi-parcours. Sauf qu'il y a constamment un réel manque d'urgence et de tension dans cette nouvelle fournée d'épisodes, avec des personnages (protagonistes comme antagonistes) qui prennent systématiquement des décisions stupides, histoire de créer des rebondissements dramatiques vraiment forcés.

On aurait pu croire que les Locke, en possession d'artefacts magiques aux pouvoirs incommensurables et après avoir survécu à une saison 1 difficile, se seraient montrés plus prudents, ou plus intelligents dans l'utilisation de leurs nouveaux pouvoirs (force surhumaine, maison de poupée magique, etc, ils ne les utilisent quasiment jamais de manière pertinente pour lutter contre Gabe et compagnie)... mais non.

Outre cet aspect tout de même très agaçant de la saison (notamment sur le front de Bode et de sa nouvelle copine - qui accessoirement récite un peu trop son texte), le reste frustre, entre les rebondissements forcés, l'illustration musicale pop envahissante, la réalisation à base de plans serrés semi-flous, la relation Minus et Cortex de Gabe et Eden, les flashbacks répétitifs sur la Guerre d'Indépendance (avec un Kevin Durand à l'accent... discutable), la sous-intrigue inutile du professeur d'histoire séduisant (en même temps, le personnage de la mère ne sert à rien, cette année) ou encore une résolution gentiment bâclée (au parfum étrange de series finale).

Bref, cette saison 2 ne m'a pas vraiment plus convaincu (c'est même l'inverse).

Reste Aaron Ashmore, MVP de la saison du simple fait de son charisme, et la relation tragique Tyler/Jackie, pas désagréable. M'enfin bon.

Locke & Key, saison 3 (2022) :

Débarrassés de Dodge, les enfants Locke doivent désormais faire face à Frederick Gideon (Kevin Durand), le premier humain à avoir ouvert la Porte noire, qui est désormais bien décidé à ouvrir le portail aux entités démoniaques qui vivent de l'autre côté...

Et donc, une saison 3 qui sent clairement la fin de série, ne serait-ce que par son format : 8 épisodes (la nouvelle norme Netflix) dont une grosse moitié ne dépasse pas la trentaine de minutes, histoire de bien trahir le fait que cette nouvelle saison est, en quelque sorte, un moyen pour Netflix de laisser aux showrunners l'occasion de boucler leur histoire sans trop dépenser d'argent.

Un peu plus de 5 heures de récit, donc, pour boucler l'histoire des enfants Locke, des clés, et de tout ce qui les entoure... c'est peu, mais c'est faisable. En théorie.

Parce que dans les faits, cette saison 3 n'est guère plus probante que la 2 : les enfants sont plus imprudents et idiots que jamais (Bode bat des records, cette année, notamment en conservant une description détaillée de toutes les clés et de leurs pouvoirs dans un carnet laissé en évidence), victimes d'une caractérisation plus préoccupée par une fin de série approchant à grands pas que par de la logique ou de la continuité évolutive ; Durand et ses sbires (y compris les deux sœurs sorcières du premier épisode, reparties aussi vite qu'elles sont arrivées) font de bien piètres antagonistes, très manichéens et caricaturaux ; la mère des enfants est probablement aussi imprudente et immature que ces derniers ; le show multiplie les rebondissements involontairement hilarants (le cadavre de Dodge sous le lit ^^) et les problèmes de logique interne ; et l'on sent que tout ce petit monde a décidé de recoller vaguement au final du comic-book en mettant en scène la possession de Bode par Dodge (Jackson Robert Scott s'amuse bien, d'ailleurs, à jouer les méchants), quitte à utiliser toutes les plus grosses ficelles possibles et imaginables pour y parvenir.

Sans oublier cette sous-intrigue assez malaisante (et totalement inutile) de Carly, la collègue de travail de Tyler sur un chantier à l'autre bout du pays : une jeune femme qui se jette au cou de Tyler (au grand dam de ce dernier, pas intéressé car encore en deuil à peine deux mois après la mort de sa petite-amie), qui traverse tout le pays pour s'inviter chez lui lorsqu'il a une journée de retard au travail, qui s'installe chez les Locke quelques temps, et qui continue de faire le forcing pour séduire l'adolescent.

Une relation présentée comme romantique par les scénaristes, mais honnêtement assez bizarre et forcée... ce qui n'est pas forcément très surprenant, puisqu'à mesure que la saison avance, les ressorts scénaristiques se font de plus en plus bâclés et fainéants, et l'on sent que les scénaristes ont choisi de faire plaisir à leurs interprètes (en donnant cette intrigue à Tyler, en faisant pousser la chansonnette à Kinsey à plusieurs reprises, en consacrant un épisode entier au mariage de Duncan et de son compagnon...) plutôt que de se concentrer sur l'important et l'essentiel.

La toute fin du programme retombe à peu près sur ses pattes, cela dit, mais cela n'arrive qu'après d'innombrables facilités d'écriture et approximations, qui font qu'au final, cette adaptation de Locke & Key laisse un goût amer. Depuis sa saison 1, la série n'a pas su remonter la pente descendante sur laquelle elle était engagée, qualitativement (une pente descendant aussi rapidement que le QI de ses protagonistes, et de plus en plus raide), et elle se termine donc de manière faiblarde et peu mémorable.

Dommage, mais encore une fois, pas surprenant : après tout, c'est un programme Netflix, et s'il y a bien une chose à laquelle la plateforme nous a habitués, c'est à privilégier la quantité de son contenu à la qualité, et à ne pas forcément recruter les meilleurs talents pour leurs projets.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Les bilans de Lurdo - Halloween Oktorrorfest 2022 - What We Do In The Shadows, saison 4 (2022)

Publié le 22 Octobre 2022 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Comédie, Fantastique, Télévision, Romance, USA, Halloween, Horreur, Oktorrorfest, Sitcom, Les bilans de Lurdo

L'Halloween Oktorrorfest touche aussi le petit écran, avec chaque week-end, durant tout le mois d'octobre, des critiques de séries fantastiques et horrifiques...

What We Do In The Shadows, saison 4 (2022) :

Nouvelle saison des mésaventures de ces chers vampires de Staten Island, et une qualité toujours à peu près égale, avec des hauts et des bas, des moments inutilement graveleux et des personnages qui se cherchent sans se trouver.

Si la saison 3 était celle de l'évolution, avec nos vampires qui accédaient à la direction du grand Conseil des Vampires, et une séparation finale inattendue (ainsi que la "mort" de Colin), la saison 4 est celle du retour au status quo.

D'un côté, Nandor, toujours en quête de sens et se sentant seul, décide de se marier. Pour cela, il fait appel à un génie de la lampe (en mode expert comptable ^^) aux innombrables vœux, et ramène à la vie ses 37 époux et épouses, pour en choisir un ou une définitif(ve). Une sous-intrigue saisonnière qui souligne le côté LGBTQ de la série, qui renforce les liens entre Nandor et Guillermo, et qui se conclue sur une note fataliste un peu décevante.

Nadja, elle, revient rapidement d'Europe et décide de se lancer dans le milieu de la nuit, en transformant le site du Conseil en night-club vampirique. De quoi laisser plus de place au personnage de la Guide (Kristen Schaal), qui devient son acolyte, et donner plus de choses à faire à Natasia Demetriou, qui se lâche totalement, devient une patronne sans pitié, et finit par faire faillite.

Guillermo, lui, fait son coming-out (attendu) en cours de saison, mais le sort de son petit-ami britannique finit par être survolé vers la fin de saison, et il faut attendre les derniers moments de cette année pour envisager un véritable changement du personnage.

Reste Colin, à la croissance accélérée, et qui devient un enfant star managé par Laszlo : une sous-intrigue de fond aux rebondissements un peu prévisibles (les coups de marteau dans les murs), pas toujours aussi probante qu'elle aurait pu l'être, mais qui finit par synthétiser toute la saison dans une conclusion finalement appropriée.

Ajoutez à cela une digression parodiant une émission de télévision de rénovation de maison, avec un retour inattendu à la fin, et une visite à un marché nocturne bourré de créatures excentriques, très Guillermo Del Toro dans l'esprit, et voilà, une saison parfois inégale mais plutôt sympathique, qui tombe par moments un peu trop dans des ressorts sitcom basiques (la visite de l'inspecteur de l'école privée, la partie de chasse, la soirée entre filles) tout en restant très agréable à suivre, principalement grâce à ses interprètes qui s'amusent toujours beaucoup.

Et donc, comme je le disais, cette fin de saison qui boucle tout de manière un peu facile, en jouant la carte de l'émotion, et du retour à la case départ. Pas forcément rédhibitoire en soi, notamment lorsque l'on parle de vampires pour qui le passage du temps et l'immuabilité n'ont pas le même sens que pour le commun des mortels.

Cela dit, la saison m'a tout de même paru un peu moins structurée et un peu plus décousue et brouillonne que la saison 3, ce qui est toujours frustrant sur la durée. En attendant la saison 5 !

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 30 - La Maison (2022)

Publié le 21 Octobre 2022 par Lurdo dans Animation, Anthologie, Cinéma, Critiques éclair, Netflix, UK, Review, Fantastique, Horreur, Oktorrorfest, Halloween

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

La Maison (The House - 2022) :

Anthologie britannique en animation image par image, The House a initialement été conçue comme une mini-série pour Netflix, avant d'être repensée au format anthologie, une anthologie en trois segments centrée sur les familles habitant une même demeure au fil des ans. Un projet vendu et présenté comme quelque chose de sinistre, à tendance fantastique mais qui, dans les faits, n'entre qu'à peine dans le cadre de l'Oktorrorfest 2022.

- I – And heard within, a lie is spun : Malheureuse et démunie, la famille de Raymond accepte un jour une offre miraculeuse, sortie de nulle part, lorsqu'un architecte excentrique leur propose de construire une Maison somptueuse, à la condition expresse qu'ils y emménagent au plus vite sans poser de question. Mais bien vite, Mabel (Mia Goth), la fille de Raymond, réalise que la maison est plus qu'étrange...

Un premier segment assez lugubre et inquiétant, avec une maison labyrinthique peuplée d'ouvriers zombifiés, un mystérieux architecte, des murs sinistres, et un sort funeste réservé aux parents de Mabel, consumés par le luxe et cette demeure sortie de nulle part.

Avec une distribution vocale très intéressante (outre Goth et Goode, il y a aussi Mark Heap et Miranda Richardson), une illustration musicale grinçante et une ambiance très réussie.

- II – Then lost is truth that can't be won : Un développeur immobilier désespéré (Jarvis Cocker) tente de rénover et de revendre la Maison, mais y découvre rapidement une infestation de coléoptères parasites. Il décide alors de les éradiquer, mais un étrange duo d'acheteurs potentiels parait particulièrement intéressé, au point de s'installer immédiatement sur place...

On prend la même maison, désormais à vendre en centre ville, dans un monde empli de rats anthropomorphiques, pour un récit moins sinistre et glauque, mais avec en prime un numéro musical façon Joe's Apartment. Pas désagréable, et toujours très abouti sur un plan technique.

- III – Listen again and seek the sun : Dans un monde post-apocalyptique ravagé par une inondation, Rosa (Susan Wokoma) tente de rendre à la Maison ses heures de gloire, en la rénovant et en louant ses pièces. Mais ses locataires actuels, Jen (Helena Bonham Carter) et Elias (Will Sharpe), ont une autre idée en tête, alors même que le niveau de l'eau monte...

Mouais. Pas vraiment de l'horreur, de l'angoisse ou du fantastique, si ce n'est le cadre post-apocalyptique, et un propos sur le symbolisme d'une maison en tant qu'évocation de souvenirs plus heureux. Toujours bien animé, mais pas ultra-passionnant, avec un humour hippie peu engageant.

- Bilan -

Dans l'ensemble, une anthologie techniquement très aboutie, avec une animation et une mise en scène efficaces... mais seule une grosse moitié du métrage ne correspond vraiment au genre horreur/fantastique, et les deux segments "animaliers" ne parviennent jamais vraiment à retrouver le même niveau que le premier segment, sombre et malsain. C'est bien écrit et doublé, mais l'intérêt varie vraiment trop de segment en segment pour que je lui mette plus de la moyenne.

Dommage.

3/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 29 - The Cursed (2021)

Publié le 21 Octobre 2022 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Horreur, Histoire, France, USA, Fantastique, Halloween, Oktorrorfest, Thriller, Review

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

The Cursed, aka Eight for Silver (2021) :

Dans la France rurale du 19e siècle, John McBride (Boyd Holbrook) arrive dans le domaine de la famille Laurent (Kelly Reilly, Alistair Petrie), en proie à des attaques inexplicables d'un animal sauvage : la terre des Laurent a été maudite par des Gitans, et la bête transmet sa malédiction de villageois en villageois, à chaque nouvelle morsure...

Une étrange coproduction historique américano-française, supposée se dérouler en France, mais avec 95 % d'acteurs anglais, et réalisée par Sean Ellis, qui s'était fait connaître pour son Cashback et pour The Broken, avec Lena Headey : autant dire que ce Cursed possède un style visuel particulièrement travaillé, enveloppant ses personnages et ses décors dans des nappes de brouillard gothiques, et soignant son esthétique pour un résultat plutôt convaincant.

C'est en effet là le plus surprenant, je pense : que le tout soit à ce point convaincant, alors que l'histoire n'est pas un summum d'originalité, avec sa malédiction gitane classique, etc.

Mais ça fonctionne effectivement plutôt bien, en partie grâce au soin apporté à l'image, mais aussi grâce à sa générosité en effets sanglants (et pas que, puisque le réalisateur trouve le moyen de mettre brièvement Kelly Reilly topless, de manière totalement gratuite), et à son approche assez intéressante et originale du mythe du loup-garou.

Il reste cependant des scories, comme le design de la bête, assez moche, l'intro Première Guerre Mondiale (intrigante mais inutile, et que l'on devine rajoutée à l'arrache à postériori - en effet, visuellement et narrativement, tout place le film à la fin du 18e siècle, peu après les évènements de la Bête du Gévaudan... mais ce prologue nous explique que tout se déroule 35 ans avant la WW1, ce qui n'a aucun sens), ou encore quelques longueurs et un manque de rythme et de punch qui se ressent : il n'est pas difficile de deviner une version de ce film amputée de dix minutes, plus dynamique, nerveuse et efficace.

Reste que c'est une relativement bonne surprise, et un film (historique) de garou de bonne facture, avec en prime un côté social, en filigrane, pas révolutionnaire mais pas non plus inintéressant.

4/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 27 - The Inhabitant (2022)

Publié le 20 Octobre 2022 par Lurdo dans Cinéma, Halloween, Horreur, Fantastique, Oktorrorfest, Thriller, Policier, USA, Critiques éclair, Review

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

The Inhabitant (2022) :

Descendante de Lizzie Borden, la tueuse à la hache devenue légende urbaine, Tara (Odessa A’zion), une lycéenne un peu atypique, commence à avoir, à l'approche d'Halloween, des cauchemars et des visions sinistres l'incitant à tuer à et à faire du mal à sa famille. Sa mère (Leslie Bibb) est persuadée que c'est là une manifestation des problèmes mentaux qui touchent sa famille depuis des générations, mais Tara, elle, commence à se demander si cette malédiction n'est pas surnaturelle... d'autant que des meurtres mystérieux se multiplient dans l'entourage de la jeune fille, et que la police commence à tourner autour de Tara.

Ça commençait pourtant mal, avec près de deux minutes de cartons-titres tentant de faire des meurtres de Lizzie Borden un vague histoire de malédiction surnaturelle se transmettant de génération en génération parmi ses descendants, blablabla. Maladroit, bancal, j'ai redouté le pire.

Et puis le film m'a surpris. Presque plus proche d'un thriller psychologique mâtiné de slasher en mode whodunit, avec chaque personnage présenté comme potentiellement meurtrier et déséquilibré, une étrange fascination fétichiste pour les tenues de Lizzie Borden, des relations troubles et des tensions entre les protagonistes, etc, et une héroïne (A'Zion est une actrice assez intrigante) aux réactions normales et compréhensibles.

Assez étonnant, à vrai dire, avec un script qui multiplie les fausses pistes (peut-être un peu trop, d'ailleurs, puisque l'identité du tueur n'est guère surprenante au final), une réalisation qui met en valeur son ambiance de banlieue américaine à Halloween, et une distribution atypique mais efficace.

Intéressant.

3.75/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 26 - Le mauvais esprit d'Halloween (2022)

Publié le 19 Octobre 2022 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Halloween, Horreur, Fantastique, Oktorrorfest, Netflix, Review, Critiques éclair, USA

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Le mauvais esprit d'Halloween (The Curse of Bridge Hollow - 2022) :

Fraîchement arrivé à Bridge Hollow, bourgade typique de la côte est des USA, Howard (Marlon Wayans), un instituteur sceptique, est confronté au surnaturel lorsque sa fille rebelle, Sydney (Priah Ferguson) ramène accidentellement à la vie Stingy Jack, une entité malfaisante qui décide alors de posséder toutes les décorations d'Halloween de la ville, pour étendre son emprise sur le monde des humains...

En 2020, Netflix finançait Hubie Halloween, une comédie familiale d'Halloween mettant en scène Adam Sandler et sa bande, et qui faisait partie dans ce contrat rentable signé par Sandler avec la plateforme, pour des films et des spectacles de stand-up.

En 2022, s'appuyant sur un contrat similaire signé avec Marlon Wayans (et après des représentations scéniques quelconques de Wayans et les très mauvais Naked et Les sextuplés), voici donc Le mauvais esprit d'Halloween, une comédie familiale d'Halloween mettant en scène Marlon Wayans, et la jeune Priah Ferguson (remarquée dans Stranger Things).

Malheureusement, si Hubie Halloween pouvait finir par gagner la sympathie du spectateur par la bonne humeur du tout, ici, on en est loin. En même temps, avec le scénariste de Fatal Festival et du très mauvais Carnage chez les Puppets, il ne fallait pas s'attendre à autre chose qu'à une comédie dérivative, poussive et mal rythmée, aux personnages ternes (en même temps, Wayans semble en pilotage automatique du début à la fin), à l'exposition maladroite et laborieuse, et sans la moindre énergie.

En fait, ça ressemble fortement à un script écrit pour Sandler mais rejeté par ce dernier, et donc recyclé, mais sans avoir les éléments et les qualités qui rendent les films de Sandler (du moins, certains) attachants et divertissants (à défaut d'être de grande qualité).

Un énorme bof, sauvé par des effets spéciaux sympatoches, même si au final, tout cela n'est qu'une grosse resucée de pleins d'autres récits pour enfants (Chair de poule 2 n'est pas loin).

2/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 25 - Immanence (2022)

Publié le 19 Octobre 2022 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Oktorrorfest, Religion, Science Fiction, Science-Fiction, USA Network, Thriller

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Immanence (2022) :

À la recherche d'une preuve de vie extraterrestre, un groupe de scientifiques (Summer Bellessa, Asenneth del Toro, Anthony Ruivivar, Kasia Pilewicz) découvre un signal étrange, en provenance d'une météorite venant de tomber dans le triangle des Bermudes. Aussitôt, l'équipe loue un bateau appartenant à Davis (Eugene Byrd), et dirigé par Jonah (Michael Beach), un homme étrange obsédé par la religion, qui voit dans cet événement un présage funeste et diabolique...

Prenez une dose d'Abyss, un peu d'Exorciste, une grosse louche de Prince des Ténèbres, plein d'autres influences çà et là, noyez le tout dans une piscine de prosélytisme chrétien, et voilà, Immanence, un film qui, formellement, est plutôt compétent (c'est bien interprété et filmé, la musique élégiaque est intéressante), mais qui est insupportable sur le plan de l'écriture, entre ses dialogues pseudo-scientifiques qui ne sont là que pour se donner l'apparence de la science, et ses personnages diablement antipathiques, des hommes de paille qui débitent de gros clichés de scientifiques obtus et anti-religieux, face à un Jonah qui a vu la lumière, et les éclaire de la réalité de l'univers.

Voilà. Ça sermonne beaucoup, et quand, dans la dernière ligne droite, le Diable arrive vraiment (en mode Titus Welliver du pauvre), pour expliquer à tous ces scientifiques arrogants et ambitieux qu'ils ont tout faux, que la seule vérité est celle de la Bible, etc, on finit par lever les yeux au ciel et attendre patiemment que ce calvaire se termine.

Malheureusement, pour en arriver à une fin vague et en queue de poisson, le film décide de jouer la carte du martyr, avec ces méchants scientifiques aux dents longues qui décident de sacrifier le pauvre Jonah pour échapper à la damnation éternelle et connaître le succès, et ce dernier qui est sauvé par la scientifique ex-croyante, qui retrouve la Foi in extremis et se sacrifie à sa place.

*soupir*

Dommage, parce que quelques moments sont plutôt intéressants (toute la partie dans le "bateau fantôme").

1.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 24 - Glorious (2022)

Publié le 18 Octobre 2022 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Fantastique, Horreur, Oktorrorfest, Halloween, Critiques éclair, Review, Science Fiction, Science-Fiction, USA, Shudder

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Glorious (2022) :

À la dérive depuis qu'il a perdu sa compagne, Wes (Ryan Kwanten) fait un arrêt sur une aire de repos reculée, où il se saoule et perd connaissance. À son réveil, il se rue dans les toilettes publiques, mais lorsqu'une voix mystérieuse (JK Simmons) émane de la cabine voisine, de l'autre côté d'un glory hole aux dessins tentaculaires, Wes se retrouve embarqué dans une situation aux enjeux cosmiques et sanglants...

Une comédie horrifique noire et poisseuse, avec des hectolitres de sang et de substances visqueuses, et qui utilise le cadre de toilettes publiques sur une aire de repos (déjà un environnement assez glauque en soi) pour partir dans un délire cosmique et lovecraftien, dans lequel un demi-dieu informe et destructeur demande un sacrifice à un humain pour éviter la destruction de l'univers.

Plutôt intrigant et amusant, à vrai dire, et assez bien mené, avec notamment un fake-out sur l'utilisation du glory hole qui a failli me faire lever les yeux au ciel, mais se rattrape in extremis. Imparfait, car l'on reste un peu sur sa faim, mais ambitieux et bien mené, et donc plutôt intéressant.

4/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 23 - Boris Karloff : The Man Behind the Monster (2021)

Publié le 18 Octobre 2022 par Lurdo dans Biographie, Cinéma, Critiques éclair, Halloween, Horreur, Fantastique, Oktorrorfest, Histoire, Review, Shudder

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Boris Karloff - The Man Behind the Monster (2021) :

Un documentaire d'un peu plus de 90 minutes, co-produit par Shout! Studios (habitués des bonus dvd et autres éditions spéciales), qui revient sur toute la carrière de Boris Karloff, et sur son influence sur le genre du cinéma fantastique et d'horreur.

Avec des interventions de Guillermo Del Toro, de Sara Karloff (la fille de Boris Karloff), de Joe Dante, de John Landis, de Dick Miller, de Roger Corman, de Ron Perlman, de Peter Bogdanovitch, etc.

Un métrage chronologique un peu scolaire et austère, mais intéressant pour les cinéphiles, et qui passe en revue la quasi-totalité des métrages dans lesquels Karloff a joué, de ses débuts muets dans des rôles ethniques, à son doublage du dessin animé The Grinch, en 1966, en passant par sa révélation lors de Frankenstein, Le Masque de Fu Manchu, la Momie, The Black Cat, Charlie Chan, son engagement dans le syndicalisme hollywoodien, ses passages à vide dans les années 30, sa réinvention sur les planches de Broadway avec Arsenic et Vieilles dentelles, et la renaissance de sa popularité dans les années 60, lorsque les films qui ont fait son succès ont commencé à être diffusés à la télévision.

Plutôt agréable, ce portrait, pour peu que l'on s'intéresse à l'industrie.

4.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 22 - Monster High (2022)

Publié le 17 Octobre 2022 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Télévision, Critiques éclair, Halloween, Horreur, Fantastique, Oktorrorfest, Nickelodeon, USA, Musique, Review

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Monster High (2022) :

Clawdeen (Miia Harris), une demi-louve-garou, est acceptée à Monster High, pensionnat pour l'éducation des jeunes monstres, où elle fait la connaissance de ses deux colocataires, Draculaura (Nayah Damasen) et Frankie (Ceci Balagot). Son intégration est cependant assez difficile dans cet environnement n'acceptant que les monstres au sang pur... d'autant qu'une menace plane sur l'école.

Honnêtement, je mentirais en disant que j'ai la moindre expérience de la franchise Monster High : je sais que ce sont des poupées à l'esthétique assez particulière, qu'il y a eu une série animée, des sorties DTV et des romans, entre autres. Il y a donc un gros univers déjà en place, dont je ne suis clairement pas la cible... et malgré cela, j'ai trouvé cette production Nickelodeon plutôt agréable à regarder.

Attention : ça reste un métrage dans la droite lignée de ce que Disney Channel et Nickelodeon produisent depuis le succès des High School Musical - un récit adolescent ponctué, tous les quarts d'heure environ, de numéros chantés et dansés, comme Disney peut le faire fréquemment avec ses Descendants et ses Zombies.

Ce qui, forcément, lasse un peu quand on n'a aucun intérêt dans ces morceaux autotunés et surchorégraphiés - mais bizarrement, si l'on arrive à passer outre, on se retrouve avec un téléfilm assez sympathique, aux personnages attachants (surtout Clawdeen et Frankie), à l'écriture ludique et rythmée, et à la production plutôt efficace.

Ça ne révolutionnera rien (on pense à bien d'autres récits prenant place dans une école magique), les thématiques (sur l'acceptation de soi, la différence, l'intégration, la discrimination, l'identité, etc) sont un peu évidentes et surlignées, et les rebondissements du script sont télégraphiés, mais dans l'ensemble, Monster High est assez honorable, se regarde facilement, et j'en suis le premier surpris.

3.75/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 21 - One Cut of the Dead (2017)

Publié le 17 Octobre 2022 par Lurdo dans Comédie, Cinéma, Horreur, Halloween, Fantastique, Oktorrorfest, Japon, Review, Critiques éclair

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

One Cut of the Dead (2017) :

Las de ne pas obtenir de réaction convaincante de ses acteurs, Higurashi (Takayuki Hamatsu), un réalisateur de films d'horreur miteux, décide d'avoir recours aux forces du mal pour provoquer une invasion de véritables zombies sur le plateau de tournage, et filmer ainsi la peau sur le visage de ses interprètes...

Une comédie japonaise plutôt amusante, même si sa structure très particulière peut déstabiliser : pendant plus de 35 minutes, on nous présente en effet True Fear, qui raconte l'attaque, par des zombies, d'un tournage de film d'horreur à micro-budget.

Un court-métrage fauché, plein de problèmes techniques, pas très bien rythmé, avec une réalisation à la caméra portée jamais justifiée, des moments de flottements, des acteurs criards, etc, qui frustrent plus qu'autre chose ; et puis, une fois cette demi-heure passée, la mayonnaise commence à prendre lorsque la dimension métadiscursive du métrage se révèlent, et que l'on découvre les coulisses du tournage de ce True Fear, en réalité un court-métrage télévisé en direct réalisé en une prise continue, suite aux impératifs de la chaîne de diffusion.

Toutes les faiblesses de la première partie sont alors expliquées et justifiées, et le spectateur fan de cinéma s'amusera à voir les astuces fauchées de l'équipe pour réaliser les effets à l'écran. De l'horreur ? Il n'y en a pas vraiment dans le film, qui n'est donc pas un film de genre, mais une comédie sur le monde du cinéma (avec une métaphore finale de la pyramide humaine plutôt pertinente). Pour peu que l'on en ait conscience, One Cut of the Dead s'avère donc un métrage agréable et attachant... sans forcément être le classique instantané qu'en ont fait les spectateurs de festival.

4.5/6

(par contre, non merci, le remake français du film par Hazanavicius)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Les bilans de Lurdo - Halloween Oktorrorfest 2022 - Resident Evil, saison 1 (2022)

Publié le 16 Octobre 2022 par Lurdo dans Action, Horreur, Fantastique, Halloween, Oktorrorfest, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Netflix, Review, USA, Afrique du Sud, Thriller

L'Halloween Oktorrorfest touche aussi le petit écran, avec chaque week-end, durant tout le mois d'octobre, des critiques de séries fantastiques et horrifiques...

Resident Evil, saison 1 (2022) :

En 2036, Jade Wesker (Ella Balinska), une scientifique de terrain traquée par Umbrella, tente de trouver un remède à l'épidémie de Virus T, qui a transformé une grande partie de l'humanité en zombies assoiffés de sang ; en 2022, Jade (Tamara Smart) et sa sœur jumelle Billie (Siena Agudong) découvrent, à leur arrivée en Afrique du Sud, que les activités de leur père Albert (Lance Reddick) pour la société Umbrella sont bien plus sinistres qu'il n'y paraît...

Après le ratage Bienvenue à Racoon City, qui revisitait les deux premiers jeux pour en faire une adaptation insipide et mal foutue, on aurait pu espérer que la série Resident Evil serait un peu meilleure. Pas de chance, une combinaison de Netflix (et ses séries bancales), de Constantin Films (toujours gage de qualité ^^), et de scénaristes aux idées hors-sujet (dont un ancien de Supernatural) condamne d'office le programme à ne pas laisser la moindre impression positive, hormis sa distribution plus que compétente menée par Lance Reddick.

Le principal souci, en fait, c'est que la série aurait dû s'appeler Resident Evil : The Next Generation, puisque le programme se concentre exclusivement sur Billie et Jade, les deux filles d'Albert Wesker, que l'on suit tout au long de deux chronologies différentes.

Tout d'abord, dans un futur lointain post-apocalyptique (2036) pas forcément éloigné des films de Milla Jovovich, où la Terre est ravagée par le virus T, et Jade, une scientifique action hero badass, tente de trouver une solution sur le terrain, tout en échappant aux méchants mercenaires à la solde d'Umbrella. Et l'autre chronologie, en 2022, en Afrique du Sud, qui suit Billie et Jade, adolescentes, alors qu'elles arrivent dans leur nouveau lycée.

Oui, Resident Evil de Netflix est en très grande partie un teen drama de lycéennes, avec deux jeunes personnages tout simplement horripilants et à baffer. Les scénaristes font ainsi de Billie et Jade (mais surtout de Jade) des clichés ambulants d'ados rebelles abrasives et égocentriques, qui sont responsables de la catastrophe du virus T, et qui passent leur temps à faire des conneries sans jamais respecter leur père.

Cela dit, la Jade adulte n'est guère plus intéressante ou mature, et lorsque (spoiler) sa sœur ressurgit à la tête d'Umbrella, on a droit à un moment où Billie lui dit ses quatre vérités, soulignant l'égocentrisme et les défauts de Jade - un moment clairement conçu comme une accusation injuste, mais qui ne parvient qu'à rallier le spectateur à la cause d'Umbrella, tant effectivement, le personnage de Jade est obstiné et antipathique.

Donc, d'un côté, des personnages énervants, dans une intrigue lycéenne qui tire affreusement en longueur, avec une illustration musicale déplacée (tant au niveau des chansons pop insérées n'importe où que du score évoquant étrangement le thème de Godzilla), et une grande méchante (Paola Núñez) qui dirige Umbrella et cabotine constamment (tout en ayant elle aussi des problèmes avec sa femme et leur ado rebelle...) ; de l'autre, un futur post-apocalyptique sans grand budget (tout est souvent filmé soit de nuit, soit entre quatre couloirs, et les troupes d'Umbrella ont des armures en plastique), avec des enjeux limités, des hordes de zombies très caoutchouteux qui courent les bras ballants, quelques dépenses d'effets spéciaux trop ponctuelles, et des clins d'oeil fanservice qui ne servent à rien.

Le tout, filmé de manière bancale par une caméra qui penche, et avec un souci du détail très approximatif (les fautes d'orthographe sur les écrans des scientifiques d'Umbrella)...

C'est peu. Et malgré les huit heures à peine du programme, on est fréquemment tenté de faire avance rapide pour passer de multiples scènes redondantes qui ne font rien progresser.

Reste la distribution, encore une fois, qui malgré la sempiternelle tendance Netflix à remplir des quotas de diversité de manière pataude (c'est bon, ici, toutes les cases sont cochées, sauf peut-être la case transgenre), joue le jeu et s'implique à fond. Reddick, notamment, est impeccable, comme toujours, et fait même dans la comédie lorsque vient le moment d'incarner les divers clones de Wesker.

Mais soyons francs : Resident Evil, la série, ressemble parfois plus à une série de zombies générique à laquelle on aurait apposé la marque Resident Evil en cours de route, qu'à une réelle adaptation de la franchise. La série est relativement cheap, pas très bien écrite, et fréquemment agaçante... mais bon, comme elle a déjà été annulée, peu importe !

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Les bilans de Lurdo - Halloween Oktorrorfest 2022 - De l'autre côté, saison 1 (2021)

Publié le 15 Octobre 2022 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Comédie, Fantastique, Télévision, Science-Fiction, Science Fiction, Disney, Anthologie, Horreur, Halloween, Oktorrorfest, Jeunesse, USA, Les bilans de Lurdo

L'Halloween Oktorrorfest touche aussi le petit écran, avec chaque week-end, durant tout le mois d'octobre, des critiques de séries fantastiques et horrifiques...

De l'autre côté, saison 1 (Just Beyond, season 1 - 2021) :

Anthologie Disney + en 8 épisodes d'une petite demi-heure, adaptés par Seth Grahame-Smith (scénariste d'Abraham Lincoln, chasseur de vampires et d'Orgueil et Préjugés et Zombies) à partir de comic-books écrit par R.L. Stine, et diffusés il y a un an tout juste, en Octobre dernier.

- 1x01 - Leave Them Kids Alone : Veronica (Mckenna Grace), une adolescente rebelle, est envoyée par ses parents dans une école privée pour jeunes filles difficiles, où Miss Genevieve (Nasim Petrad), la directrice, se targue de reformater toutes ses élèves en ados modèles...

Un grand classique du genre, façon Stepford Wives, avec le gimmick du casque de coiffure et du brushing 60s comme instrument de lobotomie et de conformité. Pas désagréable sans plus, et une fin abrupte, un peu bâclée.

- 1x02 - Parents Are From Mars, Kids Are From Venus : Jack (Gabriel Bateman) et son ami Ronald (Arjun Athalye) découvrent que leurs parents (Riki Lindhome, Tim Heidecker, Rajani Nair, Parvesh Cheena) sont des extraterrestres tentaculaires...

Mouais, une vibe très Adult Swim pour cet épisode assez quelconque, qui recycle des éléments et des rebondissements prévisible de ce genre d'anthologie. Le caméo de Henry Thomas est, quant à lui, assez anecdotique.

- 1x03 - Which Witch : Dans un monde où les sorcières sont parfaitement intégrées à la société, Fiona (Rachel Marsh), une jeune lycéenne, tente de gérer sa cousine Luna (Jy Prishkulnik), fraîchement arrivée d'Angleterre...

Certes, c'est un peu une redite de Sabrina l'apprentie sorcière, mais cet épisode assez atypique (c'est de la teen com lycéenne classique) s'avère très sympathique et rafraîchissante, ressemblant presque, par certains aspects, au pilote d'une sitcom fantastique ou d'une D-Com pour ados. Avec en prime une actrice principale assez attachante.

- 1x04 - My Monster : Installée dans la maison d'enfance de sa mère suite au divorce de cette dernière, Olivia (Megan Stott) est hantée par une créature sinistre portant un masque...

Pas fan de l'écriture à quatre mains, un peu trop sarcastique pour être naturelle, et de la créature, très dérivative de Slenderman et compagnie... après, du point de vue suspense et jump scare, ça fonctionne pour ce que c'est, mais la résolution tombe un peu à plat, téléphonée par le titre de l'épisode et par un côté métaphorique évident.

- 1x05 - Unfiltered : Studieuse mais complexée, Lilis (Izabela Vidovic) voit sa vie changer du tout au tout quand elle reçoit de son enseignante d'arts plastiques, Ms. Fausse (Christine Ko), une appli magique qui transforme son physique à volonté. Désormais populaire, elle réalise cependant que la beauté a un prix...

Une variation sur un thème très conte de fées/leçon de morale, avec la méchante sorcière et sa victime qui succombe à la beauté facile et sans intellect. Pas désagréable, en soi, malgré un côté très convenu, et des effets visuels (tant le maquillage que les effets numériques) inégaux.

- 1x06 - We've Got Spirits, Yes We Do : Anxieuse et repliée sur elle-même, Ella (Lexi Underwood) se retrouve enfermée, à l'occasion d'une sortie scolaire, dans un vieux théâtre hanté par une troupe des plus excentriques (Kate Baldwin, Ben Gleib, Jackson Geach, Emily Marie Palmer)...

Plutôt amusant, cet épisode, et assez maîtrisé sur le plan de l'écriture et des effets visuels. Pas de surprise au programme, mais c'était relativement bien mené.

- 1x07 - Standing Up for Yourself : À Larkinville, tout le monde vit dans la terreur de Trevor (Cyrus Arnold), le fils Larkin, un colosse brutal qui harcèle adultes comme adolescents et enfants. Jusqu'à ce qu'il s'en prenne à Evan (Henry Shepherd), dont la grand-mère va maudire Trevor...

Un épisode rigolard et caricaturale, avec narration goguenarde en voix off façon Docteur Seuss (les rimes en moins), et une interprétation volontairement outrée. Amusant.

- 1x08 - The Treehouse : Marqué par le deuil de son père (Malcolm Barrett), Sam (Cedric Joe) se retrouve transporté dans une dimension parallèle où il est l'enfant d'une autre famille, plus aisée, mais où sa famille d'origine existe aussi, et accepte de l'aider à reconstruire sa cabane dans les arbres, point de passage entre les dimensions...

Un épisode plutôt touchant, malgré l'interprétation un peu inégale de Cedric Joe, et la sensation d'un scénario en avance rapide, où tout le monde accepte la situation sans trop poser de questions.

- Bilan saisonnier -

Une anthologie assez inégale, qui ne fait rien que Fais-moi Peur !, Chair de Poule ou les autres anthologies et séries de téléfilms adaptés de R.L. Stine (The Haunting Hour, Monsterville, Fear Street, Mostly Ghostly) n'aient déjà accompli par le passé, avec cependant l'avantage d'un budget et d'un savoir-faire Disney assez confortables.

Ce n'est pas mauvais, en soi, mais c'est du déjà vu, particulièrement centré sur les relations parents-enfants, et les difficultés générationnelles, ainsi que sur la bonne vieille métaphore du monstre ou du phénomène surnaturel comme représentation des peurs de l'adolescence et du changement.

Je doute que le moindre de ces épisodes marquera les jeunes générations comme certains récits de Fais-moi peur ou de Chair de poule l'ont fait en leur temps, mais ça les occupera pendant deux ou trois heures, et honnêtement, ce n'est pas un programme honteux.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 20 - Slice and Dice : The Slasher Film Forever (2012)

Publié le 14 Octobre 2022 par Lurdo dans Documentaire, Cinéma, Fantastique, Horreur, Halloween, Oktorrorfest, UK, Review, Critiques éclair

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Slice and Dice - The Slasher Film Forever (2012) :

Un documentaire anglais plutôt sympathique qui s'attarde sur le genre des slashers, et qui s'interroge sur ses codes, sa popularité, ses origines (de Psychose au giallo en passant par Agatha Christie), ses figures incontournables, sa montée en puissance et ses évolutions au fil du temps, la vague des remakes, etc, le tout au travers d'interviews avec de multiples réalisateurs et acteurs ayant contribué, un jour ou l'autre, au genre : Mick Garris, Adam Green, Tobe Hooper, Tom Holland, Patrick Lussier, Jeffrey Reddick, Alex Chandon, James Moran et bien d'autres encore.

Le tout restant ludique, amusant et second degré, avec notamment, de par les origines anglaises du métrage et de plusieurs intervenants, un éclairage un peu différent sur ce type de films et sur ses influences. Bon, après, on pourra regretter que certains intervenants soient nettement plus cyniques et désabusés que d'autres, ou encore que l'illustration des propos de chacun ne se fasse qu'au travers d'extraits des films du catalogue de 88 films (producteur du documentaire), ce qui limite un peu le tout aux vieux Vendredi 13 et à une poignée d'autres slashers, pas toujours les plus probants.

Mais le film est tout de même agréable à suivre, et bien moins aride que bon nombre d'autres documentaires du même type (sa durée relativement courte, 78 minutes, y est pour beaucoup).

4.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 19 - Nope (2022)

Publié le 14 Octobre 2022 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Thriller, Fantastique, Horreur, Science Fiction, Science-Fiction, Oktorrorfest, Halloween, USA, Critiques éclair, Review

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Nope (2022) :

Après la mort de leur père Otis (Keith David), OJ (Daniel Kaluuya) et sa sœur Emerald (Keke Palmer) se retrouvent à la tête du ranch californien familial, spécialisé dans la fourniture de chevaux à Hollywood. Mais des phénomènes étranges se produisent de plus en plus souvent dans le ciel au dessus du ranch, et rapidement, la vie des deux fermiers et de leurs bêtes sont en danger...

Plus le temps passe, et plus Jordan Peele semble vouloir s'établir comme un Shyamalan plus engagé politiquement et socialement, pour le meilleur et pour le pire.

Avec, malheureusement, ce que ça a de qualités et de défauts : un peu comme Shyamalan à ses débuts, Peele est un chouchou de la critique, présenté comme un génie visionnaire aux films particulièrement profonds et intelligents, et analysés sous toutes les coutures par les journalistes et fans du web. Comme Shyamalan, il a été biberonné au cinéma de Spielberg et aux épisodes de la Quatrième Dimension. Et comme Shyamalan, il a tendance à prendre ses films et ses messages sociaux et raciaux un peu trop au sérieux, et à prendre pour argent comptant les critiques dithyrambiques qui accompagnent la sortie de ses métrages.

Malheureusement, comme le cinéma de Manoj, celui de Peele a aussi des défauts flagrants, et ici, si l'on évite le récit "à twist final" (contrairement à ses deux films précédents et à sa version ratée de la Quatrième Dimension), on n'évite pas un certain côté nébuleux dans le fond et dans le "message" (ici, tout un propos sur l'exploitation par les médias de la nature et de la vie sauvage, sur la machine hollywoodienne qui broie ceux qui la font vivre, sur la médiatisation et la spectacularisation à outrance, etc), côté nébuleux applaudi de toutes parts comme "mystérieux", "profond" et "signe d'un auteur à l'écriture", mais qui en réalité rallonge le récit et le dilue inutilement.

Et puis on n'évite pas des choix narratifs et créatifs assez discutables, comme ce personnage de caméraman grincheux (Michael Wincott), qui ne fait que rallonger la sauce, ce motard travaillant pour TMZ (tellement caricatural), ou toutes les vues "de l'intérieur" de l'ovni, gentiment fauchées. En fait, c'est bien simple, cet hybride étrange de Rencontre du Troisième Type et de Jaws (avec une touche de Signes) laisse comme une impression de distance et d'inachevé, voire d'inabouti, comme un script qui n'aurait pas été suffisamment travaillé et développé avant son tournage (à l'image de ce découpage inutile en chapitres).

Ajoutez à cela un duo principal pas forcément très attachant (Keke Palmer en magouilleuse à grande gueule, Kaluuya en protagoniste taciturne et quasi-impassible) et voilà, un film qui peine à convaincre, jamais particulièrement drôle, tendu ou effrayant, et qui aurait mérité un bon coup de ciseaux au moment de l'écriture ou du montage.

C'est formellement compétent, je ne le nie pas, assez réussi visuellement, et la touche western est intrigante, mais pris dans son ensemble, c'est très inégal.

3/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 18 - Day Shift (2022)

Publié le 13 Octobre 2022 par Lurdo dans Action, Cinéma, Comédie, Fantastique, Horreur, Halloween, Oktorrorfest, USA, Review, Critiques éclair, Netflix

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Day Shift (2022) :

Chasseur de vampires à Los Angeles, Bud (Jamie Foxx) a un besoin urgent d'argent pour payer les frais de scolarité de sa fille. Un peu malgré lui, il accepte de rejoindre le syndicat local des chasseurs de vampires, et se retrouve associé à Seth (Dave Franco), un employé de bureau du syndicat censé le surveiller de près. Mais rapidement, les choses dégénèrent alors que Bud et Seth découvrent les plans sinistres d'une vampiresse ambitieuse (Karla Souza) qui peuple en secret la région de ses sbires suceurs de sang...

Nouvelle production Netflix confiée ici à un ancien cascadeur notamment responsable des John Wick, ce Day Shift passe ses 30 premières minutes (voire même 40, en fait) à tenter d'établir maladroitement les tenants et aboutissants de son univers pas très original, pas très probant, et pas très intéressant.

Je l'avoue, malgré la première scène d'action opposant Bud à une vieille vampiresse, j'ai eu très peur de décrocher durant ce premier tiers de film, pas du tout intéressé par le world-building, par la méchante latina insipide, par les personnages clichés, par le rythme mollasson, etc.

Et puis le buddy movie débute vraiment, et le film retrouve un peu d'intérêt, surtout qu'arrive vite une pièce maîtresse du film, une scène d'action dans une demeure de LA, et qui oppose le duo Foxx/Franco, associé à deux frères chasseurs de prime (Steve Howey et Scott Adkins), à une armée de vampires sortant des murs. Et là, le savoir faire du réalisateur et de ses collègues cascadeurs entre enfin en jeu, avec de l'action ample, lisible, dynamique et spectaculaire.

Idem pour la poursuite automobile qui suit, et qui a le bon goût d'éviter de recourir de manière trop flagrante aux rustines numériques.

L'action reste donc (naturellement) le point fort du film, jusqu'à sa conclusion (dans un temple souterrain un peu cheap) : certes, on remarque fréquemment les doublures des acteurs principaux, et certes, on pourra toujours débattre de l'efficacité à l'écran de ces vampires contorsionnistes qui font des prises de catch et de MMA (un problème récurrent depuis Blade qui faisait une vertical suplex à un vampire, ce qui ne m'a jamais convaincu), mais au moins, les scènes d'action sont réussies, ce qui est déjà un bon point.

Après... sur deux heures de film, il y a facilement 20-25 minutes de trop, qui auraient pu être découpées dans la première moitié du film, pour le redynamiser ; la bande originale de Tyler Bates est insipide ; et le scénario est finalement très générique, parfois dérivatif (la nouvelle voisine infirmière du héros, qui est en fait là pour l'espionner), parfois basique au possible (la vie de famille du protagoniste), et jamais aussi drôle et percutant qu'il ne pense l'être.

Mais ça se regarde.

2.75 + 0.5 pour les scènes d'actions = 3.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 17 - Gatlopp : Hell of a Game (2022)

Publié le 13 Octobre 2022 par Lurdo dans Comédie, Critiques éclair, Horreur, Halloween, Oktorrorfest, Thriller, USA, Review, Fantastique, Cinéma

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Gatlopp - Hell of a Game (2022) :

Quatre amis de longue date - Paul (Jim Mahoney), récemment divorcé, Cliff (Jon Bass), gérant de bar, Samantha (Emmy Raver-Lampman), productrice tv, et Troy (Sarunas J. Jackson), acteur - se retrouvent enfin pour passer une soirée ensemble autour d'un jeu de société à boire récupéré par Cliff dans les tiroirs d'un vieux meuble d'occasion. Rapidement, cependant, il s'avère que ce jeu, Gatlopp, est doué de forces surnaturelles, et que les quatre amis ont jusqu'à l'aube pour s'avouer leurs quatre vérités sans désobéir au jeu... sou peine de mort.

Un petit budget en mode huis-clos lorgnant fortement sur un Jumanji plus horrifique, et qui s'avère une bonne surprise, une comédie horrifique très professionnelle, plutôt drôle, rythmée, décalée et visuellement inventive, avec des interprètes efficaces et impliqués, et une bande originale sympathique (le générique de début, notamment, est assez réussi).

Après, ce n'est pas parfait, et le film connaît un petit coup de mou à l'approche de l'heure de métrage, quand le tout tombe un peu dans les leçons de vie, mais rien de bien méchant : malgré son nom improbable, Gatlopp reste ludique et dynamique (la séquence de jazzercise), tout en ayant conscience de ses limites budgétaires, et en les exploitant habilement.

4/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 16 - Let the Wrong One In (2021)

Publié le 12 Octobre 2022 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Irlande, Horreur, Halloween, Oktorrorfest, Fantastique, Review

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Let The Wrong One In (2021) :

Matt (Karl Rice) vit avec sa mère à Dublin ; lorsque Deco (Eoin Duffy), son frère drogué et bon à rien, réapparaît un beau jour atteint de tous les signes du vampirisme, après avoir été mordu lors d'un enterrement de vie de jeune fille, Matt identifie immédiatement le problème. D'autant plus que Henry (Anthony Head) arrive bientôt sur les lieux, prêt à éliminer Deco, pour éviter que le mal vampirique ne se propage...

Une comédie vampirique irlandaise faite avec les moyens du bord, et visuellement assez fauchée (surtout au niveau des effets spéciaux), mais pas désagréable, pour peu que l'on accroche à l'humour local, aux accents incompréhensibles, et à la bonne humeur générale.

Je ne dirais pas que c'est un vrai bon film, mais on s'amuse globalement, notamment avec le caméo d'Anthony Stewart Head (le Giles de Buffy) en chasseur de vampires, et avec le côté gore totalement assumé et spectaculaire.

Inégal, mais plutôt agréable.

3.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 15 - The Deep House (2021)

Publié le 12 Octobre 2022 par Lurdo dans Found Footage, Cinéma, Critiques éclair, Halloween, Horreur, Fantastique, Oktorrorfest, France, Thriller, Review

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

The Deep House (2021) :

Couple de YouTubeurs spécialisés dans l'exploration urbaine, Ben (James Jagger) et Tina (Camille Rowe) arrivent dans le sud-ouest de la France pour y plonger dans un lac où un village a été englouti. Mais ce lac a été transformé en base nautique pour touristes, et sur les conseils du mystérieux Pierre (Eric Savin), le couple se rabat sur une partie plus reculée du lac, où se trouverait encore une maison submergée...

Film d'horreur signé Maury et Bustillo, anciens de feu Mad Movies (je dis feu car le magazine survit, mais n'est plus que le cadavre réanimé du magazine d'antan) depuis passés à la réalisation et à l'écriture avec un succès mitigé, cette Deep House se veut au croisement de la maison hantée, de l'exploration sous-marine et du found footage : une recette intrigante, à la facture technique tout à fait honorable et remarquable... mais qui ennuie rapidement.

Le problème, en fait, est semblable à celui de bon nombre de found footages : une mise en place interminable, et une explosion finale qui n'est pas à la hauteur de la montée en pression progressive du reste du film. Autrement dit, il ne se passe réellement des choses qu'à la fin du film, et ce n'est pas à la hauteur de l'attente.

En même temps, il ne faut pas me teaser du Lovecraft (le dicton familial des Montégnac) et me donner autre chose que de l'indicible ou des créatures étranges : là, budget limité oblige, The Deep House nous offre des rituels sacrificiels basiques, des cadavres pâles et humains qui reviennent à la vie, et c'est à peu près tout. Forcément, déception.

Ajoutez à cela un côté technique frustrant (la caméra qui tremble de partout sans rien montrer pour cacher la misère, habituelle à tous les found footages), des clichés surexploités (à la place du chat qui saute pour faire peur, on a un poisson qui surgit à plusieurs reprises), et une interprétation qui m'a moyennement convaincu (forcément, comme tout le film se déroule sous l'eau, le plus gros de l'interprétation est en voix off, et ça fluctue fréquemment au niveau de la justesse), et on se retrouve avec un métrage ambitieux, une jolie prouesse technique, mais aussi un film qui ne passionne jamais, à l'écriture un peu balourde et générique, et qui succombe à la majorité des problèmes habituels des found footages.

Dommage.

2.5/6 

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2022 - 14 - Jeepers Creepers : Reborn (2022)

Publié le 11 Octobre 2022 par Lurdo dans Horreur, Halloween, Oktorrorfest, Fantastique, USA, Finlande, Cinéma, Critiques éclair, Review

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Jeepers Creepers - Reborn (2022) :

Partis assister au festival Horror Hound en Louisiane, Chase (Imran Adams) et sa petite-amie Laine (Sydney Craven) en profitent pour s'intéresser au mythe du Creeper, qui a toujours fasciné le jeune homme. Mais rapidement, Laine, qui vient de découvrir qu'elle était enceinte, commence à avoir des visions étranges associées au Creeper et à la ville où se tient le festival...

Un reboot fauché de la franchise Jeepers Creepers, maintenant débarrassée du problématique Victor Salva (remplacé désormais par le réalisateur finlandais des deux Iron Sky)... et par la même occasion, de toute son ambiguïté, de son malaise et de son côté glauque.

À la place, un métrage à l'écriture très laborieuse, aux personnages insipides, au Creeper qui ne ressemble plus à rien (il faut le voir sortir de son hibernation, quasiment nu, gringalet et avec des ailes miteuses dans le dos), à la mythologie dérivative (avec les habitants de la bourgade perdue qui sacrifient des gens au Creeper) et un récit qui change complètement d'optique, préférant enfermer ses protagonistes et le reste de la distribution (de la chair à canon) dans une maison délabrée et hantée où le Creeper nous la joue boogeyman de slasher basique.

Pas de tension, des effets visuels (au mieux) médiocres (les incrustations sur fond vert sont très laides), un côté méta tellement facile et gratuit qu'il est creux au possible (les personnages se moquent du mythe du Creeper et mentionnent une trilogie de films à son sujet), une l'interprétation inégale, bref, un relaunch de franchise apparemment produit à la va-vite (avec en prime des conflits entourant les droits), et qui parvient à être plus mauvais que le dernier volet de la trilogie en question, déjà pas bien fameux.

1/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>