Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #hallmark catégorie

Un film, un jour (ou presque) #649 : SEMAINE ST-VALENTIN - Michael Bolton's Big Sexy Valentine's Day Special (2017), L'Étincelle de l'Amour (2014) & Mon Amoureux Secret (2018)

Publié le 14 Février 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Netflix, Comédie, Musique, Saint Valentin, Romance, Hallmark

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus. Et cette semaine, on se concentre sur la romance, à l'occasion de la Saint Valentin...

Michael Bolton's Big, Sexy Valentine's Day Special :

Lorsque, le jour de la Saint Valentin, le chanteur Michael Bolton est contacté par le Père Noel, il apprend qu'il doit aider ce dernier à concevoir 75000 nouveaux bébés avant Noël, afin d'écouler les stocks de jouets du Pôle Nord. Pour cela, un seul moyen : organiser un Téléthon spécial Saint Valentin, où les stars se succèdent, et inciter les téléspectateurs à copuler devant leur écran...

Un moyen-métrage spécial d'une heure, diffusé pour la St. Valentin 2017 sur Netflix, et conçu par toute la bande de The Lonely Island et ses compères, que l'on retrouve tout au long du show, que ce soit dans leurs propres rôles, ou dans celui de personnages improbables : en vrac, on a Adam Scott, Sarah Shahi, Brooke Shields, Janeane Garofalo, Bob Saget, Sarah Silverman, Randall Park, Andy Samberg, Fred Armisen, Maya Rudolph, Chris Parnell, Eric André, Will Forte ou encore Michael Sheen dans le rôle d'un chorégraphe très énervé. :p

Ce spécial est donc une succession de mini-sketches, numéros et chansons décalés, à l'intérêt et à l'humour forcément très variables, mais qui dans l'ensemble fonctionnent assez bien, notamment parce que Bolton, malgré sa raideur et son manque de naturel, est prêt à tout pour faire rire. D'ailleurs, cette raideur participe un peu au décalage absurde de toute cette heure, et ne fait que le renforcer, donc c'est bien la preuve que Bolton était fait pour ça.

Et puis rien que toute la séquence finale, à base d'assassinat, de Nessun Dorma, de Boltron 90s, et de Super Noël, ça vaut le détour.

This is the tale of Captain Jack Sparrow/6

L'Étincelle de l'Amour (When Sparks Fly) :

Journaliste, Amy Peterson (Meghan Markle) a abandonné sa vie provinciale et son fiancé Hank (Christopher Jacot) pour se lancer dans sa carrière rêvée, à Chicago. Sept ans plus tard, cependant, son rédacteur en chef lui demande de retourner dans sa ville natale à l'occasion du 4 Juillet, afin d'écrire un article sur l'entreprise de feux d'artifice de ses parents. Là, elle retrouve sa meilleure amie Sammie (Kristina Pesic), qui lui annonce qu'elle est sur le point d'épouser Hank, et qu'elle place Amy en charge de l'organisation de la réception : de quoi raviver les sentiments d'Amy pour ce dernier, et amener la jeune femme à faire le point sur toute son existence.

Une rom-com Hallmark diffusée à l'occasion de la Fête Nationale américaine 2014, et qui a l'insigne honneur d'avoir pour héroïne Meghan Markle (désormais plus connue pour le Prince qu'elle va épouser que pour sa carrière), une métisse afro-américaine (chose généralement impensable dans les productions de la chaîne, lavant habituellement plus blanc que blanc). Sauf que... son personnage est ici caucasien, fille de deux parents globalement caucasiens : l'honneur Hallmark est sauf ! :S

(pas de panique, la moitié des personnages secondaires & figurants est d'origine ethnique, comme souvent, afin d'assurer le quota...)

D'un autre côté, pour être parfaitement honnête, l'ethnicité de l'héroïne est vraiment le moindre des problèmes de ce métrage.

Au rayon des problèmes, commençons par l'écriture, fruit du travail d'une scénariste qui n'a écrit que cinq ou six scripts en 25 ans, et plus rien depuis ce téléfilm.

Une écriture assez bancale et caricaturale, qui fait de l'héroïne (pourtant citadine depuis 7 ans et fiancée à quelqu'un d'assez riche) une fille "rurale", aux manières toujours rustres, commandant des hamburgers dans des restaurants trois étoiles ; qui transforme sa meilleure amie en psychopathe hystérique über-patriote et jalouse durant la préparation de son mariage ; qui insère des rebondissements et des événements totalement forcés et improbables dans le cadre du mariage ; qui change la personnalité des protagonistes en fonction des besoins du script ; et qui traite les relations sentimentales de ses protagonistes comme des relations interchangeables et sans profondeur, puisque à l'instant où Amy revient en ville, son ex commence à flirter avec elle, sans la moindre honte, pendant que Phil (Lochlyn Munro), le compagnon de l'héroïne, commence immédiatement à flirter avec la future mariée dès son arrivée en ville.

Bref, les personnages ont tendance à agacer, ont des comportements très discutables, mais forcément, tout s'arrange, parce que Hallmark, et tout et tout.

Reste qu'Amy finit par plaquer sa carrière, son mec, et sa vie citadine pour s'installer chez ses parents (sans autre emploi que webmaster de l'entreprise familiale), et pour se marier avec son ex (un ex qui, pendant tout le métrage, était plus intéressé par Amy que par la préparation de son mariage). N'oubliez pas, les filles, pour trouver le bonheur, laissez tomber vos rêves et rentrez à la maison !

Et si encore l'ex en question était un homme charismatique et charmant... mais non, Jacot n'a pas grand chose d'un protagoniste de comédie romantique, il est terne et générique, et n'a pas grande alchimie avec Meghan Markle. Résultat : on peine à se ranger aux côtés du couple vedette, et on finit par se désintéresser de ce métrage prévisible, aux personnages et à l'écriture très frustrants.

1.75/6

Mon Amoureux Secret (My Secret Valentine - 2018) :

Lorsque son père lui annonce qu'il a prévu de prendre sa retraite et de vendre le vignoble familial, Chloe (Lacey Chabert), restauratrice, n'en revient pas. Elle décide alors de rentrer à la maison, et de superviser la visite de Seth (Andrew Walker), le représentant commercial d'une grande entreprise de vente de vin. Mais en parallèle, Chloe s'éprend d'un homme énigmatique et bricoleur louant le chalet de la propriété, et avec lequel elle échange des mots doux par le biais d'un tableau noir...

Le premier téléfilm du Countdown to Valentine's Day 2018 de Hallmark, ce métrage assez classique réunit l'indéboulonnable Lacey Chabert (qui, à ce point de sa carrière, ne tourne plus que pour la chaîne, à raison d'un ou deux téléfilms par saison) et Andrew Walker (lui aussi une valeur sûre), une combinaison inédite pour la chaîne.

Malheureusement, cette combinaison au potentiel certain se retrouve plongée dans une histoire de vignoble très basique, mâtinée de quiproquos, et d'une histoire d'identité secrète rapidement éventée et déjà vue (on est dans un semi-remake de Rendez-vous et de ses divers remakes). En fait, j'ai vraiment eu l'impression d'un bon gros recyclage, de bout en bout, de la meilleure copine rouquine, en passant par la retraite du père, par l'environnement, par le festival municipal, et par la traditionnelle dispute de fin de métrage (ici gentiment bâclée dans les 5 dernières minutes).

Un recyclage tout à fait regardable, cela dit, notamment parce que les deux acteurs principaux ont une bonne alchimie (et Chabert semble un peu plus impliquée que dans d'autres téléfilms où elle semblait fatiguée et en pilotage automatique), mais un recyclage néanmoins - celui d'une comédie romantique probablement prévue pour être initialement tournée et diffusée en été (ou au début de l'automne), mais déplacée en hiver, avec des acteurs qui semblent transis de froid durant leurs scènes en extérieur, sous un ciel couvert et grisâtre des plus menaçants.

Le (très vague) rapport avec la Saint Valentin ? Les quelques kiosques malingres du festival de fin de métrage, je suppose.

3/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien....

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #647 : SEMAINE ST-VALENTIN - L'Agence Cupidon (2012), Amoureux Malgré Eux (2017) & Girl's Best Friend (2008)

Publié le 12 Février 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Romance, Hallmark, Canada, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus. Et cette semaine, on se concentre sur la romance, à l'occasion de la Saint Valentin...

L'Agence Cupidon (Cupid, Inc) :

Alors que son talk show quotidien est en perte de vitesse, Eve Lovett (Joely Fisher) une animatrice tv ne laissant aucune place à l'amour, croise le chemin de Vernon Gart (Jamie Kennedy), un étrange employé de l'Agence Cupidon, qui lui fait part d'une sombre réalité : si Eve ne parvient pas à jouer les entremetteuses pour un couple d'ici la St. Valentin, alors elle ne connaîtra jamais le bonheur sentimental. Hésitante, Eve décide néanmoins de jouer le jeu...

Une comédie romantique Hallmark de la Saint Valentin 2012, qui bénéficie d'une tête d'affiche très sympathique et dynamique (ce qui n'est pas vraiment surprenant, compte tenu de la carrière de Joely Fisher) et d'une distribution agréable (seul Jaime Kennedy semble un peu hors sujet, avec son Cupidon transparent, et limite efféminé), mais souffre d'un script balisé, et d'une musique envahissante et omniprésente.

Rien de désastreux, mais rien de mémorable non plus.

3/6

Amoureux Malgré Eux (Moonlight in Vermont) :

Soudainement quittée par son petit-ami Nate (Jesse Moss), Fiona (Lacey Chabert), spécialiste new-yorkaise en immobilier, décide de se ressourcer dans l'auberge de sa famille, au coeur d'un Vermont enneigé et paisible. Mais à peine arrivée, elle découvre que Nate séjourne là avec sa nouvelle compagne, Haley (Elise Gatien) ; bien décidée à le rendre jaloux, Fiona choisit alors Derek (Carlo Marks), le nouveau chef de l'auberge, pour jouer un temps le rôle de son petit-ami de substitution. Rapidement, cependant, Fiona et Derek finissent par se prendre au jeu, malgré leurs nombreuses différences...

Une comédie romantique made in Hallmark, supposément printanière, mais clairement tournée en hiver tant les paysages très agréables et esthétiques du "Vermont" sont couverts de neige, et les acteurs sont frigorifiés lors des scènes en extérieur ; d'ailleurs, après quelques recherches, il apparaît que ce film était supposé être le second film de Noël 2016 de Lacey Chabert, après A Wish For Christmas, et qu'il était censé se tourner à l'automne, mais qu'il a été repoussé à début 2017 pour laisser le temps à l'actrice de se remettre de sa grossesse et de son accouchement en septembre.

Non pas que cela change grand chose à son déroulement ultra-basique et assez quelconque : on sent que c'est un métrage en pilotage automatique, uniquement là pour permettre à Lacey Chabert de remonter en selle après sa grossesse, avec un film accumulant tous les clichés du genre, dans lequel elle semble plus motivée que précédemment (son personnage est sarcastique et râleur, ça aide), mais n'a pas grande alchimie avec les personnages masculins, globalement assez ternes et insipides (même le père de Fiona s'avère cabotiner plus que de mesure, ce qui a tendance à saboter un peu les scènes d'émotion des deux personnages).

Forcément, ce manque flagrant d'alchimie pose problème dans un téléfilm de ce genre, et Moonlight in Vermont ronronne extrêmement vite, incitant malgré lui le spectateur à aller faire autre chose pendant que l'histoire se termine à l'écran. M'enfin ça fait toujours plaisir de revoir Elise Gatien et Timothy Webber (aka Jerome de Men in Trees) dans de tous petits rôles (un peu ingrats).

2 + 0.5 pour Chabert et les paysages = 2.5/6 (peut-être qu'avec l'ambiance d'un film de Noël, ça aurait atteint la moyenne)

Girl's Best Friend :

Critique musicale new-yorkaise aigrie, cynique et sarcastique, Mary (Janeane Garofalo) est au point mort tant dans sa carrière que dans sa relation avec son compagnon, Jake (Kris Holden-Ried), avec lequel elle refuse de s'engager. Contrainte de se rendre brièvement dans sa famille, voilà alors que Mary doit retraverser tout le pays jusqu'à New-York en compagnie de son pire cauchemar : un petit chien nommé Binky. Mais à sa grande surprise, ce road trip canin va s'avérer une prise de conscience inattendue pour Mary...

Une comédie indépendante, co-production canadienne, qui prend presque le contre-pied total de Entre Chiens et Chats, la rom-com de 1996 dans laquelle Garofalo jouait déjà.

Ici, pas de rom-com à proprement parler, mais plutôt la crise de la trentaine/quarantaine d'une grincheuse finie, qui a toujours une réplique mordante à la bouche, et maintient constamment autrui à distance sans vraiment réussir à tisser des liens sincères avec ses proches.

Pas forcément désagréable, comme road-trip, ça évite la majorité des clichés de la rom-com et du film avec animaux, et l'on sent clairement que ce personnage, c'est Garofalo elle-même, tant les dialogues fleurent bon l'improvisation de la part de l'actrice.

Après, il faut bien avouer qu'un tel degré de sarcasme et de cynisme peut clairement finir par lasser, d'autant que le film a tendance à s'éparpiller, manquant justement du point focal qu'un genre bien défini peut apporter à un film. Cela dit, ce n'était pas désagréable.

3/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien....

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 89 - Un Noël de Conte de fées (2017)

Publié le 5 Janvier 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark, Télévision

Noël est passé, mais chez les Téléphages Anonymes, la Christmas Yulefest et son marathon de cinéma festif continuent jusqu'à l'Épiphanie...

Un Noël de Conte de Fées (Royal New Year's Eve) :

Apprentie journaliste de mode et designer, Caitlyn (Jessy Schram) est engagée pour concevoir la robe de Lady Isabelle (Hayley Sales), la fiancée du Prince Jeffrey (Sam Page), à l'occasion du bal du Nouvel An. Mais entre les manigances de sa patronne (Cheryl Ladd), et le temps qu'elle passe à préparer le bal aux côtés de Jeffrey, dont elle se rapproche, les choses se compliquent pour Caitlyn...

Une surprise assez agréable que ce "Nouvel An Royal", alors même que je redoutais une énième déclinaison du scénario royal habituel de Hallmark sur le mode Nouvel An. Par chance, ce n'est pas le cas, et le script est même assez bien écrit, que ce soit au niveau des interactions et des quiproquos (les dialogues sont assez vifs et dynamiques), des personnages secondaires (la meilleure copine ethnique™©® possède ici une véritable utilité, une personnalité, et une existence à part entière !), des rebondissements (tout le monde a des réactions plus ou moins logiques et cohérentes !) ou du rythme.

Alors certes, on est ici à la limite du film de Noël, mais dans l'ensemble, c'était plutôt sympathique à suivre... mais pas dénué de problèmes pour autant.

On pourrait citer Jessy Schram, attachante, mais bien trop maigrichonne pour son propre bien ; ou encore le faux accent anglais de la plupart des personnages royaux - c'était loin d'être une réussite ; mais le plus gênant, niveau crédibilité, c'est tout le côté robes "de princesse" : supposément de la grande couture unique, du sur-mesure exceptionnel, mais en réalité des tenues qui paraissent toutes fauchées, immondes, mal ajustées et tout droit sorties du rayon "bal de promo d'une adolescente de 14 ans".

Ce qui, pour un téléfilm tournant exclusivement autour de ces tenues, fait un peu tache, convenons-en.

4 -0.25 pour les robes -0.25 pour les accents = 3.5/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 83 - Un Noël Traditionnel (2017)

Publié le 3 Janvier 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël est passé, mais chez les Téléphages Anonymes, la Christmas Yulefest et son marathon de cinéma festif continuent jusqu'à l'Épiphanie...

Un Noël Traditionnel (Christmas Getaway) :

Journaliste voyage fraîchement célibataire, Emory (Bridget Regan) part dans un chalet de montagne, pour y écrire un article avant Noël. À son arrivée, cependant, elle découvre que le chalet est déjà occupé par Scott (Travis Van Winkle), un veuf séduisant, par sa fille (Raven Stewart) et par la grand-mère de cette dernière (Teryl Rothery)...

L'une des toutes dernières productions Hallmark de la saison (comprendre en cela que la production a été moins travaillée et peaufinée que celle d'autres métrages), et encore un téléfilm assez quelconque et oubliable.

Pourtant, le fait de confier ce métrage à un réalisateur et producteur de la série Psych - Enquêteur Malgré Lui n'était pas une mauvaise idée, et on sent qu'il tente de donner au tout une atmosphère plus décontractée et détendue, avec un peu de slapstick, de sarcasme et d'humour. Le problème, c'est que tout ça ne se marie pas très bien avec les clichés habituels Hallmark, ou avec le rythme particulier de ces comédies romantiques.

Ce contraste se retrouve ainsi dans l'interprétation de Bridget Regan (qui ne me dérange pas, habituellement, mais qui ici, entre sa couleur capillaire artificielle et ses lèvres collagénées, n'est pas particulièrement convaincante et charmante en héroïne romantique), tour à tour dans l'émotion ou dans le surjeu outré - il faut la voir débarquer de nulle part, les yeux exorbités, pour asséner un coup de pied au genou de Van Winkle - qu'elle ne connaît pas encore - en le menaçant d'un "je connais le Krav Maga, moi, je suis dangereuse!").

Bref, entre ce problème de ton récurrent, un abus de chansons en bande sonore, et les clichés habituels de la meilleure copine/patronne afro-américaine, de la mère sympathique du protagoniste (Teryl Rothery, qui tient là son second rôle secondaire de la saison), des quiproquos forcés, et de la rivale amoureuse insipide, on se retrouve avec une comédie romantique qui a peiné à m'intéresser.

Dommage, parce que Van Winkle mérite mieux.

2.25/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 81 - Le Ranch de Noël (2017)

Publié le 3 Janvier 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël est passé, mais chez les Téléphages Anonymes, la Christmas Yulefest et son marathon de cinéma festif continuent jusqu'à l'Épiphanie...

Le Ranch de Noël (Rocky Mountain Christmas) :

Malheureuse en amour, Sarah McKinney (Lindy Booth) se réfugie dans le ranch familial, à l'occasion des fêtes de Noël, pour s'éloigner de sa vie de designer d'intérieur new-yorkaise. Mais Graham Mitchell (Kristoffer Polaha), un acteur à succès, choisit justement ce moment pour s'installer au ranch, afin d'y étudier son nouveau rôle. Et malgré leurs réticences mutuelles, le duo va finir par collaborer pour rendre à la petite ville du Colorado la gloire de ses Noëls d'antan...

Une comédie romantique Hallmark Movies & Mysteries adaptée d'un roman, et qui est donc un peu plus mélodramatique que la moyenne, mais qui, au final, ne laisse aucun réel souvenir : le film ne se distingue en rien du reste de la production de la chaîne, si ce n'est grâce à sa distribution sympatoche, et à son budget un peu plus élevé (ou du moins à son rendu un peu moins fauché).

Tous les clichés sont là, les rebondissements prévisibles aussi, et bien que la chaîne ait attendu mi-novembre pour tourner le métrage, afin de profiter de la neige et de l'environnement naturel hivernal... le résultat n'est pas particulièrement plus convaincant que certains autres métrages tournés avec de la fausse neige en cours d'année.

Ni particulièrement bon, ni particulièrement mauvais.

3/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 78 - Papa par Intérim à Noël (2017)

Publié le 2 Janvier 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël est passé, mais chez les Téléphages Anonymes, la Christmas Yulefest et son marathon de cinéma festif continuent jusqu'à l'Épiphanie...

Papa par Intérim à Noël (Christmas Next Door) :

Eric Randall (Jesse Metcalfe), auteur à succès d'ouvrages traitant de la vie de célibataire, n'aime pas Noël : cette année, il est cependant contraint de s'occuper de son neveu et de sa nièce pour les fêtes, l'occasion pour lui de se rapprocher de la belle April Stewart (Fiona Gubelmann), sa voisine violoniste habitée par l'esprit de Noël...

Une rom-com Hallmark assez quelconque, malgré un couple principal plutôt sympathique et convaincant.

Le problème, en fait, c'est qu'il n'y a vraiment rien, ici, qui se démarque vraiment, et rendrait le tout un tant soit peu mémorable : le budget est limité (avec une fausse neige affreuse qui éclabousse tout le monde au moindre pas), le récit est assez mollasson, les enfants sont agaçants, le reste de la distribution secondaire (Eugene Clark excepté) est transparent, la musique primesautière est épuisante, bref, c'est en pilotage du début à la fin, et hormis son duo vedette, il n'y a vraiment rien à retenir de ce téléfilm.

2.75/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 74 - La Petite Boutique de Noël (2017)

Publié le 30 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël est passé, mais chez les Téléphages Anonymesc'est toujours l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

La Petite Boutique de Noël (Sharing Christmas, aka The Christmas Shop) :

Peu de temps avant le mois de décembre, Stephanie (Ellen Hollman) hérite avec bonheur de la boutique de Noël de ses parents, établis au coeur de New York depuis 40 ans. Mais elle apprend soudain que l'entreprise de développement immobilier d'Helen (Cinthya Gibb) a racheté tout le building, et met donc un terme aux contrats de location de tous les commerçants. Michael (Bobby Campo), responsable du projet, tombe cependant sous le charme de Stephanie, qui va alors tout faire pour convaincre ce dernier de renoncer à ses plans...

Pffff.

Difficile de ne pas soupirer en découvrant ce téléfilm Hallmark totalement générique et insipide, et, pire encore, absolument dérivatif. Et pour cause : à l'origine intitulé The Christmas Shop, Sharing Christmas avait été présenté par la chaîne comme étant l'histoire d'une cadre en développement immobilier (Hollman) professionnelle et distante, contrainte de fermer toutes les boutiques d'un centre commercial urbain, parmi lesquelles la boutique familiale de Noël tenue par son séduisant propriétaire (Campo). Avec, forcément, à la clef, une romance impossible, des conflits, et une fin heureuse...

Soit quasiment le postulat de départ de Wrapped Up in Christmas, diffusé plus tôt dans la saison sur Lifetime. Des ressemblances d'autant plus frappantes que les deux téléfilms sont des productions Hybrid... qu'elles partagent le même réalisateur... et le même scénariste !

Pas besoin de chercher plus loin, donc : Hybrid a clairement proposé le même pitch à Lifetime et Hallmark, et une fois ces deux projets lancés en parallèle, ils ont vaguement inversé le sexe des protagonistes de cette version Hallmark, histoire de camoufler les similarités.

Résultat : Hollman et Campo ne semblent jamais à leur place dans leurs rôles respectifs, puisque l'enthousiasme de Hollman (très terne et transparente) semble souvent forcé, alors que Campo, lui, est bien trop chaleureux et souriant pour son rôle de cadre. Et s'il n'y avait que ça !

Hybrid oblige, le postulat de départ est un peu bancal, visuellement et conceptuellement : la boutique de Noël (dans la version Lifetime, un magasin de jouets déjà plus plausible) semble anémique - deux employés, des décorations génériques - et n'est jamais vraiment crédible en tant que boutique consacrée aux fêtes, et supposée être rentable toute l'année, tout en payant un loyer astronomique au cœur de New York ; les parents de l'héroïne semblent étrangement peu concernés par la faillite imminente de leur héritage ; le couple principal n'a qu'une alchimie toute relative ; et pour couronner le tout, on se paye, au beau milieu du métrage, un intermède "placement produit" pour un album de jazz, avec playback de l'artiste, et mention "vous écoutez tel morceau, de tel artiste" qui apparaît en gros au milieu de l'écran...

Bref, une rom-com Hallmark très très faible, pour une saison qui s'est étrangement essoufflée dès le début du mois de Décembre.

1.75/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 72 - Embrassez l'Esprit de Noël (2017)

Publié le 30 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël est passé, mais chez les Téléphages Anonymesc'est toujours l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Embrassez l'Esprit de Noël (Karen Kingsbury's Maggie's Christmas Miracle) :

Avocate à la carrière florissante, Maggie (Jill Wagner) élève seule son fils, mais peine à lui apporter tout le soutien scolaire et la magie de Noël qu'elle voudrait pourtant lui donner. Elle engage donc Casey (Luke Macfarlane) pour servir de tuteur à son fils, sans se douter qu'elle va trouver là la solution à tous ses problèmes...

Ouhlà, celui-là, j'ai mis trois jours à le finir.

Le problème principal, en fait, malgré sa distribution sympathique et sa neige réelle en extérieur, c'est que le personnage principal, Maggie, est tout sauf attachant.

Ok, d'accord, elle a été traumatisée dans sa jeunesse par la séparation de ses parents à Noël... mais est-ce que cela justifie d'en faire une psycho-rigide quasi-égocentrique, qui évite constamment le moindre conflit ou la moindre discussion sérieuse, et refuse de prender la moindre décision importante ; qui plante son collègue et pseudo-petit-ami lors d'une soirée célébrant sa promotion, sans jamais s'excuser, alors que ce dernier vient de lui faire une déclaration d'amour ; qui rêvasse et songe à sa vie sentimentale plutôt que d'écouter sa meilleure amie (forcément ethnique) qui la paie pourtant pour l'aider pendant son divorce ; qui passe son temps à se montrer trop protectrice envers son fils ; et que l'on est supposé plaindre, alors qu'elle vit dans un appartement luxueux et immense, et est constamment assistée au quotidien par sa mère....

Bref : le personnage n'est pas attachant, Jill Wagner n'est pas assez bonne actrice pour la rendre touchante (Wagner n'est pas calamiteuse, mais son grand moment dramatique est surjoué et trop maniéré), et donc je ne me suis pas du tout intéressé à son parcours (un parcours d'ailleurs plombé par un rebondissement final à la fois évident et capillotracté).

Et comme en plus, on nous rajoute une dose de bondieuserie, avec un enfant obsédé par Dieu et qui lui écrit des lettres (apparemment, le Père Noël n'était pas disponible), c'est combo perdante pour moi...

2/6 (pour la neige, et pour Luke Macfarlane, qui mérite mieux)

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 70 - Noël en Trois Actes (2017)

Publié le 29 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël est passé, mais chez les Téléphages Anonymesc'est toujours l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël en Trois Actes (Christmas Encore - 2017) :

Actrice new-yorkaise à la carrière en perdition, Charlotte (Maggie Lawson) est employée comme serveuse, et envisage de quitter la ville - et sa vocation ; jusqu'à ce qu'un ancien rival, Julian (Brennan Elliott), la choisisse pour mener une représentation moderne d'Un Conte de Noël, et pour tenter de sauver ainsi le théâtre dont il a la charge...

Téléfilm Hallmark Movies & Mysteries qui a le mérite de ne pas donner dans la comédie romantique basique et simpliste, en se concentrant sur "le théâtre" et la vie difficile d'une actrice. Problème : ce milieu ne m'intéresse pas particulièrement, à la base. Je comprends tout à fait pourquoi des tels scénarios peuvent intéresser les acteurs qui y participent, mais personnellement, ça me laisse plutôt de marbre.

Dommage, donc, parce que la distribution est loin d'être désagréable (Maggie Lawson est comme toujours attachante, Elliott est sympathique, les personnages secondaires aussi), et parce que ça change un peu de l'environnement "petite ville enneigée obsédée par Noël", etc.

Mais ajoutez à ce postulat de départ une première demi-heure assez mollassonne, et des limites qualitatives et budgétaires toujours présentes (Hallmark oblige), et on se retrouve avec un métrage ni bon ni mauvais, mais qui m'a laissé particulièrement de marbre, faute de trouver le sujet intéressant.

3/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 68 - Noël avec le Témoin Amoureux (2017)

Publié le 28 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël est passé, mais chez les Téléphages Anonymesc'est toujours l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël avec le Témoin Amoureux (The Christmas Cottage - 2017) :

Designeuse d'intérieur, Lacey (Merritt Patterson) vit une vie bien rangée et ordonnée, des tendances qui la rendent très efficace dans le cadre de son travail, et dans sa vie de couple avec Roger (Victor Zinck), son patron. Mais alors qu'elle prend quelques jours de vacances, à l'approche de Noël, pour servir de demoiselle d'honneur à sa meilleure amie Ava (Brittney Wilson), elle retrouve le frère de celle-ci, Ean (Steve Lund), un chef itinérant décontracté et spontané, qui était son petit-ami lorsqu'ils étaient plus jeunes...

Rom-com Hallmark particulièrement balisée et insipide, qui donne tout simplement l'impression d'avoir été produite en pilotage automatique : l'intrigue (adaptée d'un roman) est basique au possible, l'écriture plate et générique, la direction artistique quelconque (aucun effort sur la neige, notamment : le chalet est supposément pris dans une tempête de neige... ce qui se traduit, à l'écran, par deux flocons et demi, et pas du tout de neige dans les allées ; les guirlandes miteuses en thuya accrochées sur la cheminée et un peu partout ; et lorsqu'ils vont acheter un sapin, on voit littéralement la fausse neige mousser et dégouliner des branches, au premier plan), bref, le tout est éminemment oubliable et dérivatif.

Un point pour Steve Lund, toujours sympathique, un point pour Merritt Patterson (charmante et plus intéressante ici que dans A Royal Winter), et 0.25 pour le reste.

2.25/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 62 - Un Noël Retrouvé (2017)

Publié le 26 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Fantastique, Religion, Hallmark

Noël est passé, mais chez les Téléphages Anonymesc'est toujours l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël Retrouvé (Christmas in Angel Falls) :

Lorsque son supérieur, Michael (Beau Bridges), lui donne pour nouvelle mission de rendre l'esprit de Noël à la petite ville d'Angel Falls, l'ange Gabby Messinger (Rachel Boston) est ravie. Rapidement, elle fait la connaissance du pompier Jack Avery (Paul Greene), qui accepte de l'aider, et, en dépit des ordres qu'elle a reçus, Gabby commence à s'éprendre de cet humain séduisant...

Généralement, je ne suis pas très fan des films de Noël à base d'anges et de religion mais, lorsque le casting est bon, ou le ton plus léger et moins moralisateur, ça peut fonctionner.

Ici, c'est le cas : Paul Greene et Rachel Boston forment un couple attachant, Beau Bridges s'amuse, ça joue juste, ce n'est pas moralisateur et donneur de leçons, ça ne se prend pas trop au sérieux, et dans l'ensemble, malgré un rythme inégal, et une neige artificielle clairement tirée au canon sans le moindre soin (ça dégouline sur les murs, les voitures sont couvertes d'éclaboussures, les sapins ne sont qu'à moitié enneigés), ça se regarde tout à fait tranquillement.

Rien d'exceptionnel, mais c'est honorable.

3.5/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 54 - Christmas in Evergreen : un Festival pour Noël (2017)

Publié le 24 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Christmas, Noël, Yulefest, Télévision, Comédie, Romance, Hallmark, Fantastique

Noël est là, et chez les Téléphages Anonymes, la Christmas Yulefest continue avec son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Festival pour Noël (Christmas In Evergreen) :

À Evergreen, dans le Vermont, la vie est perpétuellement enneigée, et Noël est une célébration de chaque instant. Originaire de cette bourgade, dont elle était la vétérinaire, Allie (Ashley Williams) a décidé de quitter la ville pour rejoindre son petit ami de longue date (Marcus Rosner), qui vit à Washington. Mais un vœu magique, une tempête de neige et une rencontre fortuite avec Ryan (Teddy Sears), médecin veuf en route pour la Floride en compagnie de sa fille, va tout changer pour la jeune femme souriante...

Une comédie romantique Hallmark à la distribution sympathique, un peu desservie par une écriture ultra-basique, qui peine à insuffler de l'originalité et de la fantaisie à son récit, et enchaîne les clichés habituels du genre, ainsi que de l'exposition pataude et maladroite.

C'est dommage, car les acteurs font, pour la plupart, tout leur possible pour rendre le tout dynamique et pétillant, et que la direction artistique a décidé de noyer tous les décors et toutes les scènes sous trois tonnes de neige - des quantités régulièrement abusives, mais le mélange des différents types de neige artificielle fait illusion, et ça explique pourquoi la neige paraissait à ce point fauchée dans la majorité des autres productions 2017 de la chaîne : tout le budget neige artificielle est probablement passé dans ce Christmas in Evergreen !

À part ça, donc, rien de bien exceptionnel, mais rien de bien mauvais non plus, et l'enrobage global (façon livre d'images et cartes postales vintages), ainsi que la présence d'un Père Noël magique très convaincant, font que le tout ne descend pas en dessous de la moyenne.

Sans Ashley Williams, cela dit, la note aurait été plus basse, et on regrettera le sort du compagnon de l'héroïne, qui finalement paraissait bien sous tous rapports, et n'avait que de bonnes intentions...

3.25/6 (dont 0.25 pour les deux (!) personnages secondaires afro-américains, dont Rukiya Bernard, assez amusante)

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 50 - Une Coach pour Noël (2017)

Publié le 22 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Une Coach pour Noël (A Joyous Christmas) :

Auteur à succès de livres de bien-être et de développement personnel, Rachel (Natalie Knepp) revient dans sa ville natale pour y tenir une conférence. Sur place, elle fait tout son possible pour éviter sa famille, et finit par rencontrer le sympathique Jack (Michael Rady), qui produit la conférence. Mais en parallèle, Rachel échappe de justesse à un accident grâce à l'intervention de Joy (Bonnie Bedelia), une femme discrète et réservée, dont le message de générosité et de bienveillance va inciter Rachel à se remettre en questions...

Un téléfilm Hallmark Movies & Mysteries qui, sans être particulièrement mauvais, s'avère totalement insipide de bout en bout.

L'héroïne est insipide, ses problèmes familiaux aussi, sa romance est assez bâclée (ils se rencontrent, et l'actrice passe aussitôt en mode amoureuse béate, zou, c'est bouclé, on enchaîne les quiproquos, et on passe à autre chose), et le plus gros de l'histoire (Jack/Joy/etc) est particulièrement éventé par un script sans la moindre subtilité ou finesse, qui donne fréquemment dans le mélodrame facile.

Alors niveau production et interprétation, c'est relativement compétent (même si j'ai un bémol à placer sur le jeu de Bedelia, parfois un peu trop appuyé), donc ce n'est pas un flop, mais c'est le genre de téléfilm qui prend bien trop longtemps à arriver à ses fins, alors que ses spectateurs ont déjà tout compris depuis près d'une heure.

Énorme bof.

2/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 48 - Le Pacte Secret de Noël (2017)

Publié le 21 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Pacte Secret de Noël (Switched For Christmas) :

Kate et Chris Lockhart (Candace Cameron Bure) sont deux sœurs jumelles que tout sépare : l'une a une vie familiale bien remplie de mère célibataire, l'autre a une vie professionnelle florissante, mais n'a jamais trouvé l'amour. À l'approche de Noël, sur un coup de tête, elles décident de se faire passer l'une pour l'autre, et de voir le monde d'un tout autre point de vue...

Une comédie romantique Hallmark lorgnant vaguement sur Le Prince et le Pauvre, avec ses deux personnages jumeaux vivant des vies radicalement différentes, et qui échangent leur quotidien pendant un court moment, blablabla... c'est ultra-balisé, et surtout, c'est ultra-soporifique, puisque reposant entièrement sur Candace Cameron-Bure pour donner corps et faire vivre ces deux sœurs jumelles supposément différentes.

Sauf que CCB (à la base, pas l'actrice la plus polyvalente du monde) les joue exactement pareil, et que physiquement, la seule, différence visuelle, c'est un style capillaire vaguement modifié.

Tout le reste du métrage est à l'identique : en pilotage automatique (la photographie est assez moche, d'ailleurs, et tire ponctuellement sur le jaune), jamais intéressant, et à oublier tout aussi vite que le téléfilm a été diffusé. À réserver aux fans absolus de CCB.

2/6 (pour Eion Bailey, le seul acteur à avoir un minimum de charisme dans tout ça)

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 43 - À la Recherche du Père Noël (2017)

Publié le 20 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

À la Recherche du Père Noël (Finding Santa)  :

Lorsque Tom (Jay Brazeau), le Père Noël officiel de sa ville de Nouvelle-Angleterre, a un accident peu de temps avant la grande parade de Noël, c'est la panique : Grace (Jodie) doit absolument lui trouver un remplaçant, et personne ne semble convenir. Personne, excepté Ben (Eric Winter), le fils de Tom, qui est né pour tenir ce rôle, mais s'est rebellé contre son héritage, et est devenu auteur et chauffeur Uber à Boston. Grace part aussitôt le chercher, afin de tenter de lui faire changer d'avis...

Une comédie romantique Hallmark qui ne fonctionne qu'à moitié, cette moitié reposant intégralement sur Jodie Sweetin, sur son charisme, son naturel et son énergie. Elle est très bien dans son rôle (comme elle peut l'être dans Fuller House, d'ailleurs), mais elle n'est pas forcément aidée par le script, qui fait illusion pendant une demi-heure, avant de se perdre dans des digressions inutiles et forcées (le passage chez les amis de Grace), sans jamais développer suffisamment son postulat de départ un peu faiblard.

Comme le mentionnait une critique anglo-saxonne, le script aurait pu être plus intéressant et abouti en faisant de Tom le vrai Père Noël, de Ben son fils, et en remplaçant la parade de la ville par la tournée du 24 décembre. Certes, cela aurait clairement fait basculer le métrage dans le registre fantastique, mais après tout, c'est Noël, autant y aller franco : là, malheureusement, on sent que le tout est bridé, que les enjeux sont limités et forcés, et on finit par se retrouver devant une rom-com basique, aux clichés habituels de la meilleure copine rousse excentrique, de l'héroïne obsédée par Noël et de son prétendante grincheux détestant les Fêtes.

C'est dommage, parce que le couple fonctionne bien, et est attachant, entouré de personnages secondaires sympathiques (les amis de Grace exceptés), que le tout ne se prend pas trop au sérieux, et que la direction artistique du métrage est bien meilleure que certaines productions Hallmark récentes. Ça se regarde donc plutôt bien, mais ça n'exploite pas pleinement son potentiel.

3/6 + 0.5 pour Sweetin = 3.5/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 41 - L'Auberge de Noël (2017)

Publié le 19 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

L'Auberge de Noël (The Mistletoe Inn) :

Lorsque Kim (Alicia Witt), apprentie écrivaine de romances, est plaquée par son compagnon Garth (Casey Manderson), lui aussi auteur, elle décide de rebondir en s'inscrivant à une conférence-atelier d'auteurs de romances de Noël, pour développer ses talents. Là, elle sympathise avec Zeke (David Alpay), un romancier en panne d'inspiration, et elle fait tout son possible pour rencontrer l'une de ses idoles, un mystérieux auteur de best-sellers qui n'est jamais apparu en public et a prévu de s'exprimer lors de cet événement...

Hum... alors, ici, nous nous trouvons devant une comédie romantique de Noël, adaptée d'une romance littéraire de Noël, dans laquelle une apprentie auteure de romances de Noël se rend dans une convention-atelier de romances de Noël, pour rencontrer une superstar de l'écriture des romances de Noël, afin d'obtenir ses conseils pour terminer son premier ouvrage, une romance de Noël (qui est en réalité le postulat de départ d'une autre romance de Noël de l'auteur de The Mistletoe Inn, déjà adaptée à l'écran par Hallmark sous le titre La Promesse de Noël).

Pourquoi pas. C'est très méta, ça fleure bon le nombrilisme de la part des scénaristes, mais à la limite, pourquoi pas.

Là où ça coince, en fait, c'est quand on rajoute une couche de conseils et de discours très premier degré sur le métier d'auteur, sur l'art de l'écriture, et sur ce qui fait une bonne romance : un bon titre accrocheur et mystérieux, des personnages profonds et crédibles, une histoire imprévisible, des descriptions détaillées, du vécu... soit exactement tout ce que les romances Hallmark en général, et ce téléfilm en particulier, n'ont pas.

Il y a donc une certaine ironie à la découverte de ce téléfilm ultra-formaté, mollasson, et prévisible de bout en bout, avec ses personnages affreusement clichés (l'ex-petit ami arrogant, la bonne copine, la peste de service), son mystère éventé dès les premières secondes, sa neige risible au possible (les canons à mousse posés hors champ, et qui noient l'image de fausse neige horizontale, il faut arrêter maintenant) : on ne peut s'empêcher de se dire que les scénaristes Hallmark sont tellement dans leur bulle qu'ils ne réalisent pas les défauts de leurs propres œuvres, et semblent sincèrement penser être en mesure de donner des conseils pertinents en matière de romance.

Mouais. Mais passons. Si à la limite, le téléfilm fonctionnait sur le front de la romance, toutes ces considérations importeraient peu. Mais là aussi, c'est très (trop) inégal. Par rapport à 10 Choses à Faire pour un Noël Parfait, son film de Noël de l'année dernière, Alicia Witt s'est un peu calmée, et ne semble pas ivre dans la majeure partie de ses scènes : elle continue néanmoins de surjouer gentiment, et de débiter toutes ses répliques avec un demi-rictus sarcastique peu agréable (déjà que son personnage est assez frustrant - apprentie-auteure qui n'a jamais laissé personne lire ses œuvres, qui n'a jamais rien écrit, et qui, dès qu'on lui dit que son livre n'est pas parfait, commence à bouder et à baisser les bras...).

Quant à David Alpay, il est plutôt sympathique, il a de la personnalité, et il est dynamique... mais pour être franc, par moments, il est un peu trop impertinent et maniéré pour faire un love interest convaincant. C'était un peu un problème qu'il avait déjà dans Mon Ange de Glace et dans La Parade (amoureuse) de Noël : 70% du temps, ça passe, mais 30% du temps, on se dit qu'il fait "plus meilleur pote gay de l'héroïne" que "bel homme mystérieux et futur mari". Surtout rasé de près.

Peu importe, cela dit. Même avec d'autres acteurs, je pense que le film m'aurait tout autant brossé à rebrousse-poils. Quelque chose dans le ton, dans le sujet, m'a agacé, et à partir de là, je n'ai tout simplement pas accroché.

2.25/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 39 - La Plus Belle Étoile de Noël (2017)

Publié le 18 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

La Plus Belle Étoile de Noël (The Christmas Cure) :

Médecin urgentiste, Vanessa Turner (Brooke Nevin) rentre dans sa famille pour y passer les fêtes de Noël. Là, elle découvre que son père (Patrick Duffy), médecin lui aussi, est sur le point de prendre sa retraite et de fermer son cabinet, ce qui pousse Vanessa à repenser tout son avenir...

Un film diffusé (pour ne pas dire sacrifié) en Juillet (!!!) par Hallmark, et ce n'est pas forcément étonnant : autant la distribution est attachante, et l'atmosphère familiale bien retranscrite, autant tout le côté romance est totalement anecdotique, oublié pendant les trois-quart du métrage, et de toute façon, il ne fonctionne pas particulièrement puisque Steve Byers a un peu le charisme d'un poulpe mort.

Résultat : on s'attache presque plus aux personnages secondaires qu'au couple principal, et comme le script est cousu de fil blanc, il n'y a donc pas grand chose d'intéressant à l'écran.

C'est inoffensif, insipide, et dans l'ensemble, on a tendance à roupiller gentiment devant ce métrage en pilotage automatique. Nevin mérite mieux. Et Jocelyn Hudon aussi.

2.5/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 38 - Trois Femmes pour un Destin (2010)

Publié le 18 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Yulefest, Noël, Christmas, Télévision, Comédie, Romance, Hallmark, Irlande, USA, UK

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Trois Femmes pour un Destin (Three Wise Women) :

Lorsqu'elle découvre que son père a une aventure avec une inconnue, Ellie (Lauren Coe) s'enfuit en faisant une croix sur l'amour, et un accident altère alors drastiquement le cours de sa vie. Esseulée et de plus en plus froide, Ellie devient une doctoresse carriériste et ambitieuse (Amy Huberman), puis, bien des décennies plus tard, une vieille femme malheureuse et sans famille (Fionnula Flanagan). Heureusement, à l'occasion de Noël, l'ange gardien d'Ellie, Tom (Hugh O'Conor), déplace deux de ses incarnations - adolescente et grand-mère - dans le temps, pour tenter de changer le cours de la vie de la doctoresse...

Une production anglo-irlandaise pour Hallmark, qui se déroule à Dublin, et suit une distribution irlandaise se livrant à une sorte de vague relecture d'Un Conte de Noël de Dickens, en mode déstructuré et inabouti.

On a donc la version adulte de l'héroïne qui est visitée par l'esprit des Noël passés (la version adolescente) et futurs (la mamie), lesquels tentent ainsi de l'influencer et de changer leur histoire.

Sauf que tout ça ne fonctionne pas vraiment, tant c'est brouillon, assez fauché, et globalement dénué d'esprit de Noël (en fait, on est plus dans le drame terne vaguement surnaturel à l'anglaise, qui, étrangement, m'a rappelé un peu le ton et l'ambiance de Lost Christmas).

Autre problème : les trois versions d'Ellie ne se ressemblent pas le moins du monde, et thématiquement, il y a quelque chose de bizarre dans cette réconciliation finale de la fille et du père infidèle, avec la fille qui s'excuse platement pour sa réaction.

Vraiment pas terrible, donc, ça manque d'énergie, de structure et de maîtrise, et à part Lauren Coe (très attachante et naturelle), la distribution s'avère très peu marquante ou intéressante (y compris Flanagan ou John Rhys-Davies en ange-gardien en chef).

2/6

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 37 - Coup de Foudre pour mon Père Noël secret (2017)

Publié le 18 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Coup de Foudre pour mon Père Noël secret (With Love, Christmas) :

À l'approche de Noël, Melanie (Emilie Ullerup), publicitaire dynamique et attentionnée, est contrainte de collaborer avec Donovan (Aaron O’Connell), un collègue séduisant mais distant et cynique, sur une campagne publicitaire importante. Le duo n'a cependant rien en commun, et pour ne rien arranger, Melanie doit se charger du cadeau de Donovan à l'occasion du Père Noël Secret de l'entreprise. Rapidement, cependant, Donovan commence se confier par e-mail avec son Père Noël Secret, sans savoir que c'est Melanie, et le duo se rapproche. Mais lorsque Donovan se persuade que c'est une autre collègue la responsable de ces messages, Melanie décide de lui prouver qu'elle est faite pour lui...

Mouais. Déjà, le concept de la comédie romantique entre deux créatifs d'une agence publicitaire... c'est un peu ce que j'apprécie le moins dans le genre. Alors quand en plus on se paie une histoire de Secret Santa banale au possible, et gentiment inspirée de Vous avez un mess@ge... j'ai vraiment du mal.

Pourtant, le duo de protagonistes n'est pas désagréable (Ullerup est assez sympathique, dans le genre, comme elle l'était dans Hearts of Christmas), mais je suis néanmoins resté totalement indifférent à cette histoire quelconque, à ces échanges par ordinateur et voix off interposés, à ces extérieurs à la neige un peu fauchée et artificielle, et à ces rebondissements attendus.

Sans oublier le protagoniste masculin grincheux et cynique qui déteste Noël parce qu'il a connu un traumatisme familial à cette époque de l'année, lorsqu'il était enfant... Bof.

Un généreux 2.25/6 (pour le couple principal)

--

Comme toujours, retrouvez la liste complète (et mise à jour avec les titres français) des films de Noël déjà passés en revue sur ce blog les années précédentes, en consultant notre Index Christmas Yulefest disponible ici...

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 33 - L'Héritage de Noël (2017)

Publié le 15 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

L'Héritage de Noël (A Bramble House Christmas) :

À la mort de son père, qu'il n'a pas revu depuis longtemps, Finn (David Haydn-Jones), un illustrateur de livres pour enfants, découvre que son géniteur a légué une petite fortune à son infirmière, Willa (Autumn Reeser). Soupçonnant une malversation, Finn part alors pour la Bramble House, un bed and breakfast où Willa et son fils séjournent, et il décide de mener l'enquête...

Une bonne surprise Hallmark Movies & Mysteries, apparemment adaptée d'un roman : c'est bien interprété, bien produit, globalement nettement plus subtil et réaliste que la majorité des productions Hallmark, et si l'on fait exception des dessins de livres d'enfants du protagoniste (franchement amateurs), et du pseudo-quiproquo dramatique des dernières vingt minutes (à la fois forcé et artificiel, et un bon niveau en dessous du reste du film et de son écriture), ça fonctionne plutôt bien, notamment grâce à une distribution impeccable (y compris Teryl Rothery, dans un rôle secondaire).

4/6 - 0.25 pour la conclusion forcée = 3.75/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 29 - Noël avec un Inconnu (2017)

Publié le 13 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël avec un Inconnu (A Gift To Remember) :

Maladroite et pétillante, Darcy (Ali Liebert) travaille dans une petite librairie new-yorkaise, qui peine à lutter contre la concurrence. Un jour, sur le chemin du travail, elle heurte avec son vélo un passant, Adrian (Peter Porte), un séduisant inconnu promenant son chien. Lorsqu'il revient à lui, il est amnésique, et Darcy décide de mener l'enquête pour l'aider à retrouver ses souvenirs, tout en s'occupant de son chien le temps de la convalescence d'Adrian.

Une rom-com Hallmark agréable mais un peu inégale, apparemment adaptée d'un roman, et qui souffre principalement d'un ton global à l'enthousiasme un peu forcé, et d'une intrigue d'amnésie cousue de fil blanc, à l'écriture un peu trop évidente et simpliste.

Le reste, cependant, fonctionne assez bien, principalement parce qu'Ali Liebert, que je découvre ici, est particulièrement attachante et dynamique ; les autres personnages sont eux aussi sympathiques, le chien est attachant, et je ne serais pas surpris de voir Porte (déjà vu dans Un Noël de Cendrillon) choisi un jour ou l'autre pour interpréter un super-héros sur le petit ou grand écran.

Bref, le métrage n'est pas forcément exceptionnel, mais l'alchimie de la distribution et des personnages fait que le tout fonctionne mieux que l'on pourrait le craindre, et se paie même le luxe d'avoir un couple mixte parmi les personnages secondaires (le restaurateur italien et la propriétaire afro-américaine).

3.75/6

(on regrettera cependant que finalement, ce téléfilm aurait pu prendre place n'importe quand dans l'année sans rien changer à son script)

 

Critique révisée en 12/2019

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 27 - Un Noël à Ashford (2017)

Publié le 12 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël à Ashford (Coming Home For Christmas) :

Depuis peu au chômage, Lizzie Richfield (Danica McKellar) décroche le job temporaire de gouvernante du Manoir Ashford, le temps de préparer le bâtiment à la vente. Là, elle rencontre les Ashford : Pippa (Paula Shaw), la matriarche revêche et distante, Robert (Neal Bledsoe), le businessman, Kip (Andrew Francis), le fêtard, et Sloane (Chelan Simmons), avec ses deux enfants... et progressivement, Allie s'attache à ce clan huppé et dysfonctionnel.

Rom-com Hallmark assez familière pour Danica McKellar, mais qui s'avère à peu près aussi regardable que Une Couronne pour Noël.

On évite la royauté, les personnages ont une alchimie assez convaincante, Andrew Francis fait sa deuxième apparition de la saison (après Engaging Father Christmas), Chelan Simmons a un petit rôle, et le lead masculin ressemble à un croisement entre Jonathan Rhys-Meyers et Peter Serafinowicz. Ça pourrait être bien pire.

Du côté des défauts, c'est très balisé (comme d'habitude), il y a un petit coup de mou dans le dernier tiers, la neige en rouleaux est à nouveau très visible, et les placements produits (Folgers et Balsam Hill) sont tellement flagrants (dès la première scène du film) qu'ils en deviennent risibles.

Mais bon, dans l'ensemble, Danica est toujours attachante, et ça se regarde paisiblement, pour peu qu'on n'ait pas revu Une Couronne pour Noël récemment.

3/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 16 - Noël en Dansant (2017)

Publié le 5 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël en Dansant (Enchanted Christmas) :

Désormais installée à Los Angeles, Laura (Alexa PenaVega) retourne à Salt Lake City, ville de son enfance, pour superviser la rénovation d'un vieil hôtel juste avant Noël, et le 75ème spectacle caritatif qui doit s'y tenir. Là, elle s'installe chez son père (Rene Rivera) avec sa fille (Jaynee-Lynne Kinchen), mais découvre bien vite que son ex-petit-ami, Ricardo (Carlos PenaVega) est lui aussi de retour en ville, mettant de côté sa carrière de danseur professionnel international pour chorégraphier et apparaître dans le spectacle de l'hôtel...

Une comédie romantique assez frustrante, puisque possédant de nombreuses qualités rafraîchissantes - des personnages latinos ! Une fillette qui n'est pas tête à claques ! Un grand-père amusant et attachant ! Un protagoniste masculin qui possède une vraie personnalité ! Un couple marié IRL dans les rôles principaux, avec ce que ça comporte d'alchimie convaincante ! - mais qui, après sa petite demi-heure de mise en place, commence lentement à succomber aux clichés et autres défauts habituels des métrages Hallmark.

Entre les éléments perturbateurs blonds/blondes insipides, les numéros de danse pas très intéressants, la fausse neige artificielle en extérieur (on voit clairement les rouleaux de fausse neige fauchée étalés à la va-vite et mal découpés, dans certaines scènes), et la lumière particulièrement bizarre de tout le film (ça ressemble parfois à un soap mexicain, en fait, avec énormément de contre-jours, de lumière diffuse et de lens flares), on finit par se lasser, et par regretter que la distribution ne soit pas mieux servie par un script à sa hauteur.

2.75/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 13 - Une Superstar pour Noël (2017)

Publié le 4 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Une Superstar pour Noël (A Song For Christmas) :

Star de la country en devenir, Adelaide (Rebecca Tobin) peine à concilier ses ambitions artistiques avec les demandes de son manager ambitieux. Un jour, alors qu'elle manque son bus de tournée, elle finit dans la ferme à sapins de la famille Lapps, qui l'accueille le temps que la météo se fasse plus clémente, et que son équipe puisse venir la rechercher. Là, Addie tombe sous le charme de Dillon (Kevin McGarry), musicien manquant du courage de tenter sa chance, et découvre les difficultés financières de la famille...

Une assez bonne surprise que ce A Song For Christmas, diffusé sans grande raison sur HM&M. Assez bonne surprise, car rien dans le sujet (la country) ou dans la distribution principale (Becca Tobin, qui ressemble de plus en plus à un croisement entre une sœur Olsen et Portia de Rossi jeune - c'est la bouche qui fait ça) ne laissait envisager un film agréable  et bien mené.

Le script est en effet cousu de fil blanc, que ce soit dans la structure de la famille, dans le postulat de départ, dans les rebondissements, etc, au point qu'on a souvent l'impression d'avoir déjà vu tout ça des dizaines de fois... et pourtant, quelque chose fonctionne. Le ton, l'énergie, la distribution secondaire, les extérieurs enneigés (pauvre distribution, qui doit tourner une scène cruciale du film alors qu'une tonne de vraie neige s'abat sur eux depuis les cieux) : ça marche à peu près.

Oh, ce n'est pas révolutionnaire pour un sou, mais la famille est crédible et attachante (mention spéciale à Kendra Leigh Timmins, toujours impeccable), la romance fonctionne plus ou moins bien (Kevin McGarry a un petit côté rétro qui sied bien au personnage et au film), et le message est moins insipide que dans le reste des productions Hallmark (ici, c'est "reste fidèle à tes principes et à ce que tu es", et pas "la ville, c'est mal, rien ne vaut la vie dans une ferme, et le mariage").

Bref, s'il y a toujours les défauts inhérents au genre (la meilleure copine ethnique est de retour, le budget photoshop est misérable - cf la couverture piteuse du magazine), le tout s'avère finalement très regardable, d'autant que je n'en attendais vraiment rien.

3 + 0.5 pour la neige = 3.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2017 - 11 - Un Délicieux Noël (2017)

Publié le 2 Décembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Délicieux Noël (The Sweetest Christmas, aka Sugar and Spice) :

Apprentie pâtissière qui peine à s'établir, Kylie (Lacey Chabert) apprend que sa candidature est acceptée pour le Grand Concours Américain de Pain d'Épices de Noël, alors même qu'elle se sépare de son compagnon, et que ses nièces rendent son four inutilisable. Au pied du mur, elle se tourne alors vers Nick (Lea Coco), son ex-petit-ami qu'elle vient de retrouver, et qui gère une pizzeria traditionnelle : elle parvient à le convaincre de la laisser utiliser ses fours, ce qui amène la jeune femme à se rapprocher de son ex et du fils de celui-ci...

Une comédie romantique Hallmark tout sauf mémorable, avec une Chabert qui semble motivée, mais qui est desservie par une intrigue banale et quelconque (qui prend son temps pour se mettre en route), ainsi que par deux protagonistes masculins insipides et transparents.

À un point tel que j'ai fini par me dire qu'en inversant les rôles, et en mettant le sympathique Jonathan Adams (qui joue ici le rôle de Ralphie, le ressort comique afro-américain de service) dans le rôle de Nick (ou en fusionnant les deux personnages), ça aurait pu donner une comédie romantique décalée, originale et audacieuse.

Mais bien entendu (sans même parler de l'éventuelle différence d'âge), elle n'aurait pas pu être diffusée sur Hallmark, la chaîne où les quotas ethniques sont réduits aux seconds rôles de meilleur(e) ami(e), de patron(ne) ou de collègue.

2.5/6 (ce n'est même pas particulièrement mauvais, mais c'est tout simplement instantanément oubliable)

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>