Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #hallmark catégorie

Christmas Yulefest 2018 - 56 - Un Noël sous les Projecteurs (2018)

Publié le 31 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Chez les Téléphages Anonymes, la Christmas Yulefest et son marathon de cinéma de Noël continuent jusque début janvier...

Un Noël sous les Projecteurs (Entertaining Christmas - 2018) :

Fille de Liz Livingstone (Jane Moffat), reine médiatique du bien-vivre et des arts de la maison et de la table, Candace (Jodie Sweetin) n'a pas hérité des talents culinaires et artisanaux de sa mère : son truc, ce sont les médias et la gestion de l'entreprise de sa mère. Ainsi, lorsqu'une fillette leur envoie une vidéo suppliant Liz de l'aider à organiser une fête de Noël spéciale pour le retour de son père militaire, Candace voit là une excellente occasion de créer un peu de buzz médiatique. Mais à son arrivée sur place, Candace est livrée à elle-même, et si elle veut prouver à sa mère et au comité de direction qu'elle mérite de prendre la succession de l'entreprise, Candace doit se faire passer pour une experte en art de vivre, alors même qu'un journaliste (Brendan Fehr) s'intéresse d'un peu trop près à elle...

Comédie romantique Hallmark assez sympathique, puisque reposant sur un couple charismatique et qui fonctionne bien - Fehr et Sweetin -  et rappelant un peu Joyeux Noël dans le Connecticut, et ses quiproquos. Cette dernière injecte une énergie bienvenue au métrage, en allégeant un peu le ton global de la production, par ailleurs assez classique dans le genre.

Et qui dit classique, dit aussi défauts habituels de chez Hallmark, notamment la neige en rouleau immonde étendue sur le sol, les coiffeurs qui ont la main lourde (surtout sur Sweetin), et la garde-robe paradoxale, qui tente tellement de couvrir Sweetin en lui mettant des pulls à col roulés, ou des tenues lui allant jusqu'au menton, afin de détourner l'attention de ses formes, qu'elle finit par s'avérer contre-productive et par souligner celles-ci.

On rajoutera aussi, au rayon des défauts, un rythme assez inégal - il manque peut-être d'un petit quelque chose pour que tout ça décolle vraiment, ou que la romance soit pétillante et dynamique -, et l'on se retrouve, au final, avec une rom-com à peine au-dessus de la moyenne, pas désagréable, mais pas ultra-mémorable non plus.

3.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 55 - Mon Noël en Alaska (2018)

Publié le 31 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Chez les Téléphages Anonymes, la Christmas Yulefest et son marathon de cinéma de Noël continuent jusque début janvier...

Mon Noël en Alaska (Northern Lights of Christmas - 2018) :

Pilote confirmée rêvant de posséder son propre avion, Zoey (Ashley Williams) hérite du ranch de son oncle à l'approche de Noël, et se rend sur place, en Alaska, pour lui trouver un acheteur. Mais sur place, entre les rennes de la ferme, la communauté, le festival de Noël local et Alec (Corey Servier), le séduisant responsable de la ferme, Zoey commence à envisager une toute autre vie...
 
Encore une production Hallmark qui s'ouvre sur la Space Needle de Seattle (ça commence à m'agacer, je dois dire), encore une production Hallmark qui utilise une fausse neige assez immonde, pulvérisée partout, et qui colle à tout (sauf à l'enclos de rennes, bizarrement, qui n'a pas un "flocon"), et encore un métrage qui sacrifie un peu trop de sa fantaisie et du potentiel de son actrice principale (une Ashley Williams comme toujours radieuse et attachante) sur l'autel d'un script à l'écriture pataude et maladroite. Le premier quart d'heure, notamment, est vraiment laborieux, enchaînant des couloirs d'exposition et de scènes assez artificiellement amenées...
 
Heureusement, sous l'impulsion de Williams (qui a tendance à avoir des réactions au moins partiellement improvisées), le film finit par décoller un peu, et par trouver un peu de rythme et d'énergie. Pas forcément assez pour mériter plus que la moyenne, mais la distribution secondaire était suffisamment sympathique (Laura Miyata, notamment) pour me rendre indulgent.

3/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 53 - À la Maison pour Noël (2018)

Publié le 30 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, Hallmark

Chez les Téléphages Anonymes, la Christmas Yulefest et son marathon de cinéma de Noël continuent jusque début janvier...

À la Maison pour Noël (Time For Me to Come Home For Christmas - 2018) :

Alors que l'entreprise familiale est en péril à l'approche de Noël, Cara (Megan Park) rentre chez elle pour annoncer la mauvaise nouvelle à son père et à leurs employés. Mais une météo peu coopérative la place à de multiples reprises sur le chemin de Heath (Josh Henderson), un célèbre chanteur de country en panne d'inspiration, et les force à faire route ensemble...

Alors j'aime bien Megan Park (qui a l'air moins fatiguée ici que dans le dernier téléfilm Hallmark dans lequel je l'ai vue, Once Upon A Prince - critique à venir en février prochain, durant la semaine spéciale Saint Valentin 2019), je n'ai rien contre Josh Henderson, et un caméo de Paul McGillion est toujours le bienvenu, mais bon, je dois bien avouer qu'un road-trip de Noël à la sauce country, ça me laisse globalement de marbre.

Surtout quand le récit impose, comme souvent chez Hallmark, la séparation des deux protagonistes à 15 minutes de la fin, de manière totalement forcée et artificielle, et que le tout se termine en chanson de manière totalement insipide (forcément, me dit-on, puisque le film est inspiré d'une chanson de Blake Shelton, et du livre que sa maman a écrit... youpi).

Bof.

3/6, parce que c'est compétent, et que si l'on fait partie du public ciblé, cela doit probablement fonctionner.

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 50 - Un Noël à Springdale (2018)

Publié le 28 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Télévision, Yulefest, Romance

Chez les Téléphages Anonymes, la Christmas Yulefest et son marathon de cinéma de Noël continuent jusque début janvier...

Un Noël à Springdale (Small Town Christmas - 2018) :

Inspirée par un ex-petit ami qu'elle n'a pas vu depuis 6 ans, Nell (Ashley Newbrough) a placé les aventures de son best-seller dans la petite ville de Springdale, sans jamais y avoir mis les pieds. Pour Noël, cependant, son éditrice l'envoie découvrir la bourgade, afin de réaliser une opération publicitaire et médiatique. Mais à son arrivée, Nell découvre que son ex, Emmett (Kristoffer Polaha), vit toujours là, et est le libraire de la ville : un libraire accueillant, décontracté et optimiste mais très attaché aux traditions, ce qui se marie mal avec les intentions modernistes de Brad (Preston Vanderslice), un développeur immobilier voulant réinventer les festivités locales et rénover la ville...

On va faire simple : je ne suis pas vraiment particulièrement fan d'Ashley Newbrough, qui m'a toujours laissé vraiment de marbre, pour une raison que je ne m'explique pas, mais j'ai tendance à apprécier Kris Polaha, toujours très naturel et sympathique, et j'ai par conséquent tenté ce téléfilm sans aucune attente particulière.

Donc forcément, en me retrouvant devant un bon vieux "les traditions de notre bonne vieille bourgade sont en péril par la faute d'un méchant développeur immobilier qui ne pense qu'à l'argent", j'ai eu du mal. D'autant qu'en face, on a un Polaha dans un rôle de plus en plus fréquent dans les films de Noël, celui du réfractaire à la technologie "qui corrompt et qui fait perdre le sens des choses vraies". Un propos gentiment conservateur et rétrograde de plus en plus présent dans ce genre de téléfilms, ce qui n'est pas forcément surprenant compte tenu du public ciblé.

Après, Small Town Christmas n'était pas un désastre, malgré ses innombrables clichés en tout genre, et son déroulement cousu de fil blanc. En début de saison, je lui aurais même presque mis la moyenne. Seulement voilà, on est en fin de saison, et les grosses ficelles Hallmark et compagnie utilisées sans le moindre rythme, la moindre énergie ou la moindre originalité, je sature...

2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 38 - Le Bal de Noël (2018)

Publié le 22 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Drame, Hallmark, Noël, Romance, Review, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Bal de Noël (Christmas Wonderland - 2018) :

Lorsque sa sœur l'appelle en urgence, Heidi Nelson (Emily Osment), peintre contrariée et responsable de galerie new-yorkaise, lâche tout pour aller garder ses neveux pendant quelques jours, en Pennsylvanie. Mais sur place, elle tombe nez à nez avec Chris (Ryan Rottman), son ex-petit ami de lycée, désormais coach sportif en charge du bal de Noël de l'établissement...

Alors j'aime beaucoup Emily Osment. Je trouve que c'est une actrice drôle, expressive, dynamique, et qui possède un excellent timing comique. Donc forcément, j'attendais son premier film Hallmark avec une certaine impatience, espérant quelque chose de plus léger et décalé que d'habitude...

Malheureusement, c'est tout le contraire qui s'est produit. Christmas Wonderland est une rom-com Hallmark basique et molle au possible (jusqu'à en être insipide) sur le modèle de "elle travaille dans une grande ville, mais revient dans sa bourgade natale pour Noël, et y retrouve un ex, qui lui fait redécouvrir le sens de la vie, de l'amour, et des vraies valeurs".

Ajoutez à cela un personnage principal au talent discutable (ses tableaux sont naïfs et simplistes), une Kelly Hu sous-exploitée dans le rôle ingrat de la patronne qui se fait planter là par son employée, un prétendant assez transparent, et une tonne de moments "montage musical sur de la pop générique", et l'on se retrouve avec un métrage frustrant et instantanément oubliable (ce qui n'est pas forcément surprenant puisque c'est une production Hybrid).

2.5 - 0.25 (parce qu'Emily Osment mérite mieux) = 2.25/6

(et ça n'a absolument rien à faire sur Hallmark Movies & Mysteries)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 37 - Un Fiancé à louer pour Noël (2018)

Publié le 22 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Comédie, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Fiancé à louer pour Noël (Mingle All The Way - 2018) :

Molly (Jen Lilley) a inventé une application de rencontres, qui permet de mettre en contact des célibataires ayant besoin de compagnons platoniques le temps d'une soirée sociale ou d'une fête en famille. Rapidement, pour pouvoir trouver un financement conséquent, elle doit faire la preuve de l'efficacité de son travail, et s'inscrit donc sur son service, qui la met en contact avec Jeff (Brant Daugherty), un séduisant publicitaire cherchant à impressionner son patron. Et malgré leurs différences, Molly et Jeff vont apprendre à se découvrir...

En soi, cette comédie romantique Hallmark n'est pas forcément mauvaise : le couple principal est sympathique, et la production n'est pas fauchée. Mais ce Mingle All The Way a pas mal de points négatifs, qui jouent en sa défaveur.

Déjà, il n'a pas une once d'originalité : il rappelle plusieurs autres rom-coms similaires, notamment Comment trouver l'amour à la St Valentin ? / A Perfect Romance. Ce qui amène le second problème : ce récit pourrait aussi bien se dérouler à Pâques, à Thanksgiving, en vacances au soleil, en janvier, etc - Noël n'a aucune incidence sur le récit, et sert à peine de toile de fond, et de prétexte à un enneigement certain.

On a ainsi parfois l'impression désagréable que le métrage est né d'un jeu de mots (Mingle All The Way) pendant une session de brainstorming des exécutifs/créatifs de la chaîne, qui ensuite seulement ont tenté de déconstruire ce titre pour aboutir à cette idée de site de rencontres à Noël.

Et puis, enfin, le métrage n'est tout simplement pas très intéressant ni dynamique. On regarde le tout de manière très passive, en attendant que ça avance, et que les clichés s'enchaînent. Énorme bof, en somme, qui ne mérite pas vraiment la moyenne.

2.5/6 - 0.25 pour le côté répétition de A Perfect Romance = 2.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 26 - Un Millier de Flocons (2013)

Publié le 16 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Télévision, Yulefest, Romance

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Millier de Flocons (Let It Snow - 2013) :

Cadre impitoyable dans l'entreprise de son père (Alan Thicke), Stephanie (Candace Cameron Bure) n'aime pas Noël, et est envoyée, à l'occasion des fêtes, dans un hôtel de montagne récemment acheté par son entreprise pour être totalement rénové, et en faire une destination de vacances. Mais sur place, elle rencontre le séduisant Brady (Jesse Hutch), fils des propriétaires voué à hériter de l'établissement, et rapidement, elle découvre le charme des festivités de Noël, et de celles de ce vieux chalet traditionnel...

Un téléfilm de Noël pas désagréable à suivre, bien qu'étant ultra-classique et balisé pour du Hallmark.

Cependant, les paysages de montagne authentiquement enneigés, la musique approprié (très calquée sur Dead Like Me), et les personnages secondaires agréablement développés font que le tout, bien qu'étant classique, passe plutôt bien.

Malheureusement, Thicke semble avoir tourné toutes ses scènes en pilotage automatique, en une après-midi, et j'ai toujours aussi peu de sympathie pour CCB, qui surjoue vraiment  trop par moments (le matin de Noël, aïe) et dont certaines scènes sont difficiles à supporter lorsque l'on connaît ses penchants fondamentalistes religieux - je pense notamment à tout son speech larmoyant à son père, un discours à base de "Noël c'est un sacrifice, c'est une renaissance de l'espoir, c'est un symbole au sens profond, blablabla" dont on devine sans peine le double-sens).

Avec une autre actrice, j'aurais probablement été plus généreux.

3/6 

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 23 - Les Souliers de Noëlle (2018)

Publié le 15 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Fantastique, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Les Souliers de Noëlle (A Shoe Addict's Christmas - 2018) :

Passionnée de chaussures, Noëlle (Candace Cameron Bure) travaille dans un grand magasin où elle se trouve coincée un soir, seule, alors qu'une tempête de neige fait rage à l'extérieur. Elle y rencontre alors Charlie (Jean Smart), un ange gardien débutant et maladroit là pour faire visiter à Noelle les Noël de son passé, pour l'aider à trouver le bonheur et à renouer avec sa passion pour la photographie...

Je ne suis habituellement pas vraiment fan des téléfilms de Noël de Candace Cameron Bure, souvent moyennement probants, donc j'ai abordé cette comédie Hallmark au titre inhabituel avec une certaine méfiance... mais finalement, ce Shoe Addict's Christmas s'est avéré une très bonne surprise.

Bon, ce n'est pas un téléfilm forcément très original (on est dans une déclinaison de A Christmas Carol, It's A Wonderful Life, etc), mais le ton de cette production Hallmark est assez rafraichissant : pas de mélodrame, pas de romance premier degré, pas de clichés surabondants et surexploités, mais quelque chose de plus léger, de plus dynamique et de plus enjoué, avec une CCB quasiment en mode sitcom, un Luke MacFarlane qui se met au diapason, et des personnages secondaires assez sympathiques (Vanessa Matsui, Jean Smart, Kristian Bruun).

Le film bénéficie par ailleurs d'un budget clairement plus conséquent (on sent que CCB est l'égérie de la chaîne), assez agréable à l'oeil, et le spectateur finit par passer un moment agréable, à défaut d'être extrêmement mémorable.

3.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 21 - Noël en Héritage (2018)

Publié le 14 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, Drame

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël en Héritage (Christmas on Honeysuckle Lane - 2018) :

Peu de temps après la mort de ses parents, Emma (Alicia Witt) rentre chez elle, pour passer un ultime Noël en compagnie de son frère et de sa sœur dans la demeure familiale, avant que cette dernière ne soit vendue. Là, elle rencontre Morgan (Colin Ferguson), antiquaire venu estimer le mobilier, et avec lui, elle découvre de mystérieuses lettres d'amour dissimulées dans le secrétaire de sa mère. Intriguée, Emma décide de mener l'enquête...

Et allez, encore une histoire de famille qui se retrouve pour passer un dernier Noël ensemble avant de liquider la maison, blablabla... décidément, chez Hallmark, quand on tient un filon, on ne le lâche pas.

Et là, comme on est sur Hallmark Movies & Mysteries, on donne dans l'émotion et dans le deuil... ce qui se traduit, à l'écran, par une Alicia Witt qui joue très fort la mélancolie et la tristesse en regardant dans le vide avec un air éploré, le temps d'un flashback ou deux.

J'avoue, j'ai eu du mal avec ce métrage. J'ai eu du mal avec l'interprétation d'Alicia Witt, j'ai eu du mal avec l'intrigue cousue de fil blanc, j'ai eu du mal avec le déroulement du récit, j'ai eu du mal avec les personnages secondaires insipides, j'ai eu du mal avec l'ex qui débarque et les quiproquos qui en découlent, j'ai eu du mal avec les changements ponctuels de tonalité, bref, ce métrage n'a pas été une partie de plaisir pour moi, malgré la présence et le charisme du toujours très sympathique Colin Ferguson.

Mais je crois que je suis sincèrement en train de développer une allergie à Witt et à ses affectations...

2 + 0.25 pour Ferguson = 2.25/6

(ça plaira certainement beaucoup plus aux spectateurs portés sur le mélodrame et l'émotion, dont je ne fais pas clairement partie)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 20 - Noël, Romance et Coïncidences (2018)

Publié le 13 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Drame, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël, Romance et Coïncidences (A Godwink Christmas - 2018) :

Antiquaire à St. Louis et fiancée un peu malgré elle, Paula (Kimberly Sustad) va rendre visite à sa tante Jane (Kathie Lee Gifford) sur l'île de Nantucket, dans le Massachusetts,  l'occasion des fêtes de Noël. Là, la météo et un coup du sort la mettent sur le chemin de Gery (Paul Campbell), un sympathique propriétaire d'auberge, pour qui elle a un coup de foudre...

Une romance Hallmark Movies & Mysteries adaptée d'un livre, et supposément "basée sur une histoire vraie", reposant sur le concept de "godwinks", les clins d’œil divins, ou ces petites coïncidences improbables révélant, en théorie, la main du Destin ou d'un être divin guidant les humains pour trouver le bonheur.

Autant dire qu'avec un tel postulat, j'étais sur mes gardes. D'autant que l'illustration musicale de ces "godwinks", bien surlignés à base de carillon céleste, avait de quoi rendre méfiant.

Et puis en fait, ce métrage évite l'écueil du prosélytisme ou de la superstition pataude... et fonctionne principalement grâce à son couple principal, Kimberly Sustad (qui mériterait d'apparaître dans plus de comédies romantiques de ce genre) et Paul Campbell, qui ont une bonne alchimie, et sont très naturels.

D'ailleurs, pendant les premières 50 minutes, le métrage s'avère agréable à suivre, entre son couple, donc, et ses paysages balnéaires de la Côte Est enneigée : rien de vraiment remarquable, en soi, puisque le métrage reste très discret et sobre, sans mélodrame forcé, mais une telle sobriété s'avère rafraîchissante et plus sincère que la moyenne des téléfilms Hallmark. Le problème, en fait, c'est qu'au terme de ces 50 premières minutes, Sustad quitte Nantucket, et est donc séparée de Campbell jusqu'à la fin du film.

Ce qui enlève énormément de l'intérêt du métrage, et finit par s'avérer rédhibitoire, puisque le script retombe dans les travers habituels du genre, entre le fiancé insipide et le cliché du protagoniste qui a fait des études intellectuelles, mais a préféré retourner dans sa petite ville pour travailler de ses mains, car c'est plus enrichissant et satisfaisant, blablabla.

Ce qui fait que progressivement, on se désintéresse un peu du récit, jusqu'à se dire, à la toute fin, que c'était là une occasion ratée de faire quelque chose de plus intéressant avec un couple d'acteurs polyvalents et attachants.

Dommage.

2.25 + 0.25 pour Sustad et Campbell = 2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 19 - Christmas in Evergreen 2 : la Clé d'un Noël réussi (2018)

Publié le 13 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

La Clé d'un Noël réussi (Christmas in Evergreen 2 : Letters to Santa - 2018) :

De retour pour Noël dans sa petite ville natale d'Evergreen, Lisa (Jill Wagner), spécialiste en retail design, décide d'aider la ville à rénover l'épicerie de la ville pour éviter qu'elle ne soit rachetée par un grand conglomérat. Elle reçoit l'aide de Kevin (Mark Deklin), un entrepreneur local, dont elle s'éprend progressivement...

Suite indirecte de Un Festival pour Noël, dont la grande majorité des personnages réapparait (parfois de manière conséquente - les parents Shaw, Holly Robinson-Peete, Rukiya Bernard, Santa, etc - ou de manière plus ponctuelle - Ashley Williams apparaît brièvement en fin de film dans une poignée de scènes), cette comédie romantique Hallmark bénéficie d'un couple principal attachant, d'une diversité appréciable, et de nombreux personnages secondaires sympathiques.

Le film conserve aussi l'enrobage "livre d'histoires" du premier opus, son côté légèrement fantastique, son camion, et ses décors enneigés, bref : si l'on apprécie le premier film, on devrait donc trouver cette suite à son goût.

Malheureusement, j'avoue que quelque chose m'a gêné dans l'interprétation globale des acteurs : tous font preuve d'un enthousiasme et d'une intensité un peu trop appuyés, qui donne régulièrement au métrage un côté un peu forcé, pas forcément aussi bien vendu par Jill Wagner et Mark Deklin qu'il peut l'être par Ashley Williams (chose qui lui est pourtant régulièrement reprochée).

Bref, cet aspect artificiel et peu naturel de l'interprétation et des réactions des acteurs m'a dérangé, sans toutefois s'avérer rédhibitoire, d'autant que c'est totalement subjectif, et que c'est à l'appréciation de chacun.

3/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 17 - Un Noël sur la Glace (2018)

Publié le 12 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël sur la Glace (Christmas at The Palace) :

Katie (Merritt Patterson), une ancienne patineuse reconvertie chorégraphe, et sa meilleure amie Jessica (Brittany Bristow), se produisent à San Senova, un petit royaume d'Europe centrale, lorsque le Roi Alexander (Andrew Cooper) les engage pour organiser, dans des délais très serrés, un spectacle de Noël sur glace. Progressivement, alors que Katie prend sous son aile la jeune Princesse Christina (India Fowler), elle découvre que le père de la jeune fille est moins froid qu'il n'y paraît au premier abord...

Prenez une bonne dose de toutes les comédies romantiques Hallmark estampillées "royauté" (notamment Un Hiver de Princesse, déjà avec Merritt Patterson) ; ajoutez-y une louche de rom-coms Hallmark sur le patinage artistique, où l'héroïne, ancienne patineuse olympique, prend sous son aile une jeune fille manquant de confiance en elle, et s'éprend du père de celle-ci ; et saupoudrez le tout de ce bon vieux "il faut organiser un spectacle de Noël à la dernière minute"... et voilà, Christmas at the Palace.

Globalement très dérivatif, donc, et pas particulièrement rigoureux ou très bien écrit, notamment au niveau des choix narratifs du récit (les allers-retours de Katie entre les USA et San Senova se font en un clin d'oeil, par exemple ; on ne voit pas le spectacle final ; l'héroïne n'hésite pas à tout laisser tomber pour partir avec l'argent !), et des réactions de certains personnages (difficile de ne pas lever les yeux au ciel quand l'héroïne passe tout son temps à se plaindre que le palais n'est pas assez décoré par le Roi rabat-joie et grincheux, alors que ce même palais, à l'écran, ressemble à la boutique de Noël de tous les parcs Disney : couvert de guirlandes, de boules, de lumières et de sapins) ; de plus, pour ne rien arranger, la romance principale est assez terne et rigide, à l'image du Roi, notamment en comparaison de la romance secondaire de l'assistant du Roi et de Brittany Bristow (déjà aperçue dans Coup de Coeur Sauvage), dynamique et pétillante.

Au final, ce Christmas at the Palace peine donc à emporter l'adhésion, malgré un couple principal compétent et photogénique, et une India Fowler attachante : ça manque d'énergie, ça ne pétille pas assez, c'est routinier, bref, rien de vraiment intéressant.

Un généreux 2/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 16 - Une Bague sous le Sapin (2018)

Publié le 11 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Romance, Review, Télévision, Yulefest, Drame

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Une Bague sous le Sapin (Reunited at Christmas - 2018) :

Chargée d'écrire un roman de Noël, mais ne trouvant guère l'inspiration ni l'esprit de Noël depuis la mort de sa grand-mère, Samantha (Nikki DeLoach) rejoint sa famille dans la demeure de cette dernière, pour y passer d'ultimes fêtes de fin d'année en accord avec le dernier souhait de la défunte. Là, elle y retrouve sa sœur (Lisa Durupt) et son époux (Noel Johansen), ses parents divorcés (Andrew Airlie & Eileen Pedde), et elle va tenter de mettre de côté ses doutes alors même que son petit ami (Mike Faiola) la demande soudainement en mariage...

Un téléfilm Hallmark très similaire à Last Vermont Christmas, tant dans son sujet que dans ses personnages, dans son ton et dans son approche sérieuse et mesurée des relations familiales et de couple.

On se retrouve donc ici aussi avec un drame relationnel sobre, qui aurait probablement été plus à sa place sur Hallmark Movies & Mysteries, mais qui fonctionne mieux que Last Vermont Christmas, pour de multiples raisons : la production est plus compétente (et moins fauchée), l'interprétation est plus homogène (le couple principal fonctionne plutôt bien - ce qui n'est pas surprenant, compte tenu de la présence de Nikki DeLoach), le casting est réussi, et l'écriture prend le temps de développer tous les personnages - y compris secondaires - à un degré ou un autre.

Alors ce n'est clairement pas mon style de film festif préféré, et je ne le reverrai probablement pas à l'avenir, mais on est clairement un bon niveau au-dessus de LVC, ce qui n'est pas un mal.

3.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 15 - Le Gala de Noël (2018)

Publié le 11 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Yulefest, Télévision

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Gala de Noël (Pride, Prejudice and Mistletoe - 2018) :

À l'occasion des fêtes de Noël, Darcy Fitzwilliam (Lacey Chabert), une conseillère financière, rentre dans sa famille pour aider sa mère à préparer un gala caritatif dans leur luxueuse demeure. Mais rapidement, elle découvre que le traiteur engagé par sa mère n'est autre que Luke Bennett (Brendan Penny), son grand rival de lycée, avec lequel elle entretient une relation des plus tendues. Une relation qui, pourtant, évolue à mesure que le couple travaille côte à côte à l'organisation des festivités...

En théorie, une adaptation Hallmark d'un roman inspiré par les écrits de Jane Austen (la deuxième de cette saison festive, après Noël à Pemberley), et qui se voulait une revisite moderne, avec inversion du sexe des protagonistes, d'Orgueil et Préjugés.

Dans les faits, en réalité, on se retrouve avec une comédie romantique Hallmark ultra-basique et balisée, avec tous les clichés habituels de la chaîne (la carriériste citadine à la profession intellectuelle qui revient chez elle, et tombe amoureuse d'un ex au métier plus "manuel" ; la collaboration hasardeuse des deux personnages principaux qui se disputent mais finissent par s'apprécier ; le quiproquo de fin sous-développé ; le rival amoureux ; la rivale professionnelle ; etc...) et à peine saupoudrée de quelques références à Jane Austen, notamment dans les noms.

Pour ne rien arranger, le métrage a une fâcheuse tendance à passer beaucoup trop de temps à parler affaires, finance et manigances professionnelles, tout en souffrant d'une écriture un peu maladroite de ses dialogues : de quoi gentiment plomber le tout, et notamment son couple principal, pourtant pas désagréable.

Certes, Chabert fait du Chabert, comme d'habitude, et ses personnages sont un peu interchangeables de film en film, mais Brendan Penny fait un prétendant plutôt sympathique, notamment dans la première partie de la relation, plus conflictuelle.

Dommage que tout le reste du téléfilm soit à ce point basique et générique.

2.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 14 - Un Noël Décisif (2018)

Publié le 10 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Noël, Review, Télévision, Yulefest, Drame, Hallmark, Romance

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël Décisif (Last Vermont Christmas) :

Mère veuve et chef réputée, Megan (Erin Cahill) est ravie de rentrer dans le Vermont pour Noël, afin d'y passer les fêtes en famille avec ses deux sœurs et leurs parents. Mais rapidement, les trois jeunes femmes apprennent que leurs parents ont décidé de vendre la demeure familiale... et lorsque Megan découvre que l'acheteur est Nash (Justin Bruening), son petit-ami d'antan, elle ne sait plus trop quoi penser.

Arf, quel dommage, vraiment, que d'avoir un couple vedette - Bruening et Cahill - à ce point sympathique, possédant une si bonne alchimie, et une décontraction aussi agréable... mais de les plonger dans un drame familial (enfin, le mot est un peu fort, puisqu'il n'y a pas grand chose de dramatique) globalement sérieux, tout en mesure et en sobriété, bref, dans un téléfilm Hallmark Movies & Mysteries.

La romance se trouve donc repoussée à l'arrière-plan de cette intrigue familiale pas très passionnante, guère aidée par une distribution secondaire inégale : entre la mère à l'expression un peu trop béate (Ann Osmond), la plus jeune sœur (Catherine Corcoran), artiste immature et agaçante, qui pousse la chansonnette, l'autre sœur (Rachel Rhodes-Devey) trop effacée et son époux (Rob Figueroa) pas très bon acteur, ou encore le voisin/prétendant de la jeune sœur, qui ne sert à rien, le métrage est un défilé de personnages secondaires quelconques, qui peinent à retenir l'attention.

Ajoutez à cela un rythme assez pépère, une sous-intrigue insipide sur Bruening et sa collègue agente immobilière (le quota afro-américain du métrage), et un budget clairement très limité (toute la fausse neige des scènes avec acteurs est assez risible - des rouleaux de neige cotonneuse mal installée, de la neige floquée pulvérisée au hasard sur les murs - surtout en comparaison des stock-shots de paysages à l'enneigement abondant), et l'on se retrouve avec un téléfilm assez peu engageant sur la durée, malgré de bonnes choses çà et là (notamment au niveau du traitement du deuil).

Dommage, j'aurais vraiment préféré retrouver ces deux têtes d'affiche dans quelque chose de plus léger et dynamique.

2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 11 - Comme les Noëls de mon Enfance (2018)

Publié le 9 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Noël, Review, Yulefest, Comédie, Romance, Drame, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Comme les Noëls de mon Enfance (Return to Christmas Creek - 2018) :

À l'approche de Noël, Amelia Hughes (Tori Anderson), développeuse d'application marketing venant de connaître coup sur coup une déconvenue amoureuse et un revers professionnel, décide de retourner dans sa bourgade natale de Christmas Creek, pour y retrouver son oncle Harry (Steven Weber), et tenter de comprendre ce qui a brouillé ce dernier avec son père. Sur place, elle retrouve rapidement son ami d'enfance, Mike (Stephen Huszar), qu'elle réapprend progressivement à connaître...

Une dramédie romantique diffusée sur Hallmark Movies & Mysteries, avec ce que ça implique de ton plus sérieux et mélodramatique (ici, un conflit de famille entre père et oncle), de dialogues plus "profonds" sur la vie, l'amour, etc, et une distribution souvent plus aguerrie (Steven Weber et Kari Matchett, en l'occurrence).

Et dans l'absolu, ce n'est pas forcément désagréable à suivre, ou mauvais... mais ce n'est pas non plus particulièrement captivant.

À vrai dire, j'ai été plus intéressé par la relation existant entre Weber et Matchett qu'entre les deux acteurs principaux, Tori Anderson et Stephen Huszar. Et ce n'est pas forcément de la faute de ces derniers (ils ne sont pas mauvais, et leurs personnages sont suffisamment développés), c'est simplement que leur histoire est assez banale et classique, malgré tout l'enrobage plus "sérieux" du téléfilm ; et pour être franc, quitte à choisir, j'aurais autant préféré suivre un film entier consacré aux deux "vétérans" du petit écran (avec les petits jeunes comme personnages secondaires), tant le charisme, l'alchimie et le talent n'étaient clairement pas au même niveau entre les deux couples.

Au final, rien de mémorable au programme, ni rien de calamiteux, mais simplement un téléfilm très classique, comme les grands networks en produisaient pour Noël dans les années 80-90.

3.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 09 - Noël, couronnes et pâtisseries (2018)

Publié le 8 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Critiques éclair, Noël, Review, Cinéma, Télévision, Yulefest, Romance, Comédie, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël, couronnes et pâtisseries (Christmas in Love - 2018) :

Lorsque Nick Carlington (Daniel Lissing), cadre et futur patron de l'entreprise, visite incognito la pâtisserie où Ellie Hartman (Brooke D'Orsay) et son équipe préparent artisanalement leurs fameux cookies Kringles de Noël, c'est un choc des cultures qui se produit entre la pâtissière créative n'osant pas se lancer à l'assaut de ses rêves, et l'industriel ambitieux, coincé et formaté, habitué à la modernité des grandes villes et des usines automatisées. Mais alors que Nick et Ellie se rapprochent, la jeune femme découvre que Carlington semble vouloir remplacer le personnel de la pâtisserie par des machines...

L'année dernière, Brooke D'Orsay m'avait agréablement surpris avec son Miss Noël plutôt décontracté et sympathique. Cette année, cependant, elle est coincée dans une comédie romantique Hallmark nettement plus balisée, pour ne pas dire clichée, avec sa sempiternelle opposition entre la vie rurale et la vie urbaine, entre l'illusoire "small-town America" où il fait bon vivre et partager des valeurs sincères avec des gens que l'on connaît depuis sa naissance, et la grande ville libérale sans foi ni loi, où seul l'argent règne en maître.

Ce postulat de départ très familier (Hallmark l'a déjà recyclé deux ou trois fois, avec de légères variations - cf Ma Petite Entreprise de Noël ou L'Héritage de Noël) motive peu, à vrai dire, d'autant que face à D'Orsay, on trouve Daniel Lissing, un habitué de Hallmark puisqu'il y est acteur récurrent de la série Le Coeur a ses raisons ; un Lissing assez peu charismatique, pas toujours ultra-naturel et qui n'est pas aidé par une écriture à la caractérisation assez aléatoire.

Son personnage, supposé représenter ainsi le cadre corporate, rigide et coincé, carriériste et ambitieux, est ainsi celui qui va inciter, tout au long du métrage, le personnage de D'Orsay à suivre ses rêves, à se laisser guider par son intuition, et à tout plaquer pour se lancer dans la vente de couronnes de Noël sur le web.

Soit. Pas ultra-logique, mais passons. Ajoutez à cela un script sans réelle tension narrative, une musique qui tente de donner un peu de fantaisie au métrage sans réellement y parvenir, et des personnages secondaires - l'ex de l'héroïne et sa meilleure copine - assez fades, et l'on se retrouve avec un métrage globalement insipide, qui ne passionne guère, et est immédiatement oublié.

2.25 + 0.25 pour Brooke d'Orsay, qui fait de son mieux et reste attachante = 2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 08 - Noël à Crystal Falls (2018)

Publié le 7 Décembre 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Yulefest, Noël, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël à Crystal Falls (Christmas Joy - 2018) :

Cadre en marketing, ambitieuse et dévouée à son travail, Joy (Danielle Panabaker) est sur le point de décrocher une promotion lorsque sa tante se blesse, à l'approche des fêtes de Noël. Contrainte de quitter la grande ville où elle travaille pour aller aider sa tante dans la bourgade où elle est née et a grandi, Joy y retrouve Ben (Matt Long), pour qui elle a toujours eu un faible, et à ses côtés, la jeune femme va redécouvrir la magie de Noël, en participant à l'organisation d'un concours de pâtisserie local...

C'est amusant : généralement, j'apprécie les films de Noël débordant de neige et de lumières scintillantes, mais il y a un juste équilibre à atteindre, et occasionnellement, Hallmark en fait trop.

Là, c'est le cas : quasiment toutes les scènes en extérieur débordent de neige artificielle (et réelle ?), et quasiment toutes les scènes intérieures débordent de lumières de Noël, au point d'être auréolées d'un halo lumineux diffus émanant des guirlandes.

Pas forcément surprenant, tant le film ne se cache pas d'avoir été sponsorisé à droite et à gauche, notamment par Balsam Hill, vendeur de sapins artificiels et de décorations lumineuses.

Pas bien grave, cela dit, si cela participe de la féérie de Noël du récit. Ici, cependant, on est en terrain très balisé, et un peu trop générique : le couple principal est inoffensif et a une alchimie très discrète (pour ne pas dire faiblarde), la romance est en mode mineur, le récit est convenu, l'opposition ville/petite bourgade est encore là, bref... ce n'est pas nécessairement mauvais, mais c'est particulièrement peu marquant.

3/6 (en étant gentil)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 07 - La Surprise de Noël (2018)

Publié le 6 Décembre 2018 par Lurdo dans Critique éclair, Review, Cinéma, Christmas, Yulefest, Noël, Télévision, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

La Surprise de Noël (Road To Christmas - 2018) :

Alors alors qu'elle prépare le direct spécial Noël de sa patronne, la présentatrice et cuisinière Julia Wise (Teryl Rothery), Maggie Baker (Jessy Schram), une productrice de Los Angeles, apprend qu'elle va devoir composer avec Danny (Chad Michael Murray), le fils de Julia, lui aussi producteur de télévision. Ensemble, le duo aux méthodes pourtant très différentes se rend dans le Vermont pour préparer le tournage de l'émission, et Maggie décide d'en profiter pour réunir Julia avec ses trois fils séparés. 

Une (relativement) bonne surprise pour ce téléfilm Hallmark qui, pourtant, à la base, ne semblait reposer que sur un jeu de mots répété à plusieurs reprises dans le métrage : réunir les trois "wise men", les trois hommes Wise (mais aussi, en anglais, les trois Rois Mages).

On a ainsi droit à une héroïne qui réunit trois frères adoptifs radicalement différents : Danny, donc, mais aussi un asiatique, et un gay vivant en couple avec son compagnon (et un Yorkshire). Un couple gay, chez Hallmark ! Il va neiger !

(certes, on reste dans le cliché du couple gay caricatural, mais bon, il y a tout de même du progrès ^^)

Et la quête de l'héroïne, rythmée par ses visites aux trois frères, s'avère ainsi relativement rythmée et dynamique, avec une petite animation numérique pour illustrer chaque déplacement, et les segments tournés à chaque arrêt.

Ajoutez à cela une distribution agréable (Jessy Schram a l'air un peu fatiguée, mais son couple avec CMM fonctionne bien ; Teryl Rothery est impeccable, comme toujours, et parvient même à susciter un peu d'émotion vers la fin ; les personnages secondaires ont assez de personnalité et sont suffisamment mémorables et divers pour ne pas être transparents - notamment la soeur de Maggie, interprétée par Marlie Collins, que l'on ne devrait pas tarder à revoir çà ou là), et une ambiance globalement décontractée, et voilà un téléfilm Hallmark qui, sans se démarquer forcément beaucoup du lot, s'avère agréable à suivre.

Dommage qu'il s'essouffle un peu dans sa dernière ligne droite.

3.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 01 - Un Noël Émouvant (2017) & Pottersville (2017)

Publié le 1 Décembre 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Noël, Christmas, Yulefest, Comédie, Netflix, Romance, Télévision, Hallmark, Drame

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël Émouvant (Home For Christmas Day - 2017) :

Veuve de soldat et mère célibataire très protectrice, Jane (Catherine Bell) ne voit pas d'un très bon œil la relation naissante entre Betsy (Matreya Fedor), et Tyler (Anthony Konechny), un jeune militaire de passage en ville. Et à l'approche de Noël, malgré les conseils de son ami Jackson (Victor Webster), Jane commence à s'inquiéter pour sa fille...

Home For Christmas Day, ou Gilmore Girls à la sauce Hallmark Movies & Mysteries : la vie d'une mère célibataire et de sa fille adolescente dans une petite ville, alors que cette dernière découvre l'amour dans les bras d'un grand blond un peu insipide, et que sa mère protectrice mais complice flirte avec le patron du diner local. Le tout transposé à Noël.

Sauf que, comme on est sur HMM, tout le monde est en pleine déprime, en deuil, tout le monde tire des têtes d'enterrement, il n'y a pas un gramme d'atmosphère festive, tout est sombre, sous-éclairé, dépressif, bref, totalement insupportable et mélodramatique au possible (mention spéciale à la feinte des scénaristes quant à la mort du jeune soldat, pas un seul instant crédible).

Ajoutez à cela un propos patriotique et pro-militaire comme les Américains savent le faire, et on se retrouve au final avec un téléfilm qui m'a véritablement donné des boutons (d'autant qu'en plus, Catherine Bell est de moins en moins reconnaissable, que Chanelle Peloso et Aliyah O'Brien doivent avoir cinq répliques à elles deux dans tout le film, et que l'affiche est mensongère).

1.25/6 (et ce n'est pas surprenant que Hallmark ait sacrifié le métrage au mois de juillet lors de sa première diffusion)

Pottersville (2017) :

Ivre mort après avoir surpris les ébats costumés de sa femme Connie (Christina Hendricks) et du shérif Jack (Ron Perlman), tous deux furries, Maynard Grieger (Michael Shannon), le propriétaire de l'épicerie de Pottersville, se fabrique un costume de fortune, et part arpenter les rues enneigées de la ville. Dès le lendemain, cependant, il comprend qu'on l'a pris pour Bigfoot, et que cette attention médiatique pourrait bien être une manne financière inespérée pour la bourgade en crise... notamment lorsque Brock Masterson (Thomas Lennon), l'animateur d'une émission télévisée de chasse aux monstres, arrive sur place.

Une comédie indépendante distribuée par Netflix, et dans laquelle Noël n'est, pour être tout à fait franc, qu'une toile de fond générale, à base de neige omniprésente, de chansons de Noël, et de score musical chargé en grelots, en carillons et en mélodies primesautières.

Ici, on navigue dans de l'humour un peu décalé et absurde, mis en images de manière assez mollassonne et moyenne par ce réalisateur dont c'est le premier long métrage de fiction : ses choix esthétiques sont relativement discutables, avec des angles de caméra, des gros plans et un filtre jaunâtre occasionnel qui font parfois très Jeunet, et je ne suis pas vraiment surpris d'apprendre que le tout s'est fait démolir par la critique américaine.

Cela dit, je n'ai pas détesté pour autant, même si le film finit par tourner au numéro à rallonge de Thomas Lennon - j'aime bien l'acteur, mais ici, il est grosso modo en roue libre ; j'ai cependant apprécié les petits rôles de Judy Greer et de Ian McShane, d'autant que, de manière générale, tout le monde semble s'amuser.

Dommage que cette bonne humeur ne se communique pas vraiment au spectateur.

Un petit 3/6, parce que la distribution est sympathique et compétente, et que le petit côté La Vie est Belle n'est pas désagréable.

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #677 : Un Voeu pour être Heureux (2009)

Publié le 26 Mars 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Romance, Review, Télévision, Comédie, Hallmark, Fantastique

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Un Voeu pour être Heureux (The Wishing Well) :

Dans la petite ville de Small Wells, la seule attraction touristique est un puits à souhaits aux résultats très aléatoires. C'est là que vit Mark Jansen (Jason London), propriétaire du journal local en difficulté financière, et sa fille Abby (Jadin Gould), qu'il élève seule. Bientôt, Cynthia Tamerline (Jordan Ladd), une journaliste new-yorkaise antipathique, arrogante et prétentieuse, arrive en ville pour écrire sur le puits, mais rapidement, un voeu la précipite dans une réalité alternative ; là, elle est la nouvelle employée du journal, et doit faire ses preuves, tout en prenant conscience de ses défauts, afin de changer le cours de sa vie.

Comédie romantique Hallmark assez médiocre, voire même mauvaise, que j'ai eu énormément de mal à terminer.

La faute à un rythme et des dialogues assez maladroits, à un montage mollasson, à une illustration musicale hors-sujet, des bruitages de sonothèque, et à une interprétation globale assez faiblarde (en particulier au niveau de la post-synchronisation).

Jordan Ladd, notamment, surjoue un peu, en plus d'avoir pris un coup de vieux depuis Club Dread (2004) ; bref, on oublie rapidement ce récit prévisible, qui tourne trop rapidement en rond.

1.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien....

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #651c : SEMAINE ST-VALENTIN - Je ne t'oublie pas (2017), La Reine du Remariage (2018) & Comment trouver l'amour à la Saint Valentin ? (2018)

Publié le 18 Février 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Comédie, Romance, Drame, Hallmark, PixL

Exclusivement, ce week-end, à l'occasion de la semaine de la Saint Valentin, un petit bonus : deux fournées supplémentaires de comédies romantiques en tous genres...

Je ne t'oublie pas (Same Time Next Week) :

Veuve, Sara (Jewel Staite) tente de faire son deuil de son époux en remplissant à sa place sa bucket list. Un jour, alors qu'elle se blesse en tentant d'accomplir l'une des tâches de la liste, elle est soignée par Ryan (Travis Milne), un médecin lui aussi veuf. Le duo sympathise rapidement, et finit par décider de s'associer, pour tenter de finir ensemble cette liste si importante...

Une comédie dramatique/romantique PixL assez classique et qui ronronne assez vite, mais qui a le mérite de joliment traiter le sujet du deuil, notamment dans le cadre de la romance, sans en faire un sujet à sens unique. Autre bon point, les personnages secondaires tous un peu excentriques et caractérisés, ce qui n'est pas désagréable, et l'existence d'une intrigue secondaire bien développée pour la sœur de l'héroïne (Stephanie Bennett) et son fiancé.

En fait, hormis le rythme faiblard, le seul vrai problème, dans ce téléfilm, c'est que Travis Milne est un protagoniste assez terne et peu attachant, qui ne fait pas vraiment le poids face à Jewel.

3/6

La Reine du Remariage (The Wedding Do-Over) :

Spécialiste en sauvetage de mariages ratés, Abby (Nicole Gale Anderson), organisatrice de mariages, est contrainte de faire équipe avec son ex-fiancé, Peter (Parker Young), pour organiser le mariage de la sœur de ce dernier, qui est sa meilleure amie...

Comédie romantique PixL ultra-basique, façon "script refusé par Hallmark", qui manque cruellement de fantaisie, et qui, si elle a les qualités habituelles des téléfilms de la chaîne (personnages principaux d'origines ethniques diverses et variées, personnages secondaires ayant une caractérisation et des sous-intrigues développées), souffre aussi de leurs problèmes habituels : rythme particulièrement plat, absence de rebondissements mémorables, production au budget très limité et en pilotage automatique, bande originale un peu envahissante, bref, c'est ultra-balisé de bout en bout, et c'est tout sauf passionnant.

Dommage, parce que le couple principal est sympathique (même si j'ai toujours du mal à prendre Parker Young au sérieux après Suburgatory), et que les seconds rôles ne sont pas désagréables (Carolyn Hennesy, Maria Canals-Barrera, Alisha Wainwright...), mais... bof.

2.25/6

Comment trouver l'amour à la Saint Valentin ? (My Perfect Romance)

Wes Robinson (Christopher Russell), jeune directeur arrogant et séducteur de l'entreprise technologique familiale, n'a qu'un objectif : trouver une application vendeuse, pour gagner un maximum d'argent. Pour la Saint Valentin, il décide ainsi de précipiter la mise sur le marché d'une application de rencontres supervisée par Vivian (Kimberly Sue-Murray), mais lorsque vient le moment de prouver aux médias l'efficacité de leur produit, Wes et Vivian finissent par devoir s'inscrire eux-mêmes sur l'application... et par se rapprocher.

Comédie romantique canadienne produite par BDS, maison de production canadienne qui monte, et qui a récemment produit Mariage sous la Neige, 48 Voeux de Noël, Un Noël pour se Retrouver, Une Demande en Mariage pour Noël...

Un métrage visiblement adapté d'un roman Harlequin (quel gage de qualité ! ^^) et qui aurait très bien pu être diffusé tel quel sur PixL ou Lifetime : à priori, rien de bien folichon, mais il y a ici une certaine décontraction et une nonchalance qui ne sont pas désagréables du tout, et qui font que le tout fonctionne relativement correctement.

Ce n'est pas particulièrement original, captivant, ou convaincant, mais Christopher Russell est très bien en tête-à-claques arrogante, Sue-Murray s'en sort bien en chef de projet maladroite, et les seconds rôles ne sont pas désagréables : Lauren Holly s'amuse en secrétaire sarcastique, Morgan Fairchild cachetonne en mère carriériste, et Jodie Sweetin a probablement tourné toutes ses scènes en une demi-heure, seule, dans une cuisine, mais elle y met du sien.

Tout sauf mémorable, mais suffisamment compétent pour avoir un

3/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #651b : SEMAINE ST-VALENTIN - Romance d'Automne (2017), Cherche fiancé pour une semaine (2016) & L'Aventure à Deux (2017)

Publié le 17 Février 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Romance, Hallmark, Télévision, Pixl

Exclusivement, ce week-end, à l'occasion de la semaine de la Saint Valentin, un petit bonus : deux fournées supplémentaires de comédies romantiques en tous genres...

Romance d'Automne (Falling for Vermont - 2017) :

Après avoir décidé d'échapper au cirque médiatique qui l'entoure, Angela (Julie Gonzalo), écrivaine de romans jeunesse, part pour le Vermont en voiture, et subit un accident de voiture. Lorsqu'elle revient à elle, elle est amnésique, et devient l'invitée du Dr. Callan (Benjamin Ayres), un médecin veuf et séduisant...

En décembre 2016, Hallmark Movies & Mysteries diffusait A Christmas to Remember, une romance de Noël dans laquelle Jennifer Wade, présentatrice locale surbookée d'un show de cuisine, décidait soudain de partir en voiture se ressourcer dans le Colorado. Mais un accident de voiture plus tard, et là voilà amnésique, recueillie par un vétérinaire veuf (et ses enfants) dont elle s'éprend rapidement.

En septembre 2017, Hallmark diffusait donc ce Falling For Vermont, une romance automnale dans lequel Angela Young, auteure surbookée de romans à succès, décidait soudain de partir se ressourcer dans le Vermont. Mais un accident de voiture plus tard, et là voilà amnésique, recueillie par un médecin veuf (et ses enfants), dont elle s'éprend rapidement.

À part l'époque de l'année, et quelques menus détails, la seule différence entre les deux films : Mira Sorvino dans le rôle principal du premier, Julie Gonzalo dans celui du second. Ce qui se traduit, chez moi, par : je m'abstiens sur le téléfilm de Noël, et je regarde ce Falling For Vermont.

Malheureusement, malgré tous ses efforts, Gonzalo ne suffit pas à sauver ce métrage cousu de fil blanc et dérivatif, puisqu'elle n'a pas grande alchimie avec son partenaire (pas très charismatique ou attachant, à la base), ce qui tue plus ou moins dans l’œuf ce téléfilm.

Ajoutez à cela un script assez quelconque et plat (il ne se passe pas grand chose, tout simplement, et la sous-intrigue de la sœur de l'héroïne et de son agent qui tentent de la retrouver est insipide au possible), et une fillette assez moyenne dans son interprétation (cela dit, elle doit composer avec des dialogues assez laborieux, çà et là), et l'on se retrouve avec un téléfilm particulièrement dispensable et quelconque.

Et puis honnêtement, si l'on veut que ce genre de récit fonctionne à l'ère du web, il aurait mieux valu de ne pas faire de l'héroïne amnésique une figure publique mondialement connue par ses fans, au nombre desquels la fille du médecin qui connaît ses romans par cœur (mais ne semble pas reconnaître son auteur préféré qui fait trois tonnes de convention et passe à la tv,, comme par hasard), surtout alors que les personnages fréquentent plusieurs fois une librairie (ou était-ce une bibliothèque, je ne sais plus) bien achalandée et connectée au net.

2.5/6 - 0.5 pour toutes ces grosses ficelles agaçantes = 2/6

Cherche fiancé pour une semaine (Sisters of the Groom) :

Prête à tout pour aider l'entreprise de traiteur de sa soeur (Savannah Jade), Sarah (Malese Jow) doit impressionner William Quinn (Greg Evigan), un businessman et client potentiel. Pour cela, elle accepte de se faire passer pour la petite amie de Jason (Jeremy Sumpter), le fils de Quinn, à l'occasion d'une réunion familiale et d'un mariage...

Une distribution principale très sympathique (Jade & Jow, déjà ensemble dans Big Time Rush, mais aussi Sumpter et Evigan, même si le premier n'a pas du tout l'air investi dans son personnage), pour un téléfilm PixL ultra-générique et brouillon, avec une illustration musicale ratée, un rythme bancal, et qui a vraiment beaucoup trop de personnages secondaires insipides (tant dans l'écriture que dans le casting) et de sous-intrigues inutiles.

Vraiment rien d'autre à dire, si ce n'est que les têtes d'affiche méritaient mieux.

2/6

L'Aventure à Deux (All Of My Heart 2 : Inn Love) :

Plusieurs mois après leur rencontre, Brian (Brennan Elliott) et Jenny (Lacey Chabert) se préparent à l'ouverture de leur bed & breakfast, et commencent à songer à leur mariage. Mais après une tempête, le couple se retrouve financièrement dans le rouge : Brian décide alors de repartir un temps travailler à Wall Street, le temps de se renflouer, ce qui sied peu à Jenny, restée seule pour s'occuper de son auberge...

Une suite parmi les productions Hallmark, c'est assez rare dès que l'on sort des enquêtes policières, ou de certaines séries bien établies. Et pourtant, c'est le cas ici, avec une suite au All of My Heart de 2015, un téléfilm chroniqué en ces pages, et qui souffrait notamment d'un casting masculin affreusement terne (comme bon nombre de rom-coms Hallmark).

Tellement terne, en fait, que ce métrage ultra-routinier ne m'avait pas du tout convaincu, au point de ne même pas hériter de la moyenne, malgré la présence de la toujours sympathique Lacey Chabert, abonnée aux productions de la chaîne.

Ici, on reprend les mêmes, et... euh... en fait, non. on reprend la même distribution, certes, mais le cœur du premier film, son sujet principal - la demeure dont les deux héros héritaient - a complètement changé*, et avec elle, c'est la "tension dramatique" (bien grand mot, compte tenu du métrage et de son genre) du film qui s'est volatilisée. Fini la romance, place à quelque chose de plus insipide.

*pour la demeure, le script parle de rénovation, mais le spectateur n'est pas dupe, la demeure n'est plus la même, et niveau continuité, on se pose donc des questions. Idem au niveau des chèvres, pourtant l'un des points mémorables du premier film, des chèvres qui, elles aussi, ont été recastées pour paraître plus jeunes (^^). À se demander pourquoi ils ont pris la peine de faire une suite...

Plus sérieusement, même distribution & même scénariste = mêmes qualités et mêmes défauts de base que le premier téléfilm, notamment au niveau de l'écriture, qui ici, est en peu un peu plus forcée et caricaturale, que ce soit au niveau des réactions de Jenny (toujours impatiente, dramatique et impulsive, à se morfondre dès que son compagnon la délaisse plus de quelques jours pour aller gagner de l'argent), de l'écriture et de l'interprétation de Brian (Elliott surjoue pas mal, pour tenter de rendre crédible cette relation et ses problèmes capillotractés), ou des nombreuses romances entre les personnages secondaires (notamment Daniel Cudmore et une bloggeuse citadine arrogante, qui surjoue affreusement).

Bref, comme en plus le script reprend grosso modo les mêmes enjeux et thèmes que le premier (vivre en ville, c'est le mal, vivre à la campagne, c'est bien, blablabla, tout ça alors que l'action du film se déroule à une centaine de kilomètres en voiture de NYC), en encore moins subtil, Une Maison pour Deux 2 hérite de la même note, minorée d'un demi-point.

2/6 (s'il y avait eu plus de chèvres, ça aurait mérité une note plus indulgente)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #651 : SEMAINE ST-VALENTIN - Spanglish (2004), La Saison des Amours (2012) & Un Prince Pas Très Charmant (2011)

Publié le 16 Février 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Drame, Romance, Télévision, Hallmark

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus. Et cette semaine, on se concentre sur la romance, à l'occasion de la Saint Valentin...

​Spanglish :

Mère célibataire, Flor (Paz Vega), une immigrante illégale mexicaine, trouve un travail chez les Clasky, Deborah (Téa Leoni) et John (Adam Sandler), un couple américain aisé qui ne parle pas espagnol. Bien vite, cependant, la barrière du langage fait que Flor s'installe avec sa fille chez les Clasky, et se rapproche progressivement de John, qui peine par ailleurs à supporter son épouse instable, égocentrique et hystérique...

Une dramédie romantique américaine assez inégale, qui aborde de nombreuses thématiques (différences culturelles, immigration, lutte des classes, intégration, mariage, problèmes psychologiques, parents, enfants, romance, etc), mais ne parvient pas à toutes les approcher avec la même subtilité.

Parfois, cela fonctionne très bien (tout ce qui a trait aux enfants, ou encore la romance jamais consommée entre Sandler et Vega), et parfois, cela vire à la mauvaise caricature (Leoni et sa mère, notamment, et leurs scènes clairement sitcomesques, alors que Leoni assure pourtant dans un rôle déjà particulièrement antipathique et insupportable - d'autant plus que ce personnage me rappelle des personnes que j'ai bien connues IRL).

Ajoutez à cela une réalisation assez transparente, et on se retrouve avec un tout longuet et qui déçoit un peu. Dommage, parce que le tout est globalement plutôt intéressant, et assez bien interprété (la jeune Sarah Steele est mémorable).

3/6

La Saison des Amours (Strawberry Summer) :

Beth Landon (Julie Mond), enseignante en musique dans un lycée et Reine des Fraises de sa ville, invite une superstar de la musique country, Jason Keith (Trevor Donovan) à se produire lors du Festival des Fraises local. Mais Keith est un bad-boy à la réputation calamiteuse, et lorsqu'il arrive, Beth comprend vite que, derrière son attitude, le chanteur est quelqu'un de torturé, et qui cache un profond secret pouvant bouleverser sa carrière. Pourtant, ensemble, l'enseignante et la star de la country vont apprendre à se connaître, et à se faire confiance...

Un téléfilm Hallmark particulièrement country et... euh... je m'aperçois que je n'ai absolument rien à en dire. Rien de bien, en tout cas.

C'est clairement l'un de ces téléfilms romantiques Hallmark faits avec un budget minimaliste, avec un couple d'acteurs principaux inconnus, peu charismatiques, mais suffisamment beaux et compétents pour faire illusion, et confiés à une équipe technique bon marché.

Ici, outre l'histoire inintéressante au possible, et les seconds rôles (Shelley Long en tête) qui en font trois tonnes, cela se traduit surtout par un montage déficient, qui change d'axe et de sujet toutes les deux secondes, ou à chaque fin de phrase, tentant ainsi d'insuffler un rythme de blockbuster à des scènes et à un film qui n'en ont pas besoin.

Résultat, tout sonne faux et forcé, et instinctivement, on perçoit que quelque chose ne tourne pas rond d'un point de vue technique. À oublier très vite.

1.5/6

Un Prince Pas Très Charmant (Fixing Pete) :

Pete (Dylan Bruno), journaliste sportif, est un véritable cliché ambulant de l'homme beauf, sexiste et macho, sans le moindre raffinement ; Ashley (Brooke Burns), elle, est l'une de ses collègues, qui présente une rubrique de relooking ultra-populaire. Lorsque leurs patrons leur demandent de s'associer, pour qu'Ashley relooke Pete dans le cadre de sa rubrique, les deux reporters s'insurgent, d'autant que le courant ne passe pas du tout entre eux. Jusqu'à ce qu'ils apprennent mieux à se connaître...

Le titre français de cette rom-com Hallmark résume bien le tout : on est dans un conte de fées, avec personnages caricaturaux, musique envahissante, rebondissements totalement prévisibles et basiques, et protagoniste masculin assez peu attachant.

Non pas que cette version masculine de My Fair Lady soit mal jouée, mais tout y est tellement générique et insipide qu'au final, on oublie les 3/4 du récit à peine le métrage terminé.

Et Stacy Keibler y est sous-exploitée, en plus.

2/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien....

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #650 : SEMAINE ST-VALENTIN - Marions-nous ! (2015), Un Baiser au Coin du Feu (2017) & L'Inconnu du Bal (2018)

Publié le 15 Février 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Drame, Romance, Review, Télévision, Hallmark, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus. Et cette semaine, on se concentre sur la romance, à l'occasion de la Saint Valentin...

Marions-nous ! (Jenny's Wedding) :

Jenny (Katherine Heigl) vit depuis cinq ans une parfaite histoire d'amour avec Kitty (Alexis Bledel), sa "colocataire", mais elle n'a jamais osé avouer la vérité à sa famille. Un jour, cependant, elle décide de se marier et de fonder une famille, et fait le grand saut : ses parents (Tom Wilkinson et Linda Emond) et sa soeur (Grace Gummer) découvrent le mensonge de Jenny, et c'est toute la cellule familiale unie qui s'effondre soudain...

Apparemment inspiré des expériences familiales de la scénariste/réalisatrice septuagénaire, ce drame indépendant est plein de bons sentiments, mais a un problème de taille : il est particulièrement daté et balisé.

Si ce métrage était sorti tel quel il y a 15-20 ans, les réactions particulièrement basiques des personnages auraient fait sens ; mais aujourd'hui, de telles réactions épidermiques (la sœur jalouse et compétitive, les parents qui ne comprennent pas et rejettent en bloc, les voisins qui montrent du doigt et qui jasent, etc), bien que toujours possibles, sont un peu caricaturales, du moins à ce degré.

Et comme le film reste totalement élémentaire dans son approche du sujet, n'injectant jamais le moindre humour, la moindre originalité, ou la moindre modernité dans les rapports de tous ces personnages, on se retrouve avec un métrage particulièrement standardisé, digne d'un téléfilm Lifetime un peu friqué, et honnêtement assez platement écrit.

Qui plus est, il est un peu difficile pour le cynique qui sommeille en moi de ne pas me demander si ce script n'était pas un moyen pour Heigl, à la carrière en sérieuse perte de vitesse et à la popularité en berne, de se racheter une image et une crédibilité en jouant un personnage LGBT fort...

Mais trêve de mauvaise foi, d'autant que Heigl, comme la plupart des autres acteurs de la distribution, s'acquitte très bien de son rôle, et est très convaincante (on ne peut pas en dire autant de Bledel, mais c'est plus la faute de la scénariste, qui ne développe jamais le personnage, ni ne lui donne plus de 15 lignes de dialogue dans tout le film, ce qui l'empêche - et par extension, empêche le couple qu'elle forme avec Heigl - d'exister).

Pour résumer, l'interprétation des acteurs sauve le film de la médiocrité, sans toutefois parvenir à vaincre les clichés et les dialogues peu inspirés qui font de ce métrage une énième variation sur ce sujet, sans la moindre originalité intrinsèque.

2.25/6

Un Baiser au Coin du Feu (Campfire Kiss) :

Enseignante en mathématiques zélée et protectrice, Dana (Danica McKellar) couve un peu trop son fils adolescent (Dylan Kingwell) et décide, pour se faire pardonner, de l'emmener dans un camp de vacances en pleine nature. Là, elle tombe sur Steve (Paul Greene), père célibataire spontané et aventureux d'une jeune adolescente (Alissa Skovbye) en difficulté scolaire, et rapidement, les deux unités monoparentales se rapprochent, en dépit de leurs différences...

Comédie romantique/familiale made in Hallmark, Campfire Kiss n'évite pas les clichés habituels de la mère célibataire rigide, peureuse et über-organisée (avec la collègue/bff ethnique et l'ado timide et maladroit) opposée à un père de famille cool, aventureux, bricoleur et détendu, mais dépassé par son adolescente, avec les deux parents qui se rencontrent en vacances, s'éprennent l'un de l'autre, et se rapprochent de par leur complémentarité vis à vis de leurs enfants respectifs, blablabla.

En fait, à peu de choses près, on n'est pas loin du postulat de départ d'une comédie comme Famille Recomposée, sans le budget voyage qui avait payé des vacances africaines à Adam Sandler et Drew Barrymore.

Ici, on a donc un script assez basique, un couple principal qui fonctionne assez bien, un camp de vacances plus hivernal que printanier, et une écriture assez inégale, qui confère au tout un rythme un peu nonchalant et décousu.

Sans surprise, le métrage ressemble ainsi plus à une suite de scénettes prévisibles qu'à un vrai récit, et on sent que McKellar était productrice, car son personnage passe plusieurs scènes à vanter de manière forcée et maladroite les mérites des mathématiques, comme si elle faisait la promotion de l'un des nombreux livres éducatifs pour enfants dont elle (diplômée en mathématiques) est par ailleurs l'auteur.

Dans l'ensemble, donc, rien de vraiment formidable : l'interprétation est honorable, et ça a bon fond, mais ça ne restera vraiment pas gravé dans les mémoires, surtout si l'on a revu Famille Recomposée récemment.

Un petit 3/6 (et encore...)

L'Inconnu du Bal (Very, Very, Valentine - 2018) :

Fleuriste et botaniste amateure, Helen (Danica McKellar) rencontre un séduisant inconnu - Charles (Damon Runyan) - lors d'un bal masqué se tenant aux Jardins Botaniques, et tombe sous son charme ; mais ce dernier disparaît, laissant derrière lui la rose qu'il portait à sa boutonnière. Helen le retrouve alors et commence à le fréquenter, sans se douter que Henry (Cameron Mathison), le meilleur ami de la jeune femme, est épris d'elle, et que ce sont ses conseils qui guident Charles dans leur relation...

À nouveau Danica McKellar, mais dans un autre registre, celui d'une version de Cendrillon dans laquelle les protagonistes auraient échangé leurs places, avec le "Prince" qui s'enfuie, et laisse derrière lui quelque chose permettant à sa belle de le retrouver (le tout mâtiné de Cyrano, avec Charles qui séduit Helen grâce aux conseils secrets de Henry). 

Rien de forcément très original, rien de très subtil, c'est vraiment cousu de fil blanc, mais à la limite, pourquoi pas. Le vrai problème, cependant, c'est la distribution masculine de ce téléfilm : comme je l'avais mentionné dans ma critique de Le Festival de Noël, Damon Runyan fait un partenaire romantique très peu engageant, dans de tels métrages ; il manque d'énergie, de punch, de charisme, bref, il est assez terne et oubliable.

Face à lui, Cameron Mathison s'en sort mieux... mais il n'a pas grande alchimie romantique avec McKellar (en tant qu'amis de toujours, aucun problème, mais lorsqu'il s'agit de transformer cette alchimie en quelque chose de romantique, ça ne marche pas vraiment).

Résultat : le film ronronne très rapidement, les seconds rôles sont oubliables, les montages musicaux sur fond de pop sont quelconques, et les enjeux de la dernière demi-heure laissent globalement de marbre.

Un bon gros bof, donc.

2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>