Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #cinema catégorie

Halloween Oktorrorfest 2016 - 15 - Holidays (2016)

Publié le 26 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Anthologie

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Holidays :

Anthologie d'horreur en huit segments, qui prennent tous place à une période festive de l'année, avec une musique d'ouverture rétro-Carpenterienne, et quelques visages familiers - entre autres, Seth Green, Clare Grant, la femme d'Eli Roth, le mec d'Epic Meal Time, et la fille de Kevin Smith, dont le papa réalise justement son segment.

# Valentine's Day (par Dennis Widmyer et Kevin Kölsch, réalisateurs de Starry Eyes)

Maxine (Madeleine Coghlan), une adolescente complexée et martyrisée, imagine que son professeur de natation (Rick Peters), malade du coeur, est amoureux d'elle, ce qui fait d'elle la risée de ses semblables. Lorsque le coach la prend en pitié et lui offre une carte de St Valentin, Maxine retrouve du courage, et décide alors de se venger de celles qui la tourmentent.

Un segment assez joliment filmé, avec des choix esthétiques affirmés qui sont assez intéressants. Le tout est un peu surjoué, cela dit, et la chute est beaucoup trop prévisible pour convaincre. 3/6

# St. Patrick's Day (par Gary Shore, réalisateur de Dracula Untold)

Désireuse d'avoir un enfant à tout prix, une institutrice (Ruth Bradley) attire l'attention de l'une de ses élèves (Isolt McCaffrey) qui, à l'approche de la Saint Patrick, use de sorcellerie pour exaucer le souhait de son enseignante. Mais celle-ci n'est pas forcément enceinte d'un petit bébé humain...

Un segment qui souffre particulièrement d'une forme aux effets de style ultra-nombreux (jump cuts, avances rapides, etc) qui finissent par donner une impression globale de décousu et de brouillon, voire même, sur la fin, de grand n'importe quoi kitchouille et risible. C'est dommage, parce que l'approche "rituels païens" à la Wicker Man avait du potentiel, et la scène de l'accouchement n'était pas désagréable (même si elle ne reposait que sur des effets de style, justement). À trop vouloir faire décalé et wtf, cependant, ça finit par être assez lassant et agaçant. 2/6 (nan, mais le serpent géant mi-CGI mi-caoutchouc, franchement...)

# Easter (par Nicholas McCarthy, réalisateur de The Pact, et de At The Devil's Door).

À la veille de Pâques, au moment de se coucher, une fillette s'interroge sur la signification de cette fête, et sur les rapports entre Jésus Christ, et le Lapin de Pâques.

Alors là, coup de coeur. C'est probablement le concept le plus simple du lot (une fillette surprend le Lapin de Pâques en pleine nuit, pendant sa tournée), mais ce Lapin-Jésus-Christ-Pinhead stigmatisé, qui pond des poussins par la paume de ses mains en sang, et fait de la fillette sa remplaçante, ce Lapin, donc, est une réussite, à la fois glauque, malsain, et fascinant. D'autant que le sort réservé à la fillette est intelligemment réservé à un jeu d'ombres d'autant plus efficace. Mon préféré de toute cette anthologie. 4.5/6

# Mother's Day (par Sarah Adina Smith, réalisatrice de... euh... pas grand chose)

Kate (Sophie Traub), une jeune femme ultra-fertile qui tombe enceinte après chaque rapport sexuel, même protégé, se rend chez un médecin pour subir un énième avortement, mais celle-ci la redirige dans le désert, au sein d'un culte féminin de fertilité, qui l'incite à mener sa grossesse à terme.

Absolument aucun intérêt que ce segment assez redondant avec St Patrick's Day, et qui consiste uniquement à des femmes pseudo-hippies qui dansent nues, se baignent ensemble, communient, et se disputent... franchement, il suffit de rajouter une ou deux célébrités, un ou deux groupes à la mode, et voilà, c'est Burning Man ou Coachella. 0/6

# Father's Day (par Anthony Scott Burns, un illustre inconnu)

Carol (Jocelyn Donahue), une enseignante, reçoit le jour de la Fête des Pères une boîte contenant un magnétophone et une cassette audio, sur laquelle la voix de son père décédé se fait entendre. Suivant les instructions de celle-ci, Carol part dans un jeu de piste étrange, pour retrouver son géniteur qu'elle croyait disparu.

Un segment très atmosphérique, sobre et formellement plutôt réussi, avec une très jolie montée en tension passant uniquement par le son... mais dont la résolution est malheureusement particulièrement éventée et prévisible, ce qui affaiblit considérablement le tout. Dommage. 3.5/6

# Halloween (par Kevin Smith, qu'on ne présente plus)

Un groupe de cam-girls (dont Harley Quinn Smith) vit et travaille sous la coupe de Ian (Harley Morenstein), un manager violent, agressif et qui les exploite sans broncher. Le soir d'Halloween, cependant, elles décident de se venger.

Pas de surprise, on est devant du Kevin Smith, c'est très bavard, ça commence dans une superette, c'est gentiment vulgaire et graveleux... et c'est aussitôt totalement raté.

Pas forcément à cause de l'interprétation (Harley Quinn Smith n'est pas exceptionnelle, mais ça passe ; Morenstein surprend car il est excellent), mais plutôt à cause du concept en lui-même : les filles se vengent en assommant Ian, en le mettant en slip devant une webcam, avec un vibromasseur dans le fondement (fondement scellé avec de la super-glue, et vibromasseur branché, via une rallonge, sur une batterie de voiture et une télécommande), et elles l'obligent - via le chat de la web-cam - à se castrer en direct avec un couteau, ou à subir des vibrations insupportables dans l'arrière-train.

Soit. On voit là tout le niveau de ce segment, mais à la limite, pourquoi pas... sauf que tout ce segment s'effondre à partir du moment où l'on réalise qu'avec un couteau en main, Ian n'a qu'à couper la rallonge du vibromasseur pour mettre un terme à toute cette histoire. *soupir* 0/6

# Christmas (par Scott Stewart, réalisateur de Dark Skies, de Priest et de Legion)

Bien décidé à offrir un casque de réalité virtuelle révolutionnaire à son fils pour Noël, Pete Gunderson (Seth Green) est prêt à tout pour l'obtenir, même à l'arracher aux mains d'un homme agonisant. Mais rapidement, ce casque s'avère peser lourd sur la conscience de Pete, et lorsqu'il le met, ses instincts les plus sombres se révèlent à lui. Jusqu'à ce que sa femme Sara mette à son tour le casque...

Un petit segment très anecdotique et plat, qui manque cruellement de punch, et avec une fin que l'on voit venir à vingt kilomètres. Pas très drôle, pas très sanglant, pas très effrayant, pas très stylisé, vraiment très médiocre. 1.5/6

# New Year's Eve (par Adam Egypt Mortimer, réalisateur de Some Kind of Hate)

Lors du Nouvel An, un tueur en série (Andrew Bowen) habitué à massacrer toutes ses ex-compagnes, rencontre une nouvelle victime potentielle (Lorenza Izzo) grâce à un site de rencontres, et finit la nuit chez elle. Mais elle s'avère plus surprenante que prévu...

Un segment à l'interprétation assez juste, mais visuellement très quelconque, et qui ne va nulle part. L'espace d'un instant, on se dit que l'on assiste peut-être à un Mr et Mrs Smith en mode serial-killer, et qu'ils vont finir en sang, mais heureux ensemble... et non, c'est juste trente secondes d'affrontement entre psychopathes, avant une fin de segment précipitée et sans intérêt. Bof. 2/6

Alors voilà. Encore une nouvelle saison de l'horreur, encore une nouvelle anthologie horrifique, encore une nouvelle déception, avec ce Holidays qui échoue quasi-systématiquement dans son entreprise, Easter excepté. Vraiment décevant, tout ça...

2/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 14 - Les Copains et la Légende du Chien Maudit (2011)

Publié le 25 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Fantastique, Comédie, Jeunesse, Disney

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Les Copains et la Légende du Chien Maudit (Spooky Buddies) :

Dans la ville de Fernfield, le jour d'Halloween, Warwick (Harland Williams) le sorcier maléfique est malencontreusement réveillé par une bande d'enfants accompagnés de leurs chiots, les Copains. Il n'a alors qu'une seule idée en tête : sacrifier les âmes de plusieurs chiots appartenant à la même portée, afin d'invoquer le Chien Maudit, et d'ouvrir la porte menant à l'Outre-Monde....

Honnêtement, quand je me mets devant une production Disney estampillée Halloween, je sais d'avance qu'il ne faut pas que je place la barre trop haut, ou que je juge un tel film familial avec les mêmes critères scénaristiques que j'appliquerais au travail d'un réalisateur réputé, à l'oeuvre sur un blockbuster à plusieurs centaines de millions de dollars de budget.

Généralement, je garde toujours à l'esprit que la cible première d'un tel DTV Disney, ce sont de jeunes enfants peu exigeants, d'autant plus lorsque le film en question met en scène des chiots qui parlent. Ici, avec cette énième déclinaison de la franchise des Copains (les Air Buddies, franchise elle-même déclinée du film Air Bud et de ses suites), je ne m'attendais qu'à une ou deux choses : un minimum d'ambiance automnale et "halloweenesque", des enfants qui ne jouent pas trop mal, quelques visages familiers, et des chiens sympathiques.

Et franchement, je n'ai pas été déçu sur ces points précis, et je dirais même plus que j'ai été très agréablement surpris par la direction artistique et le rendu visuel, globalement très réussis, et quasiment dignes d'une production cinéma pour enfants.

L'ambiance d'Halloween "à l'américaine" est omniprésente, envoûtante, elle dégouline de chaque image, le score est ample et orchestral, et le film aurait probablement récolté un 3/6 indulgent de ma part... s'il n'était pas un plagiat éhonté de Hocus Pocus : Les Trois Sorcières.

Parce que forcément, qui dit Halloween et Disney, dit forcément Hocus Pocus.

Et visiblement, c'est aussi ce que s'est dit le scénariste, puisque ce Spooky Buddies reprend toutes les grandes lignes du film de 1993, ainsi que bon nombre de ses scènes :

- on se retrouve ainsi dans une petite bourgade américaine de la côte Est, où une légende locale veut qu'un sorcier ait été vaincu par les villageois après qu'il ait pratiqué une série de sacrifices sur les chiots locaux ;

- ce même sorcier est ramené à la vie par de jeunes maladroits qui se sont introduits dans sa maison abandonnée, un soir d'Halloween, pendant la tournée du Trick Or Treat. Le sorcier a alors jusqu'à l'aube pour mettre la main sur son grimoire, dérobé par les enfants, et pour terminer le rituel interrompu, s'il ne veut pas retourner au néant.

- les héros sont accompagnés et aidés par l'esprit d'une des victimes sacrifiées par le sorcier, esprit qui prend l'apparence d'un animal domestique parlant ;

- ils sont un temps poursuivis par un semi-zombie obéissant au sorcier, et qui les chasse jusqu'à la salle des fêtes du village, où tous les parents sont réunis pour un bal costumé, tandis que sur scène, un groupe maquillé de manière sinistre reprend une chanson connue à la thématique appropriée (ici, ce n'est pas I Put A Spell on You, mais le Monster Mash) ;

- ces mêmes parents ne croient pas leurs enfants quand ceux-ci interrompent le bal pour les prévenir, et retournent à leur concours de costumes, appréciant notamment au passage la qualité du "costume" du zombie... avant de, plus tard, finir par être tous hypnotisés par le sorcier.

- le sorcier, justement, n'est pas très doué, est effrayé par les costumes des enfants qu'il croise dans la rue ("des démons !"), les imite en frappant à certaines portes, et prend les adultes déguisés qui lui répondent pour des forces surnaturelles.

- on a droit à un face à face dans un cimetière, forcément.

- et n'oublions pas deux autres enfants de la ville, les brutes de service, qui sont capturés par le sorcier, et finissent par aider certains des héros à s'échapper des griffes du malfaisant...

Autrement dit, vous prenez Hocus Pocus, vous remplacez les trois sorcières par un sorcier cabotin, ses victimes canines par des enfants, vous remplacez le chat parlant par un chien parlant, et le trio de protagonistes par une demi-douzaines d'enfants (chacun avec son chien attitré), et voilà, à un ou deux menus détails près, vous vous retrouvez avec ce Copains et la Légende du Chien Maudit.

Autant dire que, malgré ses qualités de production, ce DTV Disney est particulièrement frustrant, pour ne pas dire énervant... d'autant plus qu'il est assez décousu dans sa narration (probablement rythmée de manière à accommoder les coupures de pub de Disney Channel), et que le Chien Maudit du titre finit par être vaincu... par un pet.

3/6 - 1.5 de pénalité pour le plagiat = 1.5/6 pour la direction artistique et l'ambiance.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 13 - Le Dernier Chasseur de Sorcières (2015)

Publié le 25 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Action, Aventure, Fantastique, Halloween

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Le Dernier Chasseur de Sorcières (The Last Witch Hunter) :

Dans un monde très similaire au nôtre, les sorcières existent, et vivent parmi nous, cachées, un traité de paix garantissant leur cohabitation harmonieuse avec le reste de l'humanité. Pour faire respecter ce traité, Kaulder (Vin Diesel) le Chasseur traque les sorciers et sorcières renégats et maléfiques, assisté d'un ordre de prêtres et de centaines d'années d'expérience. Car Kaulder est immortel depuis qu'il a tué la Reine des Sorcières (Julie Engelbrecht), qui l'a maudit avant de s'éteindre. Mais lorsque le bras droit de Kaulder, le 36ème Dolan (Micheal Caine), est assassiné, Kaulder découvre que quelqu'un veut ramener la Reine à la vie, et se venger du Chasseur : épaulé par le 37ème Dolan (Elijah Wood) et par une sorcière (Rose Leslie), Kaulder tente alors d'empêcher le pire...

Honnêtement, j'aime bien Vin "Baboulinet" Diesel.

C'est un ancien nerd qui s'est construit un corps de catcheur, et vit désormais ses rêves de gosse en incarnant des personnages cinématographiques tout droit sortis de campagnes de rôlistes et de fantasmes d'ados, que ce soit Riddick, Dominic Toretto, Xander Cage, ou ce Witch Hunter. Le problème étant... que ces personnages sont, pour la plupart, tous semblables, à savoir qu'ils sont l'image badass, stoïque et idéalisée que Vin a de lui-même.

Ce qui, parfois, dans certaines circonstances, suffit pour que le personnage fonctionne (Riddick, notamment)... mais le plus souvent, malheureusement, j'ai toujours l'impression que Vin se force à prendre la pose, qu'il se force à débiter des one-liners, et qu'il se force à jouer le badass... par conséquent, j'ai parfois énormément de mal à le prendre au sérieux, ou à le trouver crédible dans son jeu monolithique.

Dans les Riddick, ça passe ; dans F&F, aussi ; XXX ou ce Witch Hunter, par contre, ça coince.

La distribution du film est sympathique, ses effets visuels sont spectaculaires (tout en étant inégaux), sa direction artistique est travaillée, le script n'est pas désagréable (notamment dans son approche de la création d'un monde crédible et détaillé) bien qu'imparfait (la caractérisation des personnages, et leur évolution, laissent à désirer, et le postulat rappelle parfois Van Helsing, avec ce héros immortel chasseur de monstres, épaulé par un prêtre débutant), la musique est dérivative mais remplit son office, et la réalisation est relativement compétente (Breck Eisner est un faiseur honorable, même s'il peine toujours à insuffler du rythme et de l'énergie à ses films), bref, Le Dernier Chasseur de Sorcières avait de quoi être un métrage d'urban horror-fantasy assez satisfaisant (faute d'être mémorable ou excellent)... si quelqu'un d'autre que Vin avait tenu le rôle principal.

Parce qu'une fois le métrage repassé dans l'ère moderne, Vin est en mode plus minimaliste que jamais, Vin est surpuissant, Vin démolit tout le monde sans effort, Vin est mono-expressif, Vin a une voiture de luxe, bref, Vin n'est pas intéressant pour un sou, et son interprétation ne permet jamais à son personnage d'exister au delà du mur impassible qu'il incarne sans broncher.

Résultat, bon nombre de ses scènes sonnent tout simplement faux, que ce soit parce que Vin surjoue soudain une émotion (le contraste avec son impassibilité perpétuelle est alors ultra-brutal), parce que les dialogues sont bancals et maladroits, ou parce que la mise en scène simpliste de ces scènes et de ces dialogues favorise les poses caricaturales adoptées par le héros.

Mais encore une fois, je ne jette pas forcément la pierre à Vin Diesel, qui a besoin d'un bon réalisateur et directeur d'acteurs pour ne pas se laisser dévorer par ses tics de jeu (un peu comme Nicolas Cage, bien qu'ils évoluent dans des catégories totalement différentes).

Ici, il n'était pas forcément épaulé par un cador de la discipline, et si l'on ajoute à cela un script parfois mal équilibré (le personnage d'Elijah Wood est tellement inutile durant tout le film que son importance finale en devient télégraphiée), et qui aurait fait un bien meilleur pilote de série tv, tout cela finit par tirer ce métrage pourtant divertissant vers le bas.

Pas sûr que ça mérite la moyenne, mais bon, je mets tout de même un minuscule 3/6, pour le spectacle, pour l'ambiance et pour Rose (mais pas pour Vin).

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 12 - Paranormal Activity 5 : Ghost Dimension (2015)

Publié le 24 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Found Footage, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Paranormal Activity 5 : Ghost Dimension (PA - The Ghost Dimension) :

Alors qu'ils se préparent à fêter Noël dans leur nouvelle demeure, Ryan (Chris J. Murray), son épouse Emily (Brit Shaw) et leur fillette Leila (Ivy George) font l'expérience de phénomènes paranormaux, déclenchés par la découverte d'une caméra mystérieuse dans la maison. Rapidement, alors que le comportement de Leila commence à changer, Ryan découvre que la caméra permet de filmer les forces surnaturelles à l'oeuvre dans leur demeure...

Bon, on va faire simple. PA 1 et 2 n'étaient pas terribles, mais ils se valaient à peu près, pour des raisons différentes (du 3/6 très relatif, noté en comparaison des suites, et qui serait nettement plus bas en notation absolue) : PA 3 tentait d'épaissir la mythologie de la saga, sans parvenir à être convaincant ou réussi (2/6) ; PA 4, lui, continuait sur la pente descendante de la saga, toujours plus faible et soporifique (1.5/6) : PA 4.5 (The Marked Ones) était une déclinaison latino qui continuait toujours sur la même lancée (1.25/6) ; et donc, ce PA 5, l'ultime épisode de la saga, qui se veut une conclusion définitive à la franchise, en apportant des réponses aux questions que les fans se posaient.

Pour être franc, ces réponses, je n'y ai pas prêté attention tant ce sous-Poltergeist échoue à créer le moindre suspense, à donner lieu à la moindre jump scare un tant soit peu efficace et surprenante, ou à intéresser le spectateur à son histoire ou à ses personnages.

Débarrassé de son gimmick 3D, le film est un vide intersidéral au rythme haché, qui repose vaguement sur les images numériques d'un démon ressemblant à Venom/au symbiote de Spider-man, et l'on se dit qu'il était plus que temps d'enterrer cette franchise bien faisandée, qui a fait, de par son influence, beaucoup de mal au genre.

1/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 11 - La Forêt (2016)

Publié le 24 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

La Forêt (The Forest) :

Lorsque Jess, sa soeur jumelle vivant au Japon, cesse de donner de ses nouvelles, Sara (Natalie Dormer) est bien décidée à découvrir ce qui lui est arrivé. Persuadée qu'elle est toujours en vie, Sara part alors pour le Japon, où elle apprend que Jess a disparu dans la forêt maudite d'Aokigahara, lieu de tous les suicides et de tous les mauvais esprits. Accompagnée par Aiden (Taylor Kinney), un autre occidental vivant en terre nippone, elle s'enfonce donc dans ces bois sinistres, à la recherche de sa soeur...

Un film produit et conçu par David Goyer (avec trois autres scénaristes. Trois !) après qu'il ait découvert l'existence de la forêt d'Aokigahara en lisant sa page Wikipedia, ce qui en dit long sur la genèse du projet.

Mais bon, de toute façon, ça ne change pas grand chose au résultat final : on a en effet constamment l'impression, en regardant ce métrage, de faire un saut dans le passé, dix ou quinze ans en arrière, quand c'était la grande mode des remakes américains médiocres et estampillés j-horror.

Résultat : on se paie ici tous les clichés de l'Américaine qui arrive en Asie (enfin, en Serbie, là où a été tourné le plus gros du film), découvre les traditions exotiques et bizarres du pays, et est confrontée à des phénomènes surnaturels inexplicables.

Le tout façon "les scénaristes ont lu la page wiki et ont vu un reportage sensationnaliste, dont ils intègrent les anecdotes au script", mis en image de manière ultra-insipide et plate (les jump-scares sont anémiques et prévisibles au possible), sans le moindre frisson au rendez-vous, et avec une héroïne ignorante, pas très maligne, et assez agaçante (malgré la sympathique Natalie Dormer dans le rôle principal).

Un bon gros flop qui arrive une décennie trop tard, qui n'a rien appris de ses aînés, et qui n'a pas grand intérêt.

1.5/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 10 - Up All Night : The Friday Download Movie (2015)

Publié le 23 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Télévision, Jeunesse, UK, Halloween, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Up All Night - The Friday Download Movie :

Alors que Dionne, Shannon, Bobby, George, et Richard - les animateurs du show Friday Download, sur la CBBC - prennent des vacances bien méritées, leur van tombe en panne en pleine campagne anglaise, non loin d'un manoir menaçant. Dans celui-ci vivent Caleb (Tyger Drew-Honey) et Clara (Louisa Connolly-Burnham), un frère et une soeur particulièrement sinistres, qui semblent indifférents aux nombreuses manifestations surnaturelles qui hantent leur demeure, et acceptent d'héberger le petit groupe pour la nuit. Bien vite, il apparaît que Caleb et Clara sont sur le point de perdre leur maison familiale, s'ils ne réunissent pas une somme considérable pour payer un promoteur immobilier. Les jeunes animateurs tv décident alors d'organiser un concert caritatif sur les terres du manoir, afin de réunir des fonds. Mais Fraser (Ethan Lawrence), un chasseur de fantômes maladroit, mène l'enquête sur les véritables motifs de Caleb et Clara...

Une comédie anglaise à destination du public de la CBBC, dont on retrouve par ailleurs deux des acteurs de Wolfblood (Bobby Lockwood et Louisa Connolly-Burnham), et qui rappelle un peu ce que Nickelodeon ou Disney Channel peuvent faire aux USA : un film à la gloire des vedettes de leur chaîne, et qui se finit en chansons, avec des groupes populaires du moment.

Autant dire qu'en théorie, l'intérêt est théoriquement assez limité pour quiconque est âgé de plus de 14 ans, d'autant que les personnages principaux sont à peine caractérisés, et que la dernière demi-heure est à 50% musicale... mais - et c'est là qu'on reconnait le savoir-faire anglais - je dois avouer que j'ai été agréablement surpris par le métrage dans son ensemble : visuellement, il est assez crédible, les acteurs sont solides pour leur âge, c'est dynamique, et surtout, l'histoire de fond est toujours prise au sérieux, même lorsque le ton se fait un peu plus léger et décalé.

Bref, ça ne prend pas ses spectateurs pour des attardés (contrairement à ce que l'on peut faire par chez nous lorsque l'on fait une comédie familiale), ça parvient presque à créer de la tension lors des premiers moments de hantise, et ça se regarde sans aucune difficulté, allant même jusqu'à faire de son personnage le plus pitoyable - le chasseur de fantômes - le véritable gagnant de cette histoire. En résumé : ça aurait pu être bien pire.

Objectivement, pas plus de 3/6, sauf si l'on est dans la catégorie démographique ciblée.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 09 - JeruZalem (2015)

Publié le 23 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Found Footage

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

JeruZalem :

En vacances en Israel et armées d'une paire de Google Glass, Sarah (Danielle Jadelyn) et son amie Rachel (Yael Grobglas), deux jeunes américaines, croisent le chemin de Kevin (Yon Tumarkin), un specialiste en histoire antique, qui ne laisse pas Sarah indifférente. Elles l'accompagnent jusqu'à Jesuralem, alors même que Yom Kippur approche, et qu'une menace surnaturelle plane sur la ville...

Un found-footage assez typique du genre, tant dans sa forme que dans son intérêt, mais qui bénéficie clairement de son thème original, et de tout l'environnement (Jerusalem, les conflits de religion, etc) qui l'accompagne.

Ici, pas de zombies, mais des Nephilims gigantesques (brièvement aperçus, à la Cloverfield) et des démons ailés contagieux, aux silhouettes menaçantes et plus intéressantes que de simples morts-vivants basiques ; à l'identique, l'utilisation des Google Glass en guise de caméra omniprésente est bien justifié par le récit, et plutôt bien employé à l'écran.

Le film est donc assez agréable et intrigant à regarder, malgré une mise en place assez longue (mais là encore, Jerusalem fait une toile de fond qui reste intéressante), une héroïne un peu agaçante (j'ai préfèré sa copine fêtarde, nettement plus décomplexée) et un final caverneux un peu trop sombre et agité pour son propre bien.

3.5/6 (dont 0.5 rien que pour le plan de fin, qui a de la gueule)

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 08 - Freaks of Nature (2015)

Publié le 22 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Jeunesse

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Freaks of Nature :

Dans l'étrange petite ville de Dillford, zombies, vampires et humains cohabitent plus ou moins en paix, chacun à sa place dans l'ordre des choses. Une situation encore plus tranchée au lycée où va Dag (Nicholas Braun), un humain discret, Petra (Mackenzie Davis), fraîchement transformée par un vampire dont elle était éprise, et Ned (Josh Fadem), un nerd génial las d'être ignoré par sa famille, et qui décide de laisser un zombie le mordre. Anciens amis, ces trois adolescents évoluent désormais dans des castes sociales différentes... mais lorsque des aliens tentaculaires envahissent la ville, l'ordre social s'effondre, une guerre ouverte éclate entre les trois races, et la survie de l'espèce humaine ne dépend plus que de ces trois lycéens, qui doivent mettre de côté leurs différences avant qu'il ne soit trop tard...

Amusante teen comedy horrifique écrite par le scénariste de 22 Jump Street, dont le défaut principal est de manquer cruellement de rythme et de style : la réalisation est transparente, le montage mollasson, et même au cours des scènes d'action blindées d'effets spéciaux, le tout manque de dynamisme.

Et c'est franchement dommage, puisque globalement, le film remplit son office de spectacle décalé et gentiment référentiel, avec des effets spéciaux convaincants, une écriture satisfaisante (même si elle télégraphie beaucoup trop la nature réelle de son héros), de l'humour absurde, de la comédie physique qui fait plaisir (tout ce qui à trait aux zombies), et des acteurs investis (le trio de tête est très attachant, et les innombrables caméos - Joan Cusack, Bob Odenkirk, Keegan-Michael Key, Patton Oswalt, Denis Leary, Mae Whitman, "Werner Herzog"... - font plaisir).

Vraiment dommage que Sony ait perdu toute confiance en ce film, et l'ait sorti en douce à Halloween dernier dans un nombre limité de salles. J'ai trouvé ça nettement plus sympa que le graveleux et con Manuel de Survie à l'Apocalypse Zombie, par exemple.

3.75/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 07 - The Boy (2016)

Publié le 22 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

The Boy :

Jeune américaine fuyant une vie de femme battue, Greta (Lauren Cohan) arrive en Angleterre, pour servir de gouvernante à un jeune garçon de huit ans, Brahms, qui vit avec ses parents vieillissants, les Heelshire (Jim Norton & Diana Hardcastle), dans un manoir reculé. À son arrivée, cependant, Greta découvre que Brahms est en fait une poupée de porcelaine à l'effigie du fils décédé des Heelshire, poupée que ces derniers traitent comme un enfant réel. Contrainte de jouer le jeu, et d'obéir à des règles très strictes en l'absence des Heelshire, Greta découvre bien vite que la poupée semble prendre vie, et qu'elle est très capricieuse...

Quelle déception, à nouveau... pourtant, tout était réuni : une actrice principale attachante et adorable, un manoir sinistre, une poupée tout aussi menaçante, et une ambiance assez réussie, pour un postulat de départ absolument pas original, mais qui fait toujours son petit effet.

Et pendant un bon moment, le film se regarde d'ailleurs très facilement, réussissant à poser son atmosphère, et à faire craindre pour le sort de l'héroïne.

Bon, certes, le spectateur avisé verra venir bon nombre des rebondissements de cette intrigue dérivative (encore plus s'il a récemment vu Housebound), s'imaginera des directions potentielles bien plus intéressantes que celle finalement choisie par le film, et la bande originale de Bear McCreary est beaucoup trop discrète et oubliable pour vraiment porter le métrage... mais pendant un temps, donc, The Boy fait illusion.

Et puis, avec l'arrivée (télégraphiée) de l'ex, le film bascule dans le slasher bas-de-gamme, tout aussi prévisible qu'avant, mais nettement moins intéressant et maîtrisé, jusqu'à faire totalement décrocher le spectateur tant ces dix dernières minutes sont balisées et clichées.

D'un pot-pourri relativement bien mené, on passe aussitôt à un bout de pellicule sans intérêt et assez agaçant, qui laisse le spectateur sur une très mauvaise impression.

2.25/6 (1.25 pour le film et 1 point pour Lauren)

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 06 - The Veil (2016)

Publié le 21 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

The Veil :

Dans les années 80, Jim Jacobs (Thomas Jane), le gourou d'une secte étrange appelée Heaven's Veil, a emporté avec lui tous les membres de sa communauté lorsqu'il s'est donné la mort au terme de nombreuses expérimentations visant à séparer l'âme humaine de son enveloppe corporelle. 25 ans plus tard, Maggie (Jessica Alba), la fille d'un agent du FBI ayant découvert les cadavres de Jacobs et de ses adeptes, décide de réaliser un documentaire sur la tragédie, en ramenant la seule survivante de celle-ci, Sarah (Lily Rabe), sur les lieux du suicide collectif. Mais sur place, ils s'aperçoivent bien vite que les expérimentations de Jacobs ont peut-être bien porté leurs fruits...

Une production Blumhouse ultra-frustrante puisque son fond est totalement desservi, pour ne pas dire saboté, par sa forme particulièrement médiocre et laide.

Le fond, c'est, pour faire simple, encore une nouvelle relecture fictive du massacre de Jonestown qui avait déjà donné naissance, en 2013 et 2014, à The Sacrament et à Apocalyptic, deux found-footages aux réussites diverses et inégales.

Ici, cependant, le script a la bonne idée de faire de cette relecture (attention SPOILERS) une histoire intéressante de secte menée par un gourou charismatique (excellent Thomas Jane, pourtant en roue libre et relooké à la Jim Morrison) doté de pouvoirs réels, et capable de ramener les morts à la vie, mais qui voit le rituel de renaissance de ses fidèles interrompu par le FBI juste après leur suicide collectif, et meurt donc sans avoir le temps de ressusciter ses disciples.

Et donc, 25 ans plus tard, ces disciples, réduits à l'état d'esprits furieux, prennent possession, un à un, de l'équipe de tournage du documentaire, pour exercer la vengeance de Jacob en levant une armée de possédés.

Un concept pas dénué de défauts (toute la structure du film, en flashbacks/images d'archive, ne fait que rappeler que le métrage était, initialement, conçu pour être lui aussi un found footage ; les personnages ont des réactions souvent stupides et improbables, sont tous interchangeables, et ont une caractérisation inexistante), mais qui serait resté intrigant si les choix du réalisateur ne le tiraient pas constamment vers le bas.

Ainsi, visuellement, tout est gris, monochrome, désaturé et sans contraste, au point que l'on ne fasse pas la différence entre les flashbacks des années 80 et les scènes du présent ; histoire de rajouter une couche de médiocrité inutile, le tout est régulièrement filmé avec une caméra à la limite du fish-eye, ce qui implique une distorsion visible de l'image sur ses côtés ; le rythme est assez pépère, pas aidé par des jump scares téléphonées au possible, et donc, par ces personnages génériques et sous-exploités (Alba est tout simplement inexistante dans le rôle principale, voire même en devient antipathique tant ses motivations sont mal définies, alors que Shannon Woodward n'a absolument rien à faire, si ce n'est débiter les clichés habituels du personnage de la fille prudente et peureuse qui veut partir de là au plus vite, mais que personne n'écoute).

En somme, le potentiel du récit est totalement gâché par sa mise en images particulièrement plate et insipide, et l'on finit par regretter qu'un autre réalisateur ne se soit pas chargé du même script, quitte à garder Alba en rôle principal.

2.25/6 pour la trame de fond et pour Jane.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 05 - Ava's Possessions (2015)

Publié le 21 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Ava's Possessions :

Après avoir été possédée pendant 28 jours par un démon et exorcisée, Ava (Louisa Krause) doit désormais faire face aux conséquences des exactions de l'entité : sa famille (William Sadler Deborah Rush, Whitney Able, Zachary Booth) lui cache des choses, tout le monde la fuit, la Justice lui en veut, et Ava doit désormais assister aux réunions des Possédés Anonymes, qui doivent l'aider à retrouver une vie normale. Mais un mystère obsède Ava : pourquoi et comment a-t-elle été initialement possédée ?

Au premier abord, une comédie noire et horrifique plutôt intéressante, qui s'intéresse à l'après-possession, et traite cette dernière comme une addiction, dans un univers décalé et pas totalement réaliste.

Malheureusement, le film a un sérieux problème de ton qui l'empêche d'exploiter pleinement cette approche relativement inédite : sur le plan de la comédie noire, le film n'est pas très drôle, seulement un peu décalé, et avec une interprète principale qui prend le tout très au sérieux ; sur le plan de l'horreur, ça ne fait pas peur, ni ne fait monter la tension, puisque le film est tellement stylisé (néons et couleurs fluorescentes omniprésentes, caméras penchées, etc) que le tout ressemble plus à un clip vidéo ou à un cartoon qu'à quelque chose d'angoissant ; sur le plan de l'enquête "policière" de l'héroïne (façon film noir, avec saxophone lancinant en guise de bande son), c'est plutôt mou, et globalement cousu de fil blanc (bien que le scénario semble persuadé que le spectateur ait besoin d'une fin à rallonge qui, paradoxalement, explique un peu plus le pourquoi du comment... tout en le rendant plus confus).

Et puis il reste ce problème d'interprétation : car autant l'héroïne et un ou deux personnages secondaires sont justes, autant l'immense majorité des autres acteurs sont vraiment médiocres, peinant à donner vie à des dialogues bancals, et à être crédibles.

En résumé, entre l'illustration musicale débattable, la direction artistique très polarisante, l'interprétation inégale, et le script balisé, on regrette franchement que ce postulat très sympathique soit exploité de manière aussi laborieuse et inégale. Dommage.

Un minuscule 3/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 04 - Pandemic (2016)

Publié le 20 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Found Footage, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Pandemic :

Dans un futur très proche, alors qu'un virus dévastateur a ravagé l'humanité, transformant ses victimes en créatures agressives et sanguinaires, des chercheurs tentent désespérément de trouver un remède à cette maladie. Lauren (Rachel Nichols) est l'une de ces spécialistes, et après avoir assisté à la destruction de New York, elle rejoint Los Angeles où, au sein d'une équipe composée de personnalités disparates, elle va tenter de secourir un maximum de survivants... parmi lesquels, peut-être, sa fille.

Un film de zombies qui n'a, pour seule originalité, que de tenter de battre Hardcore Henry à son propre jeu, en se présentant comme étant filmé à 80-90% en vue subjective, à partir des caméras portées par ses protagonistes.

Malheureusement, le gimmick lasse très rapidement, d'autant qu'il n'est jamais totalement assumé, et est souvent entrecoupé de plans d'ensemble, de vidéos de surveillance, et de points de vue omniscients, qui ne sont justement pas filmés par l'équipe.

Autre problème, le budget minimaliste (tout l'argent est passé dans le salaire des acteurs, très inégaux - Nichols et Missi Pyle sont très bien, même si NIchols fait un peu trop jeune pour être mère d'une adolescente de cet âge ; Alfie Allen et Mekhi Phifer sont nettement moins convaincants) fait que tout est particulièrement cheap : les effets visuels, les décors, le maquillage des figurants (qui d'ailleurs sont en nombre ultra-limités), le bus aux vitres opaques dans lequel les personnages passent le premier tiers du film, leurs combinaisons, le sang numérique...

Bref, entre le gimmick first person survival horror limité, le budget inexistant, le suspense anémique, l'interprétation inégale, et l'écriture particulièrement générique, prévisible et quelconque, pas grand chose à se mettre sous la dent avec ce DTV à la limite du téléfilm SyFy, dont le pitch aurait pourtant pu donner quelque chose d'intéressant, de déjanté, ou de tendu, avec quelqu'un de plus compétent derrière la caméra.

2/6 (pour quelques scènes, et pour les efforts des actrices)

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 03 - Emelie (2015)

Publié le 20 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Thriller, Halloween, Horreur

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Emelie :

Lorsque Dan (Chris Beetem) et Joyce (Susan Pourfar) décident de sortir un soir pour fêter leur anniversaire de mariage, le couple a recours à une babysitter qu'ils ne connaissent pas, mais dont ils ont entendu le plus grand bien. Rapidement, cependant, Emelie (Sarah Bolger) fait preuve de méthodes assez étranges et laxistes pour s'occuper des trois enfants... des méthodes qui finissent par prendre un tournant particulièrement sadique et sinistre.

Un métrage reposant entièrement sur l'excellente Sarah Bolger, et sur trois enfants acteurs convaincants, enfermés avec elle dans ce thriller assez tendu et pesant, plutôt réussi. Du moins, pendant une bonne moitié de film.

Pendant cette moitié, on observe ainsi avec une certaine fascination cette baby-sitter prédatrice tisser lentement sa toile, et prendre son temps, à l'instar du réalisateur, qui ne cède pas aux sirènes du jump scare et autres effets faciles : la tension monte lentement, le rythme est délibérément calculé pour créer une atmosphère menaçante, et l'on se demande jusqu'où Emelie (jouée par une Sarah Bolger qui a la bonne idée d'interpréter alors son rôle avec beaucoup de retenue, tout en sachant laisser paraître, çà et là, quelques aperçus de la folie qui l'habite) est prête à aller, et surtout pourquoi.

Si le film avait su continuer sur cette lancée, en faisant monter la pression jusqu'à virer dans l'horreur, ça aurait été une excellente surprise. Malheureusement, à la moitié du film, les motivations d'Emelie sont révélées (au travers d'un conte de fées pas forcément idiot), ses objectifs aussi, et aussitôt, le récit perd grandement de son intérêt... principalement parce que toutes ces révélations sont particulièrement convenues et prévisibles.

Le film peine alors véritablement à monter en tension, le jeu du chat et de la souris s'engageant finalement entre le fils aîné et Emelie étant sérieusement handicapé par une mise en scène plaçant le tout dans l'obscurité, pendant près de 25 minutes. Ce qui, plutôt que de renforcer le suspense et l'angoisse, désamorce le tout, puisqu'on passe plus de temps à se demander ce qui se passe à l'écran qu'à s'immerger dans le récit.

Sans oublier le fait que le métrage prend, sur sa fin, de faux airs d'un Maman, j'ai raté l'avion plus sérieux, avec le jeune héros qui aveugle la babysitter avec des feux d'artifice, et l'achève en prenant le volant de la voiture de son père, un casque vissé sur la tête.

D'ailleurs, cette voiture est, justement, symptomatique des problèmes d'une écriture qui prend un peu trop le principe du fusil de Tchekhov au pied de la lettre : le jeune voisin, les talkies-walkies, la cabane, la voiture, etc, autant d'éléments amenées de manière un peu trop voyante en cours de récit, clairement pour préfigurer leur retour ultérieur.

Et paradoxalement, cette même écriture brouille un peu trop les pistes avec la scène de la sex-tape du père de famille - le script explique texto que la femme sur la vidéo n'est pas la mère des enfants, Emelie force ces derniers à regarder la vidéo, un sourire aux lèvres, on se dit qu'il y a peut-être là un rebondissement de scénario à venir.... mais non, c'était une piste qui ne débouche sur rien, et qui a clairement troublé plus d'un spectateur, à en juger les retours critiques lus sur le web.

Bref, un film qui, plutôt que de finir de manière explosive, préfère se conclure dans un quasi-murmure frustrant, succombant en plus au syndrome du "le bad guy n'est pas mort, il s'est échappé", totalement inutile.

Vraiment dommage que l'essai ne soit que partiellement transformé.

3 + 0.25 pour Sarah = 3.25/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 02 - La Horde (2009)

Publié le 19 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Thriller, Fantastique, France

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

La Horde :

Dans une banlieue française, un groupe de policiers pas très nets décide de venger la mort de l'un des leurs aux mains d'un gang dirigé par Markudi (Doudou Masta). Mais alors qu'ils tentent un assaut frontal sur l'immeuble où vit ce dernier, tout tourne mal pour les policiers, qui finissent dans les griffes de leur cible, alors même que leur escouade est décimée durant la fusillade. Prisonniers, les flics doivent alors s'allier à leurs geôliers lorsque les morts reviennent soudain à la vie, et que leur horde s'en prend aux survivants...

Un film de genre français, co-réalisé par Yannick Dahan et Benjamin Rocher, et co-écrit par Yannick Dahan, Stéphane Moïssakis, et Arnaud Bordas, tous trois anciens journalistes de Mad Movies, dont c'était là leur premier film.

Et pour un premier film... quel plantage splendide.

Un film calamiteux sur tous les plans, trop référentiel/dérivatif et sans originalité, joué "à la française" (soit ça joue faux/surjoue, soit ça sur-articule tous les dialogues de manière appliquée et scolaire), réalisé de manière très médiocre (les effets cache-misères de réalisation et de montage lors des scènes d'actions sont très très laids), et écrit avec les pieds : outre les dialogues qui tentent de donner dans l'argot et dans le populo (mais finissent par tous paraître forcés et artificiels), ainsi que les personnages tous antipathiques et idiots, le film souffre d'un rythme particulièrement bancal.

Il passe ainsi plus d'une vingtaine de minutes à tenter de mettre en place une ambiance sérieuse de polar français contemporain, avant de prendre un virage film de zombies qui ne convainc jamais vraiment, faute de budget ou de talent, et d'hésiter ensuite constamment entre suspense inexistant et humour décalé et faiblard (le pépé).

En résumé, un premier métrage raté, inepte et poseur qui semble plus préoccupé par l'idée de paraître "badass" (pour utiliser un terme cher à Dahan) plutôt que d'essayer d'être un bon film, bien construit et interprété.

0.5/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 01 - Manuel de Survie à l'Apocalypse Zombie (2015)

Publié le 19 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Jeunesse

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Manuel de Survie à l'Apocalypse Zombie (Scouts Guide to the Zombie Apocalypse) :

Ben (Tye Sheridan), Carter (Logan Miller) et Augie (Joey Morgan) sont les trois seuls scouts de leur région, et deux d'entre eux songent sérieusement à quitter la troupe, lorsque des morts vivants sanguinaires envahissent la ville. Avec l'aide de Denise (Sarah Dumont), serveuse dans un club de strip-tease, le trio doit alors tout faire pour sauver l'humanité, et mettre un terme à cette épidémie mortelle...

Une zombie teen comedy (réalisée par le scénariste des Paranormal Activity) qui a reçu un accueil assez positif par chez nous, et plutôt négatif outre-atlantique... et honnêtement, je me range sans problème du côté des avis négatifs. Ou du moins très mitigés.

Car il faut bien admettre que ce Manuel de Survie n'apporte strictement rien au genre (déjà bien épuisé) de la zom-com : déjà, le film est très long à démarrer. Si l'on excepte l'intro de 6 minutes, totalement détachée du reste et uniquement là pour montrer Blake Anderson de Workaholics en train de faire le con, il ne se passe globalement rien du tout pendant une bonne demi-heure.

Et lorsque l'action se déclenche enfin, elle est constamment parasitée par un ton global bas de plafond et graveleux (façon pipi caca prout bite couille pet chatte), et par de nombreux ventres mous récurrents. Sans même parler de la scène d'action principale, qui place ses zombies dans un night-club éclairé au néon et au stroboscope, ce qui flingue tout l'intérêt de ce moment, et une grosse partie de sa lisibilité.

Bref, une comédie assez insipide et plutôt banale, sans grande originalité, avec des scènes généralement trop longues et prévisibles pour leur propre bien, et une distribution assez transparente (les trois scouts sont peu mémorables, et Sarah Dumont l'est tout autant).

Reste finalement du gore (numérique) assez généreux, quelques idées amusantes (les chats zombies) mais sous-exploitées, et une illustration musicale adéquate de Matthew Margeson.

C'est peu. Mais je suppose que si l'on est client de l'humour graveleux façon American Pie, ce film peut fonctionner.

2/6

commentaires

Blog Update ! - Septembre 2016

Publié le 18 Septembre 2016 par Lurdo dans Oktorrorfest, Update, Cinéma, Critiques éclair, Halloween, Horreur, Fantastique

Voilà, nous y sommes ! La première quinzaine de septembre est achevée, et sur le blog des Téléphages Anonymes, cela veut dire qu'il est temps pour la rubrique Un film, un jour (ou presque) de partir en congés, avec plus de 400 films au compteur.

En effet, la tradition du blog l'exige : environ six semaines avant le 31 octobre, c'est le coup d'envoi de l'Halloween Oktorrorfest, un marathon de cinéma d'horreur & fantastique, qui dure jusqu'à la fête des sorcières, des morts et du macabre.

L'année dernière, avec plus de 220 films de genre chroniqués entre mi-septembre et mi-novembre, j'avais clairement frôlé le burnout et, dans le bilan de fin d'Oktorrorfest 2015, j'avais fait part de mon envie de simplifier un peu les choses cette année.

Donc acte : en 2016, l'Oktorrorfest se déroulera donc du 19 septembre au 31 octobre (avec probablement quelques bonus et un bilan durant la première semaine de novembre), à raison de deux films par jour en septembre, puis trois par jour en octobre.

Comme toujours, vous pouvez retrouver une liste de tous les films déjà critiqués dans ces pages en passant par l'onglet Pages/Index Cinéma, Index Oktorrorfest, etc, de la barre de navigation, ou bien en utilisant les tags des catégories de chaque article.

Bonne lecture, et bons films !

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #406 : Le Sang Des Templiers (2011)

Publié le 16 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Action, Histoire, Aventure

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la distance ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Le Sang des Templiers (Ironclad) :

En 1215, le sinistre Roi Jean (Paul Giamatti) d'Angleterre est bien décidé à prendre sa revanche sur les barons rebelles qui l'ont déposé, et forcé à signer la Grande Charte. Accompagné de mercenaires danois menés par Tiberius (Vladimir Kulich), il vise alors la forteresse de Rochester, un point de passage indispensable pour diriger la région qui l'entoure, et le reste du pays. Face à lui, outre les occupants du château (Derek Jacobi et Kate Mara), ainsi que leur personnel limité, se trouve une poignée de soldats plus ou moins aguerris (James Purefoy, Jason Flemyng, Jamie Foreman, Mackenzie Crook, Rhys Parry Jones, Aneurin Barnard), réunis là par William d'Aubigny (Brian Cox) pour barrer le passage de Jean. Une bataille sans pitié s'engage alors...

Un film indépendant anglais, au budget somme toute limité (25M$), et qui n'est autre qu'une version des Sept Mercenaires/Samouraïs à la sauce médiévale bourrine.

Et c'est là tout l'intérêt du film, à vrai dire : sa mécanique éprouvée, portée par une distribution remarquable et plutôt surprenante de par sa qualité. Ça assure donc plutôt bien de bout en bout au niveau de l'interprétation (certes, Giamatti est en roue libre, mais c'est le personnage qui veut ça ; et quelques lignes de post-synchro sont assez plates), c'est sauvage, violent et sanglant, et malgré la durée un poil maladroite (on aurait facilement pu resserrer tout ça de 15-20 minutes, ou bien développer le tout 15-20 minutes de plus, afin de combler les trous, et de donner de l'épaisseur au personnage de Kate Mara), et le script pas toujours très abouti, ça se regarde facilement.

Seul vrai souci, et pas des moindres : la réalisation et le montage des scènes de combat, en mode caméra portée et secouée, jusqu'à rendre l'action illisible. Ce qui est problématique, vu que le film n'est, en résumé, qu'une grosse scène de combat avec quelques pauses.

Dommage (rien que d'imaginer le même film, avec la même distribution, mais tourné par McTiernan... *soupir*)

3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #405 : You're so Cupid ! (2010)

Publié le 15 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Romance, Jeunesse, Fantastique

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la distance ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

You're so Cupid ! :

Soeurs jumelles radicalement différentes l'une de l'autre, Emma (Danielle Chuchran) et Lilly (Caitlyn E.J. Meyer) adorent jouer les entremetteuses, et sont particulièrement douées dans ce domaine. Sans surprise, car elles sont en réalité les filles de Cupidon, devenu mortel et ayant adopté l'identité de Daniel Valentine (Brian Krause) pour épouser leur mère Audrey (Lauren Holly). Malheureusement, Daniel et Audrey sont désormais séparés, et leurs filles ignorent tout de leurs origines surnaturelles... jusqu'à ce que Connor (Jeremy Sumpter) arrive au lycée, et que les deux adolescentes tombent amoureuses de lui. Cela va réveiller chez elles une jalousie insoupçonnée, ainsi que des pouvoirs étranges, qu'elles ne contrôlent pas vraiment...

Un long-métrage indépendant qui se retrouve un peu le cul entre deux chaises, n'assumant jamais vraiment son postulat fantastique (l'explication des parents au sujet de la véritable nature de Daniel n'arrive qu'au bout d'une heure), et souffrant d'une mise en place assez longuette (25 minutes avant que les deux soeurs ne croisent Connor).

Dommage, parce que le tout se regarde tranquillement, principalement grâce à une distribution sympathique (Brian Krause reprend quasiment son personnage de Charmed ; bémol sur Lauren Holly, pas toujours très juste), et que le tout s'avère sans prétention dans le registre comédie romantique/familiale.

Mieux structuré, avec un score moins dérivatif, et une Audrey plus attachante, ça aurait pu donner un petit 3.5/6. Là, en l'état, ça n'atteint pas la moyenne.

2.75/6 (dont 0.5 pour Danielle)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #404 : Circle (2015)

Publié le 14 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Thriller, Science-Fiction

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Circle :

Cinquante individus se réveillent soudain dans une même pièce circulaire, à l'équipement étrange et inconnu : incapables de bouger de la place qui leur a été assignée, sous peine de mort immédiate, ces cinquante personnes, toutes différentes en âge, sexe, origine et classe sociale, vont alors être contraintes de participer à un jeu mortel. À intervalle très rapproché, l'un d'entre eux est exécuté par une machine, au hasard... mais les captifs ont en réalité le choix : ils peuvent voter pour qui sera le prochain exécuté. Commence alors une partie improbable, dans laquelle humanisme, logique et individualisme vont s'affronter jusqu'à la mort...

Un thriller de sf indépendant en provenance des USA, et qui s'avère être, au final, une sorte d'épisode de la Quatrième Dimension ou d'Au-delà du Réel développé sur 90 minutes : c'est à la fois sa force - on a plus le temps de s'intéresser aux personnages, et à leurs choix - et sa faiblesse, puisqu'on sent clairement qu'un délayage a eu lieu, et que le tout tire un peu à la ligne.

D'autant que les arguments avancés çà et là par les protagonistes sont assez intéressants, mais qu'au bout d'un moment, on est un peu fatigué de ces jeux de pouvoir, de ces manipulations, et de ces engueulades finalement pas si différentes que ça de ce qu'on peut lire tous les jours sur le web, lorsque le moindre sujet un peu politique ou controversé est abordé.

Bref, ça se regarde, sans être exceptionnel, c'est globalement bien joué (à noter Julie Benz, dans le rôle de l'une des cinquante victimes), mais la toute fin paraît un peu trop polarisante pour son propre bien.

3.25/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #403 : La Filature (2016)

Publié le 13 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Action, Thriller, Aventure, Chine, USA, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

La Filature (Skiptrace) :

Après la mort tragique de son partenaire aux mains des hommes du cruel Matador, Bennie Chan (Jackie Chan) est prêt à tout pour faire tomber celui qu'il suspecte d'être le Matador, Victor Wong (Winston Chao). En chemin, il finit par s'associer, bon gré mal gré, avec Connor Watts (Johnny Knoxville), un arnaqueur américain ayant en sa possession un téléphone appartenant au criminel...

Buddy comedy sino-américaine réalisée par Renny Harlin, et qui donne l'impression arriver avec 15 ans de retard, tant elle ressemble à ces buddy comedies que Chan tournait aux USA au début des années 2000 (Rush Hour, Shangaï Kid, Le Smoking, Le Médaillon, etc) ... en nettement moins réussie, et sans leur énergie.

Ici, tout semble laborieux, à commencer par le rythme et le montage : le métrage se traîne en effet gentiment, sorte de road trip injustifié à l'échelle de la Chine, qui finit par ressembler à un guide touristique sans grand intérêt autre que ses paysages.

En effet, les combats de Jackie sont (mal) bricolés (montage, accélérés, doublures, câblage, numérique, chorégraphie) de manière à camoufler au maximum l'âge de l'acteur, l'action est décousue et approximative, la post-synchronisation de la majorité des acteurs asiatiques est calamiteuse, le score musical est bien souvent hors-sujet, et l'on se demande parfois ce que certaines scènes font là (la reprise collective d'Adèle dans le village mongol, euh... okay).

Bref, malgré le capital sympathie des deux acteurs principaux, la présence surprenante (et efficace) d'Eve Torres dans le rôle d'une brute russe (à l'accent ridicule), et quelques moments réussis, dans l'ensemble, c'est un ratage, tout simplement.

Un minuscule 2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #402 : The Master (2012)

Publié le 12 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Religion

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la distance ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

The Master :

Alcoolique, obsédé sexuel, et ancien marin lors de la Seconde Guerre Mondiale, Freddie Quell (Joaquin Phoenix) est à la dérive. Jusqu'à ce qu'un soir de 1950, il croise le chemin de Lancaster Dodd (Philip Seymour Hoffman), leader charismatique de la Cause, un mouvement religieux et philosophique dont il est "le Maître". Aussitôt, Dodd le prend sous son aile, et commence à le former aux croyances et aux techniques de son organisation, au grand dam de son épouse Peggy (Amy Adams) et de ses subordonnés...

Un film captivant et hypnotisant, à l'image des méthodes de son Maître, et qui sous couvert de décrire un certain malaise de l'après-guerre, et de suivre l'ascension d'un mouvement sectaire très similaire à la Scientologie, s'attarde en fait sur le portrait d'un chien fou en quête d'affection et de structure, et du Maître qui le recueille et tente de le dresser pour en faire son chien de garde, en vain.

La métaphore est assez évidente durant tout le métrage, que ce soit dans les dialogues, ou dans l'interprétation animale de Phoenix : et cette métaphore fonctionne assez bien, principalement parce que la réalisation d'Anderson est sobre et intelligente, soutenue par un duo de têtes d'affiche impeccables et mémorables (le reste de la distribution n'a pas à rougir non plus, cela dit).

Autrement dit, ce métrage est une réussite, même si son rythme très contemplatif et pesant, combiné à son illustration musicale dissonante, n'en font pas forcément un film facile d'accès, ou très plaisant à suivre pour le spectateur cherchant à se divertir.

4/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #401 : Les Rescapés du Futur (1976)

Publié le 9 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Science-Fiction, Thriller

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Les Rescapés du Futur (FutureWorld) :

Deux ans après le drame l'ayant secoué, le parc d'attractions Delos rouvre ses portes, avec toujours plus de nouveautés et de mondes à visiter. Mais Chuck Browning (Peter Fonda) et sa collègue Tracy Ballard (Blythe Danner), deux journalistes invités pour faire la promotion du parc, découvrent bien vite que les problèmes de programmation des androïdes du parc sont toujours présents... et qu'ils cachent peut-être une conspiration bien plus sinistre encore...

Suite directe de Mondwest, mais sans Crichton, ce Futureworld a l'avantage d'avoir un duo de personnages principaux plus actifs et intéressants que dans le premier film (du moins, leurs rapports sont plus intéressants), ainsi qu'un postulat "journaliste enquêtant sur une conspiration" typiquement 70s dans l'esprit.

La réalisation, d'ailleurs, est plus inventive (parfois un peu trop, à la limite du kitch) et péchue, ce qui n'est pas désagréable... malheureusement, les révélations finales, à base d'avènement des machines qui sont devenues conscientes et veulent conquérir le monde, et tout ce qui suit, retombent assez vite dans les clichés du genre, et déçoivent (la happy end nonchalante, notamment, est un peu de trop).

Un film qui a des qualités et des défauts différents de Mondwest, mais qui, au final, ne s'avère guère pire ou meilleur.

3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #400 : Mondwest (1973)

Publié le 8 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Science-Fiction, Action, Thriller

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Mondwest (Westworld) :

Parc d'attractions révolutionnaire et futuriste, Delos propose à ses visiteurs aisées de faire l'expérience de trois univers différents - un monde médiéval, la Rome antique, et le Far-West - pour en devenir les héros ou les criminels, et y réaliser tous leurs fantasmes, en interagissant avec des androïdes à l'apparence humaine. Mais comme Blane (James Brolin) et Martin (Richard Benjamin), deux visiteurs, vont rapidement s'en apercevoir, une étrange épidémie de pannes et de malfonctions se propage parmi les robots, qui commencent à se rebeller contre leur programmation...

Histoire de se préparer à l'adaptation télévisée de cette histoire par HBO (diffusion dès le 2 Octobre), retour sur ce film écrit et réalisé par Michael Crichton ; adapté de son oeuvre, ce métrage est un peu, en l'essence, une ébauche de son Jurassic Park, qui, à mi-parcours, deviendrait un proto-Terminator, avec Yul Brynner en robot meurtrier implacable.

Une oeuvre intéressante, donc, notamment visuellement, mais il en ressort une étrange impression de mou et de nonchalance, qui nuit grandement au récit.

Plus paradoxal encore, la grosse heure de mise en place avant que Yul ne passe vraiment à l'acte ne résulte jamais vraiment en une montée en puissance et en pression maîtrisée : Crichton peine vraiment à rythmer son récit, à lui donner un ton cohérent et homogène, voire même à développer ses personnages au-delà du simple archétype.

Certes, le changement de protagoniste apparent (tout le monde pense que Brolin est le héros viril, et Richard Benjamin son sidekick ; lorsque Brolin meurt, le spectateur ne sait plus à quel saint se vouer) fonctionne et déstabilise brièvement... mais le problème, c'est que Benjamin n'a pas grand charisme, et que tout le dernier tiers du film est, à nouveau, étrangement nonchalant, avec un Martin qui déambule tranquillement dans des couloirs alors qu'il a un robot assassin à ses trousses.

C'est véritablement ce déficit de tension et d'urgence qui pénalise le métrage, ainsi qu'un manque d'ampleur étrange (mais compréhensible vu le budget et l'époque) : plutôt que de montrer un chaos généralisé, à l'échelle du parc, Crichton se concentre donc sur la traque de Benjamin par Yul Brinner, une traque le plus souvent solitaire, dans des couloirs et des environnements déserts.

Dommage : le potentiel est là, mais l'exécution pèche.

3/6 (demain, Westworld 2, alias Les Rescapés du Futur)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #399 : Ninja Turtles 2 (2016)

Publié le 7 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Action, Aventure, Fantastique, Jeunesse

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Ninjas Turtles 2 (Teenage Mutant Ninja Turtles - Out of the Shadows) :

Lorsque Shredder (Brian Tee) s'évade de prison, et s'associe au maléfique Général Krang (Brad Garrett), une créature étrange venue d'un autre univers, à Baxter Stockman (Tyler Perry), un savant dérangé, et à Bebop et Rocksteady (Gary Anthony Williams & Sheamus), deux voyous transformés en créatures mutantes, les Tortues doivent passer à l'action. Avec l'aide d'April (Megan Fox), de Vernon (Will Arnett) et de Casey Jones (Stephen Amell), un officier de police devenu justicier, les quatre ninjas mutants n'ont d'autre choix que de se révéler au grand public s'ils veulent sauver le monde...

Tous comptes faits, j'avais bien aimé le premier opus de ces nouvelles Tortues Ninjas, malgré tous ses défauts intrinsèques, son script semi-improvisé, ses changements de scénario de dernière minute, et son humour assez lourd : l'action était très solide, les effets spéciaux remarquables, et finalement, c'était assez proche du dessin animé des années 80-90.

Ici, visiblement, la décision a été prise d'aller encore plus dans cette direction, et de jouer à fond la carte du fanservice, avec Krang, Baxter, Bebop, Rocksteady, le Technodrome, Casey Jones, le van, etc.

Malheureusement, comme dans le premier opus, c'est le casting humain qui, la plupart du temps, s'avère le talon d'achille du métrage : si Arnett assure, et que Megan Fox semble un peu moins botoxée que dans le premier film (sans faire pour autant une bonne April - Lauren Cohan aurait été très bien, par exemple), Stephen Amell est absolument insipide en Casey Jones, Tyler Perry fait peur, les figurantes asiatiques (uniquement présentes pour faire plaisir aux investisseurs chinois) n'ont pas une ligne de dialogue, et moins compréhensible encore, Johnny Knoxville a été remplacé au doublage de Leonardo - ce qui rend le personnage ultra-fade et transparent dans ce second opus.

Autre changement notable, la bande originale : exit Tyler, enter Jablonsky, en pilotage automatique (comme toujours depuis Transformers), qui a cela dit le mérite d'utiliser ici de vrais cuivres pour ses thèmes (dérivatifs), et pas ses samples habituels.

En ce qui concerne le reste, la réalisation n'est pas forcément moins bonne que celle de Liebesman, dans le premier ; les sfx sont toujours aussi réussis et impressionnants (merci ILM), et les scènes d'actions avec les Tortues sont mémorables (l'avion !) ; quant au script, c'est un peu le même problème qu'avec le premier film : il y a des trous, des raccourcis constants, des facilités énormes, c'est décousu, et le climax du récit s'avère, en fin de compte, assez décevant. 

Un petit 3/6 (c'est ultra-fidèle au cartoon, le fanservice fait très plaisir, mais est parfois poussé un peu trop loin, et les choix créatifs de ce second opus le rendent moins attachant que son prédécesseur)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #398 : ExTerminators (2009)

Publié le 6 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

ExTerminators :

Alex (Heather Graham), une jolie comptable solitaire passant une mauvaise journée, passe ses nerfs sur un homme agressif, et finit condamnée à suivre une thérapie de gestion de la colère. Là, elle rencontre Stella (Jennifer Coolidge), propriétaire d'une entreprise d'extermination, et Nikki (Amber Heard), une assistante dentaire encline à la violence. Les trois femmes décident alors de s'associer pour se venger des hommes qui les ont tourmentés, et devant le succès de leurs actions, elles décident d'en faire leur "métier"...

Une comédie noire indépendante assez outrancière, qui a le problème de ne pas être vraiment drôle, et trop caricaturale pour vraiment fonctionner en tant que comédie noire.

Si j'y ai jeté un coup d'oeil, c'était principalement sur la base de sa distribution sympathique (Heard, Graham, Coolidge, mais aussi Joey Lauren Adams, ou encore Sam Lloyd), mais très rapidement, on s'aperçoit que Graham ne joue pas dans le même film que les deux autres actrices principales (en plus de subir une intrigue romantique totalement hors-sujet, Graham en fait trois tonnes, alors que les autres sont plus naturelles... encore que Heard, par moments...), et que techniquement, le métrage est assez moyen, pour ne pas dire médiocre.

C'est mou, pas très bien dirigé, pas très bien écrit... bref, un bon gros bof.

1.5/6

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 60 70 80 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 > >>