Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #cinema catégorie

Halloween Oktorrorfest 2017 - 03 - La Chambre des Oubliés (2016)

Publié le 19 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Halloween, Horreur, Review

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

La Chambre des Oubliés (The Disappointments Room) :  

Dana (Kate Beckinsale), architecte encore traumatisée par la mort de son nourrisson, emménage dans un splendide manoir à rénover avec son époux David (Mel Raido) et leur fils Lucas (Duncan Joiner). Mais bien vite, au grenier, le couple découvre une pièce vide n'apparaissant sur aucun plan, et plus Dana se plonge dans l'histoire de leur nouvelle bâtisse, et plus les phénomènes étranges se produisent autour d'elle...

Un navet de compétition, signé DJ Caruso et Wentworth Miller (oui, oui, l'acteur de Prison Break), et qui enquille tous les clichés de films de maison hantée de manière lente, insipide, dérivative, et particulièrement inintéressante, afin de tenter de nous feinter, avec ce qui se résume à Kate Beckinsale (botoxée, et avec une vilaine perruque blonde dans un plan sur trois) dépressive et inquiète, qui s'imagine des choses dans sa tête.

Un splendide plantage, avec des personnages secondaires inexistants, et pas un poil de tension : une grosse perte de temps.

0.5/6

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2017 - 02 - Pet (2016)

Publié le 18 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Horreur, Oktorrorfest, Halloween, Thriller, Review

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Pet :

Seth (Dominic Monaghan), employé timide et maladroit d'un refuge animalier, est épris de Holly (Ksenia Solo), une serveuse qu'il connaît depuis le lycée. Mais Holly refuse de répondre positivement à ses avances, et Seth finit par céder à ses pulsions : il enlève la jeune femme, et l'enferme dans une cage, au sous-sol du refuge animalier. Rapidement, cependant, il apparaît que Holly cache bien des secrets, et un jeu de manipulation s'instaure entre le geôlier et sa captive...

Un thriller aux accents de torture porn horrifique, écrit par le scénariste des 4 Fantastiques et de The Lazarus Effect, ça n'augurait rien de bon... et effectivement, c'est très très moyen, tout ça.

La faute à un script gentiment bancal, qui tente de jouer avec les conventions du genre en les désamorçant maladroitement, et à des personnages assez antipathiques, qui se combinent pour former un tout assez désagréable à regarder, et à la structure qui laisse dubitatif.

Assez rapidement, en effet, le film commence à abattre ses cartes, les unes après les autres (ATTENTION SPOILERS DANS LE RESTE DE CETTE CRITIQUE) : ça commence comme un torture porn assez classique, avec Monaghan en stalker déséquilibré qui décide de forcer l'objet de ses désirs à l'aimer, en la traitant littéralement comme une chienne ; puis rapidement, on nous montre que Holly est elle aussi bien barrée, et s'imagine parler à sa meilleure amie (Jennette McCurdy) ; on devine alors qu'elle l'a tuée, et effectivement, on nous l'explique bien vite (McCurdy disparaît aussitôt du film), ainsi que le caractère psychopathe de la captive, qui tue des hommes dans les rues pour se libérer de ses pulsions agressives.

Et donc voilà, on est environ à mi-film, et on a deux personnages plus antipathiques l'un que l'autre : d'un côté, Monaghan, déséquilibré, en position de force théorique, mais impuissant, faible et amoureux, et en face, Holly, psychopathe emprisonnée, qui a clairement l'ascendant sur lui. Et c'est à peu près tout ce sur quoi repose le reste du métrage : Seth qui se fait manipuler, Seth qui croit contrôler la situation, Seth qui est incapable, et Holly qui télécommande tous ses gestes depuis sa cage.

L'équilibre des forces n'évolue jamais vraiment dans un sens ou dans l'autre, la relation non plus, et toute la suite du script est affreusement balisée et prévisible (quand il ne part pas dans des digressions comiques improbables, comme lorsque Seth tente de poignarder le garde obèse avec la minuscule paire de ciseaux d'un couteau suisse).

Résultat : on regarde tout ça ultra-passivement, on trouve les deux personnages repoussants, on remarque la post-synchronisation médiocre, les grosses ficelles de l'écriture, et on lève les yeux au ciel lorsque le film tente du gore gratuit et inutile, histoire de choquer un spectateur qui serait éventuellement encore captivé par le récit.

Mais bon, quand deux psychopathes détestables se torturent et se blessent mutuellement, il est difficile d'éprouver une quelconque empathie pour l'un ou pour l'autre.

En résumé, l'inversion des rôles et la véritable nature des personnages de ce script arrivent beaucoup trop tôt dans le film, qui ensuite tourne largement à vide, faute de laisser suffisamment de doute sur le dénouement, ou sur les intentions réelles des protagonistes.

2.25/6 (dommage, parce que c'est plutôt bien interprété, sinon)

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2017 - 01 - The Monster (2016)

Publié le 18 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Halloween, Horreur, Review

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

The Monster :

Mère indigne et alcoolique, Kathy (Zoe Kazan) prend sa voiture de nuit avec sa fille Lizzy (Ella Ballentine), pour l'emmener chez le père de celle-ci (Scott Speedman). Mais en chemin, une crevaison et une collision avec un loup les isolent en pleine forêt, sous une pluie torrentielle... et bien vite, une créature sanguinaire et difforme décide de faire des deux accidentées ses proies, et de les traquer sans merci.

Ce n'est pas nouveau, j'ai énormément de sympathie pour Zoe Kazan (et j'ai déjà passé en revue pas mal de ses films sur ce blog), et la voir dans un tel film d'horreur avait de quoi m'intriguer.

Malheureusement, The Monster - anciennement There Are Monsters - (du réalisateur de The Strangers) participe de cette vague de films d'horreur indépendants "à sens profond/à métaphore", dans lequel le monstre est un symbole des tourments psychologiques de tel ou tel protagoniste.

Et pour être même plus précis, ici, on est (à peu de choses près) dans l'un de ces films où le monstre est un moyen pour l'héroïne de renouer avec sa maternité, et de passer outre ses traumatismes psychologiques pour renforcer ses liens avec son enfant, etc.

Parfois, ça marche, comme dans Mister Babadook, et parfois, ça tombe totalement à plat, comme ici.

Probablement parce que la mise en place est à la fois interminable (45 minutes avant que le monstre ne se manifeste vraiment), pataude (un paquet de flashbacks sur la vie troublée de la famille interviennent régulièrement pour casser toute ambiance ou toute tension) et assez antipathique (Zoe Kazan est une caricature de mère indigne, la gamine est geignarde au possible) ; et parce qu'une fois que tout se déclenche, on tombe dans des clichés éculés et assez plats, qui reposent entièrement sur un monstre façon mec-en-costume sans la moindre originalité au niveau conceptuel, et trop souvent dans l'obscurité.

Bref, on s'ennuie beaucoup, l'horreur de ce survival ne fonctionne pas vraiment, le drame relationnel non plus et les métaphores encore moins.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #604 : A Cure for Life (2017)

Publié le 17 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Fantastique, Horreur, Thriller, USA, Allemagne

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

A Cure For Life (A Cure For Wellness) :

Envoyé par ses patrons à la recherche du PDG de la compagnie, enfermé dans un sanitarium mystérieux, dans les Alpes suisses, Lockhart (Dane DeHaan) comprend, dès son arrivée sur place, que quelque chose ne tourne pas très rond. Et plus il se rapproche de la jeune Hannah (Mia Goth), la seule patiente à avoir moins de 20 ans, plus l'étau se resserre autour de lui, et plus les étranges rites surnaturels du Dr. Heinreich Volmer (Jason Isaacs) et de ses employés font basculer son esprit dans la folie...

On ne peut pas nier que Gore Verbinski, quel que soit le film qu'il tourne, d'un Pirates des Caraïbes à un Lone Ranger, en passant par un Rango, soit désormais suffisamment dégagé des contraintes des studios pour pouvoir se permettre toutes les audaces visuelles, et les idées improbables. En ce sens, il correspond bien à la définition de "réalisateur visionnaire" : il a une vision bien à lui, et elle est immédiatement identifiable lors de moments très particuliers, même au coeur des blockbusters les plus généralistes.

Malheureusement, qui dit "dégagé des contraintes des studios" dit aussi "libre de faire tout et n'importe quoi, et de se laisser déborder par ses envies". Et ce qui s'est produit pour Lone Ranger (ce qui aurait été un bon western original et décalé de 100/110 minutes en faisait malheureusement 150) se répète ici. 

Si je ne l'avais pas vu à sa sortie en vidéo, avant l'été, j'aurais probablement attendu Octobre pour le regarder et intégrer directement ce film à l'Oktorrorfest... car ce métrage ressemblant fortement, au premier abord, à un Shutter Island-bis (du thriller psychologique pas vraiment horrifique), s'avère en fait un grand hommage assumé de Gore Verbinski à tout un pan du cinéma et de la littérature d'horreur gothique, dans la lignée de Poe/Lovecraft, mâtiné d'influences transalpines évidentes.

Aidés par des décors naturels somptueux, Verbinski (et son scénariste de Lone Ranger) se lâchent, et produisent ici quelque chose d'ambitieux, de particulièrement travaillé visuellement, d'étrangement malsain, de cotonneux, d'intrigant, de non-sensique, qui se transforme en une oeuvre grandiloquente, glauque... et le problème, c'est que ça fait 2h30.

146 minutes qui prennent bien leur temps pour développer une histoire finalement très classique (cette affaire de comte, de villageois en colère, Hannah... rien de bien surprenant ou original) dont les révélations arrivent facilement 20-30 minutes après que le spectateur ait déjà tout compris.

Résultat : on se retrouve ainsi avec deux premières heures de film qui jouent tellement l'attente, le mystère et le suspense (frôlant même parfois l'imagerie abstraite et lynchienne) que le spectateur a tout le temps du monde d'assembler dans sa tête les pièces d'un puzzle que le script met bien en évidence.

Le film abat paradoxalement ses cartes à la fois bien trop tôt et bien trop tard, sans avoir suffisamment de subtilité pour totalement emporter l'adhésion : on finit frustré par le script, qui n'est jamais à la hauteur des images et des séquences (parfois tendues, cf. le dentiste) que Verbinski propose.

Et pourtant, la dernière demi-heure finit presque par réconcilier avec le film dans son ensemble, entre son bal sinistre, sa musique pompeuse (on sent bien le temp-tracking, çà et là, mais rien de grave), son méchant défiguré (Lon Chaney n'est pas loin), sa perversité, son incendie, et sa conclusion irréelle... c'est un peu de la Hammer ou du Bava, mais avec beaucoup plus de moyens.

En résumé, une expérience mitigée, dont la durée, la structure et les failles (énormément d'éléments du scénario ne servent absolument à rien, si ce n'est à meubler et à faire de jolies images mystérieuses) m'empêchent de lui mettre beaucoup plus que la moyenne.

Néanmoins, Verbinski confirme une nouvelle fois sa folie visuelle et son amour du cinéma, l'interprétation est excellente (Mia Goth, notamment), et le tout s'avère particulièrement surprenant... pour le meilleur et pour le pire.

3.5/6

commentaires

Blog Update ! - Mi-Septembre 2017 - Halloween Oktorrorfest 2017

Publié le 17 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Update, Oktorrorfest, Halloween, Les bilans de Lurdo, Horreur

La mi-septembre est arrivée sur le blog des Téléphages Anonymes et le moment est venu de faire un bilan partiel de cette rentrée, avant de céder la place, dès lundi, à l'Halloween Oktorrorfest 2017...

#594 : Peep World 2.5/6

#595 : Batman et Harley Quinn 2.5/6

#596 : Films of Fury - The Kung Fu Movie Movie 4.25/6

#597 : Baywatch - Alerte à Malibu 1/6

#598 : My Favorite Wedding 2.5/6

#599 : La Femme du Diplomate 1.5/6

#600 : Rivales 1.5/6

#601 : 626 Evolution 1.5/6

#602 : Cars 3 3/6

#603 : Rats 1/6

 

Un demi-mois peu productif, avec une jolie déception (Batman et Harley Quinn, qui ne sait jamais sur quel pied danser, et quel public viser), un bon documentaire (Films of Fury) à recommander à tous les passionnés de films d'arts martiaux, et énormément de médiocrité sans grand intérêt.

Film du "mois" : Films of Fury - The Kung Fu Movie Movie, très instructif.

Flop du "mois" :  Sans la moindre hésitation, Baywatch - Alerte à Malibu, une comédie lourde, mal foutue et graveleuse, qui passe totalement à côté de son sujet et se vautre totalement, de manière particulièrement énervante (même si l'on n'a qu'une vague tolérance au programme original).

---------------

Mini-bilan TV :  pas grand chose à dire au niveau sériel, en ce début de mois - j'ai terminé Star Trek Voyager, juste à temps pour pouvoir passer à la nouvelle incarnation de la franchise Trek ; et Sygbab a terminé ses bilans Zorro, juste à temps... pour pouvoir prendre quelques vacances (il reviendra courant octobre).

---------------

Dans moins de deux semaines, le mois d'Octobre arrive, et avec lui, son cortège de feuilles mortes, de citrouilles, et d'esprits maléfiques : c'est l'heure de l'Halloween Oktorrofest 2017, sur le blog des Téléphages Anonymes !

Avec, cette année, jusqu'au 12 novembre 2017, un programme un peu différent de celui des éditions précédentes :

- deux critiques de films de genre (fantastique/horreur) par jour.

- le week-end, un ou plusieurs bilans portant sur des séries appartenant elles-aussi aux genres fantastique/horreur.

- et le dimanche, une chronique Un film, un jour... ou presque, qui mettra en avant certains métrages n'appartenant pas totalement au genre de l'horreur pure, et donc tangentiellement liés à l'Oktorrorfest 2017. À commencer, dès cet après-midi, par A Cure For Life, un thriller fantastico-gothico-horrifique signé Gore Verbinski.

- Sans oublier, ponctuellement, quelques critiques éclair et premières impressions laissées par certains des nouveaux pilotes de séries de la rentrée 2017-2018, parmi lesquelles Star Trek Discovery...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #603 : Rats (2016)

Publié le 15 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Documentaire, Horreur, USA

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Rats :

Un documentaire creux et racoleur au possible, qui se résume à "les rats sont des créatures immondes, méchantes, agressives, intelligentes, il faut tous les exterminer au plus vite, et où que vous vivez - surtout dans les grandes métropoles - vous êtes en danger de mort permanent car ils sont partout et ils veulent votre mort, ouhlàlà TREMBLEZ !!!!"

C'est volontairement monté, tourné, et mis en musique comme un film d'horreur par Morgan Spurlock (pas vraiment surprenant, même s'il est totalement absent du corps du documentaire : pas de voix off, pas de présence à l'écran, pas de commentaire à l'image), ça a été diffusé sur la chaîne Discovery, et ça m'a bien énervé ; non pas que je sois particulièrement amateur de rongeurs, mais ce documentaire n'a vraiment aucun autre but ni intérêt que de faire peur au public et de l'écoeurer, en allant aux quatre coins du globe filmer des chasseurs de rats qui massacrent ces animaux à tour de bras (avec des méthodes variées et assez graphiques).

Totalement inutile et sensationnaliste.

1/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #602 : Cars 3 (2017)

Publié le 14 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Jeunesse, Animation, Action, Disney, Pixar, Sport

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Cars 3 :

Faisant désormais partie des vétérans du circuit, Lightning McQueen (Owen Wilson) peine à tenir la cadence face aux nouvelles générations, toujours plus rapides et perfectionnées. Il se tourne alors vers le passé pour retrouver l'inspiration, et vers le centre d'entraînement ultra-moderne de son nouveau sponsor, Sterling (Nathan Fillion), où officie Cruz Ramirez (Cristela Alonzo), une jeune coach sportive particulièrement douée, qui pourrait bien avoir un avenir des plus radieux...

Après un premier opus qui m'avait totalement laissé de marbre, et un second volet plus parodique et décomplexé, que j'avais apprécié malgré sa réputation générale de "pire film Pixar", John Lasseter passe la main pour ce troisième volet de la franchise Cars... et on retombe dans de la course basique, et du film de sport formaté baignant dans la nostalgie d'une Amérique et d'une discipline ne m'intéressant pas du tout.

Ici, on a droit à l'histoire classique de la vieille gloire éclipsée par une jeune étoile montante de sa discipline, et qui doit retrouver son mojo pour revenir dans la course : encore et toujours de l'ultra-balisé et prévisible, qui s'inscrit comme un retour aux bases du premier film, une boucle qui est bouclée (l'élève qui devient le mentor, passage de flambeau, tout ça), et un parcours, pour Lightning, très similaire à celui de Cars.

Pas grand chose de bien original ou passionnant à se mettre sous la dent, donc, si ce n'est un aspect technique comme toujours irréprochable, voire même de plus en plus impressionnant. Mais la technique n'a jamais été le problème de la franchise Cars : le fond, l'émotion, le propos... voilà ce qui fait défaut à ce Cars 3, ou du moins, ce qui est bien trop faiblard pour convaincre.

Conceptuellement, un quasi-remake du premier film, donc, ce qui fait que je ne peux que lui mettre la même note de

3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #601 : 626 Evolution (2017)

Publié le 13 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Science-Fiction, Action, Thriller

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

626 Evolution :

626 (Danielle Chuchran) est amnésique, traquée par le gouvernement et par des criminels, et douée de pouvoirs et de capacités de combat improbables  ; Olivia (Paris Warner), elle, est une collégienne qui découvre qu'elle possède elle aussi des dons étranges. Ensemble, les deux jeunes femmes vont devoir se serrer les coudes, et découvrir une sinistre conspiration s'étendant à l'échelle de la planète...

Après l'heroic-fantasy bon marché (Mythica, SAGA), l'heroic-fantasy de Noël (The Christmas Dragon), l'heroic-fantasy parodique (Dudes & Dragons), et la science-fiction post-apocalyptique (Survivor), la société de production Arrowstorm s'essaie à l'anticipation à tendance young adult, pour un 626 Evolution assez calamiteux.

Première raison de ce plantage : le format found footage, filmé par les yeux des protagonistes, par des caméras de surveillance, par des satellites, des drones, etc. Le gimmick lasse très rapidement, et n'apporte pas grand chose au métrage.

Deuxième raison, probablement encore plus problématique : la voix off de Paris Warner (pourtant sympathique dans The Christmas Dragon), qui commente platement tout le film, avec des tentatives d'humour et de parler jeune qui tombent totalement à plat, en plus de sonner faux.

Ajoutez à cela un rythme médiocre, un univers inintéressant, et un script faiblard, et il ne reste que la toujours charmante, convaincante et badass Danielle Chuchran, qui vaut bien un point et demi à elle toute seule (bien qu'elle ait été tellement photoshoppée sur l'affiche qu'elle en est totalement méconnaissable...).

1.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #600 : Rivales (2017)

Publié le 12 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Thriller, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Rivales (Unforgettable) :

Jeune, dynamique, chaleureuse et sympathique, Julia (Rosario Dawson) emménage avec son fiancé, David (Geoff Stults) dans leur grande demeure luxueuse, avec Lily (Isabella Rice), la fille de David. Mais rapidement, Tessa (Katherine Heigl), la mère de Lily, ex-épouse de David  et une femme froide, distante, maniaque et excessive, s'avère une présence inévitable et envahissante, prête à tout pour détruire sa rivale...

Ouhlà... c'est sorti en salles, ça ?

Non, parce que ce n'est rien d'autre qu'un téléfilm Lifetime de luxe, en fait : même réalisation plate, même direction artistique insipide, même script cousu de fil blanc et empli de clichés caricaturaux, même illustration musicale médiocre, même personnage principal victime d'un traumatisme conjugal, etc... 

Il n'y a guère que les deux actrices principales qui se démarquent un peu (et encore, Heigl pourrait totalement jouer dans un téléfilm Lifetime, vu l'état actuel de sa carrière), et, à la limite, l'affrontement final, amusant à regarder.

Mais c'est tellement médiocre, dans l'ensemble, qu'à part un plan ou deux fugaces sur des postérieurs dénudés (dont celui, toujours très agréable, de Rosario), le tout pourrait être diffusé tel quel sur Lifetime... et ça le sera probablement un jour prochain, d'ailleurs !

1.5/6 (dont 1 point pour Rosario et Heigl...)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #599 : La Femme du Diplomate (2014)

Publié le 11 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Romance, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

La Femme du Diplomate (5 to 7) :

Jeune écrivain new-yorkais à la dérive, Brian (Anton Yelchin) croise le chemin d'une Française séduisante et plus âgée (Bérénice Marlohe), dont il devient alors l'amant de 5 à 7, chaque jour, seul créneau horaire dans lequel son mari diplomate (Lambert Wilson) l'autorise à fréquenter d'autres hommes...

Un film horripilant, compilation de tous les pires clichés sur la France, les Français et la femme française, tout droit sortis du cinéma des années 60 et de la Nouvelle vague, maintes fois référencés dans ce drame sentimental balisé au possible. 

Les dialogues sont pompeux et pseudo-profonds/existentialistes, au point de ne jamais paraître crédibles ou naturels (surtout lorsque tout le monde, y compris les enfants, parle comme ça), et de rendre artificiel et distante la romance centrale (il n'y a rien de plus contre-productif dans un tel film !), Bérénice Marlohe ne fait pas grande impression (elle est trop froide pour transmettre le charme et l'attrait supposés du personnage), Olivia Thirlby est pétillante mais sous-exploitée, et Anton Yelchin erre un peu dans un style de récit convenu et déjà vu des milliers de fois, notamment de notre côté de l'Atlantique.

1.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #598 : Le Mariage de ma meilleure amie (2017)

Publié le 8 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Hallmark, Comédie, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Le Mariage de ma meilleure amie (My Favorite Wedding - 2017) :

Invitée au mariage de sa meilleure amie (Christine Chatelain) en tant que demoiselle d'honneur, Tess (Maggie Lawson), jeune doctoresse douée et romantique, découvre sur place que le mariage s'avère plus compliqué que prévu à organiser, et qu'elle va devoir sauver ce dernier d'une série de catastrophes improbables, avec l'aide de Michael (Paul Green), un avocat en divorce cynique et réticent...

Comédie romantique Hallmark un peu mollassonne, avec pourtant un couple principal plutôt sympathique et attachant.

Le problème, je crois, c'est l'écriture, qui s'avère régulièrement forcée (notamment toute la mise en place et l'exposition, au début du métrage), et qui tire vers le bas l'interprétation et la sincérité des acteurs (certains plus que d'autres).

Pas forcément surprenant, puisque les scénaristes de ce téléfilm sont les mêmes à l'oeuvre sur Clair de Lune dans le Vermont, et toute une floppée de films de Noël, de Northpole à Une Rose pour Noël, en passant par Un Noël sur Mesure (avec Hasselhoff), aucun de ces métrages n'était particulièrement bien écrit ou rythmé.

Et donc, ce My Favorite Wedding s'inscrit dans cette droite lignée, et sans l'énergie et l'alchimie du couple principal, le tout serait tellement balisé et quelconque qu'il y aurait de quoi l'oublier instantanément.

En l'état 2.5/6 pour son couple principal.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #597 : Baywatch - Alerte à Malibu (2017)

Publié le 7 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Action, Comédie, Télévision, Thriller

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Baywatch - Alerte à Malibu :

Alors qu'il doit gérer Matt Brody (Zac Efron), une nouvelle recrue arrogante et vaniteuse, Mitch Buchannon (Dwayne Johnson), un sauveteur de légende, tente de préserver sa plage et son équipe (Alexandra Daddario, Kelly Rohrbach, Ilfenesh Hadera, Jon Bass) des agissements de dangereux trafiquants de drogue...

Un peu comme CHIPS, une bonne grosse bouse.

Et pourtant, ce n'est pas comme si Alerte à Malibu (la série originale) était un chef d'œuvre intouchable : c'était une série légère, ensoleillée, un peu creuse, et qui, sous le prétexte de sauvetages et d'action un peu capillotractée (les scénarios n'étaient pas le point fort du show !), proposait une distribution sympathique et agréable à l'œil, dans des tenues minimalistes.

Sans surprise, ce sont ces mêmes physiques avantageux qui, aux côtés du générique, des maillots rouges et de David Hasselhoff, sont restés gravés dans les mémoires comme emblématiques de la série.

Malheureusement, comme trop de remakes de séries cultes avant elle, cette version 2017 de Baywatch (réalisée par Seth Gordon - Arnaques à la Carte, Comment Tuer son Boss, Tout... sauf en famille : que des chefs d'oeuvre ! - et écrite par les scénaristes de Freddy vs. Jason et du remake de Vendredi 13 : que des chefs d'oeuvre !) semble avoir honte de son sujet de base, et n'être capable de traiter la série originale que sous l'angle de la parodie "adulte" - traduction : d'en faire une comédie lourde, vulgaire, et graveleuse, qui donne l'impression d'avoir été écrite par des ados de 13 ans en rut.

On se retrouve donc avec un métrage de deux heures (!!) qui plaque le moule des adaptations parodiques façon Starsky & Hutch, 21 Jump Street et donc CHIPS sur un scénario d'intrigue policière insipide et particulièrement mal rythmé, qui finit par prendre le dessus sur tout le reste du film.

C'est le problème principal du film : le côté buddy cop movie & action/enquête, comme dans CHIPS, est calamiteux, laborieux et sans intérêt. Le côté parodie de Baywatch, lui, prend la tasse : en lieu et place d'une parodie affectueuse, tout ce qui renvoie directement à la série d'origine passe au second plan, et devient victime de l'humour puéril, graveleux et immature des scénaristes.

La musique d'origine ? Jamais utilisée, sauf pendant la microscopique apparition bâclée de David Hasselhoff (durée ? 10 secondes, maximum). Les maillots rouges ? Retaillés pour être plus modestes. Les sauvetages ? Plombés par des cascades numériques et des effets visuels peu convaincants. L'ambiance générale ensoleillée et bon enfant ? Transformée en ambiance bling et poseuse, à la gloire de la musculature de The Rock et d'Efron, et à grand renfort de musique à la mode. Les ralentis et scénarios originaux ? Moqués dans les dialogues. Le quota sexy ? Les personnages féminins sont plus des ressorts comiques qu'autre chose (et paraissent souvent ternes et effacés), et lorsque nudité il y a, elle est assurée par des pénis et des vannes relatives aux érections, etc.

Quelques moments sont amusants, Efron et Rock ont une bonne alchimie, mais dans l'ensemble, Baywatch 2017 est une adaptation éparpillée et brouillonne, interminable et décousue, jamais suffisamment légère, drôle ou sexy, qui ignore si elle veut rendre hommage ou se moquer de la série originale, et qui finit par être totalement générique de bout en bout, en plus d'être particulièrement puérile.

1/6 (au moins, CHIPS plaçait le thème musical, çà et là)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #596 : Films of Fury - The Kung Fu Movie Movie (2011)

Publié le 6 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Documentaire, Action, USA

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Films of Fury - The Kung Fu Movie Movie :

Documentaire de 80 minutes adapté du livre portant le même titre, et écrit par Ric Meyers, un expert en films d'arts martiaux : pendant 80 minutes, on nous raconte ici toute l'histoire du genre, de ses origines aux grandes stars internationales comme Bruce Lee et Jackie Chan, en passant par le pendant américain de la discipline, avec Norris et Saumon Agile, ou encore par les nouveaux visages du kung-fu.

Plutôt ludique et amusant, avec un commentaire rigolard et enjoué, un fil conducteur animé plutôt agréable à suivre, et une connaissance encyclopédique du genre, ce métrage s'avère très sympathique à suivre, regorge d'extraits en tous genres, et est donc quasi-exhaustif, malgré sa durée somme toute limitée.

Je mettrai seulement un petit bémol sur certains manques (je n'ai pas vu de Tony Jaa & co, par exemple, parmi les représentants de la nouvelle génération du cinéma d'arts martiaux) , et sur des rapprochements et des passerelles établis par Meyers entre le cinéma occidental et le cinéma asiatique, pas forcément totalement convaincants (ou du moins pas suffisamment développés/étayés).

4.25/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #595 : Batman et Harley Quinn (2017)

Publié le 5 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Animation, Action, Jeunesse, DC, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Batman & Harley Quinn :

Malgré leurs réticences, Batman (Kevin Conroy) et Nightwing (Loren Lester) sont contraints de demander son aide à Harley Quinn (Melissa Rauch) afin de mettre des bâtons dans les roues de Poison Ivy (Paget Brewster) et de son complice Floronic Man (Kevin Michael Richardson).

Un long-métrage supervisé par Bruce Timm, et dont l'ambition, au premier abord, semble vraiment de renouer avec le graphisme et l'approche de Batman - La Série Animée. Seul problème : si graphiquement, les intentions sont respectées (ce qui fait vraiment plaisir), le reste est un bordel sans nom.

En fait, on se demande tout simplement à quel public ce film est destiné : d'un côté, on a un scénario creux et qui aurait pu être bouclé en 20 minutes s'il n'y avait pas eu énormément de digressions et de remplissage inutile (deux chansons, deux ! Et je ne parle même pas du post-générique final de plusieurs minutes, sans intérêt), un humour puéril à base de pets, des héros incompétents, et un ton presque parodique (avec une illustration musicale jazzy/film noir totalement déplacée), tandis que de l'autre, on a des scènes sexy/racoleuses, de la violence plus crue, du sang, un vocabulaire plus vulgaire, et des clins d'œil référentiels à destination d'un public plus avisé (caméos de personnages secondaires de BTAS, séquence avec onomatopées façons années 60, générique d'ouverture à l'identique...).

Par conséquent, le métrage semble constamment avoir son bat-postérieur entre deux chaises, et au final, il ne convainc jamais vraiment, dans aucune des catégories.

Cela dit, paradoxalement, alors que c'était ma plus grande crainte, Melissa Rauch s'en sort très bien en Harley Quinn.

2.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #594 : Peep World (2010)

Publié le 4 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Peep World :

Nathan Meyerwitz (Ben Schwartz), un jeune auteur arrogant, vient de publier Peep World, un ouvrage qui révèle au grand public tous les secrets (réels ou inventés) de sa famille, en dépeignant celle-ci sous son jour le plus noir : sa soeur Cheri (Sarah Silverman) est une actrice/artiste bohémienne à la dérive ; son frère Joel (Rainn Wilson) est le mouton noir de la famille ; son autre frère Jack (Michael C. Hall) souffre de problèmes conjugaux avec sa femme Laura (Judy Greer) ; et ses parents Marilyn (Lesley Ann Warren) et Henry (Ron Rifkin) sont séparés, ce dernier vivant désormais avec une compagne enceinte et beaucoup plus jeune que lui (Alicia Witt). Mais lorsque la famille se réunit à l'occasion des 70 ans d'Henry, c'est l'explosion...

Une comédie indépendante noire et décalée sur une famille dysfonctionnelle, narrée en voix off de manière sarcastique (ici par Lewis Black), et avec Judy Greer dans un rôle secondaire ?

Pourquoi est-ce que cela me rappelle quelque chose ?

Quelque chose de nettement plus drôle - en même temps, ce n'est pas difficile -, de nettement plus intéressant, de nettement plus mordant, de nettement plus original... et de nettement plus réussi ?

On pense en effet constamment à Arrested Development, d'autant plus que la distribution est très sympathique et compétente (pauvre Kate Mara, cela dit, totalement adorable, et qui ne sert, dans le récit, qu'à soulager sexuellement Ben Schwartz)... mais jamais le film n'arrive à la cheville de cet illustre modèle, tant cette oeuvre-ci est régulièrement plate, et dérivative.

Gros bof.

2.5/6

commentaires

Blog Update ! - Août 2017

Publié le 1 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Update

On attaque le mois de septembre, donc, place au bilan mensuel des films et séries visionnés ce mois-ci par les Téléphages Anonymes...

#570 : Men In Suits 4.5/6

#571 : Sex and Death 101 2/6

#572 : Cars 3/6

#573 : Sleight 2.5/6

#574 : The Perfect Catch 2.75/6

#575 : That Guy Dick Miller 4.5/6

#576 : Cars 2 3.75/6

#577 : All Nighter 2/6

#578 : Austin Found 2/6

#579 : Marchands de Doute 3.5/6

#580 : Kung Fu Yoga 2.5/6

#581 : Captive 1.75/6

#582 : The Outcasts 3.5/6

#583 : Le Roi Arthur - La Légende d'Excalibur 1.5/6

#584 : Maman par Intérim 3/6

#585 : Plastic Galaxy - The Story of Star Wars Toys 3.5/6

#586 : Larguées 2/6

#587 : Red Knot ?/6

#588 : Boyka - Un Seul deviendra Invincible 4 3.5/6

#589 : Being Canadian 2/6

#590 : Naked 1.5/6

#591 : La Guerre des Cookies 3/6

#592 : 2:22 2.5/6

#593 : White Rabbit 3/6

L'été 2017 continue... et le bilan global reste très très moyen.

Au niveau des sorties récentes, c'est le néant total, dont seuls se tirent (vaguement) le dernier Boyka et The Outcasts, une teen comedy inoffensive, à la distribution sympathique. Tout le reste ? Un flop, notamment le Roi Arthur de Guy Ritchie.

Comme toujours, les documentaires s'avèrent une valeur plus ou moins sûre, dans le domaine du cinéma : Men in Suits et That Guy Dick Miller reviennent de manière intéressante sur des pans peu connus du cinéma de genre, et s'avèrent passionnants. Dans les autres domaines, il en va un peu autrement : si Marchands de Doute et Plastic Galaxy restent intéressants malgré leur forme inégale, Being Canadian est insipide et sans intérêt.

Ne reste alors que des téléfilms peu probants, et deux métrages Pixar : Cars et Cars 2, soit la franchise la moins intéressante de tout le catalogue Disney/Pixar. Et pourtant, Cars 2, malgré sa réputation de suite bâclée, m'a nettement plus intéressé que le premier opus, porteur d'une nostalgie ne me parlant pas du tout. Comme quoi...

Film du mois : Pas vraiment de film du mois, étrangement... à la limite, deux bons documentaires : Men in Suits & That Guy Dick Miller, qui parleront aux amateurs de cinéma.

Flop du mois : Le Roi Arthur de Guy Ritchie, ou quand Ritchie décide de cacher l'immense vide d'un scénario inexistant et d'une relecture inutile derrière d'innombrables effets de manche, de structure et de réalisation.

---------------

Mini-bilan TV : Ce mois-ci, Sygbab a terminé Farscape, et a entamé Zorro - un grand écart télévisuel qui permet de couvrir des genres différents, et d'éviter l'overdose de science-fiction. D'autant que, de mon côté, j'ai continué l'intégrale de la dernière saison de Star Trek Voyager, et, histoire de changer un peu, j'ai passé la première saison du Dirk Gently de Max Landis en review : un programme qui ne m'a pas totalement convaincu, notamment au niveau du ton, mais qui pourra plaire à certains.

---------------

Jusqu'au 17 Septembre, les Téléphages Anonymes vont continuer sur leur lancée habituelle, mais dès le 18, changement de formule, avec le début de notre Halloween Oktorrorfest annuelle, de mi-septembre à début novembre.

Cette année, au programme, une Halloween Oktorrorfest un peu différente et plus variée, mais nous y reviendrons lors du mini-bilan de mi-septembre...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #593 : White Rabbit (2013)

Publié le 1 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

White Rabbit :

Depuis sa plus tendre enfance, Harlon (Nick Krause) souffre de troubles psychologiques. Victime d'un père drogué et violent, Harlon est quotidiennement harcelé par des brutes à l'école, et commence progressivement à entendre des voix qui le somment de se battre. Et lorsque Julie (Britt Robertson), une adolescente rebelle avec laquelle il commençait à nouer des liens, trouve la religion, et change du tout au tout, se rapprochant au passage de l'une des brutes qui harcelaient Harlon, ce dernier finit par sombrer dans une spirale destructrice à l'issue funeste...

Un long-métrage indépendant tourné en Louisiane, dans l'ensemble assez bien joué et possédant une atmosphère assez pesante et réussie...

... mais malheureusement, ce portrait d'un ado traumatisé et déséquilibré a un peu tendance à cumuler les clichés (il entend des voix, il se fait maltraiter, il se fait harceler, il lit des comics, écoute du métal, il se fait "plaquer", sa famille le méprise, il joue avec des armes à feu, son meilleur pote se suicide, etc), au point que le personnage principal frôle parfois la caricature de "l'enfant à problème susceptible de commettre un massacre" telle qu'elle est souvent utilisée par les médias américains lors des jours suivant un massacre à la Columbine.

Cela contribue fortement à l'impression de superficialité du script (à trop multiplier les facteurs aggravants, aucun n'est suffisamment développé), et pour ne rien arranger, la toute fin du métrage est un peu trop laborieuse (avec en plus une tentative de faire dans l'ambiguïté qui ne fonctionne pas vraiment) pour convaincre.

M'enfin techniquement, ça reste globalement mené de manière assez compétente, donc :

un minuscule 3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #592 : 2:22 (2017)

Publié le 31 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Thriller, Fantastique, Science-Fiction, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

2:22 :

Contrôleur aérien new-yorkais capable de percevoir, d'une pensée, l'ensemble de son environnement, Dylan (Michiel Huisman) voit son quotidien bouleversé lorsqu'à 14h22, chaque jour, il commence à remarquer des répétitions et des phénomènes étranges, tout autour de lui. Progressivement, alors même qu'il s'éprend de la belle Sarah (Teresa Palmer), Dylan comprend que l'univers, les étoiles et le destin l'ont lié aux événements tragiques ayant frappé l'ancien propriétaire de son appartement...

Moui. Un film fantastique qui joue sur les coïncidences et les cycles de l'univers, les répétitions improbables, le déjà vu, le destin, la réincarnation, les supernovas, les étoiles, les constellations et plein d'autres concepts et idées similaires, mélangés avec plus ou moins de bonheur dans un gros gloubi-boulga plutôt frustrant.

Plutôt frustrant, car le film mélange tellement de choses et d'approches qu'aucune n'est satisfaisante : au coeur du film, il y a donc cette romance sur fond de fantastique, une romance pas désagréable à suivre, mais qui trop souvent, est gérée de manière très déséquilibrée par rapport au reste du récit. Soit elle est mise en pause le temps que l'intrigue avance, soit c'est l'inverse, et ce de manière assez mal dosée.

Frustrant, aussi, car le métrage, qui prend place dans une réalité relativement plausible - si l'on met de côté les coïncidences et répétitions capillotractées - explose occasionnellement la suspension d'incrédulité du spectateur avec, par exemple, une exposition holographique technologiquement improbable, ou avec des personnages caricaturaux.

Frustrant, enfin, parce que tout ça est bien filmé. Très bien, même, avec un rendu remarquable de ce que perçoit le héros.

Au point que l'on regrette que le script ne soit pas nettement plus clair, abouti et travaillé, ce qui aurait probablement suffi à grandement améliorer ce 2:22.

En l'état, c'est inabouti, brouillon, et dans l'ensemble, décevant.

2.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #591 : La Guerre des Cookies (2012)

Publié le 30 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Jeunesse, Comédie, Hallmark, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

La Guerre des Cookies (Smart Cookies) :

Agente immobilière perfectionniste et ambitieuse, Julie Sterling (Jessalyn Gilsig) est prête à tout pour devenir l'agent immobilier de l'année. Mais lorsqu'elle est placée, par sa patronne, à la tête d'une troupe de jeannettes dissipées (Bailee Madison, Michelle Creber, Melody B. Choi, Maddy Yanko, & Claire Corlett) afin de les aider à remporter un concours de vente de cookies, Julie est mécontente ; cependant, à mesure qu'elle fait la connaissance des jeunes filles - ainsi que du père (Ty Olsson) de Daisy (Bailee Madison), l'une d'entre elles -, Julie s'attache à ses nouvelles protégées, et décide de mettre ses techniques de vente éprouvées au service de la troupe...

Un téléfilm Hallmark qui sort un peu de la norme des comédies romantiques habituelles de la chaîne (bien que la romance soit tout de même un peu présente en filigrane), car produit et filmé à l'occasion des 100 ans des Girl Scouts américaines ; sans surprise, donc, le script met l'accent sur le groupe des jeannettes gérées par l'héroïne, sur leurs valeurs, etc.

Pas forcément très captivant, donc, malgré une interprétation globalement très bonne (les jeunes actrices sont excellentes), et malgré un rythme plutôt suffisant : le métrage donne un peu l'impression d'avoir sacrifié ses personnages secondaires sur l'autel des Girl Scouts, et on se retrouve avec un film familial dans lequel les jeannettes sont plus développées que l'héroïne, son love-interest, ou tous les autres adultes.

Un petit 3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #590 : Naked (2017)

Publié le 29 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Fantastique, Netflix

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Naked :

Sur le point d'épouser sa fiancée Megan (Regina Hall), Rob (Marlon Wayans) se réveille soudain totalement nu dans un ascenseur désert. Il comprend vite qu'il est pris au piège dans une boucle temporelle, et qu'il n'a qu'une heure pour tenter de rendre cette cérémonie de mariage parfaite, avant d'être renvoyé, nu, dans l'ascenseur...

Adaptation afro-américaine d'un film suédois de 2000 (Naken), produite pour Netflix, ce Naked n'est tout simplement qu'un Un Jour Sans Fin black, mou, sans rythme, sans énergie, à la réalisation et à la direction artistique plate et terme, et sans la moindre dose d'originalité.

Reste Wayans, qui fait tout son possible, en vain, et Eliza Coupe en antagoniste.

1.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #589 : Being Canadian (2015)

Publié le 28 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Documentaire, Canada, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Being Canadian :

Robert Cohen, scénariste canadien de sitcoms américaines, réalise un beau jour qu'hormis les clichés habituels du genre, son entourage ne connaît rien du Canada. Il décide alors de parcourir son pays natal d'un bout à l'autre, pour tenter de prouver que le Canada n'est pas qu'une collection de clichés, et de définir ce que c'est, d'être Canadien.

Un documentaire/road-trip assez médiocre, qui met en vedette son auteur, omniprésent (un peu à la Michael Moore), et pléthore de célébrités américaines et canadiennes, qui font part de leurs idées reçues ou de leurs opinions.

Et ça s'arrête plus ou moins là, puisque le tout n'est qu'une enfilade de clichés abordés les uns après les autres, jamais vraiment expliqués, détaillés ou approfondis, et le plus souvent commentés sur un ton sarcastique par la voix off de Cohen, malheureusement jamais vraiment drôle ou pertinent.

Banal, insipide, complaisant, et trop rarement intéressant.

2/6

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 7 (4/7)

Publié le 27 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

J'arrive à la moitié de cette ultime saison, et l'impression de liquidation des stocks se confirme : les scénaristes se font plaisir, réutilisent (pour le meilleur et pour le pire) toutes les idées qu'ils ont encore sous le coude, ainsi que tous les personnages et concepts qu'ils adorent, et ça donne une saison 7 un peu plus décomplexée et dense que d'habitude, ce qui n'est pas forcément un mal...

 

Star Trek Voyager, saison 7

 

- 7x13 - Repentance : Le Voyager vient en aide à l'équipage d'un navire en perdition, et se retrouve à accueillir à bord ses officiers, ainsi que les prisonniers de ces derniers, condamnés à mort. Mais alors que les officiers de Starfleet s'indignent, le sort d'un condamné change brutalement suite à une intervention médicale...

Si l'on doutait encore du fait que les scénaristes aient décidé de se lâcher pour cette dernière saison, on trouve ici l'illustration parfaite de cette théorie : après l'épisode centré sur la couverture maladie et les soins médicaux à deux vitesses, en début de saison, voici "un épisode très spécial contre la peine de mort", avec en prime toute une sous-intrigue sur le profilage racial qui rate totalement sa cible (Neelix s'indigne du profilage racial subi par un condamné à mort... mais le prisonnier en question le trahit, et prouve tous les stéréotypes à son sujet, oups), tout un propos joliment maladroit sur la nature du mal et des comportements violents (Jeff Kober, par ailleurs excellent, ne s'avère être un assassin multi-récidiviste violent et psychopathe... qu'à cause d'un problème touchant son cerveau, problème que le Doc répare par erreur), et une brève mise en parallèle pas très aboutie des remords de Kober avec ceux de Seven.

Bref, les intentions sont clairement sincères, la charge est assumée et très claire, mais tout ça manque affreusement de subtilité, et sombre régulièrement dans la prêche moralisatrice assez fatigante.

(cela dit, ce genre d'épisodes pas du tout subtils, comme celui-ci ou celui sur la couverture maladie universelle, ça permet vraiment de s'apercevoir, en relisant les forums de fans, que les spectateurs de Star Trek ne forment vraiment pas un tout homogène à tendance libérale, comme on aime les décrire. Non, non, il y a bien de tout dans la fanbase, y compris des personnes aux philosophies et aux opinions politiques radicalement incompatibles avec ce que Trek présente à l'écran. Comme quoi, certaines personnes n'ont pas peur des paradoxes...)

 

- 7x14 - Prophecy : Le Voyager est attaqué par l'équipage d'un vaisseau klingon dont l'équipage est parti il y a très longtemps du Quadrant Alpha, à la recherche de l'élu qui les sauvera et les mènera jusqu'à la terre promise ; ils finissent par arrêter leur choix sur la future fille de B'elanna & Tom, mais tous les Klingons ne partagent pas le même avis...

Une sorte de gros gloubi-boulga mélangeant un paquet d'idées inabouties, combinées dans un seul et même épisode, histoire de profiter de tous les costumes de Klingons libérés par la fin de Deep Space Nine.

En vrac, dans cet épisode particulièrement décousu, on a donc : des Klingons religieux à la recherche d'un élu ; une prophétie vague et creuse ; des Klingons qui s'installent sur le Voyager ; Kim qui est traqué par une Klingonne très entreprenante ; Neelix et Tuvok qui partagent des quartiers faute de place ; Neelix qui couche avec la Klingonne de Kim ; tout un discours sur la religion, son hypocrisie, et la subjectivité totale de ses interprétations par des prêtres/politiciens ; du racisme Klingons/Humains ; un virus inconnu qui contamine tous les Klingons, y compris B'el et le bébé ; un duel entre Paris et un Klingon ; une fusillade générale ; et une guérison miraculeuse pour tout boucler.

Bref, c'est bordélique (six scénaristes ont été nécessaires pour écrire tout ça, donc ce n'est pas forcément étonnant), et ça ressemble une nouvelle fois à un mélange d'idées qui traînaient sur un tableau, quelque part dans la salle des scénaristes, et qu'il fallait liquider avant la fin de la série.

Dommage, parce que certaines de ces idées, prises séparément ou développées sur plusieurs épisodes, avaient le potentiel de donner quelque chose de plus solide, et parce que ponctuellement, ça fonctionne (par contre, le meneur pacifiste des Klingons était un peu trop inégal à mon goût).

 

- 7x15 - The Void : Pris au piège dans un vide stellaire en compagnie de dizaines d'autres vaisseaux aux ressources de plus en plus faibles, le Voyager doit réussir à survivre assez longtemps pour trouver un moyen de sortir de là...

Pas désagréable, avec des scènes et des idées intéressantes, çà et là, et mettant clairement en avant (sans grande subtilité) les valeurs de coopération, d'optimisme, de pacifisme et d'unité (opposées à l'individualisme des autres équipages présentés ici) sur lesquelles Star Trek est fondé, mais difficile de ne pas voir là une sorte de microcosme de la série, ou du moins, de ce qu'elle aurait dû être si les scénaristes avaient correctement fait leur boulot depuis le début : le vaisseau fédéral, seul contre tous, privé de ressources, endommagé, contraint de faire des alliances et de tenter de préserver les idéaux de la Fédération, tout en survivant dans un milieu hostile et inconnu.

Il y avait clairement là de quoi tenir plusieurs épisodes, voire plusieurs saisons, rien qu'avec ce postulat et ces limites, plutôt que de condenser tout ça en 45 minutes, à 10 épisodes de la fin de la série. Dommage.

 

- 7x16-17 - Workforce : Lorsque Neelix et Kim reviennent de mission, ils trouvent le Voyager désert, hormis l'Holo-doc : le vaisseau a été attaqué, et tout son personnel a disparu. Désormais victime d'un lavage de cerveau, l'équipage du Voyager est exploité sur une planète ouvrière en tant que main d'oeuvre bon marché, et les officiers se sont tous habitués à leur nouvelle vie...

Bof. Je n'ai pas grand chose à dire de plus, en fait : un épisode en deux parties qui utilise un postulat de départ déjà vu (vaisseau attaqué, équipage disparu sauf deux ou trois personnes) pour aborder (vaguement et métaphoriquement) le formatage subi par les travailleurs, l'esclavagisme, l'opposition bien-être collectif/bien-être individuel, etc.

Et cet épisode est particulièrement apprécié par les fans de la série pour ces thématiques, et peut-être aussi parce que les scénaristes, une nouvelle fois, se font plaisir, en donnant une relation amoureuse à Janeway, et en ramenant le mode ECH de l'Holodoc, qui s'avère très efficace en plein combat.

Mais franchement, un double épisode était inutile. Les mêmes notions, les mêmes rebondissements auraient pu être traités en 45 minutes, en se concentrant sur un peu moins de personnages, et ça aurait été nettement plus efficace, sans se traîner autant.

Pas particulièrement convaincu, pour ma part (en même temps, la romance impossible de Janeway m'a totalement laissé indifférent, tout comme sa déclaration finale, à la limite du voeu de chasteté).

 

À suivre...

(épisodes 7x01-04 ; 7x05-08 ; 7x09-12)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #588 : Boyka - Un Seul deviendra Invincible 4 (2016)

Publié le 25 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Action, Thriller, USA, Russie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Boyka : Un Seul deviendra Invincible 4 (Boyka Undisputed) :

Désormais libre et vivant en Ukraine, Yuri Boyka (Sctt Adkins) a désormais une chance d'affronter une compétition légitime et reconnue ; mais la mort de l'un de ses adversaires, des suites de son combat contre Boyka, force ce dernier à se remettre en question. Désormais en quête de rédemption et de pardon, Boyka décide alors de retourner en Russie, où vit Alma (Teodora Duhovnikova), la veuve de son adversaire, en servitude d'un baron de la pègre locale (Alon Aboutboul). Son objectif : rendre sa liberté à cette dernière, en triomphant des multiples adversaires que le mafieux place face à lui dans la ligue de combats clandestins qu'il dirige...

Après un premier Undisputed, en 2002, dans le milieu de la boxe anglaise (avec Ving Rhames, Wesley Snipes et Peter Falk, entre autres), la franchise Undisputed a basculé en vidéo, et, sous la supervision d'Isaac Florentine, a découvert un nouveau héros, Yuri Boyka, interprété par l'exceptionnel Scott Adkins. Initialement antagoniste implacable (dans Un Seul deviendra Invincible 2 : Dernier Round - 2007), Adkins et son style virevoltant et acrobatique volent tellement la vedette au héros d'alors (Michael Jai White sous stéroïdes) qu'il devient la star de ce DTV de combats carcéraux, à tel point que, l'espace de 90 minutes, on se croirait revenu à la grande époque des films de Van Damme. Boyka devient donc le héros de Un Seul deviendra Invincible 3 : Rédemption - 2010) qui, comme son nom l'indique, place le héros sur le chemin de la rédemption, quitte à rendre le film un peu plus bavard que nécessaire.

Et donc, dans ce troisième volet des aventures de Boyka (réalisé par un mercenaire russe, mais supervisé par Florentine), Boyka a trouvé la religion, et tente de se faire pardonner pour certaines de ses actions. Le fil narratif du métrage est toujours très basique, honnêtement, mais quelque part, cette simplicité a du bon : les combats s'enchaînent, et le reste ne prend pas trop de place - ce qui n'est pas plus mal, vu que l'interprétation de certains seconds rôles est... du niveau DTV.

Mais heureusement, les combats sont là, spectaculaires, toujours bien filmés, et impressionnants (d'autant plus impressionnants quand, comme moi, on vient de finir de s'infliger la saison 1 d'Iron Fist, avec son héros incapable et ses affrontements anémiques et mal filmés).

Les différentes variations dans les affrontements sont sympathiques, et si l'on regrettera probablement que le boss final soit à peine plus qu'un tas de stéroïdes ambulants à la présentation un peu kitschouille (quoi que finalement, ça rappelle un peu les jeux Double Dragon, donc pourquoi pas...), dans l'ensemble, ça reste franchement jouissif à regarder, et toujours bien filmé (à un zoom ou deux près).

Rien de totalement indispensable, et un film peut-être un peu en dessous du précédent, mais ça reste parfaitement regardable dans le genre, et l'on ne peut que se dire que Scott Adkins mérite bien mieux qu'un simple rôle de sous-fifre anonyme dans un film Marvel...

3.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #587 : Red Knot (2014)

Publié le 24 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Red Knot :

Jeunes mariés, Peter (Vincent Kartheiser) et Chloe (Olivia Thirlby) partent en lune de miel en Antarctique, sur un navire de recherche scientifique, pour que Peter, auteur, puisse y suivre un célèbre biologiste marin. Mais rapidement, Chloe se sent délaissée par son époux, et les choses s'enveniment au sein du couple...

Je vais faire bref : je suis totalement passé à côté de ce métrage.

Alors oui, les paysages naturels sont beaux, et clairement tournés plus ou moins sur place, mais le film a beau être contemplatif, atmosphérique, et presque impressionniste, reste qu'on aurait pu avoir le même récit dans un deux-pièces cuisine en centre-ville, à une ou deux scènes près (la fin, notamment).

Pour faire simple, malgré sa durée très limitée et sa distribution sympathique, j'ai manqué de m'endormir devant ce drame intimiste, et donc je vais m'abstenir de le noter, parce qu'il n'est clairement pas fait pour moi.

?/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #586 : Larguées (2017)

Publié le 23 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Action, Aventure

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus. ​​ 

Larguées (Snatched) :

Trentenaire paumée, célibataire et au chômage, Emily (Amy Schumer) ne veut pas gâcher les vacances qu'elle a réservées en Équateur. Elle parvient donc à convaincre sa mère Linda (Goldie Hawn) de l'accompagner, mais sur place, les deux femmes sont kidnappées. Elles parviennent alors à s'évader et tentent donc de rejoindre la civilisation, alors même que leurs geôliers sont à leurs trousses...

Une comédie américaine du réalisateur de All the Boys Love Mandy Lane, depuis recyclé dans le domaine des comédies bancales et inabouties (The Night Before, Hors Contrôle), produite par Paul Feig, écrite par la scénariste de Les Flingueuses et de Ghostbusters 2016, et avec une Amy Schumer en pilotage automatique, ainsi qu'une Goldie Hawn botoxée et effacée dans les rôles principaux... forcément, ça ne pouvait pas voler très haut.

D'autant que Schumer nous fait toujours le même personnage vulgaire, décomplexé et lourd, que l'action et l'aventure sont assez anémiques, et qu'il faut supporter un bon paquet de clichés peu inspirés sur l'Amérique du Sud, ainsi que de personnages secondaires inutiles (Ike Barenholtz en frère nerd agoraphobe, Wanda Sykes et Joan Cusack qui ne servent pas à grand chose, Christopher Meloni amusant, mais qui ne fait que passer).

En résumé, c'est creux, ça tente de ressembler à une comédie d'aventures des années 80 façon Crocodile Dundee ou À la Poursuite du Diamant Vert, tout en flattant les fans de Schumer et de Crazy Amy... ce qui ne fonctionne tout simplement pas.

Un long métrage à l'image de son carton d'ouverture, inutile et à la chute comique télégraphiée et plate au possible, mais qui, au moins, aura servi à payer des vacances à Hawaï à toute l'équipe du film...

2.5 pour certains seconds rôles amusants - 0.5 pour toute cette scène débile et pas drôle sur comment enlever un ver solitaire à Amy Schumer = 2/6

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 60 70 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 100 > >>