Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #cinema catégorie

Christmas Yulefest 2018 - 32 - Mon Père, Noël et Moi (2018)

Publié le 19 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Jeunesse, Noël, Review, Yulefest, Romance

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Mon Père, Noël et Moi (I'll Be Next Door for Christmas  - 2018) :

La famille de Nicky (Juliette Angelo) est des plus atypiques : sous l'impulsion du père (Regan Burns), passionné de Noël, elle vit toute l'année à l'heure du Père Noël et de la neige, quitte à écœurer la jeune adolescente. Et lorsque le petit ami de cette dernière décide de lui rendre visite pour les fêtes, Nicky n'a qu'un objectif : lui épargner les excentricités de sa famille ; elle engage alors des acteurs (Nicole Sullivan, Jonathan Mangum) pour se faire passer pour ses parents, et, avec l'aide de sa meilleure amie (Kirrilee Berger), elle s'installe dans la maison d'à côté, vide le temps des vacances de Noël...

Une comédie familiale indépendante, financée de manière participative, et qui s'avère assez rafraîchissante au milieu de toutes ces comédies romantiques répétitives qui constituent désormais le plus gros des films de Noël.

Entre son ton humoristique, sa distribution sympathique (notamment Juliette Angelo, qui a fait ses armes à la télévision dans la sitcom Malibu Country et dans 3 Fantômes chez les Hathaway, et Kirrilee Berger, qui a elle aussi travaillé chez Disney), et son approche décomplexée du genre, on se retrouve devant un métrage agréable, qui ne souffre presque pas de son budget limité.

On regrettera seulement son rythme parfois inégal (il y a dix bonnes minutes de trop), qui dilue un peu la folie inhérente aux péripéties du récit : ça aurait pu (et probablement dû) décoller un peu plus vers la fin.

Mais dans l'ensemble, une bonne surprise.

3.75/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 31 - Noël Entre Filles (2018)

Publié le 19 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Drame, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, UpTV

Chez les Téléphages Anonymes, la Christmas Yulefest et son marathon de cinéma de Noël continuent jusque début janvier...

Noël Entre Filles (Christmas on Holly Lane - 2018) :

Durant leur enfance, Sarah, Car et Riley, trois amies inséparables, ont passé ensemble des fêtes de fin d'année inoubliables dans la maison rurale de Sarah, sur Holly Lane. Vingt-cinq ans plus tard, les trois femmes sont toutes à une impasse : Cat (Gina Holden), une chef de LA qui peine à imposer sa volonté, tente de concilier sa carrière et sa vie de mère célibataire d'une adolescente rêvant de prendre son envol ; Riley (Karen Holness), une tradeuse carriériste de Los Angeles, n'a pas de vie privée ; et Sarah (Sarah Lancaster), elle, fait tout son possible pour sauver son couple à la dérive... Elles se retrouvent alors à Holly Lane pour Noël, alors même que la maison est sur le point d'être vendue pour contrebalancer les problèmes financiers de Sarah, et les trois amies décident de tout faire pour s'entraider et régler leurs problèmes respectifs...

Un téléfilm UpTV diffusé plus tardivement aux USA qu'en France, et qui s'avère un récit des plus rafraîchissants au milieu de tous ces métrages Hallmark/Lifetime fabriqués à la chaîne : en lieu et place de ces romances basiques mettant en scène une héroïne citadine trouvant l'amour et le sens de la vie dans une bourgade rurale pittoresque, ici, on a trois héroïnes aux profils variés (et bien castées), une amitié indéfectible, des romances secondaires légères, un peu de mélodrame familial, beaucoup de vraie neige épaisse, et un récit plutôt bien structuré et intéressant.

Bref, une bonne surprise qui, si elle n'échappe pas à certains clichés du genre, est une alternative agréable au tout-venant des productions de Noël formatées.

3.75/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 30 - Every Other Holiday (2018)

Publié le 18 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Drame, Lifetime, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, Musique

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Every Other Holiday (aka A Holiday Wish Come True - 2018) :

Séparés, Tracie (Schuyler Fisk) et Risk (David Clayton Rogers) se partagent tant bien que mal leurs deux filles à l'approche de la fin d'année. Et lorsque le seul souhait de celles-ci, pour Noël, c'est de passer les fêtes, tous ensemble avec le reste de leur famille, dans la ferme familiale, Tracie et Risk acceptent de mettre un temps de côté leurs différents pour leur offrir ce cadeau de Noël. Plus facile à dire qu'à faire alors que Mimi (Dee Wallace), la mère de Tracie, déteste cordialement son gendre...

Un téléfilm Lifetime qui donnait plutôt l'impression d'arriver tout droit des chaînes comme UpTV ou INSP, avec son mélange de mélodrame familial, de musique country, et de religion. Sans oublier son générique d'ouverture animé façon dessins d'enfants, le genre de fantaisies bannies de Hallmark ou de Lifetime, qui changent souvent le titre de leurs films au dernier moment, quelques jours avant leur diffusion.

Un film très atypique pour la chaîne, donc, entre ses histoires de père musicien absent, de belle-mère envahissante et acerbe, de réunion familiale difficile, de couple séparé qui peine à se réconcilier (enfin, pas tant que ça, puisqu'ils retombent dans les bras l'un de l'autre au bout de 40 minutes), et d'ambiance plus discrète et sincère que bon nombre d'autres films de Noël.

Et bizarrement, c'est probablement ce qui a fait que malgré certains clichés habituellement repoussants pour moi (le côté religieux me donne des boutons, surtout quand le film se termine par une prêche ; la country, idem, surtout quand on se paie un chanteur country au charisme de poulpe mort dans le rôle du rival potentiel du protagoniste masculin), je n'ai pas détesté ce métrage.

La distribution est solide, ce n'est pas trop cliché, bref, je ne le reverrai probablement pas dans un futur proche, mais en l'état, ce n'est pas désagréable, pour peu que l'on adhère au côté mélo du tout.

3/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 29 - Belle Pagaille à Noël (2018)

Publié le 18 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Lifetime, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Belle Pagaille à Noël (A Twist of Christmas - 2018) :

Quelques jours à peine avant Noël, Abby (Vanessa Lachey), une mère célibataire carrée et organisée, découvre que le cadeau qu'elle a trouvé pour son fils Elliot (Christian Convery) a été malencontreusement échangé avec celui d'un avocat arrogant et nonchalant, Ryan (Brendon Zub), à sa fille Jasmine (Lina Renna). Elle décide alors de le récupérer coûte que coûte, sans se douter que leurs deux enfants vont voir là l'occasion de réunir leurs deux foyers...

Une comédie romantique Lifetime qui, au premier abord, avait de quoi me faire douter, avec son Noël ensoleillé à "Seattle" (avec palmiers et compagnie), et son Brendon Zub qui ne m'a jamais fait forte impression. Ajoutez à cela le fait que ce soit un métrage Lifetime - il y a toujours de quoi se méfier - et j'ai entamé ce Twist of Christmas avec une certaine appréhension.

Et puis, rapidement, j'ai été conquis par un film ne se prenant pas trop au sérieux, à l'image de Vanessa Lachey, et se déroulant tranquillement sans trop succomber aux clichés - les clichés sont là, mais pas trop présents. Et comme en prime la distribution est sympathique (les enfants sont adorables), le tout donne un téléfilm de Noël agréable et amusant, à défaut d'être parfait ou particulièrement original.

3.75/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 28 - Le Parfait Village de Noël (2018)

Publié le 17 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Lifetime, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, UK, Irlande, Drame

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Parfait Village de Noël (Christmas Perfection, aka The Perfect Christmas Village) :

Traumatisée par les Noëls difficiles de son enfance, Darcy (Caitlin Thompson) est devenue une adulte obsédée par l'idée de contrôler le moindre aspect de ses fêtes de fin d'année, jusqu'à atteindre la perfection. Jusqu'au jour où, suite à une rencontre étrange, elle se réveille dans un petit village irlandais, ce même village qui trône actuellement, en miniature, sur l'un des meubles de sa maison, et qu'elle a toujours perçu comme l'incarnation de ses rêves festifs. Là, tout tourne autour de Darcy, et c'est tous les jours Noël, mais rapidement, la jeune femme va s'apercevoir que cette "réalité" n'est pas forcément à la hauteur de ses attentes...

Un téléfilm fantastique anglo-irlandais acheté par Lifetime pour l'ajouter à sa grille de programmes 2018, et qui lorgne très fortement sur des métrages comme Le Noël Rêvé d'Angela ou Le Noël Rêvé de Megan, saupoudrés d'une bonne dose d'Un Jour Sans Fin, et d'accents irlandais.

On se retrouve donc clairement en terrain connu, avec une héroïne un peu psycho-rigide, qui finit par réaliser que la perfection imaginaire de ses rêves n'est qu'illusoire et problématique, que tous les jours Noël, c'est saoulant, et qu'elle doit profiter de l'instant présent.

Pour autant, ce n'est pas désagréable du tout, notamment parce que Caitlin Thompson est un visage frais et sympathique, que ça ne se prend pas trop au sérieux, et que le tout a été tourné sur place, dans des décors et des paysages authentiquement irlandais.

4/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 27 - À la maison pour Noël (2011)

Publié le 17 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, France, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, France 2

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

À la maison pour Noël (2011) :

Avocate brillante, Sarah Moreau (Virginie Efira) est d'un tempérament particulièrement strict, obsédée du contrôle tant dans sa vie professionnelle que privée. Mais en cette veille de Noël, alors qu'elle n'a qu'une envie, retrouver son compagnon Hedi (Adel Bencherif) et son fils Eylias (Eythan Solomon), les imprévus se cumulent et s'enchaînent, pour faire de ce réveillon le pire Noël de la vie de Sarah...

Une comédie télévisée diffusée sur France 2 à l'occasion des fêtes de Noël 2011, et qui n'est ni plus ni moins qu'une adaptation semi-officielle, par le roublard Kader Aoun, du Christmas Special (2006) de La Pire Semaine de Ma Vie (2004), la série de la BBC avec Ben Miller.

Je dis roublard, car ce même Kader Aoun avait déjà vendu, en 2011, l'adaptation officielle de cette même Pire Semaine de Ma Vie à M6, avec Bruno Salomone... et donc, là, en douce (mais en créditant tout de même les auteurs originaux d'un script inconnu au bataillon, Home for Christmas, dont on ne trouve nulle trace), il reprend pas mal de grandes lignes et idées du Christmas Special de la BBC, en les appliquant à une Virgine Efira qui joue volontiers le jeu.

On se retrouve donc avec un dérivé de La Pire Semaine, au féminin, et à la durée de 90 minutes, ce qui pose quelques problèmes de rythme sur la longueur. Rien de dramatique, cela dit, et ça se regarde plutôt agréablement, malgré quelques faiblesses, çà et là, niveau interprétation de certains personnages secondaires, et une vulgarité qui n'était pas là dans l'original. 

3.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 26 - Un Millier de Flocons (2013)

Publié le 16 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Télévision, Yulefest, Romance

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Millier de Flocons (Let It Snow - 2013) :

Cadre impitoyable dans l'entreprise de son père (Alan Thicke), Stephanie (Candace Cameron Bure) n'aime pas Noël, et est envoyée, à l'occasion des fêtes, dans un hôtel de montagne récemment acheté par son entreprise pour être totalement rénové, et en faire une destination de vacances. Mais sur place, elle rencontre le séduisant Brady (Jesse Hutch), fils des propriétaires voué à hériter de l'établissement, et rapidement, elle découvre le charme des festivités de Noël, et de celles de ce vieux chalet traditionnel...

Un téléfilm de Noël pas désagréable à suivre, bien qu'étant ultra-classique et balisé pour du Hallmark.

Cependant, les paysages de montagne authentiquement enneigés, la musique approprié (très calquée sur Dead Like Me), et les personnages secondaires agréablement développés font que le tout, bien qu'étant classique, passe plutôt bien.

Malheureusement, Thicke semble avoir tourné toutes ses scènes en pilotage automatique, en une après-midi, et j'ai toujours aussi peu de sympathie pour CCB, qui surjoue vraiment  trop par moments (le matin de Noël, aïe) et dont certaines scènes sont difficiles à supporter lorsque l'on connaît ses penchants fondamentalistes religieux - je pense notamment à tout son speech larmoyant à son père, un discours à base de "Noël c'est un sacrifice, c'est une renaissance de l'espoir, c'est un symbole au sens profond, blablabla" dont on devine sans peine le double-sens).

Avec une autre actrice, j'aurais probablement été plus généreux.

3/6 

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 25 - Elliot : The Littlest Reindeer (2018)

Publié le 16 Décembre 2018 par Lurdo dans Animation, Aventure, Canada, Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Jeunesse, Noël, Review, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Elliot, The Littlest Reindeer :

Lorsque l'un des rennes du Père Noël annonce soudainement son départ en retraite, à quelques jours de Noël, Santa (George Buza) doit lui trouver un remplaçant au plus vite, sous le regard inquisiteur de Corkie (Morena Baccarin), une journaliste fouineuse. Elliot (Josh Hutcherson), un cheval nain, décide alors de partir pour le Pôle Nord en compagnie de sa meilleure amie, la chèvre Hazel (Samantha Bee), pour participer aux sélections organisées par les lutins de Santa. Non seulement Elliot doit se déguiser pour espérer avoir une chance, mais en plus sa ferme natale est en péril, menacée par la maléfique Ludzinka (Martin Short), et un complot se trame parmi les lutins du Pôle : le petit cheval va désormais devoir choisir entre ses amis, et sa carrière potentielle à la tête du traîneau...

Un dessin animé canadien indépendant en images de synthèse, à la distribution vocale pas désagréable, et au rendu visuel globalement compétent, mais qui ne parvient jamais à se démarquer de ses nombreuses influences, notamment les dessins animés Dreamworks.

Fréquemment, en effet, le spectateur un peu aguerri aura l'impression de voir des morceaux d'autres films d'animation et de récits de Noël connus (Rudolph, Rise of the Guardians, etc), une impression encore renforcée par une bande originale composée par quatre personnes, et lorgnant très fortement sur le style John Powell (encore une fois, Dreamworks).

Rajoutez à cela quelques références qui tombent totalement à plat (le poney écossais peint comme Braveheart, ça ne parlera pas une seule seconde aux enfants qui regardent le film, et ça risque de ne pas vraiment parler non plus à leurs parents de 20-30 ans, à peine nés lorsque Braveheart est sorti), un script particulièrement décousu (beaucoup de sous-intrigues, qui finissent par se rejoindre, mais qui donnent au scénario un côté assez brouillon) et l'on se retrouve avec quelque chose de vraiment passe-partout, en un mot, d'ultra-générique.

3/6 (les enfants apprécieront probablement nettement plus ce métrage que les adultes les accompagnant)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 23 - Les Souliers de Noëlle (2018)

Publié le 15 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Fantastique, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Les Souliers de Noëlle (A Shoe Addict's Christmas - 2018) :

Passionnée de chaussures, Noëlle (Candace Cameron Bure) travaille dans un grand magasin où elle se trouve coincée un soir, seule, alors qu'une tempête de neige fait rage à l'extérieur. Elle y rencontre alors Charlie (Jean Smart), un ange gardien débutant et maladroit là pour faire visiter à Noelle les Noël de son passé, pour l'aider à trouver le bonheur et à renouer avec sa passion pour la photographie...

Je ne suis habituellement pas vraiment fan des téléfilms de Noël de Candace Cameron Bure, souvent moyennement probants, donc j'ai abordé cette comédie Hallmark au titre inhabituel avec une certaine méfiance... mais finalement, ce Shoe Addict's Christmas s'est avéré une très bonne surprise.

Bon, ce n'est pas un téléfilm forcément très original (on est dans une déclinaison de A Christmas Carol, It's A Wonderful Life, etc), mais le ton de cette production Hallmark est assez rafraichissant : pas de mélodrame, pas de romance premier degré, pas de clichés surabondants et surexploités, mais quelque chose de plus léger, de plus dynamique et de plus enjoué, avec une CCB quasiment en mode sitcom, un Luke MacFarlane qui se met au diapason, et des personnages secondaires assez sympathiques (Vanessa Matsui, Jean Smart, Kristian Bruun).

Le film bénéficie par ailleurs d'un budget clairement plus conséquent (on sent que CCB est l'égérie de la chaîne), assez agréable à l'oeil, et le spectateur finit par passer un moment agréable, à défaut d'être extrêmement mémorable.

3.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 22 - Le Plus Beau Noël De Ma Vie (2018)

Publié le 14 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, BYU

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Plus Beau Noël De Ma Vie (A Christmas Village - 2018) :

Spécialiste en relations publiques, Piper Jansen (Madeline Leon) décide de lancer son propre ouvrage de cuisine, inspiré des recettes de sa grand-mère. Mais rapidement, un chef concurrent l'accuse de plagiat, et pour tenter de détourner l'attention du grand public, Piper annonce qu'elle va s'occuper bénévolement des relations publiques et du marketing d'un village de Noël à la dérive, tenu par Tim (Neil Paterson). Plus facile à dire qu'à faire, surtout quand on déteste les fêtes de fin d'année...

Téléfilm de Noël diffusé sur BYU (une chaîne de télévision mormone), produit par Brain Power Studio (une jeune maison de production canadienne déjà évoquée dans ces pages, et qui se veut une alternative bon marché aux studios de production californiens utilisés par Hallmark/Lifetime), et qui trahit immédiatement son budget microscopique avec des fonds verts des plus immondes pour tout ce qui est tournage en intérieur, au début du film.

Pas de surprise, on est ici dans du téléfilm à très petit budget, qui capitalise au maximum sur l'enneigement conséquent et bien réel du Village du Père Noël où une grosse partie du film a été tourné, et qui se met en pilotage automatique pour le reste (malgré une dernière demi-heure un peu plus décalée).

Pourtant, en soi, si l'on fait exception des problèmes de budget évidents, ce n'est pas forcément plus désastreux ou mauvais qu'une rom-com Hallmark basique. D'ailleurs, j'ai même envie de dire que le script est peut-être même un peu meilleur que les modèles Hallmark découpés à l'emporte-pièce.

Mais difficile tout de même de mettre une note honorable quand tout est aussi approximatif et fauché...

2/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 21 - Noël en Héritage (2018)

Publié le 14 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, Drame

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël en Héritage (Christmas on Honeysuckle Lane - 2018) :

Peu de temps après la mort de ses parents, Emma (Alicia Witt) rentre chez elle, pour passer un ultime Noël en compagnie de son frère et de sa sœur dans la demeure familiale, avant que cette dernière ne soit vendue. Là, elle rencontre Morgan (Colin Ferguson), antiquaire venu estimer le mobilier, et avec lui, elle découvre de mystérieuses lettres d'amour dissimulées dans le secrétaire de sa mère. Intriguée, Emma décide de mener l'enquête...

Et allez, encore une histoire de famille qui se retrouve pour passer un dernier Noël ensemble avant de liquider la maison, blablabla... décidément, chez Hallmark, quand on tient un filon, on ne le lâche pas.

Et là, comme on est sur Hallmark Movies & Mysteries, on donne dans l'émotion et dans le deuil... ce qui se traduit, à l'écran, par une Alicia Witt qui joue très fort la mélancolie et la tristesse en regardant dans le vide avec un air éploré, le temps d'un flashback ou deux.

J'avoue, j'ai eu du mal avec ce métrage. J'ai eu du mal avec l'interprétation d'Alicia Witt, j'ai eu du mal avec l'intrigue cousue de fil blanc, j'ai eu du mal avec le déroulement du récit, j'ai eu du mal avec les personnages secondaires insipides, j'ai eu du mal avec l'ex qui débarque et les quiproquos qui en découlent, j'ai eu du mal avec les changements ponctuels de tonalité, bref, ce métrage n'a pas été une partie de plaisir pour moi, malgré la présence et le charisme du toujours très sympathique Colin Ferguson.

Mais je crois que je suis sincèrement en train de développer une allergie à Witt et à ses affectations...

2 + 0.25 pour Ferguson = 2.25/6

(ça plaira certainement beaucoup plus aux spectateurs portés sur le mélodrame et l'émotion, dont je ne fais pas clairement partie)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 20 - Noël, Romance et Coïncidences (2018)

Publié le 13 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Drame, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël, Romance et Coïncidences (A Godwink Christmas - 2018) :

Antiquaire à St. Louis et fiancée un peu malgré elle, Paula (Kimberly Sustad) va rendre visite à sa tante Jane (Kathie Lee Gifford) sur l'île de Nantucket, dans le Massachusetts,  l'occasion des fêtes de Noël. Là, la météo et un coup du sort la mettent sur le chemin de Gery (Paul Campbell), un sympathique propriétaire d'auberge, pour qui elle a un coup de foudre...

Une romance Hallmark Movies & Mysteries adaptée d'un livre, et supposément "basée sur une histoire vraie", reposant sur le concept de "godwinks", les clins d’œil divins, ou ces petites coïncidences improbables révélant, en théorie, la main du Destin ou d'un être divin guidant les humains pour trouver le bonheur.

Autant dire qu'avec un tel postulat, j'étais sur mes gardes. D'autant que l'illustration musicale de ces "godwinks", bien surlignés à base de carillon céleste, avait de quoi rendre méfiant.

Et puis en fait, ce métrage évite l'écueil du prosélytisme ou de la superstition pataude... et fonctionne principalement grâce à son couple principal, Kimberly Sustad (qui mériterait d'apparaître dans plus de comédies romantiques de ce genre) et Paul Campbell, qui ont une bonne alchimie, et sont très naturels.

D'ailleurs, pendant les premières 50 minutes, le métrage s'avère agréable à suivre, entre son couple, donc, et ses paysages balnéaires de la Côte Est enneigée : rien de vraiment remarquable, en soi, puisque le métrage reste très discret et sobre, sans mélodrame forcé, mais une telle sobriété s'avère rafraîchissante et plus sincère que la moyenne des téléfilms Hallmark. Le problème, en fait, c'est qu'au terme de ces 50 premières minutes, Sustad quitte Nantucket, et est donc séparée de Campbell jusqu'à la fin du film.

Ce qui enlève énormément de l'intérêt du métrage, et finit par s'avérer rédhibitoire, puisque le script retombe dans les travers habituels du genre, entre le fiancé insipide et le cliché du protagoniste qui a fait des études intellectuelles, mais a préféré retourner dans sa petite ville pour travailler de ses mains, car c'est plus enrichissant et satisfaisant, blablabla.

Ce qui fait que progressivement, on se désintéresse un peu du récit, jusqu'à se dire, à la toute fin, que c'était là une occasion ratée de faire quelque chose de plus intéressant avec un couple d'acteurs polyvalents et attachants.

Dommage.

2.25 + 0.25 pour Sustad et Campbell = 2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 19 - Christmas in Evergreen 2 : la Clé d'un Noël réussi (2018)

Publié le 13 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Hallmark, Noël, Review, Romance, Télévision

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

La Clé d'un Noël réussi (Christmas in Evergreen 2 : Letters to Santa - 2018) :

De retour pour Noël dans sa petite ville natale d'Evergreen, Lisa (Jill Wagner), spécialiste en retail design, décide d'aider la ville à rénover l'épicerie de la ville pour éviter qu'elle ne soit rachetée par un grand conglomérat. Elle reçoit l'aide de Kevin (Mark Deklin), un entrepreneur local, dont elle s'éprend progressivement...

Suite indirecte de Un Festival pour Noël, dont la grande majorité des personnages réapparait (parfois de manière conséquente - les parents Shaw, Holly Robinson-Peete, Rukiya Bernard, Santa, etc - ou de manière plus ponctuelle - Ashley Williams apparaît brièvement en fin de film dans une poignée de scènes), cette comédie romantique Hallmark bénéficie d'un couple principal attachant, d'une diversité appréciable, et de nombreux personnages secondaires sympathiques.

Le film conserve aussi l'enrobage "livre d'histoires" du premier opus, son côté légèrement fantastique, son camion, et ses décors enneigés, bref : si l'on apprécie le premier film, on devrait donc trouver cette suite à son goût.

Malheureusement, j'avoue que quelque chose m'a gêné dans l'interprétation globale des acteurs : tous font preuve d'un enthousiasme et d'une intensité un peu trop appuyés, qui donne régulièrement au métrage un côté un peu forcé, pas forcément aussi bien vendu par Jill Wagner et Mark Deklin qu'il peut l'être par Ashley Williams (chose qui lui est pourtant régulièrement reprochée).

Bref, cet aspect artificiel et peu naturel de l'interprétation et des réactions des acteurs m'a dérangé, sans toutefois s'avérer rédhibitoire, d'autant que c'est totalement subjectif, et que c'est à l'appréciation de chacun.

3/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 18 - Un Prince pour Noël 2 : le Mariage Royal (2018)

Publié le 12 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Netflix, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Prince pour Noël 2 : le Mariage Royal (A Christmas Prince : The Royal Wedding - 2018) :

Après une année passée loin de l'Aldovie, Amber (Rose McIver) retourne dans son futur royaume, à l'approche de Noël, pour y épouser son fiancé, le Roi Richard (Ben Lamb). Mais le Royaume est plongé dans le chaos, alors que les caisses du pays sont mystérieusement vidées, et que les sujets de Richard commencent à se révolter...

Malgré son buzz démesuré, le premier A Christmas Prince était une rom-com princière banale au possible, pour ne pas dire médiocre et en pilotage automatique, qui ne faisait que recycler tous les poncifs de ce style de film, tels que Hallmark et compagnie les produisent depuis des années. Mais comme le public de Netflix est un public jeune, facilement ironique, et surtout très peu familier des clichés du genre (et de la production Hallmark), ACP a, pour beaucoup, été une porte d'entrée vers l'univers des romances de Noël. D'où le succès que je mentionnais et la pluie de critiques semi-enthousiastes et semi-moqueuses que l'on peut trouver, aujourd'hui encore, au sujet du premier opus.

Et cette suite, alors ? C'est une suite mise précipitamment en chantier pour capitaliser sur le succès de l'original... une suite qui part du postulat que le spectateur se souvient parfaitement de tous les personnages du premier film (sauf le père d'Amber, dont l'acteur a changé) et a pour eux une affection démesurée... une suite qui met de côté la romance du premier opus, pour séparer Amber et son Prince à base d'une intrigue politique insipide (la politique de rigueur de Macron Richard ne fonctionne pas, les Gilets Jaunes ses sujets sont dans la rue et se mettent en grève, mais pas de panique, c'est le fait d'un maychant très maychant !) mâtinée d'une enquête tout aussi peu passionnante de la future reine/journaliste... une suite qui force toujours plus le trait, notamment dans son écriture du père d'Amber, mais aussi dans celle du designer indien efféminé, arrogant et flamboyant... bref, une suite qui, comme de nombreuses suites, n'est pas à la hauteur de son modèle, et dans laquelle Noël n'est, à nouveau, qu'un prétexte à mettre de la neige partout.

ACP 2 s'avère donc totalement inintéressant, dépourvu d'énergie et prévisible sur tous les plans ; d'ailleurs, les scénaristes ne semblent pas savoir, eux non plus, comment terminer leur métrage, qui s'essouffle lamentablement une fois le bad guy arrêté (avec un arc et une flèche !?) par l'héroïne : on a alors droit à un mariage cheap et bâclé, sur fond de Jeux Interdits, et à une réception de mariage guère plus luxueuse, qui se termine en conga les pieds dans de la neige mousse.

Il ne reste vraiment que des extérieurs superbes, et Rose McIver, pour éviter au film le plantage total. C'est peu.

1.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 17 - Un Noël sur la Glace (2018)

Publié le 12 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël sur la Glace (Christmas at The Palace) :

Katie (Merritt Patterson), une ancienne patineuse reconvertie chorégraphe, et sa meilleure amie Jessica (Brittany Bristow), se produisent à San Senova, un petit royaume d'Europe centrale, lorsque le Roi Alexander (Andrew Cooper) les engage pour organiser, dans des délais très serrés, un spectacle de Noël sur glace. Progressivement, alors que Katie prend sous son aile la jeune Princesse Christina (India Fowler), elle découvre que le père de la jeune fille est moins froid qu'il n'y paraît au premier abord...

Prenez une bonne dose de toutes les comédies romantiques Hallmark estampillées "royauté" (notamment Un Hiver de Princesse, déjà avec Merritt Patterson) ; ajoutez-y une louche de rom-coms Hallmark sur le patinage artistique, où l'héroïne, ancienne patineuse olympique, prend sous son aile une jeune fille manquant de confiance en elle, et s'éprend du père de celle-ci ; et saupoudrez le tout de ce bon vieux "il faut organiser un spectacle de Noël à la dernière minute"... et voilà, Christmas at the Palace.

Globalement très dérivatif, donc, et pas particulièrement rigoureux ou très bien écrit, notamment au niveau des choix narratifs du récit (les allers-retours de Katie entre les USA et San Senova se font en un clin d'oeil, par exemple ; on ne voit pas le spectacle final ; l'héroïne n'hésite pas à tout laisser tomber pour partir avec l'argent !), et des réactions de certains personnages (difficile de ne pas lever les yeux au ciel quand l'héroïne passe tout son temps à se plaindre que le palais n'est pas assez décoré par le Roi rabat-joie et grincheux, alors que ce même palais, à l'écran, ressemble à la boutique de Noël de tous les parcs Disney : couvert de guirlandes, de boules, de lumières et de sapins) ; de plus, pour ne rien arranger, la romance principale est assez terne et rigide, à l'image du Roi, notamment en comparaison de la romance secondaire de l'assistant du Roi et de Brittany Bristow (déjà aperçue dans Coup de Coeur Sauvage), dynamique et pétillante.

Au final, ce Christmas at the Palace peine donc à emporter l'adhésion, malgré un couple principal compétent et photogénique, et une India Fowler attachante : ça manque d'énergie, ça ne pétille pas assez, c'est routinier, bref, rien de vraiment intéressant.

Un généreux 2/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 16 - Une Bague sous le Sapin (2018)

Publié le 11 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Romance, Review, Télévision, Yulefest, Drame

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Une Bague sous le Sapin (Reunited at Christmas - 2018) :

Chargée d'écrire un roman de Noël, mais ne trouvant guère l'inspiration ni l'esprit de Noël depuis la mort de sa grand-mère, Samantha (Nikki DeLoach) rejoint sa famille dans la demeure de cette dernière, pour y passer d'ultimes fêtes de fin d'année en accord avec le dernier souhait de la défunte. Là, elle y retrouve sa sœur (Lisa Durupt) et son époux (Noel Johansen), ses parents divorcés (Andrew Airlie & Eileen Pedde), et elle va tenter de mettre de côté ses doutes alors même que son petit ami (Mike Faiola) la demande soudainement en mariage...

Un téléfilm Hallmark très similaire à Last Vermont Christmas, tant dans son sujet que dans ses personnages, dans son ton et dans son approche sérieuse et mesurée des relations familiales et de couple.

On se retrouve donc ici aussi avec un drame relationnel sobre, qui aurait probablement été plus à sa place sur Hallmark Movies & Mysteries, mais qui fonctionne mieux que Last Vermont Christmas, pour de multiples raisons : la production est plus compétente (et moins fauchée), l'interprétation est plus homogène (le couple principal fonctionne plutôt bien - ce qui n'est pas surprenant, compte tenu de la présence de Nikki DeLoach), le casting est réussi, et l'écriture prend le temps de développer tous les personnages - y compris secondaires - à un degré ou un autre.

Alors ce n'est clairement pas mon style de film festif préféré, et je ne le reverrai probablement pas à l'avenir, mais on est clairement un bon niveau au-dessus de LVC, ce qui n'est pas un mal.

3.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 15 - Le Gala de Noël (2018)

Publié le 11 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Noël, Review, Romance, Yulefest, Télévision

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Gala de Noël (Pride, Prejudice and Mistletoe - 2018) :

À l'occasion des fêtes de Noël, Darcy Fitzwilliam (Lacey Chabert), une conseillère financière, rentre dans sa famille pour aider sa mère à préparer un gala caritatif dans leur luxueuse demeure. Mais rapidement, elle découvre que le traiteur engagé par sa mère n'est autre que Luke Bennett (Brendan Penny), son grand rival de lycée, avec lequel elle entretient une relation des plus tendues. Une relation qui, pourtant, évolue à mesure que le couple travaille côte à côte à l'organisation des festivités...

En théorie, une adaptation Hallmark d'un roman inspiré par les écrits de Jane Austen (la deuxième de cette saison festive, après Noël à Pemberley), et qui se voulait une revisite moderne, avec inversion du sexe des protagonistes, d'Orgueil et Préjugés.

Dans les faits, en réalité, on se retrouve avec une comédie romantique Hallmark ultra-basique et balisée, avec tous les clichés habituels de la chaîne (la carriériste citadine à la profession intellectuelle qui revient chez elle, et tombe amoureuse d'un ex au métier plus "manuel" ; la collaboration hasardeuse des deux personnages principaux qui se disputent mais finissent par s'apprécier ; le quiproquo de fin sous-développé ; le rival amoureux ; la rivale professionnelle ; etc...) et à peine saupoudrée de quelques références à Jane Austen, notamment dans les noms.

Pour ne rien arranger, le métrage a une fâcheuse tendance à passer beaucoup trop de temps à parler affaires, finance et manigances professionnelles, tout en souffrant d'une écriture un peu maladroite de ses dialogues : de quoi gentiment plomber le tout, et notamment son couple principal, pourtant pas désagréable.

Certes, Chabert fait du Chabert, comme d'habitude, et ses personnages sont un peu interchangeables de film en film, mais Brendan Penny fait un prétendant plutôt sympathique, notamment dans la première partie de la relation, plus conflictuelle.

Dommage que tout le reste du téléfilm soit à ce point basique et générique.

2.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 14 - Un Noël Décisif (2018)

Publié le 10 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Noël, Review, Télévision, Yulefest, Drame, Hallmark, Romance

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël Décisif (Last Vermont Christmas) :

Mère veuve et chef réputée, Megan (Erin Cahill) est ravie de rentrer dans le Vermont pour Noël, afin d'y passer les fêtes en famille avec ses deux sœurs et leurs parents. Mais rapidement, les trois jeunes femmes apprennent que leurs parents ont décidé de vendre la demeure familiale... et lorsque Megan découvre que l'acheteur est Nash (Justin Bruening), son petit-ami d'antan, elle ne sait plus trop quoi penser.

Arf, quel dommage, vraiment, que d'avoir un couple vedette - Bruening et Cahill - à ce point sympathique, possédant une si bonne alchimie, et une décontraction aussi agréable... mais de les plonger dans un drame familial (enfin, le mot est un peu fort, puisqu'il n'y a pas grand chose de dramatique) globalement sérieux, tout en mesure et en sobriété, bref, dans un téléfilm Hallmark Movies & Mysteries.

La romance se trouve donc repoussée à l'arrière-plan de cette intrigue familiale pas très passionnante, guère aidée par une distribution secondaire inégale : entre la mère à l'expression un peu trop béate (Ann Osmond), la plus jeune sœur (Catherine Corcoran), artiste immature et agaçante, qui pousse la chansonnette, l'autre sœur (Rachel Rhodes-Devey) trop effacée et son époux (Rob Figueroa) pas très bon acteur, ou encore le voisin/prétendant de la jeune sœur, qui ne sert à rien, le métrage est un défilé de personnages secondaires quelconques, qui peinent à retenir l'attention.

Ajoutez à cela un rythme assez pépère, une sous-intrigue insipide sur Bruening et sa collègue agente immobilière (le quota afro-américain du métrage), et un budget clairement très limité (toute la fausse neige des scènes avec acteurs est assez risible - des rouleaux de neige cotonneuse mal installée, de la neige floquée pulvérisée au hasard sur les murs - surtout en comparaison des stock-shots de paysages à l'enneigement abondant), et l'on se retrouve avec un téléfilm assez peu engageant sur la durée, malgré de bonnes choses çà et là (notamment au niveau du traitement du deuil).

Dommage, j'aurais vraiment préféré retrouver ces deux têtes d'affiche dans quelque chose de plus léger et dynamique.

2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 13 - La Princesse de Chicago (2018)

Publié le 10 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Noël, Review, Télévision, Yulefest, Netflix, Romance

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

La Princesse de Chicago (The Princess Switch) :

Jeune pâtissière de Chicago au brillant avenir, Stacy De Novo (Vanessa Hudgens) gagne un billet pour participer à une prestigieuse compétition culinaire en Belgravie. Sur place, cependant, elle découvre qu'elle est le sosie parfait de la future Princesse locale, Margaret (Vanessa Hudgens), qui décide d'échanger un temps sa place avec Stacy, pour quelques jours de liberté avant le mariage princier...

Une comédie romantique produite par Netflix, et qui combine Le Prince et le Pauvre à une compétition de pâtisserie, mâtinée de festivités de Noël et d'un "Père Noël" magique, pour un résultat ayant emporté l'adhésion de la plupart des critiques et spectateurs/spectatrices sur le web.

Malheureusement, alors que j'aurais bien voulu partager cet enthousiasme, j'ai trouvé le tout vraiment très approximatif de bout en bout, pour ne pas dire artificiel et forcé.

Entre un script basique aux dialogues assez laborieux, un film qui dure facilement 20 minutes de trop, une production assez brouillonne qui ne prête guère attention aux détails (les tatouages de Vanessa Hudgens sont ainsi fréquemment visibles sur la Princesse), des accents approximatifs (la post-synchronisation est vraiment inégale, notamment sur les bruitages), une interprétation pas forcément très subtile, un montage ponctuellement haché (notamment lors des scènes où Vanessa Hudgens interagit avec elle-même), une neige artificielle occasionnellement pulvérisée sur les murs et le sol de manière maladroite, une rivalité pâtissière (avec sabotage) sous-développée, un placement produit maladroit pour les téléfilms Netflix de l'année dernière... j'ai trouvé le tout assez peu satisfaisant, plutôt pataud, et pas forcément meilleur que la moyenne des métrages Hallmark, par exemple (bien qu'étant plus divers, ethniquement parlant).

Alors ça se regarde, notamment parce que Hudgens y met du sien, mais dans l'ensemble, un bon gros bof assez dérivatif et qui arrive, pour moi, juste en dessous de la moyenne.

2.75/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 12 - Un Noël Rouge Comme l'Amour (2018)

Publié le 9 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Lifetime, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël Rouge Comme l'Amour (Poinsettias for Christmas - 2018) :

Quelques semaines avant Noël, Ellie (Bethany Joy Lenz), architecte urbaine, retourne en urgence chez ses parents (John Schneider, Sharon Lawrence) car son père a de multiples problèmes. Il est blessé au dos, et toute sa récolte annuelle de poinsettias est encore verte. Ellie doit alors s'associer à Sean (Marcus Rosner), un  botaniste local, pour résoudre ce problème...

Premier téléfilm de Noël estampillé Lifetime que je regarde, cette saison, sur la base de sa distribution ma foi très sympathique (Sharon Lawrence, John Schneider, Bethany Joy Lenz, Rhonda Dent)... et honnêtement, cette distribution est bien tout ce qu'il y a à sauver de ce métrage.

Non seulement ce téléfilm est assez fauché (il a clairement été tourné en été ou vers le début de l'automne : la végétation est abondante, verdoyante, le ciel est bleu et ensoleillé ; la neige artificielle est rare et mousseuse, jamais convaincante), non seulement il accumule les pires clichés du genre (la jeune femme qui retourne chez elle et s'indigne en apprenant que ses parents veulent vendre l'exploitation familiale ; l'héroïne qui délaisse son métier intellectuel pour revenir à quelque chose de manuel ; le mari militaire qui revient à la fin du film ; les montages montrant le couple principal en train de se rapprocher en travaillant ensemble ; la rivale amoureuse caricaturale, etc), non seulement la romance principale semble forcée et précipitée (dix minutes après le début du film, on a déjà droit au montage de rapprochement, durant lequel le couple flirte ouvertement), non seulement la mise en images est pataude et sans la moindre subtilité (le moment "il soulève brièvement son t-shirt, exposant ses abdos, et elle se mord la lèvre en le regardant du coin de l'oeil", au secours) mais en plus, la scénariste n'est même pas capable de maîtriser les bases de son sujet : le poinsettia.

Le poinsettia est une fleur qui, pour qu'elle ait des feuilles rouges, doit passer 15 heures par jour dans l'obscurité totale, pendant au moins huit semaines. Et donc, ici, deux semaines avant Noël, toute la récolte saisonnière est verte, mais pas de panique ! L'héroïne arrive, passe la moitié du film à chercher une solution (je rappelle que c'est une famille d'horticulteurs qui font pousser des poinsettias depuis des générations ^^) et, quelques jours avant Noël, après avoir essayé le rempotage, l'engrais, etc, se dit que l'obscurité est peut-être la solution à son problème. Et zou, comme par magie, après deux ou trois nuits dans l'obscurité, tous les poinsettias rougissent subitement, juste à temps pour Noël.

Alors, oui, je sais, ce dernier paragraphe fait un peu #BotanisteDuDimanche, et ressemble à du pinaillage, mais ça a été la  goutte d'eau qui a fiat déborder le vase de mon antipathie pour ce métrage. Et c'est d'autant plus frustrant que la majeure partie de la distribution est, comme je l'ai mentionné, très attachante (mais sous-exploitée).

1.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 11 - Comme les Noëls de mon Enfance (2018)

Publié le 9 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Noël, Review, Yulefest, Comédie, Romance, Drame, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Comme les Noëls de mon Enfance (Return to Christmas Creek - 2018) :

À l'approche de Noël, Amelia Hughes (Tori Anderson), développeuse d'application marketing venant de connaître coup sur coup une déconvenue amoureuse et un revers professionnel, décide de retourner dans sa bourgade natale de Christmas Creek, pour y retrouver son oncle Harry (Steven Weber), et tenter de comprendre ce qui a brouillé ce dernier avec son père. Sur place, elle retrouve rapidement son ami d'enfance, Mike (Stephen Huszar), qu'elle réapprend progressivement à connaître...

Une dramédie romantique diffusée sur Hallmark Movies & Mysteries, avec ce que ça implique de ton plus sérieux et mélodramatique (ici, un conflit de famille entre père et oncle), de dialogues plus "profonds" sur la vie, l'amour, etc, et une distribution souvent plus aguerrie (Steven Weber et Kari Matchett, en l'occurrence).

Et dans l'absolu, ce n'est pas forcément désagréable à suivre, ou mauvais... mais ce n'est pas non plus particulièrement captivant.

À vrai dire, j'ai été plus intéressé par la relation existant entre Weber et Matchett qu'entre les deux acteurs principaux, Tori Anderson et Stephen Huszar. Et ce n'est pas forcément de la faute de ces derniers (ils ne sont pas mauvais, et leurs personnages sont suffisamment développés), c'est simplement que leur histoire est assez banale et classique, malgré tout l'enrobage plus "sérieux" du téléfilm ; et pour être franc, quitte à choisir, j'aurais autant préféré suivre un film entier consacré aux deux "vétérans" du petit écran (avec les petits jeunes comme personnages secondaires), tant le charisme, l'alchimie et le talent n'étaient clairement pas au même niveau entre les deux couples.

Au final, rien de mémorable au programme, ni rien de calamiteux, mais simplement un téléfilm très classique, comme les grands networks en produisaient pour Noël dans les années 80-90.

3.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 10 - Le Grinch (2018)

Publié le 8 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Critiques éclair, Comédie, Noël, Review, Yulefest, Animation, Jeunesse, Illumination

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Grinch (The Grinch - 2018) :

Le Grinch (Benedict Cumberbatch) déteste Noël, et il déteste donc les Chous, qui, eux, adorent cette fête et vivent à côté de chez lui. Bien décidé à leur gâcher leur plaisir, le Grinch décide alors de voler Noël, mais une rencontre avec la petite Cindy Lou (Cameron Seely) va bouleverser les plans du Grinch...

Je le redis à chaque fois : je ne suis pas vraiment sûr de comprendre la fascination des Américains pour le Grinch, et leur tendance à vouloir réadapter ce récit pourtant court (une petite soixantaine de pages, principalement des illustrations, et un texte minimaliste) de manière régulière.

Entre le livre de 1957, son adaptation animée de 1966, le film de Ron Howard de 2000, et cette nouvelle adaptation - de l'équipe responsable de Drôles de Dindes en collaboration avec le studio Illumination - on en est quatre versions différentes du même récit... quatre versions, dont seules les deux premières valent vraiment le coup d'oeil.

Car même si je ne partage pas le mépris et la haine viscérale des Américains envers le film mettant en scène Jim Carrey (j'ai même plutôt de la sympathie pour ce métrage), il faut bien admettre que 90 minutes pour un récit original si court, c'est trop.

Ici, ça se ressent d'autant plus que le Grinch cuvée 2018 est creux au possible : il se déroule facilement une bonne heure avant que le Grinch ne décide de voler Noël, et tout est alors réglé en moins de 10 minutes.

Avant ce passage à l'acte, on a droit à énormément de remplissage, un remplissage qui fait de Cindy Lou une fillette aventureuse membre d'un groupe d'enfants décidés à capturer le Père Noël, et qui met donc en parallèle sa préparation avec celle du Grinch.

Un Grinch qui, à l'instar du reste du récit (la thématique de la surcommercialisation de Noël, ou celle de la mise à l'écart du Grinch du fait de son apparence différente, sont ici totalement inexistantes), perd tout son mordant, pour devenir simplement un voisin un peu ronchon, mais qui a bon fond (le Grinch fait ses courses alimentaires en ville, comme tout le monde ; les Chous n'ont pas peur de lui et le saluent avec un grand sourire ; le Grinch se comporte à peu près gentiment avec son chien ou avec d'autres animaux ; la seule raison de sa haine envers Noël, c'est qu'il a passé un mauvais Noël durant son enfance à l'orphelinat...) : un adoucissement du personnage qui rend son revirement final assez artificiel et forcé, et le prive de tout impact émotionnel.

En même temps, le Grinch n'interagit qu'une poignée de scènes avec Cindy Lou, donc il ne fallait pas s'attendre à quelque chose de sincère ou d'émouvant.

Ajoutez à cela une illustration musicale frustrante, à base de chansons revisitées en mode hip-hop, de Danny Elfman en mode Elfman, et de chants de Noël étrangement religieux, un Pharrel Williams insipide dans la peau du narrateur, un Benedict Cumberbatch étrangement générique et transparent en Grinch, et des personnages secondaires inexistants et sous-développés, et l'on se retrouve vraiment avec une nouvelle adaptation assez inutile, qui n'apporte rien au récit original, et est systématiquement en dessous de la version Howard/Carrey.

2.5/6 (parce que l'aspect technique est compétent)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 09 - Noël, couronnes et pâtisseries (2018)

Publié le 8 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Critiques éclair, Noël, Review, Cinéma, Télévision, Yulefest, Romance, Comédie, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël, couronnes et pâtisseries (Christmas in Love - 2018) :

Lorsque Nick Carlington (Daniel Lissing), cadre et futur patron de l'entreprise, visite incognito la pâtisserie où Ellie Hartman (Brooke D'Orsay) et son équipe préparent artisanalement leurs fameux cookies Kringles de Noël, c'est un choc des cultures qui se produit entre la pâtissière créative n'osant pas se lancer à l'assaut de ses rêves, et l'industriel ambitieux, coincé et formaté, habitué à la modernité des grandes villes et des usines automatisées. Mais alors que Nick et Ellie se rapprochent, la jeune femme découvre que Carlington semble vouloir remplacer le personnel de la pâtisserie par des machines...

L'année dernière, Brooke D'Orsay m'avait agréablement surpris avec son Miss Noël plutôt décontracté et sympathique. Cette année, cependant, elle est coincée dans une comédie romantique Hallmark nettement plus balisée, pour ne pas dire clichée, avec sa sempiternelle opposition entre la vie rurale et la vie urbaine, entre l'illusoire "small-town America" où il fait bon vivre et partager des valeurs sincères avec des gens que l'on connaît depuis sa naissance, et la grande ville libérale sans foi ni loi, où seul l'argent règne en maître.

Ce postulat de départ très familier (Hallmark l'a déjà recyclé deux ou trois fois, avec de légères variations - cf Ma Petite Entreprise de Noël ou L'Héritage de Noël) motive peu, à vrai dire, d'autant que face à D'Orsay, on trouve Daniel Lissing, un habitué de Hallmark puisqu'il y est acteur récurrent de la série Le Coeur a ses raisons ; un Lissing assez peu charismatique, pas toujours ultra-naturel et qui n'est pas aidé par une écriture à la caractérisation assez aléatoire.

Son personnage, supposé représenter ainsi le cadre corporate, rigide et coincé, carriériste et ambitieux, est ainsi celui qui va inciter, tout au long du métrage, le personnage de D'Orsay à suivre ses rêves, à se laisser guider par son intuition, et à tout plaquer pour se lancer dans la vente de couronnes de Noël sur le web.

Soit. Pas ultra-logique, mais passons. Ajoutez à cela un script sans réelle tension narrative, une musique qui tente de donner un peu de fantaisie au métrage sans réellement y parvenir, et des personnages secondaires - l'ex de l'héroïne et sa meilleure copine - assez fades, et l'on se retrouve avec un métrage globalement insipide, qui ne passionne guère, et est immédiatement oublié.

2.25 + 0.25 pour Brooke d'Orsay, qui fait de son mieux et reste attachante = 2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 08 - Noël à Crystal Falls (2018)

Publié le 7 Décembre 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Christmas, Yulefest, Noël, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël à Crystal Falls (Christmas Joy - 2018) :

Cadre en marketing, ambitieuse et dévouée à son travail, Joy (Danielle Panabaker) est sur le point de décrocher une promotion lorsque sa tante se blesse, à l'approche des fêtes de Noël. Contrainte de quitter la grande ville où elle travaille pour aller aider sa tante dans la bourgade où elle est née et a grandi, Joy y retrouve Ben (Matt Long), pour qui elle a toujours eu un faible, et à ses côtés, la jeune femme va redécouvrir la magie de Noël, en participant à l'organisation d'un concours de pâtisserie local...

C'est amusant : généralement, j'apprécie les films de Noël débordant de neige et de lumières scintillantes, mais il y a un juste équilibre à atteindre, et occasionnellement, Hallmark en fait trop.

Là, c'est le cas : quasiment toutes les scènes en extérieur débordent de neige artificielle (et réelle ?), et quasiment toutes les scènes intérieures débordent de lumières de Noël, au point d'être auréolées d'un halo lumineux diffus émanant des guirlandes.

Pas forcément surprenant, tant le film ne se cache pas d'avoir été sponsorisé à droite et à gauche, notamment par Balsam Hill, vendeur de sapins artificiels et de décorations lumineuses.

Pas bien grave, cela dit, si cela participe de la féérie de Noël du récit. Ici, cependant, on est en terrain très balisé, et un peu trop générique : le couple principal est inoffensif et a une alchimie très discrète (pour ne pas dire faiblarde), la romance est en mode mineur, le récit est convenu, l'opposition ville/petite bourgade est encore là, bref... ce n'est pas nécessairement mauvais, mais c'est particulièrement peu marquant.

3/6 (en étant gentil)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 07 - La Surprise de Noël (2018)

Publié le 6 Décembre 2018 par Lurdo dans Critique éclair, Review, Cinéma, Christmas, Yulefest, Noël, Télévision, Comédie, Romance, Hallmark

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

La Surprise de Noël (Road To Christmas - 2018) :

Alors alors qu'elle prépare le direct spécial Noël de sa patronne, la présentatrice et cuisinière Julia Wise (Teryl Rothery), Maggie Baker (Jessy Schram), une productrice de Los Angeles, apprend qu'elle va devoir composer avec Danny (Chad Michael Murray), le fils de Julia, lui aussi producteur de télévision. Ensemble, le duo aux méthodes pourtant très différentes se rend dans le Vermont pour préparer le tournage de l'émission, et Maggie décide d'en profiter pour réunir Julia avec ses trois fils séparés. 

Une (relativement) bonne surprise pour ce téléfilm Hallmark qui, pourtant, à la base, ne semblait reposer que sur un jeu de mots répété à plusieurs reprises dans le métrage : réunir les trois "wise men", les trois hommes Wise (mais aussi, en anglais, les trois Rois Mages).

On a ainsi droit à une héroïne qui réunit trois frères adoptifs radicalement différents : Danny, donc, mais aussi un asiatique, et un gay vivant en couple avec son compagnon (et un Yorkshire). Un couple gay, chez Hallmark ! Il va neiger !

(certes, on reste dans le cliché du couple gay caricatural, mais bon, il y a tout de même du progrès ^^)

Et la quête de l'héroïne, rythmée par ses visites aux trois frères, s'avère ainsi relativement rythmée et dynamique, avec une petite animation numérique pour illustrer chaque déplacement, et les segments tournés à chaque arrêt.

Ajoutez à cela une distribution agréable (Jessy Schram a l'air un peu fatiguée, mais son couple avec CMM fonctionne bien ; Teryl Rothery est impeccable, comme toujours, et parvient même à susciter un peu d'émotion vers la fin ; les personnages secondaires ont assez de personnalité et sont suffisamment mémorables et divers pour ne pas être transparents - notamment la soeur de Maggie, interprétée par Marlie Collins, que l'on ne devrait pas tarder à revoir çà ou là), et une ambiance globalement décontractée, et voilà un téléfilm Hallmark qui, sans se démarquer forcément beaucoup du lot, s'avère agréable à suivre.

Dommage qu'il s'essouffle un peu dans sa dernière ligne droite.

3.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 > >>