Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #cinema catégorie

Christmas Yulefest 2013 - 21 - Jessie et le petit renne du Père Noël (1989) & Tonnerre, le petit renne du Père Noël (2001)

Publié le 17 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Noël, Christmas, Comédie, Jeunesse, Fantastique, Drame, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Jessie et le petit renne du Père Noël (Prancer) :

Une petite fille dont la famille est en difficultés découvre un renne blessé dans la forêt et, convaincue que c'est l'un des rennes du Père Noël, elle décide de le soigner...

Un film de Noël particulièrement déconcertant, puisque très sombre et déprimant, à la limite du pathos.

L'intention du scénariste était clairement de faire un parallèle avec la fameuse lettre "Yes, Virginia, there is a Santa Claus" (citée dans le film), et d'utiliser le récit pour décrire les liens difficiles entre un père et sa fille, tous deux séparés par le deuil... mais étrangement, le film finit par ressembler à la description de la dépression d'une fillette qui, totalement déconnectée de son frère moqueur et de son père caractériel, met tellement d'espoirs dans un renne blessé qu'elle finit par perdre tout contact avec la réalité, par prendre des risques insensés et par s'imaginer voir le renne s'envoler pour rejoindre son traîneau, alors que le renne s'est jeté au pied d'une falaise.

Le film n'est clairement pas supposé être interprêté ainsi, mais entre la musique atmosphérique et menaçante, l'esthétique réaliste et sombre, et tout le reste, ça donne une impression particulièrement étrange, qui ne donne pas envie de revoir le film une nouvelle fois. Cela dit, le tout est bien joué.

3/6

Tonnerre, le petit renne du Père Noël (Prancer II - Prancer Returns) :

Dans la même ville que le premier film, Charlie, un garçonnet un peu rêveur et naïf, issu d'une famille de divorcés, découvre l'histoire de Prancer, et finit par croiser le renne en question (et son fils) dans la forêt...

Même schéma narratif que le premier film, en nettement plus léger & plus ouvertement surnaturel, avec Jack Palance en lieu et place de Cloris Leachman.

C'est donc largement moins déprimant, mais malheureusement c'est d'autant plus redondant, préivisble, c'est plus axé sur la vie amoureuse de la mère de Charlie, ça a recours à une chanson pop sirupeuse, et ça utilise un animatronique peu convaincant pour certaines scènes.

3/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 20 - Maman, c'est le hold-up de Noël ! (2012) & Le Bonheur au Pied du Sapin (2013)

Publié le 16 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Noël, Christmas, Comédie, Jeunesse, Télévision, ABC Family, Hallmark, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Maman, c'est le hold-up de Noël ! (Home Alone 5 - The Holiday Heist) :

Trois cambrioleurs tentent de dérober un tableau inestimable se trouvant dans une vieille maison hantée du Maine, dans laquelle la famille Baxter vient d'emménager...

Une production ABC Family récente, avec Crabman de My Name Is Earl, Malcolm McDowell et Debi Mazar dans le rôle des criminels pas si méchants que ça (ils ne veulent qu'un tableau n'appartenant pas aux Baxter), et Jodelle Ferland dans celui de la grande soeur de Finn, le héros.

Un héros qui est un peu plus moderne et malin que ses prédécesseurs, mais une histoire qui met un temps fou à se mettre en place, et n'est jamais très intéressante, mêlant histoire de (faux) fantôme à tout le reste.

Gros bof, donc, mais c'est toujours moins détestable que le précédent volet.

2/6

Le Bonheur au Pied du Sapin (Fir Crazy) :

Après avoir grandi sur une exploitation de sapins de Noël, la businesswoman Elise fait tout pour éviter les fêtes. Mais lorsqu'elle perd son emploi et son petit ami, elle est contrainte de passer l'hiver à vendre des sapins dans la rue pour le compte de ses parents en difficulté financière...

Un téléfilm Hallmark malheureusement un peu trop premier degré et axé romance. D'autant plus dommage que Sarah Lancaster fait une héroïne assez sympathique... mais ça s'arrête là.

2.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 19 - Maman, je m'occupe des méchants ! (1997) & Maman, je suis seul contre tous ! (2002)

Publié le 15 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Christmas, Noël, Review, Comédie, Jeunesse, Télévision, ABC

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Maman, je m'occupe des méchants ! (Home Alone 3) :

Une puce électronique contenant les instructions de vol de missiles nord-coréens finit dans la télécommande d'une voiture électrique d'un jeune garçon, et quatre criminels internationaux tentent de la récupérer...

John Hughes continue à cachetonner, en pilotage semi-automatique avec ce troisième épisode mâtiné d'espionnage, dirigé de manière assez plate par Raja Gosnell.

Et comme en plus il y a un perroquet agaçant, un sbire de Zimmer à la musique, que les quatre criminels sont transparents et génériques au possible, et que ça ne se déroule même pas à Noël, ça devient rapidement un calvaire à regarder.

1.25/6 (pour Scarlett Johansson toute jeune) 

Maman, je suis seul contre tous ! (Home Alone 4) :

Rien ne va plus chez les McAllister : les parents divorcent, et Kevin passe Noël chez la future belle-mère richissime, qui doit accueillir à cette occasion une famille royale...

Que faire quand on a épuisé une franchise ? On la reboote avec une nouvelle distribution. Malheureusement.

Et quand on est ABC, on n'investit bien sûr pas un rond dans le projet : acteurs transparents et au rabais pour reprendre/corrompre les rôles du film original (Kevin est presque plus jeune que dans le Maman, j'ai raté l'avion original, et est ici un mioche insupportable ; le message anti-divorce est assez discutable : la belle-mère, qui n'a comme défaut que d'être riche, et de ne pas être la mère de famille, finit par être rejetée par tout le monde à la fin du film, d'une façon moralement abjecte), scénariste & réalisateur quelconques (l'abus de caméra portée donne un cachet affreusement télévisé au tout), musique faite au synthé Bontempi, etc.

On se retrouve donc devant un ersatz de la saga ciné, sans une once du charme de celle-ci, puisqu'on est plus dans Richie Rich contre les cambrioleurs que dans un Home Alone (d'ailleurs, Kevin n'est jamais seul à la maison, dans cet opus). Le seul bon point du métrage, au final, est la bonne idée d'avoir choisi French Stewart et Missi Pyle dans le rôle des cambrioleurs.

Au moins, eux sont sympathiques et mémorables, contrairement aux boulets du troisième épisode.

1/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 18 - Maman, j'ai raté l'avion ! (1990) & Maman, j'ai encore raté l'avion ! (1992)

Publié le 14 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Noël, Christmas, Comédie, Jeunesse

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Maman, j'ai raté l'avion ! (Home Alone) :

Kevin se retrouve seul à passer les fêtes de fin d'année à la maison lorsque sa famille l'y oublie avant de partir en voyage, et il doit lutter contre de menaçants cambrioleurs.

Ah, Maman, j'ai raté l'avion. Un classique. Mention spéciale à la musique de John Williams, comme toujours enchanteresse, au script de John Hughes, et à tous les personnages, mémorables malgré leur grand nombre.

5/6  

Maman, j'ai encore raté l'avion ! (Home Alone 2 - Lost In New York) :

On prend les mêmes, et on recommence, avec un Kevin perdu, comme le nom du film l'indique, à New-York.

Le problème de cette séquelle, même si elle joue avec/se moque un peu de son statut de suite-quasi-remake, c'est que ça fleure bon le pilotage automatique : John Hughes reprend exactement tous les passages obligés du premier métrage, et leur donne une vague couche de peinture (doit-on y voir un semblant de commentaire sur la répétitivité des traditions annuelles de Noël ?) ; John Williams est contraint de reprendre la majorité des thèmes et des orchestrations du film précédent, en les musclant un peu ; Chris Columbus filme tout sans passion, peinant à insuffler de l'énergie à la majorité de ses scènes de poursuite ou d'action, et reposant intégralement sur la musique pour dynamiser le tout...

Bref, à part Tim Curry et un Macauley plus à l'aise, ce Home Alone 2 s'avère une suite inutile si l'on a vu le premier épisode. Ce n'est pas désastreux, ça se regarde même très bien... mais ça reste un doublon répétitif et trop long pour son propre bien.

3/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 17 - Éloise, déluge au Plaza (2003) & Éloise fête Noël (2003)

Publié le 13 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Noël, Christmas, Comédie, Jeunesse, Disney

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Éloise, déluge au Plaza (Eloise At The Plaza) :

Fillette hyperactive de six ans vivant dans un hôtel de luxe avec sa gouvernante, Eloise tente, entre deux bétises, de trouver un Prince solitaire, et de décrocher une invitation à l'évènement mondain de l'année...

Une adaptation d'une série de livres pour enfants, qui n'a rien de Noël, mais que j'ai voulu voir avant d'attaquer l'épisode festif qui lui fait suite.

Assez dynamique, mignon tout plein, Julie Andrews fait son truc dans le rôle de la nounou, et la petite Sofia Vassilieva est adorable, et particulièrement juste.

Bon, cela dit, par moments, c'est presque too much dans son hyperactivité, mais bon, ce n'est pas bien grave. 

3.75/6

Éloise fête Noël (Eloise at Christmastime) :

La fille du propriétaire de l'hôtel d'Eloise revient pour se marier à Noël, ce qui provoque la jalousie du garçon d'étage épris d'elle : et forcément, Eloise décide de s'en mêler.

Tournée dans la continuité directe du film précédent, avec la même distribution, etc, c'est donc très logiquement une suite particulièrement fidèle : la jeune actrice qui interprète Eloise est toujours excellente, y compris dans les apartés directs au spectateur, la musique de Bruce Broughton est toujours réussie, et le tout est finalement très attachant.

Seul petit bémol qui empêche de mettre une meilleure note que le film précédent : un placement produit de Toys R Us qui fait un peu tache avec l'ambiance Fifties de tout le reste du film.

3.75/6 (et je m'amuse de lire les critiques négatives qui trouvent qu'Eloise est une peste détestable, alors qu'elle a toujours bon fond et un coeur énorme)

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 16 - Un Ticket Pour Deux (1987) & Un Fauteuil Pour Deux (1983)

Publié le 12 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Christmas, Noël, Comédie, Thanksgiving

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Planes, Trains & Automobiles (Un Ticket pour Deux) :

Un publicitaire stressé et coincé tente de rentrer chez lui à temps pour Thanksgiving, et se retrouve à voyager avec un vendeur bavard et optimiste...

Plutôt un film de Thanksgiving que de Noël, mais la différence est minime ; une comédie atypique, donc, puisque ce road movie comique assez sympathique, sans plus, possède la touche sentimentale typique de la plume habituelle de John Hughes lorsqu'il est motivé et inspiré par un projet personnel.

Autrement dit, on sourit pendant tout le film, on s'amuse gentiment, et à la fin, paf, le métrage parvient à trouver une vérité et une justesse émotionnelle qui te cueille à froid. Steve Martin & John Candy sont excellents.

4.75/6 - 0.5 pour la musique d'époque parfois un peu trop datée, et qui casse un peu l'impact de certaines scènes = 4.25/6. 

Trading Places (Un Fauteuil pour Deux) :

Pendant les fêtes de fin d'année, un trader et un magouilleur de rue deviennent malgré eux l'enjeu d'un pari, et se retrouvent chacun à la place sociale et le métier l'un de l'autre...

À nouveau, pas strictement un film de Noël, mais une satire mordante de John Landis qui se regarde sans difficulté à cette période de l'année. Eddie Murphy et Dan Akroyd assurent le spectacle, la musique de Bernstein est excellente, et c'est tout simplement une bonne comédie (peut-être cependant un peu longue).

4.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 15 - Richie Rich (1994) & Richie Rich : Meilleurs Voeux (1998)

Publié le 11 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Christmas, Noël, Comédie, Jeunesse, Fantastique

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Richie Rich :

Richie Rich est un enfant milliardaire, qui vit avec son majordome. Mais Richie Rich se sent seul, et tente de se trouver de nouveaux amis... et pour ne rien arranger, l'un des subordonnés de son père complote pour lui voler la compagnie familiale...

Un film qui n'a rien de festif, uniquement regardé pour combler une lacune dans ma vidéothèque personnelle, et pour pouvoir enchaîner avec la suite.

Et paradoxalement, je me suis alors aperçu que j'avais déjà vu le métrage, mais que je n'en gardais aucun souvenir. Ce qui n'est pas étonnant, puisque tout y est affreusement oubliable, depuis Macauley Culkin mono-expresssif et en pilotage automatique, jusqu'à l'histoire, jamais très intéressante, et la distribution assez transparente et daté.

Reste alors la musique d'un Silvestri en mode 80s/90s, qui met le film en image comme un Predator ou un Retour vers le Futur... si seulement.

2/6 (dont 1 pour le score) 

Richie Rich : Meilleurs Voeux (Richie Rich'$ Christmas Wish) :

Richie Rich nous rejoue It's A Wonderful Life/La Vie Est Belle, lorsqu'il fait le souhait de n'être jamais né, et qu'il découvre alors un monde où son absence a eu des conséquences assez dramatiques... 

Long-métrage sorti directement en vidéo, et dorénavant diffusé tous les ans à la télévision dans le cadre des fêtes de fin d'année, cette version pour enfants de La Vie Est Belle accumule pas mal de défauts : production tv oblige, le budget est minuscule, ce qui se traduit par des effets visuels particulièrement pauvres (sfx, fonds verts, neige artificielle, etc) ; le script est plutôt classique ; l'action et la réalisation sont peu inspirés ; la nounou robot semble sortie des Power Rangers... bref, au premier abord, c'est loin d'être bon, et c'est un DTV fauché de plus.

Sauf que, malgré une interprétation parfois volontairement outrée, la distribution est attachante (mention spéciale à la toute jeune Michelle Trachtenberg, alors déjà adorable, et au lead, cent fois plus juste et expressif que Macauley ne l'était), ce qui place déjà le film un cran au-dessus du premier opus cinématographique.

3/6 (en comparaison relative avec le premier, et toutes proportions gardées)

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 14 - Samantha : An American Girl Holiday (2004) & Blizzard : Le Renne Magique du Père Noël (2003)

Publié le 10 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Christmas, Noël, Comédie, Jeunesse, Fantastique

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Samantha - An American Girl Holiday :

Au début du XXe siècle, les aventures de Samantha, une fillette bourgeoise qui apprend à connaître la jeune servante du voisin, alors qu'approchent les fêtes de Noël...

La franchise des poupées American Girl est un classique nord-américain, et a donné naissance à d'innombrables téléfilms adaptés de ces poupées, narrant chacun la vie et le quotidien d'une fillette à une époque donnée.

Ici, l'ère Victorienne, pour un téléfilm bien sous tous rapports, et qui vaut principalement pour l'interprétation d'une partie de sa distribution, AnnaSophia Robb en tête.

À part ça, c'est gentillet, très inoffensif et didactique, et la partie "festive" n'intervient pas avant les dix dernières minutes, donc... c'est assez peu mémorable. Mais rien de honteux.

3.25/6

Blizzard :

Une fillette démoralisée par le déménagement de son meilleur ami écoute le récit que lui narre sa tante : l'histoire d'une jeune fille passionnée de patinage sur glace, au début du siècle, qui croise le chemin d'un renne magique du Père Noël, Blizzard, capable de voler, de se rendre invisible, et de se diriger avec son coeur.

C'est bien joué, bien mis en musique, superbe visuellement (les costumes et les décors naturels canadiens sont impeccables, les sfx honorables), et hormis Kevin Pollack hors-sujet dans son rôle de lutin acariâtre, la distribution est à la hauteur, mais à part ça, c'est... très médiocre.

Le récit, pour commencer, est un gros patchwork particulièrement décousu, dont il ne se dégage jamais vraiment une ambiance de Noël : l'histoire qui encadre le récit est inutile, et une distraction ; le récit passe beaucoup trop de temps à s'intéresser au patinage et à la jeune fille ; la partie "Père Noël" est assez terne et soporifique ; et les personnages sont assez moyennement écrits.

Ce n'est donc jamais vraiment prenant, jamais enthousiasmant, et on se contente de regarder le temps passer, tandis que LeVar Burton, le réalisateur, s'amuse à faire des plans maniérés de temps à autre. Et puis bon, les rennes qui parlent, c'est très rapidement... lassant.

2/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 13 - La Saison des Miracles (1999) & La Baby-sitter de Noël (2012)

Publié le 9 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Télévision, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Fantastique, Hallmark

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

La Saison des Miracles (A Season For Miracles) :

Une famille en cavale bénéficie de la magie de Noël, et de l'intervention d'un ange bienveillant, qui les aiguille vers une maison délaissée, dans la petite ville de Bethlehem, où elle prend l'identité de la fille d'une ancienne résidente.

Un vieux téléfilm Hallmark de la fin des années 1990, avec Carla Gugino dans le rôle de la tante SDF de deux enfants (dont Mae Whitman), Laura Dern dans celui de sa soeur toxicomane en centre de désintoxication, et Patty Duke en ange.

Gugino est forcément très attachante, les gamins sont justes, et toute la distribution secondaire est au diapason, dans un téléfilm plutôt rondement bien mené, et qui se regarde d'une traite.

Une bonne surprise, qui aurait peut-être gagné à être plus courte de 10 minutes.

4/6

La Baby-sitter de Noël (Help For The Holidays) :

Une jolie elfette, lasse de sa vie au Pôle Nord, reçoit la mission d'aider une famille de mortels à retrouver l'esprit de Noël, en se faisant passer pour leur nounou... et elle tombe amoureuse de l'oncle des enfants.

Bon, d'office, je dois l'avouer, Summer Glau est adorable en elfette. Voilà, c'est dit. Moi qui ne suis habituellement pas forcément fan de la demoiselle, et de son air naïf et déboussolé, j'ai trouvé qu'elle se prêtait parfaitement bien au rôle principal de ce téléfilm Hallmark.

Toute la distribution, à vrai dire, est très sympathique et juste, et même si le récit est relativement balisé, ça se suit très bien, et ça évite notamment de trop s'apesantir sur le côté romance. Une bonne surprise.

4.25/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 12 - Monsieur Popper et ses Pingouins (2011) & The Perfect Holiday (2007)

Publié le 8 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Noël, Christmas, Review, Comédie, Jeunesse, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Monsieur Popper et ses Pingouins (Mr. Popper's Penguins) :

Jim Carrey, Carla Gugino et des pingouins en image de synthèse.

Pas vraiment un film de Noël, mais peu importe : une comédie familiale gentillette et assez basique, débordant d'images de synthèse, et qui ne vaut principalement que pour sa distribution, Carrey en tête (et ce même si ce dernier est un peu en pilotage automatique avec ce rôle). M'enfin ça se regarde tranquillement.

3.25/6

The Perfect Holiday :

Une divorcée aux trois enfants trouve l'amour dans les bras du Père Noël du centre commercial voisin... un Père Noël qui s'avère être aussi le nouveau compositeur de son ex-mari, un roi du r'n'b égocentrique.

Une comédie romantique festive afro-américaine qui ne casse pas trois pattes à un canard, particulièrement convenue et sans le moindre acteur blanc, comme dans tout un certain pan du cinéma black US.

Cela dit, on pourrait remplacer toute la distribution par leurs homologues caucasiens ou asiatiques, et à part un cliché ou deux, il n'y aurait aucune différence dans le produit fini, tant il est consensuel et fade.

Bref, pas grand chose à dire, c'est assez insipide dans le genre, malgré le générique façon "dessin animé rigolo" et le cast sympathique.

À part ça, le tout est encadré par des moments assez agaçants, avec Queen Latifah et Terrence Howard qui cachetonnent dans le rôle d'anges gardiens.

2/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 11 - Le Plus Beau Cadeau du Monde (1991)

Publié le 7 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Fantastique, Télévision

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Le Plus Beau Cadeau du Monde (All I Want For Christmas) :

Un frère et une soeur font le souhait, pour Noël, que leurs parents divorcés se remettent ensemble...

Aouch.

Il y a beau y avoir Thora Birch, Lauren Bacall et Leslie Nielsen en Santa Claus, ce film est un vrai calvaire. Non seulement le script hésite entre comédie romantique, film familial, et platitudes sentimentales terre à terre, mais en plus il se traîne lamentablement, et est par conséquent assez soporifique.

Sans oublier le cadre (une famille de yuppies new-yorkais aisés vivant dans un manoir de yuppies aisés, avec des problèmes de yuppies aisés, et des gamins de douze ans qui discutent des oeuvres de Jackson Pollack, etc), qui ne pardonne pas, et n'aide pas du tout à s'attacher aux personnages.

Donc entre l'écriture laborieuse, la mise en images et en musique très quelconque, l'interprétation inégale, et l'univers agaçant du film et de ses personnages...

1/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 10 - L'Ange de Noël (2011)

Publié le 6 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Christmas, Noël, Comédie, Romance, Télévision, Hallmark, Fantastique

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

L'Ange de Noël (Christmas Magic) :

Carrie Bishop (Lindy Booth), businesswoman à la carrière florissante, subit un accident mortel de voiture, et devient un ange gardien, qui doit aider un père célibataire restaurateur (Paul McGillion) à retrouver goût à la vie, à sauver son établissement, et à retrouver le bonheur aux côtés de sa petite fille (Kiara Glasco)...

Un téléfilm Hallmark balisé et sans grand intérêt, puisque très prévisible et marchant dans la droite lignée des Anges du Bonheur.

Néanmoins, Lindy Booth est comme toujours très attachante (même si sa romance avec McGillion n'est pas particulièrement crédible), Derek McGrath n'est pas désagréable en ange superviseur, et Kiara Glasco est naturelle et juste de bout en bout (tout autant que dans la série Copper, d'ailleurs).

Bref, ce n'est ni mauvais ni bon, mais ça ronronne énormément.

2.25/6 (critique mise à jour en 12/2015)

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 09 - Le Village de Noël (2010)

Publié le 5 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Christmas, Noël, Comédie, Romance, Télévision, Hallmark, Jeunesse

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Le Village de Noël (The Town Christmas Forgot) :

Une famille citadine tombe en panne en pleine montagne, et se réfugie dans une petite ville perdue et ruinée où la magie de Noël finit par faire ses oeuvres...

Ça dégouline de bons sentiments, c'est parfois mal post-synchronisé, et pas forcément toujours bien écrit, mais étrangement ce téléfilm Hallmark fonctionne tranquillement, et a bon fond.

3.25/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 08 - Une Rencontre pour Noël (2013)

Publié le 4 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Romance, Télévision, Hallmark, Noël, Christmas

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Une Rencontre pour Noël (The Christmas Ornament) :

Une jeune veuve déprimée refuse de fêter Noël, jusqu'à ce qu'elle retrouve goût aux fêtes de fin d'année et à l'amour dans les bras d'un vendeur de sapins et de décorations séduisant.

Jewel Staite, adorable dans le rôle de la meilleure copine impertinente, est un personnage nettement plus intéressant et attachant que Kellie Martin, avec sa tête de cocker dépressif.

Malheureusement, Staite fait de la quasi-figuration dans ce téléfilm Hallmark, pendant que tout tourne autour de la romance insipide de l'héroïne avec son beau pas très charismatique.

Gros gros bof.

4/6 pour Jewel, -2.5 pour le reste = 1.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 07 - Si Noël m'était conté (2013)

Publié le 3 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Christmas, Noël, Comédie, Romance, Télévision, Lifetime

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Si Noël m'était conté (The Twelve Trees Of Christmas) :

Lorsqu'un entrepreneur (Robin Dunne) veut raser la bibliothèque possédée par sa famille, une jolie bibliothécaire (Lindy Booth) décide d'organiser un concours d'arbres de Noël caritatif afin de motiver sa communauté, et de tenter de sauver le bâtiment...

Lindy Booth, toujours très attachante, dans un récit qui a très bon fond (mettre en valeur l'importance de la lecture et des bibliothèques dans notre monde moderne, comme un lieu de rencontre et d'épanouissement culturel), et qui a la bonne idée de ne pas se concentrer uniquement sur son couple principal, en développement des intrigues secondaires entre les autres compétiteurs du concours.

Seul problème, tout est particulièrement cousu de fil blanc, de bout en bout, Scary Spice fait une méchante très caricaturale, et le propos du film est asséné avec la subtilité d'un tractopelle, la faute à une écriture maladroite et un peu trop didactique.

Autrement dit, on s'ennuie gentiment pendant que le scénario déroule ses figures imposées, et on attend que ce téléfilm Lifetime avance enfin un peu.

2.5/6 (critique mise à jour en 12/2015)

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 06 - All Is Bright (2013)

Publié le 2 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Noël, Christmas, Comédie, Drame

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

All Is Bright :

Une dramédie noire et dépressive sur deux québécois, Dennis et René, criminels à la petite semaine, qui se retrouvent à collaborer aux alentours de Noël pour vendre des sapins, gagner un peu d'argent et offrir un cadeau à la fille de Dennis..

Bien interprété (forcément) par Paul Rudd et Paul Giamatti, mais le scénario manque de structure et de rythme, ce qui crée un récit assez ronronnant et qui s'éparpille. Dommage, même si la charge émotionnelle fonctionne sur la fin.

3.25/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 05 - Les Pendules de Noël (2013)

Publié le 1 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Télévision, Hallmark, Review

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Les Pendules de Noël (A Very Merry Mix-Up) :

Une jeune femme prend l'avion pour faire la connaissance de sa future belle-famille raffinée pour Noël, mais elle s'aperçoit bien vite qu'elle s'est trompée d'adresse, et que la famille l'ayant accueillie, particulièrement terre-à-terre, chaleureuse et festive, est de plus en plus attachante.

Une rom-com Hallmark basique, portée à bout de bras par Alicia Witt et son jeu (sur)expressif. Gentillet, inoffensif, mais très prévisible.

3/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 04 - Il faut croire au Père Noël (2010)

Publié le 30 Novembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Noël, Christmas, Comédie, Fantastique, Télévision, Hallmark

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Il faut croire au Père Noël (Cancel Christmas) :

Sous peine de se faire renvoyer de son job de Santa Claus, le Père Noël doit rendre l'esprit de Noël et la générosité à des garçons insupportables, en intégrant leur école privée en tant qu'homme de ménage...

Quand un téléfilm Hallmark commence par un texte résumant ce que le film passe ensuite cinq minutes à réexpliquer, on peut tout de suite s'inquiéter de la qualité de l'écriture. Et quand en plus Judd Nelson et son sbire commencent par cabotiner, en pilotage automatique, forcément, on craint le pire. Heureusement, ça se calme très rapidement, pour retrouver un ton plus classique et gentillet, sans toutefois verser dans la mièvrerie. Au final, ça se regarde tranquillement, et ça s'avère même assez sympathique, avec son Santa un peu sarcastique.

3.5/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 03 - Voisin contre Voisin (2006)

Publié le 29 Novembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Noël, Christmas, Comédie

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Voisin contre Voisin (Deck The Halls) :

La guerre des lumières de Noël entre deux voisins, interprétés par Matthew Broderick et Danny DeVito.

Un film que j'avais déjà vu de par le passé, et sur lequel mon avis ne change guère : la distribution est sympathique, et ça se regarde sans problèmes, mais ça n'est pas forcément passionnant, et ça n'a pas nécessairement grande originalité.

Sans compter une certaine tendance au consumérisme et au gaspillage typiquement américaine, ce qui finit par coincer un peu...

3/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 02 - Beau-Père Noël (2012)

Publié le 28 Novembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Lifetime, Télévision, Fantastique

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Beau-Père Noël (Merry in-Laws) :

Une scientifique, fille de deux parents psycho-rigides, découvre les beaux-parents excentriques de son époux instituteur... qui s'avère être le fils de Santa Claus et de Mme Claus.

Une comédie romantique Lifetime pas désagréable, avec une distribution sympathique qui surjoue gentiment, et un récit qui perd nettement de son énergie à mi-parcours.

2.25/6

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 01 - Un Noël Sans Fin (2013)

Publié le 24 Novembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Noël, Christmas, Comédie, Fantastique, Romance, Télévision

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

Un Noël Sans Fin (Pete's Christmas) :

Un ado revit sans cesse le jour de Noël, et tente de sauver la catastrophique journée de sa famille avec l'aide de sa voisine/petite amie potentielle.

Moui, moui, moui... un Groundhog Day téléfilmesque assez bizarre, puisqu'à contrario des autres GD-like de ce genre, ici, le lead n'est pas un arrogant imbécile qui doit apprendre une leçon de vie, mais un ado normal qui est le souffre-douleur de tous les membres de sa famille, plutôt stupides et égocentriques.

Et pourtant, c'est à lui de résoudre tous leurs problèmes, de sauver Noël, et de découvrir le vrai sens des fêtes de fin d'année... Huh. Assez mal rythmé, idéologiquement loin d'être convaincant, bref, gros bof, malgré quelques acteurs sympathiques (qui surjouent souvent).

1.5/6

commentaires

Halloween Novembrrrfest 2013 - 31 - Frankenweenie, The Rental : 4 Dead Girls, The Raven & Crystal Lake Memories

Publié le 17 Novembre 2013 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Animation, Jeunesse, Documentaire, USA, Thriller

Halloween est arrivé, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant tout le mois d'Octobre, et la première quinzaine de Novembre...

Frankenweenie :

Le chien de Victor trouve la mort, et ce dernier décide de le ramener à la vie...

Remake (en version long-métrage) d'un des premiers courts de Burton, ce Frankenweenie s'avère une version étendue assez réussie et mignonne tout plein, avec de nombreuses références, et un côté "classique" dans le meilleur sens du terme.

4.25/6

The Rental : 4 Dead Girls - The Soul Taker :

Quatre filles - "la salope", "le couple de lesbiennes fidèles-mais-pas-trop" et "la prude vierge" - emménagent dans un appartement au loyer particulièrement bon marché, et au propriétaire étrange...

Un film d'horreur fauché, écrit et réalisé par l'interprète du propriétaire, qui enchaîne les clichés, les scènes de sexe, n'est jamais particulièrement drôle ou horrifique, assène des discussions pataudes sur la fidélité/la virginité/le sexe/la morale et fleure bon le vanity project à la The Room.

0.25/6

The Raven :

Edgar Allan Poe enquête sur les crimes d'un tueur en série mystérieux et insaisissable, qui sévit à Baltimore et tue selon les récits de l'auteur...

Un film terne, maniéré, et finalement immédiatement oubliable, sans le moindre frisson ou suspense, avec des effets numériques hideux, et des acteurs qui cabotinent (Poe/Cusack est particulièrement agaçant).En plus, c'est trop long.

1.75/6

Crystal Lake Memories - The Complete History of Friday The 13th :

Un documentaire fleuve sur la saga de Jason Voorhees, qui s'étend sur plus de sept heures de métrage couvrant tous les films de la saga. Réalisé par la même équipe que Never Sleep Again et More Brains! A Return To The Living Dead, on a donc droit à une rétrospective approfondie et détaillée de tous les films de la série, y compris sa déclinaison tv, et son reboot. Un travail de titan, tout simplement passionnant.  

4.75/6

commentaires

Halloween Novembrrrfest 2013 - 30 - TerrorVision, Chillerama, Chilling Visions : 5 Senses of Fear & The ABCs of Death

Publié le 16 Novembre 2013 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Anthologie, UK, USA

Halloween est arrivé, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant tout le mois d'Octobre, et la première quinzaine de Novembre...

Terrorvision :

L'installation d'une antenne satellite sur le toit de la famille Putterman, provoque l'arrivée d'une créature extraterrestre monstrueuse bien décidée à décimer la famille, et à conquérir la Terre...

Comédie horrifique typique des 80s, particulièrement cheesy et fauchée, mais étrangement sympathique, probablement parce que tout le monde à l'écran surjoue à gogo, semble avoir conscience du nawak surréaliste généralisé, et que le film s'obstine à ne pas être politiquement correct, avec son ambiance et sa fin... particulières.

2.25/6 

Chillerama :

Anthologie d'horreur en quatre segments couvrant chacun une époque du film d'horreur classique (1940s/50s/60s/70s), le tout sous la supervision d'Adam Rifkin, des Chiodo Brothers, d'Adam Green et de Joe Lynch, et encadré par la trame de fond d'un drive-in diffusant les quatre segments.

- Wadzilla, par Adam Rifkin & les Chiodo bros. Un kaiju-movie sur un spermatozoïde géant qui terrorise une ville. Le rendu 50s est très réussi, ça évite de trop sombrer dans le graveleux malgré le sujet, et ça reste amusant à regarder, notamment grâce aux acteurs et au second degré ambiant. 3.5/6

- I was a teenage were-bear, de Tim Sullivan. Une parodie musicale de 60s beach movie, avec des gays qui se transforment en "bears" poilus et virils. Ça flamboie, ce n'est pas drôle, et la musique est médiocre. 1.25/6

- Diary of Ann Frankenstein, par Adam Green. 40s movie en noir et blanc, sur un Hitler qui parle du faux allemand dans une bouffonnerie peu intéressante et fauchée, qui voudrait ressembler à du Mel Brooks mais tombe à plat, avec un humour juif bas de plafond et cliché. 1.25/6

- Deathication, un faux trailer présenté par son réal, dont tout le concept est de l'humour scato à la mode 70s disco-funk. Très logiquement, c'est à chier. 0/6

- Zom-B Movie, de Joe Lynch.  Un mec déterre le cadavre de son épouse, se fait dévorer le pénis par celle-ci, avant de rejoindre le drive-in local pour projeter les films de la soirée, et déclencher malgré lui une invasion de zombies fornicateurs. Du faux noir et blanc d'assez mauvais goût, avec du sang bleu fluo, qui se transforme ensuite en zombie movie 80s assez laborieux, longuet, et particulièrement graveleux et vulgaire. 1/6

Bref, un gros échec que cette anthologie quasi-constamment vulgaire et graveleuse, et qui confond provocation avec grossièreté et mauvais goût. Il n'y a que Rifkin qui surnage. 1/6

Chilling Visions - 5 Senses of Fear :

Anthologie horrifique composée de cinq segments distincts, aux réalisateurs et protagonistes différents, mais vagement liés par un semblant de fil rouge (une corporation étrange que l'on découvre dans le segment #4, mais qui n'a aucune incidence sur tout le reste).

- Smell : Un glandeur reçoit la visite d'une vendeuse étrange qui lui offre un parfum décuplant ses phéromones, et le rendant irrésistible... non sans conséquences. Quelconque, prévisible et plus parodique qu'autre chose. 2/6

- See : Un ophtalmologue profite de son cabinet pour aspirer le liquide oculaire de ses patients et se l'injecter, afin de voir le monde par leurs yeux. Lorsqu'une jolie fille s'avère battue par son compagnon, le Doc décide de la venger. Mouais, guère plus mémorable ou original que le précédent segment, et assez cheap dans ses visions de cauchemar. 2/6

- Touch : Une famille a un accident de voiture en pleine forêt, et le jeune fils aveugle doit aller chercher du secours, mais tombe nez à nez avec un tueur qui déteste être touché. Un segment baclé et bouclé avant même qu'il n'ait eu le temps de vraiment s'établir, et qui ne convainc pas du tout, faute de la moindre tension. 1.25/6

- Taste : Un hacker est recruté par une entreprise pour effectuer une tâche mystérieuse, mais lorsqu'il refuse... Euh, okay. Un truc inabouti, qui repose uniquement sur une idée minimaliste, et qui prend son temps pour y arriver. Je ne retiens que la brève apparition de l'ex-Rosita de la TNA dans un petit rôle de secrétaire. 1.25/6

- Listen : Un found footage sur un groupe de chercheurs qui enquêtent sur une chanson aux effets secondaires mortels. La suite indirecte du précédent, plus gore et potentiellement intéressant que le reste du film, à défaut d'être particulièrement original ou imprévisible... mais malheureusement, la réalisation et les effets visuels "found footage" rendent le tout rapidement fatiguant. 2/6  

Bref, un film qui ne dépasse pas les 2/6 au total, et une belle occasion ratée.

The ABCS of Death :

Anthologie horrifique américaine & internationale, composée de 26 courts-métrages sur le thème de la mort, pour les 26 lettres de l'alphabet. Et qui dit 26 courts en moins de deux heures, dit des courts-métrages de 4 minutes 30 chrono. C'est peu. Et c'est ambitieux. Malheureusement, les ambitions du films dépassent largement le résultat final, qui s'avère beaucoup beaucoup trop inégal et médiocre pour convaincre. En version abrégée, je ne vais donner que les notes :

- A = De l'humour noir ibérique inoffensif. 2.75/6

- B = Une fausse légende mexicaine assez quelconque. 2.5/6

- C = Un court chilien qui refait Timecrimes, bourré d'ellipses agaçantes. 2/6

- D = Un homme contre un chien dans un fight club. Techniquement réussi, même si trop de ralentis. 4/6

- E = Un homme vs une araignée, du point de vue des araignées. Prévisible, maladroit et peu intéressant. 1/6

- F = Un truc japonais parodique et de mauvais goût à base de pets et d'écolières lesbiennes. WTF/6

- G = Une réalisation en vue subjective pour un mec qui prend la mer sur sa planche et se noie. 0.5/6

- H = Un énorme WTF cartoonesque et furry avec un chien anglais pilote et une renarde nazie. 4/6

- I = L'agonie, dans sa baignoire, de la victime empoisonnée d'un tueur. Pas très intéressant. 1.25/6

- J = Encore de l'humour japonais. Qui tombe mortellement à plat. 1/6 

- K = Un court animé sur une fille aux chiottes, et sa crotte récalcitrante. Du Mr Bean scato. 0/6 

- L = Des captifs doivent s'affronter en duel de masturbation, sous peine de mort. Gratuit et assez inutile, mais au moins ça parvient à être glauque et dérangeant. 2/6

- M = Redite en live action de la lettre K, mais avec un foetus en lieu et place de la crotte. Court et paresseux. 1/6 

- N = Un jeune couple, un perroquet qui répête tout ce que son maître dit. De la comédie classique et éculée. 1.5/6 

- O = Un court ultra-stylisé sur l'orgasme. Mouais, visuellement joli mais assez convenu. 2.5/6

- P = Muet et longuet, surtout pour en arriver là. 2/6

- Q = L'équipe responsable de ce segment cherche une idée, et décide de tuer un canard. Amusant, sans plus. 2.5/6

- R = Je suppose que c'est une métaphore surprenante et saignante sur le cinéma, son exploitation, etc... mais c'est un peu trop vague, tout ça. 3/6

- S = Du pseudo-Grindhouse mal joué. 2/6                 

- T = Un court-métrage en stop-motion sur des toilettes monstrueuses. Gentillet malgré le gore en pâte à modeler, et prévisible. 2.5/6

- U = Une histoire de vampire en vue subjective/caméra fish-eye. 2/6

- V = Un pitch de sci-fi ambitieux, qui parvient à exister en quelques minutes à peine. 4.5/6

- W = Un mélange de tout et de rien, pour aboutir à un "W pour WTF". Pas convaincant. 1/6

- X = Un frenchie à la barre, pour une histoire parisienne de femme constamment moquée pour son surpoids, et qui décide de s'opérer seule dans sa salle de bains. Particulièrement gore et bourrin. 3.5/6

- Y = Un pédophile tué par un "cerf vengeur". Esthétique 80s particulièrement bizarre, et résultat inégal. 2.5/6

- Z = Du hentai live, bordélique et nawak. Meh. 2/6

Au final, une anthologie à 2/6. C'est loin d'être brillant, donc...

commentaires

Halloween Novembrrrfest 2013 - 29 - We Are What We Are, Big Ass Spider !, Hellbenders & Jug Face

Publié le 15 Novembre 2013 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Comédie, Thriller, Drame

Halloween est arrivé, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant tout le mois d'Octobre, et la première quinzaine de Novembre...

We Are What We Are :

Une famille d'extrémistes religieux cannibales voit son quotidien bouleversé lorsque la mère de famille décède en public, et que les autorités s'intéressent de trop près au clan, qui se cherche une nouvelle victime...

Remake du film mexicain du même nom par le réalisateur/scénariste de Stakeland et Mulberry Street, un métrage très lent et contemplatif, qui n'est qu'une demi-réussite. Le traitement du cannibalisme, de l'unité familial, de la maladie, etc, est intéressant, mais un peu plombé par le rythme, et par la fin bourrine qui tranche (volontairement) assez radicalement avec le reste. Demi-succès, donc.

3.25/6

Big Ass Spider ! :

Une araignée géante dévaste Los Angeles, tandis qu'un exterminateur et un agent de sécurité incapables tentent d'arrêter la créature...

Réalisé par Mike Mendez (de manière générale un réalisateur assez déconneur et volontairement nawak), avec Greg Grunberg dans le rôle principal, Clare Kramer et Ray Wise en officiers de l'armée US.

Là, malheureusement, ça lorgne beaucoup trop vers le monster movie à la Syfy : comprendre qu'à part l'arrogance de Grunberg et sa drague éhontée, le tout se prend un peu trop au sérieux pour son propre bien, manque du délire habituel des films de Mendez, et est parfois inégal au niveau sfx numériques.

Quelques brefs effets gores sont réussis, cela dit, et sur la fin ça se décoince un peu (le suppositoire pour araignée géante ^^).

3/6

Hellbenders :

Une bande de prêtres débauchés forment un commando d'exorcistes d'élite, qui commettent tous les péchés capitaux afin de pouvoir capturer et attirer les pires démons de l'enfer... mais bientôt, les choses se compliquent.

Une comédie horrifique adaptée d'un comic-book par son créateur, ce film tombe très nettement à plat, malgré sa distribution sympatoche, Clancy Brown en tête.

Ça essaie beaucoup trop d'être drôle, provocant, mordant et politiquement incorrect, mais au final, ça reste trop bordélique, fauché, et redondant pour convaincre.

2.25/6

Jug Face :

Une communauté reculée organise sa vie autour d'un puits étrange, où vit une créature indicible. Une des jeunes femmes du village, enceinte de son frère, tente de s'échapper avant d'être sacrifiée à l'entité... 

Un premier film assez réussi, à l'ambiance pesante, tendue, et à l'univers très particulier ; s'il n'est pas toujours parfait (la représentation des visions et des esprits est parfois un peu too much), le métrage parvient néanmoins à maintenir l'intérêt du spectateur de bout en bout, notamment grâce à son interprétation convaincante.

4/6

commentaires

Halloween Novembrrrfest 2013 - 28 - Red Clover, House at the End of the Street, The People under the Stairs & Cast A Deadly Spell

Publié le 14 Novembre 2013 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Télévision, SyFy, Comédie, Romance, Lovecraft

Halloween est arrivé, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant tout le mois d'Octobre, et la première quinzaine de Novembre...

Red Clover :

Après avoir amené un Leprechaun captif d'Irlande, les habitants d'une petite ville du Massachusetts exploitent sa chance pour faire fortune, jusqu'à rendre la créature folle de rage. Des siècles plus tard, une jeune femme rousse cueille un trèfle rouge, libérant ainsi le monstre, qui commence à tuer tous les autochtones...

Une production Syfy un peu atypique (du réalisateur de Sharknado/scénariste de Scream of the Banshee) puisque bien qu'étant un film d'horreur assez basique et sérieux, le métrage conserve un second degré assumé et décomplexé, assuré, outre les dialogues et des références méta, par un Billy Zane qui cabotine comme ce n'est pas permis, faisant basculer ses scènes dans la parodie (grosse grosse barre de rire durant sa grande scène dramatique, quand il explique au bord des larmes qu'il a perdu sa femme dans la foule, durant l'ouverture des soldes, et que cette tragédie le hante depuis tout ce temps....)

Bref, c'est regardable pour ce que c'est, malgré le sang numérique foireux.

Un petit 3/6 (sur l'échelle des téléfilms Syfy).

House at the End of the Street :

Une jeune femme et sa mère emménagent dans une nouvelle maison, juste à côté d'une demeure abandonnée où a eu lieu un double homicide, mais qui, étrangement, semble encore occupée...

Jennifer Lawrence s'efforce de faire de son mieux, mais le film se traîne lamentablement (une heure de romance insipide et mal montée) et échoue à proposer un semblant de suspense ou de mystère. Raté.

1.5/6

The People Under the Stairs :

Un gamin du ghetto et deux cambrioleurs s'introduisent dans la maison de riches propriétaires, et découvrent que ceux-ci sont un frère et une soeur incestueux, qui enlèvent et maltraitent de nombreux enfants...

Un film étrange, et pas très convaincant, à mi-chemin entre le film d'horreur, le film pour enfants et la comédie slapstick, pour un mélange qui ne prend pas vraiment.

3/6

Cast A Deadly Spell :

Dans un Los Angeles magique de la fin des années 40, le Détective HP Lovecraft - farouchement opposé à l'usage de la magie - est chargé de retrouver le Necronomicon, et met les pieds dans une affaire qui le dépasse...

Une distribution convaincante, un univers qui fourmille de détails, des effets assez réussis, bref, c'est un téléfilm très sympathique que ce Cast A Deadly Spell, malgré les limites du format.

4/6

commentaires
<< < 100 110 120 121 122 123 > >>