Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Articles avec #cinema catégorie

Un film, un jour (ou presque) #116 : Avengers 2 - L'Ère d'Ultron (2015)

Publié le 26 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Action, Aventure, Fantastique, Science-Fiction, Marvel, MCU

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Avengers 2 - L'Ère d'Ultron (Avengers 2 - Age of Ultron) :

Lorsque Tony Stark (Robert Downey Jr.) et Bruce Banner (Mark Ruffalo) lancent prématurément un programme de défense planétaire globale à l'intelligence artificielle nommé Ultron (James Spader), celui-ci prend vie et devient une menace indépendante décidée à éradiquer la race humaine. Aux Avengers de se réunir et d'empêcher le pire de se produire, avec l'aide inattendue de deux humains aux pouvoirs improbables, Pietro (Aaron Taylor-Johnson) et Wanda Maximoff (Elizabeth Olsen)...

Dans ses interviews promotionnelles pour le film, un Whedon épuisé expliquait que Age of Ultron avait failli le tuer, que le film lui avait un peu échappé, et que c'était un combat de chaque instant, tant contre Marvel que contre ses instincts, et contre le film en lui-même. Un Age of Ultron qui, dans son premier montage, faisait donc 3h30, et a été remonté pour donner, au final, un long-métrage de 2h20.

On a donc perdu plus d'une heure de film... et ça se sent. Car si les 2h20 finales fonctionnent très bien, étant nettement mieux rythmées que le film original, elles sont aussi affreusement brouillonnes et bordéliques, avec des coupes franches & ellipses flagrantes qui sont très dommageables au récit (la vision quest de Thor, Ultron qui se refait une nouvelle peau sortie de nulle part hors-champ après son évasion).

Le film, à vrai dire, correspond presque à la définition d'un film "touche à tout, mais bon à rien". Non pas qu'il soit mauvais, mais il tente de réussir tant de choses à la fois qu'au final, il ne parvient qu'à être acceptable dans toutes les catégories.

C'est ainsi un film qui tente de mettre en place de nouvelles relations entre les membres actuels, de développer les membres existants n'ayant pas droit à leurs films, de créer de nouveaux héros, de lancer des pistes pour le prochain Captain America et pour le prochain Avengers, tout en établissant un nouveau super-méchant, et un autre méchant secondaire pour le film Black Panther.

Le problème étant que toutes ces intrigues se parasitent entre elles, et finissent par affaiblir le tout, Ultron (déjà pas aidé par des dialogues manquant de direction, et par un chara design assez déplorable, avec bouche "à la Optimus Prime", qui casse totalement la plausibilité d'un robot parlant) finissant par n'être qu'un élément de plus, une roue dans la machine Avengers, jamais particulièrement impressionnant ou menaçant.

Après, le métrage reste dans la droite lignée du premier film, avec une combinaison de réussites et d'échecs, tant sur le plan créatif que sur le plan technique.

- l'humour whédonien fonctionne, mais manque parfois de désamorcer des scènes importantes ;

- la réalisation est assez quelconque, avec un abus de plans bancals (en plongée/contre-plongée tordues, en dutch angles, etc) et peu efficaces ;

- le montage est un peu cache-misère durant certains moments d'action (en 2D, certains affrontements se résument à des silhouettes difficilement lisibles qui s'affrontent vaguement en gros plan ; je n'ose imaginer en 3D) ;

- Whedon est toujours très attaché à ses personnages et à l'univers Marvel, jusqu'à l'overdose de références. Néanmoins, les personnages existent, cohabitent, sont crédibles, et les acteurs leur donnent désormais vie avec une certaine aisance et décontraction qui fait plaisir à voir ;

- Le cliché whédonien agaçant de la "mort gratuite d'un personnage secondaire pour réaffirmer la gravité de la situation" est malheureusement présent ;

- les choix esthétiques restent très très aléatoires et/ou discutables : l'uniforme actuel de Cap est excellent (contrairement au pyjama du premier Avengers), la tenue de Thor après le premier affrontement, idem ; Ultron est donc particulièrement moche ; les jumeaux ont des looks assez quelconques ; et la Vision manque étrangement de carrure et de présence (pas aidée par un temps de présence à l'écran somme toute limité) ;

- Les effets numériques sont inégaux : autant le design de Hulk est impeccable et ressemble à Ruffalo, avec une animation très réussie niveau émotions, autant son intégration dans certaines scènes - surtout la scène d'ouverture - est simplement ratée ; d'ailleurs, c'est toute la scène d'ouverture qui est forcée, et pas au point, niveau SFX) ;

- Plutôt que de laisser Brian Tyler faire son truc à la musique, et reprendre allègrement ses thèmes et ceux de Silvestri, on lui a demandé de travailler avec Danny Elfman : le résultat est bâtard, assez homogène stylistiquement, mais jamais passionnant, et se refusant systématiquement à utiliser pleinement les thèmes établis, au profit de quelques notes ici ou là.

- L'écriture globale est donc un peu éparpillée et maladroite, avec par exemple des scènes intimistes et du développement de personnages insérés au forceps dans le récit, et une narration qui peine à véritablement donner du poids réel à Ultron. Peut-être est-ce dû au fait que le script se consacre beaucoup au sauvetage de civils (ce qui est une bonne chose), au point de faire des robots d'Ultron des tas de ferraille facilement destructibles et faciles à battre.

À noter aussi, un étrange paradoxe : en s'efforçant de placer un maximum de caméos des personnages secondaires de l'univers (Falcon, Rhodes, Selvig, Agent Carter, Heimdall...), Whedon ne fait que souligner l'absence bizarre des autres personnages, que ce soit ceux au salaire plus important (Portman, Paltrow) ou ceux dont la présence aurait été abordable et amusante (Kat Dennings aurait pu être là durant la soirée, par exemple, mais je pense surtout à toute la team Coulson d'Agents of Shield, qui n'a définitivement aucune importance dans le MCU).

Bref... c'était sympathique à regarder et spectaculaire, bien que bourré de défauts et un peu en roue libre dans sa narration boursouflée. La note remontra peut-être un peu lorsque je le reverrai, en VO cette fois-ci (et espérons-le avec des scènes en plus)... mais si ça fait comme le premier opus, les défauts du métrage risquent de ressortir encore plus à la seconde vision, donc... on verra bien.

3.5/6

 

Mise à jour du 18/01/2017 :

Après avoir revu le métrage, les défauts de celui-ci sautent encore plus aux yeux (bon nombre ayant déjà été mentionnés plus haut) : début bordélique et laid au possible ; moments gratuits totalement inutiles, et qui coûtent cher en effets spéciaux sans vraiment rentabiliser l'investissement (le début, donc, mais aussi la dernière défense circulaire des Avengers) ; un peu trop d'humour et de one-liners rajoutés en post-synchronisation de manière évidente et maladroite ; un énorme coup de mou lors du passage dans la ferme de Hawkeye ; un Ultron vraiment raté tant dans son animation que dans ses upgrades (tout simplement impossibles à distinguer les unes des autres) et dans son rendu visuel ; la mort risible de Quicksilver ; un Thor qui disparaît de manière maladroite pendant un bout du film ; un Hulk qui fait de même (trop cher à animer ?) pendant le plus gros de la bataille en Sokovie ; l'absence flagrante de la Team Coulson à bord de l'hélicarrier du SHIELD...

Bref, beaucoup de points faibles qui sont surlignés par un revisionnage tardif. Et paradoxalement, deux gros points forts, directement hérités de Joss Whedon : l'alchimie de toute l'équipe, qui fonctionne très bien du début à la fin, notamment dans les combats en équipe (Thor/Cap, notamment) ; et la relation Romanov/Banner, touchante, et aidée par des effets numériques impeccables lorsque cela compte vraiment.

Mais au final, les volets Avengers du MCU signés Whedon sont vraiment décevants, en regard de leur potentiel. Espérons que les frères Russo sauront corriger ces erreurs pour le grand final de 2018/2019.

3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #115 : Sauvés par le Gong, l'histoire interdite (2014)

Publié le 24 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Lifetime, Comédie, Biographie, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Sauvés par le Gong, l'histoire interdite (The Unauthorized Saved by the Bell Story) :

Un groupe de jeunes acteurs - Mark-Paul Gosselaar (Dylan Everett), Mario Lopez (Julian Works), Elizabeth Berkley (Tiera Skovbye), Dustin Diamond (Sam Kindseth), Tiffany Amber Thiessen (Alyssa Lynch) et Lark Voorhies (Taylor Russel) - tente de s'adapter à la vie publique et au succès lorsque leur série télévisée, Sauvés par le Gong, devient un hit à la fin des années 80.

Un pseudo-biopic Lifetime qui est supposé s'inspirer de la biographie de Dustin Diamond (Screech), et tout révéler sur les coulisses controversées de la série... pas de chance : le livre était bidonné de bout en bout, et ce métrage s'avère finalement aussi inoffensif et creux qu'un épisode de la série originale.

Pire : la distribution est à côté de la plaque (pas tant au niveau de l'interprétation, mais plus simplement au niveau du casting, le seul étant à sa place étant justement Dustin Diamond), le récit est donc dépourvu de la moindre énergie, n'apporte rien de neuf, et le tout passe, de plus, une bonne couche de brosse à Diamond, qui est ici placé en victime des circonstances, innocent, méprisé de tous, et éclipsé par ses co-stars... Mouais.

1.25/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #114 : Avengers (2012)

Publié le 23 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Action, Aventure, Fantastique, Science-Fiction, MCU, Marvel

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

The Avengers :

Lorsque Loki (Tom Hiddleston), le demi-frère maléfique de Thor (Chris Hemsworth), met la main sur le Tesseract, un cube d'énergie tout-puissant, et qu'il fait déferler sur la Terre une horde d'envahisseurs extra-terrestres, Nick Fury (Samuel L. Jackson), le directeur du SHIELD, ne peut que réunir les plus grands héros de la planète - Iron Man (Robert Downey Jr.), Hulk (Mark Ruffalo), Thor, Captain America (Chris Evans), la Veuve Noire (Scarlett Johansson) et Hawkeye (Jeremy Renner) - sous une même bannière, afin de protéger l'humanité.

Avengers 2 vient de sortir, et avant de le voir, le moment est donc venu pour moi de revenir sur le précédent opus de 2012. À l'époque, j'avais donc pensé ceci du film :

Bon, ce n'était pas désagréable, cet Avengers. Bourré de défauts (certains inhérents aux Marvel Movies, d'autres à Whedon, et d'autres encore à des choix visuels mal avisés), mais pas désagréable.

# Ce qui fonctionne : Hulk ; la dynamique d'équipe ; Black Widow ; Hulk ; Stark et sa grande gueule ; Banner 3.0 ; l'ampleur de la bataille ; CapAm qui finit en leader ; Hulk ; l'humour ; certains plans bien choisis ; et j'ai failli oublier Hulk.

# Ce qui ne fonctionne pas : le costume de CapAm, pyjama-style, même en mouvement ; les scènes de Loki dans l'espace, à la Power Rangers, et qui semblent filmées dans un studio de cinq mètres carrés ; les Chitauris, transparents, génériques et assez moches ; les effets numériques particulièrement inégaux (ce que Hulk gagne en expressivité, en ressemblance, et en poses gorillesques, il perd en photoréalisme ; les incrustations sont parfois moches et visibles ; les hordes d'aliens sont sympas, mais leur design est très peu inspiré, et on ne peut que sentir les doublures numériques à l'animation parfois discutable) ;

Thor : non seulement il arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, mais en plus, il m'a paru nettement sous-puissant selon les scènes. Enfin, c'est peut-être plutôt Iron Man qui est surpuissant dans les films, vu qu'il parvient à résister à un duel contre Thor, malgré un coup de marteau/foudre encaissé de plein fouet. Mais tout de même : Thor fait le double du poids de Loki, et n'est pas capable de le vaincre au corps-à-corps, alors qu'il parvient presque à tenir tête à Hulk ; Loki, lui, prend une rouste aux mains de Hulk (scène excellente, d'ailleurs), et est bien en peine face à certains des autres Avengers. Il y a un moment où l'échelle des pouvoirs des uns et des autres pose problème, amha ;

Les innombrables tics whedoniens. Initialement, j'avais fait une liste des tics whedoniens habituels avant d'aller voir le film. Au rang desquels mort d'un personnage secondaire, un personnage féminin sans pouvoir qui démolit tous ses ennemis et finit par sauver le monde, de l'humour récurrent & des punchlines en guise de conclusion/transition de scène (enfin, ce n'est pas exactement ça, mais bon, je me comprends), des caméos des amis de Joss (j'en ai compté trois + Cobie Smulders, au minimum), etc... pas de surprise, on a droit à un certain éventail de whedonismes dans Avengers, et même si on s'y attend, ça agace toujours un peu. D'autant que Whedon n'a pas forcément la main légère dans son écriture ;

La durée. En enlevant 20-30 min de blabla dans la première partie, et/ou en évitant de répéter le sempiternel "on se bat, et ensuite on fait copain-copain", le film n'aurait probablement pas paru aussi déséquilibré ; un certain côté kitschouille & cosplay dès que les costumes asgardiens sont de la partie, car filmés de manière très basique. Et comme en plus CapAm est en pyjama...

Hawkeye, un peu le parent pauvre de la série des films Marvel. Pas trop grave, à la limite, parce que bon, Hawkeye, c'est un peu le Cyclope des Avengers : le personnage dont on se contrefiche totalement.

Le montage post-bataille avec la mélodie triste à la guitare, façon "regardez comment la ville a trop souffert, il y a eu des milliers de morts", alors que pendant tout la demi-heure de bataille, il n'y a pas eu un seul civil tué à l'écran, ni même le moindre cadavre dans les rues malgré les immeubles qui s'effondrent, Thor et Hulk qui chevauchent une bestiole et démolissent trois ou quatre buildings au passage, etc... Ah, mais par contre, quand c'est Coulson qui arrête de respirer pour faire croire qu'il est mort, vla le gros moment d'émotion amené à la pelleteuse.

Certains plans qui se veulent iconiques, mais qui sont tellement forcés et appuyés qu'ils finissent par être risibles ; la réalisation et le montage cache-misère de certains affrontements ; le plan de bataille totalement inexistant des Avengers, toujours réactifs... ce qui est problématique puisque CapAm est supposément un grand stratège....

Bon, cela dit, je n'ai pas détesté. Je le rangerais quelque part entre Thor et CapAm... ce qui, en gros, donne un (petit) 4/6.

Après ce récent revisionnage, est-ce que mon avis a changé ? Et bien légèrement, oui, puisque Avengers est de ces films dont les défauts se remarquent de plus en plus à chaque vision.

Néanmoins, on ne peut pas lui retirer cela : c'est fait de manière appliquée, avec énormément de bonnes attentions et d'affection pour des personnages que Joss Whedon et les producteurs adorent clairement. On sent tout à fait que Whedon est fan, et qu'il fait de son mieux, mais il est désormais trop ancré dans son style et dans son écriture pour parvenir à échapper à ses propres clichés, et au format restrictif des films Marvel.

Whedon n'est jamais vraiment subtil, que ce soit dans son écriture, dans sa mise en scène (une overdose de dutch angles systématiques - presque au même niveau que Thor, pourtant champion du monde en la matière - , des gimmicks de mise en scène inutiles, comme des plans dans des miroirs, dans des rétroviseurs, ou la tête en bas, qui sont jolis, mais totalement vides de sens lorsqu'ils se produisent...) et dans ses intentions.

Et comme en plus il doit composer avec le cahier des charges des MarMo cela donne deux premiers tiers de film assez maladroits et laborieux, qui manquent souvent de punch, et souffrent d'un gros ventre mou très clair.

Je persiste à penser qu'avec 25 minutes de moins, prises un peu partout (tant dans la bataille finale que dans le ventre mou, dans ce combat Thor/Cap/Stark sombre et raté, ou dans l'intro), le film n'en aurait été que meilleur.

Reste cependant qu'une fois la bataille finale déclenchée, le tout se déroule sans accrocs pendant une bonne demi-heure, en partie grâce aux équipes d'ILM et compagnie qui ont un sens du rythme et du spectaculaire certain.

Mais les défauts que j'avais listés à l'époque sont toujours présents, et le sont d'ailleurs de plus en plus à chaque visionnage... je ferais peut-être mieux de ne plus jamais revoir le film, sous peine de voir mon appréciation de ce dernier chuter un peu plus encore.

3.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #113 : L'Incroyable Hulk (2008)

Publié le 22 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Action, Fantastique, Science-Fiction, Marvel, MCU

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

L'Incroyable Hulk (The Incredible Hulk) :

Hanté par le résultat improbable de ses expériences, Bruce Banner (Edward Norton) tente désespérément de contrôler la bête destructrice qui sommeille en lui. Contraint de s'exiler à l'autre bout du monde pour échapper aux forces du Général Ross (William Hurt), Banner finit par être ramené au pays par le gouvernement pour y affronter le résultat d'une autre expérience ratée, l'Abomination (Tim Roth), devenue incontrôlable.

Avengers 2 vient de sortir, et le moment est donc venu pour moi de revenir sur le seul film Marvel que je n'ai pas revu depuis sa sortie : l'Incroyable Hulk de LeTerrier. Et pour cause : je suis un grand fan du Hulk d'Ang Lee, une tragédie familiale expérimentale, à la limite du film d'art et d'essai, drapé d'atours de blockbuster décomplexé, et pour lequel ILM s'était dépassé, jusqu'à obtenir un photoréalisme exceptionnel pour le monstre.

Quel dommage alors que, depuis, le métrage ait fini par avoir une réputation de nanard absolu et chiantissime "qui n'a pas assez d'action et de combats", et que les chiens mutants et le design débatable du Hulk aient fini par éclipser toutes les réussites du métrage.

Pour cet Incredible Hulk, à l'époque de sa sortie, j'avais dit cela :

Je vais faire bref, mais niveau acteurs (entre une Tyler au développement inexistant, et un Hurt constipé), réalisation (là où le Lee avait 250 idées par plan, ici, c'est le strict minimum syndical), effets spéciaux (le design du géant vert est question de goûts, tout comme sa couleur, mais sur le plan de l'intégration pure et du réalisme, ça a bien régressé, en cinq ans... pas surprenant, puisque ILM n'est plus de la partie), musique (à part le thème de la série Hulk, le score d'Armstrong est transparent au possible) et bien sûr scénario (inexistant dans la version 2008, puisque se limitant à "Banner est en fuite, l'armée est prête à tout, et Banner finit par corriger les erreurs de l'armée"), ça ne fait clairement pas le poids par rapport à son ancêtre.

Alors certes, le Ang Lee n'était pas parfait, il était lent et contemplatif (mais paradoxalement dynamique via la mise en scène), et le caniche hulk fait toujours un peu tâche (même si sa modélisation est impeccable). Mais chez Leterrier, c'est pire ! Hélicos en CGI ratés, scène sous la pluie avec une Liv Tyler bluescreenée par un élève de CP, combat final frôlant par moments la cinématique bourrine de jeu vidéo (alors que l'équivalent chez Ang Lee, réputé pour être incompréhensible, est en fait totalement limpide et stylisé, à la revision), moments d'humour/caméos déplacés (celui de Stan Lee est assez raté, car non seulement il arrive comme un cheveu sur la soupe, mais en plus il ne nous montre même pas l'effet du sang de Banner sur Stan), scènes d'action rares, entremêlées de grand vide scénaristique qui fait dormir... bref...

Donc oui, le film de Leterrier fonctionne relativement en tant qu'actioner-décérébré-please-remove-your-brain-before-entering-the-theater.

Maintenant, je préfère sans conteste le Lee, qui pour le coup demandait d'allumer son cerveau avant visionnage... celui-ci, 2/6, en fait.

(deux remarques, maintenant : gros point positif, le caméo de Ferrigno, qui a enfin du texte à dire, contrairement au Lee. Et je préférais nettement l'idée Hulk = colère plutôt que celle, réutilisée ici, de Hulk = n'importe quelle émotion forte, y compris le désir. )

Et maintenant, sept ans après la sortie en salles, comment est-ce que ce métrage supporte le passage du temps ?

La première chose m'ayant frappé, d'abord, c'est la durée du métrage. Pas loin de deux heures. Et l'absence globale du Hulk pendant plus de cinquante minutes. Probablement une conséquence des réécritures et remontages exigés par l'égo de Norton, en conflit avec Marvel et Universal.

D'ailleurs, Norton - s'il est incontestablement bon acteur - n'est tout simplement pas à sa place dans ce rôle. Non seulement il ne fait pas un héros charismatique, mais en plus, il n'a pas le capital-sympathie que l'on attendrait d'un Bruce Banner : Ruffalo est charismatique et sympathique ; Bana était charismatique et relativement sympathique ; Norton, lui, semble prendre son rôle beaucoup trop au sérieux, et au final, il paraît constamment effacé et absent du métrage.

Ce qui pose un problème certain au film, puisque le reste du cast n'est pas forcément très inspiré, notamment Tim Roth, qui ne fait pas vraiment un soldat d'élite très convaincant, que ce soit avant ou après ses injections. Quant à l'Abomination, son design n'est vraiment pas terrible, en comparaison de la bête étrange du comic-book.

Néanmoins, il faut bien l'admettre, le rendu technique de l'Abomination est assez convaincant. D'ailleurs, le fait que toute la confrontation finale soit plus crédible et réussie, techniquement, que tout le reste du film (la première vraie apparition de Hulk, sur le campus, et le quart d'heure qui suit, c'est un festival d'intégrations ratées, de détourages approximatifs, de fonds verts, d'un modèle numérique manquant cruellement de détails et de textures, et d'interactions maladroites et peu crédibles avec les acteurs : la transformation, attaché sur la table d'opération du Leader, est immonde) laisse à penser que tout le budget et les efforts de l'équipe d'effets spéciaux ont été consacrés à cet affrontement final... et que le reste a été plus ou moins bricolé ensuite avec ce qui restait de temps et d'argent.

Quoiqu'il en soit, on se retrouve avec un film qui cache donc son Hulk pendant 50 minutes, et après avoir surexposé ses effets mal finalisés durant la grosse scène du campus, se remet aussitôt à ronronner jusqu'au dernier quart d'heure de film. Difficile alors de s'intéresser au métrage, même si l'intérêt remonte un peu lors de l'affrontement ultime.

En fait, ce Hulk commet une erreur de taille : si le Ang Lee est très loin de faire l'unanimité, il ne laisse personne indifférent, et tout le monde se souvient d'un moment du film ou d'un autre, pour le meilleur ou pour le pire ; le film de Leterrier, lui, est médiocre de bout en bout, et totalement oubliable. Au mieux, on se souvient du film pour son fanservice vis à vis de la série des années 70/80, rien de plus.

D'un côté, un film controversé, mais aux partis pris artistiques radicaux, qui ont fait jaser et dont on débat toujours aujourd'hui, et de l'autre, un film transparent, que tout le monde a déjà oublié, et ce bien qu'il fasse partie de la continuité des films Marvel... pire : au box-office, des résultats similaires, voire même à l'avantage du premier métrage.

Traduction : malgré l'insistance des fanboys réclamant toujours plus d'action, l'Incroyable Hulk n'était pas à faire. C'est un film qui n'a rien apporté, ni sur le plan créatif, ni sur le plan financier, et qui a d'ores et déjà été supplanté dans les mémoires par le Hulk de Avengers. Et ce, sans la moindre surprise.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #112 : Not Cool (2014)

Publié le 21 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Jeunesse, Starz, YouTube

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Not Cool :

C'est le moment des vacances de Thanksgiving pour Scott (Shane Dawson), ancienne star du lycée qui rentre dans sa famille, profondément déprimé par son expérience universitaire. À peine rentré, sa petite amie Heather (Jorie Kosel) se sépare de lui, mais rapidement, Scott rencontre Tori (Cherami Leigh), une étudiante sarcastique elle aussi rentrée dans sa famille pour les fêtes. Malgré leurs différences, le couple se rapproche, en parallèle d'un autre couple, formé par Janie (Michelle Veintimilla), la soeur de Scott, et Joel (Drew Monson), l'un des amis de Tori.

Second métrage du concours The Chair de la chaîne Starz, Not Cool est le produit du travail de Shane Dawson sur un script original de Dan Schoffer... et ça se sent tout de suite, dès les premières images.

Le film joue en effet immédiatement cartes sur table : ce sera une comédie crade, stupide, vulgaire et idiote, dans le style caricatural et surjoué des vidéos Youtube de Shane Dawson, et à destination des ados dont il est l'idole.

C'est bien dommage, en fait, parce que visuellement, le film n'a pas à rougir d'autres longs-métrages plus professionnels, que le trio d'acteurs principaux est assez bon (Dawson est une erreur de casting, même s'il fait de son mieux pour être juste), et qu'il y a toute une thématique sur le fait de grandir, de laisser sa gloire passée de côté pour progresser, etc, qui est assez juste, et qui fonctionne même assez bien lors des moments plus sincères.

Seul problème, Dawson casse systématiquement ces moments plus émouvants par une blague peu inspirée ou un gag naze, et le film souffre donc d'un contraste permanent entre humour graveleux et émotion... ce qui, au final, donne corps à un métrage raté, dont la réputation calamiteuse est certes exagérée, mais pas totalement infondée.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #111 : Suing The Devil (2011)

Publié le 20 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Religion, Fantastique

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Suing the Devil :

Luke O'Brien (Bart Bronson), un apprenti avocat australien, décide soudain qu'il en a assez de sa vie ratée, et, suivant l'inspiration biblique qu'il trouve dans un tiroir, il choisit d'assigner Satan en justice pour la somme de huit trilliards de dollars. Mais à sa grande surprise, Satan (Malcolm McDowell) se présente le jour du procès, accompagné des dix avocats les plus cruels et talentueux de la planète. Le monde tout entier se précipite alors devant son petit écran, pour assister à ce duel au sommet...

Avec un concept pareil, un bon réalisateur et un scénariste avisé pourraient créer un film drôle, pertinent, mémorable et provocant. D'autant plus avec Malcolm McDowell, qui campe un Satan excellent et mémorable.

Malheureusement, Suing the Devil n'est rien de tout ça.

C'est un film chrétien décidé à prêcher la bonne parole et à marteler des citations bibliques comme vérité absolue, réalisé et écrit avec les pieds, et dans lequel McDowell est le seul acteur à jouer correctement de tout le métrage (mais vraiment : le lead est calamiteux, les seconds rôles sont encore pire, Tom Sizemore a un micro-rôle dans lequel il semble bourré en permanence - peut-être la solution ultime pour apprécier le film - et Corbin Bernsen fait de la figuration).

Je vais même aller plus loin : ce métrage est le degré zéro du cinéma, c'est de la propagande pataude, une leçon de morale et de théologie particulièrement bancale, avec des arguments de niveau CP sur fond de christian pop insipide, et qui décrète que tout ce qui n'est pas prière et Dieu est un pêché passible de l'enfer.

Limite, on m'aurait dit que ce film est une satire croisée des films de procès et des films chrétiens, je l'aurais cru sans peine... mais là, tout est mortellement sérieux, et le niveau est tellement bas que c'est à se demander comment ça a pu rafler des prix (oh, wait... des prix remis par des organisations chrétiennes, ça explique tout !). Et je ne parle même pas du twist final (dans lequel le héros se réveille, et s'aperçoit que tout ça n'était qu'un rêve inspiré par une affiche sur un maychant athée interprété par McDowell), tout simplement ridicule.

0.25/6 (pour le potentiel du concept)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #110 : Space Station 76 (2014)

Publié le 17 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Thriller, Science-Fiction

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Space Station 76 :

Sur une station spatiale aux confins de l'espace, dans les années 1970, la poignée d'occupants de la base peine à coexister, privée des rapports et de la chaleur de la société moderne. Et lorsqu'un nouveau premier officier (Liv Tyler) arrive à bord, elle ne s'entend pas avec le commandant irascible et suicidaire de la station (Patrick Wilson), au coeur brisé par sa rupture récente et secrète avec son petit-ami, qu'elle remplace.

Un pastiche de film de SF des années 70, adapté d'une pièce de théâtre, et qui fait un temps illusion ; malheureusement, il apparaît bien vite que derrière la satire "lol les 70s, lol la musique des 70s et lol la place de la femme dans la société des 70s" gentillette, le film se contente de n'être qu'un portrait de personnages dépressifs et guère sympathiques, à la lisière du soap, et sans la moindre ligne narrative forte.

Pourquoi pas, dans l'absolu, d'autant que la distribution n'est pas désagréable, mais ça tourne un peu à vide, c'est assez prévisible dans son propos, et ça dévoile assez clairement ses origines théâtrales, dans tout ce qu'elles ont de limites et de défauts.

3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #109 : Walter (2015)

Publié le 16 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Fantastique, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Walter :

Walter (Andrew J. West), un jeune vingtenaire poinçonneur de tickets dans un cinéma, est le fils de Dieu, et doit donc, chaque jour, juger l'âme de chacun, décidant ainsi si quelqu'un va finir au Paradis ou en Enfer. Mais un jour, le mystérieux Greg (Justin Kirk), un esprit bloqué au Purgatoire, apparaît devant lui, et bouleverse sa vie...

Avec un pitch comme ça, on pouvait s'attendre à quelque chose de corrosif, d'original, de drôle, de surnaturel, voire même de profond ou de spirituel.

Pas de chance, cette adaptation au cinéma d'un court-métrage préfère donner dans le film indépendant décalé, à la distribution intrigante (Milo Ventimiglia, William H Macy, Virginia Madsen, Neve Campbell, Peter Facinelli, Jim Gaffigan), mais qui finit, en fin de compte, par n'être que le portrait psychologique d'un jeune vingtenaire traumatisé par la mort de son père, qui n'a jamais fait son travail de deuil, et qui s'est enfermé dans un autisme improbable et religieux en réaction.

Pourquoi pas, dans l'absolu, si le tout n'était pas à ce point téléphoné (tout ça, on le comprend dès le premier flashback, très tôt dans le film), mollasson, et un peu trop maniéré pour paraître vraiment sincère.

Gros bof, donc.

1.75/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #108 : Interstellar (2014)

Publié le 15 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Science-Fiction

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Interstellar :

Au bord d'un désastre écologique, la Terre est en crise, et s'est détournée des étoiles, allant jusqu'à croire n'être jamais allée sur la Lune. Cooper (Matthew McConaughey), ancien pilote de la NASA) est désormais fermier, mais lorsqu'il apprend que le Professeur Brand (Michael Caine) a découvert un moyen d'explorer des planètes lointaines via un trou de ver, il s'engage sans réfléchir dans ce projet aux confins de l'espace et du temps, laissant derrière lui son fils et sa fille...

Visiblement, Nolan a tellement été comparé à Kubrick (que ce soit pour son génie supposé, pour sa maîtrise technique, pour ses personnages froids, le manque d'émotion de ses films, ou l'atmosphère clinique et stérile de bon nombre de ses métrages) qu'il a dû se dire "tiens, si je faisais mon 2001, moi aussi".

Et c'est donc parti pour 2h50 d'images maîtrisées mais froides et ternes ; 2h50 d'un récit axé sur l'émotion et les liens père/fille, mais dans lesquels les personnages ne sont guère plus, 90% du temps, que des machines à exposition et à théories scientifiques ronflantes ; 2h50 d'un patchwork aux nombreuses influences évidentes, (très officieusement) adapté d'un roman de Stephen Baxter ; 2h50 d'un récit qui, encore une fois chez Nolan, se veut profond, métaphysique et intelligent, mais ne parvient pas à y parvenir sans paraître didactique et pédant, tout en frôlant parfois le ridicule (l'amour est la plus grande des forces, tout ça)...

Pire, le métrage se fait à grands coups d'ellipses improbables, et de rebondissements forcés : McConaughey catapulté pilote de la mission en trente secondes, la réaction extrème de sa fille, les réactions improbables d'Hathaway sur la planète maritime (j'y reviendrai ensuite), l'utilisation d'un siège éjectable dans un trou noir, tout ce qui passe sur Terre... Résultat : on ne croit jamais vraiment au naturel des situations, et on a l'impression d'un récit assez mécanique et artificiel. D'autant qu'à trop se vouloir scientifique et réaliste, le film a autant de problèmes de physique et de logique que les autres Nolan (les équations super-complexes voyageant à travers l'espace et le temps sous la forme de code morse sur une montre, par exemple)...

Je pourrais encore revenir sur le personnage cliché de Matt Damon (qu'on dirait tout droit sorti de Sunshine), sur la pauvreté visuelle des environnements extraterrestres (déjà un problème dans Inception, où les environnements oniriques étaient particulièrement pauvres en imagination), sur le design improbable des robots (je ne sais toujours pas si c'était une bonne idée ou non de les faire ainsi, et je ne peux m'empêcher de voir des restes des poulpes mutants de Baxter lorsque les robots marchent debout), sur la musique Glassienne de Zimmer (souvent envahissante), ou sur la durée abusive du film... mais je reviendrai seulement sur une chose qui m'a fait tiquer.

Pourquoi est-ce que, des quatres astronautes de la mission, le seul qui s'attire des ennuis, le seul qui provoque la mort d'un autre et le quasi-échec de leur mission, le seul qui semble constamment hyper-émotif et au bord des larmes, le seul qui se laisse guider par ses émotions  pendant que les autres sont forts et professionnels, le seul qui fait un grand discours sur l'amour comme force physique, etc... c'est le personnage féminin ?

On sait bien que Nolan a toujours du mal à écrire les personnages féminins, mais là, le personnage d'Hathaway frôle le mauvais cliché à plusieurs reprises... enfin peu importe.

Le film est déjà considéré comme un classique indéboulonnable, donc tout ce qui me dérange dans le métrage semble au contraire convaincre la profession et les spectateurs. Tant mieux pour eux ; en ce qui me concerne, c'est un nouveau film inabouti et bancal à mettre au crédit de Nolan...

3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #107 : Tammy (2014)

Publié le 14 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Tammy :

Tammy (Melissa McCarthy) connaît actuellement la pire journée de sa vie : elle perd son emploi dans un fast-food, a un accident de voiture, et découvre que son époux la trompe avec la voisine... Tammy décide alors de partir sur les routes en compagnie de sa grand-mère Pearl (Susan Sarandon), pour aller visiter avec elle les Chutes du Niagara...

Un road movie faiblard écrit par Melissa McCarthy et son mari (qui joue et réalise par ailleurs le métrage), sur Melissa McCarthy qui nous refait, encore et encore, son même personnage de grande gueule vulgaire, immature et insupportable.

Un long-métrage sans rythme, sans énergie, et avec un casting WTF : McCarthy (44 ans), en fille d'Alison Janney (55 ans), elle-même fille de Susan Sarandon (68 ans) avec une perruque grise ridicule.

Alors oui, ça joue la carte de l'émotion ponctuelle dans quelques scènes (où McCarthy retrouve un peu de subtilité) et ça a parfois quelques idées intéressantes... mais ça ne fait clairement pas un bon film, d'autant que le numéro de "grosse vulgaire et provoc'" de McCarthy est affreusement fatiguant (surtout qu'elle est capable d'être drôle sans être trashy).

1.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #106 : Everly (2014)

Publié le 13 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Action, Thriller

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Everly :

Après avoir trahi un ponte de la pègre yakuza, Everly (Salma Hayek) est contrainte de défendre un appartement assiégé par une légion de tueurs à gages bien décidés à collecter leur prime pour sa mort...

Un actioner cartoony et décomplexé signé Joe Lynch, sous grosse influence nippone, et qui se résume à un rape-and-revenge totalement irréaliste et improbable, dans lequel Salma dézingue une armée de tueurs à elle toute seule, d'une manière toujours plus sanglante et explosive.

Distrayant à regarder, principalement parce que Salma se donne totalement à son personnage, que la réalisation est inventive, et que le métrage n'est pas trop sérieux, dissimulant les énormes trous logiques de son scénario derrière un aspect comic-book qui permet de faire oublier bien des problèmes de script et de rythme...

... mais au final, c'est assez répétitif, et comme dans tout rape and revenge, le métrage a toujours un certain côté sadique et gratuit à la lisière du torture porn, qui s'avère assez lassant à la longue.

3.25/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #105 : Le Septième Fils (2014)

Publié le 10 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Fantastique, Aventure, Action, Jeunesse

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Le Septième Fils (The Seventh Son) :

Il y a bien longtemps, un épouvanteur nommé Maître Gregory (Jeff Bridges) a vaincu Mère Malkin (Julianne Moore), une sorcière maléfique. Mais celle-ci vient d'échapper à sa prison magique et veut se venger, à l'aide d'une cohorte de sbires tous plus dangereux les uns que les autres. Gregory n'a alors d'autre choix que de recruter un nouvel apprenti, Tom (Ben Barnes), pour l'aider à affronter son ennemi de toujours...

Un long-métrage de fantasy adapté d'une série de livres à succès, possédant une distribution sympathique, ainsi qu'un production design créatif et très intéressant, mais qui malheureusement échoue partout ailleurs.

Les effets spéciaux sont inégaux, tour à tour excellents, ou ratés ; le récit est particulièrement mou, avec des personnages clichés qui n'ont aucune alchimie (mention spéciale à la jeune sorcière, totalement insipide et transparente) ; le rythme est paresseux, avec des péripéties basiques et peu inspirées ; et, pire que tout, tout le monde est en roue libre, entre Moore qui cabotine, et Bridges qui décide d'interpréter son personnage en grommelant et en marmonnant ses mots comme s'il chiquait constamment du tabac.

Pour résumer, ça n'a aucune énergie, c'est terme et plat, et même la musique de Beltrami parvient à être totalement oubliable et passe-partout.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #104 : La Muse de l'Artiste (2015)

Publié le 9 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Hallmark, Comédie, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

La Muse de l'Artiste (Portrait of Love) :

April (Bree Williamson), une photographe de mode très demandée, décide de mettre un temps sa carrière de côté pour retourner dans sa ville natale, à l'occasion du centenaire de celle-ci. Là, elle retrouve Luke (Jason Dohring), son ex-petit-ami, un menuisier/sculpteur veuf et père célibataire, que toute la ville voudrait voir se remettre avec April. Mais cette dernière est tiraillée entre sa carrière florissante, et cette chance de réparer une erreur de son passé...

Et zou, encore une rom-com Hallmark formulaïque au possible, avec sa meilleure amie ethnique, son love interest travailleur manuel, veuf et père célibataire d'une gamine de douze ans impertinente, son héroïne transparente qui préfère sacrifier sa carrière sur l'autel de l'amour, sa petite ville idyllique, blablablablaaaaah.....

Franchement, je n'ai regardé ce film que pour voir si Dohring parvenait à jouer autre chose qu'une variation de Logan Echolls, et... hum... disons qu'il est difficile de voir autre chose que Logan quand Dohring conserve perpétuellement son sourire niais et pas très brillant... tout le reste est inspide au possible, Corbin Bernsen et la gamine exceptée (Caitlin Carmichael, déjà dans Le Chien qui a Sauvé Noël, Mission Père Noël, 300 : la Naissance d'un Empire, et dans Agent Carter).

1.75/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #103 : It's a Disaster (2012)

Publié le 8 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

It's a Disaster :

Plusieurs couples (Rachel Boston, David Cross, America Ferrera, Jeff Grace, Erinn Hayes, Kevin M. Brennan, Blaise Miller, et Julia Stiles) se réunissent un dimanche pour déjeuner, mais ils se retrouvent bloqués ensemble dans la maison lorsque l'apocalypse se déclenche à l'extérieur...

Une comédie noire indépendante écrite, réalisée et partiellement interprétée par Todd Berger, et que j'ai regardée dans la lignée de Coherence pour des similarités évidentes (personnages, format huis-clos, postulat improbable...).

Néanmoins, les deux métrages ne pourraient pas être plus différents : ici, les personnages sont sympathiques, drôles, et interprétés par des acteurs attachants ; le ton est volontairement plus léger et décalé ; le script est nettement moins travaillé, puisqu'ici, pas de mystère dimensionnel à résoudre, mais bien un attentat nucléaire qui sert de prétexte au scénariste pour enfermer les huit protagonistes entre quatre murs, et suivre leur auto-destruction comique et douce-amère.

En résumé, le film est assez amusant, bien qu'inégal et forcément un peu bavard, et le tout se regarde sans effort, à défaut d'être totalement mémorable ou exceptionnel.

Quoique, le final à grands coups de prêche, d'empoisonnement collectif, et d'interruptions constantes est joliment WTF.

3.75/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #102 : Coherence (2013)

Publié le 7 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Science-Fiction, Fantastique

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Coherence :

Trois couples - Emily (Emily Baldoni) et Kevin (Maury Sterling), Hugh (Hugo Armstrong) et Beth (Elizabeth Gracen), Amir (Alex Manugian) et Laurie (Lauren Maher) passent une soirée ensemble chez leurs amis Mike (Nicholas Brendon) et Lee (Lorene Scafaria). Mais bien vite, les tensions de la soirée sont accrues par le passage d'une comète étrange, et par la réalisation que plusieurs réalités coexistent désormais dans les parages : bientôt, tout le monde questionne la provenance des autres invités, et la soirée dégénère.

Un micro-budget de science-fiction qui avait tout pour me plaire : un scénario capillotracté à base de dimensions parallèles et de doubles étranges, des acteurs sympathiques, une idée forte.... mais malheureusement, c'est tout le contraire qui s'est produit. Plutôt que de me captiver et de m'intéresser à mesure qu'il partait dans l'improbable et faisait monter la tension, le métrage a eu l'effet inverse : passées les 45 premières minutes, j'ai progressivement décroché.

La faute à un pitch de départ qui aurait été nettement plus fort et percutant en 60 minutes.

La faute aussi à une direction artistique déplorable, à base de shaky-cam refaisant régulièrement la mise au point, de zooms, de lumière naturelle bancale, de prise de son moyenne, et globalement, de manque de rigueur évident dans toute la mise en images.

La faute encore à ces personnages tous particulièrement antipathiques, et joués en improvisation par le cast, qui confondent chaos avec bruit particulièrement fatigant (la première demi-heure est notamment assez pénible, avec des personnages aux réactions forcées, et qui crient beaucoup).

La faute enfin à cette narration maladroite, qui dès le début balance des dialogues d'exposition visant à vulgariser des concepts scientifiques surexploités à mon goût (le prochain film qui se sert à nouveau du chat de Shrödinger, c'est boycott immédiat tant c'est devenu un gimmick de scénariste qui vient d'ouvrir un livre de mécanique quantique pour la première fois) et use de grosses ficelles particulièrement voyantes (le livre laissé dans la voiture qui explique tout comme par magie, et tous les invités qui immédiatement en déduisent arbitrairement le concept d'un multiverse s'écroulant sur lui-même, blablabla)...

Bref, malgré le concept prometteur, les tonnes de louanges critiques et le scénario finalement relativement intéressant, je n'ai pas du tout aimé : la forme est trop faible à mon goût pour être transcendée par le script, qui n'est pas assez homogène et fort pour cela.

2.75/6 pour l'effort.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #101 : Men, Women & Children (2014)

Publié le 6 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Men, Women & Children :

Dans une même banlieue, le portrait de nombreux américains et de leurs rapports compliqués au monde des nouvelles technologies : tout comme son fils adolescent Chris (Travis Tope), Don (Adam Sandler) utilise le web pour tout, y compris pour le sexe, tandis que son épouse malheureuse (Rosemarie DeWitt) tente de faire des rencontres en ligne ; Joan (Judy Greer) poste des photos provocantes et fétichistes de sa fille Hannah (Olivia Crocicchia) sur leur site, sans savoir qu'Hannah et Chris ont des échanges torrides sur le web ; Allison (Elena Kampouris) est anorexique, et cherche des conseils de régime sur le web ; quant à Patricia (Jennifer Garner), stricte, coincée et intransigeante, elle fait de son mieux pour protéger sa fille Brandy (Kaitlyn Dever) des menaces de l'internet, en contrôlant constamment tout ce qu'elle y fait, et en organisant des réunions parentales sur le sujet...

Plus le temps passe, et plus l'étoile de Jason Reitman perd de son éclat. Après ses premiers succès unanimement loués par la critique (clairement prise dans un emballement collectif typique du cercle fermé des critiques), chacun de ses derniers métrages déçoit un peu plus, souffrant de problèmes assez similaires trahissant les faiblesses d'écriture et de point de vue de Reitman.

Ici, on se retrouve avec un métrage adapté d'un roman (encore une adaptation, comme pour tous les autres films écrits par Reitman...), qui rappelle fortement le Disconnect de 2012, avant de s'embourber, victime d'une approche clinique, ampoulée et pédante assez agaçante : dès l'ouverture - une voix off didactique et pompeuse, qui tente de mettre en place un contraste maladroit entre le sujet du film et le voyage d'une sonde dans l'espace - on se demande si le film n'est pas l'oeuvre d'un étudiant en cinéma tout juste sorti de l'université.

Tout y est en effet cliché, pataud et assez peu engageant : à force de multiplier les sujets, les personnages (tous blancs et relativement aisés), les thématiques (qui peuvent toutes se résumer à "internet, c'est le Mal avec un grand M"), les problématiques, etc, ce portrait croisé se dilue et s'éparpille tellement dans sa durée abusive, ainsi que dans un propos à la fois brouillon, caricatural, et convenu, qu'il n'arrive à rien, faute d'avoir la maîtrise ou la profondeur nécessaires au bon traitement du récit.

Reste alors uniquement une distribution sympathique et talentueuse, mais bon... ça ne va pas très loin. Et surtout ce n'est pas forcément très intéressant.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #100 : Le Cordonnier (2015)

Publié le 3 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Fantastique, Romance, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Le Cordonnier (The Cobbler) :

Fils d'un cordonnier, et lui-même cordonnier, Max Simkin (Adam Sandler) erre sans but dans la vie, déprimé et cynique. Jusqu'au jour où, contraint de réparer une paire de chaussures à la dernière minute avec l'équipement de son ancêtre, il découvre qu'en enfilant une paire de chaussures réparée avec cette machine, il adopte immédiatement l'apparence et la voix de son propriétaire. De quoi changer radicalement le quotidien du cordonnier désoeuvré...

Un long-métrage raté, et plus qu'étrange.

En effet, au premier abord, on dirait une comédie typique d'Adam Sandler, dans le registre fable fantastique familiale, comme Click, ou Histoires Enchantées. Seulement voilà : The Cobbler n'est pas produit par Happy Madison, et n'est pas un projet "de et pour" Sandler.

C'est en fait un projet de Tom McCarthy (The Visitor, Le Chef de Gare), réalisateur indépendant qui s'est fait un nom dans les comédies dramatiques douces-amères et assez "réalistes".

Et l'on se retrouve donc avec un métrage bâtard, qui a tout le potentiel d'une comédie surnaturelle à la Sandler, rythmée, improbable, et avec un fond généreux et humaniste... mais traitée de manière pseudo-réaliste, déprimante et décousue, sans l'humour habituel de Sandler, ni sa bande de potes (Buscemi excepté).

Pendant une grosse demi-heure, alors que le tout se met en place, on se dit que c'est tout à fait honorable, à défaut d'être marquant. C'est même assez touchant lorsque Sandler va voir sa mère en prenant l'apparence de son père disparu (Dustin Hoffman).

Et puis le métrage bascule alors dans le vif de son sujet, à savoir, une sombre histoire de businesswoman corrompue (Ellen Barkin) qui veut expulser des gens et faire de la spéculation immobilière, avec un Sandler qui jongle de chaussures en chaussures pour faire tomber celle-ci, tel un pseudo-vigilante caméléon, et doit faire face à des caricatures idiotes et offensantes comme "le gangsta black violent, misogyne, homophobe et transphobe, en qui on peut se déguiser pour voler des voitures", ou "le transsexuel dont on peut se moquer sans honte", etc.

Le film enchaîne alors les clichés sans le moindre rythme, sans la moindre énergie, et les rebondissements se suivent mollement, sans jamais susciter le moindre intérêt. Même le twist arrivant dans les dix dernières minutes tombe affreusement à plat, tant le réalisateur filme son sujet sans la moindre inspiration ou le moindre style, et bâcle sa conclusion.

On sent clairement le potentiel derrière ce métrage, ce qui a pu attirer Sandler dans le projet... mais tout ce potentiel s'évapore instantanément en fumée par la faute des choix créatifs de l'équipe McCarthy.

Incompréhensible.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #99 : Vice (2015)

Publié le 2 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Science-Fiction, Thriller, Action

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Vice :

À l'abri des autorités, le milliardaire Julian Michaels (Bruce Willis) a créé un monde parfait, Vice, immense centre de vacances urbain peuplé d'Artificiels, des simulacres d'humains aux réactions réalistes, avec lesquels les visiteurs fortunés peuvent assouvir légalement toutes leurs pulsions et leurs fantasmes, des plus violents aux plus torrides ; Mais lorsque l'une de ces Artificielles (Ambyr Childers) prend conscience de sa condition et de sa véritable nature, elle tente de s'enfuir, les agents de Michaels à ses trousses. Elle ne peut alors compter que sur l'aide de son véritable créateur (Bryan Greenberg), et sur la curiosité d'un officier de police irritable (Thomas Jane) bien décidé à mettre un terme aux exactions de Michaels et de ses clients...

Un film de sf/anticipation générique au possible et ultra-dérivatif, tant visuellement que conceptuellement ; ce qui serait déjà assez embêtant, mais pas forcément rédhibitoire, si l'action et le rythme étaient au rendez-vous, ou si les acteurs étaient suffisamment charismatiques pour emporter l'adhésion... malheureusement, ce n'est pas le cas ici.

Non seulement le tout est mollasson et peu inspiré, mais en prime, l'interprétation est particulièrement inégale, et très souvent en pilotage automatique (Bruce Willis qui cachetonne, Greenberg qui débite ses dialogues d'un ton monotone, Childers qui n'est guère meilleure, et Thomas Jane qui se traîne sans motivation avec une perruque moche).

Bref, le métrage dans son ensemble n'a pas grand intérêt, et ressemble vraiment à un Blade Runner du pauvre (sans même mentionner les innombrables autres influences du film) qui aurait plutôt dû être évacué en DTV.

1.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #98 : Black Storm (2014)

Publié le 1 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Thriller, Science-Fiction

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Black Storm (Into The Storm) :

Alors que le lycée de la ville de Silverton se prépare à la remise des diplômes, tous les habitants du petit bourg sont occupés, chacun de leur côté. Mais lorsque de nombreuses tornades destructrices s'abattent, les unes après les autres, sur la commune, c'est la panique générale... sauf pour un groupe de chasseurs de tornades, bien décidés à immortaliser sur pellicule des images inoubliables.

Qu'est-ce qu'on fait lorsque l'on a un script de téléfilm catastrophe digne de SyFy, 50 millions de $ de budget, et absolument aucun talent ? On prend Twister, on le refait avec des effets spéciaux qui parviennent à être plus mauvais (visiblement, n'est pas ILM qui veut, puisque ici, presque toutes les tornades semblent mal intégrées, trop nettes et détaillées par rapport aux images d'ensemble plus floues et naturelles, et que leurs déplacements et autres effets de particules ne sont jamais vraiment convaincants ; idem pour les véhicules et les doublures numériques à la masse aléatoire ; il n'y a guère que le climax du film qui fonctionne un minimum visuellement), avec des personnages encore plus insipides interprétés par des acteurs plus économiques (Richard Armitage, Jeremy Sumpter, Sarah Wayne Callies, Nathan Kress), on filme le tout avec une mise en scène à base de found footage et de camescopes (ce qui n'a aucun intérêt intrinsèque), et on enrobe le tout d'une présentation pseudo-documentaire, avec cartons d'identifiation des protagonistes, etc.

Bref, pour résumer, ce film est un ratage de compétition, plat, générique, cliché, et sans le moindre intéret, si ce n'est (pour le spectateur) celui de se moquer d'un gonzo catastrophe qui n'aurait pas dépareillé entre deux Sharknados et autres Snowmaggeddons.

1/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #97 : I Origins (2014)

Publié le 31 Mars 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Science-Fiction, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

I Origins :

Ian Gray, un chercheur en biologie (Michael Pitt), est faciné par les yeux. Athée convaincu et militant, il est bien décidé à prouver que l'oeil, structure constamment érigée en exemple par les croyants comme étant l'oeuvre de Dieu, est parfaitement naturel et le produit de l'évolution. Suivant une intuition, un jour, il rencontre une jeune femme exotique et croyante (Astrid Bergès- Frisbey) qui chamboule sa vie. Mais après la mort tragique de celle-ci, Gray commence à entrevoir dans ses recherches une possibilité inédite : l'hypothèse de l'existence de la réincarnation, apparemment identifiable grâce à l'empreinte oculaire de chaque individu.

Un film de genre assez déplaisant, qui prend le prétexte d'une opposition science/spiritualité pour livrer un pensum gentiment prétentieux et poseur, digne d'un métrage d'étudiant : les dialogues sont patauds et didactiques, le film est froid, clinique, et la relation au coeur des premières 45 minutes (avant cette scène d'ascenseur assez risible) ne paraît jamais réelle.

La faute, principalement, à des personnages tout sauf attachants et intéressants : le héros, un jeune chercheur hipster savamment décoiffé et à noeud papillon, est abrasif, donneur de leçons, intransigeant, et débite des arguments sceptiques tout droit copiés-collés d'une mauvaise section de commentaires du web ; sa compagne, cliché ambulant de la femme étrangère, sexy et mystérieuse, est forcément spirituelle et lunaire ; l'assistante du héros, là-aussi, n'est qu'un cliché : dédiée à son travail, douée, et pourtant elle peut être résumée à "seconde femme du héros et mère de son fils", un personnage-fonction à l'épaisseur de papier à cigarettes.

Bref, les personnages sont antipathiques, l'écriture est forcée et maladroite, et visuellement, c'est assez terne, ce qui compose au final un film particulièrement laborieux, et dont les ambitions sont nettement démesurées en regard de ses capacités réelles.

1.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #96 : Cyberbully (2015)

Publié le 29 Mars 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Channel 4, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Cyberbully :

Ado anglaise tout à fait normale, Casey (Maisie Williams) se trouve confrontée, un soir, à un pirate informatique qui décide de la forcer à exécuter tous ses ordres, sous peine de voir des photos compromettantes être publiées en ligne.

Un téléfilm anglais assez basique, diffusé sur Channel 4, et assez typique de tous ces mélodrames typiques des chaînes Lifetime et compagnie, à la fois moralisateur, improbable, et gentiment caricatural.

Celui-ci, néanmoins, parvient à maintenir l'intérêt de bout en bout grâce à sa durée limitée de 62 minutes, son ambiance de huis-clos oppressant, et à l'interprétation très inspirée de Maisie Williams, qui prouve qu'elle est vraiment un talent à suivre.

3.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #95 : Prédestination (2014)

Publié le 27 Mars 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Fantastique, Science-Fiction, Drame, Thriller, Australie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Predestination :

Un agent temporel (Ethan Hawke) se lance dans une ultime mission dans le passé, pour tenter d'arrêter un terroriste qui lui a toujours échappé, avant que celui-ci ne tue des milliers de personnes...

Un long-métrage australien adapté d'une nouvelle de Heinlein, qui ressemble à une version intelligente de Timecop, mais qui, malheureusement, se croit un peu plus malin qu'il ne l'est vraiment.

En effet, en adoptant, dès ses premières minutes, une structure à trous laissant volontairement des zones d'ombre (tant au point de vue scénaristique que dans la réalisation), les réalisateurs/scénaristes incitent immédiatement les spectateurs les plus perspicaces à se poser des questions.

Ce qui s'avère toujours assez dangereux lorsque l'on joue la carte du mystère et des révélations jusqu'à la toute fin du film : il faut en effet une confiance en soi (et en son script) infaillible pour se persuader que le spectateur n'aura pas trois longueurs d'avance sur le déroulement des évènements...

Et malheureusement, c'est exactement ce qui se produit ici. Les rouages de la mise en scène et le script sont trop visibles, attirant justement trop l'attention sur ce qu'ils voudraient laisser dans l'ombre, et il ne faut pas longtemps pour que l'on commence à mettre en place les pièces du puzzle, bien avant que le scénario ne tente de faire passer certaines informations pour des révélations stupéfiantes et imprévisibles.

Néanmoins, malgré cette mécanique ultra-voyante et téléphonée, le métrage s'en sort plutôt bien, principalement parce que l'interprétation est excellente : Hawke assure en timecop au bout du rouleau, et Sarah Snook, si elle ne ressemble jamais vraiment à un homme, même transgender (le maquillage est trop grossier, notamment sur les gros plans, où l'on voit les traits de crayons sur le visage de Snook), livre une prestation exemplaire dans ses diverses incarnations.

On regrettera donc que les ficelles du script soient trop voyantes, d'autant qu'il y aurait probablement là-dedans toute une double lecture psychanalytique passionnante à faire...

3.75/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #94 : Un Roman d'Amour (2015)

Publié le 26 Mars 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Hallmark, Comédie, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Un Roman d'Amour (A Novel Romance) :

Sous un alias, Liam Bradley (Dylan Bruce) est devenu un auteur new-yorkais de romances à succès, mais peu à peu, il s'aperçoit qu'il ne croit plus en ce qu'il écrit. Un jour, lors d'un trajet en avion, il rencontre une jolie journaliste littéraire, Sophie Atkinson (Amy Acker), dont il s'éprend aussitôt, sans lui révéler sa véritable carrière... mais son secret lui pèse, et bientôt, au terme d'un séjour dans le Maine, il doit choisir entre l'amour et ses romans.

Une bluette innocente, mollassonne et assez générique made in Hallmark, qui fonctionne principalement grâce au charme d'Amy Acker (qui est, soyons francs, la seule raison de regarder ce téléfilm). Pas grand chose à en dire de plus, à vrai dire, tant c'est peu inspiré, laborieux, et assez fauché au niveau des fonds verts et autres rétro-projections.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #93 : Diversion (2015)

Publié le 25 Mars 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Thriller, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Diversion (Focus) :

Nicky Spurgeon (Will Smith) est un arnaqueur de haut-vol, à la tête d'un gang de pick-pockets installé à la Nouvelle-Orléans pour le Superbowl. Là, il fait la rencontre de Jess (Margot Robbie), une apprentie arnaqueuse, qu'il prend sous son aile, et à qui il apprend toutes ses techniques. Mais après trois ans d'une séparation un peu rude, le couple se retrouve dans des circonstances radicalement différentes, et avec des objectifs diamétralement opposés...

Une semi-comédie romantique dissimulée une façade de film d'arnaque internationale et de manipulation... et c'est bien là le problème.

Les premières 45 minutes sont pourtant sympathiques, avec un Will Smith qui fait découvrir à Margot Robbie l'univers  de l'arnaque et de la programmation neuro-linguistique à la Derren Brown : c'est gentiment prévisible, on a globalement cinq minutes d'avance sur les arnaques du film, mais ce n'est pas trop grave, ça fonctionne bien.

Et puis le film décide alors de freiner des quatre fers, et de progressivement virer à la romance mollassonne et un peu creuse, sur un vague fond d'arnaque qui peine fortement à captiver ; c'est en partie à cause des deux acteurs principaux, à l'alchimie débatable : un Will Smith qui fait la gueule, et une Margot Robbie qui manque vraiment du charisme qu'Hollywood semble lui trouver depuis qu'elle a fait un quasi-full frontal dans Le Loup de Wall Street, et dont le personnage, ici, se fait en plus balader de bout en bout.

Le pire étant que Robbie n'est pas mauvaise actrice, mais elle est très générique, en plus de beaucoup rappeler Jaime Pressly, tant dans sa voix que dans son physique (et comme j'ai été traumatisé par Joy de My Name is Earl, cette ressemblance est très agaçante).

Et puis, bien sûr, le film finit par commettre le pêché cardinal des films d'arnaque : celui de rajouter mensonge sur mensonge, arnaque sur arnaque, de manière toujours plus grosse et improbable, jusqu'à ce que le spectateur finisse par douter constamment de ce qu'il voit et/ou jusqu'à ce que la suspension d'incrédulité s'effondre totalement.

On se retrouve donc avec une moitié de film réussi, d'où un très indulgent

3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #92 : Big Eyes (2014)

Publié le 24 Mars 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Biographie, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Big Eyes :

L'histoire vraie des Keane, Walter (Christoph Waltz) et Margaret (Amy Adams), qui dans les années 50 et 60 ont défrayé la chronique et lancé un mouvement artistique en peignant le portrait d'enfants aux yeux immenses. Mais en secret, Margaret faisait alors tout le travail, tandis que Walter récoltait les lauriers de cette gloire indue...

Un biopic improbable signé Tim Burton, qui délaisse pour l'occasion son style néo-gothique et excentrique pour un film beaucoup plus calme et posé, mais tout aussi étrange... car réelle.

Le film se regarde très facilement (la durée d'1h45 est rafraîchissante en ces temps de longs-métrages boursouflés), l'histoire est captivante, et les deux acteurs principaux sont excellents, mais dans des registres peut-être un peu trop différents : Amy Adams est premier degré, dramatique et touchante, tandis que Waltz est en mode cabotin, clown et bateleur.

Et si les deux styles de jeu fonctionnent globalement assez bien ensemble, par moments, Waltz vire un peu trop à la parodie (et ce bien que le véritable Walter ait été tout aussi exubérant).

Dommage, car sinon le métrage est assez réussi, dans son genre.

4.25/6

commentaires
<< < 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 120 > >>