Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Résultat pour "home alone"

Catch Review : WWE United Kingdom Championship Tournament - Round 2 & Finale (15/01/2017)

Publié le 12 Février 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Catch, WWE

Après un premier round assez quelconque, empli de matches courts et assez basiques, deux noms surnagent clairement dans ce tournoi : Pete Dunne, le bagarreur sadique et technique, et Tyler Bate, le jeune moustachu évoquant clairement Cesaro dans le ring. Suite et fin de ce tournoi, donc, avec les quarts de finale, les demis, et la grande finale permettant de couronner le tout premier champion anglais de la WWE...

WWE United Kingdom Championship Tournament 2017 - Round 2 & Finale :

# Quarts de finale

- Pete Dunne vs Sam Gradwell :

Une belle intensité, même si Gradwell ne vend pas bien la blessure subie la veille durant attaque, ce que soulignent les commentateurs... juste avant que Gradwell ne commence justement à vendre la douleur en fin de match (!) Une fin de match un peu abrupte, enchaînant un compte de 9 en dehors du ring sur un simple bodyslam contre un turnbuckle, et zou, c'est fini. Dommage, parce que Dunne a vraiment une personnalité bien à lui, et fait un bad guy impeccable.

- Mandrews vs Joseph Conners :

Démarrage assez rapide et nerveux, mais Mandrews est un peu en pilotage automatique, refaisant les mêmes spots que le match précédent, dans le même ordre, ce qui téléphone un peu sa victoire et son avancée dans la suite du tournoi. Cela dit, Mandrews est plus souvent contré, ici, ce qui rend l'affrontement plus équilibré, à défaut d'être mémorable.

- Wolfgang vs Trent Seven : 

Un match qui ne fait pas du tout dans la finesse, avec deux brutes qui se mettent sauvagement sur la tronche jusqu'à ce que ça saigne ; un vrai gros contraste avec le match précédent.

- Jordan Devlin vs Tyler Bate :

Un match plus classique et équilibré, même si, un peu comme pour le match de Mandrews, Bate fait ici le minimum syndical, ce qui a tendance à téléphoner son avancée dans le tournoi, et le fait qu'il doive donc s'économiser. 

 

# Demi-finales

- Mandrews vs Pete Dunne :

Un très bon match, tour à tour brutal, agressif, sadique et acrobatique, avec un Mandrews qui se donne complètement (prouvant par là-même une nouvelle fois qu'il était totalement sous-exploité à la TNA), et un Dunne égal à lui-même.

- Tyler Bate vs Wolfgang :

Un affrontement décevant, car une opposition de style, de gabarit, et d'âge qui avait du potentiel, mais qui débouche sur un match court et peu mémorable, avec deux adversaires qui ne se dépensent pas vraiment ; une sorte de gros prétexte pour l'après-match, avec un Dunne qui attaque directement Bate, et lui démolit l'épaule.  

 

# Entracte

- Neville vs Tommy End :

Neville dans le ring pour expliquer qu'il n'a pas voulu participer au tournoi parce que les compétiteurs n'étaient pas à son niveau. Tommy End, un Néerlandais tatoué de partout, au mohawk, et fraîchement signé à la NXT, débarque, pour un match pas très intéressant, avec beaucoup (trop) de coups de pied.

 

# Finale :

- Bate vs Dunne :

Bate, "blessé" à l'épaule, joue parfaitement les héros en péril, Dunne, lui, est impeccable en méchant sadique, et le tout donne un match très réussi, voire même relativement épique, entre deux hommes qui se connaissent bien, et qui donnent tout ce qui leur reste (450 double foot stomp O_O) pour finir la soirée en beauté.

 

En somme, une seconde soirée de tournoi nettement plus satisfaisante, comme souvent, avec des matches plus longs, plus homogènes et plus réussis. Le choix des deux finalistes est assez logique, le gagnant très satisfaisant, et, je ne le répéterai jamais assez, mais le duo Michael Cole/Nigel McGuinness était impeccable aux commentaires. 

commentaires

Catch Review : Chikara - King of Trios 2016 : Night 1 (02/09/2016)

Publié le 26 Février 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Télévision, Catch, Chikara, Review

Un public très motivé, et relativement dense, pour une soirée à thématique Pokemon Go, pourquoi pas... Le Party Tsar fait les présentations, accueille Bryce l'arbitre et Joey Styles, qui fait son truc habituel. Bon, la prise de son est assez médiocre, comme souvent, mais en guise d'introduction, ça fonctionne plutôt bien.

Chikara - King of Trios 2016 - Night 1 - 02/09/2016 :

- Huitièmes de finale -

- Team Major League Moustache (Dasher Hatfield + Tyler Bate + Trent Seven) vs Team Batiri (Obariyon + Kodama + Kobald). Première partie de match très solide, avec la Team Moustache qui domine, puis passage beaucoup plus brouillon une fois que le Batiri prend le contrôle, et fin de match assez moyenne.

- Team United Nations (Juan Francisco de Corono + Prakash Sabar + Boar of Moldova) vs Team Police Squad (Supercop Dick Justice + Officer Warren Barksdale + Bill Carr). Un match comique sans réel moment très mémorable, et plus intéressé par l'humour que par l'action.

- Hornswoggle/The Big Deal n'est pas là ce soir, donc tirage au sort d'un remplaçant, avec des noms improbables, comme toujours, malheureusement à moitié incompréhensibles à cause de la prise de son médiocre.

- Team Submission Squad (Gary the Barn Owl, Davy Vega & Pierre Abernathy) vs Team Colony (Soldier Ant, Fire Ant & Silver Ant). Joli séquence de soumissions par Davy Vega sur un Silver Ant blessé, mais sinon, la Colony fait le gros du boulot, comme d'habitude.

- Team Shimmer (Candice LeRae, Solo Darling & Crazy Marie Dobson) vs Team Original Divas Revolution (Lisa Marie, Mickie James & Jazz). Joey Styles qui se permet des vannes à l'encontre de la TNA et de la WWE, c'est toujours amusant. Un affrontement bordélique, mais pas désagréable, et qui permet de voir des visages inhabituels face à des vétérans de la discipline. Cela dit, j'aurais préféré une victoire de la Team Shimmer, plus jeune et dynamique.

- Team Just a Lot of Ant (Missile Assault Man, Bullet Ant & Worker Ant) & Team heXed Man (Icarus, Jigsaw & Hallowicked). Un match à la limite du squash à rallonges avec une opposition de styles intéressante, puisque la Team Hexed est über-heel et über-brutale, préférant démolir ses adversaires plutôt que de tenter de les épinger. Cela dit, c'était suffisamment bien mené pour ne pas être soporifique, comme les squashes à rallonges peuvent parfois l'être.

- Team JPW (Command Bolshoi & Hanako Nakamori & Manami Katsu) vs Team Serpentine (Ophidian, Amasis & Argus). Trois joshis contre un trio ayant fait ses preuves, pour un match globalement équilibré, malgré quelques moments brouillons de la part des joshis.

- Team NRG (Heidi Lovelace & N_R_G) vs Team Sendai Girls (Cassandra Miyagi & Dash Chisako & Meiko Satomura). Pas fan de Lovelace ou de N_R_G, j'étais plutôt  intéressé par l'équipe japonaise, assez atypique et improbable. Quelques approximations de cette équipe, un peu de no-selling, mais un affrontement intéressant, néanmoins.

- Team Warriors Three (ThunderFrog & Princess KimberLee & Oleg the Usurper) vs. Team #CWC (Cedric Alexander & Johnny Gargano & Drew Gulak). Un match bien nerveux et long, avec une team CWC qui s'amuse avec son nom (CWC pour le Cruiserweight Championship de la WWE, auquel les trois membres de l'équipe ont pris part), et place des finishers de la WWE, et une Princess Kimberlee qui tient tête aux hommes qui l'entourent.

 

Dans l'ensemble, une première soirée un peu brouillonne, mais loin d'être désagréable, et un peu meilleure que certaines "Night 1" ne l'ont été de par le passé. Quelques résultats surprenants (l'élimination de la Team Shimmer et de la Team Serpentine au profit des guests), mais rien de vraiment dramatique, pour le moment. Joey Styles, aux commentaires, a mis un peu de temps à s'habituer à l'univers étrange de la compagnie, mais il finit par s'y immerger, et par faire son travail de manière tout à fait compétente.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2017 - 11 - XX (2017)

Publié le 25 Septembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Oktorrorfest, Horreur, Anthologie, Halloween

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

XX :

Anthologie horrifique en 4x15/20 minutes, et qui a été principalement vendue (et applaudie par les critiques) sur le fait qu'elle est entièrement réalisée et écrite par des femmes. 

- Fil rouge narratif :

Une maison de poupées animée en stop-motion par Sofia Carrillo. Techniquement, c'est joli et lugubre, mais ça n'a absolument rien à voir avec le reste du film, et ça ne fait pas un bon lien narratif entre les segments. 3/6

- The Box, par Jovanka Vuckovic :

Lors d'une promenade en ville pour Noël, Danny (Peter DaCunha), le fils de Susan (Natalie Brown), parvient à jeter un coup d'oeil dans le paquet-cadeau mystérieux d'un inconnu (Michael Dyson). Aussitôt, il cesse de se nourrir, et progressivement, cette étrange habitude se transmet à sa soeur, puis au reste de la famille.

Un segment adapté d'un récit de Jack Ketchum, et qui aurait eu un potentiel certain, façon Quatrième Dimension, si l'interprétation générale n'était pas totalement à l'ouest : la mère de famille est totalement froide, distante et indifférente (que ce soit voulu ou non, ça empêche totalement de s'attacher au personnage), le père surjoue un peu, le timing global des scènes est bancal, et la chute est forcément frustrante puisqu'elle botte en touche. 3/6 (les effets d'amaigrissement ne sont pas mauvais)

- The Birthday Party, par Annie Clark :

Mary (Melanie Lynskey) tente d'organiser une fête d'anniversaire pour sa fille (Sanai Victoria), mais lorsqu'elle découvre le cadavre de son mari (Seth Duhame) dans son bureau, elle doit tout faire pour ne pas ruiner la petite fête des enfants.

De la comédie noire et absurde, qui est relativement amusante à regarder (les cartons-titres de conclusion sont bien trouvés), assez désagréable du point de vue sonore, et semble étrangement inaboutie, car elle n'ose pas passer la seconde, et tente d'être trop décalée pour son propre bien. 2.5/6

- Don't Fall, par Roxanne Benjamin :

Deux hommes et deux femmes partent faire du camping, et découvrent des pétroglyphes étranges à flanc de montagne ; à la nuit tombée, Gretchen (Breeda Wool), pourtant peureuse, s'aventure dans les ténèbres, et elle devient le nouvel avatar d'une créature sanguinaire.

Un segment générique, cliché et inintéressant au possible, tellement basique que ça en devient agaçant. 2/6 (cela dit, visuellement parlant, c'est tout à fait honorable)

- Her Only Living Son, par Karyn Kusama :

Cora (Christina Kirk), une serveuse célibataire, se consacre totalement à son fils Andy (Kyle Allen). Mais à l'approche du 18ème anniversaire de celui-ci, Andy commence à devenir violent et incontrôlable... ce qui ne semble pas déranger la communauté qui l'entoure, et qui semble l'adorer.

Pas de véritable surprise au programme, ici, puisque dès la première scène, on devine qu'on est en plein dans La Malédiction - 18 ans après : ce n'est pas du tout original, donc, mais c'est bien exécuté, très bien interprété et c'est assez compétent, malgré un rythme un peu défaillant sur la durée. 3.5/6

----------------------------------------------------------------

Aucune réelle unité thématique (à la limite, le concept de maternité joue vaguement un rôle dans trois des quatre segments, et dans le fil rouge, mais c'est tellement peu développé que ça s'arrête là), aucun segment réellement réussi ou original, bref, pas grand intérêt que cette anthologie 100% féminine. Ce n'est pas un désastre, mais dans l'ensemble, bof.

2.75/6

commentaires

Catch Review : Chikara - King of Trios 2016 : Night 3 (04/09/2016)

Publié le 18 Mars 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Catch, Chikara, Télévision

Ultime soirée de l'édition 2016 de ce grand tournoi encadré par la Chikara, une troisième soirée qui, généralement, monte nettement en puissance...

King of Trios 2016 - Night 3 - 04/09/2016 :

- King of Trios - Demi-finale : Team Sendai Girls vs Warriors Three. Un match un peu bancal, notamment au niveau du rythme, et de l'énergie globale des compétiteurs, pas forcément tous au même niveau d'intensité : on a toujours l'impression que les deux hommes se retiennent un peu, et Thunderfrog n'est pas très présent dans le match.

- King of Trios - Demi-finale : Team JWP (Hanako Nakamori, Manami Katsu, & Command Bolshoi) vs Hallowicked, Jigsaw & Icarus. Pas un match désagréable, mais fin décevante et en queue de poisson motivée par le booking des HexMen, quand ceux-ci continuent de démolir leurs adversaires, et se font DQ.

- Arik Cannon vs. Mark Angelosetti. Un match équilibré et tout à fait honorable, mais qui ne passe jamais vraiment la seconde.

- Tag Team Gauntlet.

# Devastation Corp dans le ring, se font distraire par leur ancien manager, se font démolir par Smashmaster, et se font éliminer par N_R_G sous les sifflements de la foule.

# Big Deal Security vs N_R_G est plein de botches et de moments approximatifs.

# Drew Gulak (aka Soldier Ant) & Orange Cassidy (aka Fire Ant) vs BDS fait dans la comédie.

# Gulak & Cassidy vs Sea Stars est là aussi de la comédie nawak, avec filet de pêche, et tout et tout (!).

# G&C vs Crummels & DeFarge était bâclé.

# Crummels & DeFarge vs Los Ice Creams était encore pire, avec des botches affreux de la part de C&D.

# Dez Peloton vs C&D était beaucoup trop long et sérieux.

# DP vs Hermit Crab and Rock Lobster, un peu de comédie, et de l'agressivité.

# DP vs United Nations est une formalité.

# United Nations vs Xpac & Billy Gunn, uniquement là pour se moquer du photocopillage du gimmick de X-pac, et pour faire quelques promos post-match amusantes.

Un Gauntlet malheureusement très brouillon, avec trop de comédie, pas assez d'équipes connues, et une conclusion finalement assez inutile. Tout ça pour ça, en fait.

- Lucas Calhoun (un pseudo Elvis) vs. Chuck Taylor™ (aka Stokely Jathaway, qui a "acheté" la ™ de Chuck Taylor au catcheur appelé ainsi, et qui fait son entrée en chantant ultra-faux). Pas un vrai match, de la grosse comédie lourde, façon Grado. Bof.

- Rey De Voladores Finals - Aero Star vs Tony Nese. Nese remplace Frightmare, blessé, dans la finale du Rey de Voladores. Un excellent match plein de voltige improbable, et qui s'avère très satisfaisant malgré un finish un peu abrupt.

- King of Trios - Finale : Team Sendai Girls vs Team JWP. Mouais. Quackenbush se venge du plantage de ses Joshimanias, il y a quelques années, en offrant à son King of Trios une finale exclusivement féminine et japonaise... avec les avantages et les inconvénients que cela comporte : d'un côté, c'est assez sec, brutal, et compétent, et de l'autre, c'est approximatif, sans grand selling, et parfois assez répétitif.

 

Une troisième soirée assez moyenne, pour ne pas dire décevante, entre les matches des Trios dans lesquels les filles se sont économisées pour la finale, le Gauntlet inutile et brouillon, et le reste du meublage. Même la finale du RdV est un peu abrupte sur sa fin, et donc pas totalement satisfaisante.

Dans l'ensemble, un KoT très inégal, qui, contrairement aux autres années, donne un peu l'impression de s'essouffler à mesure que le week-end avance. Je suis curieux de voir ce que va donner l'édition 2017, en septembre, puisqu'elle se déroulera en Angleterre, et que la compagnie a perdu plus de la moitié de son roster, cette année...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2017 - 45 - The Devil's Candy (2015)

Publié le 18 Octobre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Oktorrorfest, Halloween, Horreur

Chez les Téléphages Anonymes, Octobre est synonyme d'Halloween et d'Oktorrorfest, notre marathon de cinéma fantastique et d'horreur, qui continue jusqu'en Novembre...

The Devil's Candy :

Famille métalleuse heureuse et décontractée, les Hellman (Ethan Embry, Shiri Appleby, Kiara Glasco) s'installent dans une nouvelle demeure, soldée pour cause de morts entre ses murs. Là, Jesse, le père artiste peintre, retrouve l'inspiration et, inspiré par des murmures et des voix, commence à peindre des toiles sinistres et macabres. Mais lorsque Ray (Pruitt Taylor Vince), le fils du couple décédé dans cette maison, refait surface, hanté par ces mêmes murmures qui le poussent à tuer, et à s'intéresser à la fille de Jesse, la situation vire rapidement au drame...

Raaaah, quel film frustrant.

Frustrant, parce que quasiment toutes les pièces sont réunies pour faire un excellent film de genre à tendance métal, à commencer par cette famille ultra-attachante, que ce soit Embry, sec, découpé, à l'apparence quasi-animale et christique, Appleby, plus rangée et sage, toute en contraste, et la petite Kiara Glasco, déjà excellente dans la série Copper. Une famille on-ne-peut-plus métal, crédible et sympathique, qui dès le début du film, donne envie de les suivre dans leurs mésaventures.

La réalisation, ensuite, stylisée, tour à tour subtile et maline, ou plus brute de décoffrage, parvenant à très bien instaurer une ambiance malsaine, en s'appuyant sur un travail sonore intéressant, et sur un score métalleux de Sunn O))). Et justement, ce travail sonore, ces murmures sataniques qui hantent deux personnages, et qui semble orienter le film dans une direction ouvertement surnaturelle et démoniaque... tout ça fonctionne très bien.

Au fil du métrage, la tension monte progressivement, aidée par un montage habile et parallèle des exactions de Ray, et du travail artistique de Jesse. On s'attend à quelque chose de malsain, on voit des sous-intrigues potentielles apparaître, etc... et puis arrive le dernier quart d'heure (le film dure à peine 70 minutes, avec du Metallica en prime pour le générique de fin), et là, le métrage s'essouffle soudain, finissant par donner une impression d'inabouti, comme s'il avait subi des coupes imprévues faute de budget.

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir prévenu plus tôt, par la bouche d'un pasteur télévisé : dans ce film, le diable n'est pas un démon cornu, c'est le mal qui vit au coeur des hommes... et donc, le métrage de délaisser, dans son dernier quart d'heure, les murmures sataniques et l'influence du Malin, pour se résumer à un film de siège un peu trop bourrin, opposant la famille de Jesse à Ray, en mode assaut frontal sur la maison.

Soit.

Le fantastique se trouve alors relégué au second, voire troisième plan, et le film devient plus simpliste, succombant à un incendie beaucoup trop numérique (malgré quelques plans assez réussis à base de Flying V) pour convaincre, et à une confrontation frustrante de brièveté.

Vraiment dommage que le soufflé retombe autant sur la fin, mais cette maladresse n'est pas forcément surprenante : au fil du film, rien qu'en remarquant les noms des personnages et des lieux (Hellman, Smilie, Belial, Shelter...), on pouvait deviner que la finesse et la subtilité ne seraient pas forcément toujours au rendez-vous... mais ça reste néanmoins frustrant.

3.75/6, tout de même, pour l'atmosphère et la distribution.

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (6/9)

Publié le 14 Mai 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek

Je continue mon passage en revue de la saison 6 de Star Trek Voyager, entamée il y a plus d'un mois et demi, une saison qui reste toujours assez inégale, naviguant entre épisodes très moyens et d'autres plus sympathiques...

Star Trek Voyager, saison 6

6x16 - Collective : 

En mission, Tom, Harry, Chakotay et Neelix tombent nez à nez avec un cube borg en piteux état, contrôlé par seulement 5 drones, et ils sont capturés. Au Voyager de les tirer de là, et de composer avec ce collectif inhabituel composé d'adolescents à demi-assimilés.

Une variation semi-intéressante des épisodes borgs habituels, même si bizarrement, il est difficile de se sentir totalement concerné par l'épisode, tant ce n'est que ça : une énième variation (pas vraiment rythmée) des épisodes borgs de Voyager, qui continue d'affaiblir la menace représentée par cette race, et n'apporte pas grand chose, à part des personnages vaguement récurrents (qui sont cependant assez bien interprétés), un bébé borg animatronique (assez glauque), et un Harry Kim en danger (dont on se contrefout royalement, soyons francs).

 

6x17 - Spirit Folk :

Parce que le programme holographique est activé 24h/24, la communauté de Fair Haven commence à connaître des bugs visibles, et les personnages commencent à s'apercevoir de l'étrangeté et des pouvoirs improbables des membres de l'équipage du vaisseau...

Une suite indirecte de l'épisode 6x11, qui tient ici de la farce éhontée demandant de fermer les yeux sur plein de grosses ficelles et de raccourcis, et de laisser son cerveau au vestiaire.

Pour peu qu'on y parvienne, et qu'on ne soit pas trop allergique aux accents, à la musique, et à l'interprétation des Irlandais de service (sur lesquels le gros de l'épisode repose), alors le tout est assez regardable, et par moments, c'est même amusant.

Mais ça reste très très anecdotique. Et très décevant de la part de Bryan Fuller.

 

6x18 - Ashes to Ashes :

Quand Lyndsay Ballard, une enseigne de vaisseau tuée des années plus tôt, retrouve soudain le Voyager, elle explique qu'elle a été ramenée à la vie par une peuplade extraterrestre, qui l'a remodelée à son image. Mais la réintégration de la jeune femme à l'équipage n'est pas si facile, surtout pour son meilleur ami Harry Kim...

Un épisode qui aurait pu s'appeler "Rétrocontinuité", tant il use et abuse de ce concept pour rendre son postulat de départ plausible... tout en refusant formellement de prendre en compte la continuité réelle de la série, puisque si l'on commence à réfléchir un peu à ce qu'on nous dit à l'écran (la chronologie, les conditions de la mort de Ballard, sa présence à bord, ses rapports avec Kim), absolument rien n'est possible.

Si l'on ferme les yeux sur tous ces problèmes, cependant, l'épisode est très regardable, et plutôt bien interprété, malgré un maquillage extraterrestre assez peu inspiré, à mi chemin entre le Cardassien pour les hommes, et la Reine borg pour les femmes.

En fait, l'épisode est bien meilleur en théorie qu'en pratique, et l'exécution n'est pas à la hauteur de son postulat, à l'image de la sous-intrigue de Seven et des enfants borgs : ce n'est pas désagréable, et la continuité avec le 6x16 est bienvenue, mais c'est un peu maladroit et surligné, et la scène final, qui tente de relier au forceps les deux intrigues de l'épisode, arrive comme un cheveu sur la soupe...

 

À suivre...

(épisodes 6x01-03 ; 6x04-06 ; 6x07-09 ; 6x10-12 ; 6x13-15)

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2017 - 65 - Saga House : House (1986) & House 2 - Le Deuxième Étage (1987)

Publié le 1 Novembre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Fantastique, Oktorrorfest, Halloween, Horreur, Cinéma, Comédie

Chez les Téléphages Anonymes, l'Halloween Oktorrorfest - notre marathon de cinéma fantastique et d'horreur - continue jusqu'à la fin de la semaine prochaine...

House :

Romancier d'horreur à la dérive depuis la disparition de son fils lors d'un séjour dans la demeure de sa tante (Susan French), Roger Cobb (William Katt) a perdu pied, et sa carrière est au point mort. Divorcé de l'actrice Sandy Sinclair (Kay Lenz), et désireux de se lancer dans l'écriture d'un nouveau roman basé sur son expérience au Vietnam, Roger s'installe alors dans la demeure en question, dont il vient d'hériter, et qui recèle bien des mystères surnaturels...

Premier métrage de la série des House, cette comédie horrifique est produite par une partie de l'équipe des premiers Vendredi 13, mais elle lorgne clairement plus vers les Evil Dead de Raimi : un homme seul, dans une maison qui s'anime de manière improbable (monstres en latex difformes et grotesques, objets qui prennent vie, stop-motion, animaux empaillés qui deviennent agressifs, visions étranges, et réactions assez caricaturales et outrées du jeune héros), le tout avec un ton jamais très sérieux.

Du moins, sur le papier, car ce House original est souvent plus prêt d'Evil Dead premier du nom, que de ses suites. La première demi-heure du métrage, ainsi, est bien trop sérieuse pour son propre bien, à grands renforts de flashbacks ultra-fauchés du Vietnam (dans des jungles de cinq mètres carrés, en studio), et d'un personnage torturé par ses erreurs et par son passé.

Par la suite, le métrage reste bien trop fluctuant, avec le postérieur constamment entre deux chaises : ça alterne entre brefs moments d'horreur comique, avec des monstres, des esprits et des réactions surjouées, et énormément de remplissage (les flashbacks, donc, mais aussi le voisin rondouillard - George Wendt -, la police, l'ex-femme, la sous-intrigue mollassonne avec une voisine sexy - Mary Stävin - et son fils...).

Sans oublier la réalisation un peu pataude (et télévisuelle), et aussi, plus problématique, le fait que la demeure-titre soit particulièrement peu effrayante : trop lumineuse, trop moderne, trop cozy, il n'y a là pas la moindre ambiance, ce qui ne pardonne pas.

Bref, malgré ses quelques moments cartoonesques et décalés, le film reste dans l'ensemble vraiment trop quelconque et inégal, mal rythmé, et tiraillé entre le sérieux et la comédie, sans jamais s'avérer totalement convaincant dans l'une ou l'autre catégorie.

3/6, pas plus, et principalement pour les créatures et les maquillages.

House II : Le Deuxième Étage (House II : The Second Story) :

Jesse (Arye Gross) et Kate (Lar Park Lincoln), un jeune couple de citadins branchés, s'installent dans le vieux manoir familial, où ils sont vite rejoints par Charlie (Jonathan Stark), un ami excentrique de Jesse, et Lana (Amy Yasbeck), la petite amie de Charlie, une chanteuse ambitieuse. Mais rapidement, Jesse et Charlie sont entraînés dans une aventure improbable, à mesure que les phénomènes surnaturels se multiplient : cow-boys zombies, crâne de cristal, malédiction maya, créatures difformes, sauvages masqués, barbares bodybuildés, dinosaures, portails interdimensionnels, bébé cracoucass, chenille canine, vengeance d'outre-tombe, princesse indigène et électricien-aventurier (John Ratzenberger)...

Alors là, absolument rien à voir avec le premier film, et c'est tant mieux.

Ici, un peu comme du côté de Raimi et de ses Evil Dead, on passe d'un premier opus semi-sérieux, à quelque chose de totalement délirant et cartoonesque, qui se débarrasse de tout semblant horrifique pour faire place à un divertissement familial d'Halloween tellement déjanté et improbable qu'il en devient attachant.

Dans l'absolu, ce n'est pas du tout un bon film d'horreur, ce n'est pas particulièrement bien rythmé, et ce n'est pas forcément toujours très bien joué par tout le monde, mais ça part tellement dans tous les sens, avec un bestiaire génial et avec une bonne humeur tellement décomplexée que le film est tout simplement mémorable, et l'un de mes métrages préférés à cette période de l'année.

4.5/6 (mention spéciale à Bill Maher en patron yuppie fourbe)

(et pourquoi ne suis-je pas surpris de voir le traducteur de l'affiche originale passer totalement à côté du jeu de mots de "The Second Story", en traduisant le tout littéralement, sans comprendre le double sens Story = Histoire/Étage...?  Ah là là, les années 80... *soupir*)

commentaires

Les bilans de Lurdo : Breaking Bad - Le Film (2017)

Publié le 2 Juillet 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, AMC, Drame, Thriller, Action

Que se passe-t-il lorsque Lucas Stoll et Gaylor Morestin, deux fans français de Breaking Bad (2008-2013), la série culte de Vince Gilligan (multi-primée, et considérée par beaucoup comme l'une des meilleures séries de l'histoire de la télévision) décident de se livrer à une expérience improbable : prendre sur leur temps libre pendant plusieurs années, et résumer les 62 épisodes de la série diffusée sur AMC en un long-métrage de deux heures à peine ?

Breaking Bad - Le Film :

Walter White (Bryan Cranston), un professeur de chimie dont l'épouse (Anna Gunn) attend un second enfant, apprend soudain qu'il est atteint d'un cancer incurable des poumons, qui ne lui laisse, au mieux qu'un an ou deux à vivre s'il se soigne. Mais pour cela, il a besoin d'argent, et il se tourne alors vers Jesse Pinkman (Aaron Paul), l'un de ses anciens élèves devenu petite frappe : ensemble, les deux hommes se lancent ainsi dans la fabrication et le commerce de methamphétamine, un trafic qui va leur apporter énormément d'argent, mais aussi énormément de problèmes, et les transformer radicalement...

Je l'avoue sans peine : je n'ai jamais regardé la série Breaking Bad. À l'époque de sa diffusion, je n'étais pas vraiment intéressé par le postulat de départ (trop similaire à d'autres séries câblées US, comme Weeds, que j'avais fini par délaisser), par l'univers des trafiquants de drogue, par l'environnement du Nouveau Mexique, par la maladie de Walter, par la distribution (notamment Anna Gunn, qui m'avait horripilé dans les quelques scènes que j'avais vues de la série), etc, etc, etc...

Et plus la série gagnait en popularité et en influence, plus mon esprit de contradiction et ma fainéantise se sont imposés : cinq saisons de Breaking Bad, ce n'était pas pour moi.

Mais en découvrant cette version condensée créée par des fans, je me suis dit : pourquoi pas ? Pourquoi ne pas tenter l'expérience, tout en ayant totalement conscience des limites de l'aventure ?

Il est évident qu'en 120 minutes, il était impossible de résumer 62 heures de série : ne serait-ce qu'au niveau du développement des personnages, de leurs relations, et de l'attachement du spectateur à ces derniers (que ce soit un attachement positif, pour les bonnes séries, ou digne d'un syndrôme de Stockholm, pour les mauvaises), la version long-métrage de Breaking Bad ne pouvait pas, sur papier, rendre justice aux personnages et à l'écriture de la série.

Et cela se perçoit notamment dans le cas de Jesse Pinkman, qui est largement passé au second, voire au troisième plan du récit dans la version "cinéma" : Aaron Paul y a tout de même le temps d'impressionner par son charisme, mais il fait presque de la figuration durant le plus gros du film, et n'est qu'un pion dans un métrage intégralement centré (sans surprise) sur Walter White.

Un Walter White au parcours plutôt cohérent et bien retranscris (même si, vers la fin, il manque clairement de quoi vraiment expliciter son évolution finale), bien aidé en cela par la prestation habitée de Cranston. Face à lui, dans la version de deux heures, seul Hank (Dean Norris) existe réellement, étant l'antagoniste principal de Walter, et le plus proche de lui.

Si les deux heures de métrage parviennent à bien équilibrer l'évolution de la relation Walter/Hank, et l'ensemble des événements de la série, elles ne sont pas sans défaut. Tout le monde n'est pas logé à la même enseigne, et autant je peux comprendre l'intégration des spots de pub pour Saul, qui sont des fan-favorites, autant je me dis que ces quelques minutes auraient pu être consacrées à Jesse, ou à approfondir certaines des relations résumées à l'écran (en tout cas, la femme de Walter n'est toujours pas attachante ou touchante).

Bref, au final, cette version de deux heures m'est apparue globalement compréhensible et intéressante, bien que n'étant clairement qu'un squelette sur lequel 60 heures supplémentaires de développement viennent se greffer. Je suppose que pour les fans de la série, cette version est un blasphème qui coupe tout ce qui est important, mais malgré l'aspect "résumé" indéniable, on s'attache tout de même à Walter et à ses mésaventures, tant la présence de Cranston est incontournable ; ce qui, en soi, est bien la preuve de quelque chose de très spécial au niveau de l'alchimie entre un personnage et son interprète.

Cela dit, bien que j'aie apprécié ces deux heures, ce n'est pas pour autant que je vais m'attaquer à l'intégrale de la série. Mes réserves initiales sont toujours présentes, et ce qui est supportable et intéressant en 120 minutes, ne le sera probablement pas pour moi sur toute la durée.

4/6, bitch.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #651 : SEMAINE ST-VALENTIN - Spanglish (2004), La Saison des Amours (2012) & Un Prince Pas Très Charmant (2011)

Publié le 16 Février 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Drame, Romance, Télévision, Hallmark

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus. Et cette semaine, on se concentre sur la romance, à l'occasion de la Saint Valentin...

​Spanglish :

Mère célibataire, Flor (Paz Vega), une immigrante illégale mexicaine, trouve un travail chez les Clasky, Deborah (Téa Leoni) et John (Adam Sandler), un couple américain aisé qui ne parle pas espagnol. Bien vite, cependant, la barrière du langage fait que Flor s'installe avec sa fille chez les Clasky, et se rapproche progressivement de John, qui peine par ailleurs à supporter son épouse instable, égocentrique et hystérique...

Une dramédie romantique américaine assez inégale, qui aborde de nombreuses thématiques (différences culturelles, immigration, lutte des classes, intégration, mariage, problèmes psychologiques, parents, enfants, romance, etc), mais ne parvient pas à toutes les approcher avec la même subtilité.

Parfois, cela fonctionne très bien (tout ce qui a trait aux enfants, ou encore la romance jamais consommée entre Sandler et Vega), et parfois, cela vire à la mauvaise caricature (Leoni et sa mère, notamment, et leurs scènes clairement sitcomesques, alors que Leoni assure pourtant dans un rôle déjà particulièrement antipathique et insupportable - d'autant plus que ce personnage me rappelle des personnes que j'ai bien connues IRL).

Ajoutez à cela une réalisation assez transparente, et on se retrouve avec un tout longuet et qui déçoit un peu. Dommage, parce que le tout est globalement plutôt intéressant, et assez bien interprété (la jeune Sarah Steele est mémorable).

3/6

La Saison des Amours (Strawberry Summer) :

Beth Landon (Julie Mond), enseignante en musique dans un lycée et Reine des Fraises de sa ville, invite une superstar de la musique country, Jason Keith (Trevor Donovan) à se produire lors du Festival des Fraises local. Mais Keith est un bad-boy à la réputation calamiteuse, et lorsqu'il arrive, Beth comprend vite que, derrière son attitude, le chanteur est quelqu'un de torturé, et qui cache un profond secret pouvant bouleverser sa carrière. Pourtant, ensemble, l'enseignante et la star de la country vont apprendre à se connaître, et à se faire confiance...

Un téléfilm Hallmark particulièrement country et... euh... je m'aperçois que je n'ai absolument rien à en dire. Rien de bien, en tout cas.

C'est clairement l'un de ces téléfilms romantiques Hallmark faits avec un budget minimaliste, avec un couple d'acteurs principaux inconnus, peu charismatiques, mais suffisamment beaux et compétents pour faire illusion, et confiés à une équipe technique bon marché.

Ici, outre l'histoire inintéressante au possible, et les seconds rôles (Shelley Long en tête) qui en font trois tonnes, cela se traduit surtout par un montage déficient, qui change d'axe et de sujet toutes les deux secondes, ou à chaque fin de phrase, tentant ainsi d'insuffler un rythme de blockbuster à des scènes et à un film qui n'en ont pas besoin.

Résultat, tout sonne faux et forcé, et instinctivement, on perçoit que quelque chose ne tourne pas rond d'un point de vue technique. À oublier très vite.

1.5/6

Un Prince Pas Très Charmant (Fixing Pete) :

Pete (Dylan Bruno), journaliste sportif, est un véritable cliché ambulant de l'homme beauf, sexiste et macho, sans le moindre raffinement ; Ashley (Brooke Burns), elle, est l'une de ses collègues, qui présente une rubrique de relooking ultra-populaire. Lorsque leurs patrons leur demandent de s'associer, pour qu'Ashley relooke Pete dans le cadre de sa rubrique, les deux reporters s'insurgent, d'autant que le courant ne passe pas du tout entre eux. Jusqu'à ce qu'ils apprennent mieux à se connaître...

Le titre français de cette rom-com Hallmark résume bien le tout : on est dans un conte de fées, avec personnages caricaturaux, musique envahissante, rebondissements totalement prévisibles et basiques, et protagoniste masculin assez peu attachant.

Non pas que cette version masculine de My Fair Lady soit mal jouée, mais tout y est tellement générique et insipide qu'au final, on oublie les 3/4 du récit à peine le métrage terminé.

Et Stacy Keibler y est sous-exploitée, en plus.

2/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien....

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #558 : The Image Revolution (2014)

Publié le 14 Juillet 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Documentaire, Biographie, Histoire

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

La Révolution Image (The Image Revolution) :

Il y a 25 ans, insatisfaites par le traitement que leur réservait Marvel, pour qui elles travaillaient, sept des plus grandes stars de l'industrie de la bande dessinée américaine - Jim Lee, Marc Silvestri, Rob Liefeld, Todd McFarlane, Erik Larsen, Jim Valentino et Whilce Portacio - décidaient de faire sécession, et de fonder leur propre maison d'édition, Image.

Contre toute attente, et contre toute prédiction, l'opération est un succès retentissant, qui propulse ces talents au firmament de l'industrie, les rend immensément riches, et change à jamais la face du monde des comics.

Aujourd'hui, Image est toujours en activité, et connaît un succès toujours plus florissant, le produit d'une évolution qui ne s'est pas faite sans heurts : entre conflits d'intérêts, égos démesurés, résistance de l'industrie et des jeunes talents, folie des grandeurs, et crash économique, la vie d'Image a été secouée de nombreux séismes, et il a fallu le départ de plusieurs membres fondateurs (dont Jim Lee, désormais grand patron de DC Comics), pour qu'Image se réoriente et se positionne comme une alternative indépendante aux deux géants que sont DC et Marvel. Désormais, face aux super-héros de la concurrence (et contrairement à ses débuts), Image propose des récits différents, créés et contrôlés par leurs auteurs, au nombre desquels le fameux Robert Kirkman, et son Walking Dead.

Ce documentaire résume donc l'essentiel de la genèse de la compagnie, et de son histoire, au travers d'innombrables vidéos d'archive, et autres interviews avec tous les membres fondateurs d'Image.

Parmi ces derniers, c'est Rob Liefeld, qui, paradoxalement, s'en sort le mieux, tant son caractère rigolard, déconneur et sympathique le rend éminemment attachant, et compense le fait qu'il est un piètre imitateur, qu'il n'est pas très drôle, et qu'à l'époque, il était totalement immature, égocentrique et bordélique, tout en étant responsable des plus gros problèmes de ce collectif. Jim Lee, lui, paraît vraiment discret, humble et travailleur, tandis que Silvestri est le grand frère plus détaché, Larsen l'artiste excentrique, Valentino le vétéran, et McFarlane, le businessman ambitieux, calculateur, malin et meneur d'hommes. 

On suit donc toute cette petite équipe de leurs débuts de poids lourds chez Marvel, à leurs premiers pas enthousiastes mais précipités, en tant qu'Image, avant de passer à leur succès de rock-stars... et c'est là que ça se gâte, puisque personne au sein de l'équipe (hormis McFarlane) ne savait dans quoi ils mettaient les pieds, ou comment gérer une entreprise.

Sans surprise, Image a alors connu une traversée du désert, parallèle à l'éclatement de la bulle spéculative du marché du comic-book, que la compagnie avait bien alimentée pendant un temps. Et c'est lorsque l'on aborde vraiment cette période difficile que l'on s'aperçoit que ce qui est sympathique avec ce documentaire, c'est que malgré les brouilles, malgré les disputes de l'époque, tout le monde assume ses erreurs, et tout le monde est resté en contact.

Le documentaire peint donc un portrait très sympathique de tout ce petit monde, mais malheureusement, le métrage n'est pas très long (80 minutes), et le temps qu'il consacre à ces personnalités est autant de temps qui aurait pu être utilisé pour mieux replacer la "révolution Image" dans son contexte, et pour bien en décrire ses conséquences. À l'identique, le film fait un peu l'impasse sur la dernière décennie d'Image, avant le succès Walking Dead, et manque d'un point de vue extérieur, peut-être plus objectif, sur la compagnie et sur son influence réelle, tant au niveau artistique que commercial, contractuel et professionnel.

Mais dans l'ensemble, ça reste un documentaire intéressant pour quiconque s'intéresse à l'industrie, et a grandi avec les comic-books Image. Il ne faut simplement pas s'attendre à quelque chose de forcément totalement exhaustif, ou de totalement neutre sur le sujet.

4.25/6   

commentaires

Catch Review : TNA Impact (23/09/2015)

Publié le 27 Septembre 2015 par Lurdo dans Catch, Review, Critiques éclair, Télévision, TNA

Après cet Impact, plus qu'une semaine avant Bound For Glory...

Impact du 23/09/2015 :

- La Team TNA dans le ring, avec Dixie, et tout le roster autour du ring, pour triompher très "humblement" suite à la semaine dernière ; incroyable comme tout ça est forcé; notamment avec Galloway, qui continue de faire la même promo toutes les semaines. Dixie annonce un 5-way pour le spot de challenger @ BFG, et se plaint de la trahison de EY, qui comme Big Show, a un "contrat en béton armé", et ne peut donc pas être viré. D'autant qu'à chacune de ses interventions, EY se transforme un peu plus en Ric Flair dans sa diction et ses promos. Dixie finit par booker un lumberjack match entre EY & Melendez.

- Melendez vs EY, Lumberjack match. Énième match entre les deux hommes, donc pas vraiment intéressant, d'autant que le finish est faiblard au possible, et que les lumberjacks n'ont servi à rien, mais bel effort de Melendez, qui fait tout le match sur une jambe, et s'améliore progressivement.

- La DH récapitule le feud en surjouant à fond, comme d'habitude, et Taryn envoie Jade pour se battre contre Gail.

- EC3 rappelle Jeff Hardy à l'ordre.

- Lashley est content, les commentateurs meublent.

- Jade vs Gail, KO title match. Jade n'a pas gagné le moindre match depuis son arrivée, et la voilà challenger. Moui. Heureusement que les deux femmes sont douées, ça aide à faire passer la pilule. Un bon match, à la fin prévisible, et au post-match bordélique et assez plat. Le face à face Kong/Gail n'est là que pour mettre en place le match de PPV.

- Très bonne promo de Spud backstage. Le fait qu'il soit à ce point sous-utilisé m'agace énormément.

- Tigre Uno vs Kenny King, XD title match. King n'a pas gagné le moindre match depuis des mois (et il a désormais quitté la compagnie), et le voilà challenger. Moui. Le match était assez réussi, cela dit, ce qui rend l'inutilisation de King encore plus frustrante.

- EC3 vs Spud. WH title match. Un match sans surprises, mais techniquement réussi, et un post-match avec un Hardy qui se retourne pour de bon contre EC3 - précipité et baclé, mais bon, plus trop le temps de trainer, avec BFG dans une dizaine de jours.

- EC3 est furieux.

- Revolution dans le ring, avec Storm mécontent de ses troupes, Abyss qui se rebelle, part, et Manik qui fait de même, avant de jeter son masque. Bon segment, bonnes promos, malgré Shera qui se pointe, baragouine en anglais et défie Storm. Qui se barre. Dommage que la Revolution ait été un tel fail.

- Galloway salue les Wolves backstage.

- Les Hardys discutent backstage.

- Bram vs Galloway vs Wolves vs Lashley, #1 contender elimination match. Bon match, là encore. Lashley est comme toujours un colosse dans le ring, mais bon, le finish était prévisible au possible.

- EC3 passe un savon à Hardy dans le ring, et celui-ci démissionne. Un segment redondant, et qui finit le show de manière assez plate.

 

En soi, le show était assez bon, principalement parce que les matches étaient tous bons. Après, il faut bien admettre que, 1) je me contrefous un peu des lutteurs qu'ils ont choisi de mettre en avant - Melendez, Galloway, Shera, les Hardys, et même Gail - , 2) la carte de BFG, pour l'instant (à peine deux ou trois matches annoncés, et rien d'intéressant) est assez médiocre, et 3) le booking est un merdier improbable, plein d'occasions manquées et de talent gâché.

Donc difficile de s'enthousiasmer pour l'avenir, d'autant que l'avenir en question est toujours très très vague, post-BFG.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #222 : À la Poursuite de Demain (2015)

Publié le 25 Novembre 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Fantastique, Science-Fiction

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

À la Poursuite de Demain (Tomorrowland) :

Lorsque Casey Newton (Britt Robertson) découvre une broche marquée d'un T et la touche, elle reçoit une vision de Tomorrowland, une ville rétrofuturiste où vivent les plus grands cerveaux de tous les temps, et où tout est possible. Pour en percer les mystères, elle se tourne vers Frank Walker (George Clooney), un scientifique et inventeur ayant déjà visité Tomorrowland dans son enfance, et dont les découvertes lui valent d'être traqué par des assaillants énigmatiques...

Une déception de taille. J'attendais beaucoup de ce projet de Brad Bird, à la distribution très sympathique (Clooney, Robertson, Hugh Laurie), et à l'ambition certaine... mais au final, j'en ressors particulièrement frustré.

Et je ne sais pas vraiment par où commencer, en fait. À vrai dire, l'un des problèmes de ce film est directement cité dans ses dialogues, résumables en quelques mots : "Le Tomorrowland que vous m'avez promis est décrépit, terne et un mensonge, ce n'est qu'une illusion..." ; et c'est exactement ça : le Tomorrowland rétrofuturiste promis dans les bandes-annonces et un peu partout n'est qu'une illusion, et n'est absolument pas le théâtre de l'action du film.

C'est cohérent avec les thématiques du film, donc difficile de le critiquer sur ce plan précis, mais malheureusement, cela implique aussi qu'une énorme partie du métrage se déroule dans le monde réel, ou bien en intérieur, ou dans un Tomorrowland laissé à l'abandon : de quoi tirer le tout vers le bas, et aller précisément à contre-courant de l'un des propos du récit (les gens ne rêvent plus, ils préfèrent le dark & gritty et les explosions, et c'est ce qui mène l'humanité à sa perte), en recouvrant ce dernier d'une couche terne et générique très frustrante (et qui, précisément, ne donne pas envie de rêver (notamment quand le film finit par n'être qu'un gros blockbuster pétaradant de plus).

D'autant plus frustrante que, lorsque le film se lâche vraiment (tout le flashback sur Clooney enfant ; la Tour Eiffel ; la première vision de Britt Robertson), il devient particulièrement réussi, bien servi par des effets spéciaux impeccables, et une musique de Giacchino plutôt réussie.

Mais le reste du temps, c'est trop formaté.

Oui, le script fourmille d'idées... mais les péripéties sont étrangement creuses, très mal rythmées, et pas aidées par des dialogues surexplicatifs, qui répètent constamment les mots-clés des thématiques du film.

Oui, la relation entre Clooney et la petite Athena est très réussie et touchante... mais elle finit par très rapidement voler la vedette à Britt Robertson (dont le personnage finit par être fade, finalement assez accessoire au film, et mis de côté), et à Hugh Laurie, dont le personnage sous-développé tient sur une feuille de papier à cigarette.

Oui, le film est visuellement très beau... mais certains choix créatifs (le montage dans l'action est parfois étrange ; les accélérés pour tous les mouvements des robots et pour certains autres scènes ; le vol plané de Clooney enfant, au début du film) a tendance à pousser Tomorrowland dans la direction d'un cartoon, impression encore plus renforcée par des robots sortis d'une mauvaise comédie de SF, qu'ils soient des hommes en noir, ou bien Kathryn Hahn et Keegan-Michael Key (qui ont suscité chez moi un bon gros facepalm).

Oui, le propos du film est intéressant... mais il est saboté par un script trop confus et mal structuré, qui tente d'être un film d'aventure, une comédie, un cartoon, un récit à morale, un flashback dans un flashback, etc...

Bref, le film est beaucoup trop inégal pour vraiment convaincre, et on finit par le suivre d'un oeil las et distrait, trop anesthésié par toutes ces scènes plates et sans relief pour avoir encore l'énergie de se lever et d'être fasciné par les quelques moments d'action réussis.

Vraiment, vraiment, vraiment dommage.

2.5/6 (en fait un tout petit 3/6, mais -0.5 pour l'utilisation à tort et à travers du nom de Nikola Tesla, que l'on retrouve désormais partout, et qui commence sérieusement à me fatiguer tant elle est typique de la mésinformation du web.)

commentaires

Catch Review : NXT Takeover - Rival (11/02/2015)

Publié le 15 Février 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, NXT, WWE

Sur un coup de tête, j'ai décidé de jeter un oeil, cette semaine, au nouveau "PPV" de NXT, comme toujours promu par l'internet comme le meilleur show de catch de tous les temps.

Je n'ai jamais vraiment suivi NXT, les rares shows que j'avais regardés m'ayant laissé une impression plus que mitigée, celle d'une fédération indépendante bookée comme telle, et avec des stars de la scène indépendante qui avaient des matches indépendants dans un style indépendant, le tout sous l'égide de la WWE, qui en récoltait ainsi tous les lauriers.

Mais aujourd'hui, je donne sa chance à la compagnie pendant deux heures. En espérant que NXT m'impressionne...

NXT Takeover - Rival 11/02/2015 :

- C'est marrant à quel point le public de NXT est un public de smarks, et le même public que celui de l'Impact Zone il y a 5 ans : mêmes chants vides de sens, mêmes smarks, mêmes réactions excessives, et même nombre de fans qui chantent aux mêmes moments. Avec en prime toutes les femmes et enfants habituels de la WWE.

- Kenta vs Rick Martel 2.0 Tyler Breeze. Un match affreusement générique et quelconque, avec un public agaçant, et un Kenta qui se contente de foutre des coups de pieds et de teaser le GTS. Bon gros bof.

- Bull Dempsey vs Baron Corben. Dempsey ressemble à un Bray Wyatt sans gimmick ni charisme, Corben ne ressemble à rien. Un brawl oubliable, avec un botch, et une fin baclée. Naze.

- Lucha Dragons vs Blake & Murphy, Tag Titles Match. Là encore, Blake & Murphy ne ressemblent à rien du tout et sont particulièrement transparents ; Sin Cara et Kallisto botchent un peu ; et le tout est assez approximatif et générique.

- Neville vs Balor, #1 contender match. Enfin un affrontement digne de ce nom. Pas particulièrement impressionné par l'entrée de Balor (les fangirls déchaînées qui veulent lui arracher ses vêtements et qui hurlent pendant toute son entrée ont un peu tendance à casser toute la mystique du personnage), et les premières minutes du match étaient assez lentes et classiques, mais le match a sympathiquement décollé ensuite. C'était solide, à défaut d'être le classique instantané acclamé par les spectateurs du show.

- Charlotte vs Bailey vs K-Nox vs Banks. Title match. Excellent match des quatres femmes, même s'il n'y avait pas grand suspense quant à son résultat.

- Steen vs Generico. Title match. Un peu de meublage prévisible en ouverture, et un match efficace entre deux hommes qui se connaissent par coeur. Dommage que le finish soit gentiment faiblard. Ah, et grosse rigolade en voyant les réactions traumatisées du public, qui est à fond dedans.


Bref, voilà. Un quasi PPV de la NXT. J'en aurais regardé un en entier. Et ça m'a conforté dans mon opinion que NXT, si l'on enlève les stars indépendantes qui font des matches de catch indépendant, il ne reste plus rien. Ah, si, il reste les filles... qui sont entraînées par la meilleure catcheuse indépendante au monde, comme par hasard.

M'enfin bref, les trois premiers matches étaient tirés vers le bas par leurs participants made in WWE, les trois suivants, eux, étaient bien meilleurs... mais là où les fans prédisaient deux MOTYs instantanés, c'est paradoxalement le match des filles qui m'a le plus enthousiasmé, les deux autres étant solides, sans plus.

(ah, et le public de NXT, c'est vraiment le pire des deux mondes : le pire des indépendants, et le pire de la WWE)

commentaires

Critique éclair : Sitcoms en vrac (2015)

Publié le 8 Mars 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Télévision, Review, Comédie, Sitcom, Fantastique, ABC, CBS, FXX, FOX

Allez, on met la rubrique Un jour, un film (ou presque) de côté, pour revenir aux premières amours de ce blog qui, après tout, ne se nomme pas Les Téléphages Anonymes sans raison.

Place donc à quelques-unes des nouvelles sitcoms de 2015, pour des mini-reviews basées sur quelques-uns de leurs premiers épisodes...

Fresh off the Boat :

Dans les années 90, l'installation improbable d'une famille d'immigrants chinois dans la banlieue d'Orlando, Floride, après un bref séjour dans le Chinatown de Washington, le tout raconté par les yeux du fils aîné de la famille, passionné de gangsta rap.

Ici aussi, on est en terrain ultra-balisé, celui de la sitcom décrivant une époque "nostalgique", au travers du quotidien d'une famille ethnique. En gros, c'est The Goldbergs, dix ans plus tard, et avec des yeux bridés.

Il y a des clichés à tous les étages, c'est moyennement efficace, mais le cast (enfin, tout le monde sauf le personnage principal, paradoxalement, qui est un gamin assez agaçant totalement éclipsé par ses frangins, par son père - Randall Park - et par sa mère) y met beaucoup d'énergie, ce qui fait fonctionner le tout pépèrement. Les audiences sont assez stables, donc ça devrait tenir un moment, je pense.

 

The Odd Couple :

Un remake de la sitcom d'il y a quarante ans, avec Tom Lennon en obsédé de la propreté assez précieux et obsessif, qui se fait plaquer par sa femme, et emménage avec son pote de toujours, Matthew Perry, un podcasteur glandeur et bordélique.

Hilarity ensues.

J'aime bien le cast, mais c'est ultra-classique et creux, donc je ne donne pas cher de la peau du show.

 

Man Seeking Woman :

Les mésaventures amoureuses de Josh Greenberg (Jay Baruchel), un vingtenaire à la recherche de l'amour, dans un monde où tous les clichés et autres métaphores de l'amour et de la séduction ("elle ressemble à un troll", "être célibataire à un mariage, c'est l'enfer"...) prennent corps de manière tangible...

Une sitcom cablée originale, osée, mais qui me pose problème : je commence systématiquement les épisodes en étant motivé et curieux, j'attends les délires métaphoriques avec impatience, je trouve ça réussi et amusant pendant 15 minutes, mais à chaque fois, sans exception, je finis en regardant distraitement la fin des épisodes, comme si le show tournait à vide pendant les cinq dernières minutes.

Je n'ai toujours pas compris ce qui me posait vraiment problème dans la structure et/ou l'écriture des épisodes, donc je reste assez perplexe devant la série, pour l'instant.

 

The Last Man on Earth :

Will Forte dans la peau du dernier homme sur Terre, après une épidémie virale meurtrière, le tout produit et dirigé par les scénaristes du film Lego, des Tempêtes de Boulettes géantes... et d'Extreme movie.

Ça se regarde tranquillement, ça fonctionne plus ou moins, ça ressemble plus à une comédie du cable qu'à une sitcom de network (le ton, notamment, est assez sombre et doux-amer, ce qui me fait douter du potentiel commercial de ce show), m'enfin bon, tout ça reste un peu léger à mon goût, et je dois dire que la seconde partie de ce double-pilote, avec la Kristen Schaal névrosée et coincée qui débarque histoire d'amener un conflit typiquement sitcom (là, on tombe dans un - autre - remake bien cliché de The Odd Couple), m'a nettement moins intéressé.

(et puis, je pinaille, mais un an après une apocalypse virale, il devrait y avoir des millions de cadavres en décomposition ou décomposés dans les rues, des animaux charognards, ou bien des cadavres d'animaux, si ces derniers ont été contaminés, eux aussi... là, les rues désertes et bien balayées de toutes les villes du pays, ça casse un peu la suspension d'incrédulité ; déjà que j'ai du mal avec la logique de s'installer dans un endroit réputé pour ses sécheresses alors qu'on n'a plus d'eau courante...)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #876 - QUINZAINE SAINT VALENTIN : Deux Jours pour une Demande en Mariage (2018) & Mon Babysitter (2009)

Publié le 7 Février 2019 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Romance, Comédie, Hallmark, Télévision, St Valentin

Pendant deux semaines, à l'occasion de la Saint Valentin, place aux grands sentiments et à la séduction, avec chaque jour plusieurs critiques de films romantiques...

Deux Jours pour une Demande en Mariage (Home By Spring - 2018) :

Organisatrice d'événements, Loretta (Poppy Drayton) a quitté sa petite ville de Louisiane - et Wayne (Steven R. McQueen) - pour s'installer à Los Angeles, où sa carrière est florissante. Mais lorsqu'un client lui demande de l'accompagner dans sa bourgade natale, et de l'aider à convaincre son futur beau-père qu'il est un véritable baroudeur, Loretta se retrouve confrontée à son passé, ce qui la trouble plus que de mesure...

Rom-com Hallmark très country (pas surprenant, puisqu'un musicien country a développé le téléfilm pour la chaîne, et apparaît dans l'un des rôles secondaires), qui a pour elle une distribution principale pas désagréable du tout : Steven R. McQueen (des Vampire Diaries) apporte suffisamment d'attitude à son personnage pour éviter qu'il ne soit transparent, et Poppy Drayton (des Chroniques de Shannara) tranche agréablement avec les héroïnes Hallmark habituelles (c'est une petite brunette menue, discrète, quasiment pas maquillée, et à l'interprétation toute en retenue et en timidité).

Ce couple principal (et le "rival" amoureux, interprété par un Michael Welch un peu décalé et excentrique en acteur à la manque) fonctionne ainsi plutôt bien ; on ne peut pas forcément en dire autant du scénario, dans son ensemble : un peu trop capillotracté pour être vraiment crédible (les couches successives de supercheries sont un peu inutiles), il tente de concilier quiproquos professionnels et autres interruptions manquant un peu de folie, et romance un peu trop balisée, pour un résultat qui manque gentiment de punch.

Et puis bon, je dois bien l'avouer : autant l'environnement louisianais est assez agréable et rustique, autant tout le côté country, avec guitare folk, ou encore avec ce musicien-producteur-scénariste-acteur qui pousse la chansonnette au coin du feu et donne des conseils sages et avisés, bof.

3 - 0.25 pour le placement produit involontairement hilarant pour des capsules d'huile de poisson oméga 3 = 2.75/6

Mon Babysitter (The Rebound - 2009) :

Lorsqu'elle découvre que son mari la trompe, Sandy (Catherine Zeta-Jones) quitte sa vie de quadragénaire mère au foyer de banlieue pour s'installer à New York avec ses enfants. Là, elle rencontre Aram (Justin Bartha), un vingtenaire paumé, récemment divorcé, qui accepte de devenir le babysitter des enfants de Sandy. Et malgré la différence d'âge, les deux adultes finissent par se rapprocher, et par tomber amoureux l'un de l'autre...

Une pseudo-comédie romantique sur la différence d'âge, réalisée et écrite par le mari de Julianne Moore, ce qui explique probablement comment ce métrage a été financé.

Parce que pour être franc, ce n'est clairement pas sur la qualité de son script et de son écriture qu'il s'est vendu.

Tout ici est en effet à la fois profondément basique, prévisible, et étrangement vulgaire et aberrant : l'humour est rare et bas de plafond, avec des saillies pipi-caca-bite-couille particulièrement infantiles (John Schneider en chiropracteur pervers, obsédé et crade, par exemple) ; le récit est brouillon et s'éparpille ; CZJ & Bartha n'ont qu'une alchimie limitée (pas aidée par des dialogues et des situations improbables) ; les enfants (vulgaires et qui parlent de cul, donc) deviennent rapidement insupportables ; le rythme est anémique...

Pour résumer, ce n'est pas très drôle, pas très romantique, le tout semble constamment forcé et décousu (entre humour con, drame sérieux, romance bancale, message profond, tranche de vie, etc), et finit par tomber totalement à plat, ce qui ne donne qu'une envie : arrêter avant la fin, d'autant que le récit ne relève jamais vraiment la tête, et continue de lentement sombrer jusqu'à cette fin clichée au possible (à base de flashforward/montage de plus de cinq ans).

1/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien....

commentaires

Catch Review : TNA Impact (13/03/2015)

Publié le 14 Mars 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après Impact en Écosse, et leurs débuts logiques, la TNA s'installe à Londres, et avec elle, débarquent les foules immenses et déchaînées...

Impact Wrestling 13/03/2015 :

- Voix off imposante pour le résumé (ça rappelle les PPVs d'antan).

- Londres blindé, et ultra-réactif et bruyant. Ça fait énormément plaisir.

- Roode vs EY, Last Man Standing. Démarrage sur les chapeaux de roue, 20 minutes d'une action solide et nerveuse, public qui accompagne tous les comptes de l'arbitre, EY qui joue les über-heels... bref, une excellente ouverture de show.

- Mickie et Magnus arrivent à Wembley.

- Spud est motivé, et veut donner une leçon à EC3, qu'il gagne ou perde le match.

- Drew Galloway au micro, shoote de manière à peine déguisée contre la WWE, le public est totalement derrière lui, MVP n'est pas impressionné, vanne Drew sur son statut de Chosen One de Vince McMahon, et zou, match contre MVP.

- MVP vs Galloway. Match assez classique, avec intervention du BDC pour conclure, et pour démolir Galloway. Efficace.

- Magnus est confiant, Mickie est inquiète.

- Récap de Spud/Ec3. EC3 ne s'en fait pas, et promet de démolir Spud.

- Récap de Bram/Magnus.

- Bram vs Magnus. Une belle intensité, un public un temps divisé entre les deux hommes mais qui finit par se ranger derrière Magnus, un Bram qui travaille sur le cou de son adversaire, et finit par recourir à un coup bas pour terminer le match. Bram démolit Magnus en post-match, avant de s'en prendre à Mickie, et d'humilier totalement Magnus. Segment qui fonctionne du tonnerre grâce à Bram et à son regard de psychopathe.

- Le BDC est enragé.

- Brooke vs Roobie E. Un match mixte assez rare, et plutôt axé comédie, mais un bel effort de la part de Brooke. Ce n'était pas indispensable, mais ça servait de petite pause plus légère entre deux matches intenses.

- Récap de Lashley/Angle, pour la semaine prochaine.

- Spud vs EC3, hair vs hair match. Spud qui entonne l'hymne national, accompagné de tout le public, avant un match... wow... gore.

Une heel heat énorme sur EC3, des comptes de 2, une semi-censure avec quelques gros plans totalement aléatoires en noir et blanc (qui à mon avis n'étaient là que pour obéir aux demandes de Destination America), un Spud qui hulks up, un match épique, un public déchaîné, et un EC3 qui semblait avoir des remords en fin de match, mais pas vraiment.


Franchement, un Impact de qualité, presque digne d'un PPV.

Le seul vrai bémol que j'aurais à exprimer, c'est le commentaire de Taz et de Matthews... pas qu'il soit mauvais, mais pour une raison inexplicable, Taz était aux abonnés absents pendant les 3/4 du show, et ses rares interventions donnaient l'impression d'être génériques, et enregistrées huit jours après les commentaires enthousiastes et motivés de Josh.

Ce qui donnait par moments l'impression d'entendre les commentaires préenregistrés de Taz sur les vieux jeux WWE SD vs RAW. Et bien sûr, une fois qu'on s'en aperçoit, on n'entend plus que ça durant tout le reste du show. Forcément.

Mais mettons cela sur le dos d'un problème technique, ce qui ne serait pas forcément surprenant vue la météo horrible qui a frappé la Côte Est des USA ces dernières semaines. Quoiqu'il en soit, l'Impact de la semaine prochaine devrait s'avérer aussi épique que celui-ci. Vivement !

commentaires

Catch Review : TNA Impact (27/03/2015)

Publié le 28 Mars 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Depuis le début de la tournée anglaise, Impact fonctionnait à plein régime, écrasant qualitativement la Road to Wrestlemania de la concurrence. Mais voilà, la tournée anglaise est terminée, et la TNA est de retour à Orlando, dans une nouvelle Impact Zone provisoire. Est-ce que le public sera motivé ? Est-ce que les shows seront aussi bons qu'à l'étranger ? Mystère...

Impact Wrestling 27/03/2015 :

- Retour dans une IZ pas trop molle, pour l'instant, ça va.

- Storm qui trolle le public avec une pastèque. Amusant et efficace, comme toujours.

- Hardy réplique, se débarasse de Manik et d'Abyss, et le main event est en place.

- Le BDC agacé.

- La Revolution tout aussi furieuse, et Storm envoie Khoya démolir Hardy backstage.

- Spud vs Ki, X-div title match. Domination de Ki, comeback de Spud, distraction du BDC contrée par une distraction de Galloway, et Spud conserve. RAS.

- MVP n'est pas content de Galloway. Galloway, lui, baptise son mouvement The Rising, mais se fait vanner par King, avec une jolie métaphore sur Braveheart ; Mini brawl, et Drew reçoit l'assistance de Shaun Ricker et de Camacho, pour former officiellement The Rising.

- Chouette vidéo promo pour Kong.

- Le BDC n'est pas forcément impressionné, et a des renforts en stock.

- Brooke vs Kong. Pas le match le plus propre et fluide au monde, mais bon. RAS. Dommage qu'il ait fonctionné un peu sur le même mode que Spud/Ki, avec une Kong dominante (mais lente), et une Brooke qui fait de son mieux pour résister. En post-match, Kong démolit Brooke, qui est sauvée in extremis par Taryn, laquelle se prend une méchante powerbomb au travers d'une table pour la peine. Ouch.

- Aries admire la victoire de Kurt, mais bon, il est sur les rangs avec sa valise.

- Hardy avec une promo backstage efficace, malgré des dents ultra-brite ; Khoya s'incruste, attaque Hardy, mais se fait démolir pour la peine, à coups de bouteilles de bière.

- Angle dans le ring, pour célébrer sa victoire, interrompu par EC3 et Roode, lui-même interrompu par EY, lui même interrompu par Aries, qui feinte, en sortant une bouteille de champagne de sa valise. Angle n'est pas impressionné... mais Lashley se rappelle à lui au dernier moment. Brawl général pour conclure, avec Anderson qui s'invite en prime. Efficace, tout ça.

- EY, EC3 & Tyrus vs Aries, Roode & Anderson. Un très bon tag match, avec un finish réussi.

- Bram dans le ring pour insulter Magnus, lequel finit par arriver avec Mickie, furieux. Brawl, Bram excellentissime au micro, et pour la seconde fois consécutive, Bram se fait démolir sans que ça ne semble le perturber (et Mickie se mèle de tout ça).

- Storm vs Hardy, NO DQ Cage match. Gros main event, avec deux hommes qui se donnent à fond.


Un Impact de retour au pays, dans une Impact Zone ma foi assez convenable. Et par retour au pays, j'entends un Impact axé sur les promos, les intrigues, et s'efforçant de récapituler par ce biais l'avancement des intrigues pour le public d'Orlando, qui n'avait alors pas encore vu les derniers shows uk.

C'est un mal nécessaire, et ça donne lieu à un show un peu plus bavard que ces dernières semaines, mais rien de bien grave, d'autant que la semaine prochaine semble être orientée action.

Reste que la seconde heure de cet Impact-ci était très bonne (non pas que la première ait été mauvaise, hein), et que maintenant, je dois me préparer mentalement pour les 6h de Mania.

commentaires

Catch Review : TNA Impact (24/04/2015)

Publié le 25 Avril 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Cette semaine, un Impact spécial Knockouts, avec l'accent mis sur ces demoiselles, mais pas seulement.

Impact Wrestling 24/04/2015 - TKO : A Night of Knockouts :

- Angle dans le ring, pour demander à EY quelle incarnation d'EY il va devoir affronter ce soir ; EY explique son point de vue, promet de se tenir à carreau, mais j'ai un peu de mal à y croire ; Aries s'incruste, et vient troller un peu tout ce petit monde, en annonçant qu'il encaisse son FoF en lieu et place du match EY/Angle. Je suppose qu'EY va éliminer Aries backstage avant qu'il ait eu le temps d'encaisser sa malette.

- ALove vs Gail vs Maddie vs Brooke, #1 Cont. Match. Quelques moments un peu forcés et maladroits, mais sinon, ce n'était pas désagréable.

- Promo de the Rising, avec un Eli Drake qui assure, comme d'hab.

- EY est mécontent.

- Micah vs Kenny King. RAS, un match standard, histoire de réétablir les tactiques fourbes et l'avantage numérique du BDC sur The Rising. Il serait temps que ces trois-là recrutent. Il est occupé, Gunner, ces temps-ci ?

- Galloway est mécontent, et défie Low Ki pour un match, la semaine prochaine à Hardcore Justice.

- Jade vs Laura Dennis (aka Cherry Bomb). Cherry Bomb très populaire, la Dollhouse en mode "gamines hyperactives et agressives" (ce qui semble perturber Josh au plus haut point) et finish en DQ, avec la Dollhouse qui s'en prend à Hemme pour se venger.

- Face à face Angle/EY backstage, avec un EY qui en a assez.

- Magnus et une Mickie très... pigeonnante... dans le ring, pour annoncer le départ en retraite de cette dernière, mais Storm continue de manipuler tout le monde avec une très bonne promo, en poussant Mickie à "one more match". Oui, mais contre qui ? Havok ?  Un bon segment, assez intrigant, et Magnus reste dubitatif.

- Mickie et Magnus ne sont pas totalement sur la même longueur d'onde, et Davey vient mettre Magnus en garde.

- Manik vs Davey Richards. Match intéressant car technique et surprenant de la part de Manik.

- La Revolution intervient en post-match pour démolir Davey, mais est contrée par les Hardyz.

- EC3 a quelque chose à annoncer (son entrée dans la course au titre HW). Tyrus est splendide avec son chapeau. Le public "adore" ce segment, et EC3 est ravi. :p Anderson, lui, n'est pas impressionné, et se remet instantanément le public dans la poche avec un mini-brawl. Zou, un feud entre les deux hommes.

- Retour sur le parcours de Taryn, qui est prête à tout pour vaincre Kong.

- Taryn vs Kong, NoDQ, KO title match. Un match assez bref et lent, principalement là pour justifier le heel turn de Taryn, qui prend ainsi la tête de la Dollhouse.

- Aries croise le chemin de EY backstage.

- Magnus recrute une équipe backstage pour garder un oeil sur Mickie.

- Aries vs Angle, HW Title match. EY démolit Aries juste au début du match, et enchaîne en atomisant la jambe de Kurt. Prévisible, mais efficace.


Un Impact un peu décousu, qui sentait bon le bricolage en post-prod pour remplir un épisode complet avec des KOs, sans mettre pour autant en pause le reste du roster. Cela dit, ce n'était pour autant un mauvais show, puisqu'il a permis des développements assez surprenants, et des débuts intéressants. Et puis je dois dire que Magnus/Mickie/Storm est pour le moment ma storyline préférée, car elle peut partir dans toutes les directions.

(ah, et sinon, Josh Matthews continue d'assurer en solo, mais il serait peut-être temps qu'on lui trouve un nouveau coéquipier, parce que sinon, il va nous claquer dans les pattes, à force)

commentaires

Catch Review : TNA Impact (08/05/2015)

Publié le 9 Mai 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après un Hardcore Justice rythmé, la semaine dernière, retour au Live, avec un épisode plein de promesses...

Impact LIVE - 08/05/2015 :

- EY dans le ring, pour exiger de connaître le Special Guest Ref de ce soir. Résultat, c'est Bully qui fait son retour, probablement la queue entre les jambes après son WWE fail. Mwé. Il n'était pas indispensable de le faire revenir, m'enfin bon, on verra bien s'il reste ensuite, ou non. J'espère juste que Velvet ne va pas suivre.

- C'est moi, ou bien le ring est plus grand que d'habitude ?

- EC3 vs Anderson, Falls Count Anywhere. Promo in-ring très confiante d'EC3, Anderson pas impressionné, et passe à l'assaut. Un brawl sympatoche, à l'issue prévisible, car 2 vs 1, et parce que The EC Streak.

- Bully esquive les questions de Kurt.

- Kong et Gail sont sur la même longueur d'onde.

- Promo de MVP, bien énervé et remonté contre le gouvernement US.

- The Rising arrive, réplique, et brawl général. Un peu longuet, tout ça.

- MVP vs Galloway. Match tout à fait honorable, bien que d'une durée assez limitée. EY vient donner un coup de main au BDC en post-match.

- Storm a un cadeau mystérieux pour Mickie.

- Storm et Mickie dans le ring, Storm baratine gentiment, et lui offre une guitare personnalisée ; Magnus se pointe, mais se fait troller par Storm et le public, jusqu'à ce que Magnus atomise Storm à coup de guitare. Ce qui, forcément, va finir par se retourner contre lui... le plan de Storm fonctionne parfaitement.

- Brève vignette sur Gail et Taryn qui s'engueulent après le show de Mr Gail Kim.

- Dollhouse vs Gail & Kong, handicap match. Content de voir qu'ils ont un peu calmé le gimmick des Dollhouse (qui font donc moins gamines surexcitées) ; un tag match efficace dans sa narration, et avec un groupe de heels qui sont bien dans leurs rôles. J'attends l'arrivée de Havok pour compléter le trio vs trio.

- Récap de la blessure de Jeff Hardy, avec un Matt pensif backstage.

- Mickie et Magnus se disputent.

- Matt Hardy annonce que les tag titles sont vacants, et qu'il ne sait pas trop ce qu'il va faire maintenant. Les Dirty Heels se pointent avec un thème fusionné qui fonctionne assez bien, je dois dire, et ils déclarent qu'ils sont les meilleurs lutteurs du monde, que les tag titles méritent d'être défendus toutes les semaines, et déclarent ainsi leur intention de devenir les champs, de manière durable et fiable, contrairement à ces incapables qui sont toujours blessés ; forcément, Davey Richards n'est pas d'accord, et annonce qu'Eddie Edwards est de retour, pour mettre en place un Best of 5 entre les Wolves et les heels pour les titres. Une manière efficace de résoudre bien des problèmes.

- Galloway tente de motiver Matt Hardy, de manière énigmatique.

- A-Love dans le ring, pour parler de son sujet préféré : elle-même (et elle le fait de manière assez fun, je dois dire). Velvet est (malheureusement) dans le public, en mode dark-emo-bikeuse. Mini-brawl interrompu par la sécurité.

- EY vs Kurt, w/ Special ref Bully Ray, HW title match. Main event assez classique pour les deux hommes, avec overbooking inévitable, et l'interruption du BDC contrée par le Rising (& Melendez, probablement parce qu'il est un élève de Bully IRL, et que ça aide à être booké). Bully, lui n'a servi à rien.


Mouais. Le show n'était pas mauvais, mais... difficile de ne pas être déçu : rien de bien surprenant ou extraordinaire, et un double retour de Bully et de Velvet qui m'a tout simplement plombé le show par son inutilité, et par ce qu'il va probablement entraîner dans les semaines à venir. Bof, donc.

commentaires

Catch Review : TNA Impact (08/07/2015)

Publié le 11 Juillet 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Sans grande motivation...

Impact du 08/07/2015 :

- Ouverture sur une promo inévitable d'EC3, qui apparemment a reçu les clefs d'Impact ce soir, des mains de Tatie Dixie. Matt Hardy s'incruste, défie EC3, qui le repousse. Et booke Hardy vs les Dirty Heels. J'avoue, j'ai un peu décroché à mi-parcours. Mais bon, voilà le début du push de Matt Hardy dans le main event... *soupir*

- Hardy vs Dirty Heels. Mwé. RAS. Pas vraiment intéressé par ce match, d'autant que les heels sont obligés de tricher pour battre Hardy...

- Galloway annonce la fin de The Rising, alors que le groupe n'a rien accompli et n'a pas servi à grand chose. Pas une grande perte. Et à nouveau, j'ai un peu décroché pendant la promo de Drew... pour me raccrocher quand EC3 a commencé à se moquer de lui, et à le booker dans un match handicap, à nouveau. Reste que tout ça, c'est particulièrement bavard. Mais bon, voilà, le début du push de Galloway dans le main event... *meh*

- Galloway vs Revolution. Rapide et pas franchement passionnant, et la Revolution est vraiment de moins en moins crédible et intéressante. Pas forcément bien grave, puisqu'avec le départ de Storm, et un Koyah qui semble se révolter (supaire), la faction n'en a plus pour très longtemps.

- Anderson vient dire bonjour à EC3, et se fait repousser.

- Bram vs Anderson. Deux catcheurs à la dérive, sans direction ni storyline... et un match avorté qui se finit avant d'avoir décollé. Tout ça nous fait une première demi-heure bien faible, en effet.

- Robbie vs Jessie, street fight. Comme d'habitude, je ne suis pas fan des street fights, mais bon, vu le niveau du show, pour l'instant, je prends ce qu'on me donne. Et là, les deux hommes se sont bien donnés, justement. Le seul problème, en fait, c'est que si Jessie s'impose comme un heel crédible et intense, Robbie se fait un peu (beaucoup) éclipser dans ce feud.

- Lashley vient voir EC3, et récolte un match contre Tyrus pour sa peine.

- Comme prévu, l'interview de Jarrett ne nous apprend rien de vraiment capital, tout ce qu'il nous dit, c'est que peut-être qu'il défendra le titre dans d'autres promotions, et que TNA fera partie de son alliance de fédérations... ce qui est bien sympa, mais n'apporte pas grand chose à la TNA.

- EC3 vs Norm Fernum. Forcément. Squash. (et un mini botch de EC3 qui l'appelle Norm Fernman à plusieurs reprises, malgré le nom affiché sur les écrans de l'IZ)

- EC3 vs Sharkboy. Forcément (again). Squash (again).

- Angle vient exiger son rematch. Peut-être enfin un match de championnat potable ?

- Lashley vs Tyrus. Je ne le dirai jamais assez : Lashley est un monstre de puissance. C'est pour ça que ça m'agace autant lorsque sa spear se transforme régulièrement en "semi-corde à linge à l'abdomen avec salto avant", qui n'a absolument aucun sens au niveau physique. Le match, sinon, était honorable pour un mastodonte comme Tyrus.

- Jarrett qui continue d'esquiver plus ou moins les questions, avec de jolis "si nos objectifs concordent, le potentiel de notre collaboration est énorme" qui ne l'engagent à rien. Ensuite, il dit du bien de tous les mecs qu'il a recrutés, et dont 80% vont rejoindre la GFW, yeah...

- Velvet vs Madison. Maddie qui n'a même pas droit à son entrée, *soupir*, et qui se fait interrompre en pleine promo. M'enfin bon, au point où on en est... un brawl, c'est pratique pour ne pas avoir à faire des prises de catch crédibles, et pour gagner un match avec trois coups de pied et un stunner... *soupir²*

- EC3 vs Angle. Un autre match avorté, un de plus, qui se finit par DQ. Décidément...

- Dixie fait son retour (whouhou), mais elle est gentille, maintenant (...) et elle a décidé de ramener un nouveau GM, parce que son neveu est vraiment trop maychant. Une jolie perte de temps, qui cumule tout ce que je ne voulais pas voir : Dixie au micro, dans le ring, et un nouveau GM (et quand on sait que la semaine prochaine, elle remet ça, en plus long, ça fait super envie. Et l'identité du GM sera la goutte qui fera déborder le vase...)

 

Un show tout simplement médiocre. Je l'avais pressenti en lisant les comptes-rendus des tapings, mais ça se confirme... et ça ne va pas vraiment s'arranger. Vivement les tapings de fin Juillet, pour qu'ils rectifient le tir. Enfin espérons.

commentaires

Critique éclair : Deadbeat, saison 3 (première partie)

Publié le 30 Avril 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Télévision, Review, Fantastique, Comédie, Hulu

RIP : Fauchés et sans repos (Deadbeat), saison 3 - 3x01 :

Kevin Pacalioglu (Tyler Labine) est un stoner/slacker new-yorkais, bon à rien sans avenir, et qui n'a qu'un seul talent : celui de voir et de parler aux esprits ne parvenant pas à trouver la paix dans l'au-delà. Après avoir affronté et triomphé de Camomile White (Cat Deeley), une fausse médium médiatisée bien décidée à exploiter les dons de Kevin à son propre bénéfice, Kevin se retrouve de nouveau seul...

Toujours cette série sur Kevin (Tyler Labine) en médium-stoner qui aide des esprits souvent absurdes et décalés à rejoindre l'au-delà après avoir mis en ordre leurs affaires. Comme je le disais dans les deux critiques-éclairs précédentes, la série n'a jamais été très subtile, mais elle restait jusqu'à présent qualitativement plutôt homogène, aurait quasiment pu passer telle qu'elle sur un network américain, et l'affontement de Kevin et d'une fausse médium rivale faisait un fil conducteur global assez sympathique, bien qu'anecdotique.

"Jusqu'à présent", parce que là, avec ce 3x01, un cap est apparemment franchi. Et pas pour le meilleur. Et je pense que le résumé de l'épisode va parler de lui-même :

Kevin, sans un sou et toujours stoner, vit désormais dans un coin d'un salon de massage asiatique, où il est hébergé en échange de menus services (= il sert d'homme de ménage, et nettoie le sperme des clients, comme on le lui ordonne dans l'épisode). Là, il retrouve le nain dealer de la saison précédente (qui joue toujours aussi moyennement), qui n'est plus dealer, et arbore une érection de 35 centimètres sous sa serviette. Le nain lui explique que tous les personnages de la saison précédente sont morts (zou, un soft reboot), puis Kevin voit le fantôme d'un passeur de drogues mexicain, qui lui promet de l'argent s'il l'aide à finir sa dernière livraison.

Seulement voilà : la drogue est toujours dans l'anus du cadavre du passeur ; Kevin s'introduit donc dans la morgue, fist-fucke le cadavre avec moultes grimaces, et pour éviter le retour de l'employée de la morgue, il se fourre aussitôt la drogue dans son propre fondement. L'employée en question le surprend pantalon baissé, le prend pour un nécrophile/scatophile en manque de sexe (comme elle), et décide de lui faire l'amour sur les cadavres.

Mais le médecin légiste les surprend, Kevin finit en prison, où il rencontre Kal Penn (qui nous refait ici Kumar), qui devient aussitôt son nouveau BFF-stoner, malgré les problèmes intestinaux et gastriques de Kevin, provoqués par la drogue ; l'employée de la morgue, bien décidée à coucher avec Kevin, le sort de prison, et tandis qu'elle tente de le forcer à faire l'amour au volant, une capsule de drogue finit par exploser dans l'estomac de Kevin ; celui-ci commence à halluciner, et se réveille au beau milieu d'une orgie avec l'employée et tous les cadavres de la morgue (dont le corps du passeur mexicain, dont on apprend ensuite que Kevin l'a joyeusement sodomisé pendant l'orgie).

Kevin décide alors de se débarrasser de la drogue au plus vite, et se rend donc au salon de massage, où, étendu sur le dos sur une table de massage, il expulse littéralement les capsules contre un mur avec l'aide d'une masseuse asiatique qui lui marche sur le ventre, et lui saute dessus. Kevin peut alors rapporter la drogue aux dealers, tout se finit bien, et il est invité à partager l'appartement de son nouveau BFF.

Voilà. Autant dire qu'à la fin de ce season premiere, j'ai bien envie d'arrêter là, et de ne pas enchaîner sur la suite de la saison, tant c'est graveleux, vulgaire, gratuit, lourd, et surtout, très peu drôle.

Comme en prime il n'y a aucune continuité avec les saisons précédentes, je vais me limiter à jeter un oeil au second épisode, en espérant très franchement que les scénaristes se soient débarrassés de toutes leurs pulsions et frustrations avec le premiere, et que la suite va repartir sur des bases moins atterrantes.

(réponse demain, pour la fin de mon bilan de visionnage)

commentaires

Catch Review : Chikara King of Trios 2015 - Night 2

Publié le 4 Juin 2016 par Lurdo dans Catch, Review, Chikara

Je continue de passer en revue le King of Trios 2015 de la Chikara, en enchaînant avec la Night 2.

Chikara King of Trios 2015 - Night 2 :

- Un peu de meublage, as usual, et d'interactions entre l'annonceur Gavin Loudspeaker et le public.

- Promo tout à fait honorable de Smooth Sailing Ashley Remington.

- Jaka l'homme sauvage vs Smooth Sailing Ashley Remington. Un 1 contre 1 assez tranquille, rien de plus, rien de moins.

- Promo basique des United Nations.

- Beaucoup de meublage in-ring des United Nations en pré-match.

- 1/4 de finale du KOT : Team United Nations vs Team Fight Club Pro. Un tag match solide et efficace.

- Rey de Voladores Tournament 2015 - Qualifier #1 - 4-way Elimination Match - Shynron vs Matt Cross vs 2 Cold Scorpio vs Amasis. Spectaculaire, plein de voltige, mais malheureusement un peu trop de spots clairement télégraphiés et répétés. Dommage, et finalement assez décevant et symptomatique du cliché "spotfest" en vigueur sur la scène indépendante.

- Promo espagnole de la Team LU/AAA.      

- 1/4 de finale du KOT : Team Nightmare Warriors vs Team LU/AAA. Là, au contraire, un trios match avec de la voltige nettement plus satisfaisante, car une voltige globalement maîtrisée, fluide et convaincante, sans aucun spot vraiment forcé et artificiel. Le rythme était un peu inégal, cependant.

- 3.0 & N_R_G vs Flying Francis & Colony Xtreme Force. Des fourmis agressives, une équipe canadienne dont les membres s'appellent tous les deux Francis, des imitateurs de High Energy, et les bétises habituelles de 3.0, pour un match 4 vs 4 plutôt sympathique, mais pas forcément ultra-mémorable.

- Promo solide de Kevin Condron.

- 1/4 de finale du KOT : Team Bullet Club vs Team Battleborn. Battleborn m'inspire toujours aussi peu, mais AJ mérite une mention spéciale pour avoir continué à se méfier de la troisième corde pendant le match, et pour avoir brièvement joué le jeu du flingue invisible du Bullet Club, avec vol de revolver invisible, lutte pour le récupérer, etc. Sans surprise, ce sont les heels qui font tout le boulot, histoire de ménager le Bullet Club, qui a probablement encore les demi-finales et les finales à faire. Par contre, j'ai remarqué que les Bucks faisaient leurs spears de la même manière pourrie (avec un salto avant, et sans le moindre impact) que Lashley et que Moose, de la ROH... décidément...

- Rey de Voladores Tournament 2015 - Qualifier #2 - 4-way Elimination Match - Mascara Purpura vs. Ophidian vs. Mark Andrews vs. Pinkie Sanchez. Un excellent 4-way, nettement plus fluide et pro que le premier de la soirée, avec un Mandrews et un Mascara qui font le gros du travail dans un premier temps, et ce de manière intelligente, tandis qu'Ophidian assure en seconde partie.

- 1/4 de finale du KOT : Team Arcane Horde vs Team Devastation Corp. Rien de mauvais, loin de là, mais pas le main event le plus captivant du monde, puisque jouant la carte de l'opposition "trois géants vs deux gnomes voltigeurs", et parce que le match était éclipsé par le fait que le partenaire du Batiri était sous contrat avec le manager, qui le forçait donc à ne pas intervenir durant le match... jusqu'à sa rebellion et son face turn à la toute fin, forcément. Très très old-school, ce qui est parfait pour le public de la Chikara, mais ne plaira pas à tout le monde.

 

Une seconde soirée en demi-teinte, sans rien de particulièrement mauvais, mais sans rien non plus de particulièrement bon et d'exceptionnel, hormis peut-être le second match de qualification du Rey de Voladores (qui m'a rendu encore plus amer de la disparition quasi intégrale de la X-division du côté de chez Dixie, mais bon...)

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 75 - Si Près du Danger (2016)

Publié le 17 Octobre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Télévision, Lifetime, Comédie, Drame, Horreur, Halloween, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Si Près du Danger / Amour, Danger (Mother, May I Sleep With Danger) :

Leah (Leila George), une étudiante, tombe amoureuse de Pearl (Emily Meade), une apprentie-photographe, et entre les deux jeunes femmes, c'est le grand amour, au grand dam de Julie (Tori Spelling), la mère de Leah, et de Bob (Nick Eversman), un ami de cette dernière, épris d'elle. Mais si Julie et Bob se méfient, c'est parce qu'ils ont découvert que Pearl est une Nightwalker, une vampire à la recherche du grand amour. D'autant que les trois consoeurs de Pearl (Amber Coney, Zoe Sidel & Gabrielle Haugh), assoiffées de sang, tournent aussi autour de Leah...

En 1996, dans Si Près du Danger (alias Amour, Danger), un téléfilm de la chaîne NBC (depuis diffusé régulièrement sur Lifetime), Tori Spelling interprétait (mal) Laurel, une adolescente éprise d'un beau brun ténébreux (Ivan Sergei), en réalité un dangereux psychopathe dont seule la mère de Laurel (Lisa Banes) avait conscience du secret.

Aujourd'hui, Lifetime étant désespérée à l'idée de créer un buzz ironique à la Sharknado (cf Joyeux Noël, Grumpy Cat, ou encore le téléfilm récent avec Will Ferrell et Kristen Wiig, Grossesse Sous Surveillance), elle a donc décidé de fêter les 20 ans de ce téléfilm médiocre et insipide en mettant en chantier un remake, et en demandant à James Franco de le réinventer.

Ce qui, dans l'esprit de James Franco, se résume à une phrase : "en faire un film d'exploitation avec des lesbiennes vampires". Et pour coucher sur papier cette idée de génie (parce que Franco est clairement trop occupé pour ça), rien de tel que d'avoir recours à l'une de ses copines du moment, qui en prime récolte ainsi un petit rôle, en tant que l'une des trois vampirettes antagonistes pseudo-goths à forte poitrine. À la réalisation ? Une autre amie de Franco, actuellement en charge de l'adaptation de l'un de ses livres.

Mais qui dit Lifetime, dit aussi respect des bonnes moeurs : ce téléfilm sera donc un porno soft lesbien, aux scènes de nudité toutes amputées, mais qui pourtant en garde tous les clichés et les défauts. Sans compter que, malgré l'intelligence supposée de Franco, le propos même du film est d'un pataud incroyable, choisissant de faire du vampirisme une métaphore (déjà bien éprouvée et éculée) de l'homosexualité, puis de le répéter encore et encore dans les dialogues d'un enseignant de l'université (Ivan Sergei dans un rôle microscopique), qui fait un cours étrangement obsédé par les vampires et les gays (et qui prône Twilight comme exemple de bonne adaptation vampirique !).

Autant dire que le niveau du discours est digne d'un tumblr superficiel pseudo-engagé, et qu'il vire parfois au féminisme peu assumé et contradictoire, en montrant des vampirettes qui s'en prennent principalement aux hommes brutaux, violeurs, etc.

Mais pas d'inquiétude : le peu d'ambition du film est vite recadré par l'interprétation affreusement figée et botoxée de Tori Spelling, par des passages musicaux déplacés à la limite du softcore (sous les yeux d'un James Franco goguenard, dans le rôle anecdotique du directeur d'une pièce de théâtre), par une distribution inégale (Leila George est la fille de Greta Scacchi, et ressemble nettement plus à sa mère qu'à Spelling), par une réalisation aux effets forcés et artificiels très 90s, bref, si le tout fait illusion pour un téléfilm Lifetime diffusé au mois de Juin, on est quand même à deux doigts de l'équivalent lesbien d'un film de David DeCoteau.

Restent tout de même un cast qui, Spelling exceptée, fait des efforts, ainsi qu'une histoire d'amour lesbienne, du surnaturel et une tendance au gore gratuit, trois points en particulier qui détonnent nettement sur une chaîne aussi carrée et conservatrice que Lifetime.

Au premier degré, c'est médiocre, au mieux ; au second degré, c'est kitsch au possible. En conclusion, c'est du

2.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1137 - QUINZAINE SAINT VALENTIN : Coup de foudre au Festival d'Automne (2019)

Publié le 14 Février 2020 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Romance, St Valentin, Télévision

Pendant deux semaines, à l'occasion de la Saint Valentin, place aux grands sentiments et à la séduction, avec des critiques quotidiennes de films romantiques...

Coup de foudre au Festival d'Automne (Love, Fall & Order - 2019) :

À l'occasion du festival de l'Automne de sa petite ville du Vermont, Claire (Erin Cahill), avocate new-yorkaise, retourne dans la ferme familiale pour y retrouver son père (Gregory Harrison), embarqué dans une dispute avec sa voisine (Jan Broberg) au sujet des limites exactes de son terrain. Là, elle tombe nez à nez avec Patrick (Trevor Donovan), son ancien rival de lycée, lui aussi avocat, et qui défend justement sa tante, la voisine de Claire. Rapidement, les tensions croissent alors dans la communauté...

Difficile de ne pas sourire en découvrant le titre de ce téléfilm Hallmark, nouvelle victime du cahier des charges pesant de la chaîne ; d'un jeu de mots sympathique et léger (Love & Order), à l'image du film, on se retrouve avec un titre pataud, mais qui obéit à la nomenclature rigide des métrages Hallmark : si c'est un film de Noël, il faut Christmas ou Holiday dans le titre ; un film hivernal, Winter ou Snow ; un film printanier, Flowers ou Spring ; la Saint Valentin, Valentine ou Love ; Juin, le mot Wedding ; l'été, Summer ou Sun ; et l'automne, Fall ou Autumn.

On se retrouve donc avec ce titre bancal, qui dessert plus qu'autre chose un métrage parvenant pourtant à injecter à la formule Hallmark un peu de peps et d'énergie.

Pourtant, ce n'était pas forcément gagné, notamment avec, dans le rôle masculin principal, un Trevor Donovan étrangement maquillé (l'acteur est tellement blond/pâle qu'ils semblent se sentir obligés de lui mettre du gloss légèrement coloré sur les lèvres, ce qui donne l'impression, à l'écran, qu'il manque constamment d'oxygène), et un Drew Fuller maigrichon et relooké nerd en ex-petit ami.

Un personnage d'ailleurs totalement inutile dans ce métrage, et que l'on devine, là encore, imposé par le cahier des charges Hallmark : Fuller et l'héroïne se séparent en de bons termes au tout début du film, et sa contribution au scénario, ensuite, finit par être sans importance.

Et pourtant, malgré cela, le tout parvient à rester intéressant, ne serait-ce que par la manière dont les clichés habituels sont gérés par le script : oui, l'héroïne revient au pays, mais elle ne choisit pas de plaquer sa carrière pour s'y installer (c'est une décision laissée en suspens à la fin du film, comme une concession aux impératifs du formatage Hallmark) ; oui, l'ex-petit ami revient dans le récit en cours de route, mais ce n'est pas pour compliquer la vie de l'héroïne, bien au contraire ; oui, le couple principal finit ensemble, mais c'est après tout un film passé à entretenir leur petite rivalité, notamment au travers d'une course sur piste d'athlétisme (!)...

Ajoutez à cela un ton globalement plus léger et décomplexé (il y a plein de petites scènes amusantes, avec des personnages secondaires décalés, comme cette grand-mère photocopieuse), des enjeux plus réalistes et crédibles (on voit fréquemment de telles disputes de voisinage), et un couple qui, malgré les efforts du département maquillage pour rendre le cast masculin le plus insipide et inoffensif possible, a une alchimie sympathique, et voilà : un téléfilm qui, sous des apparences classiques, altère suffisamment la formule Hallmark (ou du moins, la prend sous un angle suffisamment enthousiaste) pour que le tout reste intéressant et distrayant. Et puis j'avoue que le paysage automnal, les citrouilles, les arbres aux feuilles cuivrées, tout ça, ça fonctionne toujours sur moi.

4/6 - 0.25 pour le look des hommes = 3.75/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Les bilans de Lurdo : The Twilight Zone, saison 1 (2019) - dernière partie (1x10) et bilan saisonnier

Publié le 7 Juillet 2019 par Lurdo dans Anthologie, Critiques éclair, Comédie, Drame, Fantastique, Les bilans de Lurdo, Review, Thriller, Télévision, CBS, Twilight Zone, Science Fiction

La première saison de ce remake de la célèbre série de Rod Serling touche à sa fin. Malheureusement, pour le moment, cette anthologie fantastique peine vraiment à convaincre, un peu comme si les scénaristes étaient trop épris de la justice sociale de leurs scénarios pour se souvenir que la série devait être, avant tout, un programme divertissant. Et justement, à ce sujet...

The Twilight Zone (2019), saison 1 - dernière partie (1x10) :

- 1x10 - Blurryman : Sophie (Zazie Beetz), scénariste sur la série Twilight Zone de Jordan Peele, s'aperçoit qu'une mystérieuse ombre floue apparaît dans tous les épisodes de celle-ci. Bien vite, l'ombre prend corps et commence à la hanter dans les studios...

Un épisode métadiscursif de 38 minutes à peine, qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, abordant frontalement l'opposition divertissement vs art/message social, comme un étrange aveu de la part des responsables de cette saison oubliant trop souvent l'un au profit de l'autre.

D'autant plus étrange que le point problématique provoquant ce débat, c'est précisément le monologue de Peele, que ce dernier estime inabouti. Un comble, puisque les monologues sont justement l'un des gros points faibles de ce reboot, et un Peele qui se donne un rôle un peu détaché du tout, tout en s'érigeant comme le défenseur d'une série mêlant message et divertissement, sans se restreindre à l'un ou l'autre.

Pour faire simple, je ne sais trop comment prendre ce récit, qui paraît tour à tour étrangement ambitieux, prétentieux, ou creux, et semble précisément délaisser tout le fond - le côté message social et philosophie -  pour se réduire à une suite de moments angoissants entre Sophie et le "fantôme". Une forme plutôt réussie, même s'il n'y a pas la moindre surprise quant à l'identité du Blurryman.

La notion du scénariste de cette nouvelle Twilight Zone hantée par le spectre de son créateur est en effet évidente, tout comme l'est l'intention de celui-ci - faire comprendre à Sophie que la Twilight Zone n'est pas que philosophie, message social et ambitions artistiques, mais englobe aussi des émotions plus directes et basiques comme la peur : en somme, que le programme se doit d'être et de rester un programme de genre, s'il veut parler à tous les spectateurs.

Certes. Sauf que s'il y a bien une chose que les neuf épisodes précédents de cette anthologie ont prouvé, c'est que la production de cette Twilight Zone 2019 a totalement échoué à prendre de telles considérations en compte. Selon la manière dont on l'aborde, Blurryman finit ainsi par ressembler à un aveu d'échec involontaire, ou à un refus d'assumer les problèmes de la série... dans un cas comme dans l'autre, c'est assez problématique.

---

Bilan saisonnier :

Ce bilan va être bref. Tout comme Weird City, la précédente anthologie chapeautée par Jordan Peele, cette Twilight Zone 2019 est ratée. Elle se prend trop au sérieux, elle tente d'être bien trop woke, bien trop porteuse de messages, bien trop "artistique", alors même que la série originale, si elle est entrée dans les mémoires pour certains épisodes à la portée particulière, avait aussi son lot de programmes tenant du pur divertissement, de l'horreur, de la science-fiction, ou du fantastique.

Des morality tales qui, certes, transmettaient toujours un certain message sur l'Homme, mais qui avaient la bonne idée de ne pas s'ancrer ainsi dans le paysage géopolitique et social de leur époque.

Cette Twilight Zone 2019 semble incapable de se détacher de l'époque de sa diffusion, pour aborder des thématiques plus globales et intemporelles. Et c'est d'autant plus rageant que la production est assez réussie (même si je ne suis pas vraiment fan de la réalisation de nombreux épisodes). Avec de tels moyens confortables, on aurait pu s'attendre à quelque chose de plus maîtrisé.

Mais entre la plume de Simon Kinberg, le vrai showrunner du tout, l'implication de Peele (catapulté "grand maître du genre" après un seul film engagé aux qualités discutables), et la polarisation politico-sociale de la série, cette Quatrième Dimension peine à exister. Dommage.

 

(à suivre...)

---

(retrouvez la critique des épisodes 1x01-03, 1x04-06, 1x07-09 et, en cliquant ici et ici, toutes les autres critiques de séries publiées sur ce blog...)

commentaires
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>