Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Résultat pour ""semaine française""

Catch Review : TNA Impact (07/01/2015)

Publié le 8 Janvier 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Ça y est, après un mois et demi de hiatus, et de hype croissante grâce à un nouveau network visiblement décidé à promouvoir la compagnie au maximum, la TNA débarque sur Destination America, et l'internet est sur le pied de guerre :

- Grosse intro filmée, qui dégénère en grosse baston générale dans la rue, qui se poursuit dans l'arène ; Kurt Angle se pointe, annonce des matches de championnat dans tous les sens, MVP vient le troller, et Kurt annonce qu'il reprend du service, pour un street fight contre MVP. Un début de show bien nerveux, et avec une bonne ambiance.

- Josh Matthews >>>>> Mike Tenay.

- MVP vs Kurt, Street Fight. Finalement pas tant un Street Fight qu'un match classique dans le ring, intéressant parce que MVP tente de placer des prises de soumission ça et là ; sinon, ras.

- MVP engueule Kenny King.

- EC3 vient annoncer qu'il est là pour raser le crâne de Spud.

- Tenay explique ce que va être Impact Unlocked, avec des interviews exclusives, des stats, des opinions, etc.

- Storm explique qu'il en a marre de jouer le jeu pour la compagnie, et que la Révolution est là pour changer la donne.

- Storm & Abyss vs Wolves, Tag Titles. Les Hardys s'incrustent en pré-match. Grosse énergie des Wolves, et match sympa, malgré une toute fin un peu brouillonne.

- MVP passe un savon à Lashley, qui en a assez.

- JB interrompu par EC3, qui trolle le public, et par Tyrus, qui amène un Spud explosé. EC3 décide alors de raser le crâne de JB, sous les sifflets du public.

- MVP & King complotent backstage, et MVP a une idée en tête.

- Récap de l'histoire de la X-Div.

- Low-Ki vs Austin Aries, X-Div title. Très bon match d'X-Div.

- KO Battle Royale. Retour ultra-populaire de Robbie après son parcours durant l'Amazing Race, et un Battle Royale bordélique pour la ceinture qui voit le retour surprise (et inconséquent) de Brooke, ainsi que celui, inattendu, de Kong. Ça fait plaisir.

- Lashley vs Roode, HW Title. Main event très solide, et finish en queue de poisson, avec un triple heel turn (?) de Joe, Low-Ki et d'EY, qui semble être là en solo, et agacé de s'être fait kickbanner de la course au titre par toutes ces conneries.


Un retour d'Impact assez chargé en news en tous genres. Pour l'instant, je suis un peu mitigé sur la fin du show, qui étrangement est logique - EY a été éclipsé depuis son règne de l'année dernière, et MVP a toujours été proche de Ki et Joe, au point que ses tweets cryptiques de cette semaine (qui téléphonaient pourtant le heel turn des deux hommes) paraissaient innocents et IRL, mais quelque chose me dérange dans l'exécution. J'aurais probablement préféré qu'ils gardent tout ça pour après le match, ou pour la semaine prochaine, et que cette semaine, ils choisissent de bétonner leur show avec un match sans interruption. M'enfin bon, on ne peut pas tout avoir. J'espère qu'ils ont gardé des surprises sous le coude pour les shows à venir.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #974 - QUINZAINE ALIENS - 10 - Prometheus (2012)

Publié le 29 Mai 2019 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Science-Fiction, Horreur, Thriller, Drame, Aliens

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus... et pendant deux semaines, à l'occasion des 40 ans de la franchise Alien, retour sur les films de la saga, et sur ceux de sa grande rivale, Predator.

Prometheus :

Après avoir découvert sur Terre une carte stellaire menant potentiellement aux origines de l'humanité et de la vie, Elizabeth Shaw (Noomi Rapace) et Charlie Holloway (Logan Marshall-Green) rejoignent une mission spatiale financée par Peter Weyland (Guy Pearce), qui les emmène sur la planète LV-223. Là, en compagnie d'un groupe de chercheurs et de la directrice de mission Vickers (Charlize Theron), ils découvrent l'existence des Ingénieurs, possiblement responsables de la création de toute vie dans l'univers...

Film déjà critiqué dans ces pages, et honnêtement, rien n'a changé. C'est peut-être même pire, puisqu'au terme de cette Semaine Alien, j'ai eu l'occasion de parcourir toute la gamme des productions Alien (et Predator), et Prometheus et sa suite restent clairement parmi les maillons les plus faibles de cette chaîne.

En même temps, entre un Ridley Scott qui sait toujours filmer, mais qui a perdu tout sens du rythme et de l'efficacité narrative depuis des décennies ; un scénario qui cache tous ses problèmes d'écriture, sa caractérisation pitoyable, ses raccourcis et ses grosses ficelles, ainsi que son manque total d'inspiration (intelligent design et Von Däniken, nous revoilà !) derrière un pseudo-pensum philosophico-nanardesque ; un montage décousu trahissant des coupes sévères en post-production ; et des choix créatifs particulièrement malvenus (Guy Pearce en papy, la césarienne de Shaw, la flute)... difficile de trouver grand chose à sauver.

Ce n'est pas intéressant, ce n'est pas divertissant, c'est tout sauf original, ça n'assume qu'à moitié son statut de préquelle à la saga Alien, et ça n'apporte rien à cette dernière ou à son univers (du moins, rien qui en vaille vraiment la peine, ou qui change la franchise pour le meilleur), bref, c'est assez agaçant et énervant de voir à quel point autant de personnes talentueuses impliquées dans un projet peuvent produire quelque chose d'aussi insipide et mauvais.

Parfois, il est préférable de faire dans l'action ou dans l'horreur pure et simple, plutôt que de se perdre en pensant faire quelque chose de profond et de spirituel (au sens premier du terme).

2/6 pour la direction artistique, pour un thème musical ou deux, pour l'interprétation, et pour l'aspect technique.

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1083 : SEMAINE CORMAN EN ARGENTINE - Deathstalker 2 (1987)

Publié le 16 Novembre 2019 par Lurdo dans Action, Aventure, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Review, Romance

À partir de 1983, Roger Corman a produit toute une série de films de sword & sorcery en Argentine, pour tenter de surfer sur la vague de popularité de Conan le Barbare, sorti un an plus tôt : de quoi remplir une semaine complète de notre rubrique, au rythme d'un film par jour...

Deathstalker 2 (1987) :

Lorsque le maléfique sorcier Jarek (John La Zar) usurpe son trône, et y place un double maléfique créé par ses soins, la Princesse Evie (Monique Gabrielle) cherche de l'aide. Sous l'identité de Reena, une voyante, elle tombe alors sur Deathstalker (John Terlesky), un héros réticent, qui finit par accepter de lui prêter main forte...

Que se passe-t-il lorsqu'un réalisateur/scénariste (Jim Wynorski) embauché par Corman décide de réécrire, avec son acteur principal (et ami de longue date), le script de ce Deathstalker 2, pour en faire quelque chose à mi-chemin entre une screwball comedy et d'un cartoon de Bugs Bunny ?

On se retrouve tout simplement avec le meilleur film de sword & sorcery made in Corman, une quasi-parodie au ton pas si éloigné que ça d'un Evil Dead 2, sorti la même année : entre le héros, façon Ash Campbell/Mad Martigan et sa répartie amusante, la princesse/voyante un peu naïve et cruche, le méchant sorcier assez... efféminé, et leurs aventures improbables (match de catch chez les Amazones avec une ancienne de GLOW, etc...), le métrage s'avère une parodie du genre "barbare" plutôt sympathique et dynamique, portée par un thème musical étonnamment entêtant.

Alors certes, les défauts habituels des productions Corman sont toujours présents (post-synchro, interprétation, décors, etc...), mais ici, ça passe sans problèmes, car le film ne se prend jamais au sérieux.

Sauf, étrangement, lors du duel final entre Deathstalker et Jarek, un duel bien chorégraphié, efficace et à peu près convaincant.

Et pour couronner le tout, le métrage se permet même un bêtisier durant le générique de fin : que demander de plus ?

3.5/6

(par contre, je ne vais pas m'infliger les deux Deathstalker suivants, puisque non seulement ils ne rentrent pas dans le cadre de cette semaine Corman en Argentine - ils ont été tournés au Mexique et en Bulgarie - mais en plus, l'acteur principal change de nouveau à chaque film, et le ton redevient plus sérieux et insipide)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #722 : Game Night (2018)

Publié le 28 Mai 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Policier, Thriller, Action

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus. ​​ 

Game Night :

Toutes les semaines, Max (Jason Bateman) et son épouse Annie (Rachel McAdams), tous deux très compétitifs, organisent une Soirée Jeux avec tous leurs amis (Billy Magnussen, Sharon Horgan, Lamorne Morris, Kylie Bunbury). Cette semaine, cependant, la soirée se tient chez Brooks (Kyle Chandler), le frère de Max, un homme séduisant et riche à qui tout réussit. Seulement voilà : Brooks a engagé une entreprise spécialisée dans les jeux de rôle, pour simuler son enlèvement, et embarquer ses invités dans une murder party ultra-réaliste. Mais les apparences sont trompeuses, et bien vite, Max et Annie comprennent que les deux kidnappeurs de Brooks sont de véritables criminels...

Une comédie noire réalisée par John Francis Daley et Jonathan Goldstein, et qui lorgne ouvertement (et très clairement) sur un croisement de Date Night (Crazy Night, chez nous, avec Steve Carrell et Tina Fey), de The Game de David Fincher, et de L'homme qui en savait trop... peu (avec Bill Murray), deux versions d'une histoire très similaire, sorties en 1997.

Ce qui, malheureusement, fait que l'on a une énorme longueur d'avance sur tout le récit, et ce jusqu'à ses dernières 20 minutes. Pendant ses 80 premiers minutes, en effet, le récit se déroule exactement comme on peut le supposer : mise en place longuette, déclencheur réussi et percutant, et ensuite, un enchaînement de rebondissements sans grande tension, puisqu'à aucun moment, le spectateur ne peut réellement prendre pour argent comptant ce qu'il a sous les yeux.

Ce qui ne veut pas dire pour autant que c'est dénué d'intérêt, notamment parce que le couple Bateman/McAdams fonctionne très bien, que Jesse Plemons est amusant en voisin glauque, et que les deux réalisateurs tentent ponctuellement de vraiment réaliser le film (en y injectant des idées de montage, des idées de mise en scène, etc, comme dans la scène de l’œuf de Fabergé, en simili-plan séquence), ce qui reste encore trop rare dans le genre de la comédie US.

On regrettera cependant que les personnages secondaires manquent à ce point de charisme : ils ne sont pas désagréables, et ont même quelques répliques qui fonctionnent, mais dans l'ensemble, on a souvent l'impression que les acteurs choisis n'étaient pas le premier choix des réalisateurs, et que les personnages auraient été bien meilleurs avec des seconds rôles plus mémorables.

Heureusement, lorsque la "réalité" des événements est enfin révélée, avec l'apparition d'un certain acteur en prime, le film a la bonne idée de repartir pour un tour, lors d'un dernier quart d'heure nettement plus rythmé, drôle et efficace que ce qui a précédé. Un peu comme si le scénariste en avait gardé sous le pied pour finir en apothéose.

On n'échappe cependant pas à la leçon de vie qui fait office de caractérisation dans les comédies américaines de ces dernières décennies, mais cela ne gêne pas trop, en fin de compte, et on termine le film sur une bonne impression.

Loin d'être un film particulièrement exceptionnel ou original, mais ça aurait pu être bien pire.

3.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Catch Review : TNA Impact (05/08/2015)

Publié le 8 Août 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Ça y est, la session des tapings pourris de Mai/Juin touche enfin à sa fin ! En espérant que le show retrouve un peu de cet éclat qui s'est bien terni ces derniers mois...

Impact Wrestling 05/08/2015 - No Surrender :

- Bram vs Anderson. Pas grand intérêt pour ma part, je n'ai regardé que d'un oeil. Ça avait l'air tout à fait honorable, et suffisamment long pour être satisfaisant, mais Bram perd beaucoup trop à mon goût, et par la force des choses, n'est donc pas à la hauteur de ses promos.

- Promo backstage des Hardys, blablabla.

- James Storm dans le ring, histoire de finir sa storyline, avec une très bonne promo contre Khoya. Khoya se rebelle, reprend son nom réel, et défie Storm dans un anglais approximatif... sous le regard d'un public indifférent.

- Segment récap du feud Dollhouse/Ninja Gail.

- Storm défie Mahabali pour un match ce soir.

- Ninja Gail vs la Dollhouse, Handicap match. Gail qui démolit toute la Dollhouse à elle toute seule, *soupir* ; à ce niveau-là, autant enterrer la DH, elle ne sert vraiment plus à rien. Le match en lui-même n'était pas forcément mauvais, pour ce que c'était, mais bon... le booking dessert vraiment les athlètes.

- Promo routinière de Galloway, du moins dans sa première partie.

- Galloway vs Eli Drake (qui a un t-shirt amusant "#SitDown"). Match décevant, puisque Drake est cantonné à encaisser les coups et à ne jamais répliquer, jusqu'à ce qu'il vole la victoire de manière ultra-basique. Mwé, j'aurais aimé quelque chose de plus compétitif, franchement.

- Récap de la stipulation la plus stupide au monde : le contrat d'Aries vs le surnom de Spud. D'oh.

- GM Bully donne le poste d'arbitre en chef à Hebner Jr, le jour où son père partira à la retraite ; Roode se pointe, se plaint de la stipulation débile du match d'Aries, et promet d'intervenir.

- Aries vs Spud, Stipulation à la con. Un bon match dominé par Aries, ce qui rend son résultat et sa stipulation encore plus frustrants.

- Roode et Aries font le deuil de leur équipe backstage. D'ailleurs, où est-ce qu'il était, Roode, pendant ce match ?

- Storm vs Mahabali Shera. DQ de Storm avant même que le match ne démarre vraiment.

- GM Bully retrouvé KO backstage.

- Jarrett qui, comme par hasard, est là pour remplacer Bully au pied levé, et devient le GM de la compagnie pour une semaine (la TNA a déjà spoilé le show sur Facebook, ce sera GFW vs TNA la semaine prochaine).

- Promo d'EC3.

- EC3 vs Matt Hardy, Full Metal Mayhem. Le push de Matt ne m'intéresse toujours pas le moins du monde, mais bon, rendons à César (...), le match était solide (pas le MOTY annoncé par certains, m'enfin ce n'est pas surprenant), et EC3 a remporté l'affrontement proprement. C'est toujours ça de gagné.

 

Un show qui, à défaut d'être intéressant et réussi d'un point de vue créatif/booking, était très solide dans le ring. Ce qui est un net progrès par rapport aux semaines précédentes. Dommage que le booking et les athlètes ne soient vraiment pas sur la même longueur d'onde...

commentaires

Catch Review : TNA Impact (29/05/2015)

Publié le 30 Mai 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Ultime Impact du mois de mai, et ultime Impact du vendredi soir, ce show arrive au terme de deux semaines chaotiques pour la compagnie, puisque, profitant de l'absence de nouveau show la semaine dernière, les dirt sheets se sont déchaînées contre la compagnie, en annonçant, ni plus ni moins, l'annulation d'Impact dès Septembre.

Ce qui a entraîné une réplique agacée de la compagnie, réplique en partie sabotée par Destination America, qui a annoncé l'arrivée de la ROH (apparemment négociée dès Novembre dernier, avant même qu'Impact ne soit signée) en lead in d'Impact dès la semaine prochaine.

Traduction : c'est le bordel. Et c'est assez amusant que ces fameuses dirt sheets si bien informées n'aient réussi à prévoir ni le changement de case horaire, ni la signature de la ROH...

Impact 29/05/2015 :

- EY dans sa voiture, en train de donner une interview, mais Angle l'attend sur place et mini-brawl, interrompu par la sécurité

 Josh Matthews & Al Snow aux comms.

- Gail vs Taryn, Cage match. Démarrage sur les chapeaux de roue, et une très belle énergie des deux femmes. Chouette match d'ouverture.

- En post-match, la Dollhouse passe Gail à tabac, pendant que Kong s'efforce d'entrer en assénant de grands coups de chaise à la porte de la cage. Efficace.

- Récap de Magnus/Mickie/Storm. Mickie dans une robe qui fait son effet, entre dans le ring, fait un début de promo ; Storm s'invite, petit échange de promos entre les deux, et Storm fait miroiter à Mickie une carrière dans la musique boostée par ses contacts. Storm continue de manipuler son petit monde de manière très réussie, et Mickie mort à l'hameçon.

- Kenny King est confiant.

- EY et Angle séparés backstage, et EY toujours plus cinglé que jamais.

- X-Division gauntlet. Dommage qu'Argos se soit sonné sur l'un de ses premiers mouvements, parce qu'il était bien parti. Un match sympatoche, avec un finish bien mené.

- Wolves vs Dirty Heels 2/5. Une mécanique parfaitement huilée, et encore une fois un excellent affrontement. 2-0 pour les Wolves, surprenant.

- MVP aux abonnés absents, King agacé.

- A-love va nous parler de Darth Velvet, et menace cette dernière de sa team de sécurité perso. Velvet reste impassible et silencieuse, ce qui n'est pas forcément un mal... jusqu'à ce qu'elle attaque, pour un mini-brawl. Rarement vu une sécu privée aussi incapable, moi...

- Anderson a prévu une cage pour Tyrus.

- Anderson vs EC3, w/ Tyrus in a cage. RAS. Un match tranquille mais tout à fait honorable. Joli finish, et, enfin, EC3 gagne à la régulière.

- Spud est extatique, et s'interroge au sujet de l'Option C.

- Angle vs EY, I Quit match. Angle se prend pour Brock Lesnar, et enchaîne les German suplexes pendant un bon moment ; et sinon, le reste du match était un main event solide, sans plus.


Un bon show, à l'action convaincante, et sans réel meublage. Même le segment de Love/Velvet était potable, c'est dire...

commentaires

Catch Review : TNA Impact (12/12/2013)

Publié le 13 Décembre 2013 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Cette semaine, Impact voit le grand retour de Feast or Fired, le gimmick controversé qui distribue des title shots et un renvoi pour le malheureux qui décroche la mauvaise valise...

- Spud à la recherche d'Aj, se perd en route.

- Angle est en colère, et exige que Roode se pointe, Roode n'est pas impressionné. Pas la meilleure promo des deux hommes, mais bon, c'était amplement suffisant pour lancer le show et mettre en place la semaine prochaine.

- Récap de la saga JPark. Park est stressé backstage.

- Bad Influence vs EY & JP. RAS, jusqu'à ce que EY décide d'exploser le front de Park, pour réveiller Abyss. Étrangement, Park couvert de sang en mode destructeur est presque plus impressionnant qu'Abyss.

- Post-match, EY met un terme à la saga de Park/Abyss, en lui disant ses quatre vérités. Enfin du mouvement sur ce front.

- EC3 est prêt à faire encore parler de lui.

- EC3 au micro, avec une heel heat conséquente, et est sur le point de défier JB dans un match épique quand Sting débarque, mécontent et sarcastique. Sting met en pièces EC3, et le défie de prendre place dans le Feast or Fired. EC3 lui tient tête, et accepte le FoF. Segment réussi, et là aussi, du mouvement.

- Spud toujours perdu en Georgie.

- Gail Kim Open Challenge. ODB se pointe, pour défier Tapa. Gail et Tapa s'en prennent à elle, et ODB est sauvée par Madison, qui fait son grand retour !!!

Posted Image

Du progrès, à nouveau !

- Spud tente d'obtenir des infos dans un bar du fin fond de Redneck Country. Spud chante une chanson. :mrgreen:

- GunnStorm toujours sur une longueur d'onde différente.

- Spud se rapproche de sa proie.

- Dixie mécontente du traitement de sa Wheel et de sa ceinture toujours aux mains d'AJ. Magnus et Hardy font de brèves promos pour promouvoir la semaine prochaine, et le match Dixieland (vidéo promo volontairement lolesque pour hyper le concept révolutionnaire d'un cage match suivi d'une échelle à grimper ^^).

- Sabin et Velvet backstage.

- Spud en mode Solid Snake du pauvre. :mrgreen:

- Anderson est motivé.

- Aries vs Sabin (w/Velvet). Sabin en fait trois tonnes avec Velvet, et le match est très bon, forcément, avec un finish très intéressant à la clef.

- Sabin et Aries se disputent backstage, et Sabin et Aries s'incrustent dans le FoF.

- Anderson attaqué par Bully pendant son entrée, avant que Bully ne récite une promo étrange, avec musique menaçante en prime.

- Feast or Fired. Un main event plutôt sympa, avec EC3 qui profite de la confusion pour voler une valise (HW title shot ?) ; les nerds qui assurent ; Zema qui récupère probablement le X-div title shot ; Aries qui domine tout le monde ; Chavo qui, je l'espère, choppe la fin de contrat ; et Gunner qui vole la valise de Storm (logiquement, le tag title shot).

- Hardy qui accepte l'invitation de Dixie... Hmmm.

Un show assez réussi, avec du mouvement sur tous les fronts, et de la mise en place de nombreuses pistes intéressantes.

commentaires

Catch Review : TNA Impact - Genesis part 1 (16/01/2014)

Publié le 17 Janvier 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Impact Live - Genesis, part 1 :

- Bref hommage à Mae Young, ça fait toujours plaisir.

- Spud, sous les huées du public, fait la présentation de Dixie, qui dit du mal d'AJ et annonce Magnus, avec ses deux ceintures, qui en offre une à Dixie. Le public est déchaîné, ça change du public amorphe de Raw. Un peu longuet, mais bon.

- Sting finit par interrompre les réjouissances, et s'en prend à Dixie & Magnus au micro. Excellente promo, et brawl entre les deux versants du roster.

- Team Dixieland vs Team Sting, 12-men mixed tag. Un gros bordel jouissif et très fun.

- Sabin jaloux de Velvet qui discute avec Aries.

- Angle mécontent, à la recherche de Dixie et Al Snow.

- Sabin jaloux de Velvet... mais cette fois-ci dans le ring. Promo croisée un peu ronronnante de Aries et Sabin, pour mettre en place un match la semaine prochaine, avec Velvet dans une cage (très old-school, ça :mrgreen: ).

- Pat Kenney qui félicite Samuel Shaw, qui pête un cable, et le démolit backstage.

- ECIII tente de se motiver, et reçoit les "encouragements" de Magnus. Une rivalité intéressante en perspective.

- Bully vs Anderson, NODQ. À nouveau, un match bordélique, mais fun. Le jour où Bully allumera la table pour de bon, ce sera l'explosion dans le public.

- Angle s'en prend à Al Snow backstage.

- Angle, furieux, dans le ring, face à Dixie ; Dixie exécrable de condescendance et de menaces, et Angle s'en contrefout. Une Roodebomb plus tard, et Angle se fait évacuer par la sécurité.

- Maddie passée à tabac par Gail & Tapa, backstage.

- Hebner kickbanné par Dixie pour ce soir.

- Gail vs Madison Rayne, KO Title. Match honorable, mais finish surprenant.

- Sting est motivé.

- TNA a un nouvel investisseur inconnu, et il a signé les Wolves (qui ont l'air de jouer la carte "connards arrogants", ce qui peut être fun).

- Sting vs ECIII, w/Special Guest Ref Rockstar Spud. Forcément pas un match très élégant et gracieux, et qui n'avait pour unique objectif que de poursuivre un peu plus cet angle.

- Sting met son contrat en jeu contre Magnus, la semaine prochaine, en main event. Très intéressante fin de show.

 



Bref : un demi-show forcément très axé promos et mise en place de la "nouvelle ère", pour laisser la place à un autre demi-show, la semaine prochaine, qui sera quand à lui supra-chargé en catch. C'était à prévoir, et les fans de l'interwebz ont détesté. Cela dit, de nombreuses storylines découlent de cet Impact. Qui sera la prochaine adversaire de Madison ? Est-ce que Velvet joue un double jeu, et va se retourner contre Aries ? Et une fois que Sting aura perdu son contrat... va-t'il revenir sous l'identité de l'investisseur, qui a mis ses $$ dans la compagnie pour contrer Dixie à un autre niveau... hmmm...

commentaires

Catch Review : TNA Impact (20/08/2014) - Hardcore Justice 2014

Publié le 21 Août 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Nouveau créneau horaire pour Impact, et nouveau jour de diffusion, pour un show dont la diffusion sur Spike TV est assurée jusqu'à la fin de l'année, minimum.

- Bram vs Abyss, Stairway to Janice. Démarrage sur les chapeaux de roue, avec un gros hardcore ladder match gentiment dégénéré, bien qu'un peu pépère niveau rythme, Abyss oblige. Bram est une brute absolue.

- EC3 n'a pas apprécié son séjour en prison.

- Magnus est un peu jaloux de Bram.

- Team EC3 dans le ring, pour se plaindre du traîtement subi la semaine dernière ; EC3 s'en prend à Rhino, qui réplique, mais ça n'impressionne pas Carter, qui passe à l'assaut, et démolit Rhino, sous le regard paniqué de Spud.

- Joe nous parle un peu de son passif avec Ki.

- Anderson dans une campagne de pub contre le tabac.

- Les Hardys promettent une résurgence de la tag Division.

- Un peu de hype pour Joe/Ki.

- Low Ki vs Samoa Joe, X-div title. Public déchaîné, et un excellent match entre les deux hommes, intense et nerveux.

- Les Hardys rendent visite à la Team 3D.

- Anderson en veut toujours à Shaw, et début de brawl backstage.

- Anderson vs Shaw, I quit. pas mauvais du tout, malgré une fin assez abrupte.
- 3D et Hardys ont convenu d'une idée pour relancer la Tag Div.

- Brawl backstage, la semaine dernière, entre Gail & Angelina ; Angle n'est pas content.

- Roode réfléchit sur sa carrière.

- Hardys, Wolves et 3D dans le ring, pour annoncer des matches imminents entre les trois équipes pour les ceintures.

- Dixie dans son lit, pour expliquer qu'elle souffre le martyr, et qu'elle va désormais se concentrer sur le côté business de la compagnie. Dixie la mégère qui sonne son mari d'un coup de sifflet pour qu'il rajuste son oreiller = :mrgreen:

- Hemme est enceinte.

- Storm continue de reformater Sanada... pour se constituer progressivement une armée révolutionnaire ?

- Gail Kim vs Angelina Love, Last KO Standing. À part les comptes mous et démotivés de Hebner, un bon LKS match, avec un finish efficace.

- Angle booke 3D vs Hardys vs Wolves, pour une série de matches à stipulations variables, dès la semaine prochaine.

- Promo un peu longuette de la Team MVP.

- 6 sides of Steel, #1 Contender. Un peu bordélique et court, mais assez fun, et avec un finish en suspens qui devrait mener à quelque chose de sympa.


 

Deux très bons matches (KOs & X-div), trois si l'on est fan du style hardcore du match Bram/Abyss, et deux autres dans la moyenne. Hormis la promo passable de MVP (qui aurait pu être zappée, pour laisser place à cinq minutes de plus dans le main event), c'était un show assez sympathique, ma foi.

commentaires

Catch Review : Impact Wrestling (10/10/2013)

Publié le 11 Octobre 2013 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Bound for Glory 2013 approche à grands pas, et malgré la restructuration de la compagnie (et le chaos qui l'accompagne), malgré les contrats parfois non-renouvelés, et malgré la négativité générale entourant TNA sur les sites de catch (rarement objectifs), la fédération continue son petit bonhomme de chemin, produisant chaque semaine des Impacts plus intéressants et divertissants que les produits de la concurrence. 

Cette semaine, l'objectif de la compagnie était clairement de consolider la carte de BFG : alors, mission accomplie ? 

Impact Live :

- HeelDixie, sifflée par les fans dès son entrée dans le ring, enterre tous les autres promoteurs, continue de parler, volontairement totalement indifférente au public, puis elle enterre Sting quand il se pointe, et le menace d'un renvoi. Dixie est toujours un peu brouillonne, mais son personnage trollesque se précise de plus en plus.
- Promo efficace de Aries.
- AJ's back, et prêt à se battre.
- Hardy vs Aries. Très bon match, forcément.
- Joe se pointe et se rajoute à l'Ultimate X. Surprenant, mais intéressant.
- Les Bromans se charrient gentiment.
- EY & Park en road trip live sur la route jusqu'à BFG, amusant.
- Les Bromans défient ODB.
- ODB vs Jesse. Le match commence à peine, et Lei'D Tapa débarque pour démolir ODB. J'attends toujours de voir dans quelle direction ils se dirigent avec Lei'd, pour vraiment donner un avis.
- La révolte des Aces continue, et Bully se cache derrière ses sbires.
- Magnus est prêt à se battre contre Sting. Bon segment backstage.
- EGO derrière leur porte, LMAO.
- EGO se pointent dans des costumes flamboyants ( :mrgreen: ), font un speech sur les HOFs foireux, avant d'accueillir Roode dans leur HOF, via une vidéo franchement marrante. Segment particulièrement fun, et retour de Kurt à la clef.
- Roode est en colère.
- Velvet vs Assmacher. RAS. Velvet un peu en retard sur un spot ou deux, mais elle compense un peu par un effort placé sur le selling de sa blessure.
- ETHAN.... CARTER.... THE THIRD.... E...C...3... vivement. Et je me demande s'il est un "cousin" ou un "neveu" de Dixie Carter.
- Sting & Magnus vs Kazaniels. Tag match solide et standard, plus orienté sur l'intrigue générale du feud, que sur le match en lui-même.
- HeelDixie trolle AJ backstage, et c'est encore plus fun.
- Aj vs Bisch & Knux. Tenay expulsé par Bully, qui prend sa place. Match brouillon, mais post-match efficace, avec passage à tabac d'AJ par les Aces. Un finish visant clairement à augmenter la pression pour BFG.

Un Impact dans lequel il y en avait pour tout le monde : de la comédie, de l'action, des Knockouts, Dixie, de la progression, des nouveaux matches annoncés pour BFG... pas désagréable du tout, à défaut d'être le meilleur Impact de ces dernières semaines.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1445 : Geostorm (2017)

Publié le 24 Mai 2021 par Lurdo dans Action, Cinéma, Critiques éclair, Review, Science-Fiction, Thriller, USA

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Geostorm (2017) :

Conçu pour protéger la Terre d'un désastre climatique, le réseau de satellites Dutch Boy, piloté depuis la Station spatiale internationale, a été créé par Jake Lawson (Gerard Butler), un scientifique rebelle et tête brûlée. Désormais écarté du projet, Jake est recruté par son frère Max (Jim Sturgess), un bureaucrate de Washington, pour retourner dans l'espace et enquêter sur une mort mystérieuse, ainsi que sur des incidents climatiques internationaux difficilement explicables : les prémices d'une catastrophe planétaire imminente, et la preuve d'une conspiration incroyable...

La semaine dernière, sur un coup de tête, j'avais regardé Greenland, un film catastrophe avec Gerard Butler, qui singeait très fortement les films catastrophes de Roland Emmerich, pour un résultat très peu convaincant. Donc très logiquement, parce que je suis un peu masochiste, cette semaine, je regarde Geostorm, un film catastrophe avec Gerard Butler, qui singe très fortement les films catastrophes de Roland Emmerich - et pour cause, il est écrit et réalisé (c'est son premier film) par Dean Devlin, l'autre moitié du duo Devlin/Emmerich (Stargate, Independance Day, Universal Soldier). Et c'est un bon gros navet.

Pour ce Geostorm, Devlin reprend donc tous les clichés possibles et imaginables des films catastrophe de son compère (le chien à sauver, la fillette, la relation familiale compliquée, les traîtres, les catastrophes naturelles improbables, la science très approximative, le compte à rebours, les effets spéciaux très inégaux, blablablabla) et les tire vers le bas avec une écriture des plus laborieuses, combinée à un montage et à une réalisation assez médiocres.

C'est bien simple : on n'y croit jamais. Déjà, parce le rythme (et le montage, donc) des scènes leur donne un côté affreusement artificiel, avec des dialogues qui sonnent faux (tous les dialogues de la fillette semblent surécrits, mais aussi les moments d'exposition et de techno-blabla, durant lesquels on perçoit le vide abyssal dans le regard d'un Butler qui n'y comprend rien) et des réactions excessives (Jim Sturgess interprète son personnage constamment au bord des larmes, comme s'il était dans un film à Oscar ; à l'opposé, Abbie Cornish sous-joue toutes ses scènes), mais aussi et surtout parce que le tout est un grand n'importe quoi même pas fun, qui échoue à concilier son postulat de film catastrophe spectaculaire avec son intrigue de conspiration politique cousue de fil blanc (spoiler : le traître gouvernemental est exactement celui auquel tout le monde s'attend, à savoir l'acteur spécialisé dans les rôles de méchants).

Geostorm, c'est con, c'est creux, c'est bancal, ça prend l'eau de partout, et comble des combles, ce n'est jamais vraiment divertissant tant tout y est approximatif.

1.25/6 (dont 0.25 pour Zazie Beetz, qui est la seule à avoir l'air de s'amuser un peu)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1 : Trust Me (2013)

Publié le 30 Juin 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Drame, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Trust Me :

Howard Holloway (Clark Gregg) est un agent de représentation raté, à Hollywood, où il tente désespérément de trouver le nouveau futur enfant star. Un jour, cependant, les astres semblent s'aligner pour lui, puisqu'il se rapproche enfin de l'une de ses voisines (Amanda Peet), et qu'il rencontre une jeune comédienne talentueuse (Saxon Sharbino), qu'il va pousser jusqu'aux sommets...

Clark Gregg à la réalisation et l'interprétation pour un métrage mi-dramatique, mi-satirique, qui se paie un défilé de guests-stars (Amanda Peet, Molly Shannon, Felicity Huffman, Sam Rockwell, William Macy & Allison Janney) histoire de cacher un peu le budget défaillant. Ça se regarde, mais le film est alourdi par une symbolique assez pataude, par des effets spéciaux superflus, et par un dernier tiers qui prend un virage sombre et glauque franchement inutile et prévisible.

3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #2 : I'll Follow You Down (2013)

Publié le 1 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Science-Fiction, Thriller, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

I'll Follow You Down :

Gabe (Rufus Sewell) et Marika (Gillia Anderson) sont les parents d'Erol (Haley Joel Osment) ; scientifique travaillant sur la théorie des wormholes, Gabe disparaît un beau jour, alors qu'Erol n'est qu'un enfant. Adulte, et devenu un génie des sciences, Erol découvre alors que son père a percé les secrets du temps et de l'espace, et qu'il est perdu, quelque part dans le passé...

Une histoire de voyage dans le temps pas désagréable, bien qu'assez bavarde et convenue. Rien d'exceptionnel, donc, et pour être franc, ça ressemble un peu au pitch d'un épisode de Outer Limits ou de The Twilight Zone, mais délayé sur 90 minutes.

3.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #3 : Rush (2013)

Publié le 2 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Biographie, Sport, Action, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Rush :

Un bio-pic romancé narrant la montée en puissance et la rivalité quasi-fatale de deux pilotes de Formule 1, Niki Lauda et James Hunt, durant les années 70...

Excellent long-métrage signé Ron Howard, tant sur le plan technique qu'au niveau de l'interprétation des deux acteurs principaux, Chris Hemsworth et Daniel Bruhl. Impressionnant de maîtrise, de reconstitution, et particulièrement prenant même si l'on ne connaît rien à la Formule 1.

Une réussite, donc, même si le score de Hans Zimmer (en pilotage automatique - huhuhuhu) était un peu fatiguant.

4.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #6 : Godzilla (2014)

Publié le 6 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Action, Fantastique, Science-Fiction

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Godzilla :

Un militaire (Aaron Taylor Johnson) est rattrapé par le passé de sa famille lorsque des monstres gigantesques se réveillent, et commence à s'en prendre aux installations nucléaires mondiales ; heureusement, le gigantesque Godzilla est là pour s'en prendre aux créatures mutantes...

Pas grand chose à dire de ce film, en fait : très mal construit et rythmé, avec des montées en puissance constamment avortées, pour revenir sur des personnages insipides, inintéressants et jamais développés, qui deviennent un prétexte pour meubler un maximum de temps d'écran.

Alors oui, l'affrontement final est sympathique et réussi, mais il est particulièrement bref, et je suis ressorti de ce métrage avec une furieuse envie de me faire rembourser.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #7 : In Your Eyes (2014)

Publié le 7 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Fantastique, Comédie, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

In Your Eyes :

Rebecca (Zoe Kazan) et Dylan (Michael Stahl-David) ne se connaissent pas et vivent l'un et l'autre à une extrémité différente du pays. Un jour, cependant, ils s'aperçoivent qu'ils sont capables de se parler par télépathie, et leurs vies s'en trouvent bouleversées...

Une production Joss Whedon, à partir de l'un de ses vieux scripts sortis du placard (et ça se sent), qui tente de décrire une romance paranormale et fantastique comme hors du commun, alors qu'en réalité, à un détail ou deux près (les interactions physiques), le même film aurait pu être fait au sujet de la relation longue-distance (par Skype ou téléphone) de deux personnes ne se connaissant pas.

Pas désagréable à regarder, et bien joué, mais étrangement daté, convenu et pas forcément très captivant.

3.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #15 : La Grande Aventure Lego (The Lego Movie - 2014)

Publié le 18 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Fantastique, Animation, Action, Aventure, Jeunesse, Lego, Science-Fiction

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

La Grande Aventure Lego (The Lego Movie) :

Emmet (Chris Pratt), un ouvrier lambda dans le monde merveilleux et ultra-formaté de Bricksburg, découvre un jour qu'il est l'Élu, capable de changer la destinée du monde, et de repousser le maléfique Lord Business (Will Ferrell)...

Une relecture parodique de Matrix, à la fois imaginative, ludique, drôle et décalée, à base de pièces Lego, d'un casting vocal en béton armé (de Ferrell à Elizabeth Banks, en passant par Morgan Freeman, Channing Tatum, Will Arnett, Alison Brie, Liam Neeson et des dizaines d'autres encore) et d'une mise en avant intéressante du pouvoir de l'imaginaire, de l'individualité, de la fantaisie et du partage.

Attachant, bourré de détails amusants, et plutôt inspiré.

4.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #45 : The Wedding Party (2010)

Publié le 29 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Romance, Drame, Australie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

The Wedding Party :

Sans argent, Steve (Josh Lawson) décide de recourir aux grands moyens, et accepte de s'impliquer dans un mariage blanc avec Anna (Isabel Lucas) en échange d'une certaine somme d'argent ; mais lorsque sa famille apprend l'imminence de ce faux mariage, Steve doit jouer le jeu, au risque de perdre le coeur de son ex-petite-amie (Kestie Morassi)...

Une comédie de moeurs australienne avec quelques visages familiers, qui se regarde, mais qui est trop nonchalante et vagabonde pour dépasser son postulat de départ et vraiment convaincre. Kestie est particulièrement attachante, cela dit.

2.75/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #16 : Des Gens Comme Nous (People Like Us - 2012)

Publié le 20 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Romance, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Des Gens Comme Nous (People Like Us) :

À la mort de son père, Sam (Chris Pine) découvre que celui-ci avait une double vie, et qu'il a une demi-soeur qu'il n'a jamais connue (Elizabeth Banks), ainsi qu'un neveu, à qui il doit remettre un héritage de 150000$. Abandonnant tout derrière lui, Sam décide alors de partir à leur rencontre pour faire leur connaissance...

Une comédie dramatique signée Alex Kurtzman, plutôt réussie pour ce qu'elle est.

En fait, ça suit le cheminement habituel d'une comédie romantique, à cela près qu'il n'y a forcément aucune possibilité de romance en guise de conclusion.

Plutôt bien interprété, jamais ennuyeux et relativement subtil, ça tient donc plutôt bien la route, pour peu qu'on ne soit pas allergique aux bons sentiments.

4/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #17 : Blackout Total (Walk Of Shame - 2014)

Publié le 21 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Aventure

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Blackout Total (Walk of Shame) :

Sexy et talentueuse, Meghan Miles est une présentatrice de news locales qui décroche un entretien d'embauche pour un poste national ; mais lorsqu'elle croit (à tort) avoir raté cette occasion exceptionnelle, elle décide d'oublier cette mauvaise expérience en faisant la fête avec ses amies, et en finissant dans le lit d'un bel inconnu. L'offre de contrat revient cependant sur la table, et Meghan doit alors traverser la ville à pied pour rejoindre sa voiture, et espérer ainsi sauver sa carrière...

Sarah Wright-Olsen, Gillian Jacobs, et Elizabeth Banks pour une comédie assez faiblarde, à base de vannes assez convenues, de clichés, et de rebondissements basiques, pour un tout très pataud.

Cela dit, Elizabeth Banks (et sa robe) y met de l'énergie, et aide un peu à faire passer la pilule.

3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #18 : Ce qui vous attend si vous attendez un enfant (What to Expect When You're Expecting - 2012)

Publié le 22 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Drame, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Ce qui vous attend si vous attendez un enfant (What to Expect When You're Expecting) :

Le parcours de plusieurs couples confrontés à l'idée, puis au fait accompli, d'une grossesse...

Une comédie chorale vaguement romantique, adaptée d'un bouquin à succès sur les grossesses, et qui, comme le veut le genre aux USA, se paie un casting quatre étoiles (J-Lo, Cameron Diaz, Anna Kendrick, Elizabeth Banks, Dennis Quaid, Chris Rock, etc) pour un récit on-ne-peut-plus cliché, balisé, dégoulinant de bons sentiments, prévisible de bout en bout, et globalement assez décousu.

Moi qui suis habituellement assez bon public des films de ce type, j'ai vraiment eu énormément de mal à finir le métrage.

1.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #19 : Space Milkshake (2012)

Publié le 23 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Science-Fiction

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Space Milkshake :

À bord d'une station spatiale, une équipe d'éboueurs de l'espace met la main sur une cargaison étrange, et sur une source d'énergie bizarre, qui déclenche des phénomènes improbables ; bientôt, ils sont confrontés à un canard en plastique mutant qui veut traverse les dimensions...

Une parodie indépendante, dans la lignée de Space Truckers, de Dark Star ou de White Dwarf, avec un cast limité de quatre acteurs (et demi) habitués au registre de la SF et du fantastique : Billy Boyd (Lord of the Rings), Amanda Tapping (Stargate SG-1), Kristin Kreuk (Smallville, Beauty & the Beast), Robin Dunne (Sanctuary) et George Takei (Star Trek) au doublage du canard.

C'est forcément assez fauché visuellement, ce n'est pas forcément ultra-subtil ou maîtrisé, c'est longuet, et ça cabotine gentiment, mais sinon, ça se regarde tranquillement.

2.75/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #20 : Famille Recomposée (Blended - 2014)

Publié le 25 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Famille Recomposée (Blended) :

Lauren (Drew Barrymore) est divorcée, et élève seule ses deux garçons turbulents ; Jim (Adam Sandler), veuf, a trois filles qu'il élève comme des garçons manqués ; par un concours de circonstances, les deux familles vont se retrouver dans un centre de vacances en Afrique du Sud, et apprendre à se connaître...

Pas de surprise, on est devant un film de Sandler, catégorie Sandler & Barrymore : c'est romantique, c'est familial, c'est gentillet, et c'est tout à fait inoffensif, avec un bon fond tous publics. Sans surprise, ça s'est fait démonter par les critiques, mais malgré la durée un peu abusive, ça reste sympathique.

4/6 + 0.25 pour Terry Crews, génial = 4.25/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #21 : They Came Together (2014)

Publié le 27 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

They Came Together :

La rencontre et l'histoire d'amour de Joel (Paul Rudd) et Molly (Amy Poehler), deux new-yorkais que tout oppose...

Une grosse parodie de tout l'univers des comédies romantiques américaines, par l'équipe de Stella & Wet Hot American Summer, et avec toute la bande de The Office, Parks & Rec, SNL & co. Ça ne fait clairement pas dans la finesse, et le tout ressemble parfois à des sketches mis bout à bout, mais la bonne humeur générale, l'absurde omniprésent, et la distribution très sympathique en font un métrage plutôt attachant et réussi.

4.25/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #23 : Back In The Day (2014)

Publié le 29 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Back in the Day :

À l'occasion de la vingtième réunion des anciens de son lycée, Jim (Michael Rosenbaum), un acteur raté, rentre dans sa ville natale, pour y retrouver ses anciens potes, et renouer avec sa petite amie de l'époque...

Une comédie assez vulgaire écrite et dirigée par Rosenbaum, et qui enchaîne les clichés des comédies de ce type sans réelle ambition ni originalité. Ça ressemble souvent à du sous-Adam Sandler, sans en partager le bon fond, le budget ou la distribution.

Reste quelques acteurs sympatoches, comme notamment Morena Baccarin ou encore Emma Caulfield. Mais bon, c'est peu.

1/6

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>