Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Résultat pour ""semaine française""

Un film, un jour (ou presque) #1370 - QUINZAINE SAINT VALENTIN : Une New-Yorkaise à la montagne (2021)

Publié le 14 Février 2021 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Hallmark, Review, Romance, Télévision, USA, St Valentin, Canada

Pendant deux semaines, à l'occasion de la Saint Valentin, place aux grands sentiments et à la séduction, avec des critiques quotidiennes de films romantiques...

Une New-Yorkaise à la montagne (Snowkissed - 2021) :

Citadine jusqu'au bout des ongles, Kate (Jen Lilley) ne jure que par New York... Aussi, lorsqu'elle est envoyée au fin fond du Canada pour une interview, elle est prise au dépourvu. D'autant que l'auteur qu'elle doit rencontrer se fait désirer : dans l'intervalle, elle et sa meilleure amie Jayne (Amy Groening) logent dans un bed & breakfast tenu par Noah (Chris McNally) et son collègue Simon (Rodrigo Beilfuss), deux hommes séduisants qui peinent à mettre sur pied un service de visites guidées touristiques de la région. Les deux new-yorkaises vont alors les aider à se lancer...

Un téléfilm Hallmark qui appartient à la collection hivernale 2021, et qui s'avère assez peu marquant ou engageant.

Ce n'est pas forcément la faute de la distribution (les deux hommes sont compétents, Amy Groening est amusante), mais il faut bien avouer que le numéro de citadine névrosée et élitiste de Jen Lilley est assez lassant, à la longue, et que la direction artistique, toute en tons froids, surexposés, modernes et en guirlandes lumineuses blanches (qui n'ont pas été décrochées depuis Noël ?) peine à emporter l'adhésion.

Ce n'est même pas forcément mauvais, mais c'est totalement oubliable... d'autant que les paysages enneigés canadiens, s'ils sont jolis, manquent un peu de personnalité.

2.75/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Blog Update ! - Bilan Christmas Yulefest 2015

Publié le 7 Janvier 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Update, Review, Noël, Christmas

Le 6 Janvier est passé, et les Rois Mages sont enfin arrivés à destination. Il en va de même pour la Christmas Yulefest 2016, qui touche enfin à sa fin sur le blog des Téléphages Anonymes.

Et voilà, la Christmas Yulefest 2015 est enfin terminée sur le blog des Téléphages Anonymes, alors même que les Douze Jours de Noël s'achèvent, et que les Rois Mages arrivent enfin à destination...

Et quelle Christmas Yulefest, qui m'a permis de passer en revue 126 métrages de Noël (qu'ils soient courts, moyens ou longs), et qui a vu l'audience de ce blog-archive quadrupler par rapport au reste de l'année !

Clairement, il y a un public pour ces films de Noël, qu'ils soient familiaux ou romantiques : outre-atlantique, le nombre de métrages mis en production augmente d'année en année, et les audiences avec ; dès le premier Novembre, c'est Noël chez les Américains !

Chez nous, les chaînes françaises ne font pas non plus dans le détail ou dans la qualité, diffusant un peu tout et n'importe quoi dès début Décembre, du moment que c'est bon marché et que ça remplit une après-midi.

Pas forcément la stratégie idéale pour présenter des productions de qualité, mais peu importe : le public répond pourtant présent, et il est donc temps de faire le bilan de cette cuvée 2015, en essayant toutefois de ne pas trop répéter ce que j'ai déjà abordé dans le bilan de Mi-Décembre.

Avant de regarder dans le détail les quelques métrages de cette Yulefest valant (à mon sens) le coup d'oeil, il est bon de rappeler que la liste complète des films critiqués cette année est, comme d'habitude, disponible sous l'onglet correspondant du menu de haut de page, ou par ce lien direct menant à la page Yulefest, où sont listés tous les films de Noël critiqués sur ce blog depuis plusieurs années.

Et maintenant, détaillons un peu quelques-unes des nouveautés de 2015, que l'on retrouvera probablement sur les chaînes françaises dès l'année prochaine :

### Lifetime ###

- Turkey Hollow (2/6)
- A Gift Wrapped Christmas (1/6)
- The Christmas Gift (2.5/6)
- The Flight Before Christmas (2/6)
- Last Chance For Christmas (2.25/6)
- Becoming Santa (2.25/6)
- Wish Upon a Christmas (3/6)
- Les Douze Coups de Noël (The Spirit of Christmas) (3/6)

Une cuvée particulièrement médiocre et dispensable pour la chaîne Lifetime, avec de vrais ratés, et seulement deux téléfilms qui peinent à atteindre la moyenne, et les standards du genre imposés par Hallmark. Je ne serais pas surpris de voir la chaîne abandonner totalement la production de ce type de film dans les années à venir, ou bien se recentrer sur un ou deux métrages plus prestigieux et événementiels.

### Hallmark / Hallmark Movies & Mysteries ###

- Family for Christmas (1.75/6 - première diffusion en Juillet)
- Tis The Season for Love (2.5/6)
- Ice Sculpture Christmas (2.75/6)
- Charming Christmas (2.5/6)
- I’m Not Ready for Christmas (3/6)
- Christmas Incorporated (3/6)
- Northpole 2 : Open for Christmas (3/6)
- Merry Matrimony (0.75/6)
- Once Upon a Holiday (3.5/6)
- 12 Gifts of Christmas (3/6)
- Une Couronne pour Noël (Crown for Christmas) (3.5/6)
- A Christmas Detour (2/6)
- Angel of Christmas (2.5/6)
- Just in Time for Christmas (2/6 - Hallmark Hall of Fame)
- On the Twelfth Day of Christmas (3.25/6)
- A Christmas Melody (2.25/6)
- Christmas Land (2.5/6)

- The Christmas Note (2.25/6)
- The Magic Stocking (2.25/6)
- Debbie Macomber's Dashing Through The Snow (3.75/6)

(à noter que j'ai fait l'impasse sur Karen Kingsbury's The Bridge : Part 1, adaptation d'un roman populaire particulièrement mise en avant par la chaîne, mais qui, étant la première partie d'une histoire qui ne trouvera sa conclusion que dans un an, n'avait pas grand intérêt pour moi, du moins pour l'instant)

On le voit, Hallmark (et sa chaîne soeur) privilégie la quantité à la qualité, et a fait le choix de noyer les ondes américaines de nouveaux films de début novembre à mi-décembre, prenant ainsi de vitesse tous ses concurrents, et asseyant un peu sa domination du genre (la chaîne va ainsi continuer de diffuser des téléfilms en Janvier - leur "Winterfest" - avant d'enchaîner en Février sur la Saint Valentin, puis viendra Pâques et le Printemps, puis la saison des mariages en Juin, puis Noël reviendra en Juillet, etc, etc, etc...)

L'avantage de cette approche, c'est l'homogénéisation de la programmation de la chaîne : en industrialisant la production des téléfilms qu'elle diffuse, Hallmark s'assure une qualité à peu près régulière (sauf accident industriel comme Merry Matrimony), et d'éventuels flops sont ainsi noyés dans la masse ; malheureusement, le revers de la médaille est aussi qu'aucun métrage ne se détache vraiment du lot, tant ils ont tendance à être tous interchangeables. Et les quelques films réussis finissent par être oubliés, tirés vers le bas par la qualité moyenne des productions Hallmark, et par leur budget décroissant.

Si elle veut continuer ainsi, Hallmark va donc devoir trouver un équilibre entre qualité et quantité, et peut-être cesser de commander à la chaîne des métrages bon marché à une poignée de maisons de production incompétentes, pour mieux se concentrer sur les meilleurs films du lot...

### UpTV, ION et les autres ###

UpTV :

- Christmas Trade (2.25/6)
- La Promenade de Noël (A Dogwalker's Christmas Tale) (2/6)

Un bilan qui n'est pas forcément représentatif de la saison, puisque j'ai volontairement fait l'impasse sur les téléfilms les plus fauchés et/ou les plus religieux.

ION :

- Un Prince pour Noël (A Prince for Christmas) (1.75/6)
- Merry Kissmas (1/6)
- How Sarah Got Her Wings (4/6)
- A Christmas Reunion (1/6)

Toujours des acteurs has-beens dans des productions aux budgets minimalistes et aux scripts faisandés.... sauf pour How Sarah Got Her Wings, une vraie surprise dans le meilleur sens du terme, avec une distribution sympathique et attachante, et un récit suffisamment dynamique pour convaincre.

USA :

- L'Assistant du Père Noël (Santa's Little Helper) (2.5/6)

Alors qu'ABC Family dominait autrefois le monde des téléfilms de Noël, désormais, il faut compter sur la WWE et sur ses catcheurs pour avoir un téléfilm festif qui ne soit pas produit par Hallmark. Dommage que ce téléfilm en question soit inmanquablement médiocre et sans grand intérêt.

INSP :

- Christmas in the Smokies (2.75/6)

Premier essai en partie transformé pour INSP, qui semble vouloir marcher dans les pas d'ION et d'UpTV, mais en y mettant un budget et une qualité plus conséquents. Une chaîne à surveiller, si tant est qu'elle parvienne à éviter l'écueil des téléfilms trop religieux pour leur propre bien.

 

Autant dire qu'au rayon des nouveautés 2015, je n'ai que peu de recommandations à faire ; le nombre de nouveaux téléfilms atteignant la note minimale de 3.5/6 se compte en effet sur les doigts d'une main, et c'est bien la surprise How Sarah Got Her Wings qui domine la saison.

Derrière, on trouve des films estampillés Hallmark, à savoir Dashing Through the Snow, et deux films "royaux", Once Upon A Holiday et Une Couronne pour Noël, des films qui, plus que jamais, soulignent l'importance d'une distribution attachante dans le succès d'un tel métrage.

Il faut ensuite se tourner vers le passé pour trouver des oeuvres sympathiques et festives, que ce soit dans la nostalgie pure (SOS Père Noël, Fantômes en Fête, A Christmas Story, La Vie est Belle, Santa Claus ou le Grinch), dans des téléfilms au cast sympathique (Snow, Coup de Foudre pour Noël, Le Bonheur en Cadeau, Les 12 Noël de Kate), ou encore dans des comédies déjantées (The Hebrew Hammer, Famille à Louer, Tel est pris qui croyait prendre) et autres films familiaux (12 Chiens pour Noël, Le Noël de mes Rêves, ou encore The Christmas Dragon).

 

En résumé, encore une Yulefest très prolifique en films en tous genres, mais malheureusement, au final, assez peu marquante, avec toutes ces comédies romantiques faites à l'emporte pièce. Et comme les sorties cinématographiques festives se font elles-aussi de plus en plus rare, il devient de plus en plus difficile de trouver des films qui, dans dix ou vingt ans, pourront être considérés comme de futurs classiques de Noël.

Ce qui ne m'empêchera pas de continuer à chercher, encore et toujours, l'année prochaine, à la même période de l'année...

 

En attendant, retour dès le 11 Janvier à la rubrique quotidienne habituelle "Un film, un jour... ou presque", avec un programme immédiat des plus éclectiques : des films indépendants, des documentaires, quelques téléfilms, et des sorties récentes (à cause de quelques ennuis de santé récents, je n'ai toujours pas eu l'occasion d'aller voir le dernier Star Wars, mais cela ne saurait tarder !). Sans oublier, probablement ici ou là, quelques séries, histoire de justifier le titre de ce blog (en même temps, ce n'est pas de ma faute si la programmation télévisuelle actuelle ne fait pas envie...).

Bref, de quoi occuper mes soirées pendant des mois et des mois encore...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #671b : SEMAINE ST-PATRICK - The Luck of The Irish (1948), St. Patrick : The Irish Legend (2000) & Patrick (2004)

Publié le 17 Mars 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Irlande, Télévision, USA, Fantastique, Religion, Drame, Biographie, Documentaire, Fox, Histoire, Comédie, Romance, Politique

C'est aujourd'hui la Saint Patrick, et à cette occasion, notre semaine spéciale dédiée à l'Irlande se conclue par un petit bonus très à propos... ​​ 

The Luck of the Irish (1948) :

De passage en Irlande, Fitz (Tyrone Power), un journaliste new-yorkais, croise le chemin d'un farfadet, Horace (Cecil Kellaway), avec lequel il sympathise lorsqu'il lui rend son chaudron d'or. De retour au pays, cependant, alors que Fitz retrouve sa fiancée (Jayne Meadows) et le père de celle-ci (Lee J. Cobb), aux ambitions politiques radicalement opposées aux convictions de Fitz, le farfadet réapparaît, et décide de devenir le majordome du reporter, afin d'améliorer sa vie, et de le pousser dans les bras de la jolie Nora (Anne Baxter), jeune irlandaise rencontrée durant son voyage...

Une comédie en noir et blanc de 1948, pas forcément désagréable, mais qui ne dépasse pas le stade de l'anecdotique. En effet, le métrage met malheureusement un certain temps à démarrer (toute la partie irlandaise - en studio - est bien trop longuette, et le film ne démarre réellement qu'à partir de 40 minutes, lorsque le leprechaun arrive en ville), et s'encombre d'une sous-intrigue politique qui aurait pu être traitée avec plus de subtilité ou d'originalité.

Ce n'est pas forcément mauvais, mais ce n'est pas non plus particulièrement mémorable.

3/6

St. Patrick - The Irish Legend (2000) :

Au quatrième siècle, en Angleterre, le jeune Patrick (Luke Griffin), fils de décurion, est enlevé par des envahisseurs irlandais, et ramené en Irlande en tant qu’esclave. Sur place, il trouve la Foi, et devient un émissaire de Dieu, jusqu'à son évasion. Des années plus tard, Patrick (Patrick Bergin) n'a plus qu'une intention : retourner en Irlande et convertir le pays à la Foi chrétienne, en dépit de conflits avec l'Église britannique, qui n'approuve pas ses méthodes radicales...

Un téléfilm Fox Family écrit et réalisé par un habitué de Saban et des Power Rangers, ce métrage ouvertement fantastique est très clair sur ce qu'il raconte : une légende, à la véracité historique très très ténue, et aux nombreux anachronismes.

Il ne faut donc pas se concentrer sur le script, assez bordélique, et prenant la forme d'une narration en flashbacks ; ni sur la plausibilité de ce qui nous est montré - on a droit à des pouvoirs magiques à gogo (Patrick est un véritable Jedi), du surnaturel, de la religion, des clichés à gogo ; ni sur l'interprétation (ce n'est pas désastreux, mais c'est inégal et peu remarquable, dans l'ensemble) ; ni sur les effets spéciaux et la direction artistique (globalement fauchés et laids, surtout lorsque l'on a droit à des montages d'images tout en surimpression et en transparence) ; ni sur la réalisation, très télévisuelle et bancale ; ni sur le prosélytisme du tout, inévitable.

Que reste-t-il, alors ? La bande originale d'Inon Zur (compositeur de jeux vidéo), assez réussie, bien qu'ayant trop d'ampleur compte tenu de ce qu'il y a à l'écran. Toute la partie "conversion de l'Irlande", qui n'est qu'un enchaînement de miracles visuellement immondes, au point que ça en devient amusant à suivre. Et l'histoire en elle-même, intéressante si l'on ne connaît rien du personnage de Saint Patrick.

Mais d'un autre côté, si l'on n'en connaît rien, peut-être vaut-il mieux tout simplement se tourner vers un documentaire, pour tenter d'en apprendre un peu plus sur la vérité historique, plutôt que ce gloubiboulga de métamorphoses, de lumière divine, de vierges sacrifiées, de visions divines, d'autochtones primitifs et de serpents qui s'enfuient...

2/6

(amusant de voir que l'immense majorité des critiques et des avis disponibles en ligne débordent de louanges... et proviennent de sites chrétiens et/ou de croyants)

Patrick (2004) :

Documentaire historique retraçant la vie de Saint Patrick, narré par Gabriel Byrne et Liam Neeson, et faisant le tri entre mythe et réalité entourant le personnage, et sa réputation démesurée.

Comme d'habitude pour ce genre de docu-drama, on a droit à des reconstitutions qui, pour être franc, sont probablement moins honteuses que le téléfilm avec Patrick Bergen, et sont tout aussi efficaces dans leur narration de la vie avérée du Saint.

Si cela fonctionne, c'est probablement parce que ça évite le prosélytisme niais et hollywoodien du téléfilm Fox, en rationalisant ou faisant l'impasse sur tout ce que ce dernier présentait comme divin et surnaturel ; et aussi parce que ça n'oublie pas de développer l'importance de Saint Patrick dans l'histoire de la chrétienté européenne, notamment dans les conséquences de son évangélisation du pays (les moines, les enluminures, etc).

Intéressant, et suffisamment bien mené et rythmé pour rester intéressant jusqu'à la fin.

4/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #969 - QUINZAINE ALIENS - 05 - Alien 3 - Assembly Cut (1992/2003)

Publié le 24 Mai 2019 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Science-Fiction, Horreur, Religion, Thriller, Aliens

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus... et pendant deux semaines, à l'occasion des 40 ans de la franchise Alien, retour sur les films de la saga, et sur ceux de sa grande rivale, Predator.

Alien 3 - Assembly Cut :

Lorsqu'un incident inexplicable provoque le crash du vaisseau de Ripley (Sigourney Weaver), Newt et Hicks sur la planète-prison Fiorina 161, elle se pense l'unique survivante, et découvre qu'elle est désormais la seule femme parmi des dizaines de détenus fanatiques religieux (Paul McGann, Danny Webb, Pete Postlethwaite, Holt McCallany, Peter Guinness, Charles S. Dutton). Rapidement, cependant, il s'avère qu'un xénomorphe a trouvé un moyen de la suivre sur Fiorina 161 et que le cauchemar est sur le point de recommencer.

Un long-métrage dont la genèse chaotique n'est un mystère pour personne : studio omniprésent et interventionniste, actrice principale et scénaristes - par ailleurs tous producteurs - capricieux, scénarios et directions multiples, réalisateur semi-débutant qui part en pleine post-production et renie la version cinéma, réécritures incessantes en cours de métrage, remontage jusqu'à la date de la sortie, etc, etc, etc (jusqu'à cette version "édition spéciale", supposément plus proche de ce que voulait Fincher à l'origine).

Difficile en effet de passer après l'Aliens de Cameron, assez imposant dans le genre. Sous la supervision de David Fincher, cependant, Alien 3 tente de revenir vers quelque chose de plus proche du premier volet : un seul alien, principalement dans l'ombre, et des humains impuissants qui se font tuer un à un.

Fincher et ses scénaristes (Walter Hill, Giler et Ferguson) restent cependant thématiquement dans la droite lignée des deux films précédents, avec ces bagnards exploités et sacrifiés par la Weyland-Yutani : l'anti-corporatisme de la franchise répond toujours présent, tout comme l'exploration de la maternité de Ripley, ici plus littérale et funeste (malheureusement, la mort de Newt et Hicks lors du générique d'ouverture est des plus frustrantes, et quasi-impardonnable, bien qu'elle permette à Sigourney Weaver de se livrer à un joli numéro d'actrice).

Une Ripley qui, malgré la mort toute fraîche de Newt et de Hicks, et armée de son nouveau look au crâne rasé, décide rapidement de coucher avec le médecin de la prison (Charles Dance), qui l'a secourue : une caractérisation plus sexuée, pour le personnage, et honnêtement un peu étrange pour qui sort tout juste des deux films précédents.

Cela dit, compte tenu des problèmes de la production du film, guère surprenant de constater qu'il y a à boire et à manger dans ce dernier : d'un ancien script prenant place sur une planète-monastère, la production a gardé l'idée de la religion et de la Foi ; d'un autre, celui d'une prison reculée ; ici, on a Ripley qui devient une sorte de mère biologique, après avoir été une mère d'adoption pour Newt ; là, une distribution à dominante britannique, composée de trognes, malheureusement toutes un peu interchangeables de par la direction artistique boueuse et terne, leurs crânes rasés, et leurs personnages peu définis (l'Assembly Cut s'en sort mieux, sur ce plan-là, en leur consacrant plus de temps, mais ça reste loin d'être parfait).

Fincher réalise le tout dans l'urgence, avec ses tics visuels habituels (beaucoup de contre-plongées que je trouve, à titre personnel, assez moches, et une vue subjective guère plus jolie pour le xénomorphe), et Elliott Goldenthal met le métrage en musique de manière inégale, passant d'une musique chorale religieuse à quelque chose de nettement plus grandiloquent - peut-être trop, d'ailleurs - mais le film, quelle que soit la version, reste très inégal, avec un rythme gentiment bancal et un aspect visuel polarisant et peu engageant ; d'autant qu'il se retrouve, en fin de compte, le postérieur entre les deux chaises de ses prédécesseurs, pas particulièrement tendu ou effrayant, ni bourré d'action ou dynamique.

Pourtant, il y aussi du bon, dans ce métrage : la première naissance de l'alien quadrupède est très réussie (alors que la version numérique qui court dans les corridors est très laide), tout comme la scène avec les restes de Bishop (pauvre Bishop, dont le sort n'est guère plus glorieux que celui de Newt et Hicks) ; il y a là des thématiques intéressantes, trop souvent effleurées ; et malgré quelques errances, le personnage de Ripley trouve là une fin à sa juste mesure... jusqu'à Alien 4, malheureusement.

Mais dans l'ensemble, je ne peux pas dire que j'aie accroché à cette vision très particulière (et, par la force des choses, bordélique et chaotique) de l'univers Alien.

3/6 (incapable de noter la version cinéma, je n'en garde aucun souvenir - si ce n'est que c'était encore moins à mon goût que cette Assembly Cut - et je n'ai aucune envie de la revoir)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #976 - QUINZAINE ALIENS - 12 - The Predator (2018)

Publié le 31 Mai 2019 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Horreur, Science-Fiction, Action, Comédie, Aliens

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus... et pendant deux semaines, à l'occasion des 40 ans de la franchise Alien, retour sur les films de la saga, et sur ceux de sa grande rivale, Predator.

The Predator (2018) :

En mission au Mexique, Quinn McKenna (Boyd Holbrook), un sniper de l'armée, assiste au crash d'un vaisseau extraterrestre, et il y trouve des armes et un équipement de pointe. Décidé à garder une preuve de l'incident, il expédie alors ses trouvailles à son domicile, aux USA, où son fils autiste, Rory (Jacob Tremblay), réceptionne le paquet. Mais rapidement, alors que McKenna est arrêté et maintenu en détention aux côtés d'une bande d'ex-militaires excentriques (Trevante Rhodes, Keegan-Michael Key, Thomas Jane, Alfie Allen, Augusto Aguilera), un chasseur extra-terrestre débarque sur Terre, bien décidé à détruire les restes du vaisseau écrasé, à récupérer l'équipement dérobé, et à éliminer le seul survivant du crash, l'un de ses semblables, désormais entre les mains des savants du gouvernement (Olivia Munn, Sterling K. Brown)...

Dernière incarnation en date de la franchise Predator, ce métrage a bénéficié, durant sa gestation, d'une indulgence certaine, principalement due à la présence de Shane Black aux commandes du projet. Un Shane Black déjà dans le Predator original, et scénariste et réalisateur confirmé (la saga Arme Fatale, The Monster Squad, Iron Man 3, Kiss Kiss Bang Bang, The Nice Guys), très apprécié des cinéphiles malgré des résultats assez mitigés, et des motifs récurrents assez envahissants.

Ici, donc, Black a décidé de relancer la franchise en piochant çà et là dans les œuvres existantes, et en enrobant le tout de son sens habituel du dialogue et de l'humour - pas forcément ce à quoi l'on s'attend lorsque l'on évoque le Predator, mais bon, pourquoi pas.

Malheureusement, dans les faits, le film peine à convaincre : si Black fait preuve d'une certaine retenue dans le recyclage de ses figures imposées (enfant, période festive), il s'inspire d'idées pas forcément judicieuses, issues d'autres métrages de la franchise : on a ainsi l'impression de revoir des morceaux de Predators, avec ces chiens de chasse extra-terrestres, et cette opposition entre deux types de Predators aux gabarits différents.

En parallèle, Black développe la mythologie des Predators de manière peu convaincante (modifications génétiques, autisme présenté comme étant le futur de l'évolution humaine, etc), d'autant moins convaincante que le film apparaît constamment précipité et décousu : les quelques idées que Black apporte à la franchise sont catapultées au détour d'un dialogue, et n'ont pas le temps d'être assimilées, puisque le film est déjà passé à trois autres idées différentes.

C'est d'ailleurs le vrai problème du film : son montage/son rythme. On sent clairement que les ciseaux du monteur sont passés par là, et ont fait des ravages. Outre un troisième acte totalement repensé après le tournage principal (et donc retourné suite à des projections tests négatives), le film semble décidé à arriver le plus vite possible à sa conclusion, en coupant le moindre moment de développement ou de caractérisation qui ne serait pas indispensable au récit.

Résultat : on a constamment l'impression qu'il manque plein de moments de transition, et d'innombrables scènes expliquant le raisonnement et les déductions des personnages, ou tout simplement établissant un lien logique entre les scènes et les rebondissements du récit.

Ajoutez à cela des Loonies sous-développés (Allen ne sert à rien et ne doit avoir que trois lignes de dialogue dans le film, les autres ne servent qu'à s'échanger des vannes), des personnages féminins peu intéressants ou cohérents (Yvonne Strahovsky fait de la figuration, Olivia Munn - de plus en plus méconnaissable - passe de scientifique intellectuelle experte en évolution à guerrière chasseuse d'alien en trois secondes et demi, sans explication, et sans être réellement crédible), un protagoniste fade et insipide, un über-Predator numérique assez laid et à la posture de catcheur, un chien extra-terrestre lobotomisé, et une bande originale de Henry Jackman, qui se contente de singer Silvestri et de lui rajouter quelques envolées claironnantes héroïques relativement hors-sujet...

... et voilà : un The Predator immédiatement oublié, ressemblant plus à un brouillon de film qu'à une renaissance de la franchise, et qui se permet de se terminer par une scène totalement plate et pitoyable, dans laquelle Shane Black recycle Iron Man à la sauce dreadlocks.

Peut-être que le film gagnera à être revu dans une éventuelle version longue, qui permettrait au récit de respirer et aux personnages d'exister... mais en l'état, c'est le moins bon de la franchise.

2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Les bilans de Lurdo - Westworld, saison 1 (2016) - première partie (1x01-02)

Publié le 3 Mars 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Drame, Thriller, Western, Les bilans de Lurdo, HBO

Il y a un an et demi, peu avant le lancement de la saison 1 de Westworld, j'avais passé en revue les deux films adaptant le même récit initial de Michael Crichton, car je prévoyais à l'époque de suivre en temps réel l'évolution du programme.

Et puis, par manque de temps, et surtout de motivation devant les trouzemille théories et discussions animées ayant surgi dans les premières semaines de diffusion - discussions difficile à éviter si l'on voulait, à l'époque, jauger les réactions du public sans se faire gâcher les surprises de la série, j'ai fini par repousser ce visionnage, encore et encore, évitant le moindre spoiler, pour pouvoir aborder le tout en toute sérénité...

Donc, maintenant que la saison 2 est à l'horizon, il est temps de me mettre, progressivement, à cette saison 1 (produite par JJ Abrams et pilotée par Jonathan Nolan & Lisa Joy), en me laissant le temps de la digérer, au rythme de deux épisodes par semaine.

Westworld saison 1 :

Dans le parc d'attractions Westworld, les visiteurs peuvent découvrir la ville de Sweetwater, une bourgade du Far-West emplie de personnages atypiques, en réalité des robots ultra-modernes, au sein desquels les arrivants peuvent s'immerger et donner libre court à leurs envies. Jusqu'à ce que des dysfonctionnements commencent à se produire chez certains androïdes...

1x01 :

Les premiers dysfonctionnements touchent les androïdes du parc ; un mystérieux Homme en noir (Ed Harris) s'en prend sauvagement à Teddy (James Marsden) et Dolores (Evan Rachel Wood) ; la direction du parc tente de minimiser les problèmes de ses robots, en déclenchant un braquage qui tourne mal...

Une bonne surprise. J'avoue que je craignais un déséquilibre entre le côté western (qui est loin d'être mon genre préféré lorsqu'il est abordé au premier degré), et le côté futuriste/anticipation, mais ce premier épisode pose de bonnes bases, et une ambiance prenante et intrigante.

Notamment au niveau de Ed Harris, un hardcore gamer totalement désensibilisé à la violence de son jeu, et qui n'a qu'une ambition : découvrir les niveaux cachés du Westworld. C'est une approche intéressante de cet univers, aidée par le charisme indubitable de Harris.

Cela dit, les autres acteurs sont au diapason. Evan Rachel Wood (avec qui j'ai pourtant beaucoup de mal, habituellement) est très bien en androïde tour à tour froide et souriante, Louis Herthum est formidable, Anthony Hopkins semble cacher des choses, les personnages secondaires sont tous convaincants (ça fait plaisir de voir Shannon Woodward dans un rôle secondaire, et même si je supporte moins Simon Quarterman, c'est clairement voulu et écrit ainsi), et le mystère reste entier quant aux origines du mal étrange qui frappe les robots (le bug représenté par la mouche ^^).

Quelques bémols, cependant : le générique d'ouverture, esthétique mais assez insipide musicalement, avec Ramin Djawadi qui recycle ses ostinati zimmeriens, déjà utilisés sur Game of Thrones ; et autant l'utilisation de Black Hole Sun dans le saloon ne m'a pas gêné, autant celle de Paint It Black (en version orchestrale symphonique) pendant la fusillade m'a semblé totalement hors-sujet et contre-productive.

Bref, on voit clairement le budget (c'est visuellement superbe), c'est bien mené, je suis curieux de voir la suite.

1x02 :

Logan (Ben Barnes) et William (Jimmi Simpson) arrivent à Westworld, mais ils semblent avoir deux conceptions diamétralement opposées du parc ; Maeve (Thandie Newton) se réveille pendant une opération de maintenance, et s'échappe dans les couloirs de l'installation ; l'Homme en noir continue ses massacres, et sa quête des niveaux cachés du parc...

Ça continue plutôt bien, même si le rythme m'a paru un peu moins soutenu. Content de voir Jimmi Simpson arriver dans le parc (Ben Barnes, un peu moins, car il semble tout simplement refaire la même partition que dans Punisher - enfin, c'est l'inverse, mais je me comprends), j'ai toujours apprécié cet acteur, notamment dans Psych : Enquêteur Malgré Lui.

D'ailleurs, je me demande si les scénaristes ne vont pas positionner William comme l'antagoniste/nemesis, in fine, de l'Homme en noir : le script semble en effet établir une sorte de parallèle entre les deux personnages (notamment le salut du chapeau adressé à Dolores), tout en les opposant sur de nombreux plans (chapeau noir/chapeau blanc, comportement vis à vis du parc et des robots, personnalité).

Alors peut-être que je me trompe, et que le contraste est uniquement là pour démarquer William de Logan, mais je sens la feinte, et je ne serais pas surpris que les chemins de Jimmy et de l'Homme en noir viennent à se croiser dans peu de temps.

Et sinon, j'ai trouvé que tout ce qui tournait autour de Thandie Newton était ici assez réussi. Hopkins et ses dialogues pseudo-profonds, un peu moins.

Zou, on continue...

commentaires

Critiques éclair - The Orville 2x12 (2019) & Star Trek Discovery 2x14 (2019)

Publié le 21 Avril 2019 par Lurdo dans Action, Aventure, Comédie, Critiques éclair, Drame, Netflix, Review, Science-Fiction, Star Trek, Télévision, Orville, Fox, CBS

Dernière ligne droite, tant pour The Orville que pour Star Trek Discovery, après plusieurs semaines de pause pour la première, et une succession d'épisodes toujours plus brouillons pour la seconde...

The Orville 2x12 - Sanctuary : 

Lorsque Bortus facilite le passage de deux ingénieurs moclans (Regi Davis, Shawn Andrew) et de leur fille sur l'Orville, sans en avertir ses supérieurs, il encourt la colère de ces derniers, jusqu'à ce que l'équipage découvre une colonie reculée où 6000 femmes moclannes vivent, réfugiées. Soudain, l'existence même de la colonie est en péril lorsque le gouvernement moclan découvre son existence, et veut l'exterminer...

Un peu mitigé, sur cet épisode signé Joe Menosky, et réalisé par Jonathan Frakes, un épisode qui a indéniablement bon fond, mais qui pèche un peu sur sa forme.

D'un côté, j'apprécie le propos de l'épisode, trekkien en diable, sa continuité avec le reste de la série, les différentes guest stars issues de l'univers Trek (F. Murray Abraham, Tony Todd, Marina Sirtis, et bien sûr Kelly Hu, Victor Garber et Ted Danson), l'utilisation de Dolly Parton comme d'un gimmick décalé (coucou, Deadpool 2 !), et la bataille spatiale plutôt joliment mise en images.

Mais de l'autre, j'ai trouvé le tout assez mollasson et bavard : la mise en place prenait vraiment trop son temps, et surtout, je dois dire que j'ai eu un peu ma dose des épisodes centrés sur les Moclans et sur leurs mœurs rétrogrades (beaucoup trop d'épisodes similaires, en trop peu de temps). Ce n'est pas forcément rédhibitoire, mais le tout est souvent tellement manichéen que ça en devient caricaturale et lassant.

Dans l'ensemble, cependant, un épisode mitigé (comme je le disais), mais mitigé positif, surtout en comparaison de ce qui se fait du côté de Discovery en ce moment (c'est amusant, mais j'ai l'impression de redire exactement la même chose que la saison dernière, à la même période).

Star Trek Discovery 2x14 - Such Sweet Sorrow, deuxième partie :

L'équipage du Discovery et l'Enterprise affrontent la flotte de la Section 31, au service de Control, alors que Burnham tente de partir dans le futur avec le navire pour mettre les informations de la Sphère hors de portée de l'Intelligence Artificielle...

Voilà voilà. CQFD.

Nous avons là le plus bel aveu d'échec des scénaristes et showrunners de Star Trek Discovery : un reboot complet de la série, qui finit par faire ce que l'on pouvait deviner depuis plusieurs semaines, à savoir envoyer le Discovery et son équipage dans le futur, pour y vivre de nouvelles aventures détachées de la continuité historique de Trek.

Adieu, Klingons, Spore Drive, Enterprise, Pike, Spock, relations familiales impossibles, cristaux temporels, Section 31, et Skynet : tout ça est joyeusement mis au rebut par la production, de la manière la plus "Discovery" qui soit - comprendre : une débauche d'action et d'effets spéciaux spectaculaires (mais creux) supposés cacher la vacuité d'un script bavard et bourré de répliques et d'explications approximatives (voire incohérentes), des scènes émotionnelles forcées centrées sur le visage de SMG filmé en plan serré - ou sur des seconds rôles qui se sacrifient platement -, une réalisation bourrée d'effets maniérés, de flous artistiques et de pirouettes, et une résolution téléphonée de bout en bout, qui ne surprendra que les spectateurs les plus naïfs.

Voilà. Je n'ai pas grand chose de positif à dire sur ce season finale, d'autant plus que le temps m'a paru vraiment longuet durant le visionnage. Heureusement, Discovery, dans sa forme actuelle, c'est terminé. Et s'il y avait bien du mieux en saison 2, en comparaison de la première année, c'était principalement dû à la présence d'Anson Mount en Capitaine Pike.

Alors qu'attendre d'une saison 3 se déroulant dans un futur lointain (si tant est que c'est bien là que le Discovery est arrivé), et probablement grandement dénuée du fanservice habituel/du recours constant à une nostalgie totalement éventée (même si l'on n'est jamais à l'abri de la visite de descendants de Picard, Janeway et compagnie) ?

Personnellement, je n'en attends grand chose, tant les problèmes de Discovery se situent avant tout à un autre niveau, plus intrinsèque et fondamental (l'écriture, la réalisation, les idées) ; mais il sera intéressant de voir comment cette saison 3 parviendra à se réinventer. Car la même écriture, sans le facteur doudou nostalgique, ça ne fonctionnera pas.

La saison 3 sera peut-être la saison la plus cruciale de Discovery, celle où tout sera remis en question, et où les scénaristes joueront le futur du programme (surtout si, en parallèle, les autres séries Trek s'avèrent mieux écrites, et plus convaincantes).

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici et ici.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1068 : SEMAINE HELLBOY - Hellboy (2004)

Publié le 23 Septembre 2019 par Lurdo dans Action, Aventure, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Drame, Fantastique, Horreur, Review, Romance, Science-Fiction

L'Halloween Oktorrorfest 2019 est presque là sur le blog des Téléphages Anonymes, et pour se mettre en douceur dans une ambiance sinistre et fantastique, rien de tel qu'une semaine consacrée au plus célèbre des démons chasseurs de monstres : ce bon vieux Hellboy... ​​

Hellboy :

À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, désespérés, les Nazis - menés par Raspoutine (Karel Roden) et son homme de main Kroenen (Ladislav Beran) - tentent d'ouvrir un portail vers un autre monde, pour en faire venir des créatures de cauchemar. Interrompus par les alliés, ils ne peuvent cependant invoquer qu'un bébé démoniaque, qui deviendra Hellboy (Ron Perlman), et finira par grandir au sein du BPRD, un bureau de défense contre les menaces paranormales. Là, aux côtés d'Abe Sapien (Doug Jones), et de Liz Sherman (Selma Blair), tous deux dotés de pouvoirs étranges, et sous la supervision de son père d'adoption (John Hurt), Hellboy protège l'Amérique contre le Mal... jusqu'à ce que Raspoutine refasse surface et menace à nouveau la Terre.

Amusant comme le temps peut altérer notre perception d'un film : je n'avais pas vu Hellboy depuis une petite dizaine d'années, et j'en gardais le souvenir d'un métrage dynamique, excentrique et très réussi, mêlant super-héroïsme et horreur lovecraftienne, et où l'on retrouvait les obsessions habituelles de Guillermo Del Toro pour les rouages, les horloges, etc.

Et en fait, ce n'est que partiellement vrai, puisque je dois bien dire que Hellboy a un peu vieilli, et ne s'est pas forcément amélioré avec le temps.

Les bons points indubitables, tout d'abord : la direction artistique, comme toujours excellente chez Del Toro. Les créatures sont superbes, les maquillages convaincants, les décors somptueux, etc, etc, etc. Ron Perlman fait ainsi un très bon Hellboy, et Abe Sapien est formidable.

La musique, ensuite : le score de Marco Beltrami est excellent, ses thèmes mémorables (le thème de Broom est à pleurer lors de son enterrement), et tout au plus pourra-t-on regretter qu'ils ne soient pas totalement exploités à leur juste valeur ; le thème héroïque d'Hellboy, que l'on devine par bribes durant le film, et qui explose durant le générique de fin, aurait ainsi mérité d'être plus mis en avant.

Et le tout est clairement inventif, ludique, et agréable à suivre, là n'est pas la question. Le problème du film, en réalité, c'est qu'il est plein de petits défauts insignifiants, mais qui s'accumulent pour tirer le résultat final vers le bas.

À commencer par les effets spéciaux, qui trahissent fréquemment le budget limité du film : les sauts, tous câblés, sont affreusement artificiels ; la main droite de Hellboy est soit trop rigide et factice lorsqu'elle est animatronique, soit mal finalisée lorsqu'elle est numérique ; idem pour Samael, qui selon les plans alterne créature en CGI ultra-mobile, et homme en costume aux déplacements patauds ; etc... Les effets du film restent tout à fait honorables (surtout vu le budget), mais ponctuellement, on tombe sur une scène qui coince, et qui ne convainc pas.

Ajoutez à cela un rythme un peu bancal (les 2h15 de la version longue sortie directement chez nous n'aident pas vraiment), une post-synchronisation assez inégale (encore un problème de budget, ou bien de direction d'acteurs ?), une résolution précipitée manquant un peu d'ampleur, et surtout une approche du monde de Hellboy qui peut frustrer.

Guillermo choisit en effet d'approcher le monde du BRPD au travers des yeux d'un débutant, qui arrive au Bureau et découvre ses excentricités. Problème : Men In Black est passé par là, et se rappelle fréquemment au spectateur, mais en plus, le débutant en question a le charisme d'un poulpe mort, et n'est guère intéressant (il est sous-développé, comme le sont les méchants du film, d'ailleurs).

Ce débutant, Myers, n'est en fait là que pour servir dans un pseudo-triangle amoureux assez quelconque, avec Liz et Hellboy... malheureusement, Del Toro a toujours été un peu maladroit dans son écriture des relations/émotions humaines et sentimentales : il fait de son Hellboy un amoureux transi un peu niais, un adolescent attardé jaloux, bref, un personnage souvent plus comique qu'héroïque.

Et comme en face, on a une Selma Blair qui ne m'a jamais vraiment convaincu au cinéma, notamment en love interest, tout ça se combine pour donner lieu à une sous-intrigue amoureuse pas très probante, qui a eu nettement plus de mal à passer durant ce visionnage qu'à l'époque.

Malgré tout, et compte tenu du fait que ce Hellboy était un projet qui tenait cher au cœur de GDT, tourné avec moins de 70M de $ (une broutille !), le résultat est tout à fait honorable et divertissant. Ce n'est pas le classique instantané que l'on pouvait couvrir de louanges à l'époque, mais c'est un métrage d'aventure solide et amusant, qui a le mérite de donner vie à un héros atypique, et de le faire affronter des créatures toujours plus étranges.

C'est généreux, et c'est toujours ça de pris.

3.75 + 0.25 pour la musique = 4/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Critiques éclair - The Orville 2x03 (2019) & Star Trek Discovery 2x03 (2019)

Publié le 9 Février 2019 par Lurdo dans Action, Aventure, Comédie, Critiques éclair, Review, Science-Fiction, Star Trek, Télévision, Orville, Drame

Durant leur deuxième semaine de diffusion, The Orville et Star Trek Discovery ont continué leur petit bonhomme de chemin, en s'améliorant par rapport à leurs season premieres respectifs. Espérons que cela continue ainsi...

The Orville 2x03 - Home :

Parce que son état de santé s'aggrave subitement et qu'elle perd toute sa force, Alara est contrainte de quitter l'Orville pour retourner sur sa planète natale, auprès de sa famille (Robert Picardo, Molly Hagan & Candice King). Là, cependant, cette dernière reçoit la visite, dans sa maison de vacances, d'un couple voisin (John Billingsley & Kerry O'Malley), inquiet d'une possible effraction...

Un épisode quasi-intégralement centré sur Alara, qui fait ici ses adieux à la série (ce qui a bien entendu incité de nombreux spectateurs à se demander si la relation entre l'actrice et MacFarlane s'était terminée plus tôt que prévue), avec une histoire pas forcément désagréable, mais qui manquait un peu d'une sous-intrigue à bord de l'Orville, pour faire contre-poids.

Là, en l'occurrence, on passe 95% de l'épisode sur la planète d'Alara (très jolis effets spéciaux, à nouveau), devant un drame familial assez classique (l'enfant contraint de quitter les siens pour s'affirmer et trouver une famille d'adoption qui l'estime à sa juste valeur - ça rappelle d'ailleurs un peu Prodigal Daughter, de Deep Space Nine, sur Ezri qui retourne dans sa famille...), mais avec des acteurs compétents et sympathiques (deux docteurs de Star Trek !). On notera aussi une brutalité certaine (trois membres brisés, une main ébouillantée), et une interprétation globalement bonne, ce qui aide à faire passer la pilule.

Du côté de l'Orville, le caméo de Patrick Warburton en Elephant Man alien n'était pas très inspiré (j'espère qu'il ne sera pas le nouveau chef de la sécurité permanent), et les grands adieux larmoyants d'Alara, vers la fin, étaient un peu trop appuyés et mélodramatiques pour vraiment convaincre : un tel épisode aurait probablement mieux fonctionné après plusieurs saisons, et pas après moins d'une quinzaine d'épisodes.

Néanmoins, la musique de Joel McNeely assure le quota émotion et spectacle, et une nouvelle fois, The Orville s'améliore. C'est tant mieux.

Star Trek Discovery 2x03 - Point of Light :

Alors qu'Amanda rend visite à Burnham, sur le Discovery, pour aborder le sujet de Spock, Tilly découvre la vérité sur les visions qu'elle a d'une amie d'enfance décédée. Dans l'Empire Klingon, enfin, L'rell et Voq sont confrontés aux manigances d'un autre dignitaire, et tentent de cacher l'existence de leur enfant...

Version courte : c'était vraiment de la m*rde.

Version longue : je suis vraiment admiratif de la capacité qu'à cette série à donner l'impression, pendant deux épisodes, d'avoir appris de ses erreurs, et d'avoir changé de cap... pour revenir aussitôt à tout ce qui caractérisait - en mal - sa première saison.

C'est bien simple, rien n'a fonctionné sur moi dans cet épisode.

- La réalisation. Une scène sur deux commence la tête en bas, avant de tournoyer pour se remettre à l'endroit, sans raison. Inutile, et agaçant.

- Burnham/Amanda. C'est bavard, c'est mou, c'est inintéressant, et la seule chose que ça sous-entend, c'est que l'Ange Rouge a radicalement changé l'histoire de Star Trek et de Spock en altérant sa personnalité. Certes. De deux choses l'une : comme je mettrais ma main à couper que l'Ange Rouge est Burnham voyageant dans le temps avec l'aide des spores pour sauver l'univers, soit tout cela est envisagé comme une explication au manque de continuité de Discovery (une sorte de nuTrek 2.0, où l'intervention de Burnham, très tôt dans la vie de Spock, aurait créé une nouvelle ligne temporelle), soit les scénaristes ont simplement envie de pousser le bouchon encore plus loin avec Mary-Sue Burnham, en la rendant encore plus importante et essentielle à tout l'univers Trek. Dans un cas comme dans l'autre, ça me laisse particulièrement dubitatif.

- La sous-intrigue de Tilly. Passons sur Tilly qui remporte haut-la-main le marathon des cadets, en étant en plus distraite par ses visions, en s'arrêtant quelques instants, et en se trompant de chemin - ce n'est pas un instant crédible, mais bon. Plus étonnante, en fait, est la capacité des scénaristes à échouer sur tous les fronts avec Tilly et sa copine d'enfance. D'un côté, le spectateur avait tout de suite deviné, dans l'épisode précédent, que c'était une vision imaginaire certainement reliée à la spore entrée en contact avec Tilly en saison 1 : inutile, donc, de faire durer le suspense. Et pourtant, quand bien même le spectateur aurait déjà plusieurs longueurs d'avance sur les personnages, il se dégage de cette sous-intrigue (reléguée à la B-story de l'épisode) un sentiment de bâclage, exactement comme en saison 1 : les scénaristes n'en font pas assez pour rendre ces rebondissements et révélations suffisamment percutantes et efficaces, et on finit avec l'impression qu'ils ont précipitamment grillé toutes leurs cartouches, pour faire de la place à....

- Les Klingons. Bon. On ne va pas revenir dessus, mais les Klingons de Discovery sont un ratage, tant esthétique (avec leur maquillage caoutchouteux et épais, et leurs scènes sous-éclairées) que conceptuel (avec leurs intrigues façon Trône de Fer du pauvre). La production a beau tenter de sauver les meubles en leur collant des perruques et des moustaches risibles, ça ne convainc guère, et quand en plus, on a droit à une grosse moitié d'épisode centrée sur L'rell et Ash Tyler - un couple qui ne fonctionne pas, sans charisme, sans alchimie, sans intérêt -, il est difficile de se passionner pour ce qu'on a à l'écran.

Cela dit, l'épisode semble vouloir mettre un terme à toute cette sous-intrigue klingonne, en séparant L'rell et Tyler, et en plaçant quelques scènes d'un simili backdoor pilot pour le spin off Section 31 : aucun intérêt, en soi, mais si ça peut leur faire plaisir, et nous épargner toutes ces scories improbables à l'avenir, tant mieux.

Reste que cet épisode était mauvais, et totalement insipide. Après les deux premiers épisodes de la saison, dynamiques et plus légers, le show s'est ici repris totalement au sérieux, et il aurait mieux valu qu'il évite.

Allez, on croise fort les doigts pour que ça se reprenne la semaine prochaine.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici et ici.

commentaires

Blog Update ! - Août 2021

Publié le 29 Août 2021 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Les bilans de Sygbab, Review, Télévision, Update

Un mois d'août un peu nerveux chez les Téléphages Anonymes, puisque j'ai pris un certain retard sur la programmation de ce blog, et que j'ai passé le mois en flux tendu. Rien de bien dramatique, cependant, et cela m'a permis de publier des critiques de nouveautés, nouveautés qui commencent enfin à revenir en salles...

#1496 : MillenniuM After the MillenniuM (2019) - 4/6

#1497 : Hitman et Bodyguard 2 (2021) - 2/6

#1498 : Batman - Un Long Halloween, deuxième partie (2021) - 3.5/6

#1499 : Fast & Furious 9 (2021) - 2/6

#1500 : Arnaque à Hollywood (2021) - 2.5/6

#1501 : Cruella (2021) - 2.5/6

#1502 : America - Le Film (2021) - 1.5/6

#1503 : Plan B (2021) - 3/6

#1504 : Supps - The Movie (2019) - 3/6

#1505 : Jungle Cruise (2021) - 4/6

#1506 : The Suicide Squad (2021) - 4.25/6

#1507 : Ainbo, princesse d'Amazonie (2021) - 3.25/6

#1508 : Infinite (2021) - 2/6

#1509 : How It Ends (2021) - 2/6

#1510 : Jolt (2021) - 2.5/6

#1511 : SWASHBUCKLING - Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl (2003) - 4.5/6

#1512 : SWASHBUCKLING - Pirates des Caraïbes 2 : Le Secret du Coffre Maudit (2006) - 3.5/6

#1513 : SWASHBUCKLING - Pirates des Caraïbes 3 : Jusqu'au bout du monde (2007) - 3.25/6

#1514 : SWASHBUCKLING - Pirates (1986) - 2/6

#1515 : SWASHBUCKLING - Thugs of Hindostan (2018) - 2.75/6

#1516 : SWASHBUCKLING - L'Île aux pirates (1995) - 3/6

---

# Bilan :

Un mois qui a commencé de manière agréable, par un documentaire sympathique (bien qu'incomplet) sur la série MillenniuM, série culte s'il en est, et qui s'est terminé par une semaine consacré aux pirates et autres aventuriers des sept mers, de quoi faire le point sur la franchise Pirates des Caraïbes et les films qui l'ont influencée.

Entre ces deux pôles, beaucoup de variété et des nouveautés, et une évidence : la pandémie a permis aux studios de se débarrasser de leurs films les moins réussis, et le passage par la case streaming vaut désormais à ces métrages une certaine indulgence critique et publique, qu'ils n'auraient pas forcément eue s'ils étaient sortis en salle ("ouais, ce n'est pas terrible, mais inclus dans l'abonnement X ou Y, et regardé dans son canapé, ça passe").

Et réciproquement, certains films qui auraient été plutôt bien reçus en salle sont plus sèchement critiqués lorsqu'ils sortent directement en VOD, tant les conditions du streaming à domicile sont particulièrement adaptées à une critique superficielle, en quasi-temps réel, avec un œil sur le film et un autre sur sur les réseaux sociaux.

C'est regrettable, mais c'est ainsi pour le moment, et il faut donc prendre avec beaucoup de pincettes (enfin, plus que d'habitude), les critiques professionnelles et amateures qui fleurissent en ce moment un peu partout. Et je m'inclus dans le lot...

---

# Film(s) du mois :

Un trio de tête particulièrement divertissant, entre le premier Pirates des Caraïbes, qu'on ne présente plus, le récent Jungle Cruise avec The Rock (un film qui marche directement dans les traces de la franchise POTC et de la Momie), et The Suicide Squad de James Gunn, qui redonne un peu de peps à l'univers DC cinématographique.

 

# Flop(s) du mois :

On a le choix, à vrai dire, mais se démarquent vraiment du lot Infinite, avec Wahlberg, une variation médiocre et sans intérêt sur le thème de l'immortalité, avec des cascades numériques over-the-top ; d'ailleurs, en parlant de cascades numériques débiles, Fast & Furious 9, bigger, louder, et vraiment dumber ; et enfin, America, le film, un métrage d'animation qui ressemble à une version (très) longue d'un épisode de Drunk History, délayée sur plus de 90 minutes, insipide et pas inspirée.

---

# Petit écran :

Un mois assez calme, consacré à la fin de mon intégrale Superstore (bilans de la saison 4, 5 et 6 accessibles en cliquant ici, et ), une série sympathique mais qui n'aura jamais réussi à me convaincre pleinement, cherchant trop à centrer le programme sur une romance, et à reproduire ainsi le succès de The Office.

Autre intégrale, ce mois-ci, celle des trois saisons de la série animée Jurassic World - Camp Cretaceous (saison 1, 2 et 3) : rien de particulièrement qualitatif ou exceptionnel, mais un programme pour enfants agréables à suivre, avec des dinosaures réussis, et une intégration intéressante à la continuité des films.

Et pour finir, difficile de conclure sans mentionner Jack of All Trades, la série historico-rigolarde de Bruce Campbell : c'est léger, c'est fun, c'est estival, et ça rentre parfaitement dans une semaine Swashbuckling pleine d'aventures.

 

Retrouvez aussi les bilans de toutes les séries critiquées jusqu'à présent en ces pages depuis l'index Séries alphabétique qui leur est consacré.

 

---

# À venir :

En septembre, dernière ligne droite avant le début de l'Halloween Oktorrorfest 2021 : au programme, des sorties 2021 (Snake Eyes, Free Guy, The Green Knight...), de l'animation (Vivo, Boss Baby 2...), la publication d'un bilan MCU vs DCEU, et plein d'autres choses, dont de nouvelles séries fraîchement diffusées (Marvel's What If...?, Star Trek Lower Decks, Les Maîtres de l'Univers, Black Monday...).

 

Et comme toujours, vous pouvez retrouver toutes les mises à jour du blog sur la page Updates, ainsi que la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Les bilans de Lurdo : Superstore, saison 4 (2018)

Publié le 8 Août 2021 par Lurdo dans Comédie, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Review, Romance, Sitcom, Télévision, USA, NBC, Superstore

Trois saisons de Superstore passées en revue sur ce blog, pour le moment, et un gros problème qui m'a contraint à faire une vraie pause de plusieurs semaines dans mon intégrale : l'insistance des scénaristes à faire d'Amy et de Jonah le centre de la série, un shipping autour duquel gravite tout le programme. Au point d'en devenir envahissant au cours de la saison 3, une saison durant laquelle le couple a phagocyté tout le temps d'antenne de la série, reléguant la moitié des personnages secondaires au rang de faire-valoirs absents, et multipliant les obstacles gentiment forcés (grossesse imprévue, rivale amoureuse, etc).

Ce qui aurait pu passer si Jonah et Amy avaient le capital sympathie de Pam et Jim... mais non : autant Jonah est plus ou moins figé depuis trois saisons, autant Amy accumule de plus en plus de défauts, pour aboutir à une sorte de Michael Scott-bis assez antipathique. D'où mon sentiment de ras-le-bol, et ma pause de quelques semaines avant cette saison 4 qui annonce du changement, puisque le créateur/showrunner de Superstore a quitté le programme à la fin de ces 22 épisodes...

Superstore, saison 4 (2018) :

Alors que Jonah et Amy tentent de faire oublier leur relation et la diffusion publique de leur sex tape involontaire, la quotidien de Cloud 9 est chamboulé, lorsque Glenn décide de quitter son poste et de passer plus de temps avec son bébé. Ce qui laisse un poste vacant à la tête du magasin...

Paradoxe intrigant : alors que la majorité des spectateurs a trouvé la saison 4 de la série un bon cran en dessous des trois premières saisons de Superstore... j'ai plutôt apprécié le tout.

Probablement parce que les scénaristes font le choix très clair de prendre le contre-pied de la saison précédente, en faisant passer Amy/Jonah au second plan (ils sont en couple, tout le monde le sait, et c'est tout), et en s'intéressant de nouveau (pour le meilleur et pour le pire) aux personnages secondaires qui font tout le sel de la série.

Une vraie bouffée d'oxygène pour moi qui supporte difficilement le shipping Amy/Jonah, et j'ai accueilli avec un certain plaisir un retour à des sous-intrigues plus variées, centrées sur Cheyenne, Mateo, la relation Carol/Jerry/Sandra, Glenn, etc.

À l'identique, la production semble vouloir oublier certains éléments de la saison précédente : Kelly est rapidement kelleyrisée, la sex tape publique d'Amy et Jonah n'a aucune conséquence concrète, Myrtle revient au magasin, les deux grossesses sont rapidement expédiées et les bébés rarement mentionnés ensuite...

Quelque part, on sent un désir de retour au status-quo, voire même une volonté, pour Justin Spitzer, de développer un maximum de sous-intrigues avant son départ : Mateo et l'immigration, notamment, mais aussi le changement de carrière de Glenn, et la promotion d'Amy au poste de responsable du magasin.

Des sous-intrigues qui sont un peu catapultées et qui ne fonctionnent pas totalement sur un plan structurel et logique (les rouages narratifs grincent un peu), mais qui ont le mérite de faire avancer des personnages qui stagnent un peu trop (même Marcus, pourtant loin d'être mon favori, est ici écrit avec un peu plus de "subtilité", et acquiert un semblant d'épaisseur).

Malheureusement, cela s'accompagne aussi, dans le dernier tiers de la saison, d'une écriture parfois sommaire des personnages : constamment associée à Mateo, Cheyenne devient cassante et presque bitchy ; Glenn agit de manière peu cohérente (désormais simple employé, il se rebelle contre les règles, et tente notamment d'imposer son pasteur dans le magasin) ; et Amy, désormais à nouveau au centre de tout (à croire que c'est parce qu'America Ferrera est l'actrice la plus connue du show, et qu'elle a de l'influence sur la production), devient une patronne opportuniste et couarde, que tout le personnel déteste immédiatement.

C'est un peu dommage, d'autant que la série tente, en parallèle, de continuer ses messages sociaux (qui sont honnêtement survolés, mais ont le mérite d'exister), néanmoins affaiblis par l'empressement du show à atteindre certains objectifs narratifs : on s'étonnera ainsi de la manière dont Amy, jeune maman célibataire qui a déjà une adolescente à la maison, travaille toute la journée à Cloud 9 (Jonah aussi, d'ailleurs) et trouve tout de même le temps de se lancer dans une formation de responsable, de devenir manager, et de gérer le magasin, tout ça en six-huit mois à peine, et sans jamais que le bébé soit vraiment pris en compte - sans même parler du chiot que Glenn offre à Amy en début de saison.

Après, dans les deux premiers tiers de la saison, la série reste plus ou moins égale à elle-même : assez amusante, dans la droite lignée de ce qu'elle était avant, avec cependant certains épisodes qui font un peu redite (Halloween, la rivalité entre magasins, le laser tag, la Saint Valentin, la tempête de neige qui bloque tout le monde au magasin).

Certains personnages secondaires (ou plutôt tertiaires) disparaissent totalement ou presque (le pharmacien, Bo, Jerusha, Kelly, les bébés...), l'humour cringe est toujours moyennement bien dosé (et Amy en est toujours la victime principale), l'absurde apparaît toujours par petites touches (mais on sent que la série se refuse encore à vraiment aller jusqu'au bout de ses délires, comme Community pouvait le faire à l'époque) et il y a quelques problèmes de continuité entre la première moitié de la saison et la fin (Marcus sans-abri qui vit dans les tunnels d'entretien sous le magasin depuis des mois et des mois, alors que quelques épisodes plus tôt, on apprenait qu'il touchait 130 000 $ par an depuis des années)... mais ça se regarde.

Et je ne sais pas si c'est dû à la pause, ou à un véritable changement créatif, mais cette saison m'a vraiment été bien plus agréable à suivre que la précédente.

Après... la saison 5 est celle du grand changement, puisque Spitzer est remplacé à la tête du programme par Gabe Miller et Jonathan Green, deux scénaristes de longue date de la série, et que c'est cette saison 5 qui divise le plus les fans à ce jour.

J'attends de voir.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Catch Review : WWE RAW (30/12/2013)

Publié le 31 Décembre 2013 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, WWE

Contrairement au RAW de la semaine dernière, un spécial Noël calamiteux, dont on ne retiendra que l'annonce du retour de Batista (forcément, que serait Vince sans ses anciennes stars des années 2000 pour main eventer Mania ? Meuh non, les amis, "la WWE est désormais tourné vers le futur et les nouvelles générations", sauf lorsqu'il s'agit de faire de l'audience et de vendre du PPV...) ce dernier Raw de l'an 2013 est en direct. Mais comme la WWE ne fait jamais les choses dans le bon ordre, ils ont enregistré le prochain Smackdown en avance... révélant par là-même deux résultats de Raw : le retour de Brock Lesnar dans un segment contre Mark Henry, ainsi que la défaite de Fandango face à Big E. *soupir*

Mais peu importe, espérons que le show sera intéressant :

Heure 1 : Punk fait une mini-promo, tente de semer la zizanie au sein du SHIELD, et bat Rollins dans un match solide, avec quelques moments de flottement. Jusque là, un show honorable... malheureusement, ça ne dure pas, puisque Steph annonce alors Cena vs Orton au Rumble (youpiii...) et qu'on a ensuite droit à un match insipide entre Ziggler et Axel.

Heure 2 : une heure particulièrement creuse, entre le match spoilé Fandango/Big E, du meublage Sandow vs Khali & Truth vs Brodus. Pour conclure, heureusement, le retour de Brock, qui démolit Mark Henry en trente secondes chrono, et exige un Title Shot après le Rumble, sauve un peu les meubles... mais pas beaucoup.

Heure 3 : Un tag match des Divas (passons...), et le plat de résistance de la soirée : Bryan contre la Wyatt Family, dans un match gauntlet marathon. Comme d'habitude, quand la WWE n'a pas d'idées, ou que la moitié de son roster est en house show comme ce soir, elle met Bryan dans plusieurs matches successifs. La routine habituelle, donc, solide, mais un peu lassante, et qui débouche sur la seule option logique : Bryan finit pas s'avouer vaincu, et par rejoindre la Wyatt Family. Si je n'avais pas déjà vu exactement la même intrigue à la WCW avec le Flock de Raven, et Scotty Riggs, je trouverais peut-être ça intéressant. Là, c'est juste un moyen évident de donner quelque chose à faire à Bryan le temps que Wrestlemania arrive et reparte, afin qu'il ne prenne pas la place d'un Batista ou d'un Undertaker sur la carte, et ne les éclipse avec sa popularité... :\

Bref... un Raw qui ne vaut (comme d'habitude) que pour les matches de Punk et de Bryan, et pour le segment de Brock. Ce n'est pas énorme, mais c'est toujours mieux que rien.

commentaires

Catch Review : TNA Impact - Live from Manchester (13/02/2014)

Publié le 14 Février 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

La tournée anglaise continue, avec, après Glasgow, les tapings faits à Manchester :

- Team Dixieland dans le ring, pour insulter les (très nombreux) compatriotes de Magnus. MVP vient répondre, accompagné de Joe. Gunner veut encaisser sa valise la semaine prochaine, mais le tout finit par être Gunner vs ECIII, ladder match pour les deux valises.

- Gunner vs ECIII, ladder match. Bref match standard, jusqu'à l'intervention de Magnus, suivie de celle de Storm, et zou, un tag match by MVP.

- Gunner & Storm vs Magnus & Gunner, ladder tag. Des spots sympathiques, Magnus et ECIII qui se disputent, Gunner/Storm qui récupèrent les deux valises.

- Anderson explique que son match vs Bully est important, parce que "famille".

- Les Bromans viennent se plaindre à Spud, MVP booke les Wolves + ? vs Bromans + Zema.

- Bromans & Zema vs Wolves & Joe. Match fun, et public déchaîné. Les Wolves ont fait un début tranquillou, mais efficace.

- Abyss martyrise un pauvre assistant de prod backstage.

- Velvet va se plaindre auprès de Dixie, qui refuse de l'aider. Spud se moque de MVP, et zou, un match entre eux au programme.

- Abyss, sans masque, demande à EY de le rejoindre ; confrontation au sommet, avec un Abyss en colère et paumé. Très bonne promo de Parkbyss, qui explique qu'il ne peut plus être Abyss, ou avoir des matches hardcore. Mais Abyss finit par annoncer son départ à la recherche de quelqu'un pour l'aider (James Mitchell ?). Segment très réussi, et Abyss est vraiment sous-estimé au micro.

- Shaw qui continue de tourner autour de Hemme.

- Spud vs MVP. MVP clairement en forme. Spud clairement hilarant. Et squashé.

- Roode cherche Dixie backstage.

- Un bon gros WTF de Jeff "Willow the Wisp" Hardy.

- Roode en colère après Dixie.

- Sabin qui trolle Velvet durant son entrée, puis au micro.

- Sabin vs Velvel. Micro-botch de Velvet qui rate son coup de pied aux parties de Sabin, puis intervention d'Alpha Female, qui finit par repartir avec Sabin sur ses épaules.

- Ray s'introduit dans le vestiaire d'Anderson, pour troller la femme d'Anderson au téléphone.

- Roode un peu défait, qui se fait expulser par Dixie et ses sbires.

- Ray vs Anderson, Casket Match. Un hardcore match bien bourrin, malgré un cercueil un peu cheap.

- Dixie tente de racheter les parts de MVP, mais se fait opposer une fin de non-recevoir, même si MVP semble sous entendre qu'il n'est pas le seul impliqué dans le rachat des parts de TNA (il ne parle que de "sa part" des profits s'il revendait toutes ses actions, et le sous-entendu du "vous seriez surprise par qui finirait au pouvoir").



Encore un show solide, avec un public très motivé, de l'action... et une toute fin malheureusement un peu plate. Rien de grave, cependant.

commentaires

Catch Review : TNA Impact Live (26/06/2014)

Publié le 27 Juin 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Slammiversary était excellent, le show de la semaine dernière était plutôt réussi... et la compagnie a un momentum particulièrement prononcé ces jours-ci, entre les enregistrements de NYC, l'annonce de BFG, etc...

- Team MVP arrive tranquillement.

- TBP vs Gail & Taryn. Taryn semble en forme et fait le plus gros du match. Tag match solide, à part ça.

- Brève pub pour BFG à Tokyo.

- Dixie est contente.

- MVP dans le ring avec King et des bimbos (et au moins une bodybuildeuse/compétitrice de fitness au bras de Lashley), pour annoncer en grandes pompes Lashley ; EY se fait passer à tabac, est sauvé par Roode, qui fait une promo motivée ; MVP est sur le point de virer Roode, mais est interrompu par un représentant du Board of Directors, qui le destitue de son poste, devant une foule en délire. Effice, et ça amène du changement.

- La Ménagerie tente de motiver Steve, est interrompu par les Bromans, qui sont interrompus par Manik (ça fait plaisir de le revoir).

- Sanada vs Manik vs Zema vs Steve. X-div title match. Match sympatoche, mais un peu précipité par moments.

- Bram & Magnus ne sont pas impressionnés par le match qui les attend.

- Dixie et Spud, ravis, trollent un peu sous les huées du public déchaîné : "vous m'aimez, je le sais, et maintenant que j'ai retrouvé le contrôle total de la compagnie, je vais être encore plus présente !" :trollface:

- Le représentant revient, et annonce un nouveau directeur des opérations, à l'identité mystère ; il se prend un verre de champagne dans la tronche pour l'occasion. Chouette réaction du public, surtout quand Bully se pointe, et passe à deux doigts de balancer Dixie au travers d'une table (Soon... soon.).

- Storm vs Anderson. Match pépère, mais un Anderson qui semble se sonner IRL sur son steamroller, avec fin de match un peu précipitée ensuite.

- Samuel Shaw est libéré, sous la supervision de Gunner.

- Storm tente de perturber Sanada à l'approche de D-X.

- Dreamer attaque EC3 backstage, et le brawl continue dans l'arène. Énergique.

- Abyss est furieux, Willow ricane.

- Team MVP part à la rencontre du nouveau DWO.

- Team Hooliganz vs Team Creaturez, Monsters Ball. Match bien bourrin, avec un spot de malade de Jeff qui passe à deux centimètres de la barrière en passant à travers une table, et un finish à l'arrache, grâce à Janice.

- Kurt Angle promu DWO, ce qui est très logique, et utilise Kurt au mieux de ses capacités pendant sa récupération. MVP & co se plaignent, Angle booke Lashley vs EY, réintègre Roode, et assiste tranquillement à un début de brawl.


 

Très bon show, plein d'action et d'énergie. Ça fait plaisir à voir.

commentaires

Catch Review : TNA Impact (01/10/2014)

Publié le 2 Octobre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Premier show d'une nouvelle série de tapings, à Bethlehem Pennsylvanie, dans une arène plus sombre que d'habitude (ce qui donne un look assez sympathique - et plus réaliste - au spectacle).

- Roode assez mécontent de sa prestation.

- Aries dans le ring, pour sonder le public, et choisir son title shot. Joe se pointe, motivé à l'idée d'affronter Aries, qui finit par accepter.

- Joe vs Aries, X-Div Title. Un long match éprouvant, malgré quelques brefs moments un peu brouillons.

- Ec3 méprise Spud, qui s'excuse.

- Angle est ravi de la décision des Wolves (TLC match ?).

- EC3 & Spud dans le ring. EC3 se détache de Spud, le rabaisse, lui explique qu'il n'a pas d'amis, qu'il ne ressemble à rien, qu'il a échoué à défendre Dixie, etc. EY vient défendre Spud avant que ça ne vire au carnage, motive Spud à se défendre lui-même, et paf, EC3 l'attaque.

- EC3 vs EY. EY ultra-populaire, et un petit match efficace entre les deux hommes, avec en prime un Spud au bord de la rébellion.

- Anderson et Melendez qui tapent la discute backstage ; Melendez semble à l'aise et naturel dans ce type de segments, ça fait plaisir.

- Havok vs Gail, KO title. Attaque directe de Havok, et brawl en pré-match au bord du ring, qui mène à un renvoi de Havok backstage. Chouette segment, joliment brutal.

- Récap de Wolves/3D/Hardys. Les Wolves dans le ring pour annoncer leur décision (un Full Metal Mayhem, aka TLC ; CQFD), interrompus par 3D puis les Hardys, qui tous les deux trollent gentiment les Wolves jusqu'à un brawl général. Segment réussi, qui met bien la pression.

- Anderson & Melendez confrontent MVP & King backstage.

- Gail a une épaule séparée, mais elle insiste pour se battre.

- Manik 2.0 (w/Storm & Sanada) vs FatSharkboy (!). Un Sharkboy bedonnant et (kayfabe) à bout de souffle, qui se fait démonter rapidement par Manik.

- Bully s'étonne des bollocks des Wolves. Excellente promo.

- MVP (w/ King) vs Anderson (w/ Melendez). RAS, un match solide, sans plus.

- Roode invite Lashley dans le ring, pour lui demander un match de plus. Bobby est sur le point d'accepter, mais MVP refuse.

- Gail souffre, mais est décidée à se battre dans le main event (!).

- Gail vs Havok, KO Div. Travail de démolition efficace de la part d'Havok, et la KO Div change d'orientation, avec plein de nouveaux matches de championnat en perspective.

 


 

Un bon show, dynamique et plein d'action. La semaine prochaine devrait être épique, avec ce FMM match final au sein de la division par équipes.

commentaires

Catch Review : TNA Impact Live (03/07/2014)

Publié le 4 Juillet 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Alors que la WWE peine à produire des shows et des feuds captivants, qu'elle est en panic mode suite au semi-flop du Network, et que les fins prématurées de contrats s'y succèdent, à la TNA, au contraire on a le vent en poupe, avec des Impacts tous aussi solides les uns que les autres, et un buzz du tonnerre grâce aux tapings de NYC...

- Angle au micro, il rend son poste à Earl Hebner (bof), annonce les matches de la soirée : Joe est mécontent, vanne un peu Kurt, l'accuse d'être comme tout le monde (prêt à se booker un title match à la première occasion) et il rappelle à Angle qu'ils sont différents ; une intro qui shoote dans tous les sens, notamment sur la paresse supposée de Joe, et qui après un début mitigé, a droit à une montée en puissance très réussie.

- Backstage, Roode se fait passer à tabac par MVP et King. Angle vient aux renseignements.

- Bromans vs Menagerie vs Wolves, tag title match. Pas eu droit à l'entrée spécial "4th of July" de la Ménagerie, et sinon, un triple threat trop bref pour vraiment totalement convaincre.

- Angle booke King vs Roode dans un Street Fight.

- Roode vs King, Street Fight. Un brawl old-school, dans le public et dans le ring, assez fun et réussi.

- Promo confiante d'EC3.

- Roode est ravi de sa victoire, et est motivé pour regagner la ceinture (à BFG ?).

- Aries veut son rematch contre Senada, et Angle le booke pour la semaine prochaine.

- Brittany dans le ring, au micro, face à Madison. Brittany s'excuse, Madison continue de la prendre de haut, et Britt la démolit. Un peu déçu qu'ils aient décidé de faire de Britt une heel, m'enfin on verra bien.

- Promo backstage de Bully.

- MVP backstage, pour une promo au sujet de Lashley.

- EC3 vs Bully, Tables match. Grosse ambiance, domination de Ray, et EC3 qui s'en sort in extremis grâce à Spud et Rhino, qui fait un retour surprise, et trahit Bully. Efficace, et une addition de taille à l'écurie Dixie.

- Roode et EY se motivent backstage.

- Rhino n'en a rien à foutre de ce que pense autrui.

- Récap très réussie de la carrière de Samuel Shaw.

- Shaw et Gunner dans les couloirs de la TNA, pour faire ses excuses à Christy, mais Anderson s'en mêle, et est dubitatif.

- TBP et leur arbitre favori backstage, pour préparer leur match à venir. Angle kickbanne Stiffler pour ce soir.

- Knux commence à réaliser que la Menagerie est difficile à gérer.

- Gail vs A-Love, KO Title. Pas mal d'interventions et de tricheries dans la première moitié, mais une seconde moitié nettement plus solide.

- Lashley vs EY. HW Title. Un main event très intelligent : Lashley gagne proprement et comme une brute, tandis que EY n'a pas de honte à avoir dans cette défaite, vue sa cheville endommagée.


 

Un show qui commençait bien, avant de me faire peur avec ce triple threat précipité... et puis en fait ça se reprend très vite, ça avance sur plein de fronts, et ça trace sans se retourner pour le reste de l'émission. Très satisfaisant.

commentaires

Christmas Yulefest 2014 - 77 - 1001 nuits (5/7) : Le Voleur de Tanger (1951) & Le Fils d'Ali Baba (1952)

Publié le 8 Janvier 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, 1001 Nuits, Review, Noël, Christmas, Comédie, Romance, Aventure, Action

Noël est passé, les Rois sont arrivés, mais avant de tirer sa révérence, la Christmas Yulefest 2014 joue les prolongations sur le blog des Téléphages Anonymes, avec un Bonus Round d'une semaine afin de boucler dignement ce marathon de cinéma festif de fin d'année...

Le Voleur de Tanger (The Prince Who Was a Thief) :

Prince héritier du trône du sultanat de Tanger, Hussein réchappe de peu dans son berceau à un assassinat commandité par le maléfique Mustapha (Donald Randolph). L'assassin, Yussef (Everett Sloane), finit en effet par adopter le petit Hussein, et par l'élever parmi les voleurs de la ville : désormais adulte et rebaptisé Julna (Tony Curtis), le voleur est bien décidé à mettre la main sur les trésors de Mustapha, ainsi que sur la belle princesse Yasmin (Peggis Castle). Mais il va bientôt croiser le chemin d'une voleuse rebelle et sauvageonne, l'acrobate et contorsionniste Tina (Piper Laurie)...

Un film de cape et d'épée de 1951, et qui s'avère, encore une fois, un divertissement tout à fait sympathique, entre un Tony Curtis dynamique et enthousiaste, une Piper Laurie à nouveau adorable et attachante, et un scénario dynamique et bien troussé.

Pas de quoi révolutionner le genre, ni même marquer particulièrement le spectateur, mais l'ensemble reste éminemment agréable et rafraîchissant, avec en prime des décors convaincants et un budget suffisant.

4/6

Le Fils d'Ali Baba (Son of Ali Baba) :

Jeune militaire et séducteur impénitent, Kashma Baba (Tony Curtis), fils d'Ali Baba, croise un soir le chemin d'une charmante esclave, Kiki (Piper Laurie), qui se réfugie sous son toit pour échapper au calife (Victor Jory). Sans attendre, Kashma la ramène alors au palais de son père... mais Kiki est en réalité une princesse que le Calife manipule pour parvenir à ses fins, et pour s'introduire dans le palais...

Un an plus tard, on reprend le duo du Voleur de Tanger, mais cette fois-ci, rien ne fonctionne vraiment : Piper Laurie est toujours mimi tout plein, mais son personnage n'est jamais vraiment convaincant, et passe au second plan des magouilles et combats en tous genres ; Tony Curtis a l'air nettement moins à l'aise ici, notamment avec ses dialogues ; et le film manque cruellement d'énergie et de rythme, sans même parler de légèreté (vaguement confiée aux personnages des deux courtisanes/commentatrices, malheureusement trop en retrait pour vraiment fonctionner). Dommage.

2.25/6

commentaires

Christmas Yulefest 2014 - 82 - La Demoiselle des Neiges (1952), La Reine des Neiges (1957) & La Petite Fille aux Allumettes (2006)

Publié le 10 Janvier 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Christmas, Noël, Animation, Jeunesse, Disney, Russie, Drame, Musique

Noël est passé, les Rois sont arrivés, mais avant de tirer sa révérence, la Christmas Yulefest 2014 joue les prolongations sur le blog des Téléphages Anonymes, avec un Bonus Round d'une semaine afin de boucler dignement ce marathon de cinéma festif de fin d'année...

La Demoiselle des Neiges (Snegurochka) :

Snegurochka, la fille du Printemps et du Gel, en a assez de passer son temps enfermée loin de la société humaine. Elle finit par rejoindre le Royaume de Berendey, où sa beauté s'avère une distraction de taille, qui rend les femmes jalouses, et attire tous les hommes. Mais Snegurochka n'a d'yeux que pour Lel, le bellâtre séducteur de la communauté ; et lorsque Mizgir, un commerçant, rompt ses voeux de fiançailles pour les beaux yeux de Snegurochka, le chaos s'invite au royaume, un chaos à l'issue funeste pour la Demoiselle des Neiges...

Adaptation de l'opéra de Rimsky-Korsakov (lui-même une adaptation de la pièce de théâtre d'Ostrovsky) par le studio Soyuzmultfilm, ce qui garantit un résultat visuel splendide et mémorable, avec une rotoscopie employée à très bon escient, et de bien belle manière.

Malheureusement, si tout l'aspect technique et esthétique de ce moyen-métrage est très réussi, ça reste une adaptation animée opératique, avec ce que ça comporte de chorégraphies interminables, de meublage musical et dansant, de chansons ternes et mollassonnes, et de contenu un peu creux.

Bref, c'est superbe, mais c'est (sacrilège, je sais) un peu soporifique tout de même...

3.5/6

La Reine des Neiges (Snezhnaya Koroleva) :

Dans cette adaptation multi-récompensée du conte de Hans Christian Andersen, le jeune Kay tombe victime des sortilèges de la Reine des Neiges, forçant la petite Gerda à se lancer dans une quête épique et lointaine pour le retrouver, et le ramener à la raison...

Un moyen-métrage russe de 1957, à nouveau du studio Soyuzmultfilm, mais qui contrairement à La Demoiselle des Neiges, délaisse la rotoscopie au profit d'un style d'animation nettement plus cartoony, à l'américaine.

On pense notamment très souvent aux Silly Symphonies et consorts, ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose, tant on y retrouve tout un sens du merveilleux et de l'enchantement typique des productions de l'époque.

Seul petit bémol, un rythme un peu inégal, avec certains passages plutôt précipités, qui résument un peu trop leurs équivalents papier : on aurait pu gagner à remplacer les introductions  du marchand de sable par des scènes plus étoffées.

Reste que, dans l'ensemble, c'est une adaptation réussie et convaincante, en particulier sur un plan technique.

4.25/6

La Petite Fille aux Allumettes (The Little Matchgirl) :

En hiver, une fillette, seule dans la neige et le froid, tente de vendre des allumettes tout en rêvant d'un monde meilleur...

Court-métrage initialement prévu pour Fantasia 2006, et placé sur le dvd de La Petite Sirène lorsque Fantasia 2006 est tombé à l'eau. Connaissant déjà l'histoire, je m'attendais à rester plus ou moins de marbre devant ce court-métrage. J'avais tort. À ne pas regarder lorsque vous avez le blues, et ce malgré la réussite totale de ce petit film.

6/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #57 : Into The Woods, Promenons-nous dans les Bois (2014)

Publié le 3 Février 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Fantastique, Comédie, Musique, Aventure, Disney

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Into The Woods, Promenous-nous dans les Bois (Into The Woods) :

Cendrillon (Anna Kendrick), Jack (Daniel Huttlestone) et le Haricot Magique, le Petit Chaperon Rouge (Lilla Crawford) et le Grand Méchant Loup (Johnny Depp), Rapunzel (Mackenzie Mauzy), une Sorcière (Meryl Streep) et bien d'autres personnages de contes de fées gravitent autour d'un bois enchanté, où leurs histoires se croisent et s'entremèlent...

Lorsque j'avais vu Sweeney Todd, j'avais dit ceci :

"Le problème de Sondheim, (...) c'est qu'il est soit bon parolier, soit bon mélodiste, mais rarement les deux en même temps. Soit il compose de chouettes mélodies, mais les plombe joyeusement en mettant des pans de dialogues chantés insupportables et paresseux dessus, ou bien il compose des textes intéressants, mais il n'y a alors ni mélodies ni orchestration mémorables."

Et sur ce Into The Woods, c'est exactement la même chose : les chansons "parlées-chantées" sont tellement omniprésentes qu'elles se mélangent toutes, jusqu'à ne plus faire qu'une bouillie infâme et insupportable de personnages débitant des dialogues en accentuant vaguement un mot ou un autre.

À partir de là, problème. Parce que oui, visuellement, c'est très réussi, et les acteurs sont globalement excellents (même si Streep est en mode "cabotinage décomplexé"). Et oui, quelque part, malgré les nombreuses oeuvres similaires, déconstruire les contes de fées en montrant que "non, il n'y a pas de fin heureuse dans la vraie vie", ce n'est pas une mauvaise idée (bien que ce soit une attitude typiquement 80/90s dans son cynisme).

Mais voilà, le tout ne décolle jamais faute à la musique, à la narration en voix off, aux intrigues jamais vraiment approfondies, aux pistes laissées en suspens, aux personnages évacués en cours de film, à la menace géante jamais vraiment concrète... bref.

3/6 pour les efforts de tout le monde, mais ça reste affreusement insipide.

 

Mise à jour de 06/2017 : Une mise à jour très rapide, puisque j'ai tenté de revoir le film, et que, moins de 20 minutes après le début du métrage, j'ai tout simplement été tenté de jeter mon écran par la fenêtre.

Un film qui m'est devenu tout simplement insupportable, maintenant que l'effet de surprise et de découverte est passé, et qui ne vaut plus que pour sa distribution sympathique, sa direction artistique, et une scène ou deux (comme par exemple le duel chanté des deux Princes, assez amusant).

2.25/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #65 : La Nuit Au Musée 3 - Le Secret des Pharaons (2014)

Publié le 13 Février 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Fantastique, Jeunesse, Aventure

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

La Nuit Au Musée 3 - Le Secret des Pharaons (A Night at the Museum : Secret of the Tomb) :

Au Muséum d'Histoire Naturelle de New York, rien ne va plus : la tablette magique se décompose, et avec elle, les occupants du Musée perdent la tête. Larry (Ben Stiller) décide alors de partir pour Londres, où se trouve la solution à leurs problèmes, et à cette occasion, il va comprendre que son temps en tant que gardien de nuit est peut-être enfin arrivé à son terme...

La série des La Nuit au Musée a toujours eu ce problème (de taille) de n'être qu'une suite de divertissements familiaux gentillets mais inaboutis, reposant entièrement sur une idée de base forte, sur des effets spéciaux en pagaille, et sur quelques visages familiers venus cachetonner.

En regard du potentiel de départ de la franchise, celle-ci a toujours été assez décevante, puisqu'il manque à chaque fois une touche de folie, un grain d'inspiration qui tirerait le projet vers le haut, loin des cabotineries de certains acteurs, et du slapstick pipi-caca du capucin de service.

Ici, pour ce troisième et dernier volet de la saga, il en va de même : on se trouve face à un film portant théoriquement sur le changement, sur le passage d'une ère à une autre, sur l'évolution ; un film qui marque la dernière apparition à l'écran de Robin Williams et de Mickey Rooney ; un film qui boucle pour de bon les histoires improbables de ces personnages et de cet univers... et ce film échoue totalement à susciter la moindre émotion, ou la moindre nostalgie.

La faute à un propos sur la relation père/fils à peine effleuré, et qui par conséquent donne l'impression de ne servir à rien ; la faute à un Ben Stiller qui joue aussi le rôle d'un homme des cavernes... et qui ne sert à rien ; la faute à une Rebel Wilson dans le même rôle que celui qu'elle interprète systématiquement... et qui ne sert à rien ; la faute à un Lancelot assez transparent et qui fait un bien piètre antagoniste...

Tout le film semble en pilotage automatique, entre le passage dans les tableaux, tout droit repompé des Looney Tunes de Joe Dante, les gags et les scènes entières qui sont téléphonées et que l'on voit venir avec dix minutes d'avance, l'intrigue poussive qui n'innove jamais, le potentiel du British Museum jamais exploité...

Bref, si le film passe assez vite, il n'intéresse jamais vraiment. Quand au potentiel comique du métrage, le fait que le seul vrai rire franc du film est dû au caméo de Hugh Jackman et d'Alice Eve (et surtout à la double référence, musicale et dialoguée, à Wolverine/aux X-men) devrait vraiment faire se poser des questions aux deux scénaristes du métrage.

2.25/6

commentaires

Blog Update ! - Bilan Yulefest 2014

Publié le 12 Janvier 2015 par Lurdo dans Update, Yulefest, Christmas, Noël, Critiques éclair, Cinéma, Review

Ça y est, Janvier est là, et c'en est bel et bien terminé du merveilleux et de l'enchantement des fêtes de fin d'année. Adieu les bons sentiments, la générosité, et la magie d'un vieillard bedonnant apportant des cadeaux aux enfants, l'heure est venue de retourner à cette bonne vieille morosité ambiante qui va caractériser notre quotidien pendant de longs mois à venir...

Dans l'intervalle, bien sûr, Un film, un jour... (ou presque !) retrouvera sa place, cinq jours par semaine, sur le blog des Téléphages, et ce dès début février. Mais en attendant, faisons un bref bilan de cette Yulefest 2014.

Après une Oktorrorfest 2014 plutôt productive - du moins en quantité plutôt qu'en qualité - avec ses 150+ films visionnés, la Christmas Yulefest 2014 s'en est plutôt bien tirée : 104 films visionnés en moins d'un mois et demi, dont 16 dans le cadre de mon mini-marathon 1001 Nuits.

Une Yulefest forcément dominée par la production américaine, clairement dominante à cette période de l'année... et parmi les productions américaines, la cuvée 2014 ne s'est pas montrée très mémorable. Comme toujours omniprésentes, Hallmark et Lifetime n'ont pas fait d'étincelles, cette année : entre les bouses cyniques à la Grumpy Cat, et les romances médiocres à la morale discutable, très peu de nouveaux métrages dépassent les 3/6.

On pourra citer, chez Hallmark, Northpole, et son ambiance très film familial des années 80, Christmas Under Wraps, basique mais avec suffisamment de bonne humeur et de légèreté pour convaincre, et The Christmas Secret, assez bien mené ; du côté de Lifetime, seul Wishin' and Hopin' (alias "refaisons A Christmas Story en moins inspiré") surnage au sein d'une saison désastreuse.

Enfin, mentionnons les deux outsiders, Santa Hunters (de Nickelodeon) et Back to Christmas (de ION), deux téléfilms compétents qui, eux aussi, parviennent à se détacher un peu du reste de la troupe.

On a clairement connu mieux, et il est difficile de se défaire de l'impression que, face à la domination de Hallmark, et à l'émergence des ION, UpTV et compagnie (qui malgré leurs budgets ridicules, pourraient bien s'imposer au fil du temps), Lifetime patauge, s'essayant (à raison) à des projets plus décalés et originaux, sans toutefois avoir les épaules suffisamment larges pour que cela convainque, qualitativement parlant.

Quoiqu'il en soit, vous pouvez retrouver l'intégralité de la Christmas Yulefest 2014 (et des années précédentes) en cliquant, dans le menu, sur l'onglet Pages ("Index Christmas Yulefest"), ou sur Catégories ("Yulefest").

En attendant l'automne 2015 pour la prochaine Halloween Oktorrorfest, et bien sûr les fêtes de Noël 2015 !!

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #101 : Men, Women & Children (2014)

Publié le 6 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Men, Women & Children :

Dans une même banlieue, le portrait de nombreux américains et de leurs rapports compliqués au monde des nouvelles technologies : tout comme son fils adolescent Chris (Travis Tope), Don (Adam Sandler) utilise le web pour tout, y compris pour le sexe, tandis que son épouse malheureuse (Rosemarie DeWitt) tente de faire des rencontres en ligne ; Joan (Judy Greer) poste des photos provocantes et fétichistes de sa fille Hannah (Olivia Crocicchia) sur leur site, sans savoir qu'Hannah et Chris ont des échanges torrides sur le web ; Allison (Elena Kampouris) est anorexique, et cherche des conseils de régime sur le web ; quant à Patricia (Jennifer Garner), stricte, coincée et intransigeante, elle fait de son mieux pour protéger sa fille Brandy (Kaitlyn Dever) des menaces de l'internet, en contrôlant constamment tout ce qu'elle y fait, et en organisant des réunions parentales sur le sujet...

Plus le temps passe, et plus l'étoile de Jason Reitman perd de son éclat. Après ses premiers succès unanimement loués par la critique (clairement prise dans un emballement collectif typique du cercle fermé des critiques), chacun de ses derniers métrages déçoit un peu plus, souffrant de problèmes assez similaires trahissant les faiblesses d'écriture et de point de vue de Reitman.

Ici, on se retrouve avec un métrage adapté d'un roman (encore une adaptation, comme pour tous les autres films écrits par Reitman...), qui rappelle fortement le Disconnect de 2012, avant de s'embourber, victime d'une approche clinique, ampoulée et pédante assez agaçante : dès l'ouverture - une voix off didactique et pompeuse, qui tente de mettre en place un contraste maladroit entre le sujet du film et le voyage d'une sonde dans l'espace - on se demande si le film n'est pas l'oeuvre d'un étudiant en cinéma tout juste sorti de l'université.

Tout y est en effet cliché, pataud et assez peu engageant : à force de multiplier les sujets, les personnages (tous blancs et relativement aisés), les thématiques (qui peuvent toutes se résumer à "internet, c'est le Mal avec un grand M"), les problématiques, etc, ce portrait croisé se dilue et s'éparpille tellement dans sa durée abusive, ainsi que dans un propos à la fois brouillon, caricatural, et convenu, qu'il n'arrive à rien, faute d'avoir la maîtrise ou la profondeur nécessaires au bon traitement du récit.

Reste alors uniquement une distribution sympathique et talentueuse, mais bon... ça ne va pas très loin. Et surtout ce n'est pas forcément très intéressant.

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #102 : Coherence (2013)

Publié le 7 Avril 2015 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Science-Fiction, Fantastique

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Coherence :

Trois couples - Emily (Emily Baldoni) et Kevin (Maury Sterling), Hugh (Hugo Armstrong) et Beth (Elizabeth Gracen), Amir (Alex Manugian) et Laurie (Lauren Maher) passent une soirée ensemble chez leurs amis Mike (Nicholas Brendon) et Lee (Lorene Scafaria). Mais bien vite, les tensions de la soirée sont accrues par le passage d'une comète étrange, et par la réalisation que plusieurs réalités coexistent désormais dans les parages : bientôt, tout le monde questionne la provenance des autres invités, et la soirée dégénère.

Un micro-budget de science-fiction qui avait tout pour me plaire : un scénario capillotracté à base de dimensions parallèles et de doubles étranges, des acteurs sympathiques, une idée forte.... mais malheureusement, c'est tout le contraire qui s'est produit. Plutôt que de me captiver et de m'intéresser à mesure qu'il partait dans l'improbable et faisait monter la tension, le métrage a eu l'effet inverse : passées les 45 premières minutes, j'ai progressivement décroché.

La faute à un pitch de départ qui aurait été nettement plus fort et percutant en 60 minutes.

La faute aussi à une direction artistique déplorable, à base de shaky-cam refaisant régulièrement la mise au point, de zooms, de lumière naturelle bancale, de prise de son moyenne, et globalement, de manque de rigueur évident dans toute la mise en images.

La faute encore à ces personnages tous particulièrement antipathiques, et joués en improvisation par le cast, qui confondent chaos avec bruit particulièrement fatigant (la première demi-heure est notamment assez pénible, avec des personnages aux réactions forcées, et qui crient beaucoup).

La faute enfin à cette narration maladroite, qui dès le début balance des dialogues d'exposition visant à vulgariser des concepts scientifiques surexploités à mon goût (le prochain film qui se sert à nouveau du chat de Shrödinger, c'est boycott immédiat tant c'est devenu un gimmick de scénariste qui vient d'ouvrir un livre de mécanique quantique pour la première fois) et use de grosses ficelles particulièrement voyantes (le livre laissé dans la voiture qui explique tout comme par magie, et tous les invités qui immédiatement en déduisent arbitrairement le concept d'un multiverse s'écroulant sur lui-même, blablabla)...

Bref, malgré le concept prometteur, les tonnes de louanges critiques et le scénario finalement relativement intéressant, je n'ai pas du tout aimé : la forme est trop faible à mon goût pour être transcendée par le script, qui n'est pas assez homogène et fort pour cela.

2.75/6 pour l'effort.

commentaires

Catch Review : TNA Impact (05/11/2014)

Publié le 6 Novembre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

L'Impact de la semaine dernière était réussi, et tandis que la fin de l'ère Spike TV approche à grand pas, TNA continue de présenter un produit de qualité, méprisé par l'internet et les critiques...

- Angle fait l'introduction de Roode, triomphant mais humble. MLK se pointe pour protester, MVP en profite pour décrocher un title shot, au grand dam de Lashley, mécontent.

- Récap du tournoi par équipes, et promo convaincue de JoKi.

- Tag Team Tournament Finals - JoKi vs Hardyz. Long match, très solide et dynamique.

- Storm continue de tenter de corrompre Davey Richards.

- Backstage, Roode n'est pas effrayé par la perspective d'un match contre MVP.

- Récap très réussie de Samuel Shaw/Gunner/Brittany.

- Promo de Shaw et de Brittany dans le ring, pour expliquer leurs actions et se rouler des galoches, jusqu'à ce que Gunner débarque, relance les chants "Creepy Bastards", et passe Shaw à tabac. Mini-brawl, coup bas, et Gunner finit inconscient. j'ai bien aimé ce segment, mais en même temps, j'ai toujours apprécié Dexter-Shaw.

- Promo pour Mahabali Shera, ancien champion de Ring Ka King, et à l'époque, si je me souviens bien, il faisait très "Batista indien", avec beaucoup de potentiel. Reste à voir s'il s'est amélioré depuis... en tout cas, niveau promo, il y a encore un peu de travail à faire.

- MVP vient rendre visite à Angle backstage.

- Bragnus vs Team ECW, Hardcore match. Un gros bordel chaotique et bourrin, pas désagréable, mais bon, il serait temps de laisser Devon et Dreamer partir après une victoire décisive de Bram, amha.

- Gail pas contente.

- Bwahaha, le t-shirt de Spud.... à 9.99$, of course !

- Spud au micro, pour une excellente promo qui récapitule sa carrière, et s'enflamme sur la fin de bien belle manière. Ec3 réplique avec une autre promo, toute aussi convaincante, et il démolit Borash au passage, jusqu'à ce que EY vienne aider Spud. Décidément, ça fait plaisir de voir de nouveaux talents briller au micro.

- Gail vs Havok, KO Title. Gail qui vend ses blessures pendant tout l'affrontement et se fait démolir de bout en bout avant même le début du match, qui finit par ne pas avoir lieu... sauf qu'en fait si, pendant quelques minutes, jusqu'à ce que Havok achève Kim pour de bon. Chouette match, chouette selling de Gail, ça fait plaisir (bis).

- Manik qui vient recruter Mahabali.

- Lashley boude, et s'en va.

- MVP vs Roode, HW Title. Un match forcément un peu court, dont on sent qu'ils en gardaient sous le coude pour un match retour éventuel ; Lashley revient in extremis pour démolir Roode, et laisser MVP en plan.


Un nouveau show plutôt réussi, avec de longs matches globalement de qualité, et un petit nouveau qui débute de manière intéressante.

commentaires

Catch Review : TNA Impact (19/11/2014)

Publié le 20 Novembre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Ça y est, Spike TV/Impact, c'est officiellement terminé, tel qu'annoncé un peu plus tôt dans la journée par Dixie. Cet Impact est donc le dernier Impact inédit de l'année, en espérant du lourd :

- Roode mécontent, défie Lashley, mini-brawl dans le public, interrompu par la sécurité.

- EC3 promet que Spud va souffrir ce soir.

- Hype vidéo pour les Knockouts.

- KO Title match - Taryn vs Gail vs Havok. Très chouette triple threat, même si je regrette que ce vieux Earl Hebner traîne un peu la patte : ça aurait pu être encore meilleur avec un arbitre non-grabataire.

- MVP en a assez de jouer les seconds couteaux auprès de Lashley, et de n'être considéré que comme un manager.

- Roode mécontent de Lashley.

- Kenny King vs Melendez. RAS. Joli effort de Melendez, mais bon, ça s'arrêtait là.

- Spud prêt à affronter EC3 dans le ring.

- EC3 dans le ring, se moque de Spud, de Borash (avec une vanne assez marrante et private sur "toute sa famille est morte", qui est une réponse furieuse que Borash avait faite à un troll sur twitter, il y a quelques années : "I hope your entire family dies, asshole !") ; Spud se fait démonter, s'ouvre le front à un moment ou un autre (idem pour EC3, d'ailleurs), et se fait couper les cheveux par un EC3 implacable.

- MVP passe Angle à tabac backstage.

- Récap efficace du parcours de Bram.

- Bram vs Dreamer, hardcore match. Un match gentiment bourrin avec des interventions, du sang, et une victoire finale de Bram. Assez satisfaisant.

- Angle est furieux.

- Mahabali prêt à tout pour rejoindre la Revolution. Intéressant.

- X-Div Title Match - Zema vs Low Ki vs Tigre Uno vs Manik. Un bon petit match de X-div, et un nouveau champion à la clef. J'aurais bien aimé quelques minutes de plus, à vrai dire.

- Angle dans le ring, brawl avec MVP, Anderson, Lashley et Roode. Une fin de show et d'année très efficace.


 

Ultime show de l'année pour Impact, et un très bon show, qui arrive en plus sur les talons de l'annonce du déménagement d'Impact de Spike TV à Destination America, une chaîne plus petite, mais dont le show sera le porte-étendard, avec une rediffusion chaque semaine, une promotion accrue et d'autres shows secondaires en plus d'Impact : les fans sont contents de ce mouvement semi-latéral, les critiques sont furieux que la compagnie ne soit pas encore morte, et TNA, comme toujours, défie les prédictions, et continue son petit bonhomme de chemin.

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 > >>