Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Résultat pour ""semaine française""

Catch Review : WWE Cruiserweight Classic - Semaine 9

Publié le 10 Septembre 2016 par Lurdo dans Catch, CWC, WWE, Review

Suite et fin des quarts de finale du tournoi :

WWE Cruiserweight Classic - Semaine 9 :

- Noam Dar (Scotland/Israel) vs. Zack Sabre Jr (UK) :

Deux lutteurs techniques qui se connaissent depuis leur adolescence, qui ont passé leurs carrières à s'affronter et à s'entraîner ensemble, ça donne un match très compétitif, peut-être même un peu trop pour le genre de match télévisé qu'on leur demande, entre un Noam qui pose beaucoup, et un Sabre impassible, y compris lorsqu'il s'agit de vendre la fatigue et la douleur. En l'état, c'est sympathique, bien mené, mais pas forcément ultra mémorable ou, bizarrement, pas ultra-fluide.

- TJP (Philippines/USA) vs. Rich Swann (USA) :

Franchement, le niveau technique dont TJP fait preuve dans ce tournoi rend d'autant plus inadmissible la manière dont la TNA l'a sous-exploité pendant des années, avant de le virer comme un malpropre. Un match équilibré entre technique et acrobaties, c'était fluide, maîtrisé, et nettement plus intelligent au niveau du selling que le match précédent.

 

Mercredi prochain, les demi-finales, en direct sur le network, avec au programme Kota Ibushi vs TJP, Zack Sabre vs Gran Metalik, et donc, la finale (je vois bien Kota ou TJP remporter la finale, perso).

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #530 : Un Été Secret (2016)

Publié le 6 Juin 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Comédie, Romance, PixL

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Un Été Secret (Secret Summer) :

Spécialiste en immobilier, la citadine Rachel (Lindsey Shaw) est envoyée dans une petite ville californienne, pour y évaluer la vieille bibliothèque municipale, afin de la remplacer par un complexe touristique moderne. Là, elle croise le chemin de Jake (Derek Theler), un auteur qui étudie la légende d'un célèbre bandit au butin disparu, et qui garde, le temps de quelques semaines, ses neveux (Chiara Aurelia & Max Page). Jake va alors tenter de convaincre la new-yorkaise de renoncer à sa mission...

Une rom-com PixL TV mettant en scène Derek Theler, déjà très à l'aise dans How Sarah Got Her Wings, fin 2015, et Lindsey Shaw, toujours sympathique.

Ici, la distribution est le seul véritable intérêt de ce récit cousu de fil blanc de bout en bout, et jamais vraiment particulièrement intéressant : on est dans le téléfilm semi-romantique générique, plein de bons sentiments, pas très bien écrit (la mise en place est ultra-précipitée, le script basique au possible, la caractérisation est inégale et le tout n'est pas aidé par une musique envahissante et forcée) typique des chaînes comme Hallmark ou PixL... et totalement oubliable.

2 + 0.25 pour le cast = 2.25/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #665 : Good Kids (2016)

Publié le 8 Mars 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Jeunesse, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus. ​​ 

Good Kids :

Nora (Zoey Deutch), Andy (Nicholas Braun), Lion (Mateo Arias), et Spice (Israel Broussard), meilleurs amis depuis l'enfance, sont particulièrement sages et studieux. Sur le point de partir à la fac, ils décident cependant de passer un été de folie, et de rattraper en quelques semaines tout ce qu'ils n'ont jamais fait durant leur adolescence : Nora se laisse séduire par un trentenaire, Lion met de côté ses arts martiaux pour s'essayer à la drogue, Spice tente de trouver l'âme soeur, et Andy, lui, s'improvise gigolo auprès des riches quadragénaires à la libido surdéveloppée auxquelles il enseigne le tennis...

Premier film et scénario de son réalisateur, cette teen comedy s'avère particulièrement médiocre et plate, avec un cast pourtant pas désagréable et compétent, embourbé dans un récit plat et générique, sans rythme, ni beaucoup d'humour.

Bref, ça tombe trop souvent à plat, malgré quelques scènes sympathiques de-ci de-là, et malgré une distribution agréable (le caméo d'Ashley Judd en femme au foyer ultra-sexy qui s'ennuie était surprenant), qui a une bonne alchimie.

2.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien....

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #571 : Sex and Death 101 (2007)

Publié le 2 Août 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Comédie, Romance, Fantastique

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Sex and Death 101 :

Une semaine avant d'épouser Fiona (Julie Bowen), Roderick (Simon Baker), un cadre de l'industrie de la restauration rapide, reçoit un email mystérieux listant 101 noms de femmes : 29 avec lesquelles il a déjà couché, et 72 qu'il ne connaît pas encore. Comprenant alors qu'il s'agit d'une prédiction de son futur, Roderick décide d'en profiter au maximum, et de coucher au plus vite avec toutes ces inconnues. Jusqu'à ce qu'il s'aperçoive que le dernier nom sur la liste est celui d'une tueuse en série (Winona Ryder)...

Une sex comedy écrite et réalisée par Daniel Waters (American Campers, Fatal Games, Hudson Hawk, Batman le défi, Demolition Man), mais qui ne fonctionne jamais vraiment, la faute à une durée abusive (pas loin de deux heures), à un script téléphoné au possible (on voit tous les rebondissements venir bien trop longtemps à l'avance), et à un ton particulièrement aléatoire : ce n'est pas assez drôle pour fonctionner en tant que comédie, pas assez racoleur et sexy pour être une bonne sex-comedy, pas assez pertinent ou original pour réussir à transmettre un message quel qu'il soit, pas assez sarcastique ou cynique pour être une comédie noire, pas assez décalé et conceptuel pour être du fantastique métaphysique...

Bref, ce métrage est un semi-échec au script laborieux et prévisible de bout en bout, ce qui est d'autant plus regrettable que toute la distribution est plutôt sympathique et attachante...

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #253 : Dirty Papy (2016)

Publié le 18 Février 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Dirty Papy (Dirty Grandpa) :

Jeune avocat coincé, Jason (Zac Efron) est sur le point d'épouser la fille (Julianne Hough) de son patron, ce qui le destine à une carrière florissante. Mais la mort de sa grand-mère l'amène à accompagner son grand-père Dick (Robert De Niro) en Floride, pour une semaine de débauche imprévue, au cours de laquelle ils rencontrent Lenore (Aubrey Plaza) et Shadia (Zoey Deutch), deux jeunes femmes qui vont changer le cours de leur séjour...

Une comédie dont la meilleure chose que l'on puisse dire, c'est que De Niro, Efron et Plaza (dans un rôle plus sexy que d'habitude) semblent bien s'amuser.

C'est à peu près tout ce qu'il y a à retenir de cette affaire, un métrage vulgaire et graveleux reposant sur une seule idée humoristique : De Niro qui fait le con. Ce qui aurait pu fonctionner, dans l'absolu, si le film avait autre chose à proposer comme gags que des insultes, des réparties provocantes, et une représentation de la Floride comme d'un Eden des drogues, du sexe, de la corruption et des fêtes dégénérées.

Il y a bien quelques moments qui tentent de jouer la carte de l'émotion, mais bon, à côté de tout le reste, ça ne fonctionne pas vraiment.

1.75/6

commentaires

Catch Review : WWE Cruiserweight Classic - Semaine 2

Publié le 7 Août 2016 par Lurdo dans Catch, WWE, CWC, Review

Suite de mon rattrapage du tournoi CWC de la WWE, consacré aux cruiserweights et autres acrobates du monde du catch.

Catch Review : WWE Cruiserweight Classic - Semaine 2 :

- Tajiri (Japon) vs Damian Slater (Australie) : Un match assez équilibré et réussi, et plus technique que ce à quoi je m'attendais. Tajiri a encore pas mal d'énergie à revendre, pour un vétéran âgé de 45 ans.

- TJ Perkins (Philippines) vs Da Mack (Allemagne) : TJP fait son truc habituel, déjà vu et revu du côté de la TNA, avec ou sans masque, et bien plus encore ; Da Mack se prend pour Michael Jackson, fait des pas de danse, et est nettement moins impressionnant. Un bon match de 7 minutes néanmoins, avec un TJP qui se lâche.

- Mustafa Ali (Pakistan) vs Lince Dorado (Porto Rico) : Un match de high-flyers étrangement nonchalant et peu mémorable.

- Akira Tozawa (Japon) vs Kenneth Johnson (USA) : Un match plus long, avec un Kenneth Johnson parfois inégal et éclipsé par Akira Tozawa, mais qui parvient tout de même à lui tenir tête et à ne pas être ridicule, malgré quelques transitions maladroites.

 

Du bon, et du moins bon, en somme (et des résultats toujours assez prévisibles, pour le moment).

commentaires

Critique éclair - Pilotes 2013 - Super Clyde

Publié le 12 Octobre 2013 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Comédie, Sitcom

Super Clyde Unaired iPilot - 1x01 :

Pilote de sitcom avortée, par Greg Garcia (Earl, Raising Hope), sur Ron Weasley en germophobe qui hérite d'une fortune et décide de s'improviser bon samaritain.

Garcia recycle un peu le concept de Earl (une bonne action par semaine) à la sauce super-héros, avec Stephen Fry en majordome, plusieurs caméos d'acteurs secondaires de Earl et Hope, Tyler Labine, et un Rupert Grint assez convaincant avec son accent américain.

Sympatoche, et toujours meilleur que l'autre show de Garcia, The Millers. Dommage que la série n'ait pas été commandée.

commentaires

Catch Review : TNA Impact (14/11/2013)

Publié le 15 Novembre 2013 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après le Raw enregistré de ce Lundi, particulièrement peu intéressant, et qui échouait totalement à vendre Survivor Series (à vrai dire, le show était tellement soporifique que je n'ai même pas pris la peine d'en faire la review... de toute façon, pour ce qu'il y avait à en dire...), voilà Impact, qui arrive sur les talons d'un show live ayant divisé la fanbase. Cette semaine, Impact est pré-enregistré, et la TNA doit achever de mettre en place le Turning Point de la semaine prochaine :

- Ray se vante, Anderson se pointe, et propose un Career vs Aces match. Intéressant début de show, direct et sans fioritures.

- Anderson vs Knux. RAS, un match tranquille.

- Récap des promos 365 - JP exige un match contre Daniels, Daniels ne comprend pas pourquoi JP est furieux, il voulait seulement le désaltérer .

- JPark vs Daniels. RAS non plus : c'était sympatoche, sans plus.

- EC3 vs Team Megajobbers. Les deux jobbers continuent d'impressionner, et EC3 de finir vainqueur sans tricher. Il va probablement bientôt passer à une compétition plus impressionnante...

- Aj in Mexico. Dixie en colère.

- Témoignage de Hardy après sa victoire de la semaine dernière.

- Dixie qui parle, qui parle encore, et qui fait venir les quatre prochains compétiteurs du tournoi, pour leur annoncer leurs stipulations : Bullrope match pour Storm vs Roode, Falls Count anywhere match pour Joe/Magnus.

- Anderson menotte Bisch backstage, et lui propose une discussion en tête à tête.

- Gail Kim vs Hannah Blossom - Open Challenge Match. Content de revoir la jeune anglaise, toujours pas fan du nouveau visage de Gail, et un match sans grande surprise.

- JPark au micro, qui promet que la semaine prochaine, il va y avoir Abyss vs JPark dans le ring. Intriguant.

- HW Tournament - Aries vs Angle - Submission match. Gros gros main event, forcément. Quelques spots brouillons, et un finish assez moyen, mais c'était très solide néanmoins.

- Anderson ressurgit, et piledrive Bischoff sur la rampe d'entrée. Adieu Bisch Jr.

En gros, un show qui valait principalement pour son main event, malgré les quelques détails qui m'ont ennuyé. Le reste... c'était du show pré-enregistré typique : rien de bien mémorable, mais rien de mauvais. L'Open Challenge de Gail commence tranquillement, celui de EC3 se termine tranquillement (maintenant qu'il a vaincu les deux jobbers ensemble, il va pouvoir passer à autre chose), et Anderson démolit les Aces un à un.

commentaires

Christmas Yulefest 2013 - 06 - All Is Bright (2013)

Publié le 2 Décembre 2013 par Lurdo dans Yulefest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Noël, Christmas, Comédie, Drame

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant tout le mois précédant les fêtes de fin d'année...

All Is Bright :

Une dramédie noire et dépressive sur deux québécois, Dennis et René, criminels à la petite semaine, qui se retrouvent à collaborer aux alentours de Noël pour vendre des sapins, gagner un peu d'argent et offrir un cadeau à la fille de Dennis..

Bien interprété (forcément) par Paul Rudd et Paul Giamatti, mais le scénario manque de structure et de rythme, ce qui crée un récit assez ronronnant et qui s'éparpille. Dommage, même si la charge émotionnelle fonctionne sur la fin.

3.25/6

commentaires

Catch Review : TNA Impact Live (15/05/2014)

Publié le 16 Mai 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

L'Impact de la semaine dernière était particulièrement médiocre... qu'en est-il de cette semaine ?

- EY au micro, pour expliquer que tout le monde espérait mieux que MVP, puis défie MVP, qui réplique depuis les coulisses, bien planqué, jusqu'à ce que EY décide d'aller le chercher. Ouverture efficace, sans plus.

- Bully s'est introduit dans le jardin de Dixie.

- Récap de Bram/Magnus & Willow + une promo toujours WTF de Willow.

- Bram & Magnus vs Willow. Un petit match tranquille, plus là pour développer Magnus/Bram que pour l'action en elle-même.

- EY démolit le salon de MVP.

- Bully s'est introduit chez Dixie.

- Gail au micro, mécontente. Angelina réplique, et zou, un match.

- Gail vs Velvet. Ouhlàlà, Gail en tremble dans ses bottes, quelle menace. Loin d'être du grand art, forcément avec Velvel, mais au moins elle n'a pas botché.

- The Menagerie est dans la place, et Knux a une veste à paillette, il y a du mieux. Ne manque plus qu'un haut-de-forme et une canne.

- EC3 satisfait de sa performance de la semaine dernière.

- Kaz vs Crazzy Steve. Du grand nawak incontrôlable (ce qui est le concept du truc : Rebel avait prévenu Knux que les deux autres étaient incontrôlables, c'est le cas...) et fun. Attention à ne pas renouveler le grand nawak trop souvent, par contre...

- Aries se fait botter le cul et éjecter par la sécu et par MVP, qui se fait surprendre par EY.

- Brawl EY/MVP, finalement interrompu par la Sécu. Public moyennement motivé.

- Spud en mode solid snake chez Dixie, mais il se fait choper comme un bleu.

- Anderson vs Storm. Match standard, RAS.

- Shaw à l'asile, reçoit la visite de quelqu'un.

- Récap de l'entraînement de Sanada. J'aime bien cette approche.

- Sanada vs Zema vs Tigre Uno. X-Div Title. Plutôt sympathique, même si l'absence de Tigre Uno pendant une partie du match était un peu agaçante.

- Bully joue les slasher movie killers avec Dixie.

- Comme je m'en doutais la semaine dernière, Gunner le soldat qui a déjà été confronté à du PTSD, va voir Shaw pour lui parler à l'asile, et essayer de comprendre sa folie.

- Récap de la blessure de Kurt.

- Bully continue de faire flipper Dixie, mais EC3 est là pour égaliser l'équilibre des forces.

- Récap de Roode vs MVP, qui a suspendu Roode indéfiniment.

- MVP vs EY. HW Title. Du brawl qui dure, avec un MVP qui tente de détruire l'épaule d'EY, et une double intervention sympathique. À nouveau, efficace, et le finish à base de New Nation fonctionnait assez bien, et donne des trucs à faire aux mecs inutilisés.


 

Un show.... intéressant. Ce n'était pas forcément un show exceptionnel niveau action, puisque tout était centré sur l'avancement des intrigues, mais on ne peut pas nier qu'il y ait eu des moments mémorables : la Ménagerie totalement barrée, le segment final, et je dois dire que je suis particulièrement intrigué par ce qu'il va advenir de Shaw & Gunner. On verra bien....

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #4 : Smashed (2012)

Publié le 4 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Drame, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Smashed :

Une institutrice alcoolique (Mary-Elizabeth Winstead) voit sa vie sombrer à mesure que l'alcool prend le contrôle de son quotidien ; elle décide alors d'arrêter de boire, mais ne peut compter sur le soutien de son mari fêtard (Aaron Paul)...

MEW est assez convaincante dans son rôle de fêtarde repentante, et le film est, globalement, bien interprété, ainsi que donnant une impression de vécu et de réalisme, mais... en dehors de la performance d'actrice, et d'une réalisation/écriture solide, pas grand chose de vraiment mémorable en ce qui me concerne. C'est bien fait, sans plus.

4/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #33 : Hotel Noir (2012)

Publié le 12 Août 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Thriller

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Hôtel Noir :

À Los Angeles, à la fin des années 50, un flic (Rufus Sewell) poursuivi par des tueurs se réfugie dans un hôtel où, au cours de la nuit, il va faire la connaissance de tous ses occupants, et de leurs destinées qui s'entremêlent...

Un pastiche de film noir signé par le couple Guttierez/Gugino, et qui suit la formule habituelle des films de cette équipe : des jolies filles, des acteurs connus, des caméos un peu partout, et une tendance à faire dans la nostalgie, le dialogue impertinent et les personnages féminins forts.

Pas désagréable, mais trop brouillon et décousu pour véritablement fonctionner.

3/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #9 : Nos Pires Voisins (Bad Neighbors - 2014)

Publié le 9 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Nos Pires Voisins (Bad Neighbors) :

Jeune couple amoureux, Mac et Kelly Radner (Seth Rogen & Rose Byrne) viennent d'avoir un bébé, et profitent de leur quotidien... jusqu'à ce qu'une fraternité bruyante s'installe à côté de chez eux. Une guerre se déclare alors entre les voisins...

De la fratcom assez moyenne, qui survit surtout grâce à l'enthousiasme de son cast, Rose Byrne (déchaînée) et Zac Efron en tête. Sorti de ça, c'est graveleux, pas très malin ni original, et ça souffre d'un rythme et d'un intérêt assez inégaux.

2.75/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #159 : The Details (2011)

Publié le 26 Juin 2015 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Drame, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

The Details :

La découverte de ratons-laveurs dans le jardin de la famille Lang va s'avérer le détonateur d'une suite d'événements improbables dans le voisinage, et dans la vie de Jeff (Tobey Maguire) & Nealy (Elizabeth Banks)...

Une comédie noire très peu convaincante, et qui agace plus qu'elle ne fonctionne, la faute à une musique excentrique très envahissante et omniprésente, et à une écriture assez quelconque. Dommage, parce que la distribution est sympathique (Laura Linney, Maguire, Banks, Liotta, Washington) bien qu'elle cabotine beaucoup.

1.5/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #252 : Dear Dumb Diary (2013)

Publié le 17 Février 2016 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Jeunesse, Musique

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Dear Dumb Diary :

Une collégienne précoce, artiste, et au tempérament affirmé raconte son quotidien dans son journal, dans cette adaptation de livres à succès pour jeunes filles...

Cela se veut une comédie familiale sur une héroïne débrouillarde et intelligente.

Problème, elle est insupportable de suffisance, elle est pourrie, gâtée, arrogante, superficielle, et persuadée de son génie inné.

Alors comme en plus l'actrice est constamment à la limite du surjeu satisfait, et que le ton global est beaucoup trop mature et cynique pour être crédible, ça devient rapidement calamiteux, sans même parler des passages musicaux récurrents...

2/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #22 : Zapped - Une application d'enfer ! (2014)

Publié le 28 Juillet 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Télévision, Disney, Comédie, Fantastique, Jeunesse

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Zapped : Une application d'enfer ! (Zapped) :

Après un incident indépendant de sa volonté, Zoey (Zendaya Coleman) découvre que l'application de dressage de chien, sur son smartphone, lui permet désormais de contrôler tous les hommes autour d'elle...

Comédie Disney à la distribution sympathique et efficace, mais au scénario assez quelconque et banal. En bref, c'est hautement oubliable et prévisible, malgré l'énergie de Zendaya et de Chanelle Peloso.

2/6

commentaires

Blog Update ! - Février 2015

Publié le 1 Février 2015 par Lurdo dans Update, Critiques éclair, Cinéma, Review

Le mois de février commence aujourd'hui, et dès demain, ce sera le retour de la rubrique "Un film, un jour (ou presque)" sur le blog des Téléphages Anonymes.

Je rappelle le principe de cette rubrique : comme son nom l'indique, cinq jours par semaine sera publiée une nouvelle mini-critique de film, plus ou moins courte, accompagnée d'une note (indicative) sur 6.

Au programme de ce mois de février 2015, des nouveautés (à commencer, dès demain, par L'interview qui tue !), des documentaires, des films d'animation, de la fantasy, de la cuisine, des films indépendants, bref, il y aura pour tous les goûts.

Et n'oubliez pas que pour retrouver les métrages précédemment critiqués dans le cadre de cette rubrique, il suffit d'aller faire un tour dans l'onglet Pages, pour y trouver tous les films passés en revue, listés dans l'Index Cinéma.

commentaires

Critiques éclair - Star Trek Discovery 2x13 (2019)

Publié le 14 Avril 2019 par Lurdo dans Action, Aventure, CBS, Critiques éclair, Drame, Netflix, Review, Science-Fiction, Star Trek, Télévision

Comme je le disais la semaine dernière, la saison 2 de Star Trek Discovery continue lentement de se désagréger à mesure que la saison approche de sa conclusion, et que les scénaristes naviguent globalement à vue...

Star Trek Discovery 2x13 - Such Sweet Sorrow :

Alors que les informations de la Sphère refusent de laisser le Discovery s'autodétruire, Burnham réalise qu'elle va devoir partir dans le futur à bord du Discovery, pour y échapper à Control. Elle fait donc ses adieux à tout l'équipage...

La semaine dernière, j'avais conclu par un facepalm de Jean-Luc Picard. Cette semaine, il me faudrait plutôt une tête qui explose, tant cet épisode s'est avéré un véritable calvaire.

Pour ceux qui, comme moi, ont énormément de mal avec l'émotion forcée et manipulatrice de la série, et avec sa tendance à placer constamment Burnham au centre de tout (avec ce que ça entraîne d'interprétation discutable de la part de SMG), on a droit ici à 75% de Burnham en mode émotion très émouvante, qui fait ses adieux à tous ses amis et ses collègues, pour une mission dont on devine déjà qu'elle ne se déroulera pas comme les scénaristes veulent bien nous le faire croire (rien que la présence de Spock à bord impose qu'un bouleversement assez conséquent de l'intrigue devrait se produire avant un éventuel saut temporel).

Déjà que notre hypothèse de base "les signaux rouges/l'ange, c'est Burnham" est à nouveau confirmée après une feinte pas très convaincante en la personne de sa mère, mais là, en plus, les scénaristes ramènent la jeune Reine extraterrestre issue du Short Trek consacré à Tilly, en mode deus ex machina qui résout tous les problèmes en un coup de baguette magique.

Ce qui peut faire peur, puisque cela laisse à penser que l'épisode Calypso, qui se déroulait dans un futur très lointain, avec un Discovery déserté et occupé par une Intelligence Artificielle, va lui-aussi être réintégré à l'intrigue de cette saison, peut-être pour expliquer comment le Discovery, le spore drive, et tout ça, ont été expurgés de la continuité.

(ce qui laisserait l'équipage du Disco... à bord de l'Enterprise pour une saison 3 ?)

Quoiqu'il en soit, cet épisode sert de grosse mise en place au final de la semaine prochaine, de manière pas toujours très cohérente (les vaisseaux de la section 31/de Control sont menaçants... mais les parents de Spock et Burnham parviennent à rendre visite sans problème au Discovery), comme d'habitude, et gentiment forcée.

Ajoutez à cela une caméra constamment tournoyante, et les grosses ficelles habituelles de la série... et on se retrouve devant un épisode assez typique de Disco : laborieux, et terriblement frustrant.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici et ici.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #311 : The Runner (2015)

Publié le 10 Mai 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Politique

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

The Runner :

À la suite de la marée noire de 2010, Colin Price (Nicolas cage), un politicien idéaliste et engagé dans la lutte contre BP voit sa carrière s'effondrer lorsqu'il est pris dans un scandale sexuel avec une femme mariée.

Un portrait de politicien cynique et assez convenu, avec un Nicolas Cage en mode mineur, assez convaincant, mais qui ne parvient pas à tirer ce film plat et générique vers le haut, pas aidé par des dialogues et une écriture assez peu subtils.

Dommage.

2/6

commentaires

Catch Review : TNA Impact (17/06/2015)

Publié le 18 Juin 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après le show très mitigé d'il y a quinze jours, et un Destination X particulièrement médiocre et decevant, la semaine dernière, Impact arrive mollement à la fin de sa séance de tapings au sein de l'Impact Zone. Espérons que ça décolle enfin un peu, à moins de deux semaines de Slammiversary...

Impact 17/06/2015 :

- Bref hommage à Dusty Rhodes, ça fait toujours plaisir.

- On ouvre sur du blabla, avec la signature de contrat d'EC3/Angle. Promo sympa d'EC3, avec des références-qui-n'en-sont-pas, réplique peu impressionnée de Kurt. Kurt choisit Lashley pour affronter EC3 dans l'intervalle. Un segment pas indispensable, mais pas désagréable.

- Les Wolves viennent se plaindre des Dirty Heels, Roode répond qu'il s'en contrefout, et refuse le défi des Wolves, à moins que le gagnant ne puisse décider de la stip du match #4.

- Roode vs Eddie Edwards. Enfin un peu d'action, pour un match forcément solide, malgré une fin en queue de poisson.

- De la hype pour Bobby Lashley.

- Joseph Park backstage, prêt à se battre contre Bram. Mwé. Je suis content de revoir le personnage, et l'interprétation était bonne, mais ça sent clairement l'impro de dernière minute, puisque "Park" n'a même plus ses dents, son jogging, il n'est pas rasé, etc...

- De la hype pour Galloway.

- Bram vs Park. Park qui parvient presque a dominer Bram, euh... Pourquoi ?

- Taryn qui surjoue toujours.

- Une nouvelle KO censée débuter ? Si c'est le retour de Havok, ça risque d'être problématique niveau relations publiques, avec son scandale twitter...

- Dollhouse vs Brooke & Kong. Brawl immédiat, et match assez basique, mais finish sympa.

- Récap de Melendez vs Young.

- Melendez dans le ring, pour une bonne promo. EY intervient, explique qu'il se contrefout de Melendez, et se déchire pour tenter de faire fonctionner ce feud.

- Jessie vs Dj Z. Theme naze "ilétromaychan" pour Jessie, et un match bref, mais avec une jolie intensité de la part de Jessie, qui est énervé en post-match, et promo convaincante, jusqu'à l'intervention de Robbie. Segment efficace.

- Récap de Magnus/Storm.

- Magnus dans le ring, refuse de partir tant que Storm n'est pas dans le ring. Storm se pointe, se moque de tout le monde, et fait semblant d'avoir le landeau du Baby Magnus, qu'il fout en l'air pour s'enfuir. Un peu cheap, mais bon, pourquoi pas.

- EC3 vs Lashley. Un match compétent, malgré un finish bordélique/surbooké, et un spot joliment laborieux avec la mise en place de la chaise.


Un Impact assez bavard, et plutôt léger en action de grande qualité, mais en comparaison de la semaine dernière, c'était un net progrès. La semaine prochaine, c'est du live, donc j'espère un peu de surprises ou de progrès dans les storylines, ainsi qu'un public un peu plus énergique.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #777 : MOIS FRANÇAIS - Babysitting 1 (2014) & Babysitting 2 (2015)

Publié le 29 Juillet 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, France, Comédie, Jeunesse, Romance, Aventure

Pendant un mois, à l'occasion de la Fête Nationale, retour sur un cinéma que je délaisse trop souvent : la comédie française...

Babysitting (2014) :

Recruté, un peu malgré lui, par son patron (Gérard Jugnot) pour servir de baby-sitter à son fils, Franck (Philippe Lacheau) est frustré, car il devait fêter ce soir-là son 30ème anniversaire avec ses amis. Et lorsque ces derniers débarquent à l'improviste, une nuit de folie débute alors pour Franck, Sam (Tarek Boudali), Alex (Julien Arruti), Sonia (Alice David) et l'enfant...

Supposément le renouveau de la comédie française, un film hilarant de bout, un succès public incontestable... et en fait, ce métrage semi-found footage du réalisateur de De l'Huile sur le Feu, mettant en scène la "bande à Fifi" m'a plus agacé que convaincu.

Et ce n'est pas tant le fait que j'aie trouvé le tout particulièrement plat et peu drôle qui m'a gêné, mais surtout le fait que le tout soit à ce point balisé et dérivatif : ça reprend joyeusement les grandes lignes de Very Bad Trip et Projet X (sans même parler de toutes les comédies américaines à base de baby-sitting qui dégénère, et des influences plus françaises, comme Rémi Gaillard), sans rien leur apporter de particulièrement original, et surtout, le spectateur a constamment 5 à 10 minutes d'avance sur tout le film - rebondissements, gags, vannes, répliques, tout est constamment téléphoné et prévisible, au point d'en devenir lassant.

Ajoutez à cela une interprétation assez inégale (il n'y a que Tarek Boudali qui s'en tire relativement indemne parmi le trio de tête ; Desagnat, lui, semble jouer dans un film nettement plus caricatural et outrancier), et l'on se retrouve devant un film qui n'a pour lui que son énergie. C'est peu.

2/6

Babysitting 2 (2015) :

Parce que Sonia veut présenter Franck à son père (Christian Clavier), la petite bande part pour le Brésil pour passer des vacances dans l'hôtel de ce dernier. Mais à l'occasion d'une excursion dans la jungle, la situation se complique...

Pour cette suite opportuniste, clairement mise en chantier précipitamment après le succès commercial du premier épisode, on reprend exactement les mêmes (on leur rajoute Clavier, Jérôme Commandeur, Valérie Karsenti, et une Valériane de Villeneuve sous un maquillage de grand-mère très moche) et on recommence... en profitant probablement du box office confortable du premier pour envoyer tout le monde en vacances au Brésil (histoire de ne pas trop ressembler à Very Bad Trip 2, qui se déroulait en Thaïlande) pour y faire du tourisme et des sports extrêmes.

Et ça s'arrête à peu près là. C'est donc la même chose que le premier (aussi prévisible, même absence de mise en scène, même format found footage), mais en plus décousu, en plus brouillon, en plus hystérique, en plus forcé, en plus graveleux, et en plus stupide (Alex a ainsi perdu 100 points de QI entre les deux films). Sans même parler des clichés en tout genre qui surgisse en même temps que les autochtones brésiliens...

Néanmoins, ça compense un peu ces défauts accrus par un rythme plus nerveux, un ton global plus décomplexé, une interprétation plus naturelle et par un côté aventure exotique pas forcément désagréable. C'est toujours ça de pris.

2.25 + 0.25 pour le paresseux amusant = 2.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien... ​​

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #768 : MOIS FRANÇAIS - Case Départ (2011) & Le Crocodile du Botswanga (2014)

Publié le 22 Juillet 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, France, Sport, Fantastique

Pendant un mois, à l'occasion de la Fête Nationale, retour sur un cinéma que je délaisse trop souvent : la comédie française... ​​

Case Départ (2011) :

Régis (Fabrice Éboué), métis marié et conseiller municipal, est bien intégré, et n'a que peu de respect pour son héritage ; Joël (Thomas Ngijol), est un petit délinquant bon à rien, à l'insulte facile, et (supposément) converti à l'Islam. Ces demi-frères se retrouvent aux Antilles, à l'occasion de la mort de leur père... mais lorsqu'ils insultent l'héritage familial, un sort les renvoie en 1780, où ils découvrent la vie d'esclave, et doivent amener leurs ancêtres à se rencontrer...

Comédie française de Fabrice Éboué, Thomas Ngijol, Jérôme L'Hotsky et Lionel Steketee, qui joue d'un humour très noir (sans mauvais jeu de mots) pour dénoncer la banalité du racisme ordinaire de l'époque, et de l'esclavage.

Et à ma grande surprise, ça ne fonctionne pas trop mal : bon, d'accord, ça s'essouffle un peu sur la durée, le côté "profitons du racisme de l'époque pour pousser le bouchon encore plus loin" finit par lasser (d'autant que le métrage ne se prive pas d'avoir recours, lui, à un certain humour homophobe gratuit sans réellement lui apporter le même contexte ou désamorçage que pour le côté raciste), et certains moments sont très lourds, mais dans l'ensemble, ça se regarde tranquillement, et l'interprétation globale est assez naturelle (c'est souvent l'un de mes problèmes avec les comédies françaises, mais là, ça fonctionne).

Rien d'exceptionnel, mais avec un sujet casse-gueule de ce genre, ça aurait pu être bien pire.

3/6

Le Crocodile du Botswanga (2014) :

En visite dans le pays de ses ancêtres, le Botswanga, le jeune footballeur Leslie Konda (Ibrahim Koma) désire répandre les cendres de sa mère dans le village natal de celle-ci. Accompagné de Didier (Fabrice Éboué), son agent sans foi ni loi, il rencontre alors le dictateur Bobo Babimbi (Thomas N'gijol), un homme excentrique et imprévisible, qui est bien décidé à l'ajouter à l'effectif de l'équipe nationale des Crocodiles du Botswanga...

Deuxième comédie du trio N'gijol-Éboué-Steketee, ce film part en Afrique, pour des aventures déjantées clairement dominées par N'gijol, impeccable en dictateur déjanté et dangereux, et portant le film sur ses épaules.

Bon, ce n'est pas non plus de la plus grande originalité - remplacez l'Afrique par un autre pays, et vous aurez Le Dictateur de Chaplin, The Dictator de Sasha Baron Cohen, ou encore L'interview qui tue !, entre autres - et il y a quelques baisses de rythme, problèmes de structure et passages inutiles (toute la romance du footballeur avec la "fille" de Frank De Lapersonne) ou inutilement graveleux, mais dans l'ensemble, la bonne humeur générale de l'ensemble fait que le tout fonctionne plutôt bien, que ce soit au niveau de la critique sous-jacente (du colonialisme, des dictatures africaines, du racisme, du football, etc), que de l'univers dépeint.

D'autant que sur la fin, le film sait redevenir un peu plus sérieux, et que cela lui permet de fonctionner d'autant mieux. Ajoutez à cela des caméos qui font plaisir (Claudia Tagbo, Issa Doumbia, etc), et on se retrouve avec mon film préféré de cette petite bande.

3.75 ou 4/6, parce que c'est vraiment sympathique.

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Catch Review : TNA Impact (22/10/2014)

Publié le 23 Octobre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

L'Impact de post-PPV, la semaine dernière, bénéficiait d'un main event en béton armé, établissant pour de bon le nouveau challenger de Lashley. Voyons voir ce que cette nouvelle semaine nous réserve...

- #1 Contenders Tag Tournament - Hardys vs Bromans. Un tag match d'ouverture solide et logique.

- Bram qui vient expliquer ses actions au micro, avant de se faire assaillir par Devon. Bref brawl gentiment bourrin entre les deux hommes, finalement séparés par la sécurité, et par l'arrivée d'Angle.

- Brittany semble décidée à corrompre Shaw. À la place de Gunner, je surveillerais mes arrières.

- #1 Contenders Tag Tournament - JoKi vs ShawGunn. Tag match tranquillou, avec intervention de Brittany qui amène à un heel turn de Shaw, et à une démonstration publique d'affection du couple.

- Ec3 & Tyrus sont confiants.

- MLK le sont tout autant.

- Rebel se fait démolir par Havok, qui s'en prend ensuite violemment à Gail. À nouveau, un petit brawl.

- Bram vs Devon, Hardcore Match. Un affrontement assez classique, avec intervention de Magnus à la clef.

- Anderson recrute Melendez pour le tag tournament.

- #1 Contenders Tag Tournament - Melendez & Anderson vs MVP & King. RAS.

- EY tente de motiver Spud, qui baisse totalement les bras.

- James Storm qui tente d'instiller le doute dans l'esprit de Davey Richards, afin de le recruter pour sa Révolution.

- #1 Contenders Tag Tournament - ECTyrus vs EY & Spud. Spud se fait désirer, mais les insultes à répétition d'EC3 finissent par le convaincre. Amusant, assez réussi, et avec un Spud qui vooooole !!!

- Angle dans le ring, avec Roode et Lashley, pour un échange de promos entre les deux camps, et un Kurt qui s'invite en tant que special guest referee. Lashley accepte sans hésiter, et le contrat est signé. Simple, mais efficace.


 

Un Impact assez pépère. Bon, j'avoue que pour des raisons indépendantes du show, je n'étais pas très concentré ni attentif, donc j'ai eu du mal à vraiment me passionner pour cet Impact, mais il n'y avait rien de honteux, à priori. J'essaierai peut-être d'y rejeter un coup d'oeil, plus tard dans la semaine. En lieu et place du PPV de la WWE, tiens, tant que j'y suis. :p

commentaires

Catch Review : TNA Impact (29/10/2014)

Publié le 30 Octobre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

L'Impact de la semaine dernière était assez mollasson, et je l'avais qui plus est regardé d'un oeil assez distrait ; cette semaine, je suis concentré, alors espérons que le show sera meilleur...

- Tag Tournament - JoKi vs MVP/King. Quelques transitions un peu brouillonnes, mais un match par équipes plutôt efficace néanmoins.

- Promo inégale de Devon.

- De la hype pour Lashley.

- Bram au micro, pour annoncer qu'il est décidé à détruire la Confrérie du Hardcore ; Magnus qui prend la relève au micro, et rappelle un peu son palmarès. Devon n'est pas d'accord, et passe à l'assaut avec l'aide de Tommy Dreamer, pour un mini-brawl. Pourquoi pas, mais Magnus continue de sembler un peu déplacé dans ces histoires de hardcore et compagnie.

- Les MILF tentent de se mettre sur la même longueur d'onde.

- Sharkboy se goinfre backstage devant des gamins, et se fait rappeler à l'ordre par Simon Diamond.

- MILFs vs TBP. Assez prévisible, mais pas forcément mauvais pour autant, le format tag permettant de cacher les faiblesses de tout le monde, et de raconter une histoire.

- Angle confiant.

- Tag Tournament - TyC3 vs Hardys. Un tag match bien mené, avec un Tyrus qui se fait avoir comme un bleu par les Hardyz, ce qui agace fortement EC3.

- La Revolution de Storm continue, avec Storm qui explique son gospel, et offre une chance de les rejoindre à Davey Richards. Davey hésite, Eddie s'en mèle, et gifle Storm.

- Storm vs Eddie Edwards. Affrontement forcément intéressant, avec une dissension intrigante entre les Wolves, même si dans l'absolu, il n'y a aucune chance que Davey rejoigne la Révolution, amha.

- Lashley vs Roode II, HW Title, w/special ref. Angle. On dira ce qu'on voudra de Lashley, mais il a été particulièrement constant et efficace durant son règne... et amha, meilleur que Brock "un match tous les quatre mois" Lesnar. Ce main event overbooké était assez amusant, je dois dire, avec Lashley qui démolit involontairement tout le monde avec ses spears, qui pête un cable, utilise coups bas et ceinture sur Roode, etc ; bel effort global des deux compétiteurs.


Un show satisfaisant, tant sur le plan de l'action que de l'avancée des intrigues en cours. La semaine prochaine devrait réserver un match épique (Hardyz vs JoKi), ainsi que la suite de Wolves/Revolution.

commentaires

Catch Review : TNA Impact - Lockdown (06/02/2015)

Publié le 7 Février 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

L'Impact de la semaine dernière continuait sur la lancée des précédents, avec un show rythmé, des intrigues qui avançaient, et de la mise en place prometteuse pour le Lockdown de cette semaine...

Impact du 06/02/2015 - Lockdown :

- Hardys vs Revolution, Tag Titles match. Un gros bordel pas forcément désagréable, mais pas aidé par des caméramen assez limités dans leurs angles et déplacements. Le bump de Jeff en post-match était assez brutal.

- Le BDC manigance backstage.

- Duel de promos BDC vs Team Angle, et brawl.

- Un peu de hype pour Kong vs Havok.

- La Team Angle tente de se réorganiser.

- Kong vs Havok. L'affrontement de deux tanks, efficace, mais un peu court à mon goût. Je suppose qu'il y aura un rematch incessamment sous peu.

- ALove très contente de ne plus avoir Velvel pour la tirer vers le bas.

- EY vs Roode. Un match tranquillou et solide.

- Angle tente de convaincre Lashley, sans succès.

- Spud & Mandrews vs Tyrus. Un match handicap plutôt fun, avec un Spud acrobate et déchaîné, un Mandrews qui a un spot assez brutal sur l'escalier, et un Borash qui intervient en post-match.

- Promo motivée de Roode, prêt à repartir à la course au titre.

- Récap d'un parcours d'obstacles organisé entre Robbie et Brooke.

- Lethal Lockdown. Comme d'habitude, un gros bordel (bis) au finish bancal. Je n'ai jamais été grand fan du Lethal Lockdown, puisque généralement, il ne se passe rien jusqu'à la toute fin, pas d'élimination, pas de suspense, pas de surprise, rien. M'enfin le gimmick a ses fans, je suppose.


Un show sans rien de vraiment mauvais, mais qui a clairement souffert d'un format 3h réduit à une diffusion de 2 heures, et des limites d'espace de la salle new-yorkaise. Dommage. La semaine prochaine, retour aux stades archi-pleins de l'Écosse et de l'Angleterre, ce qui devrait s'avérer une énorme bouffée d'oxygène.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>