Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Résultat pour ""semaine française""

Catch Review : TNA Impact (01/05/2015)

Publié le 2 Mai 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après l'Impact spécial Knockouts de la semaine dernière, un peu décousu, place à Hardcore Justice.

Impact Wrestling 01/05/2015 - Hardcore Justice :

- Al Snow aux comms avec Josh, et avec une veste immonde.

- Revolution vs Hardys & Davey Richards, Hardcore match. Début direct, sur les chapeaux de roues, et un match hardcore assez bordélique, mais pas désagréable (surtout compte tenu du fait que ce genre de match est loin d'être parmi mes préférés). Khoya ne s'en est pas trop mal sorti.

- Anderson trouve que le speech d'EC3  de la semaine dernière était soporifique, et fait le sien, direct, et assez bref, interrompu par EC3. Duel de promos entre les deux hommes, pour mettre en place un match la semaine prochaine, en live.

- Tigre Uno vs Mandrews vs Spud vs King. Ladder match, #1 Contender. Très chouette match de X-div old-school, avec des acrobaties dans tous les sens, et une victoire plutôt bien amenée.

- EY est motivé pour son stretcher match contre Angle ce soir.

- Le BDC a retrouvé le sourire.

- Spud est ému et motivé.

- La Dollhouse est dans la place.

- Brooke vs Taryn. KO Title. Un match tranquillou, et tout à fait honorable.

- La Dollhouse se vante au micro, jusqu'à ce que Gail Kim et Kong se pointent. Je suppose qu'ils vont nous faire du 3 vs 3 avec, possiblement un retour de Havok.

- Low Ki vs Drew Galloway, Pipe on a pole match. Un match réussi, avec une opposition de styles intéressante.

- Storm joue les stalkers avec Mickie.

- Confrontation Storm/Magnus dans le ring, avec un Magus qui se fait manipuler comme un bleu par le cowboy.

- Angle vs EY, stretcher match. Un main event efficace, au résultat un peu prévisible, puisque "non-title match".


Un Impact que je n'ai pas vu passer, à vrai dire, et ce même si par moments, c'était plus de la mise en place pour l'épisode live de la semaine prochaine, que des développements immédiats et surprenants. Al Snow ne s'en est pas trop mal tiré, même si je ne suis pas certain de le vouloir aux commentaires à plein temps.

La semaine prochaine, de nombreuses surprises au programme, des retours, le premier show de Billy Corgan, et des matches intéressants... sans oublier le grand chambardement de la Tag Division, puisque les Hardy ne sont plus en état de se battre...

commentaires

Catch Review : WWE Cruiserweight Classic - Semaine 7

Publié le 28 Août 2016 par Lurdo dans WWE, Catch, CWC, Review

Suite de mon rattrapage du tournoi CWC de la WWE, consacré aux cruiserweights et autres acrobates du monde du catch.

WWE Cruiserweight Classic - Semaine 7 :

- Lince Dorado (Puerto Rico) vs Rich Swann (USA) :

Un peu de name-dropping avec Mike Quackenbush, mentionné comme entraîneur de Lince Dorado, ça fait toujours plaisir ; sinon, comme d'habitude, Swann danse et pose un peu, et Lince Dorado a tendance à se mettre en pilotage automatique, et à téléphoner ses mouvements sans réellement s'investir. Quelques prises spectaculaires, mais dans l'ensemble, bof.

- Drew Gulak (USA) vs Zack Sabre Jr (UK) :

Un match ultra-technique et sec, plein de prises innovantes et de contres improbables, et qui change radicalement de ce que l'on peut voir à la tv.

- TJP (Philippines) vs Johnny Gargano (USA) :

Un bon match technique, là aussi, avec un TJP qui montre qu'il est particulièrement polyvalent ; un Gargano qu'il devrait faire un peu plus attention sur ses sauts à l'extérieur du ring, parce qu'il a failli totalement rater TJP et se tuer sur le coup ; et un peu trop de kickouts et de faux finishs sur la fin.

 

Encore une bonne semaine pour le CWC, et plus l'on avance dans le tournoi, plus les matches gagnent en qualité et en intensité.

commentaires

Catch Review : WWE Cruiserweight Classic - Semaine 8

Publié le 4 Septembre 2016 par Lurdo dans WWE, CWC, Catch, Review

Début des quarts de finale du tournoi :

WWE Cruiserweight Classic - Semaine 8 :

- Akira Tozawa (Japan) vs. Gran Metalik (Mexico) :

Un très bon match, long et compétitif, avec des mélanges de style, le tout expertement commenté par Bryan et Mauro Ranallo.

- Kota Ibushi (Japan) vs. The Brian Kendrick (USA) :

Kendrick, toujours en mode über-heel, qui passe son temps à prendre des raccourcis, à tenter de gagner par count-out, à détacher le turnbuckle, etc, pour contrer l'avantage de rapidité, de jeunesse et d'impact de Kenta... Selling professionnel, et gros travail psychologique des plus old-schools, intelligents et remarquables en ces temps de finishers et kick-outs à gogo. Bon, ce n'est pas parfait, notamment lorsque Ibushi se dégage d'un compte de deux après un Burning Hammer (hérésie !), mais dans l'ensemble, ça aurait pu être un match de PPV...

- Post-match touchant, avec un Kendrick en larmes, rejoint par D-Bry tout aussi ému.

 

Du très très lourd, cette semaine, et je n'ose imaginer le niveau des demi et des finales à venir...

commentaires

Catch Review : TNA Impact (30/01/2015)

Publié le 31 Janvier 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

L'Impact de la semaine dernière était à nouveau un succès d'audience incontesté pour Destination America, avec plus de 600000 spectateurs sur une chaîne qui en totalise habituellement 300000 à 400000, et ce malgré un épisode en demi-teinte. Cette semaine fera-t-elle mieux ?

Impact du 30/01/2015 :

- Roode en super-face qui répète sa dévotion à la ceinture, et est prêt à affronter Lashley sur le champ. Mais Aries s'incruste, trolle tout le monde, tease un cash-in de sa valise... jusqu'à ce que MVP les interrompe tous, mais Lashley en a assez, et promet d'affronter tout le monde ce soir. Intrigant.

- Angle promet un Team Angle vs Team BDC à Lockdown, la semaine prochaine.

- Gail vs Madison vs Taryn, KO Title. Un bon match de championnat, avec un public réceptif et enthousiaste ("We want puppies" excepté).

- Magnus va taper la discute avec Bram dans un bar.

- Mandrews et Spud cherchent la Maison Blanche dans les rues de NYC. :mrgreen:

- Tommy Dreamer vient dire bonjour, interpelle EY, qui ne se laisse pas impressionner, au grand plaisir de la foule, mais finit par se prendre un marteau-pilon assez brutal. Roode le met en fuite.

- Les Hardys prêts pour la semaine prochaine, et Jeff prêt pour Abyss, cette semaine.

- Ambiance glaciale au bar de Bram et Magnus.

- Angle demande à Gunner de se secouer un peu, pour faire partie de son équipe. Je suis content de revoir un peu Gunner, il était trop passé au second plan.

- Bram et Magnus discutent, avec un Magnus qui tente de recadrer Bram et son mauvais caractère. Bram fait semblant de jouer le jeu, mais achève Magnus dans un couloir, à coup de boule de billard. Bon, et bien pas de réconciliation au programme...

- Hardy vs Abyss, Monster's Ball. Public déchaîné, et un match hardcore assez typique mais efficace, avec la Révolution qui intervient, contrée par Matt et les Wolves, et Abyss qui, comme d'habitude, perd son match fétiche (après une powerbomb très réussie). :p

- Storm furieux après Abyss en post-match.

- Les Hardys pas mécontents de leur journée.

- Aries content de ne pas avoir eu besoin d'encaisser son title shot.

- Mandrews & Spud vs Bromans. Un bref tag match devant un public motivé. En post-match, Tyrus démolit les faces, et EC3 booke Spud & Mandrews vs Tyrus in a cage, la semaine prochaine.

- Backstage, Spud est furieux (et particulièrement crédible dans son jeu, ça fait plaisir).

- Aries vs Lashley vs Roode vs MVP. HW Title match. Un long main event très réussi, et O_o quand Lashley ramasse Aries, le soulève dans les airs, le retourne sans effort, et boum, Dominator. 


Un show bien rythmé, avec des matches satisfaisants, et des intrigues qui progressent sur tous les plans. Lockdown s'annonce bien.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1409 : SEMAINE ZAZ - Le Prince de Sicile (1998)

Publié le 4 Avril 2021 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Histoire, Review, Romance, Thriller, USA, ZAZ

Le 1er Avril est encore frais dans les mémoires, et pour l'occasion, pendant un peu plus d'une semaine, retour chronologique sur la filmographie des ZAZ, histoire de rire un peu en ces temps maussades...

Le Prince de Sicile (Jane Austen's Mafia ! - 1998) :

Alors même qu'il est victime d'une voiture piégée, Tony Cortino (Jay Mohr) retrace son parcours au sein de la mafia, depuis la jeunesse de son père (Lloyd Bridges) en Sicile, jusqu'à sa rencontre avec la vénéneuse Pepper (Pamela Gidley), sa rivalité avec son frère Joey (Billy Burke), et sa romance impossible avec l'idéaliste Diane Steen (Christina Applegate)...

Après le succès des deux Hot Shots, Jim Abrahams et son compère Pat Proft (par ailleurs scénariste du premier Police Academy, et qui, depuis les débuts des ZAZ, prend progressivement de plus en plus d'importance à la conception de leurs métrages) remettent le couvert, pour une parodie mixte de Casino, des films de mafia à la Parrain et de Il était une fois en Amérique, entre autres.

Une parodie qui, malheureusement, s'avère assez laborieuse, victime d'un rythme bancal (bourré de flashbacks sur le passé), d'un acteur principal assez terne (Jay Mohr n'est pas über-charismatique), et de gags souvent peu inspirés, voire graveleux et scatologiques (beaucoup de vomi, d'érections et de pets, dans ce Prince de Sicile).

Bref, ça s'éparpille beaucoup, c'est trop rarement vraiment drôle (quelques séquences sont bien trouvées, mais ça s'arrête là), et l'on perd énormément de l'humour à base de jeux de mots et de jeux de langage des premiers ZAZ - ce qui n'est pas forcément étonnant, puisque deux des trois membres du groupe ne sont plus là.

Une parodie qui se regarde mollement, mais qui paraît à bout de souffle, donc, un peu comme Lloyd Bridges, ici dans son dernier rôle, et qui malgré son âge et son état de santé fragile, met toute son énergie dans des séquences de slapstick inégales.

2.75/6

--

C'est sur cette note décevante que se conclue la semaine ZAZ, une semaine qui a apporté un peu de bonne humeur en ces mois peu motivants, mais qui m'a aussi permis de revoir d'un autre œil l'héritage de ce trio comique incontournable.

J'ai délibérément fait l'impasse sur les deux Hot Shots (que je connais par cœur, et que j'aurais donc bien du mal à revoir objectivement), ainsi que sur la suite des carrières solo de David Zucker (aïe) et de Jerry Zucker (c'est un peu mieux).

Toutefois, peut-être que, dans les semaines à venir, j'organiserai une semaine "Pas ZAZ", regroupant une poignée de films clairement influencés par les ZAZ, sans être de leurs plumes ; je pense notamment à quelques métrages signés Pat Proft (Prof et Rebelle, Le Détonateur, Brain Donors) et à d'autres films du même style, comme Y a-t-il enfin un pilote dans l'avion... ou bien peut-être les répartirai-je parmi les autres critiques quotidiennes du blog. On verra bien.

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #442 : The Exploding Girl (2010)

Publié le 2 Février 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Romance, Drame, Review

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

The Exploding Girl :

Pendant les vacances d'été, séparée de son petit-ami de plus en plus distant, Ivy (Zoe Kazan), une jeune new-yorkaise épileptique, se rapproche de son meilleur ami Al (Mark Rendall), qu'elle héberge pendant quelques semaines...

Un film indépendant très atmosphérique, mélancolique et contemplatif, à deux doigts du mumblecore, et qui n'a pas d'autre axe narratif que la relation du duo principal, au travers de nombreuses scènes de promenade dans un New-York estival pas désagréable du tout.

Ça ne plaira clairement pas à tout le monde, c'est une étude de personnage plus qu'autre chose, et le tout est absolument prévisible dans son déroulement, mais étrangement, j'ai plutôt adhéré à cette ambiance particulière, facilitée par la présence magnétique de Zoe Kazan, qui parvient à rendre son personnage fragile et captivant à la fois.

Ah, et la dernière scène, toute en subtilité et en finesse, est très jolie.

4/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #292 : This Is Where I Leave You (2014)

Publié le 13 Avril 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

This Is Where I Leave You :

À la mort de leur père, les quatre enfants Altman (Jason Bateman, Adam Driver, Corey Stoll et Tina Fey), désabusés et meurtris par la vie, retrouvent leur mère Hillary (Jane Fonda) et sont contraints de passer une semaine en famille, pour faire leur deuil. L'occasion pour eux de renouer avec leurs amis et leurs amours de jeunesse, et de remettre en question leurs situations respectives...

Une distribution remarquable pour une chronique familiale assez classique, prévisible et dérivative, mais globalement bien menée et interprétée (Tina Fey est parfois un poil limite au niveau émotion, mais ça passe tout de même).

Quelques moments sont même assez drôles, principalement grâce aux acteurs, mais sinon, ça reste relativement oubliable.

3/6

commentaires

Blog Update ! - Mars 2021

Publié le 27 Mars 2021 par Lurdo dans Review, Critiques éclair, Cinéma, Télévision, Les bilans de Lurdo, Les bilans de Sygbab, Update

Un mois de mars un peu coupé court pour laisser de la place à la semaine ZAZ qui commence dès aujourd'hui, et qui, pour une fois, a vu quelques sorties intéressantes poindre le bout de leur nez, malgré les circonstances actuelles...

#1382 - La Voix du Succès (2020) - 2.5/6

#1383 : Tom et Jerry (2021) - 2/6

#1384 : The Opening Act (2020) - 3.5/6

#1385 : Chick Fight (2020) - 2/6

#1386 : Nail in the Coffin - The Fall and Rise of Vampiro (2020) - 4.5/6

#1387 : Un Prince à New York (1988) - 3.75/6

#1388 : The Arrested Development Documentary Project (2013) - 3.5/6

#1389 : Abduction (2019) - 2.25/6

#1390 : Un Prince à New-York 2 (2021) - 3/6

#1391 : La Vallée des lanternes (2018) - 3/6

#1392 : SEMAINE SAINT PATRICK - Le Peuple loup (2020) - 4.25/6

#1393 : SEMAINE SAINT PATRICK - Wild Mountain Thyme : amoureux foux (2020) - 1.5/6

#1394 : SEMAINE SAINT PATRICK - Je suis Patrick (2020) - 3/6

#1395 : SEMAINE SAINT PATRICK - Lucky (2019) - 3.5/6

#1396 : SEMAINE SAINT PATRICK - Vieilles canailles (1998) - 4/6

#1397 : Pick it up ! Ska in the '90s (2019) - 4.25/6

#1398 : Zack Snyder's Justice League (2021) - 3.5/6

#1399 : Raya et le dernier dragon (2021) - 4/6

#1400 : Jiu Jitsu (2020) - 1.5/6

#1401 : Yes Day (2021) - 2.5/6

---

# Bilan :

Un petit mois sans réelles surprises, entrecoupé d'une semaine consacrée à l'Irlande et à la Saint Patrick : de quoi passer un moment agréable, avec en prime quelques nouveautés - malheureusement pas toujours des plus probantes. Si la Snyder Cut de Justice League est effectivement meilleure que la version cinéma, de nouvelles sorties comme Yes Day ou Tom et Jerry semblent vraiment en pilotage automatique.

D'autres, comme Un Prince à New York 2, tombent dans l'écueil des suites inutiles qui n'apportent rien à leur modèle, voire l'affaiblissent rétrospectivement. Dommage, car le retour en grâce d'Eddie Murphy, entamé avec Dolemite, se fait toujours attendre.

---

# Film(s) du mois :

Deux documentaires (Pick It Up ! et Nail in the Coffin), suivis de deux films d'animation : le dernier Disney, (Raya, une bonne surprise inattendue), et le Peuple Loup, forcément superbe et enchanteur.

 

# Flop(s) du mois :

Deux beaux flops, entre un Wyld Mountain Thyme insipide et agaçant au possible, et un Jiu Jitsu approximatif et sous-développé, qui ne convainc ni par son scénario ni par son action.

---

# Petit écran :

Ce mois-ci, Sygbab a terminé son intégrale Marvel : Les Agents du SHIELD, avant de s'attaquer à deux one-shots qui n'ont pas connu de suite, le mythique Firefly, et le moins connu Total Recall 2070 ; un mélange des genres intéressant, complété, de mon côté, par la fin de saison 1 de Wandavision, et par (histoire de rester dans l'univers des super-héros) la bordélique saison 2 des Titans de DC.

 

Retrouvez aussi les bilans de toutes les séries critiquées jusqu'à présent en ces pages depuis l'index Séries alphabétique qui leur est consacré.

---

# À venir :

En avril, on commence par un hommage à des colosses de la comédie : les ZAZ, avec une rétrospective de leur œuvre (tant cinématographique que télévisuelle) pendant une bonne semaine. Ensuite, retour à la normale, avec du lourd, du moins lourd, et de l'excentrique : Monster Hunter, la série Dark Crystal - Le Temps de la Résistance, Le Faucon et le Soldat de l'Hiver, Mulan, la série Final Space, et bien d'autres choses encore, en fonction de l'actualité...

 

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #759 : MOIS FRANÇAIS - Comme un Chef (2012) & Les Têtes de l'Emploi (2016)

Publié le 15 Juillet 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, France, Drame

Pendant un mois, à l'occasion de la Fête Nationale, retour sur un cinéma que je délaisse trop souvent : la comédie française... ​​

Comme un Chef (2012) :

Depuis son divorce, Alexandre Vauclair (Jean Reno), grand chef parisien, a perdu toute inspiration. Et alors qu'il est sur le point de perdre son restaurant, il rencontre Jacky Bonnot (Michael Youn), un jeune amateur de grande cuisine au chômage, dont le talent hors-du-commun pourrait bien permettre à Vauclair de se refaire...

Une comédie typiquement française qui, si elle se regarde tranquillement (elle est d'ailleurs assez courte, 80-85 minutes tout compris), est aussi particulièrement basique et générique.

Youn est en mode mineur, Jean Reno et Julien Boisselier récitent parfois leur texte (la fameuse diction "à la française"), Issa Doumbia fait de la figuration, le script est nonchalant et cousu de fil blanc, et la scène des déguisements japonais est assez piteuse, mais bon, dans l'ensemble, c'est gentillet et inoffensif.

Un minuscule 3/6

(et encore, c'est en étant généreux, car je ne suis pas sûr que ça les vaille)

Les Têtes de l'Emploi (2016) :

Stéphane (Franck Dubosc), Cathy (Elsa Zylberstein) et Thierry (François-Xavier Demaison) sont trois employés de l'ANPE de Sablé. Jusqu'au jour où on leur annonce qu'ils vont être licenciés, car leur agence s'avère trop performante dans leur secteur : ils décident alors de trouver un moyen de mettre plus de personnes au chômage, afin de sauver leur agence et leur emploi...

En 2012, Jérémy Ferrari conçoit, avec deux co-scénaristes, une comédie noire et mordante sur le monde de l'emploi, qu'il compte réaliser et interpréter, le film devant à priori servir de véhicule à la bande des comédiens de l'émission On n'demande qu'à en rire. Mais entre 2012 et 2016, le script est acheté par une société de production, et connaît des révisions toujours plus importantes à mesure que des noms prestigieux s'ajoutent à la distribution, et demandent un droit de regard sur le scénario.

Débarrassé de son humour mordant et de sa méchanceté (ainsi que de Ferrari, même pas crédité au générique, et ayant depuis attaqué la production en justice pour avoir tourné le film sans son accord), le film s'avère désormais une comédie dramatique franchouillarde assez classique, pour ne pas dire banale, qui tente de jouer la carte de l'émotion et du drame social, pour finir par ne blesser personne, en offrant à tout le monde une fin à peu près heureuse.

En prime, on a une photographie terne et vaporeuse assez laide, un rythme inexistant, et une interprétation très inégale (certains surjouent, comme Demaison, d'autres sous-jouent, comme Dubosc).

Autant dire que je n'ai pas du tout accroché, surtout compte tenu de ce que le film aurait pu être...

1.75/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Catch Review : WWE RAW (13/01/2014)

Publié le 14 Janvier 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, WWE

Après le Raw Old School de la semaine dernière, qui m'avait tellement passionné que je m'étais endormi devant après la première heure, voici enfin un Raw plus ou moins normal... en espérant qu'il s'y passe des choses intéressantes...

RAW :

Et disons que cette semaine, RAW était assez schizophrène. D'un côté, 95% du show étaient absolument sans intérêt : trouzemille mentions/promos/récaps au sujet du WWE Network, du meublage intensif avec des matches longs, mais inutiles (Sandow/Cena, Show/Swagger, Kofi/Orton, Rhodes/Rybaxel, Divas, Punk & les New Age Outlaws contre le Shield...), une promo routinière de Heyman... en somme, pour la majeure partie du show, c'est l'encéphalogramme plat, et le public décède lentement mais sûrement.

Et de l'autre côté, deux matches Bryan & Bray vs Usos. Oui, deux. Un inutile, pour ouvrir le show, et un second match, en main event, dans une cage (forcément, la TNA a eu un match en cage jeudi dernier, la WWE n'allait donc pas se laisser faire...). Et ce second match (assez faible, et avec un public qui n'en avait que pour Bryan) valait principalement pour ce qu'il révèlait du booking de la WWE : deux semaines après avoir pris la décision stupide de faire de Bryan un heel, soumis à la famille Wyatt, la WWE s'est aperçue que c'était une connerie abyssale, et a renversé la vapeur, en précipitant la fin de l'intrigue, et en faisant triompher un Bryan rebelle, qui a démoli Bray dans la cage.

Okay, pourquoi pas, le public était déchaîné, ce qui faisait plaisir à voir... mais reste que c'est un bel indicateur, s'il en fallait un, que le booking de la WWE est fait en totale improvisation... et qu'à en juger par les réactions sur le web, tout le monde s'en moque royalement, du moment que le chouchou du web finit gagnant. Ce qui a tendance a être un peu agaçant, surtout lorsque l'on a une mémoire supérieure à quelques semaines, et que l'on se souvient qu'en face, à la TNA, lorsque les bookers doivent improviser ou changer une intrigue à la dernière minute, l'internet ne se montre JAMAIS indulgent ou compréhensif... deux poids, deux mesures... *soupir*

Bref, un show soporifique, mais un final à voir pour les réactions du public...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1084 : SEMAINE CORMAN EN ARGENTINE - Stormquest : Kimbia, la Cité des Femmes (1987)

Publié le 17 Novembre 2019 par Lurdo dans Action, Aventure, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Review

À partir de 1983, Roger Corman a produit toute une série de films de sword & sorcery en Argentine, pour tenter de surfer sur la vague de popularité de Conan le Barbare, sorti un an plus tôt : de quoi remplir une semaine complète de notre rubrique, au rythme d'un film par jour...

Stormquest - Kimbia, la Cité des Femmes (Stormquest -1987) :

Dans le royaume matriarchal de Kimbia, trois guerrières passent en jugement après avoir commis des crimes divers, dont celui d'avoir pris un amant. Dans un Royaume voisin, dirigé par la cruelle Stormqueen (Linda Lutz), des hommes tentent de se libérer de l'oppression et de la discrimination d'une société cruelle. Ensemble, hommes et femmes vont renverser l'ordre établi...

Ultime film de sword & sorcery made in Corman et tourné en Argentine, ce Stormquest est tellement mauvais qu'il est directement sorti en vidéo, bien des années plus tard.

Et encore, je dis qu'il est mauvais, mais ce n'est pas exact : il est peut-être même mieux produit que les précédents, avec moins de problèmes techniques (bien qu'il en reste toujours un certain nombre), mais le tout est compensé par un rythme inexistant, par une durée excessive (aucun autre métrage de cette semaine ne dépassait les 80 minutes - ici, on est facilement à 20 minutes de plus), et par un scénario tout simplement inintéressant, couplé à des acteurs médiocres, et à une bande originale fauchée.

Difficile de rester réveillé devant ce film, devant son propos pataud sur l'égalité des sexes, ou devant son humour particulièrement laborieux, entre bruitages "comiques", et insistance à faire des deux femmes en surpoids la cible de tous les "gags".

Ajoutez à cela une étrange propension au bondage sm sur des hommes "chiens", des stocks shots animaliers, et une poursuite finale interminable, et voilà : probablement le pire métrage de cette semaine.

1/6 (à noter, cependant, enfin une actrice afro-américaine au casting, et une absence totale - il me semble - de la nudité racoleuse des autres titres produits par Corman)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Catch Review : TNA Impact - Genesis part 2 (23/01/2014)

Publié le 24 Janvier 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après une première moitié de Genesis assez bavarde, et qui mettait pas mal de trucs en place, la TNA devait se rattraper avec une seconde moitié plus forte en action, surtout qu'elle tombe la même semaine que le Royal Rumble de la WWE. Mission accomplie ?

- Un avocat pour conseiller Dixie & co, et leur expliquer que quelqu'un est en train de racheter la compagnie petit bout par petit bout, en secret. Pas convaincu par l'interprétation de l'avocat, mais bon.

- Magnus dans le ring avec sa clique, pour défier Sting. Bref face à face & brawl, avec Joe qui se ramène, et aidera Sting depuis le bord du ring.

- Dixie et Spud s'inquiètent au sujet de Joe, et Dixie booke Joe vs Spud.

- Gunner vs Storm, FoF on a pole match. Bel effort, mais finish un peu plat.

- Angle se motive backstage.

- Velvet fait une vidéo depuis chez elle, et ouvre un paquet offert par Sabin, qui contient un tuyau en plomb.

- Sabin vs Aries, w/Velvet in a cage. Bon match, avec une Velvet qui se retourne contre Sabin. Dommage que ce soit un match à la durée tv, ça aurait été mieux et plus long durant un vrai PPV.

- Les Wolves dans une promo pré-enregistrée intéressante, et qui promettent un reveal de l'investisseur la semaine prochaine.

- Angle vs Roode, Cage match. Très bon match, forcément, entre deux pros confirmés. Angle est un grand malade.

- ECIII qui motive Spud backstage,  :mrgreen:

- Les Bromans dans le ring, volontairement insupportables, interrompus par EY, qui attaque tout le monde, et finit par être sauvé par Abyss.

- Joe a décidé de démolir Spud.

- Angle fait des adieux anticipés à Sting.

- Joe vs Spud. Spud pas impressionné. Un quasi-squash.

- Sting vs Magnus, NO DQ WH Title vs contract. Bonne idée de laisser les deux hommes s'affronter un bon moment avant de lancer les interventions inévitables de la team Dixie. Sting défendu par Joe et Angle, mais en vain, Sting est out.

 


 

Un show particulièrement solide, et chargé en matches allant du sympatoche au mémorable. Ça rattrape efficacement la semaine dernière plus bavarde : Sting n'est plus, Dixieland domine, et la semaine prochaine, en direct de Glasgow, risque de dépoter. Vivement !

commentaires

Blog Update ! - Avril 2021

Publié le 1 Mai 2021 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Les bilans de Sygbab, Review, Télévision, Update

Un mois d'avril assez bien rempli, à commencer par la semaine ZAZ à l'occasion du premier avril, et qui a ensuite enchaîné avec un mélange de nouveautés, de films plus anciens et de séries toutes fraîches...

#1402 : SEMAINE ZAZ - Hamburger Film Sandwich (1977) - 4.25/6

#1403 : SEMAINE ZAZ - Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (1980) - 4.5/6

#1404 : SEMAINE ZAZ - Top Secret ! (1984) - 4/6

#1405 : SEMAINE ZAZ - Y a-t-il quelqu'un pour tuer ma femme ? (1986) - 3/6

#1406 : SEMAINE ZAZ - Y a-t-il un flic pour sauver la Reine ? (1988) - 4.5/6

#1407 : SEMAINE ZAZ - Y a-t-il un flic pour sauver le Président ? (1991) - 4.5/6

#1408 : SEMAINE ZAZ - Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? (1994) - 3.75/6

#1409 : SEMAINE ZAZ - Le Prince de Sicile (1998) - 2.75/6

#1410 : Monster Hunter (2020) - 2.25/6

#1411 : Adam Sandler - Funny Guy (2020) - 2/6

#1412 : Y a-t-il (enfin) un pilote dans l'avion ? 2 (1982) - 3.5/6

#1413 : Godzilla vs Kong (2021) - 1.5/6

#1414 : Dark Crystal (1982) - 4/6

#1415 : The Crystal Calls - Making the Dark Crystal : Age of Res. (2019) - 4/6

#1416 : Brain Donors (1992) - 4/6

#1417 : Capone (2020) - 3/6

#1418 : Monsieur Link (2019) - 4/6

#1419 : Thunder Force (2021) - 2/6

#1420 : Prof et rebelle (1996) - 2/6

#1421 : Mort ou vif (1995) - 3.75/6

#1422 : Meet the Patels (2014) - 4/6

#1423 : Mulan (2020) - 2/6

#1424 : Kid 90 (2021) - 3.75/6

#1425 : Le Détonateur (1998) - 3/6

#1426 : Mortal Kombat (2021) - 2/6

#1427 : Way Down (2021) - 2.5/6

#1428 : Wrestlove - L'amore combattuto (2019) - 3/6

#1429 : Watchmen - Les Gardiens (2009) - 3/6

---

# Bilan :

Comme je le disais plus haut, ce mois-ci, de la variété au programme, avec de la comédie, de l'action, du documentaire, des super-héros, du braquage, de l'animation, un biopic, ou encore un remake de Disney par Disney.

Qualitativement, cela dit, le tout reste assez moyen. Si l'on excepte la semaine ZAZ aux résultats plus qu'attendus (les classiques le sont bien, les autres films de la bande sont anecdotiques), on s'aperçoit vite que tout le reste des films critiqués ce mois-ci oscille entre 2 et 3/6, avec une exception çà ou là.

Difficile de vraiment s'enthousiasmer pour un tel programme, donc, même si des métrages comme Monsieur Link ou ce bon vieux Dark Crystal font toujours plaisir à voir.

---

# Film(s) du mois :

Pas vraiment de métrage se détachant vraiment du lot, ce mois-ci : comme mentionné juste au dessus, les meilleures notes mensuelles vont à une poignée de films des ZAZ (Airplane, les deux premiers Naked Gun), suivis de Dark Crystal, de Monsieur Link, et d'une autre fournée de ZAZ.

Mention spéciale à Brain Donors, une réinvention improbable et déjantée des films des Marx Brothers par Proft et les Zucker.

 

# Flop(s) du mois :

Là, par contre, il y a le choix. Un Mortal Kombat raté, un Monster Hunter insipide, un Mulan à côté de la plaque, un Thunder Force incompétent... non, c'est bien Godzilla vs Kong qui décroche la palme, avec un film moche, narrativement charcuté, et particulièrement décevant, alors même que j'avais apprécié le précédent de la série.

Pas forcément un choix évident (le film a beaucoup d'amateurs sur le web), mais j'ai détesté.

---

# Petit écran :

Pas de Sygbab, ce mois-ci, et j'ai donc mis les bouchées doubles, avec d'un côté, des super-héros (l'ambitieux mais prévisible Watchmen de Lindelof, et l'inégal Falcon et le Winter Soldier de Marvel, impacté par le coronavirus).

En parallèle, un peu de comédie, avec Police Squad, des ZAZ, toujours efficaces, mais dont l'humour a tendance à se faire un peu répétitif sur le petit écran ; un peu de science-fiction, avec la saison 2 de Solar Opposites, pas forcément aussi intéressante que la première, et avec Resident Alien, un programme SyFy fonctionnant principalement sur le capital sympathie d'Alan Tudyk ; et enfin, de la fantasy nostalgique, avec The Dark Crystal - Le Temps de la résistance, un projet ambitieux, louable et techniquement maîtrisé mais qui, il faut bien l'avouer, n'avait aucune chance de plaire à un très large public tant c'était un concept de niche.

 

Retrouvez aussi les bilans de toutes les séries critiquées jusqu'à présent en ces pages depuis l'index Séries alphabétique qui leur est consacré.

---

# À venir :

En mai, fais ce qu'il te plaît, ou presque, puisque, pour des raisons techniques et de référencement, le blog va devoir passer en https, un processus dont j'ignore encore s'il va impacter ou non la publication quotidienne de nos critiques, ou pour combien de temps.

Le programme du mois à venir reste donc assez flou, et se fera en fonction de l'actualité et de l'état du blog : reste que, jusqu'à preuve du contraire, les critiques quotidiennes continueront comme à l'accoutumée, avec en prime le retour de Sygbab pour quelques bilans, et, pour ma part, du côté télévisuel, des critiques d'Invincible, de Ted Lasso, de Mythic Quest et possiblement de Jupiter's Legacy et de Rutherford Falls, si je trouve le temps...

 

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Catch Review : TNA Impact (20/03/2015)

Publié le 21 Mars 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

L'Impact de la semaine dernière était excellent, il a été salué par tout le monde, fans comme détracteurs... et forcément, il a fait la moins bonne audience des shows Impact depuis l'arrivée de la TNA sur Destination America. Rien de forcément alarmant (ni de vraiment surprenant lorsque l'on a l'habitude des fluctuations improbables de l'audience, surtout lorsqu'arrive l'heure d'été aux USA), mais c'est d'autant plus frustrant qu'en face, c'est la débandade,à une semaine de Wrestlemania, et que tout le monde se prépare au pire... M'enfin bon. Dernier show de la tournée anglaise, ce soir, et c'est un show à la carte conséquente !

Impact Wrestling 20/03/2015 :

- Ultimate X - Tag titles match - Revolution vs Bromans vs Wolves. Bon match d'ouverture, à l'issue logique, et jamais trop sérieux, mais idéal pour démarrer ce dernier show en Angleterre.

- Promo efficace d'Aries, contre-promo tout aussi efficace de Ki, contre-contre-promo d'Aries pour lancer ce qui est le dernier match de Joe pour la compagnie.

- Aries vs Samoa Joe. Public très motivé, et un match forcément très réussi, avec un Joe un peu plus stratégique, méthodique et technique que d'habitude.

- Joe est involontairement assommé par Ki en post-match, Aries récupère sa valise, et Spud en profite pour encaisser la sienne, devenant ainsi le X-div champ de manière inattendue, devant un public en délire.

- Brawl de Bram et Magnus, qui continue dans le ring malgré l'intervention des arbitres et de Mickie. Grosse grosse powerbomb pour conclure le tout.

- Les pronostics de tout le monde pour le main event.

- Kong vs Taryn vs Gail, KO Title. Très bon match, et une Taryn qui parvient à conserver le titre de justesse. Je ne peux m'empêcher, cependant, de trouver que Kong n'est peut-être pas à 100%, ces jours-ci.

- Brève promo backstage de Storm.

- Storm vs MHardy, No DQ match. Un match hardcore très sympathique, avec un Hardy qui remplit son rôle sans problème.

- Angle vs Lashley, HW Title. Grosse hype pendant tout l'épisode, entrées rallongées pour faire monter la pression, et un long match digne d'un PPV, avec un résultat pas forcément surprenant, mais très satisfaisant au regard de la qualité du match.



Bilan de cette semaine : un Impact solide de bout en bout, très axé sur le catch, et quasiment pas sur la parlotte.

Bilan des tapings anglais : un succès, comme tous les ans, pour ce qui est un peu l'équivalent de ce qu'était la Road to Wrestlemania il y a encore quelques années, à savoir le moment où tout le monde au sein de la compagnie se déchire pour offrir le meilleur produit possible aux fans.

Je doute que le Mania de la semaine prochaine arrive à la cheville de certains des Impacts de ces dernières semaines.

commentaires

Catch Review : TNA Impact (10/04/2015)

Publié le 11 Avril 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après un Impact totalisant près de 50 minutes d'action excellente, la semaine dernière, retour à un format un peu plus normal, cette semaine, avec comme bonus une interaction avec les fans, qui live tweetent le show, et dont les tweets sont publiés à l'écran. Ça ne révolutionnera rien, mais c'est toujours sympa...

Impact Wrestling 10/04/2015 :

- Angle célèbre sa victoire dans le ring, Lashley vient demander réparation pour la fin du main event de la semaine dernière, EY proteste, et Angle finit par décider de les affronter tous les deux dans un triple threat, ce soir.

- Gail vs Kong. Bon match entre les deux femmes, même si, il faut bien l'avouer, un peu de sang neuf ne ferait pas de mal à la division (et il arrive, ce sang neuf... reste à savoir quand)

- Storm continue de faire ami-ami avec Mickie, mais n'apprécie pas d'être interrompu par Manik.

- Storm passe un savon à la Révolution, explique qu'il a kickbanné Sanada (en fait retourné temporairement au Japon), et que son futur partenaire dans le tag tournament sera le gagnant d'un triple threat interne à la Révolution.

- Manik vs Abyss vs Khoya. Hardcore Triple Threat. Un match assez rapide, mais sympatoche, pour ce que c'était. Khoya s'en est bien sorti, et son finish sur Manik était réussi.

- La Révolution terrorise les mecs de Ghost Asylum.

- The Rising dans le ring, grosse promo de Galloway, public très réactif. Micah son of Meng, solide au micro ; Eli Drake excellent au micro, il ira loin. Pour résumer, une combo de promos très convaincantes. Le BDC se pointe avec des bannières asiatiques, MVP réplique, duel de chants dans le public, et brawl.

- Rising vs BDC. Public très motivé, match assez classique mais efficace, et arrivée d'Homicide pour remplacer Joe au sein du BDC.

- Angle, backstage, est motivé, mais EY/Gollum l'attaque pour récupérer "son précieux".

- Davey Richards vs Zema. Bon match.

- Le BDC est bien content, backstage, et le fait savoir au caméraman.

- Une vidéo promo pour les Dollhouse (Mia Yim et Marti Belle). Le voilà donc, le sang neuf. ^^

- Les Hardyz dans le ring, pour une promo basique.

- EC3 tente de recruter Bram pour le tag tournament, et Bram finit par accepter.

- Anderson s'incruste, et s'annonce pour le tournoi avec Spud. Le duo fonctionne bien ensemble, je dois dire.

- Aries et Roode s'invitent à leur tour, histoire de reformer les Dirty Heels.

- EY vs Lashley vs Angle, 3-way HW title match. Un affrontement bien mené, même si le vainqueur n'était pas vraiment une surprise. Mais j'aime bien cette storyline de Lashley qui continue de perdre sans réellement perdre. EY démolit Lashley en post-match, sans que personne n'intervienne pour l'en empêcher.

 


Un show un peu moins chargé en action que la semaine dernière, mais mieux équilibré action/promos, avec du temps de promo nécessaire et bien exécuté pour The Rising, et pour le gros Tag Team tournament (et Ultimate X) de la semaine prochaine.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #786 : MOIS FRANÇAIS - Fonzy (2013) & La Colle (2017)

Publié le 5 Août 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, France, Comédie, Fantastique, Romance, Drame

Pendant un mois, à l'occasion de la Fête Nationale, retour sur un cinéma que je délaisse trop souvent : la comédie française... ​​

Fonzy (2013) :

Plus jeune, Diego (José Garcia) a fait de nombreux dons de sperme, en échange d'une rémunération conséquente. Aujourd'hui, alors même qu'il a de nombreux problèmes d'argent et que sa compagne (Audrey Fleurot) lui annonce qu'elle est enceinte, il découvre que 533 de ces dons de sperme ont débouché sur une naissance, et que 142 d'entre elles veulent connaître son identité...

Version française de Starbuck, film canadien déjà adapté aux USA par son réalisateur sous le titre Delivery Man, et en Inde, ce Fonzy a pour principal défaut de ne rien apporter de vraiment pertinent au film original, ou à sa version américaine.

En soi, Fonzy n'est pas mauvais, c'est bien interprété (sauf par le jeune gothique en surjeu), Fleurot et Garcia font des protagonistes sympathiques, c'est parfois touchant, mais dans l'ensemble, ça manque un peu de rythme (10 minutes de moins, ça aurait peut-être été mieux), c'est trop timoré, et ça manque de punch.

Rien de dramatique, mais absolument rien de mémorable si l'on a déjà vu l'une ou l'autre des versions anglo-saxonnes.

3/6 (et puis la bande originale d'André Manoukian, bof)

La Colle (2017) :

Collé un samedi en compagnie d'autres élèves turbulents de son lycée de banlieue, Benjamin (Arthur Mazet) s'aperçoit rapidement qu'il est bloqué dans une boucle temporelle, et que s'il s'éloigne pendant plus de trois minutes de Leila (Karidja Touré), sa voisine de table dont il est épris, cette colle recommence, encore et encore...

Une relecture lycéenne d'Un Jour Sans Fin, mâtinée de Breakfast Club de banlieue, en forcément un peu plus puéril et graveleux, sans oublier caricatural et surjoué, mais finalement assez attachant.

Ce n'est pas original pour un sou, et quand vient le moment des grandes tirades finales, ça sonne un peu artificiel et forcé ; cependant, la réalisation et le montage assez dynamiques permettent d'assurer un rythme suffisant au tout, c'est globalement assez juste dans l'interprétation (ça surjoue, mais ce sont les personnages qui veulent ça, donc ça passe), et finalement, on passe un assez bon moment devant cette comédie sans prétention.

3.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2016 - 02 - La Horde (2009)

Publié le 19 Septembre 2016 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Thriller, Fantastique, France

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

La Horde :

Dans une banlieue française, un groupe de policiers pas très nets décide de venger la mort de l'un des leurs aux mains d'un gang dirigé par Markudi (Doudou Masta). Mais alors qu'ils tentent un assaut frontal sur l'immeuble où vit ce dernier, tout tourne mal pour les policiers, qui finissent dans les griffes de leur cible, alors même que leur escouade est décimée durant la fusillade. Prisonniers, les flics doivent alors s'allier à leurs geôliers lorsque les morts reviennent soudain à la vie, et que leur horde s'en prend aux survivants...

Un film de genre français, co-réalisé par Yannick Dahan et Benjamin Rocher, et co-écrit par Yannick Dahan, Stéphane Moïssakis, et Arnaud Bordas, tous trois anciens journalistes de Mad Movies, dont c'était là leur premier film.

Et pour un premier film... quel plantage splendide.

Un film calamiteux sur tous les plans, trop référentiel/dérivatif et sans originalité, joué "à la française" (soit ça joue faux/surjoue, soit ça sur-articule tous les dialogues de manière appliquée et scolaire), réalisé de manière très médiocre (les effets cache-misères de réalisation et de montage lors des scènes d'actions sont très très laids), et écrit avec les pieds : outre les dialogues qui tentent de donner dans l'argot et dans le populo (mais finissent par tous paraître forcés et artificiels), ainsi que les personnages tous antipathiques et idiots, le film souffre d'un rythme particulièrement bancal.

Il passe ainsi plus d'une vingtaine de minutes à tenter de mettre en place une ambiance sérieuse de polar français contemporain, avant de prendre un virage film de zombies qui ne convainc jamais vraiment, faute de budget ou de talent, et d'hésiter ensuite constamment entre suspense inexistant et humour décalé et faiblard (le pépé).

En résumé, un premier métrage raté, inepte et poseur qui semble plus préoccupé par l'idée de paraître "badass" (pour utiliser un terme cher à Dahan) plutôt que d'essayer d'être un bon film, bien construit et interprété.

0.5/6

commentaires

Catch Review : TNA Impact (17/04/2015)

Publié le 18 Avril 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après, la semaine dernière, un Impact spécial Live Tweets, assez équilibré en promos et en matches, retour à de l'action, cette semaine.

Impact Wrestling 17/04/2015 :

- Ce soir, un Tag team tournament, pour déterminer de nouveaux champions.

- Visiblement, Josh Matthews est en solo, ce soir, Taz étant "en mission spéciale" ^^.

- Revolution vs Hardyz. Public motivé, début un peu chaotique, mais match sympatoche, sans plus, bien qu'un peu court (parce que bon, soyons clairs, les Hardyz devaient forcément s'économiser puisqu'ils risquent bien de remporter les titres).

- Matt et Jeff sont motivés.

- EY est en colère backstage, et ensuite, il est en colère dans le ring. Un peu redondant, on aurait pu se passer du bref segment backstage. Face à face entre EY et Angle dans le ring, avec un Angle compréhensif et trop confiant, et un EY qui se "gollumise" toujours un peu plus.

- Le BDC martyrise Spud, et Anderson s'interpose.

- Spuderson vs BDC. Un match forcément bordélique, avec un Spud en danger, et le BDC qui finit par gagner en trichant un peu (normal, je ne voyais pas vraiment Anderson dans le Ultimate X, tandis que Low Ki & King, oui).

- EC3 pour une bonne promo backstage, et un Bram toujours incontrôlable.

- Le BDC s'auto-congratule backstage.

- Tigre Uno & Jay Rios vs EC3 & Bram. Tag match tranquille, Rios n'était pas mauvais, bien qu'un poil en deça de Tigre niveau vitesse et rythme. Je ne m'attendais pas à ces vainqueurs, cela dit.

- Angle récite un peu une promo générique, backstage.

- Hemme dans le ring pour faire venir les KOs dans le ring, et annoncer un Impact spécial KO, la semaine prochaine. J'avoue m'être marré en voyant le petit coup de coude de Christy à ALove pour lui signaler que c'était à son tour de lui arracher le micro pour parler. Tout le monde se dispute et fait sa promo, Kong débarque, et zou, brawl général. Content pour le show de la semaine prochaine, tiens.

- Tensions entre les Bromans, et les Dirty Heels tentent de les diviser encore plus. Amusant.

- Bromans vs Dirty Heels. Les Bromans se disputent, les Heels dominent (forcément) une grosse partie du match (ils sont tellement fluides que ça en est impressionnant), mais ils ont eu la bonne idée de ne pas en faire un squash ou un match totalement comique.

- Les Bromans se disputent, et brawl interrompu par DJ Z.

- Homicide démolit Angle backstage, ce qui se poursuit par un brawl dans le ring, et par une intervention du BDC, finalement chassé par The Rising. Reste alors MVP et Angle, et EY sauve Angle d'un passage à tabac... pour mieux l'achever lui-même la semaine prochaine.

- À nouveau, une chouette vidéo promo pour la Dollhouse.

- Ultimate X, Tag Titles. Pas mauvais mais un peu trop bordélique à mon goût, notamment avec l'échelle, qui est une béquille un peu trop facile pour ce type de match.


Un show avec beaucoup d'action. Pas forcément une action hors du commun ou ultra-mémorable, mais assez solide néanmoins. J'aurais peut-être préféré que la compagnie n'ait pas recours au gimmick de l'Ultimate X, que je trouve particulièrement dévalué et surexposé, mais bon, on ne peut pas tout avoir. La semaine prochaine devrait être intéressante, avec de nouveaux talents, et un show presque entièrement féminin (j'espère que Angle et EY vont s'habiller en femmes pour leur match :p).

commentaires

Blog Update ! - Septembre 2019

Publié le 28 Septembre 2019 par Lurdo dans Update, Cinéma, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Review

Un mois de septembre qui a signé un retour à la normale sur le blog des Téléphages Anonymes, avec des critiques quotidiennes de films, et quelques grosses séries le week-end...

#1053 : Le Parc des Merveilles (2019) - 3/6

#1054 : At The Heart of Gold (2019) - 4.25/6

#1055 : Fast & Furious - Hobbs & Shaw (2019) - 3.25/6

#1056 : Back To School (2018) - 2/6

#1057 : Stan et Ollie (2018) - 4.25/6

#1058 : Les Sextuplés (2019) - 1.5/6

#1059 : Half Magic (2018) - 2.5/6

#1060 : Terra Formars (2016) - 2/6

#1061 : Fuck You All - The Uwe Boll Story (2018) - 3.75/6

#1062 : Lego DC Batman - Family Matters (2019) - 3/6

#1063 : Drunk Parents (2019) - 1/6

#1064 : Egg (2018) - 3/6

#1065 : Les Faussaires de Manhattan (2018) - 3.5/6

#1066 : Le Choc des Générations (2013) - 3/6

#1067 : Late Night (2019) - 2/6

#1068 : SEMAINE HELLBOY - Hellboy (2004) - 4/6

#1069 : SEMAINE HELLBOY - Hellboy : Le Sabre des Tempêtes (2006) & Les Chaussures de Fer (2007) - 3.25/6

#1070 : SEMAINE HELLBOY - Hellboy : De Sang et de Fer (2007) & The Troll Witch (2018) - 3.5/6

#1071 : SEMAINE HELLBOY - Hellboy II : Les Légions d'Or Maudites (2008) - 3.75/6

#1072 : SEMAINE HELLBOY - Hellboy (2019) - 2.5/6

---

# Bilan :

Un mois plutôt tranquille, bien aidé par une semaine Hellboy permettant de faire bien remonter la moyenne générale, et qui propose un certain nombre de films agréables à suivre, à défaut d'être particulièrement mémorables ou exceptionnels. Ça aurait pu être bien pire et, hormis une poignée de comédies américaines assez pitoyables malgré leurs têtes d'affiche, cette fournée de septembre s'est avérée globalement honorable.

---

# Film du mois :

Stan & Ollie, une biographie touchante et très bien interprétée sur la fin de carrière de deux légendes de la comédie. Ex-aequo avec un documentaire HBO assez symptomatique de l'époque actuelle, et juste devant le premier Hellboy, toujours sympathique et tiré vers le haut par sa bande-originale mémorable.

# Flop du mois :

Combo comédies de merde, ce mois-ci, avec une double fournée made in plates-formes de streaming - le dernier Wayans, Sextuplets, une pauvre resucée d'autres films et du travail d'autres comiques ; et Late Night, une comédie pseudo-subversive, pseudo-féministe, pseudo-#MeToo, et qui finit par n'être que générique, consensuelle, donneuse de leçons et assez typique du travail de Mindy Kaling.

Sans oublier Drunk Parents, un navet qui gâche royalement sa distribution pourtant bien éprouvée et compétente.

---

# Petit écran :

Un mois assez frustrant, au niveau télévisuel, avec un certain nombre de déceptions, en dépit d'un accueil critique globalement positif : c'est notamment le cas pour la dernière saison de Jessica Jones, pour The Boys, ou pour la saison 3 de GLOW ; sans oublier le très médiocre Wu Assassins, ou l'inégal Rob Riggle's Ski Master Academy.

Reste heureusement la deuxième saison de Corporate, égale à elle-même...

---

# À venir :

 

En octobre, place à l'Halloween Oktorrorfest 2019 sur le blog des Téléphages Anonymes : chaque jour, deux ou trois critiques de films d'horreur et de métrages fantastiques, et le week-end, des séries de genre, de Stranger Things 3 à The Worst Witch, en passant par What We Do In The Shadows, et bien plus encore...

commentaires

Catch Review : TNA Impact (09/09/2015)

Publié le 13 Septembre 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Trois semaines avant Bound For Glory...

Impact Wrestling 09/09/2015 :

- EC3 au micro, qui explique qu'il n'en a rien à battre de GFW vs TNA (ça tombe bien, moi non plus), fait une récap de son feud vs Matt Hardy, et du fait que Jeff est désormais son assistant perso. EC3 humilie un peu Jeff en public, puis encore un peu plus, puis encore un peu encore, jusqu'à ce que le segment dure un peu trop longtemps. M'enfin connaissant la TNA, Hardy va se rebeller dès la semaine prochaine, pour mettre en place BFG, où tout sera bouclé, donc autant qu'ils liquident tout dès maintenant.

- Spud & Matt vs EC3 & Tyrus. Franchement RAS. Spud jobbe, et Hardy commence déjà à se rebeller.

- Drew motive les Wolves backstage.

- Taryn et les Dollhouse cabotinent et se motivent backstage.

- Madison se fait passer à tabac par la Dollhouse. Tout le monde surjoue comme ce n'est pas permis, Angelina Love se fait démolir, et zou, elle est sortie pour cause de grossesse.

- Et revoilà Jarrett et madame qui s'incrustent, avec Jarrett mécontent de Roode qui a son titre, Karen qui donne des leçons à tout le monde... bleh.

- Eli Drake, Jesse et Kenny King (qui apparamment est déjà redevenu heel après son face turn de la semaine dernière :facepalm:) refusent d'aider la team TNA, et le font savoir à Drew qui se plaint de leur comportement. Brawl contre trois faces qui jusque là n'avaient pas pris part au conflit. Franchement aléatoire et sans grande logique, m'enfin bon.

- Ec3 vient humilier un peu plus Hardy en lui donnant des trucs à faire backstage.

- Drake, Jesse & King vs Robbie, Micah & Tigre. RAS. Micah n'impressionne toujours pas.

- Brooke vs Gail Kim. KO Title. Gail clairement en train de diriger le match en donnant des instructions constantes à Brooke, pour un bon match se finissant en queue de poisson quand Tapa tente de voler le titre, et que Kong s'interpose. Tapa semble toujours peu à l'aise niveau timing, mais bon, sinon, ça allait.

- La GFW se motive backstage.

- Drew & Hardy s'encouragent, EC3 n'est pas d'accord.

- Wolves vs Lee & Myers. Tag titles. Bon match, mais on peut se demander quel intérêt il y avait à déjà redonner les titres aux Wolves, qui les ont perdus la semaine dernière... ah, mais oui, j'oubliais, toute cette invasion est baclée, car elle doit être bouclée en fin de semaine prochaine, histoire de laisser un peu de temps pour mettre BFG en place... *soupir*

- Melendez claudique backstage.

- Melendez dans le ring et EY pour des promos croisées décidément répétitives (le feud tourne affreusement en rond), ce qui est dommage, parce que l'ex-soldat est plutôt solide, au micro.

- La team TNA se motive backstage.

- Josh Matthews interviewe Mahabali en studio, et c'est la fête de l'anglais approximatif et des clichés sur l'Inde. Ils sont vraiment décidés à le pusher, ce Mahabali... pourquoi pas. Il a du potentiel.

- Chris Masters vs Drew Galloway, Lumberjack match for the Lethal Lockdown advantage. Aucun intérêt intrinsèque : le match n'était pas forcément mauvais, sans plus, mais le concept d'avantage dans le Lethal Lockdown est 1) inutile et inexistant (à la base, LL est un gimmick très mal pensé), et 2) forcément à l'avantage des heels, histoire de donner un semblant de suspense. Donc là, comme en plus ils nous ramènent un Eric Young qui trahit (forcément) la team TNA de manière ultra-téléphonée quand tous les lumberjacks sont occupés et qu'il faut contrer Jarrett...

 

La même histoire que la semaine dernière : de l'action convaincante dans le ring, mais un booking baclé, précipité, téléphoné, et affreusement peu intéressant.

commentaires

Catch Review : WWE RAW (14/10/2013)

Publié le 15 Octobre 2013 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, WWE

Comme souvent ces temps-ci, un Raw qui se contente de faire du surplace, et de tourner intégralement autour de l'égo de Stephanie et de HHH, avec:

- une première heure sans intérêt (et un segment d'ouverture qui donne presque l'impression que le match de PPV est HBK vs Orton, tant Bryan y est aux abonnés absents)

- une seconde heure de meublage qui s'ouvre sur HHH pas même foutu de garder le silence pendant une semaine alors qu'il est supposé avoir subi une opération chirurgicale à la mâchoire pour la soigner après le KO de Show

- et une troisième heure qui joue la carte du "Beat The Clock Challenge", la béquille habituelle de la WWE lorsque la compagnie n'a pas d'idée.

On y rajoute Punk qui, stupide, se booke un match handicap pour le PPV ; et un main event qui jobbe les titres par équipe du Shield en les donnant aux Rhodes plutôt qu'à une vraie équipe qui en aurait besoin (le match était sympa, mais bon... tous les titres de la compagnie sont dévalués, et réduits à des objets sans valeur intrinsèque, puisque uniquement utilisés comme des accessoires secondaires dans ce grand feud entre les zentils et le maychant Triple H), et voilà, encore une semaine parfaitement oubliable, prévisible et médiocre. On commence à avoir l'habitude...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #48 : L'Heure de Tuer Mon Père (2014)

Publié le 2 Septembre 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Télévision, Lifetime, Drame

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

L'Heure de Tuer Mon Père (Killing Daddy/My Father Must Die) :

Criminelle à la petite semaine, psychologiquement instable, Callie (Liz Gillies) est bien décidée à se venger de son père, qu'elle rend coupable du suicide de sa mère, des années plus tôt. Lorsque son père souffre d'une attaque cérébrale, Cassie décide de rentrer à la maison, pour s'occuper de lui... avec comme réel objectif de mettre un terme à ses jours, et de dérober la fortune familiale.

Un téléfilm Lifetime assez calamiteux, qui repose entièrement sur le charisme de Liz Gillies, dans son registre habituel de jeune femme sexy & vénéneuse. Gillies est loin d'être mauvaise dans son rôle, mais l'écriture est tellement caricaturale, manichéenne et douteuse (le propos sur les maladies mentales supposément incurables, etc) font que le tout donne l'impression d'un script pour enfants de douze ans, avec des méchants très très maychants, et des innocents très très innocents.

1/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #49 : Standing Up (2013)

Publié le 4 Septembre 2014 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Review, Comédie, Drame, Jeunesse

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Standing Up : 

Dans les années 80, victimes d'un mauvais bizutage en camp de vacances, Howie (Chandler Canterbury) & Grace (Annalise Basso) se retrouvent livrés à eux-mêmes, nus et seuls, sur une île au milieu d'un lac. Rapidement, les deux enfants vont devoir faire face à l'inconnu, et par là-même, apprendre à se connaître...

Une adaptation assez réussie d'un roman pour enfants, dirigée par DJ Caruso, plutôt habitué aux thrillers et autres polars sombres. Mais là, ce film typiquement 80s était apparemment un projet personnel pour le réalisateur, qui l'a bouclé en deux semaines de tournage. Ça se sent un peu, d'ailleurs, ici ou là : c'est très innocent et contemplatif, avec un message anti-bizutage assez louable, mais on devine parfois des passages ou des scènes qui auraient mérité un nouveau jet au moment de l'écriture, ou un peu plus de travail en amont du tournage.

Je pense par exemple au caméo de Val Kilmer, WTF en shérif grunge mal lavé, et qui détonne radicalement avec tout le reste. Après, ça fonctionne relativement correctement, grâce aux deux jeunes acteurs (Annalise aura probablement un bonne carrière dans le métier), et au score discret mais efficace de Brian Tyler.

3.75/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #837 : Mon Oncle Rafael (2012)

Publié le 14 Novembre 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

My Uncle Rafael :

Une productrice de télé-réalité (Rachel Blanchard) convainc Rafael (Vahik Pirhamzei), un vieil Arménien, de devenir la star d'un show télévisé, dans lequel il va intégrer la famille Schumacher pendant une semaine, afin de tenter d'en éviter l'éclatement dans une procédure de divorce.

Une comédie américaine indépendante, écrite et produite par Pirhamzei, à partir de l'une de ses pièces de théâtre. Il y interprète deux rôles, dont le rôle-titre, dans une prestation qui rappelle Mrs Doubtfire, mais sans le talent : grimé de manière outrancière, il débite des platitudes avec un accent forcé, et fait des vannes qui tombent toutes à plat.

En somme, le film est un ratage intégral, ce qui est dommage, puisque la distribution secondaire est sympathique (Missi Pyle, John Michael Higgins, Jo Lo Truglio).

1/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien....

commentaires

Blog Update ! - Septembre 2016

Publié le 18 Septembre 2016 par Lurdo dans Oktorrorfest, Update, Cinéma, Critiques éclair, Halloween, Horreur, Fantastique

Voilà, nous y sommes ! La première quinzaine de septembre est achevée, et sur le blog des Téléphages Anonymes, cela veut dire qu'il est temps pour la rubrique Un film, un jour (ou presque) de partir en congés, avec plus de 400 films au compteur.

En effet, la tradition du blog l'exige : environ six semaines avant le 31 octobre, c'est le coup d'envoi de l'Halloween Oktorrorfest, un marathon de cinéma d'horreur & fantastique, qui dure jusqu'à la fête des sorcières, des morts et du macabre.

L'année dernière, avec plus de 220 films de genre chroniqués entre mi-septembre et mi-novembre, j'avais clairement frôlé le burnout et, dans le bilan de fin d'Oktorrorfest 2015, j'avais fait part de mon envie de simplifier un peu les choses cette année.

Donc acte : en 2016, l'Oktorrorfest se déroulera donc du 19 septembre au 31 octobre (avec probablement quelques bonus et un bilan durant la première semaine de novembre), à raison de deux films par jour en septembre, puis trois par jour en octobre.

Comme toujours, vous pouvez retrouver une liste de tous les films déjà critiqués dans ces pages en passant par l'onglet Pages/Index Cinéma, Index Oktorrorfest, etc, de la barre de navigation, ou bien en utilisant les tags des catégories de chaque article.

Bonne lecture, et bons films !

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>