Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Résultat pour ""semaine française""

Catch Review : WWE Cruiserweight Classic - Semaine 10

Publié le 17 Septembre 2016 par Lurdo dans CWC, Catch, WWE, Review

Show de deux heures diffusé en direct sur le Network ce 14/09/2016 :

WWE Cruiserweight Classic - Semaine 10 - Demi-Finales et Finale :

- Récap du parcours des quatre demi-finalistes.

- Gran Metalik (Mexico) vs Zack Sabre Jr. (UK). Démarrage sur les chapeaux de roue pour un match qui ne ralentit jamais, au risque d'être un peu brouillon çà et là. Une bonne opposition de styles, cela dit, même si Sabre peine toujours à vendre la douleur de manière homogène, durable et crédible.

- Kota Ibushi (Japan) vs TJP (Philippines/USA). Un match épique et sans concessions, tout simplement, et le travail de TJP dans ce tournoi est >>>>>>>> à tout ce qu'il a pu faire à la TNA, cumulé.

- Gargano & Ciampa vs Dar & Cedric Alexander. Tag match de meublage très solide, mais que je n'ai regardé que d'un oeil, tant il était sans enjeux.

- CWC Finals - TJP vs Gran Metalik. Triple H qui s'incruste en pré-match histoire de se mettre en valeur, et de faire une promo, forcément (:mrgreen:), expliquant que le gagnant du tournoi deviendra le premier Cruiserweight Champion de Raw/la WWE. Un match plus acrobatique, technique  et un peu plus lent que le Ibushi/TJP, mais un très bon match néanmoins.

 

Et voilà, le CWC est terminé, et TJ Perkins est le grand gagnant, ainsi que le premier champion CW de Raw. C'est bien mérité, surtout après la manière dont la TNA l'a constamment sous-exploité et viré comme un malpropre, et ses matches étaient d'un niveau excellent tout du long, donc aucun problème en ce qui me concerne.

Dans l'ensemble, un très bon tournoi, plein d'action mémorable, et avec d'excellents commentaires passionnés et intelligents de Bryan & Mauro (à titre de comparaison, j'ai jeté un bref coup d'oeil à un segment d'Impact, l'autre jour, et j'ai été obligé de couper le son tant Josh Matthews est insupportable et perpétuellement faussement enthousiaste)

(encore plus que lors des One Night Only, c'est dire)

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1272 : SEMAINE AVENTURE - Kull le Conquérant (1997)

Publié le 8 Août 2020 par Lurdo dans Action, Aventure, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Review, Romance, USA

Pendant une semaine, place à l'héroïsme, à la fantasy, aux mythes et à l'aventure sur le blog des Téléphages Anonymes... ​​

Kull le Conquérant (Kull the Conqueror - 1997) :

Au royaume de Valusia, Kull (Kevin Sorbo), un barbare séduisant et musclé, obtient la couronne du pays sur un malentendu, lorsqu'il met un terme au massacre du Roi, devenu fou. Désormais souverain incontesté, Kull se cherche une compagne, et croise alors le chemin d'une séduisante inconnue, qui devient son épouse : celle-ci s'avère cependant être Akivasha (Tia Carrere), sorcière antique revenue à la vie, et bien décidée à profiter de sa nouvelle position pour conquérir le monde... une fois qu'elle se sera débarrassée de son nouveau mari.

Aïe. Aïe aïe aïe.

J'avais déjà vu ce film, il y a bien longtemps... et maintenant, je réalise pourquoi je n'en ai gardé aucun souvenir. Cette production Raffaella De Laurentiis, tournée en Slovaquie, adaptée d'un mélange de nouvelles de Robert E. Howard centrées sur Conan et Kull, et initialement envisagée comme un troisième long-métrage Conan, est en effet un festival de fantasy fauchée, de seconds rôles sans charisme, d'écriture approximative, et d'effets spéciaux ratés.

C'est bien simple : malgré un budget confortable de 20 millions de dollars, et un Kevin Sorbo ayant poussé de la fonte pour ce rôle, Kull The Conqueror est à peu près au niveau des productions Corman passées en revue ici même en novembre dernier - c'est mal écrit, la bande originale de Joel Goldsmith est un mélange bancal de heavy metal et de symphonique (un peu comme le score de John Debney sur Le Roi Scorpion, mais en raté), tout le monde est affublé de perruques fauchées, la réalisation est médiocre, le montage idem... bref, ce n'est pas bon du tout, et je me suis gentiment ennuyé du début à la fin, malgré un Douglas Henshall dans un petit rôle secondaire, et quelques moments décontractés (trop peu nombreux) qui rappellent le ton de la série Hercule de Sorbo.

Pas assez sérieux et convaincant pour être crédible, pas assez drôle et décontracté pour être un pastiche, ça ne fonctionne pas du tout.

1.5/6 

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1270 : SEMAINE AVENTURE - Hercule et le Monde des Ténèbres (1994)

Publié le 6 Août 2020 par Lurdo dans Action, Aventure, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Histoire, Jeunesse, Les bilans de Lurdo, Review, Télévision, Romance, Hercule

Pendant une semaine, place à l'héroïsme, à la fantasy, aux mythes et à l'aventure sur le blog des Téléphages Anonymes...

Hercule et le Monde des Ténèbres (Hercules in the Underworld - 1994) :

Lorsqu'une faille menant directement aux Enfers s'ouvre dans un village reculé, Iole (Marley Shelton), une jeune vestale, part chercher le célèbre Hercule, qui passe une existence paisible aux côtés de son épouse Deianeira (Tawny Kitaen) et de leurs enfants. Mais Hera est bien décidée à faire souffrir le héros, en entretenant à la fois la jalousie de son épouse, et celle de son meilleur ami, le centaure Nessus (Cliff Curtis)...

À nouveau, un épisode au rythme un peu bancal, mais étrangement sympathique, car revenant sur le concept de la mortalité de notre héros, sur ses rapports tendus avec son père et sa belle-mère, et sur son amour pour son épouse, pour laquelle il est prêt à tout, y compris à partir aux Enfers.

Et puis c'est aussi là que le ton décomplexé de la série est particulièrement bénéfique : entre Michael Hurst (Iolaus), qui ici tient deux autres rôles (un anonyme alcoolisé qui décède dès les premières minutes du téléfilm, et un Charon, passeur des Enfers, à l'accent de chauffeur de taxi new-yorkais !), le Géant Gonzalez qui a probablement plus de dialogues dans ce métrage que dans toute sa carrière de catcheur professionnel, la jalousie du centaure (involontairement comique), les avances de Marley Shelton systématiquement rejetées par Herc, la bagarre générale aux Enfers, un autre caméo de Rose McIver, un autre caméo de Mark Ferguson en Hades (un Hades qui, visuellement, semble tout droit sorti des Monty Python !), et tous les chasseurs d'Hades qui tombent en morceaux, se reconstituant laborieusement après avoir été mis en pièces, le tout se regarde sans effort et dans la bonne humeur.

Ce, malgré les moments dramatiques du récit (le suicide de Deianeira, etc), et malgré les accents néozélandais que possède un personnage secondaire sur trois. ^^

Après, encore une fois, il y a toujours un problème de rythme et de péripéties décousues, qui font qu'on sent clairement que Hercules n'est pas fait pour être au format téléfilm, mais dans l'ensemble, c'était un épisode plutôt agréable de ce programme.

(et Cerbère passe plutôt bien à l'écran sous sa forme animatronique)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1271 : SEMAINE AVENTURE - Hercule et le Labyrinthe du Minotaure (1994)

Publié le 7 Août 2020 par Lurdo dans Action, Aventure, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Histoire, Jeunesse, Les bilans de Lurdo, Review, Télévision, Romance, Hercule

Pendant une semaine, place à l'héroïsme, à la fantasy, aux mythes et à l'aventure sur le blog des Téléphages Anonymes...

Hercule et le Labyrinthe du Minotaure (Hercules in the Maze of the Minotaur - 1994) :

Alors qu'il commence à regretter d'avoir échangé ses aventures contre une vie rangée auprès de Deianira, Hercule reçoit la visite de son ami Iolaus (Michael Hurst), et ensemble, ils partent aider un village à se défendre contre une créature sanguinaire qui vit à proximité, dans son labyrinthe : un Minotaure (Anthony Ray Parker/Al Chalk)...

Tiens, un clip show qui parvient à rester intéressant - c'est suffisamment rare pour être notable ! Et ce, probablement parce que le clip show en lui-même n'occupe qu'un gros tiers du téléfilm, et que le reste possède un ton suffisamment léger et déconneur pour parvenir à faire passer la pilule.

Il faut dire qu'avec Iolaus (désormais veuf) qui a appris le kung-fu, les discussions captivantes des deux hommes sur la bonne manière d'utiliser le fumier, la bagarre générale dans l'hôtel (très Terence Hill et Bud Spencer - la série commence à trouver ce ton si particulier qui fera son succès) et les révélations de Zeus au sujet du Minotaure (un Minotaure d'ailleurs très loquace et manipulateur), il y a de quoi donner de l'épaisseur à ce qui, sinon, serait un métrage en pilotage automatique, avec des transitions tenant uniquement lieu de remplissage.

En l'état, le tout est suffisamment léger et décontracté pour rendre ce clip show assez agréable à suivre, d'autant que le Minotaure est, toutes proportions gardées, plutôt réussi.

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1402 : SEMAINE ZAZ - Hamburger Film Sandwich (1977)

Publié le 27 Mars 2021 par Lurdo dans Anthologie, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Action, Review, USA, ZAZ

Le 1er Avril n'est pas loin, et pour l'occasion, pendant un peu plus d'une semaine, retour chronologique sur la filmographie des ZAZ, histoire de rire un peu en ces temps maussades...

Hamburger Film Sandwich (The Kentucky Fried Movie - 1977) :

Ce qui est bien, quand on se replonge dans de vieux films comme ce Kentucky Fried Movie, premier long-métrage écrit par les ZAZ et réalisé par John Landis, c'est que l'on prend parfois conscience de connexions jusque là obscures, ou qui nous avaient échappé.

Ici, en l'occurrence, ce film à sketches parodiques s'ouvre sur une certaine chanson qui explique beaucoup de choses de la carrière de certains comiques français : la Carioca, qui sera reprise avec beaucoup de panache par Les Nuls dans la Cité de la Peur, en 1994.

Et il y a en effet beaucoup de ce qui deviendra les Nuls (et l'humour dit "Canal") dans ce KFM : son format parodique, qui couvre de nombreux genres (bande-annonce, film institutionnel, film publicitaire, mais aussi et surtout faux journal tv), ses guest-stars, son ton général et son désir de bousculer un peu et de provoquer.

Alors forcément, comme dans tout film à sketches, surtout de l'époque, le résultat final est parfois inégal, rate parfois de peu sa cible, ou paraît un peu gratuitement graveleux (notamment en comparaison de ce qui est aujourd'hui considéré comme "acceptable" dans l'humour).

Mais tout ce qui "fera" l'humour ZAZ durant les années 80-90 est déjà présent dans ce KFM, avec notamment, en guise de pièce de résistance, cette longue parodie d'une trentaine de minutes singeant Opération Dragon, une parodie étonnamment compétente au niveau martial, et joyeusement absurde çà et là (en particulier sa fin façon Le Magicien d'Oz ^^).

Alors oui, c'est daté, oui, c'est parfois puéril et immature, mais ça déborde aussi d'idées et d'énergie, et ça a clairement influencé toute une génération de comiques (voire plusieurs).

4.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1403 : SEMAINE ZAZ - Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (1980)

Publié le 28 Mars 2021 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Review, Romance, Thriller, USA, ZAZ

Le 1er Avril n'est pas loin, et pour l'occasion, pendant un peu plus d'une semaine, retour chronologique sur la filmographie des ZAZ, histoire de rire un peu en ces temps maussades...

Y a-t-il un pilote dans l'avion ? (Airplane! - 1980) :

Ted Striker (Robert Hays), ancien pilote militaire atteint de stress post-traumatique et devenu chauffeur de taxi, est fou amoureux d'Elaine (Julie Hagerty), hôtesse de l'air qui le quitte juste avant de prendre un vol pour Chicago. Bien décidé à ne pas la laisser partir, Striker monte à bord, mais lorsque tout l'équipage et les passagers sont frappés d'empoisonnement alimentaire, Ted doit prendre les commandes malgré son traumatisme...

Premier véritable long-métrage des ZAZ, ici à la réalisation et à l'écriture, pour ce qui s'apparente à une vraie preuve de concept du style ZAZ, dont on retrouve ici tous les ressorts : parodies cinématographiques, absurde, jeux de mots, gags parfois grivois, politiquement incorrect, punchlines visuelles, comique de répétition, etc, le tout avec une densité remarquable, qui ne laisse pas le temps au spectateur de souffler.

Et c'est bien là la force du style ZAZ : même si un gag sur deux tombait à plat, chaque minute de métrage est tellement chargée en vannes et en blagues que le spectateur (même le plus réticent) est emporté par le torrent, et finit par se laisser porter par le délire ambiant.

Cela dit, avec du recul, on réalise que, derrière les répliques cultes et autres moments déjantés entrés dans l'histoire de la comédie, les ZAZ se cherchaient ici encore un peu : le passage d'un film à sketches (Hamburger film sandwich) à un récit plus construit et linéaire (la parodie de film catastrophe, avec comme fil conducteur les aléas amoureux du couple principal) ne se fait pas sans quelques accrocs et flottements, notamment structurels.

Heureusement, malgré ces quelques errances narratives, le tout reste particulièrement mémorable, n'a pas trop vieilli, et demeure un incontournable du genre (même si je préfère tout de même à cet Airplane! les mésaventures de Frank Drebin...).

4.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1405 : SEMAINE ZAZ - Y a-t-il quelqu'un pour tuer ma femme ? (1986)

Publié le 31 Mars 2021 par Lurdo dans Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Review, Thriller, USA, ZAZ

Le 1er Avril n'est pas loin, et pour l'occasion, pendant un peu plus d'une semaine, retour chronologique sur la filmographie des ZAZ, histoire de rire un peu en ces temps maussades...

Y a-t-il quelqu'un pour tuer ma femme ? (Ruthless People - 1986) : 

Millionnaire ayant fait fortune sur le dos des petites gens, Sam Stone (Danny DeVito) a prévu de se débarrasser de son épouse insupportable, Barbara (Bette Midler), pour toucher son héritage et s'installer avec sa jeune maîtresse, Carol (Anita Morris). Mais avant qu'il n'ait eu le temps de mettre ce plan à exécution, sa femme est enlevée par un couple incapable (Judge Reinhold, Helen Slater), qui menace de tuer Barbara si Sam ne paie pas de rançon. De son côté, Carol demande à son amant (Bill Pullman) de traquer Sam avec une caméra, pour le filmer alors qu'il tue sa femme, et le faire chanter...

Rare réalisation de l'équipe ZAZ à ne pas avoir été écrite par le trio, ce Ruthless People s'avère une comédie assez typique de son époque, le milieu des 80s, et donc assez générique.

Oui, ça regorge d'humour noir, et les personnages sont tous incapables, mais hormis Danny DeVito et Bette Midler, qui font de l'abattage comique et portent le film sur leurs épaules (mention spéciale à Bill Pullman, dans un petit rôle où il est plus bête que ses pieds), je dois bien avouer que le tout m'a paru assez peu mémorable dans son ensemble.

On est effectivement dans une farce gentiment absurde, avec le mari, la mégère, la maîtresse, l'amant de celle-ci, le couple innocent un peu insipide, les flics balbutiants, les quiproquos, etc... mais il manque une énergie, une certaine folie pour vraiment emporter l'adhésion, et au final, il faut attendre la toute dernière ligne droite, avec la prise d'otages et la "poursuite" en voiture, pour vraiment redonner un peu de punch au tout.

Assez quelconque, en fait.

3/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1408 : SEMAINE ZAZ - Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? (1994)

Publié le 3 Avril 2021 par Lurdo dans Action, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Policier, Review, Romance, USA

Le 1er Avril est encore frais dans les mémoires, et pour l'occasion, pendant un peu plus d'une semaine, retour chronologique sur la filmographie des ZAZ, histoire de rire un peu en ces temps maussades...

Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? (The Naked Gun 33⅓ : The Final Insult - 1994) :

Désormais à la retraite, Frank Drebin (Leslie Nielsen) rêve de retourner sur le terrain, au grand dam de son épouse Jane (Priscilla Presley), avec laquelle il peine à concevoir un enfant. Lorsque Rocco (Fred Ward), un dangereux terroriste, menace de s'en prendre à la cérémonie annuelle des Oscars, Drebin reprend son badge et sa lutte contre le crime, même si celle-ci passe par la case prison, ou par les bras d'une blonde pulpeuse (Anna Nicole Smith) proche de Rocco...

Un film ZAZ presque sans ZAZ, puisque s'il reste officiellement produit par le trio, il est réalisé par l'un des réalisateurs habituels d'Adam Sandler, et seulement co-écrit par David Zucker et Proft : le résultat, moins convaincant, a tendance à errer un peu trop vers des parodies de films (les Incorruptibles, Geriatric Park, la comédie musicale consacrée à Mère Thérésa, Thelma et Louise, La Grande Évasion) assez inégales, à avoir recours à un humour un peu plus graveleux (le gag sur la transsexualité d'Anna Nicole Smith aurait bien du mal à passer aujourd'hui)ainsi qu'à des bruitages de cartoon et/ou à la bouche, à recycler encore quelques passages de la série Police Squad, et à ne vraiment décoller que dans sa dernière ligne droite, un peu trop tard pour vraiment fonctionner.

Ce Naked Gun est donc celui que je préfère le moins, donc, même si cela reste un métrage comique sympatoche, qui conclue honorablement la trilogie.

3.75/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1404 : SEMAINE ZAZ - Top Secret ! (1984)

Publié le 30 Mars 2021 par Lurdo dans Action, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Review, Romance, Thriller, USA, Guerre, ZAZ

Le 1er Avril n'est pas loin, et pour l'occasion, pendant un peu plus d'une semaine, retour chronologique sur la filmographie des ZAZ, histoire de rire un peu en ces temps maussades...

Top Secret ! (Top Secret! - 1984) :

En tournée dans une Allemagne de l'Est étrangement nazie, Nick Rivers (Val Kilmer), star du rock'n'roll américain, rencontre Hillary (Lucy Gutteridge), une jeune femme séduisante en prise avec les autorités. Membre de la résistance, elle tente de secourir son père, un scientifique emprisonné par les Allemands. Contre toute attente, et au grand dam de son manager, Nick va décider de l'aider...

Pour être tout à fait franc, je n'ai toujours gardé qu'un souvenir très vague de ce Top Secret !, un ZAZ que j'ai toujours rangé dans la catégorie "films mineurs" de ses auteurs.

Et en le revoyant aujourd'hui, effectivement, je comprends pourquoi : si le film regorge toujours de moments excentriques et décalés, d'absurdités et de jeux de mots à la ZAZ, la densité de blagues à la minute est nettement moins importante que dans les autres œuvres de la bande... du moins, dans la première moitié du film.

Je ne sais pas si ce n'est qu'une fausse impression ou non, mais Top Secret ne m'a semblé en effet décoller vraiment qu'à partir de sa seconde moitié, une fois que Nick a rejoint officiellement la résistance (et après un flashback un peu raté parodiant Le Lagon bleu de 1980). Le film retrouve alors une énergie, un fil directeur et une intrigue mieux définis, et enchaîne ainsi les séquences improbables et drôles.

Avant, c'est gentillet, ponctuellement amusant, mais un peu inégal, et ça manque un peu de rythme dans sa première moitié. Heureusement, le tout trouve son rythme de croisière durant tout son troisième acte, même si, je dois bien l'avouer, la toute fin, qui arrive après un duel sous-marin mémorable, est un peu précipitée.

Top Secret reste donc bien un ZAZ mineur à mes yeux, même si, ZAZ obligent, il y a probablement plus d'idées et de gags dans ces 90 minutes de film que dans la plupart des comédies tournées depuis.

Un petit 4/6 

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1514 : SEMAINE SWASHBUCKLING - Pirates (1986)

Publié le 26 Août 2021 par Lurdo dans Action, Aventure, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Drame, France, Tunisie, Romance

Au programme : pendant une semaine, des pirates, de l'aventure, et de la chasse au trésor !

Pirates (1986) :

En 1659, le vieux pirate Thomas Red (Walter Matthau) et son garçon de cabine Jean-Baptiste, dit "la Grenouille" (Cris Campion), sont récupérés, naufragés, par l'équipage du Neptune, un galion espagnol qui ramène vers l'Espagne un trône aztèque en or. Aussitôt, Red fomente une mutinerie pour prendre contrôle du navire et dérober le trône, tandis que Grenouille, de son côté, s'éprend de Maria-Dolores (Charlotte Lewis), la nièce du gouverneur de Maracaibo, qui voyage à bord. Mais entre les deux hommes et leurs objectifs se dresse l'implacable lieutenant Don Alfonso de la Torré (Damien Thomas)...

Vu dans les années 90, ce film de Roman Polanski ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable. Après une ou deux tentatives (infructueuses) de revisionnage depuis lors, tous les dix ans environ, j'ai enfin réussi à revoir ce Pirates... et le mot qui définit bien le film est "laborieux".

Il n'est pas dénué de qualités : la direction artistique (le galion, notamment, est impressionnant), les costumes, l'énergie de tous les acteurs, le côté crasseux et poisseux de l'univers... mais même aujourd'hui, avec du recul, je n'accroche pas vraiment à la proposition de Polanski, à laquelle il manque un souffle épique, un sens de l'aventure, et surtout, du rythme.

C'est bien simple, Pirates est nonchalant dans tout ce qu'il entreprend : ses péripéties, ses abordages, ses combats, tout est filmé de manière assez plate et statique, et le film n'a pas grande énergie, se perdant dans un scénario aux rebondissements peu palpitants, à la post-synchronisation et aux accents approximatifs, à l'illustration musicale assez transparente, et qui, en deux heures, raconte l'équivalent de dix minutes d'un Pirates des Caraïbes ou d'un film plus nerveux.

Et comme en plus ce n'est ni particulièrement drôle, ni particulièrement surprenant... bof.

2/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 03 - Coup de Foudre à Noël (2017)

Publié le 2 Décembre 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Christmas, Noël, Yulefest, Comédie, France, Télévision, TF1, Romance, Fantastique

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Coup de Foudre à Noël (2017) :

À quelques jours de Noël, Charlotte Marton (Julie De Bona), administratrice judiciaire, est envoyée en Laponie suédoise pour y fermer une société française qui bat de l'aile. Mais sur place, elle rencontre une équipe soudée, dirigée par Martial (Tomer Sisley), un séduisant chef d'entreprise décontracté qui s'occupe de ses neveux, et sous le charme duquel elle tombe rapidement...

Tentative, par TF1, de surfer sur la vague des comédies romantiques de Noël à l'américaine, en envoyant un duo d'acteurs tourner en Suède, et en confiant le script à une écrivaine cotée, ex-épouse de Patrick Bruel, chevalier des arts et des lettres, et scénariste sur Caméra Café.

Ce qui n'empêche pas le produit fini d'être cliché et balisé au possible, comme toutes les rom-coms US dont il s'inspire. La vraie valeur ajoutée du téléfilm, pour être franc, ce sont ses décors naturels enneigés, la Suède, les forêts locales, les animaux, etc, qui dégagent une vraie magie de Noël que l'on ne retrouve que trop rarement devant les productions américaines clinquantes et tournées à la chaîne en été, au Canada.

Après, rien à signaler de plus, si ce n'est que le personnage de Sisley est initialement assez antipathique (car trop narquois et moqueur) ; que l'héroïne est un peu trop énergique, à la limite du surjeu ; que la fillette est excellente, alors que son petit frère l'est nettement moins ; et que l'ex-petit ami de la protagoniste est loin d'être convaincant.

Bref, ce n'est pas forcément pire (ou meilleur) que l'immense majorité des productions étrangères du genre, malgré des passages un peu forcés/maladroits, comme cette intervention providentielle du Yuletomte...

3.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 04 - Le Père Noël (2014)

Publié le 3 Décembre 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Télévision, Yulefest, Noël, Christmas, Comédie, Jeunesse, France

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Le Père Noël (2014) :

Depuis la mort de son père, le petit Antoine (Victor Cabal) n'a qu'un souhait : que le Père Noël le fasse monter dans son traîneau, pour l'emmener au ciel, où son père se trouve. Aussi, lorsqu'un homme en costume de Père Noël (Tahar Rahim) descend sur son balcon, le soir de Noël, Antoine est bien décidé à parvenir à ses fins, coûte que coûte. Mais ce Père Noël est en fait un cambrioleur, et la nuit d'Antoine va prendre une tournure des plus inattendues alors qu'il va accompagner le visiteur dans sa "tournée"...

Une vraie bonne surprise française, à la fois touchante et enthousiasmante, et qui doit beaucoup à l'interprétation naturelle du petit Victor Cabal, tout simplement adorable de bout en bout. Face à lui, Tahar Rahim s'en sort très bien, et parvient à créer une relation sincère et crédible entre son personnage de cambrioleur, et cet enfant tenace, insistant et meurtri, qui le prend pour le Père Noël.

Alors certes, dans l'absolu, le script est plein de grosses ficelles, de facilités, et de moments un peu capillotractés ; le score de Badelt est un peu trop appuyé ; et j'ai parfois eu l'impression (sans vraiment réussir à la replacer précisément) d'avoir déjà vu un postulat de départ très similaire, mais tout ça s'éclipse derrière la tendresse du tout, derrière son émotion, et derrière les aventures improbables de ce duo complice dans un Paris nocturne joliment filmé.

4.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2017 - 31 - The Windmill Massacre (2016)

Publié le 9 Octobre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Horreur, Halloween, Oktorrorfest, Hollande

Chez les Téléphages Anonymes, Octobre est synonyme d'Halloween et d'Oktorrorfest, notre marathon de cinéma fantastique et d'horreur, qui continue jusqu'en Novembre...

The Windmill Massacre :

Jeune australienne en fuite, Jennifer (Charlotte Beaumont) trouve refuge dans un bus touristique hollandais, qui visite les environs d'Amsterdam. À bord, un père businessman et son fils (Patrick Baladi &Adam Thomas Wright)), une jeune française (Fiona Hampton), un touriste japonais (Tanroh Ishida), un soldat (Ben Batt), un médecin (Noah Taylor), et le conducteur (Bart Klever). Mais soudain, le bus tombe en panne en rase campagne, à proximité d'un moulin à vent abandonné n'apparaissant sur aucune carte... et rapidement, une entité surnaturelle fait son apparition pour les traquer un à un, afin de les punir des erreurs de leur passé.

Un film d'horreur néerlandais à la distribution internationale plutôt agréable et compétente, et qui, si elle rappelle forcément d'autres films - Jeepers Creepers 2, Afterdeath, etc, etc - et semble parfois hésiter entre slasher, horreur surnaturelle, et quelque chose de plus métaphysique, bénéficie de personnages nettement plus développés qu'à l'habitude, et qui ont tous de sombres secrets, pour le meilleur et pour le pire (le personnage japonais est une caricature ambulante, malheureusement). 

Mais en comparaison de bon nombre d'autres films d'horreur européens et américains au budget comparable, The Windmill Massacre n'est pas honteux : la Hollande est agréable à regarder, idem pour Charlotte Beaumont, toujours très attachante et compétente depuis la série Broadchurch ; la réalisation est solide, les mises à mort variées ; le boogeyman n'est pas très mémorable, mais passe encore ; et dans l'ensemble, hormis leurs accents un peu fluctuants en fonction des interprètes et des scènes, les comédiens sont plutôt justes.

Reste une illustration musicale orchestrale un peu trop grandiloquente et envahissante par moments, mais rien de vraiment gênant. En résumé, un film qui n'est ni exceptionnel, ni forcément très mémorable ou surprenant, mais qui est regardable, ce qui est de plus en plus rare dans le genre.

3.25/6

(je préfère amplement le titre original, The Windmill, plus sobre et mystérieux, mais clairement pas assez racoleur et "slasherisant" pour les producteurs...)

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2017 - 36 - Le Fantôme de Canterville (2016)

Publié le 11 Octobre 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Oktorrorfest, Halloween, Comédie, France, Jeunesse

Chez les Téléphages Anonymes, Octobre est synonyme d'Halloween et d'Oktorrorfest, notre marathon de cinéma fantastique et d'horreur, qui continue jusqu'en Novembre...

Le Fantôme de Canterville :

Hanté par le fantôme belliqueux d'Aliénor de Canterville (Audrey Fleurot) et de son stupide serviteur Gwilherm (Michael Youn), le château ancestral des Canterville accueille un beau jour de nouveaux propriétaires, la famille Otis (Michèle Laroque, Lionnel Astier, Mathilde Daffe, etc). Malheureusement pour Aliénor, maudite, elle doit faire fuir ces nouveaux locataires qui, radicalement modernes et zens, sont tout sauf impressionnés par ces esprits. Mais Virginia, adolescente bien décidée à retourner vivre à Paris, décide alors de coopérer avec Aliénor, et de l'aider à effrayer sa famille...

Une comédie fantastique franco-belge qui adapte Le Fantôme des Canterville d'Oscar Wilde, par voie de Beetlejuice, en tournant le tout dans un château belge, supposé représenter la Bretagne, et avec une femme dans le rôle du fantôme... pourquoi pas, mais... non, en fait.

Ça ne fonctionne vraiment pas.

Entre les vannes & gags répétitifs, éculés et téléphonés, la diction ampoulée typiquement française de ces acteurs qui sur-articulent leurs lignes de dialogue, les personnages insipides (Fleurot tente de composer un personnage, en vain, Youn fait du Youn, Laroque du Laroque, Astier du Astier, et tous les enfants sont quelconques, voire mauvais pour les plus jeunes), le score musical peu inspiré de Matthieu Gonet (ex-directeur musical de la StarAc), la bluette adolescente laborieuse et les péripéties génériques aux effets numériques basiques et aux zombies qui dansent (forcément)...

... on est vraiment là dans le divertissement familial médiocre et anémique, dans la droite lignée du précédent film de fantômes du réalisateur, Fantômes et Cie/The Great Ghost Rescue, sans le charme anglo-saxon, et avec des erreurs techniques en plus, dès les deux premières minutes de film (paf, le beau problème de continuité sur le champ/contre-champ lors de la première apparition d'Audrey Fleurot). 

1.25/6

commentaires

Christmas Yulefest 2019 - 17 - Noël dans la Prairie (2019)

Publié le 8 Décembre 2019 par Lurdo dans Action, Cinéma, Christmas, Comédie, Critiques éclair, Drame, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest, INSP

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Noël dans la Prairie (Christmas on the Range - 2019) :

Héritière du ranch familial, Kendall (Erin Cahill) tente désespérément de le sauver en obtenant une certification bio pour son bétail, et ce malgré les bâtons que Brick McCree (A Martinez), rancher rival, lui met constamment dans les roues. Jusqu'à ce que Clint (Nicholas Gonzales), un séduisant vétérinaire, se rapproche de Kendall : lorsqu'elle découvre que Clint est le fils de McGree, la jeune femme ne sait plus si elle doit lui faire confiance, et céder à l'attraction qu'elle éprouve pour lui...

Si pour vous, Noël rime avec troupeaux de vaches, chevauchées dans la nature, prairies automnales, rivalités familiales sur fond de concurrence entre ranchs, accents bancals (ce qui ne posera pas de problème lors de sa diffusion française, j'en conviens), vétérinaire insipide, cancer en rémission, etc, alors Christmas on the Range est peut-être fait pour vous.

Diffusé outre-atlantique sur Insp (chaîne à vocation religieuse et "inspirationnelle"), ce téléfilm festif n'a toutefois de festif que quelques guirlandes lumineuses et une illustration musicale en sourdine, sur des plans de cowboys et de bétail ; pire, il faut subir des personnages secondaires caricaturaux au possible (dont le ton excentrique tranche radicalement avec le mélo romantique et sérieux de l'intrigue principale), des scènes d'action bancales (le passage à tabac du vétérinaire par l'homme de main très méchant), des enjeux quelconques (une certification bio, ouhlàlà, ça fait rêver), du mélodrame familial, et un rythme mollasson qui ronronne rapidement.

Le genre "romance dans un ranch avec un beau cow-boy" a ses amatrices, qui pourront trouver là un semblant d'intérêt... mais honnêtement, le tout est tellement plat et quelconque que c'est encéphalogramme plat du début à la fin, malgré des décors naturels pas désagréables, et une distribution principale à l'identique (les personnages secondaires, cependant, sont vraiment une calamité, notamment toutes les langues de vipères du salon de coiffure local).

1.75/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien (classement alphabétique), ou celui-ci (classement saisonnier)...

commentaires

Catch Review : WWE RAW (09/12/2013)

Publié le 10 Décembre 2013 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, WWE

Cette semaine, alors que le PPV arrive à grands pas, la WWE a choisi de tenir ses Slammies. Pourquoi pas... mais c'est un peu une manière de dire aux spectateurs "ne vous attendez pas à grand chose de valable ou d'intéressant, c'est une semaine à gimmick, on ne s'est pas trop fatigués..."

Heure 1 :

Et histoire de bien commencer, on débute avec un match de meublage s'il en est :

- Fandango vs DBry : rien de mauvais, mais un affrontement qui n'est là que pour placer une promo de Wyatt à la fin.

- Booker & Lawler pour annoncer les présentateurs des nominés du Slammy du LOL of the Year, en l'occurrence les New Age Outlaws, qui se prennent pour Kaz & Daniels. Gagnant du prix : The Rock. Qui était le moins pire des nominés.

- On continue sur la lancée du meublage, avec Santino vs Sandow... uniquement là pour avoir l'image de fin sur Big E vs Sandow.

- Arrivent alors les membres du Shield, en costume (la classe ^^), qui viennent présenter le Double Cross of the year. Shawn Michaels est gagnant, et Roman Reigns continue d'agacer Reigns.

- Toujours du meublage, avec Kofi vs Miz... uniquement là pour promouvoir le match de PPV.

- Eve Torres foire la présentation "présente" la Diva of the Year ; les gagnantes sont les Bellas, et tout le monde facepalme.

Heure 2 :

- Toujours en pilotage automatique, pour Reyrey + Show + Rhodes vs Ryback + Axel + Real Americans. Du meublage, encore et toujours.

- Shawn Michaels pour présenter la Superstar of the year. Gagnant = Daniel Bryan, forcément.

- Toujours plus de meublage, avec Hunicara vs ADR.

- Les Prime Time Players présentent l'Audience Participation Award (qui va à DBry).

- Brodus vs Xavier Woods. Un squash de meublage, avec Brodus qui vire heel et démolit le n00b.

- Miz qui présente l'Insult of the Year, remportée par Stephanie.

Heure 3 :

- Punk vs Ambrose. Pourquoi ? Parce qu'il faut meubler encore une heure de show. Pas un mauvais match, loin de là, mais bon... l'intérêt de l'affrontement et ses enjeux n'étaient pas vraiment là, et ce match de meublage n'était là que pour insister sur les problèmes internes du Shield, et sur le match de PPV à venir.

- Segment revenant sur l'historique des ceintures.

- Mick Foley pour présenter le moment extrême de l'année, remporté par Punk (lol).

- Le meublage continue, avec les Usos vs les Wyatts. RAS.

- Bret Hart pour présenter Match of the year : Cena/Rock.

- Natalya vs Tamina. ZzzzzzZZZZzzzzzzz.

- Cérémonie d'"ascension" des ceintures, supervisée par HHH & Steph, et plein d'"ex-champions". Une ovation qui fait plaisir pour Bryan, un Orton qui tente de troller, un Cena qui utilise Bryan pour se mettre le public dans la poche, mais un segment qui se traîne gentiment sur la fin, et qui se finit dans un bordel pas possible qui annonce clairement un PPV à l'identique.

Un show de pré-PPV qui se résume en un mot : meublage. La WWE avait apparemment tiré toutes ses cartouches, et n'avait plus rien à raconter, d'où les Slammies. Reste le PPV, que je pronostiquerai peut-être dans la semaine... et sa fameuse "unification". Le problème étant que plus Cole insistait sur le fait que "ce Raw est la dernière fois que vous pourrez voir les deux ceintures en même temps dans le ring", et moins j'en étais convaincu : je continue de penser que Vince a prévu un finish en queue de poisson, et un retour au status-quo.

commentaires

Catch Review : TNA Impact Live (14/08/2014)

Publié le 15 Août 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Alors même que la TNA vient d'annoncer un changement de créneau horaire pour Impact, qui passe le Mercredi soir de manière permanente, et enterre probablement par là-même toutes les rumeurs de non-renouvellement du programme, la diffusion des tapings de NYC continue...

- Bully dans le ring, sous les ovations du public, après son exploit de la semaine dernière. Idem pour Devon. Les Hardys s'incrustent, les deux équipes se passent de la brosse à reluire, et teasent un match supplémentaire entre elles. Segment efficace, bien qu'un peu hâché au montage (ça durait clairement quelques minutes de plus à l'origine).

- Joe confiant en sa capacité à défendre la ceinture de la X-div.

- La Team Dixieland fait piètre figure.

- Aries, Roode et EY se moquent cordialement de Dixie, et sont prêts à évacuer la Team MLK.

- Low Ki vs Tigre Uno vs Manik vs Homicide vs Crazy Steeve vs Zema, Elimination Match. Un match très fun, et qui va à 200 à l'heure.

- La Team Dixieland est mécontente.

- Team Dixieland dans le ring, pour se plaindre, interrompue par Kurt Angle, qui demande à la police de NYC (dont un avec un gros tatouage - on y croit à fond ^^) d'intervenir, et d'évacuer EC3 & co. Amusant.

- Gunner et Shaw se font confiance, sans rancune.

- La Team Dixieland tente de soudoyer les flics jusque dans la rue.

- Anderson vs Gunner. Un début de match sans réaction du public, qui commence à chanter des trucs sans rapport (CM Punk et le thème d'Adam Rose, il me semble), avant l'intervention des ciseaux du monteur de la TNA, et de Shaw, qui met fin au match, reçoit un "Thank you Dexter" du public, et clot le segment. Passons.

- Le post-crash de la semaine dernière, avec Bully qui chante "Ding Dong the Witch is Dead" sur le cadavre d'une Dixie qui reste immobile dans le ring pendant trois plombes.

- Love vs Sky vs Gail & Taryn, KO title match. Assez inégal, selon la lutteuse qui attaque ou défend. RAS.

- MLK se contrefoutent du sort de Dixie.

- MLK vs Aries, Roode & EY. Trios match solide et dynamique, avec une Spear mémorable.

- H*V*K is coming.

- Les Wolves sont attentifs à la suite du show.

- Abyss veut récupérer Janice, Bram et Magnus approchent, confiants. Bram trolle Abyss, et zou, un Full Metal Mayhem/Stairway to Janice est booké, avant un mini-brawl. Un segment un peu inégal dans son rythme.

- James Storm, qui développe un peu plus son personnage de laveur de cerveau avec "The Great Sanada". J'aime bien ce développement, même si ça crie déjà un peu partout au plagiat de la Wyatt Family... ^^

- Hardyz vs Team 3D. Très bon main event, avec quelques spots bien amenés.


 

Un show plus déséquilibré que les semaines précédentes, avec le gros de l'action confiné à la seconde heure de show, une première heure servant de transition et de reboot post-Dixie, et un public un peu plus dissipé & distrait que précédemment. Cela dit, ça reste tout à fait honorable, bien qu'un peu en dessous de ce à quoi les tapings new-yorkais nous avaient habitués.

commentaires

Christmas Yulefest 2018 - 12 - Un Noël Rouge Comme l'Amour (2018)

Publié le 9 Décembre 2018 par Lurdo dans Christmas, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Lifetime, Noël, Review, Romance, Télévision, Yulefest

Noël approche, et chez les Téléphages Anonymesc'est donc l'heure de la Christmas Yulefestet de son marathon de cinéma festif pendant tout le mois de décembre...

Un Noël Rouge Comme l'Amour (Poinsettias for Christmas - 2018) :

Quelques semaines avant Noël, Ellie (Bethany Joy Lenz), architecte urbaine, retourne en urgence chez ses parents (John Schneider, Sharon Lawrence) car son père a de multiples problèmes. Il est blessé au dos, et toute sa récolte annuelle de poinsettias est encore verte. Ellie doit alors s'associer à Sean (Marcus Rosner), un  botaniste local, pour résoudre ce problème...

Premier téléfilm de Noël estampillé Lifetime que je regarde, cette saison, sur la base de sa distribution ma foi très sympathique (Sharon Lawrence, John Schneider, Bethany Joy Lenz, Rhonda Dent)... et honnêtement, cette distribution est bien tout ce qu'il y a à sauver de ce métrage.

Non seulement ce téléfilm est assez fauché (il a clairement été tourné en été ou vers le début de l'automne : la végétation est abondante, verdoyante, le ciel est bleu et ensoleillé ; la neige artificielle est rare et mousseuse, jamais convaincante), non seulement il accumule les pires clichés du genre (la jeune femme qui retourne chez elle et s'indigne en apprenant que ses parents veulent vendre l'exploitation familiale ; l'héroïne qui délaisse son métier intellectuel pour revenir à quelque chose de manuel ; le mari militaire qui revient à la fin du film ; les montages montrant le couple principal en train de se rapprocher en travaillant ensemble ; la rivale amoureuse caricaturale, etc), non seulement la romance principale semble forcée et précipitée (dix minutes après le début du film, on a déjà droit au montage de rapprochement, durant lequel le couple flirte ouvertement), non seulement la mise en images est pataude et sans la moindre subtilité (le moment "il soulève brièvement son t-shirt, exposant ses abdos, et elle se mord la lèvre en le regardant du coin de l'oeil", au secours) mais en plus, la scénariste n'est même pas capable de maîtriser les bases de son sujet : le poinsettia.

Le poinsettia est une fleur qui, pour qu'elle ait des feuilles rouges, doit passer 15 heures par jour dans l'obscurité totale, pendant au moins huit semaines. Et donc, ici, deux semaines avant Noël, toute la récolte saisonnière est verte, mais pas de panique ! L'héroïne arrive, passe la moitié du film à chercher une solution (je rappelle que c'est une famille d'horticulteurs qui font pousser des poinsettias depuis des générations ^^) et, quelques jours avant Noël, après avoir essayé le rempotage, l'engrais, etc, se dit que l'obscurité est peut-être la solution à son problème. Et zou, comme par magie, après deux ou trois nuits dans l'obscurité, tous les poinsettias rougissent subitement, juste à temps pour Noël.

Alors, oui, je sais, ce dernier paragraphe fait un peu #BotanisteDuDimanche, et ressemble à du pinaillage, mais ça a été la  goutte d'eau qui a fiat déborder le vase de mon antipathie pour ce métrage. Et c'est d'autant plus frustrant que la majeure partie de la distribution est, comme je l'ai mentionné, très attachante (mais sous-exploitée).

1.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films de Noël passés en revue sur ce blog dans le cadre de la Christmas Yulefest en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #651 : SEMAINE ST-VALENTIN - Spanglish (2004), La Saison des Amours (2012) & Un Prince Pas Très Charmant (2011)

Publié le 16 Février 2018 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Comédie, Drame, Romance, Télévision, Hallmark

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus. Et cette semaine, on se concentre sur la romance, à l'occasion de la Saint Valentin...

​Spanglish :

Mère célibataire, Flor (Paz Vega), une immigrante illégale mexicaine, trouve un travail chez les Clasky, Deborah (Téa Leoni) et John (Adam Sandler), un couple américain aisé qui ne parle pas espagnol. Bien vite, cependant, la barrière du langage fait que Flor s'installe avec sa fille chez les Clasky, et se rapproche progressivement de John, qui peine par ailleurs à supporter son épouse instable, égocentrique et hystérique...

Une dramédie romantique américaine assez inégale, qui aborde de nombreuses thématiques (différences culturelles, immigration, lutte des classes, intégration, mariage, problèmes psychologiques, parents, enfants, romance, etc), mais ne parvient pas à toutes les approcher avec la même subtilité.

Parfois, cela fonctionne très bien (tout ce qui a trait aux enfants, ou encore la romance jamais consommée entre Sandler et Vega), et parfois, cela vire à la mauvaise caricature (Leoni et sa mère, notamment, et leurs scènes clairement sitcomesques, alors que Leoni assure pourtant dans un rôle déjà particulièrement antipathique et insupportable - d'autant plus que ce personnage me rappelle des personnes que j'ai bien connues IRL).

Ajoutez à cela une réalisation assez transparente, et on se retrouve avec un tout longuet et qui déçoit un peu. Dommage, parce que le tout est globalement plutôt intéressant, et assez bien interprété (la jeune Sarah Steele est mémorable).

3/6

La Saison des Amours (Strawberry Summer) :

Beth Landon (Julie Mond), enseignante en musique dans un lycée et Reine des Fraises de sa ville, invite une superstar de la musique country, Jason Keith (Trevor Donovan) à se produire lors du Festival des Fraises local. Mais Keith est un bad-boy à la réputation calamiteuse, et lorsqu'il arrive, Beth comprend vite que, derrière son attitude, le chanteur est quelqu'un de torturé, et qui cache un profond secret pouvant bouleverser sa carrière. Pourtant, ensemble, l'enseignante et la star de la country vont apprendre à se connaître, et à se faire confiance...

Un téléfilm Hallmark particulièrement country et... euh... je m'aperçois que je n'ai absolument rien à en dire. Rien de bien, en tout cas.

C'est clairement l'un de ces téléfilms romantiques Hallmark faits avec un budget minimaliste, avec un couple d'acteurs principaux inconnus, peu charismatiques, mais suffisamment beaux et compétents pour faire illusion, et confiés à une équipe technique bon marché.

Ici, outre l'histoire inintéressante au possible, et les seconds rôles (Shelley Long en tête) qui en font trois tonnes, cela se traduit surtout par un montage déficient, qui change d'axe et de sujet toutes les deux secondes, ou à chaque fin de phrase, tentant ainsi d'insuffler un rythme de blockbuster à des scènes et à un film qui n'en ont pas besoin.

Résultat, tout sonne faux et forcé, et instinctivement, on perçoit que quelque chose ne tourne pas rond d'un point de vue technique. À oublier très vite.

1.5/6

Un Prince Pas Très Charmant (Fixing Pete) :

Pete (Dylan Bruno), journaliste sportif, est un véritable cliché ambulant de l'homme beauf, sexiste et macho, sans le moindre raffinement ; Ashley (Brooke Burns), elle, est l'une de ses collègues, qui présente une rubrique de relooking ultra-populaire. Lorsque leurs patrons leur demandent de s'associer, pour qu'Ashley relooke Pete dans le cadre de sa rubrique, les deux reporters s'insurgent, d'autant que le courant ne passe pas du tout entre eux. Jusqu'à ce qu'ils apprennent mieux à se connaître...

Le titre français de cette rom-com Hallmark résume bien le tout : on est dans un conte de fées, avec personnages caricaturaux, musique envahissante, rebondissements totalement prévisibles et basiques, et protagoniste masculin assez peu attachant.

Non pas que cette version masculine de My Fair Lady soit mal jouée, mais tout y est tellement générique et insipide qu'au final, on oublie les 3/4 du récit à peine le métrage terminé.

Et Stacy Keibler y est sous-exploitée, en plus.

2/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien....

commentaires

Catch Review : TNA Impact (23/09/2015)

Publié le 27 Septembre 2015 par Lurdo dans Catch, Review, Critiques éclair, Télévision, TNA

Après cet Impact, plus qu'une semaine avant Bound For Glory...

Impact du 23/09/2015 :

- La Team TNA dans le ring, avec Dixie, et tout le roster autour du ring, pour triompher très "humblement" suite à la semaine dernière ; incroyable comme tout ça est forcé; notamment avec Galloway, qui continue de faire la même promo toutes les semaines. Dixie annonce un 5-way pour le spot de challenger @ BFG, et se plaint de la trahison de EY, qui comme Big Show, a un "contrat en béton armé", et ne peut donc pas être viré. D'autant qu'à chacune de ses interventions, EY se transforme un peu plus en Ric Flair dans sa diction et ses promos. Dixie finit par booker un lumberjack match entre EY & Melendez.

- Melendez vs EY, Lumberjack match. Énième match entre les deux hommes, donc pas vraiment intéressant, d'autant que le finish est faiblard au possible, et que les lumberjacks n'ont servi à rien, mais bel effort de Melendez, qui fait tout le match sur une jambe, et s'améliore progressivement.

- La DH récapitule le feud en surjouant à fond, comme d'habitude, et Taryn envoie Jade pour se battre contre Gail.

- EC3 rappelle Jeff Hardy à l'ordre.

- Lashley est content, les commentateurs meublent.

- Jade vs Gail, KO title match. Jade n'a pas gagné le moindre match depuis son arrivée, et la voilà challenger. Moui. Heureusement que les deux femmes sont douées, ça aide à faire passer la pilule. Un bon match, à la fin prévisible, et au post-match bordélique et assez plat. Le face à face Kong/Gail n'est là que pour mettre en place le match de PPV.

- Très bonne promo de Spud backstage. Le fait qu'il soit à ce point sous-utilisé m'agace énormément.

- Tigre Uno vs Kenny King, XD title match. King n'a pas gagné le moindre match depuis des mois (et il a désormais quitté la compagnie), et le voilà challenger. Moui. Le match était assez réussi, cela dit, ce qui rend l'inutilisation de King encore plus frustrante.

- EC3 vs Spud. WH title match. Un match sans surprises, mais techniquement réussi, et un post-match avec un Hardy qui se retourne pour de bon contre EC3 - précipité et baclé, mais bon, plus trop le temps de trainer, avec BFG dans une dizaine de jours.

- EC3 est furieux.

- Revolution dans le ring, avec Storm mécontent de ses troupes, Abyss qui se rebelle, part, et Manik qui fait de même, avant de jeter son masque. Bon segment, bonnes promos, malgré Shera qui se pointe, baragouine en anglais et défie Storm. Qui se barre. Dommage que la Revolution ait été un tel fail.

- Galloway salue les Wolves backstage.

- Les Hardys discutent backstage.

- Bram vs Galloway vs Wolves vs Lashley, #1 contender elimination match. Bon match, là encore. Lashley est comme toujours un colosse dans le ring, mais bon, le finish était prévisible au possible.

- EC3 passe un savon à Hardy dans le ring, et celui-ci démissionne. Un segment redondant, et qui finit le show de manière assez plate.

 

En soi, le show était assez bon, principalement parce que les matches étaient tous bons. Après, il faut bien admettre que, 1) je me contrefous un peu des lutteurs qu'ils ont choisi de mettre en avant - Melendez, Galloway, Shera, les Hardys, et même Gail - , 2) la carte de BFG, pour l'instant (à peine deux ou trois matches annoncés, et rien d'intéressant) est assez médiocre, et 3) le booking est un merdier improbable, plein d'occasions manquées et de talent gâché.

Donc difficile de s'enthousiasmer pour l'avenir, d'autant que l'avenir en question est toujours très très vague, post-BFG.

commentaires

Catch Review : TNA Impact (13/03/2015)

Publié le 14 Mars 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après Impact en Écosse, et leurs débuts logiques, la TNA s'installe à Londres, et avec elle, débarquent les foules immenses et déchaînées...

Impact Wrestling 13/03/2015 :

- Voix off imposante pour le résumé (ça rappelle les PPVs d'antan).

- Londres blindé, et ultra-réactif et bruyant. Ça fait énormément plaisir.

- Roode vs EY, Last Man Standing. Démarrage sur les chapeaux de roue, 20 minutes d'une action solide et nerveuse, public qui accompagne tous les comptes de l'arbitre, EY qui joue les über-heels... bref, une excellente ouverture de show.

- Mickie et Magnus arrivent à Wembley.

- Spud est motivé, et veut donner une leçon à EC3, qu'il gagne ou perde le match.

- Drew Galloway au micro, shoote de manière à peine déguisée contre la WWE, le public est totalement derrière lui, MVP n'est pas impressionné, vanne Drew sur son statut de Chosen One de Vince McMahon, et zou, match contre MVP.

- MVP vs Galloway. Match assez classique, avec intervention du BDC pour conclure, et pour démolir Galloway. Efficace.

- Magnus est confiant, Mickie est inquiète.

- Récap de Spud/Ec3. EC3 ne s'en fait pas, et promet de démolir Spud.

- Récap de Bram/Magnus.

- Bram vs Magnus. Une belle intensité, un public un temps divisé entre les deux hommes mais qui finit par se ranger derrière Magnus, un Bram qui travaille sur le cou de son adversaire, et finit par recourir à un coup bas pour terminer le match. Bram démolit Magnus en post-match, avant de s'en prendre à Mickie, et d'humilier totalement Magnus. Segment qui fonctionne du tonnerre grâce à Bram et à son regard de psychopathe.

- Le BDC est enragé.

- Brooke vs Roobie E. Un match mixte assez rare, et plutôt axé comédie, mais un bel effort de la part de Brooke. Ce n'était pas indispensable, mais ça servait de petite pause plus légère entre deux matches intenses.

- Récap de Lashley/Angle, pour la semaine prochaine.

- Spud vs EC3, hair vs hair match. Spud qui entonne l'hymne national, accompagné de tout le public, avant un match... wow... gore.

Une heel heat énorme sur EC3, des comptes de 2, une semi-censure avec quelques gros plans totalement aléatoires en noir et blanc (qui à mon avis n'étaient là que pour obéir aux demandes de Destination America), un Spud qui hulks up, un match épique, un public déchaîné, et un EC3 qui semblait avoir des remords en fin de match, mais pas vraiment.


Franchement, un Impact de qualité, presque digne d'un PPV.

Le seul vrai bémol que j'aurais à exprimer, c'est le commentaire de Taz et de Matthews... pas qu'il soit mauvais, mais pour une raison inexplicable, Taz était aux abonnés absents pendant les 3/4 du show, et ses rares interventions donnaient l'impression d'être génériques, et enregistrées huit jours après les commentaires enthousiastes et motivés de Josh.

Ce qui donnait par moments l'impression d'entendre les commentaires préenregistrés de Taz sur les vieux jeux WWE SD vs RAW. Et bien sûr, une fois qu'on s'en aperçoit, on n'entend plus que ça durant tout le reste du show. Forcément.

Mais mettons cela sur le dos d'un problème technique, ce qui ne serait pas forcément surprenant vue la météo horrible qui a frappé la Côte Est des USA ces dernières semaines. Quoiqu'il en soit, l'Impact de la semaine prochaine devrait s'avérer aussi épique que celui-ci. Vivement !

commentaires

Catch Review : TNA Impact (08/05/2015)

Publié le 9 Mai 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après un Hardcore Justice rythmé, la semaine dernière, retour au Live, avec un épisode plein de promesses...

Impact LIVE - 08/05/2015 :

- EY dans le ring, pour exiger de connaître le Special Guest Ref de ce soir. Résultat, c'est Bully qui fait son retour, probablement la queue entre les jambes après son WWE fail. Mwé. Il n'était pas indispensable de le faire revenir, m'enfin bon, on verra bien s'il reste ensuite, ou non. J'espère juste que Velvet ne va pas suivre.

- C'est moi, ou bien le ring est plus grand que d'habitude ?

- EC3 vs Anderson, Falls Count Anywhere. Promo in-ring très confiante d'EC3, Anderson pas impressionné, et passe à l'assaut. Un brawl sympatoche, à l'issue prévisible, car 2 vs 1, et parce que The EC Streak.

- Bully esquive les questions de Kurt.

- Kong et Gail sont sur la même longueur d'onde.

- Promo de MVP, bien énervé et remonté contre le gouvernement US.

- The Rising arrive, réplique, et brawl général. Un peu longuet, tout ça.

- MVP vs Galloway. Match tout à fait honorable, bien que d'une durée assez limitée. EY vient donner un coup de main au BDC en post-match.

- Storm a un cadeau mystérieux pour Mickie.

- Storm et Mickie dans le ring, Storm baratine gentiment, et lui offre une guitare personnalisée ; Magnus se pointe, mais se fait troller par Storm et le public, jusqu'à ce que Magnus atomise Storm à coup de guitare. Ce qui, forcément, va finir par se retourner contre lui... le plan de Storm fonctionne parfaitement.

- Brève vignette sur Gail et Taryn qui s'engueulent après le show de Mr Gail Kim.

- Dollhouse vs Gail & Kong, handicap match. Content de voir qu'ils ont un peu calmé le gimmick des Dollhouse (qui font donc moins gamines surexcitées) ; un tag match efficace dans sa narration, et avec un groupe de heels qui sont bien dans leurs rôles. J'attends l'arrivée de Havok pour compléter le trio vs trio.

- Récap de la blessure de Jeff Hardy, avec un Matt pensif backstage.

- Mickie et Magnus se disputent.

- Matt Hardy annonce que les tag titles sont vacants, et qu'il ne sait pas trop ce qu'il va faire maintenant. Les Dirty Heels se pointent avec un thème fusionné qui fonctionne assez bien, je dois dire, et ils déclarent qu'ils sont les meilleurs lutteurs du monde, que les tag titles méritent d'être défendus toutes les semaines, et déclarent ainsi leur intention de devenir les champs, de manière durable et fiable, contrairement à ces incapables qui sont toujours blessés ; forcément, Davey Richards n'est pas d'accord, et annonce qu'Eddie Edwards est de retour, pour mettre en place un Best of 5 entre les Wolves et les heels pour les titres. Une manière efficace de résoudre bien des problèmes.

- Galloway tente de motiver Matt Hardy, de manière énigmatique.

- A-Love dans le ring, pour parler de son sujet préféré : elle-même (et elle le fait de manière assez fun, je dois dire). Velvet est (malheureusement) dans le public, en mode dark-emo-bikeuse. Mini-brawl interrompu par la sécurité.

- EY vs Kurt, w/ Special ref Bully Ray, HW title match. Main event assez classique pour les deux hommes, avec overbooking inévitable, et l'interruption du BDC contrée par le Rising (& Melendez, probablement parce qu'il est un élève de Bully IRL, et que ça aide à être booké). Bully, lui n'a servi à rien.


Mouais. Le show n'était pas mauvais, mais... difficile de ne pas être déçu : rien de bien surprenant ou extraordinaire, et un double retour de Bully et de Velvet qui m'a tout simplement plombé le show par son inutilité, et par ce qu'il va probablement entraîner dans les semaines à venir. Bof, donc.

commentaires

Catch Review : TNA Impact (01/07/2015)

Publié le 4 Juillet 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Depuis le mois de Mai, Impact me déçoit. Après une série de premiers shows impeccables, bien équilibrés entre nouveaux visages et action, le programme s'est réinstallé dans l'Impact Zone, et avec ce retour à Orlando, les bookers sont retombés dans leurs vieilles habitudes, leurs béquilles récurrentes, qui ont rapidement donné au show l'apparence d'une improvisation constante, et d'une course aux audiences à base d'anciens noms rarement pertinents rappelés pour un match ou deux. Point culminant de cette tendance, la semaine dernière, avec le retour de Jeff Jarrett, sa participation à Slammiversary, et sa promo éhontée pour sa nouvelle compagnie. Autant dire que ma motivation à regarder Impact, ces jours-ci, n'est pas à son maximum...

Impact du 01/07/2015 :

- BDC vs Rising, Loser must disband, Elimination Handicap match. Pas de grande surprise ici, puisque le feud était rance et éventé, avec le Rising inexistant sorti des promos de Drew, et le BDC et son roster rotatif, au gré des départs. Un tag match tranquille au résultat assez  prévisible. En espérant qu'ils se décident à pusher un peu Eli Drake, maintenant, ce qui semble bien parti, vu que sa blessure durant ce match semblait gentiment bidonnée, histoire de laisser Drew 4 contre 1, et d'être libéré de ses obligations vis à vis de The Rising...

- Youpi, rien ne dit "bell to bell" comme une interview exclusive avec Jarrett. En plus je suis sûr qu'on n'apprendra rien d'intéressant.

- Évacuation de Low Ki, pas très gracieuse, mais bon.

- Magnus et Mickie dans le ring, pour une promo contre Storm ; Storm réplique en promettant une adversaire pour Mickie dans un match par équipe, la semaine prochaine. Plutôt réussi de la part de Mickie, mais assez quelconque de la part de Storm, qui part dans une tirade misogyne assez déplacée et caricaturale...

- Wolves vs Heels, 5/5, 30 min Iron man tag. Un excellent match marathon. Mais maintenant, vu la pénurie d'équipes à la TNA, on peut se demander ce qui attend les champions en titre...

- Kong vs Brooke vs Taryn, KO Title. Pas mauvais, même si un peu trop bref pour être totalement convaincant. Grosse déception quant à la vidéo mystère, par contre. Supaire, Gail Kim vs Taryn, c'est frais, inédit, original, ça donne envie...

- Interview inutile et creuse de Jarrett, qui ne dit rien d'intéressant, mais fait sa promo pour GFW. M'enfin au moins c'était bref.

- EC3 vs Kurt Angle, World Title. Pas de surprise quant au résultat, forcément, mais un match de championnat plutôt convaincant. Rien d'exceptionnel (Angle a tendance à se montrer parfois répétitif et mécanique, dans ses vieux jours, et EC3 n'est pas un catcheur exceptionnel dans le ring), mais un affrontement solide, devant un public motivé. Maintenant, je redoute le pire pour son règne à venir...

 

Un peu comme pour Slammiversary, pas de surprise : l'action était de qualité, et peu encombrée ou sabotée par le booking. Ce qui est tant mieux, il faut bien l'avouer.

Après, j'ai toujours énormément de mal à m'enthousiasmer, sachant que Aries, Magnus et Storm ne sont plus là, que Roode rejoint lui aussi la GFW - la GFW semble avoir officiellement ajouté la TNA à son portefeuille collaboratif de fédérations associées, ce qui est très bien... mais pour l'instant, c'est toujours la GFW qui continue de profiter de cette relation, tandis que la TNA se retrouve le bec dans l'eau, à voir tout son roster foutre le camp sans rien gagner d'autre en échange que Jarrett et ses promos - , que la tag division est au point mort, que la KO division tourne en rond, et que la semaine prochaine, le grand retour télévisé de Dixie a été annoncé.

Disons que ce n'est pas vraiment la TNA que j'ai envie de voir en ce moment (c'est pour ça que j'ai un peu arrêté de regarder le show sur le web en "direct", et que, jusqu'à nouvel ordre, je vais tranquillement attendre le lendemain... ou deux jours après, il n'y a pas d'urgence)

commentaires

Catch Review : TNA Impact (03/06/2015)

Publié le 4 Juin 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Nouveau créneau horaire, le Mercredi soir, avec la ROH comme lead-in. Pourquoi pas...

Impact Wrestling 03/06/2015  :

- Josh Matthews & The Pope (!!!) aux commentaires, ce soir.

- EC3 accompagné d'un quintète de barbershop pour son entrée et l'illustration musicale de son segment. Amusant, notamment quand EC3 & Tyrus teasent le retour du Funkasaurus. EC3 est satisfait de son spot de challenger, mais Spud aura sa chance juste avant, et cela ne satisfait pas trop le "#1".

- Lashley vs EY. Un bon match retour de la part de Lashley, même si je ne suis pas forcément fan du retour de Melendez, ou, comme toujours, de la spear-roulade avant de Lashley.

- La Dollhouse se vante de ses réussites.

- Promo backstage honorable de Melendez.

- Spud hésite toujours à choisir l'Option C, et Aries le décourage.

- Je n'y peux rien, je ris à chaque fois que je vois Kong prendre une pose glamour dans la pub pour les KOs.

- Jade vs Assmacher. RAS, que ce soit en positif ou négatif.

- EC3 reçoit un coup de fil important en pleine interview.

- Rebel et Assmacher font la fête backstage, mais la Dollhouse attaque Rebel dès que Brooke a le dos tourné.

- BDC vs Rising. Bonne perf d'Eli Drake, et un match finalement assez court, mais pas désagréable.

- Mickie au rendez-vous fixé par Storm avec les professionnels du milieu de la musique, mais ils ne sont pas là, et Storm, lui, l'est. Forcément.

- Spud annonce qu'il active l'option C, malgré l'offre d'EC 3 (un contrat perpétuel de Chief of Staff). Efficace, comme tous les segments promos de Spud/EC3. Ec3 se venge, et zou, un tag match pour ce soir.

- Les Dirty Heels comprennent enfin qu'ils doivent se montrer à la hauteur de leur nom, et être des heels.

- Storm tente de convaincre Mickie de rejoindre sa Révolution et de se tenir à ses côtés, mais Mickie refuse net.

- Dirty Heels vs Wolves 3/5. À nouveau, un excellent match, et forcément, un "heel turn" (si l'on peut appeler ça ainsi) des Dirty Heels.

- Storm balance Mickie sur une voie de chemin de fer pour se venger. Et ensuite, il appelle Magnus pour se vanter. :mrgreen:

- Madison Rayne dans le ring, mécontente de la présence de Velvet alors qu'elle est inutilisée, est visiblement un peu coupée au montage alors qu'elle shootait, et se mange un stunner foireux de la part de Velvel avant que celle-ci (qui en fait trois tonnes en pseudo-badass) ne se fasse virer par ALove et sa sécurité. Et ALove se fait elle-aussi arrêter pour avoir attaqué "une fan". Le problème de ce segment, c'est que j'étais clairement 100% derrière Maddie, et pas derrière Velvet. Donc bon gros FAIL, pour moi.

- Taryn hype un peu la Dollhouse.

- Spud & Angle vs Ec3 & Tyrus. Vraiment RAS. Un main event un peu faiblard à mon goût.

- Aries s'incruste, et annonce qu'il encaisse son title shot la semaine prochaine, lors de Dest-X. Pas méga fan de cette décision, parce que ça implique deux matches de championnat pour la ceinture poids lourd la semaine prochaine, lors d'un show qui devrait être dédié à la X-div. Mwé.


Un show très mitigé, pour moi. Enlevez le tag match, comme toujours excellent, et le reste était seulement correct, sans plus. Enlevez le segment de Velvet, par contre, et tout de suite, le niveau remonte nettement. Espérons que le Destination X de la semaine prochaine soit intéressant et surprenant, mais je ne me fais pas trop d'illusions.

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1511 : SEMAINE SWASHBUCKLING - Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl (2003)

Publié le 23 Août 2021 par Lurdo dans Action, Aventure, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Disney, Jeunesse, Review, Romance, USA, POTC

Au programme : pendant une semaine, des pirates, de l'aventure, et de la chasse au trésor !

Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl (Pirates of the Caribbean : The Curse of the Black Pearl - 2003) :

Elizabeth Swann (Keira Knightley), fille du gouverneur de Port Royal, se retrouve embarquée dans une aventure inattendue lorsque son amitié avec William Turner (Orlando Bloom), un forgeron, la fait tomber aux mains de Barbossa (Geoffrey Rush), Capitaine du Black Pearl et de son équipage de pirates immortels et maudits. Sans oublier Jack Sparrow (Johnny Depp), ancien capitaine du Black Pearl, bien décidé à récupérer le navire des mains de ceux qui l'ont trahi...

Et l'on commence cette semaine Swashbuckling et piraterie avec un indéboulonnable du genre, jamais chroniqué en ces pages alors que deux de ses suites l'ont été : le premier Pirates des Caraïbes, signé Gore Verbinski, et produit par Jerry Bruckheimer.

Difficile de revenir sur un tel film sans prendre en compte l'influence qu'il a eu sur son genre cinématographique, et sur le blockbuster moderne : de la musique de Zimmer/Badelt, en passant par le savant mélange d'action et d'humour dont on retrouve la formule dans les Marvel ou d'autres films Disney comme Jungle Cruise.

POTC n'a pas forcément innové, mais a remis le genre du film de pirates au goût du jour, et a redonné un coup de fouet à une formule trop souvent délaissée : le film d'aventures familial et dynamique, à la durée de plus de deux heures.

Un film confié à Verbinski, qui a apporté au métrage et à ses suites un véritable point de vue bien à lui : dès les premières images, on sent un véritable soin apporté à l'atmosphère de cet univers, plus sombre et crasseuse que ce que l'on aurait pu attendre d'un film Disney.

Effets spéciaux mémorables, univers très tactile et crédible (avec ces immenses navires, ces batailles épiques, ces pirates aux trognes décaties, etc), thème principal ronge-crâne (avec le recul, on pardonnera à la bande originale son côté un peu trop synthétique et dérivatif, surtout lorsque l'on se souvient que Hans Zimmer ne croyait tellement pas au projet qu'il a refilé de vieilles bandes démos à ses sbires - dont Badelt - en leur disant de se débrouiller avec tout ça), gros moyens techniques, et bien entendu, une distribution qui joue le jeu à fond, totalement dominée par l'interprétation improbable de Johnny Depp.

On pourra regretter qu'Orlando Bloom soit éclipsé par tous ses partenaires de jeu (c'est le personnage qui veut un peu ça, et il regagne un peu en charisme vers la fin du film, mais bon...) et il est assez intéressant de constater que déjà, dans ce premier film, on peut déceler des éléments qui préfigurent ce qui commencera à poser problème dans les deux suites : quelques longueurs (le film aurait gagné à être plus court d'un quart d'heure), une overdose de trahisons et de retournements de veste, une structure un peu brouillonne...

Mais ce premier film de la saga est tellement généreux et dynamique que cela ne pose pas vraiment de problème.

4.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 40 50 60 70 > >>