Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Résultat pour ""inside No. 9""

Halloween Oktorrorfest 2021 - 36 - Demonic (2021)

Publié le 3 Novembre 2021 par Lurdo dans Comédie, Critiques éclair, Fantastique, Halloween, Horreur, Oktorrorfest, Religion, Review, Science Fiction, Science-Fiction, USA, Canada

Chez les Téléphages Anonymes, de fin septembre à début novembre, on fête Halloween et l'Oktorrorfest, un marathon quotidien de cinéma fantastique et d'horreur...

Demonic (2021) :

Traumatisée dans son enfance par les actes criminels de sa mère Angela (Nathalie Boltt), responsable de la mort dans les flammes de dizaines de personnes, Carly (Carly Pope) a coupé tous les ponts avec elle... jusqu'à ce qu'elle soit contactée par Michael (Michael J. Rogers) et Daniel (Terry Chen), deux médecins qui l'informent qu'Angela est dans le coma, et qui proposent à Carly de se plonger virtuellement dans les souvenirs et dans l'esprit de sa mère, pour tenter de la comprendre et de lui parler une dernière fois. Mais rapidement, Carly découvre qu'Angela n'est pas seule dans cette simulation et qu'une entité maléfique est responsable de ses actes...

Retour faiblard pour Neil Blomkamp (Chappie, District 9, Elysium) qui, en pleine pandémie, décide d'écrire et de réaliser un film de techno-exorcisme où se mêlent réalité virtuelle, traumatisme familial, commandos du Vatican, démon-corbeau, le tout dans un gros bordel brouillon et inabouti, qui n'exploite jamais vraiment ses idées, et surtout, échoue à donner le moindre rythme à son script.

On s'ennuie beaucoup, donc, malgré les efforts de Carly Pope, et on se demande ce qui a bien pu inciter Blomkamp à faire son retour avec ce projet, un projet clairement encore à l'étape du premier jet de scénario, et dont les embryons d'idées et de pistes intrigantes (le commando, la lance, la réalité virtuelle dans les souvenirs d'autrui...) semblent avoir été conçues sur un coin de table lors d'un dîner un peu arrosé, et jamais développées plus avant.

À oublier très vite.

1.5/6

--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue dans le cadre de l'Oktorrorfest dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1732 : Comme chiens et chats 3 - Paws Unite (2020)

Publié le 7 Septembre 2022 par Lurdo dans Aventure, Action, Cinéma, Critiques éclair, Jeunesse, Science Fiction, Science-Fiction, Fantastique, Review, USA, Comédie

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Comme chiens et chats 3 - Paws Unite (Cats & Dogs : Paws Unite ! - 2020) :

Roger (Max Greenfield), chien de Seattle, est l'animal de compagnie d'un jeune tennisman (Callum Seagram Airlie) qui ne s'occupe plus vraiment de lui ; Gwen (Melissa Rauch), une chatte, habite l'étage du dessous avec sa jeune maîtresse (Sarah Giles) et son père musicien (John Murphy) en difficultés financières. Ensemble, les deux animaux, agents du F.A.R.T., vont devoir monter une équipe et arrêter les plans machiavéliques de Pablo (George Lopez), un cacatoès aux ambitions destructrices...

Un troisième volet bien piteux, après un premier film médiocre, et un deuxième film bien plus décomplexé : malgré ce que prétend l'affiche ("en salles le 9 octobre"), ce Cats & Dogs 3 est clairement un métrage conçu comme un DTV, avec tout ce qu'implique une sortie directe en vidéo et en streaming et un tournage à Seattle - scénario au rabais, effets spéciaux fauchés, dialogues bancals, réalisation plate de téléfilm, running gag à base de pets (le nom de l'organisation des chiens et chats associés est le FART, ptdr) et beaucoup de remplissage (images libres de droits, intrigues humaines) qui permettent de boucher un peu les trous d'un récit trop superficiel pour intéresser.

Bref, c'est assez mauvais, ou du moins, totalement insipide, loin des gadgets, du budget, et de la parodie de film d'espionnage du second film (là, tout se déroule à l'échelle d'un pâté de maison, entre un immeuble et une animalerie).

1.5/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Enterprise, saison 2 (suite et fin)

Publié le 14 Juin 2013 par Lurdo dans Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek, Télévision, Critiques éclair, Review

Disclaimer : Ce bilan (en deux parties) n'en est pas vraiment un, mais est plutôt une chronique de visionnage, établie courant 2008 lors d'une séance de rattrapage intégral de la série, et initialement publiée sur un forum en temps réel, jour après jour. À prendre avec du recul, donc, la mise en forme n'étant pas vraiment digne du terme "bilan", et nécessitant un travail de réécriture encore à venir.

Enterprise 2x15-26:

- 2x15 : Cool, le retour de Shran, et un chouette caméo de Suzie "K'ehleyr/Mme Q" Plakson. Dommage que ce soit dans un épisode profondément soporifique, et qui une fois de plus présente les Vulcains comme de gros c#ns baratineurs imbus d'eux mêmes.

- 2x16 : Ah, quand même, enfin un épisode qui traite à nouveau de la Guerre Froide Temporelle, on a failli attendre (en fait, c'est la technique Smallville de gestion de la mythologie : un épi au début et à la fin de la saison, un au milieu, et c'est tout... ).

Enfin, quand je dis traiter, c'est un bien grand mot : là, l'Enterprise récupère un Tardis ("But... it's bigger on the inside !"), et se fait courser par les Sulibans et les Tholiens, qui cherchent à mettre la main dessus. Et c'est tout. On n'apprend rien de plus sur l'intrigue générale, c'est simplement de l'action, et un peu de blabla. M'enfin ce n'est pas trop soporifique, c'est toujours ça de pris.

- 2x17 : Shiban, pour Prison Break in Space. Archer et le redneck capturés par des maychants, une évasion générale, blablablablabla.... ZzzzzzzZZZzZzzzZZZZ.

- 2x18 : Des fumées étranges qui prennent possession des membres de l'équipage, et les font agir bizarrement. Notamment Reed, qui cherche à sauter sur tout ce qui bouge.

Déjà, quand on comprend que les fumées sont des êtres vivants immatériels, qui rêvent de découvrir ce que ça fait d'être solide... mais qu'ils arrivent à bord d'un vaisseau énorme tout ce qu'il y a de plus tangible, on se dit qu'il y a un problème de cohérence interne... que les scénaristes tentent de contrer en expliquant que la race était autrefois solide, mais que depuis de nombreuses générations, ils n'ont plus de corps, et que leur vaisseau tombe petit à petit en panne... ce qui n'explique pas comment les fumées arrivent à piloter le dit-vaisseau, et à lui faire capturer l'Enterprise.

Et ensuite, ça se transforme en une invasion de Body Snatchers jamais convaincante, et assez molle, qui se regarde à peine d'un oeil sans jamais mettre la pression ou jouer de la paranoïa inhérente à ce type de concept...

(c'est tellement médiocre, pour l'instant, que je m'attends à ce qu'ils touchent le fond incessamment sous peu en faisant un épisode du genre "T'Pol en chaleur", ou bien "Porthos - que je n'ai pas vu depuis une demi-douzaine d'épisodes au moins - en rut")

- 2x19 : Un épisode remake de Star Trek VI, en accéléré, depuis le tribunal klingon jusqu'à Rura Penthe (qui fleure bon le studio étriqué). Bon, comme d'habitude, ça commence directement par Archer en prison, sans qu'on nous montre sa capture, mais bon, ça se regarde d'un oeil distrait, puisque c'est très dérivatif, surtout grâce au "Général Martok" en guest. Par contre, faire de l'Enterprise/d'Archer le responsable de la disgrâce de la Maison Duras, c'est comme d'habitude de la rétro-continuité ultra naze.

- 2x20 : Épisode spécial le-perso-inexploité-de-l'équipage, alias "un épisode à la Kim". Et là, c'est sur le black de service. Il a droit à un épi de ce genre par saison, et donc ici c'est transparent, comme lui. Forcément, déjà que son (mauvais) jeu d'éternel ahuri n'aide pas, on nous fait en plus tout un trip nostalgie/émotion pour un personnage dont on se fout éperdument depuis deux ans... Et passons sur l'intrigue secondaire de T'Pol critique de film 

- 2x21 : Et zou, un teaser qui retconne les tribules en en faisant une découverte de l'Enterprise, et plus précisément de Phlox, qui en introduit un à bord... comme nourriture pour l'une de ses bestioles. Meuh non, il ne faut pas y voir le mépris de Bermaga pour tout ce qui est TOS...

Bon, sinon, un épisode en pilotage automatique sur le membre d'une race extraterrestre en guerre contre les Denobuliens, secouru par l'Enterprise, et Phlox qui hésite à le soigner. Pendant ce temps, ce cher pilote-afro-américain-dont-je-n'arrive-pas-à-me-rappeler-du-nom se blesse, et finit à l'infirmerie. Encore et encore. C'est presque sa caractéristique principale, maintenant.

- 2x22 : Une race d'aliens dont la reproduction nécessite trois partenaires : un mâle, une femelle, et un cogéniteur, ce dernier étant le membre d'une minorité de leur espèce... pourquoi ça me rappelle quelque chose ? Ah, ben forcément: c'est pompé -dessus. Encore une fois, Bermaga cartonnent, niveau originalité...

Sinon, c'était regardable. Presque intéressant, même. Notamment parce que G'kar en guest. Et une apparition de Porthos ! Mais ce n'était pas original du tout. Et puis Archer qui fait de grandes leçons de morale à Trip en lui reprochant d'appliquer sa morale humaine à des aliens, alors que c'est précisément ce que le Capitaine fait non-stop depuis deux saisons, *soupir*.

- 2x23 : Les Borgs. Dans Enterprise. Enfouis depuis 100 ans sous 3 centimètres de neige en Arctique, et découverts par hasard par une archéologue qui passait par là, et a trébuché sur un cadavre de borg. Qui revient à la vie. Des Borgs. Du futur. Qui se font botter le cul par l'Enterprise, un vaisseau en carton qui n'a même pas de torpilles photoniques. Des Borgs. Qui voient la continuité de trois séries disparaître en un clin d'oeil quand le scénariste décide d'expliquer que si les Borgs veulent envahir la Terre à l'époque de Picard, c'est par la faute d'Archer & co. Et pas parce que Q provoque un premier contact, ou que la famille de Seven les étudiait.

Des Borgs. Dans un épisode étrangement réussi et pêchu, mais qui pourtant est un gros doigt d'honneur à tout ce que Picard a subi aux mains des Borgs, vu que selon cet épisode, Starfleet possédait déjà des tonnes d'informations sur la technologie et la nature de Borgs, bien avant l'époque de Kirk. Et Phlox arrivait déjà à contrer l'assimilation par une simple irradiation. Fuck Bermaga. 

- 2x24 : Flashbacks à gogo sur comment Archer a été choisi pour commander l'Enterprise : à la suite d'un concours entre lui et son meilleur ami (ce n'était pas la "Starfleet Captain Academy", mais presque... parce que pour Starfleet, "pilote d'essai belliqueux et désobéissant" = "capitaine"...). Mouais. Enterprise Begins, ce n'est pas passionnant.

- 2x25 : Lorsque je disais m'attendre à une T'Pol ou un Porthos en rut, je ne pensais pas avoir raison. Et pourtant, si : T'pol est en chaleur. Pendant que de son côté, Archer se fait une fois de plus capturer. Ça fera simplement 3 ou 4 fois en une saison... de la même manière, ça fait 3 ou 4ème fois que le show se contredit en l'espace d'une saison ; ici, T'pol refuse de parler du Pon farr parce que "c'est top secret chez les Vulcains, on n'en parle pas à des étrangers"... alors que plus tôt dans la série, et à plusieurs reprises, elle en discutait ouvertement autour d'un dîner avec ses collègues, blablabla. Je commence presque à me demander si le responsable de la continuité de la série Heroes ne travaillait pas aussi sur Enterprise, à l'époque...

Bref, ce n'était pas génial, voire même c'était embarrassant lors des scènes avec T'Pol, et à part "Gowron" et un Tellarite v.2.0, pas grand chose à sauver.

- 2x26 : Et donc le season finale/reboot/changement radical de direction de la série.

Dans lequel une nouvelle race de maychants (après les Talibans Sulibans, les Xindis), manipulée par un camp de la Guerre Temporelle, lance une attaque terroriste suicide sur le World Trade Center sur la Floride, qui tue pleins d'innocents, et qui amène les humains à envoyer l'Enterprise en expédition punitive vers l'Irak leur planète natale, parce qu'une source anonyme - l'homme du futur - leur a dit que les Xindis étaient en possession d'une arme de destruction massive...

Bref, une saison complète d'avancement dans la mythologie, condensée en 40 minutes à peine. Résultat, toutes les scènes sensées être émouvantes, ou bien donner de la sympathie pour les personnages, passent à la trappe, au profit de l'action, l'action, l'action, et de pas mal d'exposition sans intérêt. À vrai dire, cela ressemblait presque plus à un pilote, avec rythme mou, dialogues longuets, et ellipses de plusieurs mois entre deux scènes successives, plutôt qu'à un season finale qui donnerait envie de revenir la saison suivante.

 

 

Mais c'est à l'image de cette seconde saison : à côté de la plaque. Entre les personnages inexistants (Hoshi et Mayweather en tête qui, sortis de leurs épisodes respectifs, ne servent à rien), les loners asthmatiques qui font appel aux plus bas instincts du public (vannes scatologiques et contenu sexy totalement gratuit), ceux qui sont simplement inintéressants car déjà faits 25 fois ailleurs, en mieux, et l'arc narratif principal qui oublie tout simplement d'exister, c'est probablement la pire saison de toute la franchise Trek.

Alors, qu'attendre de la saison 3, durant laquelle l'Enterprise s'aventure dans une région de l'espace si bizarre que l'"Enfer" d'Event Horizon ressemble à une promenade de santé en comparaison ? Je ne garde que de très vagues souvenirs des quelques épisodes de la saison 3 que j'ai vus autrefois, mais je me prépare à une nouvelle saison d'épisodes quelconques, passés à explorer un territoire inconnu qui ne sera, au final, pas si différent que ça de l'espace extérieur...

Bref, toujours la même routine (j'espère quand même me tromper), avec peut-être une très légère dose de continuité en prime.

1.25/6

commentaires

Les bilans de Lurdo - The Collector : le messager des ténèbres (saison 3)

Publié le 10 Août 2012 par Lurdo dans Les bilans de Lurdo, Critiques éclair, Review, Télévision, Drame, Fantastique, Religion, Canada

Le Messager des Ténèbres (The Collector) Saison 3 :

Suite et fin du visionnage de ce mélange canadien entre Brimstone et les Anges du Bonheur, sur Morgan Pym (Chris Kramer), un collecteur d'âmes au service du Diable, ancien moine du 14è siècle ayant vendu son âme en échange de la survie de sa bien aimée. Un collecteur qui, de nos jours, décide de changer de vocation, et dispose désormais des dernières 48 heures de la vie de ses "cibles" pour tenter de les sauver de l'enfer.

3x01 : Nouvelle saison, nouveau générique. Pas vilain (ils ont viré l'enfer numérique, et visiblement augmenté le budget effets spéciaux), mais musicalement raté, sans aucun thème. La SOTW, un jockey responsable de la mort de son frère, et ayant échangé son âme contre le talent de son frère décédé. Rien de passionnant, et, en plus, certains développements sont plutôt ratés, comme l'amitié Maya/la Tante du gamin autiste (ils essaient désespérément de les relier, ça en devient risible), ou la vision de Maya lorsqu'elle touche le gamin... la seule chose notable, c'est le retour de la mère de l'autiste, mais cette fois ci dans le rôle du Devil-of-the-week.

3x02 : Pas non plus super passionnant, ce grand chef qui a vendu son âme contre des recettes inédites... et qui s'avère être Vatel ayant viré cannibale. Ça avance à petits pas entre Pym et Maya (ça n'aide pas que les acteurs n'aient aucune alchimie), l'intrigue de l'autiste est inintéressante, bref, gros bof.

3x03 : La SOTW envoie Pym dans un univers parallèle, où il couche avec Maya, où il ne travaille pas pour Satan, et où l'autiste retrouve ses parents bien en vie. Plutôt sympa, même si encore une fois, Maya fait tache, ne sert à rien, et est limite antipathique tant elle n'a pas une once d'alchimie avec le reste du cast.

3x04 : Dans la série "idées à la con", je voudrais une goth ayant vendu son âme au diable pour devenir un vrai vampire. Épisode pas du tout passionnant, avec cette vampirette qui a transformé sa meilleure amie pour lui sauver la vie, blablabla... et Maya qui rechute à nouveau dans la drogue, et qui nous fatigue à nouveau... pfff.... (la soeur/clone de la gamine de Poltergeist, la série, s'en sort assez bien, cela dit, tout comme la tante de l'autiste)

3x05 : Tricia Helfer en présentatrice tv mtv-style a qui tout réussit, traumatisée dans son enfance par ses parents satanistes (rolleyes.gif), schizophrène, et qui a échangé son âme contre la matérialisation autour d'elle de ses voix intérieures. Et après Poltergeist, c'est autour de la fille de Frank Black dans MillenniuM d'apparaître dans le show. On ne peut pas dire qu'elle ait très bien vieilli, mais en même temps, elle n'est pas gâtée, car les appareils dentaires nord-américains, c'est le mal. Tricia n'est pas mauvaise, l'histoire n'est pas inintéressante (la fin est assez chouette, notamment), mais bon, Maya, son sponsor, et sa désintox, ça prend la moitié de l'épisode, et c'est soporifique.

3x06 : Un épisode ch*antissime, sur un fermier dont le pacte a provoqué la ruine d'une famille, et l'établissement d'une usine toxique à proximité. Rien à sauver, que ce soit sur le front de Pym qui se prend pour Lorenzo Lamas et fait du kung-fu en débardeur, ou sur celui de Maya qui babysitte l'autiste. Même le diable prenant l'apparence de l'ex médiévale de Pym, mais enceinte, ne sert à rien, et ne va nulle part. 45 minutes de vide. 

3x07 : Pas génial non plus. La sponsor de Maya s'avère être elle aussi une âme damnée, blablabla, et elle essaie de refaire plonger Maya, pendant que le frangin de cette dernière drague la tante de l'autiste. Rien d'intéressant, juste des droguées qui pleurent, etc... et un Satan drag-queen qui chante.^^

3x08 : Grosse surprise que cet épisode excellent, dans lequel Methos tient le rôle d'un horloger prodige qui a échangé son âme contre une montre le plaçant hors du temps. Il saute donc d'époque en époque, trichant sur les 10 années allouées par Satan, et embarque Pym dans son voyage. Une fin douce amère, une histoire cohérente, bref, heureux de voir que les scénaristes du show savent encore parfois faire de bonnes histoires, quasiment pas plombées par les déboires de droguée de Maya.

3x09 : 10 premières minutes laborieuses au possible, avec des combats ridicules, jusqu'à ce que Maya tombe nez à nez avec un damné emmené aux enfers sous ses yeux. Et à partir de là, tout s'enchaîne, elle découvre la vérité au sujet de Pym, au sujet de sa "résurrection/guérison" (à noter des références constantes, musicales & visuelles, au pilote de la série, ce qui est assez sympathique), le diable vient les manipuler pour les enfoncer un peu plus, et champagne ! Maya accepte de se sacrifier et de partir aux enfers en lieu et place d'une gamine ! M'enfin, c'est du To Be Continued, donc je sens qu'ils vont revenir là dessus....

3x10 : Suite directe de l'épisode précédent... et comme prévu, Maya est sauvée in extremis... pfff... et sur la lancée, paf, tout reprend comme avant, avec une SOTW qui est celle d'un CEO d'un Fox News bis ayant échangé son âme contre le succès de sa chaîne (Rupert Murdoch inside). Aucun vrai intérêt, malgré le retour d'une SOTW précédente (le photographe sauvé par Pym en saison 1) et du diable médiéval en aveugle démoniaque, qui avoue sa solitude et son désespoir à Maya. Impressionnant comment ça peut passer d'un épi mythologique passionnant à un épi routinier sans intérêt.

3x11 : Tout naze. Morgan Pym envoyé à Budapest pour tenter de sauver une espionne Alias-style. Un gros prétexte pour caser de la musique à la Bourne, puis à la MillenniuM, des acteurs aux accents foireux, de la torture, et des scènes de combat pour Pym... Mauvais au possible. À la limite, on peut sauver Martin Cummins qui cachetonne (et encore, il ne se fatigue pas) et la fin, qui tente d'amener un nouveau personnage récurrent, mais à 2 épisodes de la fin de série, ce n'est pas franchement utile.

3x12 : 1666, un épisode en costumes. Guère de surprises dans cette histoire d'alchimiste cherchant l'élixir de vie éternelle... Pym a une perruque ridicule et drague la gueuse, ça avance à un rythme d'escargot, ça délaie au maximum le postulat de départ de l'épisode, bref, c'est raté.

3x13 : Series finale... enfin, uniquement d'un point de vue théorique, puisque dans les faits, ce n'est qu'un épisode comme les autres, sans conclusion aucune. Là, c'est l'Exorciste à la sauce The Collector, avec Pym et Maya qui voyagent à Vienne pour sauver l'âme d'un prêtre exorciste... l'acteur qui joue l'un des possédés/démons en fait trois tonnes, l'histoire en elle-même n'est pas du tout passionnante, mais développe un peu la mythologie de l'enfer... ça aurait pu être pire, mais surtout bien mieux.

 

Bon, conclusion et bilan : cette série commençait très bien, la saison 1 était sympathique et cohérente (pour une production canadienne), à défaut d'être excellente, mais dès que le casting a commencé à changer, avec la saison 2, et que les créateurs du show ont commencé à prendre un peu de recul, ça s'est cassé la gueule, recourant aux pires artifices de scénario pour meubler, et tombant dans une routine des plus désagréables.

Il y a bien eu un sursaut ou deux, généralement lorsque la mythologie générale du show était concernée, mais ça s'est arrêté là. Un gros gâchis, donc. Et quitte à choisir, je n'échange pas mes 13 épisodes de Brimstone contre ces 3 saisons.

commentaires

Halloween Oktorrorfest 2014 - 29 - Rosemary's Baby (2014), Open Grave (2013), Rabid Love (2013) & See No Evil 2 (2014)

Publié le 24 Octobre 2014 par Lurdo dans Oktorrorfest, Cinéma, Critiques éclair, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Action, Télévision, NBC, Thriller

Halloween approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à mi-Novembre...

Rosemary's Baby (2014) :

Après une fausse couche, un couple américain s'installe à Paris, dans le luxueux appartement d'un couple de nouveaux amis fortunés ; mais bien vite, en découvrant qu'elle est à nouveau enceinte, Rosemary (Zoe Saldana) s'aperçoit que quelque chose ne tourne pas rond...

Une mini-série NBC qui remake le film de Roman Polanski, en deux fois 90 minutes. Problème : si transposer le tout à Paris permet aux Américains de se sentir dépaysés, Zoe Saldana n'a tout simplement pas le charisme nécessaire pour porter trois heures de métrage sur ses épaules.

Et pour ne rien arranger, dans leur désir d'en montrer plus, les scénaristes rendent Rosemary paradoxalement beaucoup trop perspicace, volontaire et indépendante, ce qui enlève beaucoup de l'efficacité du métrage : car si elle ne comprend pas dès le début qu'elle est confrontée à quelque chose de satanique, elle paraît stupide, et dans le cas inverse, si elle comprend trop tôt, cela enlève tout suspense.

Donc c'est mou, c'est plat, c'est parfois assez risible dans sa mise en image (la scène de sexe floutée avec le diable et les spectateurs en t-shirt noir, laule), ce n'est pas subtil pour un sou (la fin est piteuse), c'est parfois gratuitement gore, bref : c'est un remake inutile et assez raté, malgré les efforts de tout le monde. Ah, et du Carla Bruni en illustration musicale ? Non merci.

1.5/6

Open Grave :

À son réveil dans un charnier empli de cadavres, un homme (Sharlto Copley) découvre qu'il est amnésique ; bientôt, il rejoint un groupe de survivants dans le même état que lui, réunis dans une demeure toute proche, et ensemble, ils tentent de résoudre cette situation inexplicable...

Un film d'horreur mis en images par le réalisateur du déjà très médiocre Apollo 18 (1.5/6), et qui ne fera rien pour remonter la côte du bonhomme. En effet, sous le couvert d'un film plein de mystère et d'amnésies, on se retrouve très vite avec un film d'infectés assez banal et quelconque, qui demande absolument à ce que l'on ferme les yeux sur la logique et le bon sens supposés de son postulat de départ.

Malheureusement, la musique et les bruitages exagérés n'aident pas vraiment à s'immerger dans le tout et à faire abstraction de l'écriture médiocre : en somme, les problèmes de logique finissent par devenir handicapants, et le rythme mollasson achève de désintéresser le spectateur. Bref, un postulat initial très intéressant, particulièrement desservi et plombé par son portage à l'écran.

1/6

Rabid Love :

Dans les années 80, Heather Ross (Hayley Derryberry) et ses amis s'installent dans un chalet dans les bois, pour passer d'ultimes vacances ensemble. Mais bientôt, des disparitions se produisent, et tout le monde cherche le coupable : l'ours qui rôde dans les parages ? L'un des chasseurs d'ours qui le traquent ? Ou bien le chercheur dérangé qui fait des expériences dans le voisinage ?

Un film pour lequel le mot d'ordre était clairement "nostalgie". La nostalgie des années 80, en particulier, puisque toute la forme va dans ce sens : image, musique, son, grain, maquillages et costumes ; la production comptait clairement sur l'effet 80s pour apporter une toile de fond particulièrement mémorable à son film.

Problème : ce qu'il y a sur cette toile n'est franchement pas fameux ; c'est très très lent, voire même soporifique, c'est assez moyen dans son interprétation, et parfois le métrage franchit allègrement la limite de la nostalgie pour sombrer dans le fauché et le cache-misère, ce qui n'aide guère.

Dommage, car les intentions étaient louables.

1.5/6

See No Evil 2 :

Dans la morgue où Jacob Goodnight (Kane) est amené après les évènements du premier métrage, une bande d'amis décide d'organiser une fête surprise pour l'une d'entre eux, assistante légiste. Mais Goodnight revient bientôt à la vie, et décide de tous les tuer...

Uber Kane vs Danielle Harris, Chelan Simmons et Katharine Elizabeth, ça fait toujours plaisir, même si je n'ai absolument aucun souvenir du film précédent. Ce coup-ci, c'est réalisé par les soeurs Soska (American Mary) et c'est hautement dérivatif, tout en ne se prenant pas trop au sérieux (le personnage totalement caricatural de Katharine Isabelle est assez fun).

D'ailleurs, en vérité, tant que ça reste dans cette veine plus légère, le film est plutôt sympathique, avec sa distribution pas désagréable, son Kane monolithique, et ses dialogues amusants.

Dans le dernier tiers, par contre, quand ça retombe dans le schéma balisé du slasher basique, c'est tout de suite nettement plus oubliable et anecdotique.

2.25/6

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #533 : Pirates des Caraïbes 5 - La Vengeance de Salazar (2017)

Publié le 9 Juin 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Review, Fantastique, Action, Aventure, Disney, Comédie, POTC, Romance

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Pirates des Caraïbes 5 - La Vengeance de Salazar (Pirates of the Caribbean - Dead Men Tell No Tales) :

Sans navire ni équipage, Jack Sparrow (Johnny Depp) touche le fond lorsqu'il apprend que le maléfique Capitaine Salazar (Javier Bardem) et son équipage de fantômes sont à ses trousses. Pour le vaincre, Sparrow a besoin du mythique Trident de Poséïdon, capable de rompre tous les sortilèges des Sept Mers ; mais il n'est pas le seul à le rechercher, puisque le jeune Henry Turner (Brenton Thwaites) en a besoin pour secourir son père, et que Carina Smyth (Kaya Scodelario), une astronome amateure, est bien décidée à résoudre le mystère de ses origines en suivant la carte menant au Trident. Sans oublier Barbossa (Geoffrey Rush), qui a conclu un pacte avec Salazar, pour lui offrir la tête de Sparrow en échange de sa vie...

Cinquième volet de la saga POTC, confié cette fois-ci à un duo de réalisateurs norvégiens, et tentant de boucler la boucle, en revenant aux sources plus de 13 ans après le premier opus, La Malédiction du Black Pearl.

Un retour aux sources qui se fait pour le meilleur et pour le pire : s'il est intéressant de retrouver les personnages de Will Turner et d'Elizabeth Swann, ainsi que d'autres personnages secondaires des volets précédents, leur présence tient plus de la brève apparition clin-d'oeil que d'autre chose ; et il faut bien avouer que les grandes lignes du script sont littéralement photocopiées sur le script du premier opus, de son équipage de fantômes au capitaine rival de Sparrow, en passant par son protagoniste aux origines mystérieuses, sa course au trésor, son couple de jeunes premiers, la situation de Sparrow au début du film, etc, etc, etc... la frontière entre hommage et inspiration est très fine, et ce Pirates 5 la franchit régulièrement.

Et pourtant, ce n'est pas mauvais, surtout en comparaison du film précédent. Ce Pirates 5 se permet même de reprendre une séquence de Fast & Furious 5 - le braquage de banque - à la sauce POTC, avec attelages et bâtiment amovible (ainsi qu'une petite dose d'Assassin's Creed - Black Flag pour les acrobaties de Sparrow dans les rues et sur les toits), ou de proposer des scénettes originales - la guillotine - qui semblent indiquer une vraie recherche de moments mémorables.

Il est alors assez étrange de constater que le métrage rate bizarrement de nombreuses occasions d'être marquant et spectaculaire, en laissant de nombreuses pistes inexplorées : le pouvoir de l'épée de Barbe-Noire reste inexploité, la sorcière au service des Anglais n'a pas grande utilité, Swann et Turner n'ont pas plus d'une minute de présence à l'écran, le Triangle du Diable est survolé, le navire de Salazar ne sert pas assez, et plus surprenant encore, alors que l'on pouvait saliver d'avance à l'idée de tout ce que les personnages allaient pouvoir faire avec le Trident - invoquer le Hollandais Volant pour affronter le navire de Salazar, voire réanimer la malédiction du Black Pearl, que sais-je encore -, ce dernier ne leur sert qu'à tirer des trombes d'eau. Décevant.

(et réciproquement, lorsque le film tente d'être trop spectaculaire, ça tombe parfois à plat, comme lorsque la figure de proue s'anime et chasse Sparrow : c'est inutile, moche, et brouillon)

Au niveau technique, rien à signaler de nouveau : la réalisation est compétente et parfois inventive, les effets sont globalement convaincants, mais pas parfaits, et l'interprétation de tous les acteurs habituels est sans surprise (même si Depp en fait parfois trop, surtout lorsqu'il joue l'ivresse plus que de mesure) ; les petits nouveaux, eux, s'en sortent honorablement, même si leur romance ne fonctionne qu'en partie : comme dans Gods of Egypt, Thwaites est sympathique, et plus attachant que Bloom dans le premier POTC ; Scodelario est très similaire à Knightley ; et Bardem impose sa présence et son charisme, malgré un personnage lourd en effets.

Enfin, la musique, confiée à un sbire de Zimmer : ici, contrairement au grand recyclage sans queue ni tête du film précédent, Zanelli réutilise de manière judicieuse et plus sobre les thèmes préexistants, notamment celui de la romance Swann/Turner. Mais contrairement à Hans Zimmer, il échoue à imposer le moindre nouveau thème marquant ; ses contributions n'ont pas grand relief ou grande énergie, et hormis un passage ou deux, on ne remarque que la musique déjà installée au cours des trois premiers métrages.

Dans l'ensemble, donc, comme je le disais, Dead Men Tell No Tales est meilleur que le quatrième opus... mais ce n'est pas forcément très bon pour autant.

Beaucoup trop similaire au premier film de la saga, assez linéaire, ce Pirates 5 n'en a ni la fraîcheur, ni l'énergie, et il faut bien l'avouer : maintenant que l'on a eu droit à un Jack Sparrow Begins, et que la boucle est bouclée pour les Turner et Swann, il serait temps de mettre un terme à cette franchise plus si fraîche que ça...

3.25/6

commentaires

Catch Review : WWE Elimination Chamber 2014

Publié le 24 Février 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, WWE, PPV

Un PPV qui, à première vue, n'avait pour intérêt que deux matches : l'Elimination Chamber en titre, et l'affrontement Shield/Wyatts.... mais on n'est pas à l'abri d'une bonne surprise avec l'undercard.

- Kickoff Show : Rhodes vs Ryxel. Uniquement regardé d'un oeil distrait, rien de passionnant à signaler.

- Swagger vs Big E, IC Title. Promo ronronnante de Colter (la routine), et un match à l'identique, sans surprise : rien que l'on n'aurait pu voir durant un Smackdown, avec en prime des commentateurs qui font tout sauf commenter pendant la moitié du match.

- Bad News Barrett qui vient faire son truc, whatever.

- De la pub pour le retour de Hogan, forcément.

- Promo (apprise par coeur) de Bryan.

- New Age Outlaws vs Usos, Tag title match. Les NAO font leur truc habituel bien qu'ils soient heels ; encore un match digne de Raw ou de SD, sans rien de mauvais, mais rien non plus d'exceptionnel.

- Bad News Barrett qui vient faire son truc, whatever (bis).

- Encore plus de hype pour le Network.

- Darren Young vs Titus ONeil. Encore une fois, RAS. À la limite du soporifique.

- Bad News Barrett qui vient faire son truc, whatever (ras-le-bol).

- Shield vs Wyatts. Très solide et fun, mais prévisible : forcément énormément de meublage (dont un spot très chouette avec les tables des commentateurs), jusqu'à ce que Reigns place une spear, et se fasse battre par les Wyatts 3 contre un, après que ses potes aient tout simplement disparu.

- Hogan qui vend le Network.

- AJ avec une brève promo.

- AJ vs Cameron, Divas title. Ouch. Mauvais.

- Bad News Barrett qui vient faire son truc, et faire la promo du Network (FU Barrett).

- Encore de la pub backstage pour les jouets de la WWE, avec Santino, Emma, Torito, Matadores, Khali, et ensuite, une pub pour de la pizza. Ugh.

- Batista vs ADR. Del Rio fait semblant d'être blessé, et attaque Batista avec une béquille en pré-match. Batista sifflé par tous, ADR acclamé comme une superstar à chaque coup porté sur son adversaire. Un fiasco absolu, et le finish de Batista sous les huées du public était paradoxalement génial tant il est symptomatique de la compagnie dans son ensemble.

- Elimination Chamber. Pas particulièrement impressionné par cette EC. Quelques spots sympas, mais le tout était hautement prévisible, et le résultat... no comment.

 



Voilà voilà. Un PPV de deux matches, comme prévu... et ces matches n'étaient pas exceptionnels. Funs, oui, mais c'est tout. Et la carte de Mania semble calamiteuse.

(allez, avec un peu de bol, Trips va s'excuser, demain, auprès de Bryan, et décréter que le match de Mania sera un Triple Threat)

(ou alors ce sera Hogan qui changera le match, en qualité de guest host)

(j'y crois à fond)

commentaires

Catch Review : TNA Impact (12/11/2014)

Publié le 13 Novembre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

La fin supposée de l'ère Spike TV approche de plus en plus, mais la TNA continue de laisser planer le doute et le mystère, préférant se concentrer sur Impact, toujours aussi solide et divertissant.

- Lashley assez agacé par MVP.

- La Revolution dans le ring, qui exige que Davey Richards lui donne sa réponse ; Davey qui refuse tout net d'intégrer l'écurie de Storm ; passage à tabac, avec Storm qui démolit la cheville de Davey à de multiples reprises, avant d'encaisser son tag title shot de Feast or Fired.

- Revolution (Storm & Abyss) vs Wolves, tag titles. Pas un grand match, mais si cela permet à Storm de réinventer Abyss comme il l'a fait pour Manik & Sanada, ça peut être intéressant.

- Maddie vs Taryn. Un match honorable, sans problèmes majeurs, mais qui sera probablement vite oublié.

- Lashley vient menacer Angle.

- Manik continue de recruter Mahabali Shera.

- King dans le ring, au micro, et prétend que Lashley est en colère contre tout le monde ; il s'en prend ensuite à Chris Melendez, qui se pointe avec Anderson. King fait à Melendez les critiques que tout le monde fait sur le web, et Melendez réplique. Trop long pour ce que c'était.

- Gail et Taryn réclament un match contre Havok, la semaine prochaine.

- Menagerie vs TBP & Bromans, Mixed Handicap Elimination tag. Un gros bordel amusant, sans plus, avec une Last Ride Powerbomb remarquable de Jessie, et un joli finish.

- Spud et EY s'entendent bien backstage.

- Storm n'est pas content de Manik, et renvoie Mahabali... mais peut-être pas en fait.

- EY vs Tyrus. Un match satisfaisant pour ce que c'était, et un "Tyrus, Crush !" qui m'a amusé.

- Lashley se pointe en post-match, et démolit EY, Spud, et un mec en ringside, avant d'être mis en fuite par Aries, qui exige un match.

- Brittany continue de manipuler Shaw et de le dresser contre Gunner.

- Joe dans le ring au micro, pour annoncer qu'il est blessé, et contraint d'abandonner son titre, mais qu'il will be back. Très bonne promo.

- Bram défie Dreamer pour un autre match hardcore la semaine dernière. Bram a définitivement le It Factor.

- Shaw vs Gunner, No DQ match. Un match bourrin, plutôt bien exécuté.

- Aries vs Lashley. Excellent main event, avec un Lashley déchaîné, et un Aries qui morlfe bien sur la fin.


Un show un peu bordélique et éparpillé, avec du bon, du très bon, de l'intéressant, et du pourquoi-pas-mais-ce-n'était-pas-indispensable. La semaine prochaine (le dernier show enregistré à Bethlehem, et supposément le dernier "nouveau" show de 2014) devrait s'avérer des plus intéressantes, et réserver des surprises...

commentaires

Catch Review : WWE Hell in a Cell 2014 (26/10/2014)

Publié le 27 Octobre 2014 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, WWE

Un PPV à la carte peu inspirante, mais aux deux MOTN potentiels : Ziggler vs Cesaro, Two Out of Three Falls, et Ambrose vs Rollins en cage.

- Ziggler vs Cesaro, 2 out of 3 falls, IC Title. Un début technique prometteur, un premier tombé précipité et décevant, un milieu de match beaucoup plus lent, une jolie superplex, quelques échanges inégaux, et une victoire clean 2 à 0 de Zigg. Très décevant.

- Orton tape la discute avec l'Authority, whatever, IDGAF.

- Nikki vs Brie, personal assistant match. Meh. Pas de vrai botch (ce n'est pas passé loin sur le saut à l'extérieur), mais franchement rien de passionnant, au point que le public scande le nom de JBL. M'enfin à leur décharge, le match était meilleur qu'un match standard de Velvet Sky.

- Usos vs Dust Brothers. Tag Titles. Pas regardé (parce que j'ai déjà vu ce match 25963588 fois) mais je suppose que c'était de l'action solide, remportée par les Dust Brothers.

- Orton vs Cena, HIAC. Je n'ai pas vraiment suivi le tout, là non plus, puisque je regardais British Boot Camp 2 en parallèle, et que c'était bien plus intéressant ; mais de ce que j'ai vu d'un oeil, Cena se fait démolir pendant la majorité du match, il y a échange de finishers toutes les trente secondes, et Cenawinslol, avant de no-seller le tout en post-match.

- Miz vs Sheamus, US Title. Pas regardé non plus, je finissais BBC2. Je suppose que Sheamus a gagné et humilié Miz/Sandow.

- Nikki Bella est une biatch.

- Une récap du feud le plus con du monde.

- Show vs Rusev. Pas très intéressant, malgré les efforts des deux hommes.

- AJ vs Paige, Divas Title. Un match en pilotage automatique et au public décédé.

- Rollins vs Ambrose, HIAC. Énormément de meublage, avec Jamie Noble et Joey Mercury envoyés par Rollins pour faire descendre Ambrose du haut de la cage, ce qui prend facilement cinq bonnes minutes. Un double table spot prévisible ensuite, avec fausse blessure, civière, tout ça, ce qui rallonge encore plus le tout.

Le match commence enfin après trois plombes, est un hardcore match décérébré durant lequel Ambrose démolit Rollins, jusqu'à ce que l'arène vire au noir, et qu'ils nous fassent un show holographique ridicule, avec intervention de Bray Wyatt, qui coûte la victoire à Ambrose. Finish risible.

 

Un PPV soporifique au possible, avec une carte apparemment organisée pour m'endormir au plus vite une fois le match d'ouverture (au booking foireux) passé. Quand au match final, il était bien parti (après le meublage), mais la WWE, forcément, a plombé le tout avec ce finish tout piteux... Le genre de PPV qui récoltera un 17 ou 18/20 dans Planète Catch, donc...

commentaires

Catch Review : TNA Impact (05/08/2015)

Publié le 8 Août 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Ça y est, la session des tapings pourris de Mai/Juin touche enfin à sa fin ! En espérant que le show retrouve un peu de cet éclat qui s'est bien terni ces derniers mois...

Impact Wrestling 05/08/2015 - No Surrender :

- Bram vs Anderson. Pas grand intérêt pour ma part, je n'ai regardé que d'un oeil. Ça avait l'air tout à fait honorable, et suffisamment long pour être satisfaisant, mais Bram perd beaucoup trop à mon goût, et par la force des choses, n'est donc pas à la hauteur de ses promos.

- Promo backstage des Hardys, blablabla.

- James Storm dans le ring, histoire de finir sa storyline, avec une très bonne promo contre Khoya. Khoya se rebelle, reprend son nom réel, et défie Storm dans un anglais approximatif... sous le regard d'un public indifférent.

- Segment récap du feud Dollhouse/Ninja Gail.

- Storm défie Mahabali pour un match ce soir.

- Ninja Gail vs la Dollhouse, Handicap match. Gail qui démolit toute la Dollhouse à elle toute seule, *soupir* ; à ce niveau-là, autant enterrer la DH, elle ne sert vraiment plus à rien. Le match en lui-même n'était pas forcément mauvais, pour ce que c'était, mais bon... le booking dessert vraiment les athlètes.

- Promo routinière de Galloway, du moins dans sa première partie.

- Galloway vs Eli Drake (qui a un t-shirt amusant "#SitDown"). Match décevant, puisque Drake est cantonné à encaisser les coups et à ne jamais répliquer, jusqu'à ce qu'il vole la victoire de manière ultra-basique. Mwé, j'aurais aimé quelque chose de plus compétitif, franchement.

- Récap de la stipulation la plus stupide au monde : le contrat d'Aries vs le surnom de Spud. D'oh.

- GM Bully donne le poste d'arbitre en chef à Hebner Jr, le jour où son père partira à la retraite ; Roode se pointe, se plaint de la stipulation débile du match d'Aries, et promet d'intervenir.

- Aries vs Spud, Stipulation à la con. Un bon match dominé par Aries, ce qui rend son résultat et sa stipulation encore plus frustrants.

- Roode et Aries font le deuil de leur équipe backstage. D'ailleurs, où est-ce qu'il était, Roode, pendant ce match ?

- Storm vs Mahabali Shera. DQ de Storm avant même que le match ne démarre vraiment.

- GM Bully retrouvé KO backstage.

- Jarrett qui, comme par hasard, est là pour remplacer Bully au pied levé, et devient le GM de la compagnie pour une semaine (la TNA a déjà spoilé le show sur Facebook, ce sera GFW vs TNA la semaine prochaine).

- Promo d'EC3.

- EC3 vs Matt Hardy, Full Metal Mayhem. Le push de Matt ne m'intéresse toujours pas le moins du monde, mais bon, rendons à César (...), le match était solide (pas le MOTY annoncé par certains, m'enfin ce n'est pas surprenant), et EC3 a remporté l'affrontement proprement. C'est toujours ça de gagné.

 

Un show qui, à défaut d'être intéressant et réussi d'un point de vue créatif/booking, était très solide dans le ring. Ce qui est un net progrès par rapport aux semaines précédentes. Dommage que le booking et les athlètes ne soient vraiment pas sur la même longueur d'onde...

commentaires

Catch Review : TNA Impact (20/03/2015)

Publié le 21 Mars 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

L'Impact de la semaine dernière était excellent, il a été salué par tout le monde, fans comme détracteurs... et forcément, il a fait la moins bonne audience des shows Impact depuis l'arrivée de la TNA sur Destination America. Rien de forcément alarmant (ni de vraiment surprenant lorsque l'on a l'habitude des fluctuations improbables de l'audience, surtout lorsqu'arrive l'heure d'été aux USA), mais c'est d'autant plus frustrant qu'en face, c'est la débandade,à une semaine de Wrestlemania, et que tout le monde se prépare au pire... M'enfin bon. Dernier show de la tournée anglaise, ce soir, et c'est un show à la carte conséquente !

Impact Wrestling 20/03/2015 :

- Ultimate X - Tag titles match - Revolution vs Bromans vs Wolves. Bon match d'ouverture, à l'issue logique, et jamais trop sérieux, mais idéal pour démarrer ce dernier show en Angleterre.

- Promo efficace d'Aries, contre-promo tout aussi efficace de Ki, contre-contre-promo d'Aries pour lancer ce qui est le dernier match de Joe pour la compagnie.

- Aries vs Samoa Joe. Public très motivé, et un match forcément très réussi, avec un Joe un peu plus stratégique, méthodique et technique que d'habitude.

- Joe est involontairement assommé par Ki en post-match, Aries récupère sa valise, et Spud en profite pour encaisser la sienne, devenant ainsi le X-div champ de manière inattendue, devant un public en délire.

- Brawl de Bram et Magnus, qui continue dans le ring malgré l'intervention des arbitres et de Mickie. Grosse grosse powerbomb pour conclure le tout.

- Les pronostics de tout le monde pour le main event.

- Kong vs Taryn vs Gail, KO Title. Très bon match, et une Taryn qui parvient à conserver le titre de justesse. Je ne peux m'empêcher, cependant, de trouver que Kong n'est peut-être pas à 100%, ces jours-ci.

- Brève promo backstage de Storm.

- Storm vs MHardy, No DQ match. Un match hardcore très sympathique, avec un Hardy qui remplit son rôle sans problème.

- Angle vs Lashley, HW Title. Grosse hype pendant tout l'épisode, entrées rallongées pour faire monter la pression, et un long match digne d'un PPV, avec un résultat pas forcément surprenant, mais très satisfaisant au regard de la qualité du match.



Bilan de cette semaine : un Impact solide de bout en bout, très axé sur le catch, et quasiment pas sur la parlotte.

Bilan des tapings anglais : un succès, comme tous les ans, pour ce qui est un peu l'équivalent de ce qu'était la Road to Wrestlemania il y a encore quelques années, à savoir le moment où tout le monde au sein de la compagnie se déchire pour offrir le meilleur produit possible aux fans.

Je doute que le Mania de la semaine prochaine arrive à la cheville de certains des Impacts de ces dernières semaines.

commentaires

Catch Review : WWE Money in the Bank (14/06/2015)

Publié le 15 Juin 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

WWE Money in the Bank (14/06/2015) :

- Hommage réussi à Dusty Rhodes.

- MITB Match. Hallucinant comment aucune des prises appliquées à Kane ne paraît crédible, avec la tête de Kane qui reste à 20 cm du tapis à chaque fois ; sinon, vraiment RAS, Orton place des RKOs, Neville joue vaguement l'acrobate, il y a des spots franchement téléphonés et laborieux, et Reigns se fait voler sa victoire par Wyatt, comme prévu. Résultat : un feud Wyatt/Reigns, et Sheamus en MITB winner. ZZZZZZZZZZZZ.....

- Paige fait une promo backstage qui tente d'être une pipe bomb à la AJ, mais tombe à plat.

- Paige vs Nikki Bella, Divas Title. Les deux femmes se donnent à fond, mais ça reste très laborieux, les deux catcheuses passent leur temps à taper la discute, et le finish mérite un bon facepalm.

- Promo non-sensique de Miz.

- Big Show vs Ryback, IC Title. Un gros bordel, avec intervention de Miz en prime pour la DQ finale.

- La pub de Tough Enough, avec un Jericho qui a clairement un balai dans le fondement pendant qu'il débite son speech en prenant une pose ridicule.

- Owens vs Cena II. Pas de titre en jeu, visiblement. Je pensais que c'était un match pour la ceinture US de Cena, mais non. Match assez bon, techniquement, même si c'est assez routinier, avec des échanges interminables de finishers venant de tous les horizons, suivis de kickouts à la chaîne, et d'une victoire de Cena à la suite d'un finish faiblard.

- Sans surprise, Owens attaque Cena en post-match, probablement pour mettre en place un troisième match.

- Gros meublage de Cena blessé qui boîte, blablabla... je parie que demain soir, il sera de nouveau sur pied.

- Hommage à Dusty Rhodes, bis.

- Le New Day dans le ring au micro, whatever. Creed surjoue comme ce n'est pas permis.

- New Day vs Prime Time Players, tag titles. Un match baclé et précipité, probablement booké en urgence pour laisser de la place au main event.

- Rollins vs Ambrose, Ladder Match. Mwé. Tout moyen que le MITB ait été, difficile de passer après. Assez bof, ce match de championnat trop lent et méthodique pour son propre bien, surtout qu'en lui laissant plus de 45 minutes, la WWE s'est doublement tiré une balle dans le pied, en laissant involontairement sous-entendre que c'était pour un cash-in de Sheamus à la fin (donc le public reste passif pendant le fros du match), et en forçant les deux catcheurs à ralentir jusqu'à sembler peser 20 kilos de plus. Les deux hommes ont fait de gros efforts, mais la mayonnaise n'a pas pris sur moi, le finish était assez médiocre, et le no-selling d'Ambrose était too much à mon goût.


Un PPV globalement médiocre et totalement oubliable, avec uniquement le Cena vs Owens qui ressort à nouveau du lot, notamment si l'on aime ce genre de match, et si l'on oublie le finish.

commentaires

Catch Review : WWE NXT Takeover - Brooklyn 2 (20/08/2016)

Publié le 21 Août 2016 par Lurdo dans Catch, WWE, NXT, Review

WWE NXT Takeover Brooklyn 2 :

- Intro façon "il y a un an, où est-ce que j'étais ?"... qui se termine sur des esquives assez amusantes de la part de Roode et d'Aries. :mrgreen:

- No Way Jose vs Austin Aries : L'entrée de Jose (qui fait la konga avec des membres du public), mwé. C'est typiquement un personnage NXT/WWE, ça, un cartoon vivant, qui "hulks out", et qui joue l'ultra-babyface face un Aries fourbe. Rien de honteux, mais assez basique dans le genre, et un peu éclipsé par le retour d'Hideo Itami (en costume cravate... et mocassins sans chaussettes) en post-match, pour appliquer un GTS à Aries. (bon, cela dit, le post-match manquait lui aussi un peu de punch, étrangement, et était assez approximatif)

- Billie Kay vs Ember Moon : Pas vraiment fan du relooking WWE de Jessie McKay, celui d'Athena est déjà plus efficace. Match solide, qui était destiné à promouvoir Moon plus qu'autre chose, mais qui heureusement n'était pas un squash, et était plutôt équilibré.

- Roode qui, backstage, se moque joyeusement de Brooklyn, toujours très efficace.

- Bobby Roode vs Andrade Almas : l'entrée en scène de Roode, :mrgreen:, avec le public qui est à fond dedans et l'encourage pendant tout le match, alors que c'est le heel de service. Un match un peu décevant, en cela qu'il est beaucoup trop équilibré pour établir Roode de manière dominante, et que son nouveau finisher est assez faiblard.

- Vidéo de hype enigmatique pour "Sanity".

- Un peu de hype pour le CWC, avec les demi-finalistes dans le public.

- Gargano & Ciampa qui tentent de promouvoir la vente de leurs nouveaux t-shirts de manière ultra-subtile.

- Revival vs Gargano & Ciampa, Tag Titles : un bon tag match, très classique, qui met un certain temps à décoller, et qui enchaîne un peu trop de faux finishes, mais qui assure le spectacle. Ça aurait probablement même été meilleur si ces deux équipes m'intéressaient un minimum...

- De l'auto-promo de la WWE au sujet de sa division féminine.

- Bailey vs Asuka, Women's title : pas un mauvais match du tout, mais j'ai trouvé le tout étrangement brouillon, ce qui ne me surprend pas outre mesure venant d'Asuka. Le post match était assez touchant.

- Samoa Joe vs Shinsuke Nakamura, NXT title : Nakamura qui a droit à un violoniste perso pour accompagner son entrée, c'est :flamby: :flamby: :flamby: . Du très lourd que ce match, avec une jolie montée en puissance, et un résultat assez prévisible, mais cohérent.

 

En résumé, un event en deux parties : honorable, mais oubliable, dans sa première moitié, et un bon niveau au-dessus dans sa seconde moitié.

commentaires

Catch Review : WWE Summerslam (2015)

Publié le 30 Août 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, WWE

WWE Summerslam (2015) :

- Jon Stewart qui fait très bien son boulot de présentateur, aidé par Mick Foley, pour un petit sketch amusant, et pour interviewer Lesnar plus tard dans la soirée.

- Intro cheesy pour Summerslam.

- Orton vs Sheamus. ZzzzzzzZZzzzzz.

- Fatal 4 way tag titles match. Intro pénible du New Day, un début de match peu prometteur (règles improbables, botch de Sin Cara), et une suite qui se calque sur le modèle classique et attendu du spotfest bordélique et fourre-tout des matches par équipe des PPvs de la WWE (pfiou, phrase à rallonge). Divertissant, sans plus. Tous ces matches par équipe sont tellement interchangeables qu'on n'en retient rien, au final.

- Neville, Stewart, son fils et le Green Arrow assistent au passage d'un Taker dans la brume. :mrgreen:

- Rusev vs Zigg. La routine habituelle. Rien de mauvais (hormis toutes les conneries autour de Lana/Summer Rae, et le finish naze), mais rien d'exceptionnel non plus.

- Photoshoppage tout pourri pour le visage de Stephen Amell.

- Bande annonce comic-book supra-cheesy, mais finalement assez amusante.

- Amell & Neville vs Stardust & Barrett. Amell qui fait son entrée en quasi-Arrow, c'était amusant, et le bonhomme s'en sort tout à fait bien dans son match, au moins aussi bien que les n00bs de NXT.

- Ryback vs Show vs Miz, IC Title. Me suis absenté cinq minutes, je n'ai rien vu, et je m'en contrefous.

- Stewart vs Heyman backstage, amusant.

- 2/3 de Wyatt Family vs 2/3 de Shield. Quelques moments forcés (Ambrose et son 360 sous la corde du bas depuis l'extérieur du ring), et un match assez classique, sans rien de vraiment surprenant.

- Cena vs Rollins, HW & US Title match. Match plutôt sympa, même si finalement toujours un échange de finishers jusqu'à une fin assez naze.

- Divas Elimination Trios match. Rien de particulièrement calamiteux, mais assez long et médiocre, d'autant que, l'essentiel du match étant les Bellas en train de dominer tout le monde, ce n'était pas particulièrement captivant.

- Owens vs Cesaro. Très bon match, mais finish un peu décevant. La pop-up powerbomb n'est pas un finisher très impressionnant, surtout quand on a vu Joe l'utiliser comme un mouvement de transition pendant des années.

- Brock vs Taker. Taker a vraiment pris un coup de vieux, et en plus il se déplume considérablement. Sinon, un match un peu différent des précédents (comprendre : Lesnar no-sells beaucoup moins), ce qui n'est pas désagréable, mais n'est pas toujours ultra-crédible. Bon, par contre, tout le finish, entre la cloche qui sonne sans raison, le coup bas, et Lesnar qui abandonne, c'était tout pourri.

 

 

Un show longuet, et qui donne l'étrange impression que Vince Russo est de retour à la WWE, avec ses heel turns aléatoires, et ses fins de matches quelconques, qui ont tendance à affaiblir considérablement et rétroactivement des affrontements tout à fait honorables.

Ah, et puis 4 heures, il ne faut plus, monsieur WWE. 3, ça suffit.

commentaires

Catch Review : TNA Impact (10/06/2015) - Destination X

Publié le 11 Juin 2015 par Lurdo dans Catch, Critiques éclair, Review, Télévision, TNA

Après le show très mitigé de la semaine dernière, place à Destination X...

Impact 10/06/2015 - Destination X :

- Une vidéo de hype pour D-X... qui inclue Grado. LULZ.

- Angle et Spud prêts backstage.

- EC3 vient se plaindre dans le ring, décide d'annuler D-X, Angle vient le contrer, et EC3 part.

- Angle vs Spud, World Title. Josh Matthews qui n'a aucune confiance en Spud, et un match qui ouvre le show, ce n'est pas top pour rendre le résultat de ce match imprévisible. Bel effort de Spud pour un match pas très long, mais sympathique. Rien d'exceptionnel, cela dit.

- Taryn explique que si Kong veut l'affronter, ce sera au cours d'un lingerie pillowfight match... euh... okay. C'est de la X-div, ça ?

- Présentation des matchs de qualification de la X-div, qui se moque de Grado... alors pourquoi l'inclure ?

- Low Ki vs Steve vs Manik. Match très rapide, et pas forcément exceptionnel, avec un Steve gardé à l'écart du gros de l'action. Mwé.

- Grado est au courant qu'il n'a pas sa place dans la X-div, mais est bien décidé à prouver que si, et fait le con en faisant du parkour. Inutile.

- Récap de Mickie.

- DJ Z vs Andrews vs Tigre. Un match acrobatique pas désagréable, de moins de 5 minutes là aussi, et avec un Tigre qui démolit Andrews à l'atterrissage.

- En post-match, Godderz démolit DJ Z, histoire de dire.

- Grado continue d'essayer de perdre du poids backstage, Tigre le traite d'abruti. Inutile.

- Taryn et la Dollhouse dans le ring, Kong n'est pas en lingerie, démolit la Dollhouse, et Taryn se fait contrer par Brooke, qui trouve qu'un lingerie pillowfight est indigne des KOs. Pas faux. Brooke finit par foutre Taryn en lingerie, et celle-ci s'enfuit, humiliée. Mouais. Clairement pas de la X-Division, tout ça.

- Encore une fois Grado qui se pèse à poil backstage, au secours.

- Grado vs Kenny King vs Cruz. No comment. Pauvre Cruz, qui a fait bien des efforts, pourtant.

- Bram vient parasiter Destination X. Au point où on en est, après tout... *soupir*

- Bram répète ce qu'il vient de dire backstage, défie un catcheur du passé de la compagnie... et Crimson, ce célèbre X-divisioneur, se pointe. Whouhou.

- Crimson vs Bram. Absolument RAS et assez inutile.

- Angle vs Aries, World Title match. Forcément très bon... mais sans surprise. EC3 débarque en post-match pour achever Angle.


Bilan général : si c'était un Impact normal, ce serait un Impact assez moyen, décousu, avec un main event qui sauve la mise. En tant que Destination X, c'est risible. 15 minutes de X-division tout compris, deux matches de championnat poids-lourd prévisibles au possible, du maublage, et du Grado. Whouhou, c'est supaire. :wallbash:

commentaires

Les bilans de Lurdo : Battlestar Galactica, pt. 2 - Saison 1

Publié le 12 Février 2012 par Lurdo dans Les bilans de Lurdo, Critiques éclair, Review, Télévision, Science-Fiction, Drame, SyFy, BSG

Et l'on commence avec une première saison réduite à treize épisodes, qui donne le ton de la série à venir.

- 1x01 : Premier épisode excellent, forcément, avec un rythme étouffant, et un compte-à-rebours ultra-efficace. Un épisode qui convainc instantanément du potentiel de la série.

- 1x02 : Second épisode là aussi très bon, malgré un abus de handheld camera dans certains dialogues.

- 1x03 : Un peu plus faiblard, avec son insurrection de prisonniers moyennement réussie (par contre, le personnage de Cally est très attachant, et retrouver Apollo '78 fait toujours plaisir).

- 1x04-05 : Dyptique intéressant quant aux relations entre Starbuck et les Adama, mais gros laule devant le bricolage McGyveresque à peine crédible de Starbuck pour piloter son chasseur Cylon (et ça fait plaisir de voir que la capture du chasseur ennemi ne passe pas à la trappe, contrairement à son équivalent dans Star Trek Enterprise, où le navire ennemi capturé avait été kelleyrisé à la fin de l'épisode comme si de rien n'était).

- 1x06 : Plutôt sympa, avec ce tribunal qui met en péril l'équipe d'ingénierie empêtrée dans ses mensonges. Rien d'exceptionnel, cependant.

- 1x07 : Très amusant, ce Baltar Show, avec la réplique qui tue: "No more Mr Nice Gaius".

- 1x08 : Très bon huis-clos entre Starbuck et le Cylon, à l'écriture et l'interprétation impeccable.

- 1x09 : Un épisode assez bizarre, à moitié comédie, à moitié drame parano, et jamais totalement convaincant. Et puis en plus un nouveau perso antipathique (la femme de Tigh), ce qui n'était pas vraiment nécessaire. Bof.

- 1x10 : Très réussi, celui-ci, par contre. Entre BSG qui nous refait l'Attaque de l'Étoile Noire sur la base Cylon, et tout le côté prophétique, c'était excellent. Et puis la musique celtique était un agréable contrepoint aux percussions habituelles.

- 1x11 : Pas terrible. Le perso de Zarek ne me convainc toujours pas, les magouilles politiques et compagnie de Roslin ont déjà été mieux écrites dans d'autres séries, le traitement journalistique idem, bref, un gros bof.

- 1x12-13 : Bon double épisode final, cliffhanger de brute, et des scénaristes qui n'hésitent pas à y aller franco dans le sombre et le bourrin. C'était bien.

Par contre, gros bémol sur toute l'intrigue parallèle "On Cylon-Occupied Caprica", qui casse systématiquement toute immersion, n'apporte jamais rien, et est juste franchement inintéressante (sérieux, la Boomer/Cylon enceinte, ). Et le jeu de Boomer n'est pas toujours hyper-probant, que ce soit sur Caprica ou à bord du BSG, mais je vais mettre ça sur le dos de son statut de taupe infiltrée...

Bref, une saison 1 solide, pas dénuée de scories, mais en comparaison de ce qui se faisait dans le genre à l'époque (Stargate, et Enterprise saison 3), est très très très largement au-dessus, voire même dans une classe radicalement supérieure. Après, dommage que le cast ne soit pas plus attachant...

commentaires

Un film, un jour (ou presque) #1649 : Doctor Strange in the Multiverse of Madness (2022)

Publié le 20 Mai 2022 par Lurdo dans Action, Aventure, Wandavision, Critiques éclair, Cinéma, Comédie, Fantastique, Science Fiction, Science-Fiction, MCU, Marvel, USA, Horreur

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

Doctor Strange in the Multiverse of Madness (2022) :

Lorsque Docteur Strange (Benedict Cumberbatch) rencontre America Chavez (Xochitl Gomez), une adolescente traquée par une entité maléfique voulant lui dérober son pouvoir de voyage transdimensionnel, il la prend sous son aile, et tente de la protéger. Mais il réalise rapidement que c'est Wanda (Elizabeth Olsen) qui en a après la jeune fille, et qu'elle est prête à tout pour obtenir ce qu'elle désire...

Sam Raimi revient derrière la caméra pour ce second métrage Doctor Strange, un véritable rollercoaster nerveux et énergique qui fait à la fois suite à Wandavision, à Spider-man : No Way Home, et à tout le multivers que Marvel construit depuis le début de la Phase 4, notamment au travers de la série What If.

Ici, après un démarrage sur les chapeaux de roues, le film ne ralentit jamais vraiment, pour une course-poursuite constante portée par la présence de Cumberbatch, l'interprétation habitée d'Elizabeth Olsen (vraiment impeccable), et la fraîcheur de la jeune Xochitl Gomez, assez attachante en America Chavez : on retrouve l'excentricité de Raimi derrière la caméra, avec plein de renvois à la filmographie du bonhomme, parfois évidents (Bruce Campbell qui se fait passer à tabac par sa main), parfois beaucoup plus subtils (angles de caméra, bruitages, etc), mais qui donnent à ce Doctor Strange 2, dans l'ensemble, une atmosphère plus horrifique, y compris dans les passages obligés du multivers (je pense notamment aux caméos des Illuminatis, qui se transforment en jeu de massacre pour un Raimi qui se lâche).

En somme, ce DS2 est inventif, rythmé, délibérément chaotique et excentrique, il ouvre autant de portes qu'il en ferme et s'amuse avec son sujet, assumant clairement à la fois son statut de film super-héroïque, de tragédie (pour Wanda) et sa folie visuelle, pour un résultat très agréable à suivre.

Après, ce n'est pas parfait : je regrette notamment la sous-utilisation, par Elfman, du thème et des orchestrations associées à Strange et utilisées par Giacchino dans les autres films du MCU, quelques effets sont un peu en dessous (le troisième œil frontal de Strange), et je ne suis pas méga fan de l'arrivée de Charlize Theron en Clea, mais bon, cela reste des défauts mineurs pour un film très enthousiasmant (probablement le meilleur de cette Phase 4).

4.75/6

(bilan Marvel/DC mis à jour !)

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Les bilans de Lurdo : Star Trek Voyager, saison 6 (9/9 + bilan)

Publié le 25 Juin 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Télévision, Les bilans de Lurdo, Science-Fiction, Star Trek, Review

Fin de la saison 6 de Star Trek Voyager, une saison qui, malgré un certain sens de la continuité, continue de souffler le chaud et le froid...

Star Trek Voyager, saison 6

6x25 - The Haunting on Deck Twelve:

Alors que le Voyager est plongé dans une obscurité totale le temps de traverser une nébuleuse, Neelix raconte aux enfants borgs l'histoire du Pont 12, fermé à tous les passagers suite à un incident des plus sinistres...

Star Trek Voyager nous fait une histoire de "fantômes" pas désagréable, mais qui souffre d'un gros ventre mou, et peine donc à convaincre sur la durée. Dommage, parce que les angles de caméra inhabituels, la continuité avec les enfants et Tal Celes (dont c'est malheureusement la dernière apparition), les effets, et l'interprétation de Mulgrew étaient tous plutôt convaincants, et que dans l'idée, l'épisode est sympathique, mais au final, le tout s'équilibre pour donner quelque chose de plutôt moyen.

 

6x26 - Unimatrix Zero, part 1 :

Lorsque Seven commence à rêver, elle découvre qu'une fraction rarissime du Collectif borg est capable de se transporter en pensée dans l'Unimatrix Zéro, une réalité virtuelle tropicale et idyllique, dans laquelle ces Borgs retrouvent leur identité et leur individualité. Mais le Collectif - et la Reine borg - sont bien décidés à se purger de ces erreurs biologiques, et le Voyager va tout faire pour empêcher un massacre...

Pour finir la saison, un épisode double centré sur les Borgs, définitivement surexploités, et qui paradoxalement, n'évoque même pas les enfants borgs présents à bord.

L'ensemble reste assez regardable et dynamique, même si l'idée de faire de Seven l'une des Borgs "spéciales" est probablement de trop, tout comme sa relation "virtuelle" avec l'un des autres borgs.

Et puis, je ne sais pas trop pourquoi, mais tout ça semble tellement sortir de nulle part que l'ensemble de l'épisode paraît parfois vraiment forcé... comme par exemple ce cliffhanger finalement très peu original - cf Best of Both Worlds.

Bref, à nouveau : c'est regardable, mais peu mémorable.

 

Bilan saisonnier

La saison dernière, j'avais conclu que Voyager manquait vraiment de direction, après sa saison 4 centrée sur Seven of Nine : le show n'avais plus vraiment de point focal, et se contentait bien souvent de recycler des intrigues et des antagonistes passés, sans grande motivation, et en faisant du surplace.

Cette année... il en va de même, en fait. Et comme je n'ai eu de cesse de le répéter au cours de ces neuf bilans hebdomadaires de visionnage, la saison 6 de Star Trek : Voyager est frustrante.

Frustrante, parce que malgré des épisodes problématiques et faiblards, comme chaque saison, et des idées pas toujours très probantes (Fair Haven), la série a décidé, cette année, d'introduire des personnages secondaires récurrents (Naomi Wildman est toujours là, les enfants borgs, Tal Celes, Reginald & Troi...), ce qui est une très bonne chose... mais malheureusement, elle ne les exploite pas assez dans l'ensemble, et se contente d'utiliser ces personnages le temps de deux ou trois épisodes, avant de les oublier ensuite.

Une tendance qui prend surtout place dans la seconde moitié de la saison, ce qui fait que ces personnages récurrents n'ont pas le temps de s'installer ou d'être développés correctement.

Cela dit, ça va de pair avec le sous-développement chronique de tous les personnages ne s'appelant pas Seven of Nine et Holo-Doc. Seule B'elanna s'en sort occasionnellement avec les honneurs, mais même là, elle est nettement moins présente qu'à une certaine époque, et sa relation avec Paris n'existe que quelques fractions de seconde dans la saison.

Et puis reste le problème des Borgs. Des Borgs, encore des Borgs, toujours des Borgs, trop de Borgs, qui deviennent répétitifs et insipides. Combien de fois Seven et le Voyager vont-ils rencontrer un groupe de Borgs renégats/déconnectés/perdus, etc ? Combien de fois le vaisseau va-t-il affronter une Reine Borg, triompher d'elle, et continuer son petit bonhomme de chemin ?

Franchement, en tant que spectateur, j'en suis presque arrivé à un point où j'ai envie de zapper certains épisodes dès qu'on aperçoit un cube ou un drone...

Alors qu'attendre de l'ultime saison de Voyager ? Bonne question. À l'époque de sa diffusion, je l'avais totalement ratée, tant j'avais décroché, et je n'avais rattrapé le series finale que bien plus tard, sans conviction.

Là, si j'étais optimiste, je dirais que les scénaristes vont profiter de cette dernière saison pour développer sur la durée le retour potentiel du Voyager sur Terre, ses contacts de plus en plus fréquents avec la Fédération et Starfleet, etc. Mais je suis réaliste. Connaissant la série et son équipe créative (Ron D. Moore est parti, Menosky aussi, Brannon Braga qui prend ses distances entre la saison 6 et 7 pour rejoindre Enterprise, Bryan Fuller sous-exploité), je m'attends à une saison complète de meublage, à une disparition totale des personnages récurrents de la saison 6, et à un beau gâchis général, avec toujours plus de Borgs, mais toujours moins impressionnants et menaçants.

J'espère me tromper...

 

À suivre...

(épisodes 6x01-03 ; 6x04-06 ; 6x07-09 ; 6x10-12 ; 6x13-15 ; 6x16-18 ; 6x19-21 ; 6x22-24)

commentaires

Les bilans de Sygbab : Supernatural, saison 9 (2013)

Publié le 10 Mai 2020 par Sygbab dans Action, Aventure, Critiques éclair, Comédie, Drame, Fantastique, Horreur, Les bilans de Sygbab, Review, Télévision, Thriller, Supernatural, CW, USA

Après près de deux ans et demi d'absence sur ce blog, Sygbab revient en force à l'occasion de la conclusion de la série Supernatural : une épopée de 15 saisons qu'il va passer en revue à raison d'un bilan par semaine...

Supernatural, saison 9 (2013) :

Exilés du Paradis par Métatron (Curtis Armstrong), les anges veulent désormais se venger de Dean, Sam, Castiel et Kevin. Et pour ne rien arranger, l'Enfer est en tourmente, puisque la plupart des démons se sont rangés derrière Abbadon (Alaina Huffman) pour tenter de détrôner Crowley (Mark A. Sheppard)...

--

"If I didn't know any better, I'd say you're stalling."

Cette réplique de Crowley au détour d'un dialogue avec Dean - son nouveau meilleur ami - est assez caractéristique de la série en général et de cette saison en particulier, à ceci près que les scénaristes ne s'en cachent plus : les personnages deviennent de plus en plus fréquemment un moyen de s'adresser aux spectateurs pour se moquer de certains éléments de la série, sans toutefois avoir la volonté d'y changer quoi que ce soit.

Les exemples sont nombreux, mais on peut surtout en retenir deux : en fin de saison, Sam explique à son frère qu'ils trouveront de toute façon un prétexte pour se fâcher après une énième réconciliation, et dans le 9.16 Blade Runners, Cuthbert Sinclair - ancien membre des Men of Letters - remarque qu'il est dommage que les Winchester n'exploitent pas tout le potentiel du bunker qui leur sert de nouveau QG. Il faut bien avouer que le fait que ce soit une source d'informations et une collection d'artefacts d'une richesse incroyable n'est pas vraiment mis en avant.

On peut le déplorer car c'est une mythologie qui pourrait être intéressante à explorer mais malheureusement, la série est un méli-mélo d'idées éparpillées façon puzzle, sans réelle ligne directrice. Cela concerne à la fois les concepts des épisodes (le 9.20 Bloodlines en est la meilleure représentation tant ce backdoor pilot qui est une vilaine resucée de Kindred : The Embraced est hors-sujet), l'intrigue générale et le traitement des personnages.

En première ligne se trouvent évidemment les incohérences chroniques de l'état d'esprit des deux frères, perpétuellement bloqués dans une sorte de groundhog day sentimental. Ce gimmick qui comble certainement les fans est assez fascinant car il empêche toute évolution des protagonistes principaux, ce qui devrait être en temps normal rédhibitoire pour n'importe quelle série.

Cela a également un impact sur les personnages secondaires, dont la gestion est très discutable : Charlie part avec Dorothy au Pays d'Oz (les mondes parallèles font donc leur apparition aux côtés des dieux de toutes les mythologies existantes et des voyages dans le temps, entre autres), Garth devient un loup-garou (ça aurait été trop compliqué de rester sur l'idée qu'il pouvait être un nouveau Bobby décontracté), le shériff Jodie Mills a besoin de la religion pour trouver du sens à sa vie (totalement logique avec tout ce qu'elle sait sur ce qui se trame réellement dans le monde...), Kevin se fait tuer sans avoir été autre chose qu'un traducteur mais revient en fantôme...

Sans oublier le retour des Ghostfacers, dans une tentative de comparaison avec la relation des Winchester tellement appuyée qu'il est difficile de déterminer s'il faut être affligé par un angle sérieux à côté de la plaque ou être embarrassé par une mauvaise parodie assez malvenue. Mais comme il n'y a jamais rien de définitif dans Supernatural (c'est l'avantage de ne pas s'embarrasser à créer des règles, les seules qui existent étant d'ailleurs bafouées de temps à autre), cette multiplication des sous-intrigues donnera à coup sûr l'occasion de les revoir (pas forcément pour le meilleur).

C'est bien pratique d'avoir des portes de sortie pour meubler, surtout quand on n'a pas grand-chose à raconter. C'est le cas pour le fil rouge de la saison : les luttes de pouvoir entre les anges et les démons ne sont pas des plus passionnantes à suivre. Dans le premier cas, l'affrontement entre les différentes factions menées par Malachi, Bartholomew et Métatron puis Castiel entraîne tellement de changements d'alliance que ça décrédibilise l'ensemble.

Et surtout, Castiel se retrouve de nouveau dans une position de leader - qu'il ne voulait pas cette fois - alors qu'il commençait enfin à devenir intéressant en appréhendant petit à petit les souffrances liées à sa condition d'humain. C'est déjà plus lisible entre Abaddon et Crowley : leurs personnalités diamétralement opposées correspondent à leur vision de ce que devrait être l'Enfer, de fait les enjeux sont compréhensibles.

Cette place prépondérante que Crowley a prise au fil du temps est à mettre au crédit des scénaristes : sa gouaille est toujours aussi appréciable et il faut avouer que le duo qu'il forme avec Dean est assez savoureux (bien plus que Sam et Castiel, c'est une certitude), même si duplicité n'a aucune limite tant que ses intérêts passent au premier plan. Toutefois, le côté humain qu'il commence à développer depuis que Sam a tenté de le guérir donne de l'épaisseur au personnage et le rend plus ambigu.

C'est en tout cas plus subtil qu'un Dean qui devient berserk parce qu'il détient à la fois la marque de Cain (son ancêtre, faut-il le rappeler) et la Première Lame. L'influence que ces deux artefacts ont sur son comportement n'a été mentionnée qu'à quelques reprises, il aurait été plus judicieux de le montrer prendre lentement ce chemin car cette bascule paraît trop précipitée. C'est dommage car il y a des exemples d'un meilleur traitement, puisque les suspicions de Sam à propos de ses pertes de mémoires sont évoquées régulièrement en début de saison. Par conséquent, quand il apprend qu'il est possédé par Gadreel, il y a un réel impact.

Si l'ambiance est moins sombre que dans la saison précédente, il n'y a malgré tout pas beaucoup de place pour des épisodes plus légers. Dans cette veine, le 9.05 Dog Dean Afternoon qui voit Dean communiquer avec des chiens et même un pigeon est plutôt amusant, mais ça ne s'approche pas d'un épisode délirant signé Edlund, ce dernier ayant d'ailleurs quitté le navire.

De là à penser qu'il y a un lien de cause à effet... Il faudrait pourtant essayer de revenir à quelque chose de ponctuellement plus léger, pour se soulager d'une histoire globale parfois trop sérieuse.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Les bilans de Sygbab : Andromeda, saison 5 (2004)

Publié le 5 Septembre 2021 par Sygbab dans Action, Aventure, Critiques éclair, Comédie, Fantastique, Les bilans de Sygbab, Review, Science Fiction, Science-Fiction, Télévision, USA, Andromeda

Après 4 saisons d'Andromeda, Sygbab commence vraiment à regretter cette intégrale très laborieuse... Heureusement, la fin est proche !

Andromeda, saison 5 (2004) :

Plombée par un budget rachitique et la grossesse de Lexa Doig, cette saison finale a nécessité une grosse dose d’adaptation. Malheureusement, si certains savent se servir de contraintes de production inévitables, ce n’est pas le cas ici. Faut-il pour autant s’en étonner, tant la série s’est montré au mieux chaotique depuis le début, voire franchement médiocre par moments ?

Voici donc le contexte : après avoir abandonné ses subordonnés pour prendre la Route des Âges, Dylan les retrouve dans le système Seefra, qui possède 9 planètes identiques mais des populations aux mœurs différentes, et qui se trouve dans une autre dimension. Bien évidemment, pour justifier l’absence de Rommie et de l’IA qui lui sert d’alter ego, le vaisseau Andromeda n’a plus d’énergie. Conséquence directe : tout le monde est cloué au sol.

L’inconvénient majeur, c’est que les scénaristes n’ont jamais été capables d’enrichir leur univers en approfondissant les us et coutumes des peuples présentés. Dans ces conditions, explorer quelques-unes des 9 planètes était dès le départ voué à l’échec. En dehors du fait que Seefra-1 se révèle être Tarn Vedra - une révélation pour une fois pas trop mal pensée -, ça n’apporte rien d’autre que des épisodes affreusement génériques et interchangeables, dans des endroits qui ont plusieurs dénominateurs communs : la pauvreté, la violence et la crasse. Quitte à s’engager dans cette voie, un peu de variété aurait été bienvenue…

On perçoit ainsi comme un relent de lassitude générale, avec des acteurs en roue libre qui n’ont plus trop l’air de croire à ce qu’ils font, des scripts parfois à la limite du ridicule et surtout un reniement total des ambitions initiales. C’est une similitude troublante avec Invasion Planète Terre, et pas la seule : dans la série précitée, l’arrivée des Juridiens était évoquée dès la saison 2 et ces derniers débarquaient enfin sur Terre en fin de saison 4. Malheureusement, la suite était peu glorieuse puisqu’ils connaissaient une régression et faisaient place à de vulgaires ersatz de vampires.

C’est à peu près la même chose dans le cas présent puisque tout le monde attend les Magogs depuis le début de la saison 2 et qu’ils apparaissent brièvement en fin de saison 4... pour mieux disparaître de l’horizon. Il faut néanmoins reconnaître que ce n’est pas forcément un mal car ce n’étaient pas des adversaires extrêmement intéressants à suivre, de par leur caractérisation (et encore, c'est un bien grand terme) très manichéenne et de leur apparence monstrueuse clairement pensée pour repousser.

Pour rester dans le thème, le 100ème épisode d'Andromeda est tout aussi raté que dans IPT. En premier lieu, l’introduction promet une surprise à la fin de l'épisode, alors qu’il s’agit de quelques minutes inintéressantes d’un bêtisier à peine drôle. De plus, le sujet est assez consternant : Beca est en fait la mère de la race Nietzchéenne après avoir eu une aventure avec Drago Museveni, qui se révèle être un voyageur du temps… Comme développement à coups de burin, ça se pose là. Le pire, c’est qu’elle s’en sert comme vulgaire moyen de chantage par la suite envers Rhade.

Comme les interactions entre les protagonistes n’ont jamais été l'un des atouts de la série (si tant est qu’il y en ait, d’ailleurs), ce procédé visant à changer la dynamique par le biais d’un évènement exceptionnel est utilisé à outrance. C’est le cas pour Dylan dont on sait depuis la fin de la saison précédente qu’il fait partie des Paradines, ou encore pour Trance qui est victime d’amnésie. Dans les deux cas, on essaie de leur associer une aura mystique mais ce n’est pas une grande réussite.

Le statut de Dylan n’a jamais d’incidence significative, outre celle d’avoir l’impression de revoir Hercules puisque les combats avec d’autres individus deviennent petit à petit une norme. Tout au plus passe-t-il son temps à être déboussolé par la façon dont on joue avec lui et la notion du temps, mais cela finit par perturber le téléspectateur également car les intentions ne sont pas très claires et l’exécution laisse à désirer.

Trance, quant à elle, prend conscience de qui elle est en faisant une belle rencontre avec l’avatar de la Lune de Tarn Vedra. Ce faisant, son soleil renaît et apparaît dans le système Seefra. Le concept selon lequel les astres bénéficient d’une incarnation physique laisse perplexe dans la mesure où cela ne semble pas être une explication suffisante en soi pour expliquer les pouvoirs de Trance et de ses semblables. De toute façon, cette notion est complètement gâchée par la pseudo-relation que Dylan aurait vécue avec la femme qui représente le trou noir qui a retenu Andromeda pendant 300 ans…

Rhade est toujours aussi sérieux, Harper toujours aussi chiant, et se distingue en créant encore un androïde pour remplacer Rommie. Ce qui avait été initié avec cette dernière - à savoir se pencher sur la découverte progressive de son humanité - continue avec Doyle, mais toujours de manière aussi superficielle. Pour faire bonne mesure, les génies qui sont aux rênes décident qu’il faut absolument qu’elle ait des sentiments pour Dylan et que les deux s’embrassent. C’est évidemment n’importe quoi puisque c’est une manière d’évacuer la tension sexuelle qu’il y avait parfois avec Rommie, et que ça donne une pauvre image d’un Dylan incapable de gérer ses émotions et/ou pulsions.

Pas de panique ! Pour contrecarrer les plans de conquêtes (féminines) de l’emblématique capitaine d’un Commonwealth encore déchu, The Abyss est à nouveau sur toutes les langues quand l’équipe reformé (ou réformé, au choix) prend conscience que l’entité est responsable de tout ce qui leur est arrivé.

Heureusement, les Vedrans avaient prévu le coup depuis des millénaires et grâce aux instructions qu’ils ont laissées derrière eux, le retour dans la dimension initiale est possible. Les tentatives de toutéliage à base d’un soupçon de rétro-continuité, ça peut être sympa, mais quelques épisodes avant la conclusion d’une série, ça dénote d’un sacré manque de vision d’ensemble…

Le déroulé de ce dernier épisode est d’ailleurs presque trop facile et ce, sans être spectaculaire pour autant. Les Magogs sont évoqués mais ils ne sont pas visibles et il en va presque de même pour les Nietzschéens : dans de telles conditions, compliqué de ressentir une quelconque émotion. Tout sonne faux, et c’est presque un soulagement de voir Dylan éteindre les lumières de la salle de commandement du vaisseau.

Il était plus que temps de tirer le rideau sur un programme qui n’a jamais réussi à se montrer intéressant et dont les moments plaisants auront été très rares. Les deux « œuvres » posthumes en hommage à Roddenberry constituent autant de ratages, et c’est bien dommage.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Blog Update ! - Août 2021

Publié le 29 Août 2021 par Lurdo dans Cinéma, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Les bilans de Sygbab, Review, Télévision, Update

Un mois d'août un peu nerveux chez les Téléphages Anonymes, puisque j'ai pris un certain retard sur la programmation de ce blog, et que j'ai passé le mois en flux tendu. Rien de bien dramatique, cependant, et cela m'a permis de publier des critiques de nouveautés, nouveautés qui commencent enfin à revenir en salles...

#1496 : MillenniuM After the MillenniuM (2019) - 4/6

#1497 : Hitman et Bodyguard 2 (2021) - 2/6

#1498 : Batman - Un Long Halloween, deuxième partie (2021) - 3.5/6

#1499 : Fast & Furious 9 (2021) - 2/6

#1500 : Arnaque à Hollywood (2021) - 2.5/6

#1501 : Cruella (2021) - 2.5/6

#1502 : America - Le Film (2021) - 1.5/6

#1503 : Plan B (2021) - 3/6

#1504 : Supps - The Movie (2019) - 3/6

#1505 : Jungle Cruise (2021) - 4/6

#1506 : The Suicide Squad (2021) - 4.25/6

#1507 : Ainbo, princesse d'Amazonie (2021) - 3.25/6

#1508 : Infinite (2021) - 2/6

#1509 : How It Ends (2021) - 2/6

#1510 : Jolt (2021) - 2.5/6

#1511 : SWASHBUCKLING - Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl (2003) - 4.5/6

#1512 : SWASHBUCKLING - Pirates des Caraïbes 2 : Le Secret du Coffre Maudit (2006) - 3.5/6

#1513 : SWASHBUCKLING - Pirates des Caraïbes 3 : Jusqu'au bout du monde (2007) - 3.25/6

#1514 : SWASHBUCKLING - Pirates (1986) - 2/6

#1515 : SWASHBUCKLING - Thugs of Hindostan (2018) - 2.75/6

#1516 : SWASHBUCKLING - L'Île aux pirates (1995) - 3/6

---

# Bilan :

Un mois qui a commencé de manière agréable, par un documentaire sympathique (bien qu'incomplet) sur la série MillenniuM, série culte s'il en est, et qui s'est terminé par une semaine consacré aux pirates et autres aventuriers des sept mers, de quoi faire le point sur la franchise Pirates des Caraïbes et les films qui l'ont influencée.

Entre ces deux pôles, beaucoup de variété et des nouveautés, et une évidence : la pandémie a permis aux studios de se débarrasser de leurs films les moins réussis, et le passage par la case streaming vaut désormais à ces métrages une certaine indulgence critique et publique, qu'ils n'auraient pas forcément eue s'ils étaient sortis en salle ("ouais, ce n'est pas terrible, mais inclus dans l'abonnement X ou Y, et regardé dans son canapé, ça passe").

Et réciproquement, certains films qui auraient été plutôt bien reçus en salle sont plus sèchement critiqués lorsqu'ils sortent directement en VOD, tant les conditions du streaming à domicile sont particulièrement adaptées à une critique superficielle, en quasi-temps réel, avec un œil sur le film et un autre sur sur les réseaux sociaux.

C'est regrettable, mais c'est ainsi pour le moment, et il faut donc prendre avec beaucoup de pincettes (enfin, plus que d'habitude), les critiques professionnelles et amateures qui fleurissent en ce moment un peu partout. Et je m'inclus dans le lot...

---

# Film(s) du mois :

Un trio de tête particulièrement divertissant, entre le premier Pirates des Caraïbes, qu'on ne présente plus, le récent Jungle Cruise avec The Rock (un film qui marche directement dans les traces de la franchise POTC et de la Momie), et The Suicide Squad de James Gunn, qui redonne un peu de peps à l'univers DC cinématographique.

 

# Flop(s) du mois :

On a le choix, à vrai dire, mais se démarquent vraiment du lot Infinite, avec Wahlberg, une variation médiocre et sans intérêt sur le thème de l'immortalité, avec des cascades numériques over-the-top ; d'ailleurs, en parlant de cascades numériques débiles, Fast & Furious 9, bigger, louder, et vraiment dumber ; et enfin, America, le film, un métrage d'animation qui ressemble à une version (très) longue d'un épisode de Drunk History, délayée sur plus de 90 minutes, insipide et pas inspirée.

---

# Petit écran :

Un mois assez calme, consacré à la fin de mon intégrale Superstore (bilans de la saison 4, 5 et 6 accessibles en cliquant ici, et ), une série sympathique mais qui n'aura jamais réussi à me convaincre pleinement, cherchant trop à centrer le programme sur une romance, et à reproduire ainsi le succès de The Office.

Autre intégrale, ce mois-ci, celle des trois saisons de la série animée Jurassic World - Camp Cretaceous (saison 1, 2 et 3) : rien de particulièrement qualitatif ou exceptionnel, mais un programme pour enfants agréables à suivre, avec des dinosaures réussis, et une intégration intéressante à la continuité des films.

Et pour finir, difficile de conclure sans mentionner Jack of All Trades, la série historico-rigolarde de Bruce Campbell : c'est léger, c'est fun, c'est estival, et ça rentre parfaitement dans une semaine Swashbuckling pleine d'aventures.

 

Retrouvez aussi les bilans de toutes les séries critiquées jusqu'à présent en ces pages depuis l'index Séries alphabétique qui leur est consacré.

 

---

# À venir :

En septembre, dernière ligne droite avant le début de l'Halloween Oktorrorfest 2021 : au programme, des sorties 2021 (Snake Eyes, Free Guy, The Green Knight...), de l'animation (Vivo, Boss Baby 2...), la publication d'un bilan MCU vs DCEU, et plein d'autres choses, dont de nouvelles séries fraîchement diffusées (Marvel's What If...?, Star Trek Lower Decks, Les Maîtres de l'Univers, Black Monday...).

 

Et comme toujours, vous pouvez retrouver toutes les mises à jour du blog sur la page Updates, ainsi que la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

commentaires

Critique éclair : Dexter, saison 6

Publié le 22 Février 2012 par Lurdo dans Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Lurdo, Thriller, Drame, Policier, Showtime

Saison 6 (spoiler warning, forcément) :

Ouatzefeuck did i just watch !?

Mais vraiment. Ce n'est pas Dexter, c'est presque une parodie de Dexter. Depuis que les trois showrunners principaux sont partis, avec la fin de s4, la série se décompose à vitesse grand V. On a eu le showrunner de MillenniuM s3, pour une saison qui ne valait que pour la relation de Dexter et de Lumen. Et là, on a le showrunner de Star Trek Enterprise, pour une saison qui ne vaut que pour les liens entre Dex et Mos Def... enfin, jusqu'à ce qu'ils tuent ce dernier.

Un bon gros :blink: , donc, sur tous les plans. À la vision du season premiere, j'avais cru percevoir quelques problèmes naissants.

L'évident reboot made in Manny Coto, en fait, comme dans Enterprise : on oublie les événements précédents, on saute un an en avant, ça nous permet de faire le ménage dans le cast (adieu la nounou irlandaise, finalement totalement inutile, et probablement pas assez sexy, puisque remplacée par la frangine Batista) et dans les intrigues (pas de conséquences aux événements de la saison 5, pas de référence à Lumen, aux deux autres gamins, Batista/Laguerta divorcés, et cette dernière rebootée à sa personnalité de la saison 1, etc).

Par contre, comme d'habitude sous la supervision de Coto, l'expert du fan service/continuity porn forcé, on a le droit à des références bien lourdes aux saisons plus anciennes ("quand le show était bon"), avec notamment un épisode inutile qui voit le retour du frère de Dexter, et du fils de Trinity.

Soit exactement le modus operandi habituel de Coto, qui, à son arrivée sur Enterprise, s'était empressé de redresser la barre en se débarrassant des intrigues des premières saisons, en passant à la trappe certains problèmes, et en enchaînant le fanservice avec des épisodes reprenant des éléments du passé/de la série de Kirk, réutilisés à la sauce Enterprise.

Le problème étant que, sur Enterprise, Coto était arrivé après plusieurs saisons nazes, et que son travail, au mieux moyen, paraissait bien meilleur en comparaison. Là, sur Dexter, c'est l'inverse qui se produit. D'autant qu'avec Scott Buck, le showrunner "officiel" (qui n'a hérité du titre que parce qu'il est là depuis les débuts de la série), Coto n'est pas aidé.

Scott Buck, génie créatif responsable de phrases comme "on a eu l'idée géniale de ne pas dire à Colin Hanks que le personnage d'Olmos était dans sa tête, et ce jusqu'au tournage de l'épisode 9", "non, on n'a pas vraiment préparé le terrain pour la saison suivante, et on n'a pas encore bien réfléchi à ce sur quoi l'intrigue du stagiaire informaticien geek allait déboucher" ou encore "l'idée de l'inceste entre Deb et Dex ne nous est venue que tardivement, mais on a tout de suite trouvé que c'était particulièrement intéressant, plus que le reste. D'ailleurs, on ne comprend pas comment ça peut choquer le public, alors qu'il adule Dexter, qui est un serial killer".

Forcément, tout de suite, ça donne une certaine idée de l'ambiance dans la salle des scénaristes, et ça explique plein de choses quant au contenu de cette saison. Une saison brouillonne, hétérogène, qui ne part de nulle part (Dexter heureux papa et "promu" médecin légiste, qui a repris sa routine meurtrière, et, au passage, se fait faire une fellation par une ancienne collègue de lycée), et qui ne finit nulle part (si ce n'est avec les trente dernières secondes, forcées comme ce n'est pas possible).

Entre deux, quelques interrogations métaphysiques rapidement mises de côté une fois la bromance avec Mos Def évacuée ; des voix off encore plus omniprésentes et descriptives qu'à l'habitude ; un nombre de personnages et/ou guests sous-exploités impressionnant (Molly Parker, Olmos, Brea Grant, le flic afro-américain, la babysitter, Spiro, le geek informaticien, Cherilyn Wilson, Harry) ; un Dexter qui régresse un peu plus à chaque saison, et devient de plus en plus bête (en plus de passer un peu plus chaque saison de "vigilante qui tue les méchants ayant échappé à une justice incompétente" à "vigilante qui empêche la justice compétente de faire son travail, pour pouvoir tuer des méchants tout seul dans son coin") ; beaucoup de meublage (les problèmes de Debra avec son nouveau job, les conneries de Quinn, etc) ; etc...

Et puis, bien sûr, ce twist éventé au possible sur la réalité d'Olmos. Un twist que bon nombre de spectateurs, moi y compris, avait calculé depuis le premier épisode, et que les scénaristes, naviguant à vue, ont maintenu jusqu'au bout, jusqu'à sa révélation triomphante... et comme la production n'avait visiblement pas très bien prévu le coup, il y a alors une fracture très nette dans le flot du récit : soudain, Olmos disparaît, et en l'espace d'un cliffhanger, c'est comme si le DDK n'avait plus aucun rapport avec les méthodes et le comportement qu'il avait dans les 9 premiers épisodes.

Certes, c'est pour montrer que Colin Hanks s'est débarrassé de ses dernières hésitations mentales, mais c'est fait, comme tout le reste de la saison, avec si peu de finesse, que l'on a l'impression de se trouver devant un autre programme.

Sans oublier, cerise sur un gâteau bien moisi, cette histoire de pseudo-inceste, amenée par une psychiatre caricaturale, façon "comment écrire un psy de show tv, pour les scénaristes débutants". Ça va de pair avec les méthodes théâtrales et grandiloquentes du DDK, la réalisation pataude dans son iconisation (rooh ce plan de Dex qui pivote sur sa chaise, les ailes de l'ange étalées sur la table, dans son dos, on dirait du Smallville), la musique quasi-parodique de l'épisode avec le frère de Dexter, la voix off omniprésente, les pièges incompétents du DDK, le parallèle Dexter/DDK (mentor imaginaire, soeur aimante, code moral, etc... jusqu'à la catchphrase inversée Today's the day/Tonight's the night), la caractérisation de la majorité des personnages, ou encore la façon dont le cliffhanger de la saison est amené (Dexter, suffisamment stupide pour s'installer là où sa soeur doit se rendre ; Debra, qui ne découvre pas le secret de Dexter parce qu'elle a su mener l'enquête, mais par hasard, et parce qu'elle se croit amoureuse de lui) : c'est lourd, maladroit, l'écriture est grossière, et c'est plein de pistes et d'intrigues laissées en plan.

J'aimerais croire que cette saison était beaucoup de mise en place pour l'année prochaine, mais malheureusement, au vu des déclarations de la production ("on ne sait pas vraiment où l'on va, on avance à tâtons"), je crois que ça ne pourra aller qu'en empirant.

Ou alors il faut qu'ils embauchent quelqu'un de valable pour diriger les deux dernières saisons du show (du genre David Greenwalt, par exemple).

commentaires

Les bilans de Lurdo : Superstore, saison 2 (2016)

Publié le 11 Juillet 2021 par Lurdo dans Comédie, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Review, Romance, Sitcom, Télévision, USA, NBC, Superstore

Après une première saison raccourcie de 11 épisodes, je continue ma rétrospective Superstore, avec une seconde année qui a vu son nombre d'épisodes doubler (21 + un épisode spécial Jeux Olympiques, hors continuité), sa structure s'adapter à tous les événements rythmant la vie de la grande distribution (fêtes, soldes, etc) et son focus s'altérer au fil de la diffusion, pour le meilleur et pour le pire.

Superstore, saison 2 (2016) :

Après que le mouvement de grève des employés de Cloud 9 ait amené la direction à dépêcher sur place Jeff (Michael Bunin), un manager régional, la vie reprend son cours au magasin : Jonah et Amy se rapprochent, Garrett et Dina aussi, Sandra (Kaliko Kauahi) s'invente une vie amoureuse trépidante, et Mateo, lui... tombe sous le charme de Jeff. 

L'avantage, avec une saison de 22 épisodes, c'est que l'on a beaucoup plus de temps pour développer les personnages secondaires, leurs relations, et l'alchimie des acteurs les uns avec les autres.

L'inconvénient, c'est qu'à lui seul, le nombre des épisodes a tendance à lisser l'ensemble de la saison d'un point de vue qualitatif, notamment dans la perception du spectateur (qui, à la fin de la diffusion, a naturellement un peu de mal à se souvenir de la qualité exacte des épisodes présentés six mois plus tôt), mais aussi du côté créatif : l'objectif des scénaristes n'est plus de produire les 11 meilleurs épisodes imaginables, dégraissés de tout développement inutile et superflu, mais bien de remplir la commande passée par la chaîne en produisant 22 épisodes sympathiques et homogènes, à défaut d'être tous exceptionnels.

D'autant plus lorsque, comme ici, la chaîne décide de rallonger au dernier moment (en l'occurrence, la veille du début de la diffusion de cette saison 2) la commande originale de 13 épisodes pour l'étendre à 22. Forcément, ça chamboule un peu les plans des scénaristes, et ça mène à quelques flottements çà et là.

C'est ainsi que l'on remarque, après un épisode spécial Olympiades assez pépère (avec une Cecily Strong un peu sous-exploitée), et une première moitié de saison relativement structurée (résolution molle du cliffhanger de la s1, puis quelques journées événementielles - Adoption d'animaux, Halloween, les élections, Noël, Black Friday, St Valentin), que l'ensemble de l'écriture se fait un peu plus brouillonne, et bascule sur du shipping plus classique et routinier.

De manière globale, d'ailleurs, on sent que la série se cherche encore un peu : ici, on a droit à des épisodes absurdes et décalés (invasion de corbeaux, tous les hommes du magasin qui s'affrontent dans un match improbable en pleine journée de travail, pendant que les femmes vont se saouler au karaoké...), là, des moments plus engagés (Jonah qui refuse de vendre des armes, Glenn qui s'oppose à la vente de la pilule du lendemain), ailleurs, des épisodes fourre-tout (sans cohésion interne et qui ressemblent à des bribes d'idées en vrac concernant tel ou tel personnage, des sous-intrigues sans lien collées ensemble dans un même épisode pour remplir 25 minutes), ou encore des sentiments et de la romance un peu forcés.

En somme, ça continue de partir un peu dans tous les sens, et de tenter toutes les associations possibles et imaginables, pour voir ce qui marche ou pas : ce n'est pas forcément un mal, puisque cela permet des combinaisons inattendues, comme Dina et Garrett, qui couchent ensemble sans se supporter (ce qui permet à la série d'éliminer par la même occasion la relation malsaine Dina/Jonah), Jeff et Mateo (ce qui permet à Mateo de sortir temporairement du cliché du gay mesquin et bitchy), mais aussi Amy (qui se décoince un peu) et interagit avec plein de monde (Glenn, Cheyenne...).

Ça permet aussi de donner de la personnalité aux personnages d'arrière-plan, parfois pour le meilleur (Sandra), parfois pour le pire (Marcus, interprété par Jon Barinholtz, et qui joue ici les gros beaufs relous comme le fait habituellement son frère Ike, de Mad TV/The Mindy Project), et parfois entre deux (le pharmacien égocentrique, que je ne suis pas encore sûr d'apprécier ou non).

Malheureusement, ça fait aussi un peu disparaître Cheyenne d'une partie de la saison, jusqu'à la toute fin, pour son mariage... Et puis, bien entendu, cela donne encore plus de temps aux scénaristes pour développer le will they won't they de Jonah et Amy, avec le mariage de cette dernière qui s'écroule, etc.

Et là, je vais me répéter, mais... je n'en ai absolument rien à faire de ce couple. Pas très attachants ni compétents, ils sont tous les deux dysfonctionnels, et je n'arrive vraiment pas à accrocher à leurs atermoiements, à leurs regards hésitants, etc. Et donc, forcément, cela m'empêche d'apprécier une partie de la saison, qui se consacre au duo sous un angle romantique.

Qui plus est, tous les classiques de Ross/Rachel et des romances de sitcom de ce style y passent : mariage malheureux, regards complices, petite(s) amie(s) de passage promptement évacuées(s) (Brenda Song, notamment, totalement sous-exploitée), jalousie inavouée, mensonges, etc.

Franchement, ça me fatigue un peu, tout ça, car il faut une alchimie exceptionnelle entre les acteurs et personnages, ainsi qu'une écriture à la hauteur, pour que ça fonctionne sur moi - ici, on est loin de Jim/Pam, Michael/Holly, ou encore Ben/Leslie...

Mais bon : pour peu que l'on accroche à cette dose conséquente de shipping (et j'ai conscience d'être clairement dans la minorité à ce sujet), et que l'on ferme un peu les yeux sur certains clichés de sitcom (l'incident dramatique qui amène tout le monde à s'avouer ses quatre vérités, en l'occurrence la tornade - très bien filmée - du season finale), Superstore reste agréable à suivre, et plutôt attachant.

À ce point de la vie de la série, je ne dirais pas qu'un épisode ou un autre se démarque vraiment, ou pourrait être donné en exemple d'un classique du genre/d'un incontournable, mais le tout reste plaisant.

Maintenant, je ne serais pas contre un peu moins de shipping et de grosses ficelles de vieux routard du format, et un peu plus de chamboulements (par exemple, je suis prêt à parier que le début de la saison 3 reviendra à un bon vieux status quo, à nouveau, malgré les révélations de la fin de saison 2, et la destruction de Cloud 9).

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Les bilans de Lurdo : Superstore, saison 4 (2018)

Publié le 8 Août 2021 par Lurdo dans Comédie, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Review, Romance, Sitcom, Télévision, USA, NBC, Superstore

Trois saisons de Superstore passées en revue sur ce blog, pour le moment, et un gros problème qui m'a contraint à faire une vraie pause de plusieurs semaines dans mon intégrale : l'insistance des scénaristes à faire d'Amy et de Jonah le centre de la série, un shipping autour duquel gravite tout le programme. Au point d'en devenir envahissant au cours de la saison 3, une saison durant laquelle le couple a phagocyté tout le temps d'antenne de la série, reléguant la moitié des personnages secondaires au rang de faire-valoirs absents, et multipliant les obstacles gentiment forcés (grossesse imprévue, rivale amoureuse, etc).

Ce qui aurait pu passer si Jonah et Amy avaient le capital sympathie de Pam et Jim... mais non : autant Jonah est plus ou moins figé depuis trois saisons, autant Amy accumule de plus en plus de défauts, pour aboutir à une sorte de Michael Scott-bis assez antipathique. D'où mon sentiment de ras-le-bol, et ma pause de quelques semaines avant cette saison 4 qui annonce du changement, puisque le créateur/showrunner de Superstore a quitté le programme à la fin de ces 22 épisodes...

Superstore, saison 4 (2018) :

Alors que Jonah et Amy tentent de faire oublier leur relation et la diffusion publique de leur sex tape involontaire, la quotidien de Cloud 9 est chamboulé, lorsque Glenn décide de quitter son poste et de passer plus de temps avec son bébé. Ce qui laisse un poste vacant à la tête du magasin...

Paradoxe intrigant : alors que la majorité des spectateurs a trouvé la saison 4 de la série un bon cran en dessous des trois premières saisons de Superstore... j'ai plutôt apprécié le tout.

Probablement parce que les scénaristes font le choix très clair de prendre le contre-pied de la saison précédente, en faisant passer Amy/Jonah au second plan (ils sont en couple, tout le monde le sait, et c'est tout), et en s'intéressant de nouveau (pour le meilleur et pour le pire) aux personnages secondaires qui font tout le sel de la série.

Une vraie bouffée d'oxygène pour moi qui supporte difficilement le shipping Amy/Jonah, et j'ai accueilli avec un certain plaisir un retour à des sous-intrigues plus variées, centrées sur Cheyenne, Mateo, la relation Carol/Jerry/Sandra, Glenn, etc.

À l'identique, la production semble vouloir oublier certains éléments de la saison précédente : Kelly est rapidement kelleyrisée, la sex tape publique d'Amy et Jonah n'a aucune conséquence concrète, Myrtle revient au magasin, les deux grossesses sont rapidement expédiées et les bébés rarement mentionnés ensuite...

Quelque part, on sent un désir de retour au status-quo, voire même une volonté, pour Justin Spitzer, de développer un maximum de sous-intrigues avant son départ : Mateo et l'immigration, notamment, mais aussi le changement de carrière de Glenn, et la promotion d'Amy au poste de responsable du magasin.

Des sous-intrigues qui sont un peu catapultées et qui ne fonctionnent pas totalement sur un plan structurel et logique (les rouages narratifs grincent un peu), mais qui ont le mérite de faire avancer des personnages qui stagnent un peu trop (même Marcus, pourtant loin d'être mon favori, est ici écrit avec un peu plus de "subtilité", et acquiert un semblant d'épaisseur).

Malheureusement, cela s'accompagne aussi, dans le dernier tiers de la saison, d'une écriture parfois sommaire des personnages : constamment associée à Mateo, Cheyenne devient cassante et presque bitchy ; Glenn agit de manière peu cohérente (désormais simple employé, il se rebelle contre les règles, et tente notamment d'imposer son pasteur dans le magasin) ; et Amy, désormais à nouveau au centre de tout (à croire que c'est parce qu'America Ferrera est l'actrice la plus connue du show, et qu'elle a de l'influence sur la production), devient une patronne opportuniste et couarde, que tout le personnel déteste immédiatement.

C'est un peu dommage, d'autant que la série tente, en parallèle, de continuer ses messages sociaux (qui sont honnêtement survolés, mais ont le mérite d'exister), néanmoins affaiblis par l'empressement du show à atteindre certains objectifs narratifs : on s'étonnera ainsi de la manière dont Amy, jeune maman célibataire qui a déjà une adolescente à la maison, travaille toute la journée à Cloud 9 (Jonah aussi, d'ailleurs) et trouve tout de même le temps de se lancer dans une formation de responsable, de devenir manager, et de gérer le magasin, tout ça en six-huit mois à peine, et sans jamais que le bébé soit vraiment pris en compte - sans même parler du chiot que Glenn offre à Amy en début de saison.

Après, dans les deux premiers tiers de la saison, la série reste plus ou moins égale à elle-même : assez amusante, dans la droite lignée de ce qu'elle était avant, avec cependant certains épisodes qui font un peu redite (Halloween, la rivalité entre magasins, le laser tag, la Saint Valentin, la tempête de neige qui bloque tout le monde au magasin).

Certains personnages secondaires (ou plutôt tertiaires) disparaissent totalement ou presque (le pharmacien, Bo, Jerusha, Kelly, les bébés...), l'humour cringe est toujours moyennement bien dosé (et Amy en est toujours la victime principale), l'absurde apparaît toujours par petites touches (mais on sent que la série se refuse encore à vraiment aller jusqu'au bout de ses délires, comme Community pouvait le faire à l'époque) et il y a quelques problèmes de continuité entre la première moitié de la saison et la fin (Marcus sans-abri qui vit dans les tunnels d'entretien sous le magasin depuis des mois et des mois, alors que quelques épisodes plus tôt, on apprenait qu'il touchait 130 000 $ par an depuis des années)... mais ça se regarde.

Et je ne sais pas si c'est dû à la pause, ou à un véritable changement créatif, mais cette saison m'a vraiment été bien plus agréable à suivre que la précédente.

Après... la saison 5 est celle du grand changement, puisque Spitzer est remplacé à la tête du programme par Gabe Miller et Jonathan Green, deux scénaristes de longue date de la série, et que c'est cette saison 5 qui divise le plus les fans à ce jour.

J'attends de voir.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires

Les bilans de Lurdo : Superstore, saison 1 (2015)

Publié le 4 Juillet 2021 par Lurdo dans Comédie, Critiques éclair, Les bilans de Lurdo, Review, Romance, Sitcom, Télévision, USA, NBC, Superstore

Première saison en 11 épisodes de cette sitcom NBC showrunnée par Justin Spitzer, un ancien de The Office, qui s'essaie de nouveau, avec Superstore, au genre de la workplace comedy déjantée.

Une série que j'avais déjà appréciée à sa diffusion, avant de décrocher progressivement lorsque les saisons étaient passées de 11 à 22 épisodes, avec les longueurs que cela entraîne inévitablement : et comme la série s'est conclue fin mars dernier, avec sa sixième saison, le moment est venu de se faire une rétrospective complète de cette sitcom gentiment excentrique...

Superstore, saison 1 (2015) :

Le quotidien de Cloud 9, une supérette américaine dirigée par Glenn Sturgis (Mark McKinney), un responsable incompétent entouré d'employés qui le sont tout autant : Dina (Lauren Ash), son assistante autoritaire et radicale ; Jonah (Ben Feldman), le petit nouveau propre sur lui ; Amy (America Ferrerra), qui tente de concilier son métier, sa famille et ses études ; Mateo (Nico Santos), un gay flamboyant et ambitieux ; Garrett (Colton Dunn), un Afro-américain sarcastique en fauteuil roulant ; Cheyenne (Nichole Sakura), une lycéenne enceinte ; et bien d'autres encore...

Et effectivement, on retrouve clairement, dans cette première saison de Superstore, tout l'ADN de The Office, mais aussi un peu de Parks & Rec, et même de Community : des workplaces comedies qui partagent avec Superstore certains archétypes évidents (difficile, par exemple, de ne pas retrouver dans le duo dirigeant ce Cloud 9 des échos de Michael Scott et de Dwight Schrute, ou dans la romance impossible Amy/Jonah des reflets de Pam/Jim), et un certain ton légèrement décalé et excentrique.

Ce qui fonctionne plutôt bien, il faut l'avouer, surtout lorsque la série ose se débarrasser de certains atours très formatés, pour se lâcher un peu : dans cette première saison, le programme se cherche clairement, un peu comme Community en son temps.

D'un côté, on a les ressorts classiques du genre, l'attirance Amy/Jonah, des intrigues plutôt génériques et prévisibles (la journaliste qui vient faire un reportage, tout le monde qui se bat pour une promotion, la compétition interne en équipes, la visite d'un secret shopper) et de l'autre, des moments de folie, des transitions volontairement absurdes entre les scènes, des passages WTF (qui ne sont pas sans rappeler le ton et l'humour plus anglais d'un show comme Green Wing) ou bien encore la décision de pousser certaines des intrigues basiques un peu plus loin que la norme (sans aller, malheureusement, jusqu'aux délires-concepts de Community, alors que l'occasion s'y prêtait çà et là).

En somme, même si elle a beaucoup de potentiel, on sent que la saison 1 de Superstore se freine délibérément, pour ne pas brusquer le network. Et ce qui n'aide pas (du moins à mes yeux), c'est son côté relationnel frustrant, et notamment tout ce triangle amoureux Dina/Amy/Jonah.

Déjà parce que je n'ai jamais vraiment accroché à une éventuelle romance Amy/Jonah, qui n'ont pas un quart du charme, de l'alchimie et du naturel de Pam/Jim. Peut-être est-ce dû à la caractérisation plus appuyée et clichée des deux personnages, entre Amy, la "latina à fort tempérament", et Jonah, l'intellectuel un peu prétentieux : on est dans de la caractérisation clichée de sitcom, moins sincère que dans The Office, et j'ai plus de mal à y adhérer.

Et puis à côté, il y a Dina, l'assistante manager qui insiste lourdement en flirtant avec Jonah, au point que ces scènes deviennent gênantes et redondantes (malgré tout le talent des acteurs). Et encore, je n'ose même pas imaginer à quel point ce côté malsain et pas très drôle (les premières fois, c'est amusant, mais sur onze épisodes, ça tourne en rond) serait d'autant plus évident si l'on transposait la situation à The Office, où Dwight s'imposerait lourdement à Pam, par exemple, en la bombardant de sous-entendus graveleux et en l'embrassant de force après l'avoir coincée dans la réserve.

Oui, ça reste de la sitcom caricaturale, mais bon, cela n'empêche pas certains ressorts comiques éculés de paraître aujourd'hui un peu vieillots et de faire grincer des dents (et pourtant, je suis très loin d'être de ceux qui veulent policer tous les programmes tv pour les faire adhérer aux bonnes mœurs en vigueur, mais là, toute cette sous-intrigue m'a gêné).

Bref : Superstore, saison 1, c'est donc sympathique, mais assez inégal.

Bourré de potentiel, de personnages excentriques (à noter quelques caméos, notamment d'Eliza Coupe et de Sean Gunn), de situations improbables, mais aussi encore très formaté sitcom NBC, évoquant très clairement la sitcom anglaise Trollied (2011-2018), et reposant sur des ressorts relationnels qui ne fonctionnent pas vraiment sur moi (idem pour la relation Cheyenne/Bo, d'ailleurs, qui semble fréquemment être écrite sur le ton du "jeune petit couple paumé mais attachant", mais qui fait plus de peine qu'autre chose).

Heureusement, le tout est saupoudré d'un petit côté satire sociale et professionnelle du monde de la grande distribution américaine, notamment vers la fin, quand intervient l'accouchement de Cheyenne, et que tout le magasin se mobilise pour l'aider et lui décrocher des congés maternités : ça débouche sur un cliffhanger prévisible (Dwight Dina qui profite d'un geste charitable des autres employés pour prendre le pouvoir et devenir calife à la place du calife) mais efficace, et donne envie de voir la suite.

J'enchaîne donc sur la saison 2.

---

Retrouvez aussi toutes les autres séries passées en revue sur ce blog en cliquant ici.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>