Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Un film, un jour (ou presque) #1195 : En Avant (2020)

Publié le 29 Avril 2020 par Lurdo in Action, Animation, Aventure, Cinéma, Comédie, Critiques éclair, Disney, Fantastique, Jeunesse, Review, Pixar

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine, et des critiques d'une vingtaine de lignes, tout au plus.

En Avant (Onward - 2020) :

Dans un univers où la magie existe, mais a été lentement supplantée par la technologie, Ian (Tom Holland) et Barley (Chris Pratt) Lightfoot reçoivent, à l'occasion des 16 ans de Ian, un sceptre magique offert par feu leur père, sceptre qui s'accompagne d'une formule permettant aux deux jeunes hommes de ramener leur géniteur à la vie pendant 24 heures. Mais lorsque le sort échoue, et ne ramène à la vie que les jambes de leur père, Ian et Barley partent dans une quête épique pour tenter de trouver une pierre magique capable de rectifier la situation avant que la journée ne soit écoulée...

Le dernier Pixar, sorti juste au début de la crise du coronavirus, et qui a fini par être diffusé précipitamment sur Disney+ afin de compenser un peu le manque à gagner et le manque d'exposition médiatique du film.

Car bizarrement, même avant sa sortie, ce Pixar inédit était resté un peu dans l'obscurité, comme si Disney et compagnie n'y croyaient pas totalement : pas de buzz, pas de gros battage publicitaire, à croire que le studio avait déjà compris qu'Onward resterait un film mineur au catalogue Pixar, et avait décidé de ne pas faire trop d'efforts dans sa promotion.

Peut-être est-ce dû à sa direction artistique, plus proche des couleurs et du design des Trolls que de quelque chose de plus mémorable ou convaincant : personnellement, je sais que je ne suis pas le plus grand fan de ce character design, qui m'a demandé un certain temps d'adaptation, et l'univers m'a évoqué Zootopia dans sa présentation, sans totalement avoir l'efficacité de ce métrage.

Et pourtant, le film n'a absolument rien de honteux. Il est parfois un peu prévisible, un peu inégal, un peu bancal, un peu moche, l'humour ne fait pas toujours mouche, mais dans l'ensemble, le tout fonctionne tout de même, Pixar oblige.

Si la première demi-heure est gentillette, sans faire d'étincelles, le film commence à décoller à partir du départ en quête, avec utilisation des clichés habituels des jeux de rôle : petit à petit, la charge émotionnelle de cette aventure prend de l'importance et, finalement, servie par la technique impeccable de Pixar, l'émotion pointe le bout de son nez, lors d'un climax attendu, mais aussi, de manière plus surprenante, lors du "sacrifice" de Guenievre.

Au final, un film d'animation relativement réussi, sur l'absence du père, la quête des origines, le lien fraternel et le deuil : sans être un chef-d’œuvre instantané de Pixar, il aurait mérité une sortie plus médiatisée, en fin d'année, plutôt qu'au mois de mars (et en pleine crise sanitaire).

4.25/6

​--

Et comme toujours, vous pouvez retrouver la liste complète de tous les films passés en revue sur ce blog dans le menu Index de haut de page, ou en cliquant directement sur ce lien (000-1000) et sur celui-ci (1001-2000)...

Commenter cet article