Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2017 - 76 - Spécial Stephen King : Jessie (2017) & 1922 (2017)

Publié le 8 Novembre 2017 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Review, Oktorrorfest, Halloween, Horreur, Fantastique, Drame, Thriller, Netflix

Chez les Téléphages Anonymes, l'Halloween Oktorrorfest - notre marathon de cinéma fantastique et d'horreur - continue jusqu'à la fin de la semaine...

Jessie (Gerald's Game) :

Gerald (Bruce Greenwood) et Jessie Burlingame (Carla Gugino) s'installent dans une résidence secondaire isolée, dans le Maine, afin d'y passer un week-end romantique, et de tenter de sauver leur couple qui bat de l'aile. Mais lorsque Gerald décède d'une crise cardiaque en plein ébat amoureux, Jessie se retrouve menottée au lit, impuissante, seule avec ses peurs et ses traumatismes...

Mike Flanagan continue sa carrière d'héritier potentiel de John Carpenter après une année 2016 chargée (Pas un Bruit, Before I Wake, Ouija : Origin of Evil) mais qualitativement homogène, et avant une adaptation télévisuelle, pour Netflix, de La Maison du Diable/Hantise, avec une adaptation de Stephen King, qui tombe pile entre trois autres métrages inspirés par l'auteur (La Tour Sombre, Ça et 1922), sans même mentionner les séries télévisées adaptés de ses ouvrages.

Et ce métrage Netflix au budget limité est franchement très bien mené et efficace, en grande partie grâce à la mise en images de Flanagan, et à une distribution limitée mais impeccable, qui donne vie de bien belle manière aux personnages principaux, ainsi qu'aux représentations mentales de la voix intérieure de Jessie (une manière très intelligente de retranscrire à l'écran un récit d'origine littéraire, initialement en vue subjective).

On a donc droit à une lente descente dans la folie et dans l'horreur psychologique, qui passe par des flashbacks enfantins assez glauques et malsains - excellent Henry Thomas - et qui culmine sur un moment vraiment sanglant et mémorable.

Un métrage réussi, donc, mais pas parfait pour autant. En effet, ne serait-ce qu'au niveau du rythme, le film aurait bénéficié à être plus court d'une dizaine de minutes... ou, autre point de vue, à faire l'impasse sur ce quart d'heure de conclusion très maladroit, narré en voix off par Carla Gugino, et qui ne fait que surligner et expliciter de manière ultra-pataude toute la symbolique déjà pas très subtile employée par King dans son récit original.

Ce dernier segment tire un peu le film vers le bas, mais quelque part, difficile d'en vouloir à Flanagan et à son co-scénariste : déjà présente telle quelle dans le récit de King, tout aussi peu subtile, cette conclusion était déjà loin de faire l'unanimité sur le papier, elle divisait les fans de l'auteur, et en collant au plus près à ce moment cathartique essentiel pour l'héroïne, l'équipe du film n'a fait qu'hériter d'un problème préexistant.

De quoi rappeler au spectateur que King, lui aussi, peut fréquemment être responsable du pire, comme du meilleur...

4/6

1922 :

En 1922, dans le Nebraska, Wilfred James (Thomas Jane), un fermier dévoué à sa terre et à sa famille connaît des problèmes de couple : son épouse Arlette (Molly Parker) rêve d'indépendance, et veut vendre sa part de l'exploitation, avant de divorcer et de partir avec leur fils adolescent, Henry (Dylan Schmid). Mis au pied du mur, Wilfred convainc son fils de l'aider à se débarrasser d'Arlette, et ils la jettent au fond du puits voisin, empli de rats... mais rapidement, le crime des deux hommes commence à les hanter.

Film d'horreur psychologique adapté d'une novella de Stephen King, ce 1922 souffre d'un problème de taille : son récit n'est pas assez développé pour tenir sa durée d'une centaine de minutes. 1922, à la base, est très (trop ?) inspiré de Poe (Le Coeur Révélateur & Le Chat Noir) et de Lovecraft (Les Rats dans les Murs) : des récits courts et dynamiques, aux dénouements implacables et glaçants.

Ici, malheureusement, l'approche est totalement opposée, avec un postulat étiré en longueur, reposant intégralement sur la voix off à l'accent prononcé de Thomas Jane, et sur une atmosphère pesante et minimaliste (renforcée par la bande originale grinçante de Mike Patton).

Et si cette optique lente et oppressante fonctionne ponctuellement, elle lasse sur la durée et finit par s'avérer trop balisée et aride pour vraiment convaincre.

Dommage, parce que c'est assez bien réalisé, plutôt joliment photographié, et que l'interprétation de Thomas Jane, en intensité et dents serrées, est convaincante (idem pour Neal MacDonough).

Un petit 3/6 (pour la technique)

Commenter cet article