Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (semi) éclairés...

Un film, un jour (ou presque) #99 : Vice (2015)

Publié le 2 Avril 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Review, Science-Fiction, Thriller, Action

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Vice :

À l'abri des autorités, le milliardaire Julian Michaels (Bruce Willis) a créé un monde parfait, Vice, immense centre de vacances urbain peuplé d'Artificiels, des simulacres d'humains aux réactions réalistes, avec lesquels les visiteurs fortunés peuvent assouvir légalement toutes leurs pulsions et leurs fantasmes, des plus violents aux plus torrides ; Mais lorsque l'une de ces Artificielles (Ambyr Childers) prend conscience de sa condition et de sa véritable nature, elle tente de s'enfuir, les agents de Michaels à ses trousses. Elle ne peut alors compter que sur l'aide de son véritable créateur (Bryan Greenberg), et sur la curiosité d'un officier de police irritable (Thomas Jane) bien décidé à mettre un terme aux exactions de Michaels et de ses clients...

Un film de sf/anticipation générique au possible et ultra-dérivatif, tant visuellement que conceptuellement ; ce qui serait déjà assez embêtant, mais pas forcément rédhibitoire, si l'action et le rythme étaient au rendez-vous, ou si les acteurs étaient suffisamment charismatiques pour emporter l'adhésion... malheureusement, ce n'est pas le cas ici.

Non seulement le tout est mollasson et peu inspiré, mais en prime, l'interprétation est particulièrement inégale, et très souvent en pilotage automatique (Bruce Willis qui cachetonne, Greenberg qui débite ses dialogues d'un ton monotone, Childers qui n'est guère meilleure, et Thomas Jane qui se traîne sans motivation avec une perruque moche).

Bref, le métrage dans son ensemble n'a pas grand intérêt, et ressemble vraiment à un Blade Runner du pauvre (sans même mentionner les innombrables autres influences du film) qui aurait plutôt dû être évacué en DTV.

1.5/6

Commenter cet article