Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Articles avec #review catégorie

Christmas Yulefest 2016 - 67 - La Guerre des Tuques (1984)

Publié le 3 Janvier 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Christmas, Yulefest, Noël, Review, Canada, Jeunesse

Noël est passé, 2017 est là, mais jusqu'à l'arrivée des Rois Mages, le marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest annuelle continue sur le blog des Téléphages Anonymes...

La Guerre des Tuques :

C'est le début des vacances scolaires de Noël, et dans un petit village enneigé du Québec, les enfants ont décidé de construire une grande forteresse de neige, afin d'en faire l'enjeu d'une guerre sans merci entre eux. D'un côté, le camp de Luc (Cédric Jourde), un meneur organisé et stratégique, et de l'autre, celui de Pierre (Julien Elie), réticent, et qui reçoit l'aide de sa nouvelle voisine Sophie (Maripierre A. D'Amour) et de sa petite soeur Lucie (Maryse Cartwright). Rapidement, cependant, les choses se compliquent quand Luc découvre qu'il n'est pas insensible au charme de Sophie, et lorsque Pierre, lui, réalise que sa chienne Cléo n'ést pas en très grande forme...

Un film culte chez nos cousins québécois, sorte de Guerre des Boutons enneigée, et qui a été adapté/remaké sous forme de film d'animation sorti très récemment.

Et effectivement, c'est assez sympathique à regarder, malgré les accents et le patois local, malgré la musique ultra-datée (par moment, on a des nappes synthétiques digne de John Carpenter, à d'autres, une chanson pop totalement hors-sujet), et malgré le manque de poids de la conclusion, qui est pourtant assez chargée émotionnellement parlant (et qui justifie pleinement le titre anglo-saxon du métrage).

En résumé, c'est assez daté, mais on ne s'ennuie pas, la distribution est attachante, c'est compétent, c'est mignon, et ça se regarde très facilement.

4/6 

commentaires

Christmas Yulefest 2016 - 66 - Rendez-vous (1940)

Publié le 2 Janvier 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Christmas, Noël, Yulefest, Review, Comédie, Romance

Noël est passé, 2017 est là, mais jusqu'à l'arrivée des Rois Mages, le marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest annuelle continue sur le blog des Téléphages Anonymes...

Rendez-vous (The Shop Around the Corner) :

À l'approche des fêtes de Noël, les employés d'une maroquinerie populaire de Budapest ont fort à faire, sous la direction d'Hugo Matuschek (Frank Morgan), le patron. Outre Ilona (Inez Courtney), Flora (Sara Haden), et Pepi le coursier (William Tracy), on y trouve aussi Pirovitch (Felix Bressart), un père de famille amical ; Vadas (Joseph Schildkraut), un séducteur fourbe et hypocrite, qui a une aventure avec la femme de Matuschek ; et Alfred Kralik (James Stewart), le meilleur vendeur de la boutique. Mais lorsque Klara (Margaret Sullavan), une jeune vendeuse, est engagée, la situation se complique, car elle et Alfred ne se supportent pas, tout en entretenant ensemble, sans le savoir, une relation amoureuse épistolaire...

Adaptation, par Ernst Lubitsch, d'une pièce de théâtre hongroise de 1937, ce Rendez-vous a eu droit à un remake musical en 1949, avec Judy Garland, et a très fortement inspiré Vous avez un message, avec Tom Hanks et Meg Ryan.

Et pourtant, ici, comme souvent dans les films de cette époque, le côté comédie romantique est presque en pointillé : en effet, les personnages secondaires ont, pour la plupart, un développement satisfaisant et des sous-intrigues suffisamment intéressantes pour ne pas passer au second plan.

On se retrouve donc avec une workplace comedy plutôt sympathique et amusante, avec pour toile de fond Noël à Budapest, et qui a en filigrane une romance jamais envahissante ni sirupeuse (et toujours pétillante, grâce à la répartie de ses deux protagonistes).

95 minutes très agréables à suivre, à défaut d'être un classique du genre.

4/6

commentaires

Christmas Yulefest 2016 - 65 - Carol (2015)

Publié le 2 Janvier 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Noël, Christmas, Review, Drame, Romance

Noël est passé, 2017 est là, mais jusqu'à l'arrivée des Rois Mages, le marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest annuelle continue sur le blog des Téléphages Anonymes...

Carol : 

Juste avant les fêtes de Noël, dans les années 50, Therese (Rooney Mara), jeune vendeuse timide et réservée d'un grand magasin new-yorkais, rencontre Carol (Cate Blanchett), une mère de famille en instance de divorce. Aussitôt, c'est le début d'une histoire d'amour improbable, en dépit des manigances de l'ex-mari de Carol (Kyle Chandler), et du carcan de la société de l'époque.

Adapté d'un roman semi-autobiographique de Patricia Highsmith et dirigé par Todd Haynes, ce film produit par les Weinstein a tout du "film à Oscars" (histoire dramatique et tragique, sujet controversé et humain, acteurs de prestige, réalisation et photographie très travaillées), et c'est donc sans surprises que la critique l'a adoré, et que les nominations en tous genres (et autres récompenses) se sont accumulées autour de ce Carol.

Et effectivement, c'est bien réalisé, l'ambiance du New York des 50s, à Noël, fonctionne très bien, la direction artistique est impeccable, et c'est bien joué... mais qu'est-ce que c'est froid.

C'est très subjectif, je suis d'accord, mais dans l'absolu, Carol est un script assez basique ("un jeune protagoniste innocent et coincé tombe amoureux de quelqu'un de plus âgé, de plus expérimenté, de plus mystérieux et de plus riche - romance - le jeune protagoniste finit le coeur brisé lorsque son amant finit par choisir quelqu'un/quelque chose d'autre, mais sort tout de même grandi de cette expérience", c'est assez classique, dans le genre, avec ici pour seule originalité le sexe des deux protagonistes), qui aurait demandé une véritable alchimie entre ses deux personnages, une passion torride (dans le sens sentimental, pas forcément physique) et dévorante, qui aurait permis de ressentir leur lien, leur souffrance, leur lutte.

Sauf que Haynes a choisi de caster Cate Blanchett, aux airs perpétuels de reine de glace éthérée et énigmatique, et Rooney Mara, qui semble toujours innocente, fragile, et à deux doigts de se briser en mille morceaux, pour composer ce couple impossible.

Deux actrices qui sont déjà loin de dégager de la chaleur et de la passion en temps normal, malgré leur talent évident, et qui, ici, sont mises en image de manière distante, tout en retenue et en subtilité : la relation passe par des regards, des attitudes, des sourires mystérieux... et ça s'arrête là. Pas de passion, quasiment pas de sentiments explicites, pas de chaleur... pas de coeur.

Alors certes, les défenseurs du film (très vocaux et passionnés, par ailleurs) me répliqueront que je n'ai rien compris, que c'est l'époque qui veut ça, que c'est voulu, qu'il faut avoir lu le livre pour mieux comprendre la relation, etc.

Reste que je n'ai pas cru à ce couple, à cette romance, et que ça m'a totalement coupé du contenu émotionnel de cette histoire. Ce qui est un peu dommage pour un drame romantique.

Un petit 4/6 (parce que sinon, c'est très bien produit)

commentaires

Christmas Yulefest 2016 - 64 - Un Amour d'Hiver (2014)

Publié le 1 Janvier 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Christmas, Yulefest, Noël, Review, Drame, Fantastique, Romance

Noël est passé, 2017 est là, mais jusqu'à l'arrivée des Rois Mages, le marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest annuelle continue sur le blog des Téléphages Anonymes...

Un Amour d'Hiver (Winter's Tale) :

Orphelin abandonné aux eaux de New York, Peter (Colin Farrell) est un miraculé, qui grandit sous la protection de Pearly Soames (Russell Crowe), un démon violent ayant pris forme humaine, et régnant sur New York sous la supervision de Lucifer (Will Smith). En 1915, néanmoins, Peter rencontre Beverly (Jessica Brown Findlay), une riche héritière tuberculeuse et à l'agonie, et c'est le coup de foudre. Mais cette relation bénie du ciel déplaît à Pearly, qui est prêt à tout pour empêcher un miracle de se produire entre les deux amants ; en 2014, Peter est toujours vivant, amnésique, lorsqu'il croise le chemin de Virginia (Jennifer Connelly), une mère célibataire d'une petite fille cancéreuse...

Ouhlà, je crois que je n'ai jamais vu un tel plantage, ou du moins, de manière aussi spectaculaire.

Adaptation d'un roman produite, écrite et réalisée par Akiva Goldsman (pourtant oscarisé... même s'il est aussi responsable de Batman et Robin et de Lost in Space ^^), ce métrage fantastico-historico-romantique se veut une grande fresque surnaturelle et magique ayant New York en toile de fond, un conte d'hiver (comme l'indique le titre original) aux ambitions importantes... et il se plante sur tous ces aspects, ou presque.

En effet, si la photographie est compétente, enneigée et froide, comme il se doit, rien ne fonctionne sur les autres plans. Le contenu surnaturel, déjà : l'univers du film (des anges, des démons, des miracles, des chevaux qui volent, des étoiles magiques, Lucifer, etc) demande une énorme suspension d'incrédulité, mais soit : bien présenté, de manière claire, cela ne poserait pas de problème. Hors ici, il faut attendre près d'une heure de film pour que les enjeux réels (anges contre démons) soient expliqués ; dans l'intervalle, le spectateur est supposé tout prendre pour argent comptant, sans réelle explication autre qu'une voix off débitant des platitudes pseudo-profondes et philosophiques.

Et ça, c'est un premier problème, qui fait que dès les premières minutes du métrage, on ne croit pas vraiment à ce qu'on voit à l'écran. De manière générale, l'écriture de tout le film est problématique, d'ailleurs : dialogues ampoulés, transitions hâtives, structure bancale (plus de 75 minutes avant le passage au présent, ce qui laisse le personnage de Jennifer Connelly affreusement sous-développé, et toute cette section particulièrement creuse et superficielle), etc.

Ce qui n'aide pas une romance déjà bien bancale à exister : Findlay est loin d'être l'actrice la plus charismatique au monde, et malgré tous les efforts de Farrell, la relation existant entre les deux tombe souvent à plat, faute d'alchimie.

Alors si un tel film ne peut compter sur son script ou sur son couple vedette, sur quoi se reposer ? Sur les autres acteurs ? Will Smith est un Lucifer improbable, mais Crowe est tout simplement très mauvais dans ce Javert-bis qui roule des épaules et fronce les sourcils. Sur la musique ? Ultra-mélodramatique et forcée. Sur les effets visuels ? Systématiquement kitschs, un peu risibles et simplistes. Sur la réalisation ? Scolaire et appliquée.

Pas la peine de développer plus avant : ce Winter's Tale est un plantage, qui ne vaut un coup d'oeil, à la limite, que pour son atmosphère et ses images d'un New York perpétuellement sous la neige. Le reste ? Tout simplement mauvais.

1.25/6

commentaires

Christmas Yulefest 2016 - 63 - The Holiday (2006)

Publié le 1 Janvier 2017 par Lurdo dans Critiques éclair, Cinéma, Christmas, Yulefest, Noël, Review, Comédie, Romance

Noël est passé, 2017 est là, mais jusqu'à l'arrivée des Rois Mages, le marathon de cinéma festif de la Christmas Yulefest annuelle continue sur le blog des Téléphages Anonymes...

The Holiday :

Amanda (Cameron Diaz), une monteuse californienne de bandes-annonces pour le cinéma, vient de rompre avec son compagnon. Frustrée, elle décide de faire un échange de maison pour Noël avec Iris (Kate Winslet), une anglaise qui vient elle-aussi de connaître une déconvenue amoureuse. Et pendant qu'Iris découvre le monde hollywoodien avec l'aide de Miles, un compositeur de musiques de films, et Arthur (Eli Wallach), un scénariste oscarisé et à la retraite, Amanda, elle, tombe amoureuse de Graham (Jude Law), le frère d'Iris, un veuf père de deux petites filles...

Une comédie romantique qui, en dépit de son titre et du postulat de départ, finit par n'avoir pas grand-chose(pour ne pas dire rien du tout) de festif : en effet, la moitié de l'action se déroule en Californie, et est centrée sur l'univers Hollywood, pendant que le reste se concentre sur la romance (un peu) enneigée de Diaz et Law.

Pour l'esprit de Noël on repassera, et d'ailleurs, on repassera aussi pour l'intérêt de l'aspect comédie romantique de ce film signé Nancy Meyers. Non seulement le postulat ne déborde pas d'originalité (voir aussi Les Chassés-Croisés de Noël ou Une Nouvelle Vie Pour Noël - 2013), mais en prime, tout est ultra-balisé cliché et générique, et ne fonctionne que sur le charisme et l'alchimie des acteurs.

D'ailleurs, le côté Hollywood, avec le vieux scénariste, est nettement plus touchant que tout le reste du film. 

Un minuscule 3/6 pour le cast

(ah, et plus de 2h15, c'est bien trop long, même si ce n'est pas trop mal rythmé)

commentaires

Afficher plus d'articles