Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Les bilans de Sygbab - Space 2063 (1995-1996)

Publié le 3 Juin 2017 par Sygbab in Critiques éclair, Review, Télévision, Les bilans de Sygbab, Science-Fiction, Action, Fox

Sygbab regarde (beaucoup) la tv, Sygbab écrit (parfois) des bilans : retrouvez-les sur le blog des Téléphages Anonymes !

Space 2063 (Space : Above And Beyond) :

Courte série de science-fiction d'une saison seulement - grâce à la FOX dont les habitudes ne sont pourtant pas de couper les pattes d'un programme qui se révèle intéressant (ironie, quand tu nous tiens) -, Space : Above & Beyond est centrée sur la guerre entre les humains et les Chigs. Le conflit est déclenché dans le pilote, lorsque les Chigs déciment une colonie installée sur une planète récemment découverte par des humains complaisants, qui se croyaient seuls dans l'univers.

Alors que le thème est assez classique (au même moment, les Ombres ont fait leur apparition dans Babylon 5 et le Dominion se fait plus pressant dans Star Trek Deep Space Nine), Morgan & Wong choisissent un traitement différent, en s'éloignant des enjeux politiques pour raconter la vie d'un escadron.

Il faut cependant une certaine suspension d'incrédulité pour considérer comme acquis que les Wild Cards soient le meilleur escadron de la flotte, alors qu'il n'est composé que de nouvelles recrues qui ont été parachutées dans une guerre que personne ne pouvait prévoir. Ce qui fait pourtant leur force, c'est d'être avant tout un groupe soudé, malgré leurs différences et des motivations divergentes.

Ces dernières sont établies dès le départ, et en dévoilent suffisamment sur le caractère des personnages pour comprendre leurs comportements ainsi que leurs réactions face aux situations auxquelles ils sont confrontés. Et celles-ci sont parfois terribles : leurs différentes missions vont leur faire subir l'isolement, la torture, et les exposer à une arme qui exacerbe les peurs et pousse les soldats à s'entre-tuer dans un délire paranoïaque. Le traitement intimiste permet cependant d'éviter l'écueil des "clichés guerriers" sans saveur.

De plus, il y a une bonne alchimie entre les personnages, et les liens d'amitié qui se tissent dans l'adversité sont développés de manière assez habile. La relation entre le colonel McQueen et son escadron a d'ailleurs souvent des accents d'amour paternel, notamment quand il défend ses troupes avec ardeur devant ses supérieurs. Une forme d'exploit pour un tank, puisque ce sont des êtres humains nés in vitro après avoir été cultivés six ans dans une cuve et qui, par conséquent, ne sont pas très à l'aise avec les sentiments. C'est aussi le cas de Cooper Hawkes, victime d'un racisme qui s'est développé envers son espèce, qui va trouver en ses compagnons une famille à laquelle il n'a jamais eu droit, avec les joies et les affres que cela entraîne.

Leurs ennemis n'ont pas de visage, car les Chigs possèdent des armures impressionnantes, surmontée de casques qui ne le sont pas moins. Ils sont également plus avancés technologiquement et emploient des tactiques écoeurantes, ce qui fait d'eux des êtres impitoyables.

Un parti-pris qui paraît très manichéen et qui renforce le point de vue nationaliste des troupes américaines qui sont les seules à combattre... Mais le 1.13 (Who Monitors The Birds ?) nuance le propos lorsque Cooper effectue une mission en solo et épargne un soldat Chig, car il réalise qu'il ne fait qu'obéir à des ordres, tout comme lui. Le parallèle est renforcé par l'insertion de nombreux flashbacks évoquant l'endoctrinement des in vitros. Un épisode d'autant plus marquant qu'il est muet.

ll ne faut pas s'attendre à une série à forte mythologie, mais plutôt à une série intimiste dans un contexte de science-fiction.

Bien sûr, des thèmes relatifs au genre sont bien présents en filigrane : la folie technologique de l'être humain l'a poussé à créer des intelligences artificielles à son image - qui se sont retournées contre lui - et à produire en masse les in vitros.

Un troublant complexe, remis en question dans le final qui nous apprend que les Chigs sont également originaires de la Terre mais qu'ils ont suivi une évolution différente. Cette révélation entrouvre d'autres horizons qu'il aurait été intéressant d'explorer, ce qui génère une frustration malheureusement commune à toutes les séries stoppées prématurément...

Malgré tout, cette série est à conseiller, car elle possède des qualités non négligeables.

Commenter cet article