Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Christmas Yulefest 2016 - 13 - An Evergreen Christmas (2014)

Publié le 7 Décembre 2016 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Christmas, Yulefest, Noël, Review, Comédie

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

An Evergreen Christmas (Aka Balsam Falls/Christmas in Balsam Falls) :

Star de sa petite ville de Balsam Falls, dans le Tennessee, Evie Lee (Charleene Closshey) est partie faire carrière dans le milieu de la musique, à Los Angeles. Mais sa carrière est au point mort, et la voilà contrainte de revenir chez elle lorsque son père décède subitement, alors qu'il se promenait dans la ferme à sapins familiale. Avec l'entreprise familiale en péril, et malgré l'insistance de son petit ami californien (Jake Sandvig), Evie Lee doit désormais choisir entre reprendre la ferme pour tenter de la sauver, et continuer sa vie malheureuse à L.A....

Moui. An Evergreen Christmas, film indépendant écrit et réalisé par la même personne, appartient à deux catégories de métrages qui ont tendance à m'agacer : 1) les films estampillés folk/country, faits par des personnes issues de cette culture, avec des personnes et une musique issues de cette culture, pour des personnes issues de cette culture, et qui ont tendance à mettre en avant la simplicité et le savoir-vivre "à l'ancienne", par opposition aux élites libérales et aux habitants des grandes-villes, forcément tous dégénérés ; et 2) les films de Noël qui n'ont de Noël que le titre, ou trois minutes de leur durée totale.

An Evergreen Christmas combine donc ces deux défauts : le métrage a beau se dérouler sur une ferme à sapins de Noël (des sapins qui, à l'écran... ne sont que des thuyas !), il ne se déroule qu'à 10% à Noël ; et, sans surprise, le script passe son temps à opposer le bon sens du sud des USA à la vulgarité et au manque de manière des grandes villes, ici illustrés par une parodie de pop-star imbécile, et par le petit-ami de l'héroïne, qui semble tout droit sorti d'une mauvaise sitcom.

Bref, on a droit à tous les clichés du genre : des personnages qui sont doués musicalement, mais qui n'ont pas eu une chance de briller sous le feu des projecteurs ; de la country/folk ; des bonnes vieilles valeurs de travail et de famille avant tout (tout ce qui manquait pour avoir la combo ultime, c'était une grosse dose de religion) ; une intrigue simpliste et basique, assez dérivative d'autres téléfilms de Noël ; une réalisation médiocre ; des personnages assez caricaturaux ; et à peu près aucun rapport avec Noël.

De plus, étrangement, l'héroïne paraît un peu trop âgée pour son personnage, que j'aurais plutôt vue âgée de 25-26 ans : la jeune musicienne qui a été découverte sur le web (17-18 ans), est partie à Los Angeles en espérant faire carrière (20-21 ans), mais a dû se contenter d'être assistante personnelle d'une pop-star et revient à la maison sans un sou quelques années plus tard (25-26 ans). Or là, l'actrice va sur ses 36 ans, et les fait clairement, ce qui contraste un peu brutalement avec l'écriture de son personnage, çà et là. 

Cela dit, l'actrice en question, malgré un maquillage et un look affreux, est plutôt efficace et dynamique, ce qui aide à faire passer la pilule ; on ne peut pas en dire autant des autres personnages, notamment de Booboo Stewart, embarqué dans une intrigue secondaire romantique improbable. Si le message de tolérance est alors louable (le père redneck de la jeune femme blonde qu'il fréquente ne veut pas qu'elle sorte avec un natif-américain), l'exécution est maladroite, comme une grande partie du film, et l'interprétation peu inspirée.

En résumé, un film country qui ne vaudrait probablement même pas la moyenne en temps normal, tant il est banal et insipide. Du 2.5/6 en somme. Mais comme c'est vendu comme un film de Noël, alors que pas du tout, et que ça, ça m'énerve, je divise la note par deux.

1.25/6

Commenter cet article