Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2016 - 130 - Mostly Ghostly 3 (2016), Friend Request (2016) & Instinct de Survie (2016)

Publié le 5 Novembre 2016 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Télévision, Comédie, Jeunesse, Fantastique, Horreur, Halloween, Thriller

Halloween, c'est terminé, et jusqu'à la fin de la semaine, on achève l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme la fin de ce marathon de cinéma fantastique et d'horreur qui a duré un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

R.L. Stine's Mostly Ghostly 3 - Une Nuit dans la Maison Hantée (One Night In Doom House) :

Afin d'aider ses amis fantômatiques Nicky (Blake Michael) et Tara (Olivia Ryan Stern) à retrouver leurs parents, Max Doyle (Corey Fogelmanis) tente d'obtenir l'aide d'un célèbre chasseur de fantômes télévisé, Simon (Jamie Kennedy). Mais celui-ci finit par être possédé par le maléfique Phears, et tente de se débarrasser pour de bon de ses ennemis jurés...

En me plongeant dans mes souvenirs et dans mes archives, je m'aperçois que Mostly Ghostly 1 (2008) racontait comment Max (Sterling Beaumont), un garçon de 11 ans passionné de magie, épris de la populaire Tracy (Ali Lohan), et qui, capable de voir les fantômes de Tara (Madison Pettis) et de Nicky (Luke Benward), deux enfants de son âge, les aidait à se faire à leur nouvel état, et à combattre le maléfique Phears (Brian Stepanek). Ce DTV était particulièrement médiocre et pénible, et avait reçu de ma part un 1/6 assez sévère (mais probablement mérité, puisque je n'en garde absolument aucun souvenir).

Sa suite (2014), un semi-remake, reprenait les mêmes personnages, en les vieillissant un peu et en changeant le cast à 90% : exit les Max, Nicky, Phears et Tracy originaux, ici remplacés par Ryan Ochoa, Roshon Fegan, Charlie Hewson, et Bella Thorne (dans un rôle équivalent à celui de Tracy/Ali Lohan). Un Mostly Ghostly 2 plus maîtrisé, qui remettait les choses à plat, et qui s'avérait nettement plus regardable, sans toutefois atteindre le moindre sommet (3/6).

Pour ce troisième épisode, à nouveau, grand ménage d'automne, qui cette fois-ci élimine tout le monde, y compris Madison Pettis, qui avait pourtant survécu aux deux premiers épisodes. On n'a donc jamais vraiment l'impression de regarder le troisième chapitre d'une série d'adaptations de livres, ce qui pose problème, quelque part, d'autant que les remplaçants ne sont pas particulièrement à la hauteur (à la limite, Corey Fogelmanis ne joue pas trop mal son rôle, mais tous les autres sont particulièrement transparents).

De toute façon, dès le début, avec Phears 3.0 qui fait un résumé des épisodes précédents à son oncle, Danny Trejo, on sent que le tout est assez mal parti ; ensuite, ça se stabilise dans une direction assez basique et enfantine (avec bruitages de cartoon et slapstick)... jusqu'à ce qu'arrive Morgan Fairchild dans un caméo calamiteux, celui d'une gouvernante française baptisée Lulu... qui pour une raison ou pour une autre, parle avec un accent hésitant entre le français caricatural tel que vu par les Américains, et l'allemand tout aussi caricatural.

Et puis ensuite on a Jamie Kennedy en roue libre, un numéro de danse bancal, et un budget qui est totalement à l'agonie quand arrive le moment du grand final spectaculaire, qui enchaîne les effets numériques de la fin des années 90, voire pire.

En résumé, ça fait exactement la moyenne des deux autres opus, ça distraira probablement les plus petits, mais passée la barre des 10-12 ans... aouch.

2/6

Friend Request :

Populaire et sympathique, Laura (Alycia Debnam-Carey) a de nombreux amis à la Fac et sur les réseaux sociaux ; un jour, par gentillesse, elle accepte la demande d'ami de Marina (Liesl Ahlers), une nouvelle arrivante timide, paumée et gothique, qui rapidement, commence à la harceler sur Facebook, de manière presque obsessive. Jusqu'au jour où, après une altercation, Marina se suicide... mais sa page Facebook reste étrangement active, et bientôt, c'est toute l'existence de Laura qui est envahie par l'esprit de Marina, qui semble avoir d'étranges pouvoirs...

Un film d'horreur germano-anglais, tourné en anglais en Afrique du Sud, et qui lorgne de manière évidente sur le Unfriended de 2014... mais sans en avoir le format original.

En effet, une fois dépourvu des atours modernes des réseaux sociaux, et des jeux d'écran de Unfriended, on s'aperçoit bien vite que le tout ressemble fortement à ce qui se faisait dans le genre horrifique dans les années 90-2000, avec cette peur étrange de l'internet et des nouvelles technologies.

Pire, par moments, tout ça ressemble presque à un téléfilm Lifetime sur les dangers des réseaux sociaux et du bullying, téléfilm qui est agrémenté d'effets sinistres et gores sympathiques, certes, mais qui peinent à tirer le métrage vers le haut, tant tout le reste est basique au possible, et éminemment oubliable.

M'enfin au moins ça joue à peu près juste (même Brit Morgan, c'est dire).

2/6

Instinct de Survie (The Shallows) :

Étudiante en médecine marquée par la mort rde sa mère, Nancy (Blake Lively) part se ressourcer sur une plage isolée, pour y surfer en paix. Mais bien vite, Nancy devient la proie d'un requin blanc agressif, qui la blesse, et l'oblige à se réfugier sur un récif, au large. Affaiblie, et traquée par l'animal, la jeune femme doit réussir à survivre envers et contre tout, avec pour seule compagnie une mouette aussi blessée qu'elle...

Long-métrage à la réputation étrangement ultra-positive outre-atlantique ("c'est le Dents de la Mer de la génération des Millenials !", "un classique instantané qui glace d'effroi !"), signé Jaume Collet-Serra (Esther), et mettant en vedette Blake Lively (alias Mme Ryan Reynolds), qui malgré ses efforts, ne parvient vraiment pas à faire décoller sa carrière solo.

Le problème, amha, c'est que la demoiselle, si elle a un physique séduisant, manque cruellement de charisme et de charme (ou du moins, elle n'en a pas assez pour être tête d'affiche) : elle peine systématiquement à imposer sa présence à l'écran, et finit par être très peu mémorable, même dans un film qu'on lui demande de porter sur ses épaules (par exemple, Adaline).

Ici, à nouveau, Lively est justement supposée porter tout le film sur ses épaules, ce qui ne pardonne pas : car le métrage en lui-même, filmé comme un clip promo d'un office du tourisme ou d'une marque d'équipementier sportif (= les images sont belles, mais creuses, superficielles, et trop stylisées pour fonctionner, avec GoPro et overdose de ralentis, que ce soit dans les 20 premières minutes d'exposition pataude, ou au coeur de l'action finale), n'aide pas l'actrice une seule seconde, peinant à imposer la moindre tension au récit, qui devient rapidement mécanique, et surtout ultra-prévisible.

Le film obéit en effet tellement à un cahier des charges éculé (y compris le traumatisme de l'héroïne, qui finit par en triompher, blablabla), qu'il finit par être en pilotage automatique du début à la fin.

Et je ne parle même pas du côté too much du récit, que ce soit au niveau de l'appétit démesuré du requin (qui est une véritable caricature de monstre tueur tout droit sorti des 70s), de la séance "je me recouds à la McGyver/Rambo avec mon collier et sa chaîne", ou de l'affrontement final contre le squale, qui connait une fin assez indigne et improbable.

2/6 (pour Steven Seagull, pour les effets numériques du requin, et pour quelques moments bien filmés)

Commenter cet article