Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2016 - 55 - Crimson Peak (2015)

Publié le 11 Octobre 2016 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Horreur, Fantastique, Romance, Halloween

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Crimson Peak :

Bien décidé à devenir romancière, Edith Cushing (Mia Wasikowska) lutte contre les habitudes oppressantes de la société victorienne. Un jour, elle croise le chemin de Thomas Sharpe (Tom Hiddleston), un noble ténébreux et sans le sou, qui la fait tomber sous son charme. À la mort de son père, après avoir hérité de toute sa fortune, Edith décide alors d'épouser Thomas, et d'aller vivre avec lui dans son manoir, Crimson Peak, perdu au milieu de la lande anglaise. Là, elle doit apprendre à composer avec Lucille (Jessica Chastain), la soeur possessive et sinistre de Thomas, qui partage avec eux l'immense bâtisse délabrée... mais bien vite, des esprits menaçants apparaissent à Edith, qui finit par découvrir les secrets de Crimson Peak...

Grosse déception.

J'en attendais beaucoup, de ce Crimson Peak, et ce même si j'avais revu à la baisse mes attentes après Pacific Rim... mais non. À force de jongler avec 35 projets de films et de séries en simultané, Guillermo finit par produire des scripts assez faibles, et surtout beaucoup trop référentiels.

C'est pourtant ici évident, dès le nom du personnage principal : Cushing. On devine aussitôt que tout le métrage va donner dans l'hommage et dans le fanservice au genre de l'horreur gothique, mais aussi qu'il va le faire sans la moindre finesse ou subtilité. Et donc on se retrouve, avec ce Crimson Peak, avec un superbe livre d'images (le film s'ouvre sur "Crimson Peak", un roman dont on tourne les pages) malheureusement totalement creux et cousu de fil blanc.

Superbe, car il est impossible de nier que la direction artistique est réussie : tout est chatoyant, chargé, travaillé, somptueux, avec des constrastes de couleurs et de textures particulièrement vibrantes, bref, c'est splendide, même si ça frôle régulièrement l'overdose... et que ça souligne d'autant plus le vide abyssal du récit.

Un récit qui, sous couvert d'hommage, accumule tous les poncifs du genre, et les ressert sans la moindre imagination, d'une manière particulièrement prévisible et télégraphiée (seul point original, l'utilisation de la glaise rouge sang comme d'un des éléments fondateurs du récit. Mais c'est peu).

C'est bien simple, le spectateur a toujours 30 minutes d'avance sur tous les rebondissements du récit ; pire encore : malgré sa volonté d'être un hommage à un genre que Del Toro adore, le film échoue à être un film d'horreur effrayant et/ou une romance gothique convaincante.

Ainsi, l'horreur ne fonctionne pas vraiment : les fantômes, s'ils sont très réussis visuellement, ne servent pas à grand chose, et n'apparaissent que trop rarement pour réussir à instaurer la moindre tension (d'autant plus que leur présence souligne un problème du récit : si tous les morts parlent à Edith pour la prévenir... pourquoi est-ce que son père n'apparaît pas pour lui révéler l'identité de son assassin ? Mais peu importe). On devine de toute façon très rapidement que ces "fantômes du passé" sont finalement assez inoffensifs, ce qui affaiblit considérablement le quota angoisse du film.

Quant à la romance... disons que Wasikowska est loin d'être une actrice très charismatique (déjà dans Alice, c'était le cas) et qu'elle a très peu d'alchimie avec Hiddleston (et encore moins avec Charlie Dunham, affreusement insipide). Résultat : on ne croit jamais vraiment à cette romance soudaine, et aux liens qui se tissent entre l'héroïne et le mystérieux Thomas Sharpe (pourtant, Hiddleston fait de son mieux).

Le script ne fait d'ailleurs pas de cadeau à ces deux caractéristiques essentielles du film : en ouvrant par un flash-forward montrant la fin du métrage, tout suspense quand au sort d'Edith est aussitôt levé ; en enchaînant par une apparition fantômatique qui prévient Edith de ne pas se rendre à Crimson Peak, toute menace inhérente aux fantômes est levée ; et en continuant avec plus d'une demi-heure de mise en place avant d'arriver au manoir, toute tension narrative est anesthésiée, malgré un meurtre sanglant pas forcément désagréable, et qui insuffle enfin un peu de vie et de mouvement au récit.

Cette tendance de Crimson Peak à abattre ses cartes bien trop tôt téléphone par ailleurs d'autres rebondissements ultérieurs : les messes basses sinistres du frère et de la soeur, certaines allusions qui mettront la puce à l'oreille des spectacteurs avisés ("nous n'avions pas le droit de trainer dans le manoir, mon frère et moi ; nous étions confinés au grenier" = référence directe à V.C. Andrews et à ses Fleurs Captives), la symbolique assez pataude de certaines scènes...

Et puis il y a aussi le problème Jessica Chastain. Une Jessica Chastain, ici dans le rôle de la soeur étrange et possessive, qui dès sa première apparition est tout en regards sinistres et en biais, et en jalousie évidente. Un manque de subtilité dans l'interprétation qui, combiné à une coloration capillaire assez artificielle, place d'office le personnage dans le registre de la grosse caricature pas très convaincante d'une antagoniste louche et meurtrière.

Un registre dans lequel Chastain sombre totalement dans le dernier quart du film, lorsqu'elle bascule en mode psychopathe, avec un hachoir à viande géant dans les mains : pendant quelques minutes, le film en devient presque une comédie d'horreur, dans laquelle tout le monde se poignarde en surjouant affreusement.

Bref, un script prévisible au possible, qui peine à imposer une montée en puissance, un semblant de tension, ou même de la romance ; une distribution assez fade à mon goût ; un argument fantastique finalement superflu ; et une symbolique assez pataude. De quoi mériter une note assez calamiteuse... s'il n'y avait cet aspect technique et visuel, chatoyant et franchement réussi, qui sauve les meubles, et assure la moyenne.

Un petit 3/6 (malgré, encore une fois, une déception de taille ; resaisis-toi, Guillermo !)

Commenter cet article