Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2016 - 32 - Deep Dark (2015)

Publié le 3 Octobre 2016 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Deep Dark :

Artiste raté en panne d'inspiration, Herman (Sean McGrath) parvient à convaincre son oncle (John Nielsen), lui-même artiste torturé (mais au succès nettement plus important), de l'aider dans sa carrière : celui-ci lui loue son ancien appartement, depuis inoccupé, et dans lequel Herman découvre bien vite un trou dans un mur. De l'autre côté de ce trou, une voix désincarnée qui, bien vite, devient la muse d'Herman, et le propulse vers les sommets. Mais plus Herman se laisse porter par cette relation, plus le trou s'agrandit, et plus la voix devient jalouse et possessive...

Avec un tel concept - un Glory Hole démoniaque et sanguinaire qui parle ! - et une telle affiche, il y avait de quoi s'attendre ici à quelque chose de totalement transgressif et déjanté, ou bien à un métrage bizarre et dérangeant, à la Cronenberg/Lynch.

Et pourtant, si le métrage se regarde sans problème, difficile de ne pas rester sur sa faim.

La faute à un récit qui reste assez balisé, et met un temps certain à démarrer. Résultat : le potentiel de départ n'est jamais vraiment exploité, les personnages secondaires disparaissent sans n'avoir servi à rien (la voisine envahissante, la mère, l'oncle...), le trou semble à la fois bien trop inoffensif et cliché (avec son comportement typique de la petite amie jalouse), et on finit par avoir l'impression d'avoir déjà vu ce récit, en tout aussi peu marquant, dans un épisode des Contes de la Crypte, ou dans une anthologie équivalente.

Et quand arrive la fin, et que la tension monte d'un cran, le film semble vouloir virer au grand n'importe quoi gore... mais il se refuse à vraiment franchir le pas, et se finit en semi-queue de poisson.

Pas assez glauque, pas assez dérangeant, pas assez assumé, bref, tout simplement pas assez.

De justesse, un tout petit 3/6, tout de même, parce que cela reste assez maîtrisé dans sa mise en images.

Commenter cet article