Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2016 - 30 - Hell and Back (2015)

Publié le 2 Octobre 2016 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Animation

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Hell and Back :

Remy (Nick Swardson), son ami rondouillard Augie (T.J. Miller) et la grande gueule Curt (Rob Riggle) travaillent tous trois dans une fête foraine qui tombe en morceaux ; un soir, un incident amène le trio au contact d'un livre étrange, illustré d'un démon en pleurs. Rapidement, un pacte de sang peu sérieux est signé, mais soudain, les forces démoniaques se déchaînent, et entraînent Curt en Enfer. Remy et Augie n'ont alors d'autre choix que de le suivre, et de tenter de le secourir des griffes de Satan (Bob Odenkirk), avec l'aide d'une demi-démone (Mila Kunis), et du légendaire Orphée (Danny McBride).

Un film d'animation en stop-motion visuellement très travaillé et stylisé (même si on pense parfois à Burton dans le design des personnages), mais dont il suffit de regarder le casting vocal pour en comprendre le ton, le style humoristique, et le niveau : c'est bas de plafond, c'est graveleux, ça tape exclusivement en dessous de la ceinture, et c'est pour faire simple, très limité (en même temps, dès la première scène dialoguée, le métrage semble décidé à se lancer dans un concours d'insultes gratuites, donc bon...).

Je ne dis pas que ça ne trouvera pas son public, mais même en étant friand de ce type d'humour (ce qui n'est pas mon cas), difficile de ne pas reconnaître que le script est assez bancal, et plutôt mal rythmé.

Après, ça reste visuellement très compétent et intéressant, et Orphée est sympatoche, mais bon.

2.5/6 (pour le côté technique)

Commenter cet article