Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2016 - 26 - Dead Rush (2016)

Publié le 1 Octobre 2016 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique, Canada

Halloween approche lentement, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

Dead Rush (aka Hard Line) :

Alors qu'une épidémie de zombies se propage aux USA, David (David Michael Moote) assiste, impuissant, à la mort de sa femme, Megan (Raven Cousens), et à celle de son meilleur ami. Il tente désormais de survivre, recueilli par un groupe mené par un pasteur radical, alors même que David semble lui aussi être contaminé, et lentement se transformer en ce qu'il craint le plus...

Un long-métrage (enfin, pas si long, puisqu'il fait à peine 74 minutes tout compris) canadien qui développe apparemment un court du même nom, et dont l'intérêt premier, sur papier, est le tournage à la première personne, à travers les yeux du protagoniste principal.

Seul problème, le protagoniste en question est passif, impuissant, et geignard, ce qui empêche tout intérêt pour lui ; pire encore, pour un film appelé Dead Rush, il n'y a absolument aucune énergie dans ce métrage, même lors des attaques de zombies, assez mollassonnes, et souffrant d'un cruel manque de cohérence interne (les zombies marchent ou courent comme bon leur semble, souvent au sein même d'une scène, et ils ne ressemblent à rien).

Bref, hormis l'intro du point de vue d'une fillette attaquée et la toute fin (liés de manière très très prévisible), le film est particulièrement mou, très médiocre dans son interprétation et son écriture, et instantanément oubliable, malgré quelques moments visuels fonctionnant brièvement.

1.25/6

Commenter cet article