Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Oktorrorfest 2016 - 108 - AfterDeath (2015)

Publié le 28 Octobre 2016 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, UK, Halloween, Horreur, Fantastique, Thriller

Halloween approche à grands pas, et comme tous les ans, c'est l'heure de l'Oktorrorfest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma fantastique et d'horreur pendant un peu moins de deux mois, de mi-Septembre à début Novembre...

AfterDeath :

Décédés dans un accident, cinq inconnus (Miranda raison, Sam Keeley, Elarica Johnson, Lorna Nickson Brown, Daniella Kertesz) se retrouvent sur une plage déserte, au milieu de nulle part. Autour d'eux, rien d'autre que les ténèbres, un phare à la lumière aux effets inexplicables, et un chalet, qu'ils découvrent rapidement fabriqué ) partir de leurs souvenirs. Pris au piège dans ce purgatoire, à la merci d'une entité démoniaque qui les traque, les cinq arrivants tentent alors de comprendre ce qu'ils font là, et comment s'en sortir...

Un premier long-métrage (que ce soit pour le scénaristes ou les réalisateurs) anglais qui s'avère assez prometteur pour la suite de leurs carrières respectives : ça fourmille d'idées en tous genres, c'est globalement bien interprété, ça exploite plutôt bien son budget minimaliste (notamment au niveau des effets spéciaux et du rendu visuel) au point de jouer dans la même catégorie que la plupart des sorties DTV américaines, la mythologie développée est intrigante...

Le tout n'est cependant pas parfait, comme par exemple la caractérisation un peu faiblarde, certains rebondissements prévisibles, le rythme inégal, et quelques ellipses contre-productives, qui obscurcissent le récit et posent problème plutôt que de fonctionner en tant qu'effets de style.

Mais dans l'ensemble, je suis resté intéressé pendant les 90 minutes du métrage, ce qui m'arrive trop rarement dans le cadre de l'Oktorrorfest pour être ignoré.

3.75/6

Commenter cet article