Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Un film, un jour (ou presque) #347 : Angry Birds - Le Film (2016)

Publié le 27 Juin 2016 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Review, Animation, Jeunesse, Comédie, Aventure

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Angry Birds - Le Film (Angry Birds) :

Incapables de voler, les oiseaux vivent une vie paisible et bienheureuse sur leur île... jusqu'à ce qu'arrivent les cochons envahisseurs, qui dérobent leurs oeufs. Menés par Rouge (Jason Sudeikis), un oiseau en colère, les oiseaux partent alors à la poursuite des voleurs.

Il serait facile de voir cette adaptation animée du jeu Angry Birds sous le prisme de la métaphore géopolitique.

Après tout, un peuple béat et bienheureux qui ostracise toute pensée extrème et vit sous la protection d'un aigle (le gouvernement américain) légendaire, en réalité obèse, égoïste, vantard, corrompu et décadent ; une horde d'étrangers voleurs, envahissants, menteurs, fourbes, qui volent la nourriture des habitants de l'île, et leur dérobent leur futur ; un seul contestataire, étrangement rouge, moqué pour son apparence, toujours en colère, qui se méfie des immigrés et finit par devenir le leader de ses semblables quand les choses tournent mal, et qu'il s'avère qu'il a raison... disons que le discours de Donald Trump n'est pas loin.

Et réciproquement, on peut aussi prendre ce métrage par l'autre bout du prisme, et voir là une peuplade indigène bienheureuse, qui accueille volontiers un empire colonisateur à la technologie supérieure, finit par être pillée par ces colons qui repartent chez eux avec toutes les richesses de l'île, et ne trouve réparation qu'en allant mener le combat chez l'envahisseur, et en abattant ses immeubles à grands coups d'explosion... alors, Angry Birds, apologie du terrorisme, ou bien manifeste trumpesque à peine déguisé...?

Honnêtement, probablement ni l'un ni l'autre : comme 300 en son temps, on peut voir ce que l'on veut dans cet Angry Birds - le film, même si ici, ce n'était pas forcément l'intention de départ.

Car de manière générale, ce métrage est tellement générique - humour générique et pas très drôle, doublage générique et inégal, rythme générique et jamais captivant, musique générique d'un clone de Zimmer, récit générique, personnages génériques, direction artistique générique, etc, etc, etc - qu'il laisse particulièrement de marbre, surtout si l'on n'a de la franchise Angry Birds qu'une vague notion à la base. Énorme bof, donc.

(Ah, et la photocopie assumée de la scène de Quicksilver dans X-Men : Days of Future Past est un peu trop flagrante pour être satisfaisante)

2.75/6 (juste en dessous de la moyenne, parce que techniquement, c'est tout de même maîtrisé, mais j'aurai déjà tout oublié demain)

Commenter cet article