Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Un film, un jour (ou presque) #265 : Air (2015)

Publié le 7 Mars 2016 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Review, Drame, Science-Fiction

Au programme : un film par jour, cinq jours par semaine (tant que j'arriverai à tenir la cadence ^^), et des mini critiques d'une dizaine de lignes, tout au plus.

Air :

Dans un futur post-apocalyptique et irradié, les ultimes survivants de l'Humanité sont réfugiés, en stase, dans des arches souterraines scellées et étanches. Pour entretenir ces dernières, des techniciens se réveillent ponctuellement, soumis à un compte à rebours drastique. Dans l'une de ces arches souterraines, Bauer (Norman Reedus) et Cartwright (Djimon Hounsou) sont soudain confrontés à un problème technique qui met en péril la survie de l'un d'entre eux, et de toute l'opération : les deux hommes sont alors contraints de s'aventurer à l'extérieur de leur bulle, pour tenter de rejoindre une arche voisine, afin d'y demander des pièces de rechange....

Un thriller post-apo produit par Robert Kirkman, qui rappelle régulièrement d'autres oeuvres (parmi les références les plus évidentes, on peut citer Lost pour son compte à rebours mural qui conditionne le quotidien de techniciens enfermés dans un bunker souterrain ; Battlestar Galactica ou Farscape pour l'hallucination/mauvaise conscience qui hante l'un des protagonistes...), et qui parvient à imposer une atmosphère convaincante, portée par deux acteurs excellents et par un score aux quelques accents rétro-carpenteriens.

Malheureusement, le récit est assez prévisible, et au bout d'une heure, il commence à tourner à vide, pour (forcément) se transformer en face à face mortel entre les deux hommes, et se conclure de manière molle et plate par une semi-happy end douce amère.

Avec plus d'audace thématique ou narrative, plus d'originalité, et plus de rebondissements inattendus, ça aurait pu donner un petit film mémorable. En l'état, c'est un essai honorable, mais non transformé.

3/6

Commenter cet article