Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Christmas Yulefest 2015 - 39 - Escapade Princière (2015)

Publié le 13 Décembre 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Yulefest, Review, Noël, Christmas, Télévision, Hallmark, Comédie, Romance

Noël approche, et comme tous les ans, c'est l'heure de la Christmas Yulefest sur le blog des Téléphages Anonymes, avec au programme un marathon de cinéma festif pendant toutes les fêtes de fin d'année...

Escapade Princière (Once Upon A Holiday) :

Lorsque Katie (Briana Evigan), princesse d'un petit royaume européen, décide soudain d'échapper à son entourage lors d'une visite à New York à l'occasion des fêtes de Noël, c'est la panique générale. Mais de son côté, Katie fait la connaissance de Jack (Paul Campbell), un bon Samaritain qui ignore tout de son identité, et décide de l'aider quand il la trouve, errant dans les rues après avoir perdu argent et papiers.

Une comédie romantique Hallmark pour laquelle j'avais un peu d'appréhension, puisque le dernier métrage de Noël dans lequel jouait Briana Evigan (Une Star pour Noël) était calamiteux, et qu'elle en portait en grande partie la responsabilité...

Mais heureusement, cet Once Upon A Holiday s'est avéré une assez bonne surprise.

Certes, c'est très inspiré de Roman Holiday/Vacances Romaines (1953), et Evigan n'est pas Audrey Hepburn, mais le métrage a la bonne idée d'opter pour une approche plus subtile et mesurée, voire presque discrète.

Evigan, notamment, n'essaie pas d'être une héroïne Hallmark typique, joyeuse, dynamique et enjouée : elle compose ici une Kate Middleton-bis toute en retenue, gardée et prudente, qui se marie bien avec la voix naturellement basse et éraillée de l'actrice.

Face à elle, les personnages secondaires (un vieux magicien, un journaliste arriviste, le père de Briana Evigan...) sont suffisamment classiques et en retrait pour ne pas être gênants, et Paul Campbell continue d'être l'un des acteurs estampillés Hallmark les plus sympathiques du lot (il est d'ailleurs assez bon dans la sitcom Spun Out) ; sa romance avec Evigan est ainsi tellement mesurée que le film parvient à éviter la majeure partie des clichés habituels des métrages de la chaîne, pour réussir à sonner juste et sincère.

On regrettera simplement la conclusion un peu précipitée, comme si le script avait été amputé de quelques pages afin de coller au format de diffusion télévisé.

3.5/6

Commenter cet article