Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Novembrrrfest 2015 - 184 - Last Shift (2014)

Publié le 15 Novembre 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Halloween, Horreur, Fantastique

Dernière journée de l'Oktorrorfest 2015 sur le blog des Téléphages Anonymes, et dernière fournée de films fantastiques et horrifiques, à raison d'une critique de film toutes les heures, jusqu'à minuit ce soir...

Last Shift :

Jessica Loren (Juliana Harkavy), une fliquette débutante, reçoit sa première mission : monter la garde pendant une nuit entière dans un ancien commissariat sur le point de fermer ses portes, en attendant qu'une équipe vienne débarrasser les lieux des dernières preuves biologiques restant encore en stock. Mais malheureusement pour la jeune femme, les esprits d'un dangereux gourou sanguinaire et de ses victimes hantent encore les lieux...

Un film d'horreur indépendant qui reprend un peu Assaut de John Carpenter, pour en faire un film de fantômes et d'apparitions plutôt efficace, un huis-clos porté à bout de bras par l'interprétation toujours convaincante de Juliana Harkavy.

De plus, si le film semble initialement progresser dans une direction assez redondante (après les premiers bruits et les premières visions cauchemardesques, on se dit que ça va vite devenir répétitif), le script a la bonne idée de faire intervenir d'autres esprits plus "protecteurs", qu'ils aient une forme physique (le collègue du père) ou uniquement vocale (le père, justement) : ça donne un peu de variété et d'originalité au déroulement du métrage, et ça étoffe un peu le background du récit, sans trop verser dans l'exposition forcée.

Le film a néanmoins ses limites, et elles sont celles du budget : les maquillages et les effets gores ne sont pas forcément ultra-convaincants ou réalistes, et le huis-clos finit par épuiser toutes les techniques et astuces du réalisateur (déjà à l'oeuvre sur Dread, l'adaptation de Clive Barker), ce qui laisse très nettement apparaître les faiblesses du métrage dans son dernier quart, assez brouillon et bordélique.

Reste que le concept est intéressant, l'interprétation impeccable, et que le film n'est jamais trop long ou trop mou pour ennuyer. Sympathique, donc.

3.5/6

Commenter cet article