Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES TÉLÉPHAGES ANONYMES

Il était une fois Lurdo & Sygbab, deux internautes passionnés de séries tv et de cinéma, et qui cherchaient un endroit où archiver leurs avis (hautement?) éclairés...

Halloween Novembrrrfest 2015 - 183 - Horreur à Volonté (1970)

Publié le 15 Novembre 2015 par Lurdo in Critiques éclair, Cinéma, Oktorrorfest, Review, Fantastique, Halloween, Horreur, Lovecraft

Dernière journée de l'Oktorrorfest 2015 sur le blog des Téléphages Anonymes, et dernière fournée de films fantastiques et horrifiques, à raison d'une critique de film toutes les heures, jusqu'à minuit ce soir...

Horreur à Volonté (The Dunwich Horror) :

Expert occultiste, le Dr. Henry Armitage (Ed Begley) se rend au vieux manoir Whateley, à Dunwich, pour tenter d'y retrouver la jeune Nancy Wagner (Sandra Dee), une étudiante qui a disparu la veille. Accompagné d'Elizabeth (Donna Baccala), une amie de Nancy, Armitage tombe face à face avec Wilbur (Dean Stockwell), l'héritier de la famille Whateley, un puissant sorcier qui tient Nancy sous sa coupe, et qui veut la sacrifier aux Anciens Dieux exilés...

Une production Roger Corman qui adapte "L'abomination de Dunwich" de Lovecraft, dans un film typiquement 70s, avec des cultistes hippies gentiment ridicules, et des effets visuels psychédéliques.

Franchement pas un métrage très convaincant, pour de nombreuses raisons, à commencer par l'interprétation de deux des personnages principaux : Nancy, faible, sans défense, et sans la moindre présence à l'écran, et Wilbur, interprété par un Dean Stockwell apparemment dans un état second, comme sous tranquillisants (ou sous substances illicites).

Et cette anémie étrange se répercute dans tout le reste du film, qui s'avère affreusement lent et soporifique.

On notera un générique de début animé, assez joli (mais assez déplacé), et des matte paintings et autres décors plutôt réussis, ce qui assure au film un certain cachet visuel. Malheureusement, ça s'arrête là, et cette Dunwich Horror s'avère un portage à l'écran raté de plus au catalogue des adaptations cinématographiques de Lovecraft.

1.75/6

Commenter cet article